Navigation – Plan du site

Michel Lallement, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie (Seuil, 2015)

Mohamed Madoui
Référence(s) :

Michel Lallement (2015), L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil, 442 p.

Texte intégral

1Auteur reconnu pour ses nombreux travaux sur le travail et ses transformations, Michel Lallement nous entraine, une fois n’est pas coutume, sur la baie de San Francisco où il a conduit une enquête ethnographique passionnante auprès des membres des hackerspaces et autres Fab Lab (Fabrication Laboratory) qui inventent au quotidien une autre manière de travailler et un autre rapport au travail bien loin de l’organisation tayloriste. Cette immersion dans l’univers des hackers de Noisebridge nous transporte au cœur du mouvement faire (make) caractérisé, comme le rappelle M. Lallement en introduction, par l’envie de bidouiller et de bricoler des objets divers, mais surtout d’innover et de faire du travail une « pratique productive qui trouve en elle-même sa propre finalité ».

2L’ouvrage est très bien documenté ; il s’appuie sur une bibliographie de première main et sur un important matériau empirique : conduite d’entretiens semi-directifs avec cinquante et un hackers de Noisebridge ainsi qu’une phase d’immersion et d’observation participante où l’auteur a partagé la vie des hackers pendant des mois. Cette immersion est rendue facile grâce à la fréquentation des Fab Lab en France où M. Lallement a acquis quelques notions de base en informatique (programmation, développement, Web, etc.). Cette enquête conduite en 2012 est suffisamment exploitée et remontée pour donner à l’ouvrage une forte assise empirique, sans que l’auteur ne néglige pour autant la réflexion théorique. Il mobilise à ce propos la grille de lecture institutionnaliste pour observer le travail non plus comme une activité, mais comme un rapport social à part entière. Suffisamment structuré, l’ouvrage comporte trois parties et dix chapitres, qui lui donnent une architecture solide, cohérente et dans l’ensemble assez équilibrée.

3La première partie examine, dans une perspective socio-historique, l’origine du mouvement faire qui a pris son essor dans les années 2000 dans le nord de la Californie. Dans le premier chapitre, M. Lallement s’interroge sur les racines de ce mouvement, ce qu’il révèle, comment il a évolué et surtout comment ce désir de bidouiller bouscule fortement nos représentations du travail. Dans le maquis sémantique (hackerspace, Fab Lab, Tech Shop, creative space, etc.) qui renvoie forcément à des enjeux organisationnels et à des luttes sociales, l’auteur fait le choix de retenir le terme hackerspace, qui est largement adopté par la côte-ouest des États-Unis. Association à but non lucratif, le hackerspace est « un lieu communautaire où des individus peuvent se rencontrer et travailler sur leurs projets » (p. 38).

  • 1 Pekka Himanen, L’Éthique hacker et l’esprit de l’ère de l’informatique, trad. française Claude Lebl (...)

4Le second chapitre relate une brève histoire du hacking américain. On y apprend que deux générations de hackers se sont succédées à la fin du xxe siècle : la première, née au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans les années 1960, composée majoritairement de jeunes hommes blancs, accède aux ordinateurs dans les laboratoires des universités avant de s’envoler dans la Silicon Valley pour créer des start-up. Bénéficiant de la démocratisation technologique au début des années 1980, la deuxième génération est nourrie de science-fiction et de cyberculture et conçoit le hacking comme une manière de s’opposer à la société et de transformer le monde. Michel Lallement rappelle avec détail toutes les difficultés à trouver une définition consensuelle du hacking et retient en définitive celle de Pekka Himanen1 qui définit les hackers comme des personnes qui « veulent réaliser leur passion avec d’autres et créer quelque chose de positif pour la société avec lequel ils obtiendront la reconnaissance de leurs pairs » et le hacking comme « la possibilité de faire quelque chose de et avec le monde, et de vivre des surplus produits grâce à des opérations abstraites appliquées à la matière (nature) – n’importe quel type de matière » (p. 80). De façon chronologique, M. Lallement relate tout le chemin parcouru depuis les premiers ordinateurs (l’IBM 704) à l’arrivée des premiers micro-ordinateurs et de l’Internet en passant par l’explosion des jeux vidéo. Les figures imposantes du hacker hardware ont pour noms Steve Jobs, Steve Wozniak et Bill Gates, les cofondateurs de la société Apple. Le rapport à l’argent et au mode d’organisation économique sont au cœur du débat dans les hackerspaces (p. 99) et certains choix capitalistes (cas de Bill Gates) sont loin de faire l’unanimité dans le monde hacker plus préoccupé par l’intérêt collectif. C’est d’ailleurs toute l’ambivalence des hackers qui sont pris en étau entre l’utopie d’un monde plus solidaire et leurs statuts professionnels de salariés ou d’entrepreneurs mus par la recherche du gain et de la rentabilité de leur entreprise, ce qui les placent au cœur même du système capitaliste qu’ils contestent.

