Navigation – Plan du site

Introduction : Émile Durkheim, quelle postérité internationale ?

Introduction: Émile Durkheim, what international posterity?
Serge Paugam

Texte intégral

  • 1 . Philippe Besnard, Massimo Borlandi & Paul Vogt (dir.) Division du travail et lien social. Durkhei (...)

1À l’occasion du centième anniversaire de la mort d’Émile Durkheim, plusieurs événements sont organisés en France et à l’étranger : colloques, séminaires, nouvelles publications. Il est impossible de les signaler tous. Un siècle après sa disparition, É. Durkheim suscite toujours un grand intérêt. À vrai dire, la postérité de celui que l’on considère comme le fondateur de la sociologie française ne se discute pas tant il continue à être enseigné dans tous les départements de sociologie des universités du monde entier, tant il est considéré comme un classique incontournable. Depuis environ une vingtaine d’années, nous assistons même à un renouveau des études qui lui sont consacrées. Ce mouvement a été amorcé par la célébration du centenaire de la parution de la plupart de ses œuvres par de nouveaux livres ou numéros de revues1.

2La recherche sur É. Durkheim et ses œuvres est visible également sur le plan international. Un centre de recherche, le British Centre for Durkheimian Studies, entièrement consacré à l’étude d’É. Durkheim a été créé à Oxford en 1991. Ce centre publie depuis 1995 la revue Durkheimian Studies/Études durkheimiennes à raison d’un numéro par an. Tous les ouvrages d’É. Durkheim sont régulièrement réédités et enrichies de nouvelles préfaces ou introductions. Il faut mentionner aussi la parution de la monumentale biographie d’É. Durkheim publié par Marcel Fournier en 2007 et traduite en anglais en 2012. Émile Durkheim n’est plus seulement la référence obligée des apprentis sociologues et des enseignants de l’histoire de la sociologie. C’est un classique réinvesti et de plus en plus au cœur des débats contemporains sur les fondements des sociétés modernes.

  • 2 . Serge Paugam (dir.), numéro spécial « Émile Durkheim et les liens sociaux », Revue Internationale (...)

3Ce renouveau ne concerne pas que les sociologues. Il est visible dans les publications de politistes et de philosophes, lesquels organisent désormais régulièrement des colloques sur la pensée d’É. Durkheim en invitant les sociologues à se joindre à leur réflexion. Alors qu’É. Durkheim avait mené une lutte acharnée pour faire reconnaître à l’Université la sociologie comme une science positive autonome, c’est, au moins partiellement et de façon paradoxale, au décloisonnement de cette discipline que l’on doit également la relecture croisée de ses textes fondateurs. La parution cette année d’un numéro qui lui est entièrement consacré dans la Revue internationale de philosophie en est un exemple saisissant2.

4Pour marquer à sa manière ce centenaire, Sociologie a choisi de donner la parole à des sociologues étrangers en leur demandant quelle est, de leur point‑de‑vue, la postérité d’É. Durkheim dans leur pays. C’est un exercice délicat et il est bien difficile de répondre à cette question de façon relativement concise, d’autant que parler de la postérité actuelle d’É. Durkheim implique de rendre compte de la façon dont il a été lu et interprété au cours du xxesiècle en fonction du rythme de la traduction de ses principaux ouvrages. Plusieurs spécialistes d’É. Durkheim ont accepté notre invitation et nous les en remercions vivement. Ils ne prétendent pas livrer ici une analyse exhaustive, mais simplement rendre compte de quelques lignes de force pour échanger des informations, engager le débat et, le cas échéant, préparer des travaux comparatifs plus approfondis.

5Jean Terrier, politiste et philosophe suisse de l’université de Zurich, historien des sciences sociales, nous livre un aperçu de la réception d’É. Durkheim à la fois au Royaume‑Uni, aux États‑Unis et dans le monde germanophone. Il souligne notamment qu’après avoir été assez fortement critiqué en Allemagne, É. Durkheim fait l’objet, depuis deux décennies, d’une redécouverte enthousiaste par plusieurs sociologues et philosophes, notamment Jürgen Habermas, Hans Joas et, plus récemment, Axel Honneth.

