Navigation – Plan du site

Julien Boelaert, Sébastien Michon & Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France (Raisons d’Agir, 2017)

Alizée Delpierre

Texte intégral

version postprint

1L’ouvrage de Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion illustre, depuis l’ethnographie de Marc Abélès (2001), le « retour au parlement » débuté timidement par les sciences politiques une dizaine d’années auparavant avec le travail d’Olivier Rozenberg et d’Éric Kerrouche (2009). Les auteurs le publient en période électorale sans pour autant tomber dans l’écueil des réactions à vif, en proposant l’analyse scientifique d’une transformation majeure de la vie politique française : sa professionnalisation. Partant du constat qu’être un professionnel de la politique est mal vu dans la société française, ils en déconstruisent les origines, les causes et les conséquences, pour soutenir deux thèses fortes : la professionnalisation de la vie politique française s’est essentiellement accrue par l’augmentation du temps passé en politique par les élus, en même temps qu’elle a entrainé une individualisation de la carrière politique. En 138 pages et quatre chapitres, la démonstration est efficace : après s’être intéressés à la façon dont les députés de l’Assemblée nationale rejettent à tout prix l’identification de leur activité politique à un métier (chapitre 1), les auteurs proposent une plongée au cœur des « pratiques d’Assemblée » (Nay, 2003) en montrant ce qu’est au quotidien le métier de député (chapitre 2). Ce sont ensuite les transformations des modes d’entrée en politique et des profils sociologiques des députés qui sont analysées (chapitre 3), ainsi que l’individualisation du capital politique qui en découle (chapitre 4). Malgré la densité des matériaux recueillis, et parfois la complexité de leur traitement, les auteurs ont fait de cet ouvrage un écrit pédagogique et accessible aux non-spécialistes, en répondant en chercheurs critiques à la question suivante : la professionnalisation est-elle un problème ?

Une méthodologie d’enquête pluridisciplinaire à l’appui d’un parti pris théorique : étudier la politique comme un travail

2Issus respectivement de l’économie et de la sociologie, Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion ont mené une enquête multi-méthode détaillée en introduction (pp. 10-11). Il s’agit de la récolte de données quantitatives retraçant les parcours politique et professionnel de quatre cohortes de députés, entre 1970 et 2016 (N = 1 738), couplée à de l’observation au sein du Palais Bourbon et à des entretiens menés auprès des élus (N = 50). En sus de détailler les modalités de recueil de leurs données, les auteurs justifient le choix de l’Assemblée, dont l’accès est relativement inédit, comme lieu stratégique pour comprendre les transformations de la vie politique française. Elle regroupe une diversité intéressante de professionnels (députés, mais aussi collaborateurs, fonctionnaires, journalistes, parfois ministres et lobbys, entre autres), les lois y sont faites, votées, mais surtout, elle est le lieu où se préparent et s’entretiennent des carrières politiques. L’Assemblée nationale et la députation cristallisent ainsi les ressorts de la professionnalisation politique qui est effective dans le champ plus vaste de la vie politique. S’y rendre en tant que chercheurs est cohérent avec l’assertion théorique qu’être député est un métier.

« Vous avez raison de parler de parcours et pas de carrière ! » (p. 19)

3Le terrain montre que les députés refusent de se considérer comme des professionnels. Pourtant, on apprend que ce sont bien 16 % des députés en 2012 qui ont eu comme activité professionnelle la plus significative la politique (contre 2 % en 1978), et 50 % qui sont actifs en politique depuis au moins vingt ans (contre 21 % en 1978). En outre, les auteurs rappellent qu’être élu est rémunéré depuis deux siècles, critère qui fait de la députation une profession puisque les députés peuvent en vivre. Mais les discours des députés rencontrés sont marqués par la logique vocationnelle, rempart contre les critiques envers les élus rémunérés. Les auteurs montrent que la rémunération suscite des débats récurrents depuis 1789 en allant à l’encontre de l’idéologie de l’engagement et du don, supposée animer les élus.

4En sus des fantasmes que suscitent les salaires des députés – dont l’ampleur actuelle est pourtant à nuancer par rapport à ceux d’autres fonctionnaires –, être un professionnel de la politique connote aujourd’hui la distance inavouable à ses concitoyens, sans cesse atténuée par les députés. Ils insistent au contraire en entretiens sur leur ancrage local et l’ancienneté de leur militantisme pour justifier la légitimité de leur élection. Les chercheurs montrent que ces stratégies identitaires se retrouvent à l’écrit lorsque les députés déclarent leur profession sur le site de l’Assemblée. Presqu’aucun d’entre eux n’indique avoir été responsable politique toute sa vie, quel que soit son groupe parlementaire de rattachement. Ce sont au contraire avec d’autres professions, dont les auteurs ont pu établir qu’elles n’ont presque jamais été exercées, que les députés se mettent en scène. Le premier chapitre de l’ouvrage montre bien l’intérêt que présente l’analyse des différentes sources biographiques des députés pour montrer leur rejet de la politique comme profession.