5Le troisième chapitre, intitulé « Le creuset californien », revient sur la longue tradition associative aux États-unis telle qu’elle a déjà été étudiée par Alexis de Tocqueville. Michel Lallement se demande d’emblée si les hackerspaces constituent des communautés. Il a pris soin au passage de ne pas entrer en détail dans les divers usages de ce terme qui, en France, résonne de façon négative. Les Américains réservent le terme de « communauté intentionnelle aux membres qui possèdent un objectif commun et se placent pour l’atteindre aux marges de la société » (p. 109). De ce point de vue, les pratiques des hackerspaces californiens s’inscrivent dans une longue histoire qui associe anarchie, esprit communautaire et innovations technologiques. La célèbre Silicon Valley devient ainsi la Mecque de l’innovation technologique et de l’engagement communautaire. On recense, ainsi, 145 communautés intentionnelles en 2010 contre en moyenne une vingtaine par État. C’est de cette façon qu’ils se réapproprient l’héritage libertaire des années 1960 et qu’ils transforment à leur manière en faisant de la maitrise technologique et du partage un moyen de contre-pouvoir à la société dominante.

6Le quatrième chapitre présente les hackers et les hackerspaces de la baie. On constate ainsi qu’au-delà de leur diversité, ils partagent tous cette même volonté de créer du lien social et le partage de leurs expériences et de leurs pratiques. Noisebridge où l’auteur a enquêté est l’un des plus anciens de la baie et cultive surtout un esprit libertaire. À côté de Noisebridge, d’autres hackerspaces ont vu le jour dans la baie : The Crucible est orienté vers la production des biens industriel et artistique ; Ace Monsters Toys, né en 2010, est dédié à l’éducation, au hacking et à la culture du faire ; Mothership hackerMoms, premier hackerspace féminin, valorise l’entrepreneuriat et toutes les formes d’expressions créatives. « Le faire est pour elles un moyen temporaire d’émancipation » (p. 156). Les femmes représentent certes 30 % des hackers, mais elles sont parfois enfermées dans des rôles traditionnellement féminins.

7La deuxième partie s’apparente à une immersion dans Noisebridge pour observer les manières d’être et d’agir des hackers. Le cinquième chapitre met en exergue leur façon de travailler et de vivre au quotidien, la manière dont ils créent du lien social et bousculent les formes traditionnelles du travail et de l’activité et, enfin, comment ils s’organisent et gèrent les conflits. Leur passion pour les technologies les amène à porter un intérêt nourri à la communauté pour y mener leurs projets. À Noisebridge, les hackers entretiennent un fort sentiment d’appartenance communautaire que renforce les nombreux rituels (rencontres, conférences, évènements, festivités…). Sur le plan financier, Noisebridge vit des dons et des cotisations de ses membres comme la plupart des hackerspaces de la baie. Elle ne bénéficie d’aucune subvention publique au risque de compromettre son indépendance. Interrogés par M. Lallement quant aux raisons de la réussite communautaire, les hackers répondent « que le sentiment d’appartenance à un même collectif compte davantage que l’interconnaissance » (p. 193). Vecteur d’intégration sociale, les femmes, bien que minoritaires dans les hackerspaces, s’investissent autant et luttent de toutes leurs forces contre les préjugés sexistes et considèrent qu’elles ont leur place dans le monde des technologies, des sciences et de la science-fiction.

8À l’aide d’observations in situ, le sixième chapitre regarde de près les pratiques productives de Noisebridge : formes de division et de coopération dans le travail, types de produits et de services réalisés, attentes de reconnaissances et rétribution, etc. Dans l’éthique hacker « travailler, c’est d’abord et avant tout refuser d’accomplir ce qui, de près ou de loin, s’apparente à une corvée ou peut provoquer de l’ennui » (p. 217). C’est le plaisir de travailler qui guide l’action des hackers au point de ne plus compter leur temps. Un hacker possède des compétences dans des domaines qui demandent « de la perspicacité et de la concentration » comme l’exige la programmation, par exemple. À l’image des artistes, les hackers refusent de séparer le travail et l’art ; ils considèrent la programmation comme un acte artisanal, esthétique et créatif dont le but est de résoudre un problème complexe. Les questions de reconnaissance et de réputation sont cependant cruciales. Tous les hackers attendent des pairs, de la reconnaissance, du respect et de la notoriété.

9Le septième chapitre « faire consensus » rend compte du mode de gouvernance de Noisebridge pour organiser la vie de la communauté et tenter de trouver un minimum de régulation aux tensions et conflits qui peuvent surgir de temps à autre. De tradition anarchiste, les membres de Noisebridge ne sont pas de nature à multiplier les lois et règlements pour organiser la vie en communauté. Prendre les décisions par consensus y apparait comme la solution la plus partagée. L’intérêt d’une telle procédure est qu’elle exige une adhésion de tous aux valeurs de la communauté sachant que Noisebridge est un des lieux de la contre-culture californienne des années 1960. Les réunions hebdomadaires sont l’occasion de discuter du mode de fonctionnement du hackerspace et d’accueillir de nouvelles recrues qui subiront un rite de passage (double parrainage, indiquer sur un formulaire les personnes qui le cooptent, expliquer le sens de sa candidature, etc.). Si le consensus est un facteur de lien social, il n’en demeure pas moins qu’il crée des tensions entre les membres qui ont du mal à le concilier avec l’idée anarchiste de faire selon son bon vouloir.

