Navigation – Plan du site

Les effets d’attraction des grandes écoles

Excellence, prestige et rapport à l’institution
French grandes écoles attractiveness. Excellence, prestige and relation to the institution
Hugues Draelants

Résumés

Cent vingt élèves appartenant à quatre des plus illustres grandes écoles françaises (ENS Ulm, Polytechnique, HEC, Sciences Po) ont été interrogés à propos de l’image de leur institution. On étudie dans quelle mesure l’image d’excellence et de prestige dont jouissent ces institutions dans la société française est perçue par ses membres. On cherche ensuite à comprendre son rôle dans leur attractivité auprès de ces élèves et dans la satisfaction qu’ils en retirent une fois la grande école intégrée. L’analyse montre que l’intériorisation de la hiérarchie d’excellence des grandes écoles et celle des significations symboliques qui y sont associées sont très inégales parmi les élèves et qu’elles dépendent de leur socialisation antérieure familiale et scolaire. Excellence et prestige contribuent à construire les aspirations à intégrer mais induisent des rapports à l’institution contrastés. Le rapport instrumental à l’institution de ceux qui considèrent principalement les opportunités professionnelles et les rétributions matérielles que promet le statut d’élève de grande école est distingué du rapport expressif de ceux qui valorisent les attributs symboliques associés aux grandes écoles. Ce second rapport à la grande école tend à être socialement plus distinctif que le premier. Le prestige intimide les élèves issus de milieux distants de l’univers des grandes écoles, ce qui  rend leur identification avec l’institution difficile. L’enquête montre en outre que ce rapport expressif se traduit ensuite fréquemment par un sentiment de déception relative compte tenu du décalage constaté entre une représentation idéalisée et la réalité organisationnelle.

French grandes écoles attractiveness. Excellence, prestige and relation to the institution

One hundred and twenty students successful at entering four of the most famous French grandes écoles (ENS Ulm, Polytechnique, HEC, Sciences Po) were questioned about their institution’s image. We focus on how the image of excellence and prestige of these institutions in the French society is viewed by its future members. We then investigate the role of image in students’ attraction and satisfaction once they are admitted. Initially, the knowledge of the hierarchy of excellence and the internalization of the symbolic meanings associated with theses institutions are very unequal among the students. As this paper shows, they depend on their family and school former socialization. Excellence and prestige exerts an undeniable attraction on numerous students, but induce contrasted effects on the relation to the institution. We distinguish between the instrumental relation and the expressive relation to the institution. The second one tends to be socially more distinctive than the first one. The prestige intimidates, particularly the students coming from backgrounds distant from the world of the grandes écoles, thus complicating their identification with the institution. Our findings also suggest that the expressive relation to the institution leads frequently the students to experience a feeling of relative deprivation considering the discrepancy between an idealized representation and the organizational reality.

Haut de page

Notes de l’auteur

Agnès van Zanten m’a fait l’amitié de relire une version antérieure de cet article et de me faire part de ses conseils avisés, je l’en remercie vivement. L’article a également grandement bénéficié des critiques pertinentes et constructives des évaluateurs anonymes de la revue Sociologie. Qu’ils soient ici remerciés de même que tous les élèves des grandes écoles qui ont accepté de participer à l’enquête. Enfin, je souhaite témoigner ma reconnaissance à Brigitte Darchy-Koechlin pour nos nombreux échanges et discussions stimulantes tout au long de ce travail.

Accès au texte / extrait

Plan

La socialisation familiale et scolaire et la perception initiale des grandes écoles par leurs élèves
Degrés d’intériorisation d’une hiérarchie d’excellence
Connaissance et reconnaissance du prestige
Excellence, prestige et aspirations scolaires
Excellence et rapport instrumental aux grandes écoles
Prestige et identification aux institutions d’élite
La réévaluation rétrospective de l’image
L’expérience du désenchantement
Une satisfaction inversement proportionnelle aux attentes
Conclusion
Annexes
Annexe A. Caractéristiques des enquêtés cités
Annexe B. Conditions de l’enquête et statut des discours recueillis

Aperçu du début du texte

Les grandes écoles sont, avec les classes préparatoires qui y conduisent, le segment de l’enseignement supérieur français qui, traditionnellement, sélectionne et forme les futures élites scientifiques, économiques et politiques du pays.

Le prestige des grandes écoles dans la société française provient à la fois de l’importance de cette fonction sociale qui leur est dévolue, de la place à part qu’occupent certaines de ces écoles dans l’histoire de France et dans l’imaginaire national, des caractéristiques matérielles de ces établissements d’élite ou encore de leur affiliation avec des réseaux universitaires réputés et des réseaux professionnels puissants de même que de leur association avec des personnalités célèbres, anciens élèves de ces établissements (Suleiman, 1979 ; Bourdieu, 1989).

Ce prestige est toutefois entaché depuis plusieurs années par le constat largement médiatisé d’une inégalité sociale dans leur accès qui perdure voire tend à se renforcer depuis les années 1980 alors ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Draelants, « Les effets d’attraction des grandes écoles », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/372

Haut de page

Auteur

Hugues Draelants

hugues.draelants@uclouvain.be
Chargé de recherche FNRS, Université de Louvain, GIRSEF, chercheur associé à l’Observatoire Sociologique du Changement, Sciences Po/CNRS - GIRSEF, 1 Place Montesquieu, bte 14, 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page