Navigation – Plan du site

Fabien Truong, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation (La Découverte, 2017)

Éric Marlière
Référence(s) :

Fabien Truong, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation, Paris, La Découverte, 2017, 238 p.

Texte intégral

version postprint

Un processus de radicalisation spécifique ? Le cas des « mauvais garçons » de la Nation

1Comment des jeunes français en sont-ils arrivés à commettre des attentats de masse à Paris ? C’est l’objet du livre de Fabien Truong, Loyautés radicales. Répondant à l’appel du Cnrs pour contribuer à éclairer le phénomène, l’auteur est allé à la rencontre de jeunes de la cité de la Grande Borne à Grigny où a vécu le terroriste Amédy Coulibaly afin d’appréhender le divorce progressif entre les « mauvais garçons » de la cité et la société française. À travers l’étude des parcours chaotiques de six jeunes ayant côtoyé le jihadiste – devenu hélas célèbre à la suite de l’assassinat de policiers et de la prise d’otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes à Paris le 9 janvier 2015 –, le sociologue Fabien Truong tente de démontrer en quoi les modes de vie de ces jeunes délinquants pris dans les déterminismes sociaux de l’échec peuvent engendrer des parcours à la fois criminels et terroristes. Au moyen d’entretiens informels, l’auteur essaye de montrer en quoi l’échec scolaire, les tensions avec les institutions, les conflits avec la police incitent certains jeunes à adopter une culture de rue virile et violente en adéquation avec les activités délinquantes. Il est donc question ici de comprendre les mécanismes sociaux qui conduisent certains jeunes de cité à la radicalisation.

Des « loyautés radicales » aux « damnés de la terre »

2Un premier axe synthétique s’articule autour de la problématique de la radicalisation et de la question de la marginalisation politique et sociale des « quartiers ». Ainsi, Fabien Truong discute de « l’imposition du mot radicalisation » dans le débat public (p. 13), terme qui, selon lui, renvoie à un mythe puisqu’il produit « une conception magique des croyances religieuses, commune à la propagande djihadiste et à la peur occidentale de la radicalisation » (p. 16). Cette approche dialectique permet de dépasser le débat entre perspective de définition et impossibilité d’utiliser la notion. Pour autant, les notions de terrorisme, de jihadisme voire de radicalisation, certes synonymes dans le « sens commun », auraient pu être étayées davantage. D’autant plus qu’à la fin de l’ouvrage, la notion de takfir est abordée sans véritable approfondissement (p. 168) alors que le takfirisme désigne un mouvement violent et sectaire depuis les premiers temps de l’islam (Khosrokhavar, 2009). Afin de pallier les insuffisances liées au terme de radicalisation, l’auteur s’appuie sur Marcel Mauss (2012 [1925]) et son concept de « don et contre-don » (p. 46), optant ainsi pour l’expression de « loyauté radicale » (p. 42). Fabien Truong montre alors comment les destins partagés dans les difficultés créent des amitiés, des solidarités et fait apparaître que l’entraide constitue une condition de survie : ne pas dénoncer, venir en aide au copain en prison, pourvoir aux besoins de sa famille, etc. Ces formes de don et contre-don sont à l’origine de dettes et parfois de contentieux lorsque celles-ci ne sont pas honorées. Mais surtout, la notion de « loyauté radicale » prend une dimension politique lorsque l’auteur souhaite décrire les enjeux empiriques associant histoire migratoire et « conflits de loyautés » (p. 42) : on doit rester fidèle à ses origines, ses « amis » sous peine de trahir, ce qui fait que certains jeunes sont confrontés à des « injonctions paradoxales » (p. 43). Pour Fabien Truong, la « loyauté radicale » s’illustre par exemple à travers le soutien paradoxal d’Adama envers le terroriste Amédy Coulibaly, son copain d’enfance et de « galère », alors qu’il n’a pourtant pas la même trajectoire que ce dernier : « ces deux carrières opposées ne débouchent jamais sur la moindre querelle » (p. 42). Adama, ancien délinquant devenu aujourd’hui travailleur social, ne cautionne pas les activités criminelles et terroristes d’Amédy. Néanmoins, il ne peut réduire son ami à cette étiquette. Il a connu Amédy dans d’autres circonstances où il aimait plaisanter avec ses copains, se montrait solidaire avec les voisins et respectueux avec les personnes âgées. Nous pouvons dès lors nous demander en quoi cette forme d’amitié est singulière. Cependant, nous n’en saurons rien car les traits de la « culture de rue » exposés par l’auteur ne sont pas suffisamment développés pour appréhender plus finement le concept de « loyauté radicale ». D’ailleurs, Fabien Truong conclut trop rapidement sur le culte du corps viril (p. 96), aspect physique ne constituant qu’une dimension parmi d’autres de la culture de rue. L’intérêt du livre repose davantage sur l’approche du ghetto (pp. 29-30), influencée par Loïc Wacquant (2006). Fabien Truong résume très bien la difficulté principale rencontrée dans les quartiers populaires : « on peut parler à l’envi du “problème des banlieues”, du “problème de l’islam”, du “problème des prisons” ou du “problème de l’école” mais à prendre ces symptômes pour des causes, le regard restera myope. Ils ne sont que les conséquences délayées des apories du système économique et de sa géopolitique » (p. 201). L’auteur s’attache alors à désigner le problème de la répartition des richesses, l’impact de l’exploitation sans limite ou encore l’absence de sens moral en posant la question suivante : « jusqu’où supporte-t-on de mettre à l’écart un nombre croissant de personnes de plus en plus combatives et n’ayant plus rien à perdre dans la vie ? » (p. 201). Forme d’interrogation radicale qui pose de manière pertinente un débat politique de fond plus que jamais urgent, bien qu’il ne suffise pas d’avoir un parcours social similaire à celui d’Amédy Coulibaly pour finir terroriste, loin s’en faut.