10Le huitième chapitre étudie le profil, l’identité et les trajectoires socio-professionnelles des hackers qui partagent des traits communs. On apprend ainsi que les personnes interviewées sont pour la plupart des hommes, blancs, âgés de 25 à 40 ans, salariés ou indépendants, dont près de la moitié est célibataire, ayant eu souvent un rapport « heurté » au système scolaire. Ils sont issus de la classe moyenne, voire supérieure. Les pères ont des statuts diversifiés (ingénieurs, avocats, artistes, enseignants, etc.) et les mères sont plus nombreuses en revanche à travailler dans des professions d’éducation et de soins. Les femmes représentent environ 30 % des hackers de Noisebridge, le plus souvent diplômées (62 % ont un master), mais sont souvent cantonnées aux activités qui leur sont traditionnellement réservées (éducation, soins, cuisine, aide aux autres). Partant de ces caractéristiques et s’inspirant de la sémantique religieuse wébérienne, M. Lallement, a construit une typologie ressortant quatre profils idéaux-types du hacker : le virtuose motivé moins par l’argent que par le plaisir de faire ; l’homme de la vocation-profession qui accorde au travail et à la réussite professionnelle une importance capitale ; le fidèle qui partage son temps entre le monde du travail qui lui procure un revenu et la présence régulière dans le hackerspace ; le converti qui fait du hacking par stratégie, mais souvent pour échapper à des trajectoires marquées par des problèmes divers (instabilité professionnelle, familiale, voire affective…).

11Enfin, dans la dernière partie, M. Lallement se demande si les innovations que porte le mouvement « faire » sont inéluctablement condamnées à être détournées ou récupérées par un capitalisme sans cesse en recomposition. Le neuvième chapitre met en évidence les tensions structurantes du monde hacker qui, d’un côté, s’oppose aux pratiques pirates des crackers parfois spectaculaires et à la limite de la légalité, et de l’autre côté, place le mouvement « faire » en paradigme et en moyen d’agir politiquement sur la société, position qui ne fait pas l’unanimité notamment chez les crackers. Michel Lallement décrit l’histoire de ces derniers et rapporte quelques exemples de piratage informatique dont raffolent les médias, comme celui de Julian Assange qui a diffusé en 2010 des informations sensibles sur WikiLeaks.org. Toutefois, l’opposition makers/crakers n’est pas aussi tranchée puisque tout le monde à Noisebridge reconnait à demi-mots avoir pratiqué le cracking à un moment de sa vie. Le dernier chapitre montre que l’éthique hacker partage avec le capitalisme des valeurs telles que la liberté de créer, d’entreprendre et d’innover, mais aussi la « liberté de partager ses compétences et le produit de son savoir-faire » (p. 371). Tout comme l’a déjà théorisé Luc Boltanski, la rhétorique du marché se nourrit de la critique sociale pour se recomposer et assoir sa domination. Michel Lallement cite certains exemples de chantres de la contre-culture, devenus aujourd’hui les héros d’un « capitalisme débridé » et conclut que les « hackers d’aujourd’hui pratiquent à leur tour l’art du judo social en se servant du marché comme d’un soutien au profit de l’innovation contestataire » (p. 400). Autrement dit, la plupart des hackers ont un pied dans l’économie marchande qui leur permet de mener une vie décente, mais ont un rapport purement instrumental au marché. L’argent gagné sert souvent à développer des projets innovants et collectifs.

12Finalement, on ne peut qu’être admiratif du travail accompli par M. Lallement au regard de la quantité d’informations présentées dans l’ouvrage et de la finesse des analyses ethnographiques et bien qu’il donne parfois le sentiment d’être si proche de son objet qu’il ne traite pas, par exemple, de la question des inégalités sociales qui traversent la société américaine. De même, on peut regretter que l’auteur n’ait pas pris soin de développer davantage la tension, au cœur du mouvement « faire », qui oppose les tenants de la solidarité et du partage des produits et des connaissances produites dans ces hackerspaces, aux tenants de la marchandisation des innovations. Les enjeux en termes d’alternative à l’emploi et de protection de la propriété intellectuelle ne sont pas non plus étudiés. Mais cela n’enlève rien à l’intérêt de l’ouvrage qui vient enrichir la réflexion qui se développe depuis peu sur les nouveaux modes d’économie collaborative et sur la genèse d’une sociologie « des utopies concrètes » qui intéresserait sans doute, au-delà du monde académique, des professionnels, des experts et tous les inconditionnels du « Do it Yourself ».

Haut de page

Notes

1 Pekka Himanen, L’Éthique hacker et l’esprit de l’ère de l’informatique, trad. française Claude Leblanc, Paris, Exils, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Madoui, « Michel Lallement, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie (Seuil, 2015) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2017, mis en ligne le 09 mai 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3067

Haut de page

Auteur

Mohamed Madoui

mohamed.madoui@lecnam.net
Professeur de sociologie au CNAM, chercheur au LISE-CNRS (UMR 3320) - Conservatoire national des arts et métiers, 2 rue Conté, 75003 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page