Faire la loi ou faire carrière ?

5Une profession, la politique en est pourtant bien une, et c’est ce que démontre le chapitre 2. Il donne à voir le travail quotidien des élus, mais aussi de leurs entourages (Demazière & Le Lidec, 2014). Un travail qui, pour la majorité des citoyens, reste flou et critiqué : en sus de coûter trop cher, les députés ne travailleraient pas assez. Sans verser dans un misérabilisme contre-intuitif à propos de leurs conditions de travail, les auteurs montrent que les députés travaillent et plutôt intensément. Cependant, la majeure partie de leur activité n’est pas consacrée à faire la loi. Certes, du lundi au mercredi, les députés courent d’une séance à l’autre à l’Assemblée, de commissions en commissions, de réunions en réunions, préparent leurs questions écrites et leurs amendements jusqu’à des heures tardives. Mais une grande partie de leur travail s’effectue aussi en circonscription. Les fins de semaine sont ainsi rythmées par les inaugurations dans les communes, les réunions locales des partis, la tenue des permanences parlementaires. Le travail ne se résume donc pas qu’à faire la loi et les députés s’y consacrent différemment. Si l’agrégation de leurs activités est imparfaite, les outils comme nosdeputes.fr et Regards Citoyens ont le mérite de montrer la diversité de leurs investissements législatifs. Néanmoins, un député qui voudrait « faire sa loi » aurait bien du mal. La Fronde des députés socialistes sous la présidence de François Hollande, et son impact limité sur le gouvernement, en constitue un bel exemple, étudié de façon plus approfondie par les auteurs au cours de leur enquête et présenté dans un autre ouvrage (Lecomte et al., 2017). Même collectivement, les députés ont peu de chances de parvenir un jour à destituer le pouvoir, le parlement ayant en France une place particulièrement faible. Outre cet aspect institutionnel, faire la loi nécessiterait que les députés soient tous compétents en matière législative, ce qui n’est pas le cas, cette compétence revenant surtout aux administrateurs de l’Assemblée qui font la loi que les députés votent.

6Aux auteurs de démontrer donc que les députés construisent leur carrière politique à l’Assemblée plus qu’ils ne font la loi. Reprenant le parallèle fait par Michel Offerlé avec le patronat, les auteurs décrivent un élu auto-entrepreneur dont le passage à l’Assemblée va catalyser la carrière. Il a en effet à sa disposition de la main d’œuvre (une équipe composée de personnels compétents : collaborateurs, administrateurs), de l’argent (la réserve parlementaire), des médias (nombreux à investir les locaux de l’Assemblée). Même si les traitements médiatiques réservés aux députés sont inégaux, le Palais Bourbon est un lieu stratégique de mise en scène de soi et un passage quasi-incontournable pour être visible. À l’heure de l’individualisation des carrières politiques, on acquiert, à l’Assemblée, un certain nombre de ressources mobilisables dans le champ politique.

Une mutation de l’espace politique

7Le troisième chapitre est au cœur de la thèse de la professionnalisation défendue par les auteurs. Ils montrent qu’elle se traduit par un accroissement du nombre d’années passées en politique par les députés, calculé selon le nombre de mandats électifs et les années passées à être salarié d’un parti ou d’un élu. Ainsi en 2012, les députés ont passé en moyenne vingt ans en politique contre moitié moins en 1978. Ce n’est donc pas tant l’âge des élus qui a augmenté que leur âge politique. Ce sont près d’un tiers des députés qui sont passés par la filière partisane – au sens large –, c’est-à-dire qui ont été salariés en politique en étant des auxiliaires. La fonction de collaborateur est devenue une grande voie d’accès à la députation et constitue la mutation la plus significative de la professionnalisation politique.

8Cette transformation des filières de recrutement entraine, selon les auteurs, une lutte accrue pour obtenir une place en politique ; d’autant plus que la sphère de recrutement s’est élargie du fait de la porosité des frontières avec des professions qui gravitent autour du champ politique. Syndicalistes, hauts fonctionnaires et fonctionnaires territoriaux, communicants et journalistes, espèrent parfois y entrer. La mutation des filières de recrutement et l’allongement de l’ancienneté politique ont transformé l’espace politique.