Des « équipes » et des hommes ?

3La seconde thématique traite plutôt des questions relatives aux modes de vie de ces jeunes. Cependant, les analyses du phénomène de ghettoïsation n’ont rien d’original. L’auteur propose en effet une histoire parcellaire et surtout partiale des « quartiers ». D’ailleurs, un passage comme : « il faut apprendre à grandir avec le sentiment d’être enfermé dehors. Les cités françaises sont moins un autre monde que le monde des autres » (p. 30) aurait très bien pu se trouver sous la plume du sociologue Didier Lapeyronnie (2008). Si le terrain se situe à La Grande Borne, Fabien Truong n’a rencontré que six jeunes à travers les portraits d’Adama, Marley, Tarik, Hassan, Redouane (pp. 33-42) ou l’évocation posthume d’Amédy, racontée par son copain Adama. Il aurait sans doute été utile d’avoir plus d’informations sur les différents groupes de jeunes qui fréquentent la cité afin d’étayer au mieux les parcours de ceux qui prennent le « sens du chemin » (p. 154), et des autres qui sont dans « l’impasse du cercle » (p. 155). De même, nous ne savons absolument rien des obstacles sociaux à la recherche, pourtant essentiels lorsqu’on travaille sur les quartiers populaires. On note par ailleurs dans cet ouvrage des imprécisions quant à ce que recouvre la dénomination de « seconde zone » – qui caractérise la petite voyoucratie et ses pratiques – et à ce qui relie les personnages entre eux : s’agit-il de groupes de copains, de bandes ou d’équipes (pp. 69-70) ? Nous n’en savons malheureusement pas plus. En outre, la question du secret associé aux activités déviantes est désignée au moyen du terme religieux de taqiya (p. 192), évoquant une pratique qui consiste à dissimuler ces activités politiques ou religieuses. Ce qui paraît curieux dans l’usage de ce terme, c’est qu’il est non seulement attribué habituellement aux chiites et non aux sunnites, qui caractérisent pourtant les orientations de la majorité des jeunes des cités, mais qu’il est aussi importé des médias sans un véritable travail de déconstruction. D’ailleurs, Fabien Truong se réfère au concept de société secrète (p. 193) qu’il emprunte à Georg Simmel (1996 [1908]). Cette comparaison équivoque avec l’univers des loges oublie un peu vite l’histoire sociale des quartiers populaires urbains dont ces jeunes ont hérité, socialisés en modes de générations de « jeunes de cité » (Beaud & Masclet, 2006) depuis trois décennies, ce qui implique de leur part une grande méfiance envers les institutions comme la police, l’école, l’étranger, etc. Enfin, s’appuyant sur la catégorisation théorique du sentiment d’injustice (pp. 174-175) de Zygmunt Bauman (2013), l’auteur peine à en dessiner les contours concrets malgré les paroles entendues.

Un islam de rupture au centre de la dichotomie « Eux/Nous »

  • 1 Comme le montre le récent ouvrage de Pierre Puchot et de Romain Caillet (2017), les portes paroles (...)