6William Watts Miller, professeur au British Centre for Durkheimian Studies, qui a fortement contribué au renouveau des études durkheimiennes en Angleterre et bien au‑delà, explique que la carrière britannique d’É. Durkheim a commencé en suscitant un grand intérêt de la part des anthropologues anglais, notamment Alfred R. Radcliffe‑Brown et Bronisław Malinowski. L’ancrage anthropologique d’É. Durkheim ne s’est jamais démenti tout au long du xxesiècle jusqu’à aujourd’hui chez nos voisins anglais.

7Jose Antonio Santiago Garcia, professeur de sociologie à l’Université complutense de Madrid, reconnait qu’É. Durkheim n’a pas fait vraiment école en Espagne et que la lecture de ses œuvres a suscité un intérêt très inégal. De tous les livres d’É. Durkheim traduits en espagnol, c’est incontestablement Les Formes élémentaires de la vie religieuse qui est considéré comme l’œuvre la plus achevée et la plus déterminante, celle qui continue encore aujourd’hui à nourrir en Espagne le débat sur la place de la religion dans les sociétés modernes.

8Enfin, Márcio de Oliveira et Raquel Weiss, sociologues brésiliens, respectivement professeur à l’Université fédérale du Paraná et professeure à l’Université fédérale du Rio Grande do Sul, montrent combien la carrière d’É. Durkheim a été longtemps entachée de représentations assez négatives. Considéré par beaucoup comme un sociologue conservateur et positiviste, les Brésiliens l’ont souvent opposé de façon caricaturale et peu avantageuse à Karl Marx et Max Weber. Des grands classiques, il est celui qui a suscité le moins de recherches théoriques et empiriques dans ce pays. On observe toutefois, depuis une vingtaine d’années, un début de retournement de cette image négative, une reprise abondante de recherches sur É. Durkheim, mouvement que confirme la création en 2012 du Centro Brasileiro de Estudos Durkheimianos et qui ouvre de nouvelles perspectives pour les générations à venir.

9Les quatre présentations que nous avons réunies dans ce dossier ne sauraient à elles seules rendre compte de la réception internationale et la postérité actuelle d’É. Durkheim à l’étranger. Si elles méritent d’être approfondies et complétées par d’autres cas, elles encouragent à essayer de mieux comprendre de façon comparative les raisons qui conduisent à faire d’Émile Durkheim, un siècle après sa mort, non pas seulement un auteur classique appartenant à l’histoire de notre discipline, mais un auteur moderne que l’on ne cesse de redécouvrir, de rediscuter pour nourrir des travaux de recherche contemporains.

Haut de page

Notes

1 . Philippe Besnard, Massimo Borlandi & Paul Vogt (dir.) Division du travail et lien social. Durkheim un siècle après, Paris, Puf, « Sociologies », 1993 ; Massimo Borlandi & Laurent Mucchielli (dir.), La Sociologie et sa méthode. Les « Règles » de Durkheim un siècle après, Paris, L’Harmattan, 1995 ; Charles‑Henri Cuin, Durkheim d’un siècle à l’autre. Lectures actuelles des Règles de la méthode sociologique, Paris, Puf, « Sociologies », 1997 ; Massimo Borlandi & Mohamed Cherkaoui (dir.), Le Suicide, un siècle après Durkheim, Paris, Puf, « Sociologies », 2000. Et, plus récemment, en 2012, deux revues, L’Année sociologique et les Archives de sciences sociales des religions, éditèrent, l’une et l’autre, un numéro spécial consacré aux Formes élémentaires de la vie religieuse, un siècle après.

2 . Serge Paugam (dir.), numéro spécial « Émile Durkheim et les liens sociaux », Revue Internationale de Philosophie, no 2, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Paugam, « Introduction : Émile Durkheim, quelle postérité internationale ? », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 8 |  2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3304

Haut de page

Auteur

Serge Paugam

serge.paugam@ehess.fr
Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et directeur de recherche au CNRS, Centre Maurice Halbwachs, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page