Navigation – Plan du site

Joël Laillier, Entrer dans la danse. L’Envers du Ballet de l’Opéra de Paris (CNRS Éditions, 2017)

Sylvia Faure
Référence(s) :

Joël Laillier, Entrer dans la danse. L’Envers du Ballet de l’Opéra de Paris, préfacé par Charles Suaud, Paris, CNRS Éditions, 2017, 256 p.

Texte intégral

version postprint

1À partir d’une enquête de terrain conduite entre 2006 et 2010, Joël Laillier présente une monographie de la compagnie de danse de l’Opéra de Paris. Il propose d’étudier les conditions de formation de l’école des « petits rats » puis celles de la carrière professionnelle au sein de cette institution qui sélectionne, élit, sanctionne, crée puis entretient les désirs vocationnels des danseurs et des danseuses.

  • 1 Voir Pierre-Emmanuel Sorignet (2012), Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La (...)

2L’objet principal de l’ouvrage porte sur les logiques de l’engagement « vocationnel » et élitiste de des danseurs et danseuses. La préface de Charles Suaud permet de replacer la discussion sur le terrain des travaux sociologiques qui réfléchissent à la notion de « vocation1 ». Dans leur prolongement, Joël Laillier questionne le mythe de la vocation et du « don » (dons corporels et des dispositions physiques exceptionnelles pour la danse) auquel adhèrent les élu-es de l’école de danse de l’Opéra. Il montre comment cette croyance est co-construite dès les premiers moments de la formation à la danse (avant d’entrer à l’école de l’Opéra) par les professeurs, puis par les divers acteurs institutionnels rencontrés lors du processus de sélection des nouveaux entrants à l’Opéra. La vocation est d’abord une rhétorique. Mobilisée par les danseurs et danseuses pour expliquer comment ils consentent (ou ont consenti dans leur jeunesse) aux « sacrifices » et aux « souffrances » de leur formation puis du métier, elle leur permet de justifier a postériori une pratique intense dans un cadre institutionnel très sélectif. Ainsi, au-delà de la rhétorique, le registre vocationnel est une « construction de sens, qui vient encadrer l’ensemble du rapport à l’activité et en particulier le rapport au travail » (p. 17). Cette rationalisation va de pair avec des pratiques, des modes d’entraînement, des rites d’institution que l’auteur décrit finement. Par conséquent, la vocation relève d’un processus, non linéaire, se recomposant aux différentes étapes de la formation puis de la carrière au sein de l’institution, s’ajustant aux conditions d’exercice d’un métier fondé sur l’incertitude de l’avenir professionnel.

La construction sociale de la vocation au croisement de la socialisation institutionnelle et de la socialisation familiale

3Le premier chapitre « La naissance de la vocation » traite des conditions de production de la vocation pour la danse. Au-delà de l’illusion du don naturel (corporel), les déterminismes sociaux s’avèrent très importants : les élèves sont massivement issus des catégories les plus aisées de la population notamment des catégories intellectuelles supérieures. Quatre profils de famille se distinguent toutefois : les familles ayant une forte proximité avec les professions artistiques et culturels ; celles qui occupent les positions les plus hautes de l’espace social sans lien direct avec le monde artistique ou culturel ; des familles cumulant les deux caractéristiques précédentes et, dans une plus faible proportion, un quatrième profil qui regroupe les familles exclues de ces trois profils. Après un début dans la danse classique (différencié selon le genre), c’est un professeur de danse qui participe d’abord de la construction vocationnelle en signifiant aux parents que leur enfant est « doué ». La danse est d’abord vécue sur le mode de la « passion » par les enfants ainsi désignés. Le passage de la « passion » à la « vocation » (et conduisant à la demande d’intégrer l’école de l’Opéra) réclame une opération de conversion : les professeurs ont à démontrer et à convaincre (en premier lieu les parents) que les enfants ont des « qualités » physiques les prédestinant au métier. La vocation ainsi naturalisée amène à croire en un destin d’exception (entrer à l’Opéra de Paris). Progressivement, cette croyance s’incorpore chez les enfants avec le soutien parental.