4Les dichotomies entre l’école et la rue, la prison et l’université éclairent judicieusement les parcours parallèles entre jeunes en réussite et jeunes en difficulté. Le second point fort du livre réside dans les descriptions de conversions ou de reconversions des « mauvais garçons » autour de la « ré-esthétisation du monde » (p. 167) et de « l’achèvement de la vérité » (p. 167). L’analyse des trajectoires est pertinente de ce point de vue. Pour ces jeunes, l’islam joue non seulement un rôle de médiateur mais constitue aussi un acte d’affiliation « […] qui agit comme un gage de fidélité (“voici d’où je viens”), un certificat de singularité (“voilà qui je suis”) et un imaginaire politique flottant (“nous sommes ce que nous croyons et nous croyons à ce que nous sommes”) (p. 120). Ainsi, pour les jeunes de la « seconde zone » qui sont dans l’« impasse du cercle » (p. 153), ce que l’on nomme radicalisation « tient de la rencontre entre une représentation de sa trajectoire » (p. 167) et « une entrée dans l’islam fascinée par le geste de la volte-face et le spectacle de la rupture » (p. 167). Mais qu’en est-il des autres cas de conversions ? Des filles ? Des étudiants du quartier ? Des « Français de cité » ? La conversion à l’islam, que ce soit pour les jeunes en réussite ou ceux qui stagnent dans l’« impasse du cercle », s’oppose à l’ordre social car elle constitue un enjeu d’opposition et de stigmatisation vis-à-vis des institutions. C’est sans doute à ce niveau qu’il faudrait orienter l’analyse : que faire des diplômés ou des jeunes des cités qui ont accepté les règles de la méritocratie et qui se retrouvent également disqualifiés, à un degré moindre certes, comme le sont des « mauvais garçons » du quartier ? Ainsi, c’est l’exemple insuffisamment analysé de Redouane (pp. 33-34), à travers son sentiment d’injustice malgré sa réussite scolaire, qui nous indique où se joue à coup sûr la « rupture » avec la société. La problématique du « plafond de verre » ne se situe peut-être plus au niveau des jeunes délinquants sous-prolétarisés mais concernerait désormais de bons élèves des quartiers populaires ou des enfants des petites classes moyennes confrontés au déclassement qui n’hésitent pas non plus à s’engager dans des activités terroristes1.

  • 2 Remarque d’autant plus surprenante que l’auteur, dans d’autres travaux, a su montrer la complexité (...)

5Cet ouvrage agréable à la lecture s’avère indispensable pour comprendre les impasses du capitalisme et de sa géopolitique (pp. 201-202). Cependant, il n’apporte aucun éclairage nouveau sur le fond, renforce parfois les stéréotypes2 et pose également des interrogations méthodologiques, dont celle de l’essentialisation de la question « jeunesse des banlieues ».

Haut de page

Bibliographie

Bauman Z. (2013), La Vie liquide, Paris, Hachette.

Beaud S. & Masclet O. (2006), « Des “marcheurs” de 1983 aux émeutiers de 2005. Deux générations sociales d’enfants d’immigrés », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 61, no 4, pp. 809-843.

Caillet R. & Puchot P. (2017), « Le Combat vous a été prescrit ». Une histoire du jihad en France, Paris, Stock.

Khosrokhavar F. (2009), Inside Jihadism, The Yale Cultural Sociology Series, Boulder, Paradigm Publishers.

Lapeyronnie D. (2008), Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont.

Mauss M. (2012 [1925]), Essais sur le don, Paris, Puf.

Simmel G. (1996 [1908]), Secret et sociétés secrètes, Circé, Belval.

Truong F. (2017), « Des scènes, des trajectoires et des cas. Enquête auprès des “jeunes de banlieue” », in Guérandel C. & Marlière É. (dir.), Filles et garçons des cités aujourd’hui, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, pp. 31-44.

Wacquant L. (2006), Parias urbains. Ghetto, Banlieue, État, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Comme le montre le récent ouvrage de Pierre Puchot et de Romain Caillet (2017), les portes paroles de Daesh sont des convertis ou bien des jeunes de cité ayant effectué des études universitaires.

2 Remarque d’autant plus surprenante que l’auteur, dans d’autres travaux, a su montrer la complexité des trajectoires des jeunes qu’il a rencontrés, voir (Truong, 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Marlière, « Fabien Truong, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation (La Découverte, 2017) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/3345

Haut de page

Auteur

Éric Marlière

eric.marliere@univ-lille3.fr
Maitre de conférences à l’université de Lille et chercheur au CeRIES (Centre de Recherche « Individus, Épreuves, Sociétés ») EA 3587 – Laboratoire CeRIES, Université Lille 3, Domaine universitaire du Pont de Bois, BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page