Navigation – Plan du site

In memoriam

François‑André Isambert (1924‑2017)
Céline Béraud

Texte intégral

1François‑André Isambert, figure importante de la sociologie des religions et de la sociologie de l’éthique, s’est éteint le 18 février 2017, à l’âge de 92 ans.

2Issu d’une famille d’éminents juristes, il est étudiant en khâgne à Lyon, lorsqu’il s’engage dans la Résistance. Après une formation en philosophie dont il est agrégé (1947) et qu’il enseigne quelques temps en lycée, il se tourne vers la sociologie, itinéraire qu’il partage avec de nombreux sociologues de sa génération. Avec son épouse Viviane Isambert‑Jamati également sociologue (une des rares femmes à participer à la refondation de la discipline dans les années 1950), il commence par s’intéresser à ce que l’on appelle alors la sociologie « industrielle », au contact de Georges Friedman. Il écrit que c’est le hasard qui le met sur le chemin de Gabriel Le Bras et de son entreprise de dénombrement de la pratique cultuelle, entreprise lancée en 1931 mais dont l’essor n’aura lieu qu’après la Seconde Guerre mondiale. Ancien militant d’Action catholique (il a été membre de la Jeunesse étudiante chrétienne), François‑André Isambert n’est pas étranger à la problématique de la déchristianisation, perçue d’abord comme un fait ouvrier et urbain, qui suscite depuis plusieurs décennies déjà l’inquiétude des autorités ecclésiales.

3Après avoir été assistant de sociologie à la Sorbonne, il entre en 1954 au Cnrs et participe à la fondation du Groupe de sociologie des religions (GSR). Ses recherches croisent religion et classes sociales. Il analyse ainsi, dans un son premier essai (Christianisme et classe ouvrière paru en 1961), l’écart entre monde ouvrier et christianisme. Au milieu des années 1960, il consacre sa thèse d’État à Philippe Buchez engagé dans le saint‑simonisme puis dans le socialisme chrétien. Après un bref passage à Nanterre où il est professeur de sociologie, François‑André Isambert est élu en 1971 directeur d’études à l’Ephe (VIe section qui deviendra Ehess), sur la chaire de Gabriel Le Bras.

4Ce sont surtout ses écrits relatifs à la sécularisation considérée comme phénomène pluriel, qui connaissent une importante postérité. On lui doit ainsi la notion de sécularisation interne. François‑André Isambert distingue sécularisation interne et sécularisation sectorielle. Alors que la seconde renvoie à un affaiblissement voire à la fin de l’emprise religieuse dans certains domaines de l’activité sociale, la première consiste, elle, en un alignement tendanciel de l’activité et de la pensée religieuses sur l’activité et la pensée profanes. La sécularisation interne n’est pas imposée de l’extérieur, contrairement à la sécularisation externe, mais considérée comme nécessaire et légitime au sein même des mondes religieux. Forgé à partir de l’analyse des rituels catholiques introduits par le concile de Vatican II (1962‑1965), le concept est aujourd’hui largement mobilisé par les sociologues des religions, quelle que soit la confession sur laquelle ils travaillent. Ces mêmes travaux conduisent François‑André Isambert à développer une réflexion sur l’efficacité symbolique des rituels et plus largement sur « Le sens du sacré » (titre de l’ouvrage qui paraît en 1982).

5L’œuvre de François‑André Isambert, marquée par sa lecture assidue des « classiques » (Émile Durkheim et Max Weber en particulier), donne à voir un riche dialogue entre la sociologie des religions et ce que l’on peut appeler la sociologie générale. Son investissement dans le comité de rédaction des Archives de sociologie des religions (qui deviennent Archives des sciences sociales des religions en 1973) et dans celui de la Revue française de sociologie témoigne de ce double ancrage.

6Au tournant des années 1980, son itinéraire de recherche le conduit de la religion à l’éthique, notamment dans ses aspects biomédicaux. Dans la lignée d’une sociologie de la vie morale, initiée par Émile Durkheim et relancée après‑guerre par Georges Gurvitch, il crée le Centre de sociologie de l’éthique, rattaché à la double tutelle de l’Ehess et du Cnrs. Il y travaille notamment avec Paul Ladrière, Patrick Pharo et Simone Bateman. Ces deux derniers sociologues apparaissent aujourd’hui, avec Danièle Hervieu‑Léger, comme ses principaux héritiers et héritières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Béraud, « In memoriam », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3290

Haut de page

Auteur

Céline Béraud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page