4Intégrer l’école de danse de l’Opéra vers l’âge de huit ans n’est en rien aisé : réussir le concours, puis se séparer de la famille et des amis (la plupart des enfants sont internes), accepter un entraînement poussé en danse, s’inscrire dans une nouvelle scolarité, accepter les souffrances physiques et, pour les familles, admettre moralement l’éloignement de leur enfant, supporter les charges financières qu’engage cet investissement. L’adhésion n’est pas immédiate, elle se construit avec les pairs et les professeurs avant d’entrer à l’Opéra, puis – une fois l’admission faite – par les diverses actions de socialisation au sein de l’école qui s’impose graduellement comme désirable et désirée. Autrement dit, comme construction sociale, symbolique et pratique, qui « se joue à l’articulation de différents espaces de socialisation » (p. 23) la « vocation » des « petits rats d’Opéra » est le produit d’un processus électif de socialisation au sein de l’Opéra, qui prend appui sur le passé incorporé des élus et sur leurs socialisations familiales.

5Le chapitre 2 « La confirmation de la vocation » rend compte des étapes pour entrer puis pour se maintenir au sein de l’école de l’Opéra. La rencontre avec des professeurs ou des danseurs de l’Opéra confirme que l’enfant à des « dispositions », ceci lors de divers concours, stages de danse avec d’anciens danseurs prestigieux. Se présenter dans ces lieux de pré-sélection permet de se faire « connaître » auprès des « grands » danseurs ou professeurs qui évaluent les chances de réussite de l’enfant au concours d’entrée de l’école de l’Opéra. Chaque étape avant le concours puis après – avec l’acceptation au sein de l’école – est sélective et élective tandis que l’activité s’intensifie grâce à des aménagements de l’emploi du temps de l’enfant voué à la pratique de la danse. Chaque année de formation dans l’école de l’Opéra est sanctionnée par des examens. La sélection n’est ainsi jamais achevée. L’intensification de la pratique renforce en retour la « vocation » pour ceux et celles qui réunissent le passage à l’année supérieure.

6Le chapitre 3 « Les conditions familiales de l’orientation vers l’Opéra » revient sur les modes de socialisation des familles des enfants de l’école de l’Opéra. Les contraintes ne sont effectivement pas uniquement portées par l’élève, les familles ont à investir de différentes manières dans l’accompagnement de leur enfant, à condition d’apprendre à adhérer aux logiques de l’institution. Ces familles ont le sentiment de faire des sacrifices : budgétaires, organisationnels pour suivre au mieux moralement et matériellement leur enfant interne à l’école de l’Opéra. En même temps, elles intériorisent l’idée que ces sacrifices en valent la peine. De la sorte, les familles sont elles-mêmes socialisées de manière diffuse à l’institution, elles en intériorisent elles aussi les principes et les valeurs (comme l’ascèse au travail, le prestige de l’Opéra).

7Le chapitre 4 « Être élève à l’école de l’Opéra : une élection incertaine » revient sur ce que l’institution fait aux élèves. Comme socialisation enveloppante, elle les soumet à une discipline stricte. Elle est aussi une socialisation de reproduction dans le sens où ce sont d’anciens danseurs du ballet de l’Opéra qui se chargent de l’enseignement, en vue de faire perdurer un « style », une tradition propre au ballet de l’Opéra de Paris et en transmettant un « habitus » spécifique. L’analyse porte alors de manière rigoureuse sur les pratiques pédagogiques, les « rites d’institution », le cadre matériel et spatial de l’école, les interrelations entre élèves, entre élèves et professeurs, qui sont autant de conditions de socialisation qui rappellent sans cesse aux danseurs et danseuses qu’ils sont des « élus » et qu’ils appartiennent à un groupe d’exception dans lequel chacun trouve un support relationnel et moral, tout en étant en prise avec une concurrence permanente.

Soutenir la vocation ou faire sans elle

8Le chapitre 5 « Les ressorts de l’engagement des petits rats » interroge les modalités d’incorporation des dispositions nécessaires au métier de danseur : engagement « corps et croyance » comme le note Charles Suaud dans sa préface, ascèse, dispositions physiques conformes aux attentes de l’institution. Tout au long de ce parcours, il s’agit de « confirmer » la vocation qui ne dépend pas que de soi (de dispositions volontaristes) mais d’une conformation des corps et de la morale ascétique aux stéréotypes de l’Opéra, dans un contexte d’incertitude qu’en à devenir danseur de l’Opéra. D’ailleurs, à travers des portraits sociologiques, l’auteur traite aussi des crises de vocation, de la remise en question du sens de leur engagement par certains élèves.

