Navigation – Plan du site

Les permanents fédéraux : ressorts et dilemmes de la professionnalisation syndicale

Drivers and Dilemmas of the Professionalization of Trade Union Officials
Adrien Thomas

Résumés

L’article a pour objectif de mieux comprendre les conditions et enjeux de la professionnalisation syndicale. À partir de l’exemple de la Fédération Chimie‑Énergie de la Confédération française démocratique du travail (FCE‑CFDT), l’enquête qualitative, reposant sur des entretiens et des documents d’archives, montre le caractère graduel de la professionnalisation des permanents fédéraux, les attentes de rôle auxquelles ils sont confrontés et le caractère problématique de la reconversion professionnelle en fin de mandat. Alors que la professionnalisation syndicale est censée répondre aux problèmes de coordination et de légitimation de l’action syndicale, l’analyse révèle qu’elle suscite de nouveaux dilemmes organisationnels. Ce faisant, l’article contribue à la connaissance de la professionnalisation des pratiques militantes et, plus largement, à la sociologie de l’engagement.

Drivers and Dilemmas of the Professionalization of Trade Union Officials

This article provides insights into the dynamics of the professionalization of trade union officials. Using the example of the Fédération Chimie‑Énergie, which is affiliated with the Confédération française démocratique du travail (FCE‑CFDT), this qualitative research, based on interviews and archival documents, investigates the gradual nature of the professionalization of union officials, the role expectations that they face and the problematic nature of their professional reintegration at the end of their mandate. While the professionalization of trade unions is conceived of as an answer to the problems of internal coordination and of the legitimacy of trade union action, the article shows that it engenders new organizational dilemmas. All in all, the article contributes to the knowledge of the professionalization of social movements and, more broadly, to the sociology of collective action.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les permanents fédéraux : une professionnalisation graduelle et passive
Devenir permanent fédéral
« Faire bloc » : recrutement des permanents et loyauté politique
Exercer le rôle de permanent fédéral : « maîtriser sa boutique »
Les permanents fédéraux comme « arbitres » et « animateurs »
« Des électrons libres » : les limites du contrôle de l’action syndicale dans les entreprises
« Revaloriser l’image du militantisme » : la reconversion professionnelle comme révélateur des conceptions du rôle des permanents fédéraux
« Les Jésus‑Christ, on n’en veut plus » : reconversion et identification à la figure du cadre d’entreprise
Validation des acquis de l’expérience et réticences devant des outils managériaux
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dès les années 1980, de nombreux travaux ont analysé les transformations du syndicalisme en France, appréhendées avant tout en termes de « crise » (Mouriaux, 1998 ; Pernot, 2010), à travers le prisme de l’institutionnalisation des relations de représentation ainsi que de la transition d’un mouvement de militants vers une agence sociale composée de professionnels de la représentation, exerçant des activités syndicales à plein temps et détachés de leur activité professionnelle antérieure (Adam, 1983 ; Rosanvallon, 1988 ; Andolfatto & Labbé, 2000, 2006).

Paradoxalement, les dynamiques et ressorts de ce processus de professionnalisation syndicale n’ont été que peu étudiés. Si les filières d’adhésion aux syndicats ont fait l’objet d’enquêtes empiriques (Duriez & Sawicki, 2003 ; Contamin & Delacroix, 2009), les modalités et les formes concrètes de la professionnalisation syndicale – le processus de sélection des permanents, leurs conditions de travail et les attentes de rôles auxquelles il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Thomas, « Les permanents fédéraux : ressorts et dilemmes de la professionnalisation syndicale », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 12 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3293

Haut de page

Auteur

Adrien Thomas

adrien.thomas@liser.lu
Chercheur, science politique, Luxembourg Institute of Socio‑Economic Research - Luxembourg Institute of Socio‑Economic Research, 11 Porte des Sciences, L‑4366 Esch‑sur‑Alzette, Luxembourg

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page