Navigation – Plan du site

Faire émerger un «islam français»: paradoxes d’une action publique sous contrainte (1970‑2010)

Giving rise to “French Islam”: The paradoxes of an uneasy government policy (1970‑2010)
Solenne Jouanneau

Résumés

Cet article revient sur la manière dont certains agents du ministère de l’Intérieur ont institué le fait islamique hexagonal en fait social problématique, en s’intéressant plus particulièrement à la manière dont cette construction du réel a participé à désigner les imams métropolitains comme un possible support de résolution des dysfonctionnements imputés à la religion musulmane en France. Il décrit ensuite, la manière dont ces «ministres du culte» sont progressivement devenus la cible d’un faisceau d’action publique en interrogeant à cette occasion le rapport pratique des agents du ministère de l’Intérieur à la laïcité juridique et narrative.

Giving rise to “French Islam”: The paradoxes of an uneasy government policy (1970‑2010)

This article examines how agents of the Interior Ministry have turned Islam in France into a problematic social fact, focusing more specifically on how this construction of reality has been used to designate French imams as possible allies in the resolution of problems associated with the Muslim faith. It subsequently shows how these “ministers” have progressively become targets of public policies that call into question the practical relationship of Interior Ministry agents to legal and narrative laicism.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le ministère de l’Intérieur et le culte musulman : de l’indifférence à la tentation de la régulation
La construction d’un « problème musulman » en France : entre « intégration » et « sécurité intérieure » 
Des « conseillers islam » à l’image du dossier qu’ils prennent en charge
Favoriser l’« islam français » en pays laïque : une action publique sous contrainte
Conformer l’islam au « modèle français de gestion des cultes » : de la centralisation du culte musulman à l’encadrement des imams
Encadrer les imams : contourner la « laïcité juridique » en maintenant les apparences
Une laïcité juridique contraignante et contournée, mais jamais discutée

Aperçu du début du texte

En France, depuis l’adoption de la loi du 9 décembre 1905, l’État est confessionnellement neutre. Tout en garantissant la liberté de conscience et le libre exercice du culte sur son territoire, il ne reconnait, ne subventionne et ne salarie aucun culte. Ce positionnement de l’État vis‑à‑vis du religieux ne se traduit pas cependant par toute absence de relations entre représentants des sphères religieuse et étatique. En effet, le principe de « laïcité » – lorsqu’il est adopté par les dirigeants de la IIIe République – ne vise pas uniquement à séparer ces deux espaces institutionnels (Lalouette, 2005). Ici, comme dans d’autres domaines, la différenciation entend aussi assurer la hiérarchisation (Lagroye, 2003, pp. 361‑362). Il s’agit de parvenir à imposer définitivement le primat de la rationalité étatique et des lois républicaines sur les croyances et les pratiques religieuses (Asad, 2006 ; Baubérot, 2009 ; Portier, 2016). En d’autres termes, il s’agit de s’assurer que pratiques, cro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solenne Jouanneau, « Faire émerger un «islam français»: paradoxes d’une action publique sous contrainte (1970‑2010) », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3291

Haut de page

Auteur

Solenne Jouanneau

jouanneau@unistra.fr
Maitresse de conférences en science politique à l’IEP de Strasbourg, UMR SAGE (Société Acteurs Gouvernement en Europe) - Institut d’études politiques de Strasbourg, MISHA, 5 allée du Général Rouvillois, 67083 Strasbourg, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page