9Avec le chapitre 6 « La condition des danseurs et des danseuses de l’Opéra » et le chapitre 7 « L’illusio de la vocation face à la réalité de la carrière », l’auteur s’intéresse aux conditions d’exercice du métier de danseur dans le corps de ballet de l’Opéra. Très hiérarchisée, la compagnie de danse est fortement compétitive, chacun-e engage sa place, sa réputation, tente de sortir du lot, d’obtenir des rôles, un meilleur statut. Ces conditions d’exercice de la profession s’ancrent sur une vie sociale très réduite en dehors de l’Opéra et nécessitent de sérieuses prises de risques physiques (souffrances, blessures). Pourtant, les départs sont rares. Les danseurs et danseuses se maintiennent malgré les déceptions voire les renoncements (à devenir soliste notamment). Le travail de l’institution consiste précisément à soutenir les carrières en entretenant la vocation malgré les désillusions, par exemple en donnant de temps en temps un rôle de soliste, en manifestant aux danseurs divers signes de reconnaissance symbolique quand ils n’obtiennent pas les postes les plus prestigieux dans la compagnie de danse.

10Dans sa conclusion, l’auteur rappelle en quoi la vocation comme croyance est un processus produit dans et par l’action sociale, rappelant le travail puissant de socialisation de l’institution qui n’agit cependant pas de manière isolée mais en lien avec la socialisation familiale, ceci dès le plus jeune âge. Cette socialisation institutionnelle est continue, amenant les danseurs à s’ajuster aux conditions d’exercice du métier. Dans un même temps, l’institution a besoin de ses acteurs qui se consacrent à elle (et qui vivent leur engagement comme étant librement consenti), elle se maintient et se reproduit du fait qu’ils ont incorporé des dispositions à adhérer aux discours vocationnels et à l’éthique de l’Opéra.

  • 2 Muriel Darmon (2013), Classes préparatoires. La Fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découv (...)

11Autrement dit, ce livre est une importante contribution aux réflexions sur la vocation. Celle-ci est pensée au croisement des sociologies de la socialisation et des institutions, en rappelant les contextes, les conditions et les modalités de formation, transformation des enquêté-e-s. De plus, par une ethnographie minutieuse, Joël Laillier rend compte des conditions et des effets d’une socialisation institutionnelle élitiste poursuivant en ce sens les travaux qui enquêtent de manière approfondie sur des institutions sinon « totales » du moins « enveloppantes ». On pensera par exemple à l’ouvrage de Muriel Darmon sur les classes préparatoires2. Construite de manière configurationnelle, l’analyse montre que la socialisation institutionnelle travaillant au plus près des acteurs s’appuie sur les dispositions de ces derniers. Elle se reproduit en fabriquant des danseurs capables de s’ajuster aux difficultés et aux désillusions, et qui maintiennent en conséquence leur croyance envers le prestige et la légitimité de la compagnie de l’Opéra de Paris. Ces interdépendances sont d’autant plus fortes que les danseurs et danseuses n’ont guère de possibilité d’investir la vie sociale hors opéra, les sphères de leur socialisation continue ne sont donc pas (ou peu) concurrentielles ou concurrencées. Enfin, comme l’auteur l’indique dans sa conclusion, l’intérêt de cette recherche ne tient pas seulement dans la production de connaissances sur la formation des danseurs et danseuses à l’Opéra ni sur le métier de danseur, mais dans ses ouvertures théoriques et empiriques concernant les socialisations de conversion, en particulier celles des artistes ou des sportifs de haut niveau.

Haut de page

Notes

1 Voir Pierre-Emmanuel Sorignet (2012), Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La Découverte.

2 Muriel Darmon (2013), Classes préparatoires. La Fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Faure, « Joël Laillier, Entrer dans la danse. L’Envers du Ballet de l’Opéra de Paris (CNRS Éditions, 2017) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 25 août 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3254

Haut de page

Auteur

Sylvia Faure

sylvia.faure@univ-lyon2.fr
Professeure de sociologie, Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber – Université Lumière Lyon 2, 5 avenue Pierre Mendès-France, Bât. H, F-69696 Bron cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page