Déclassement de la carrière élective et individualisation du capital politique

9Cette transformation de l’espace politique traduit-elle une transformation des profils des députés ? Les chapitres 3 et 4 montrent que si l’entrée en politique requiert davantage d’expérience dans le champ, les profils des élus ne sont pas pour autant plus élitaires. Depuis le déclin du parti communiste, les députés issus des classes populaires sont quasi-inexistants à l’Assemblée. Toutefois, ceux des strates les plus hautes de l’échelle sociale sont également moins présents qu’avant : la part des professions libérales et des hauts fonctionnaires a été divisée par deux entre 1978 et 2012. Devenue trop aléatoire, la carrière politique serait délaissée par ces élites dont l’investissement dans d’autres sphères professionnelles réduit leur ancienneté politique, et donc leurs chances d’être élues. Les auteurs avancent ainsi qu’un déclassement des carrières électives s’opère. Cet argument de l’ouvrage, serait toutefois à étayer davantage. Si on admet que l’entrée en politique est désormais plus coûteuse en terme d’investissement préalable en politique, la carrière politique ne semble par la suite pas plus instable qu’auparavant, et ne vaut pas moins ce coût d’entrée qu’avant. Les auteurs montrent d’ailleurs dans le chapitre 3 qu’elle est loin d’être si précaire et instable, au vu de la rémunération perçue par les députés et la probabilité faible qu’une fois non réélus à l’Assemblée, ils sortent subitement du champ politique. Si la carrière élective est devenue moins désirable chez certaines fractions des classes supérieures, elle l’est peut-être en revanche davantage chez d’autres.

10La professionnalisation s’accompagne enfin, comme les auteurs l’ont annoncé en introduction, de l’individualisation de la carrière politique. Même si, on l’a vu, les députés ont une action législative limitée, ils peuvent se démarquer individuellement par la fréquence de la rédaction d’amendements ou de questions écrites au gouvernement, ainsi que par l’indiscipline de vote, qui s’observait rarement, notamment à gauche. L’organisation matérielle dont disposent les députés, comme les bureaux individuels à l’Assemblée ainsi qu’une équipe de collaborateurs dédiée, sont des réserves dans lesquels puisent les élus. Ils se construisent ainsi un profil particulier pour se démarquer de leurs collègues au sein d’une compétition politique de plus en plus individuelle.

Changer les institutions ?

11Est-ce un problème que les élus aient passé de plus en plus de temps en politique ? Pour conclure leur ouvrage, les auteurs reviennent sur cette question préalablement posée en pesant le pour et le contre. Rester plus longtemps en politique pourrait permettre aux élus d’en acquérir les savoir-faire et savoir-être essentiels. En même temps, si cela signifie la réduction de toute autre expérience professionnelle, ils risquent d’être de plus en plus déconnectés des autres citoyens. En outre, l’individualisation du capital politique qui accompagne la professionnalisation de la carrière incite les députés à se centrer davantage sur leur réélection qu’autre chose, pour rester en politique au prix de dérives financières et éthiques. Au vu de ces potentiels problèmes, les auteurs proposent de déplacer la réflexion vers une prise en compte collective plutôt qu’individuelle de l’action du parlement. Pourquoi, au lieu de réduire le cumul des mandats ou le nombre d’élus, ne pas plutôt repenser le partage du pouvoir entre l’exécutif et le parlement ? Sans davantage détailler les réformes potentielles pour y parvenir, l’ouvrage invite à repenser dans son ensemble la vie politique française.

12Enfin, à l’aune des récentes élections de 2017, on pourrait se demander si la nouvelle Assemblée n’est pas à contre-courant de la tendance à la professionnalisation politique observée depuis plusieurs décennies.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M. (200), Un ethnographe à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob.

Demazière D. & Le Lidec P. (2014), Les Mondes du travail politique. Les Élus et leurs entourages, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lecomte D., Bouvard H., Perez D. et al. (2017), « “Le respect de la boutique”. L’étiolement de la discipline partisane dans le groupe parlementaire socialiste au cours de la 14e législature (2012-2017) », Politix, vol. 1, no 117, pp. 171-199.

Nay O. (2003), « Pour une sociologie des pratiques d’assemblée : note sur un champ de recherche quelque peu délaissé », Sociologie du travail, vol. 45, no 4, pp. 537-554.

Rozenberg O. & Kerrouche É. (2009), « Retour au parlement », Revue française de sciences politiques, vol. 59, no 3, pp. 397-400.


Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alizée Delpierre, « Julien Boelaert, Sébastien Michon & Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France (Raisons d’Agir, 2017) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3284

Haut de page

Auteur

Alizée Delpierre

alizee.delpierre@sciencespo.fr
Doctorante en sociologie, Centre de sociologie des organisations - Centre de sociologie des organisations, 19 rue Amélie 75007, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page