Navigation – Plan du site

Virginie Descoutures, Les mères lesbiennes

Paris, Presses universitaires de France, Le Monde, 2010
Frédérique Giraud
Référence(s) :

Virginie Descoutures, Les mères lesbiennes, Paris, Presses universitaires de France, Le Monde, 2010

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Couverture de Virginie Descoutures, Les mères lesbiennes

1Jeudi 8 juillet 2010 la cour de Cassation a rendu un arrêt historique en reconnaissant la filiation entre un enfant et la compagne de sa mère biologique. Mme B. médecin française exerçant aux Etats-Unis, sa compagne Mme N. médecin elle aussi est de nationalité américaine. En 1999 à Atlanta, grâce à une insémination artificielle avec donneur anonyme, elles deviennent mères d’une petite fille. Mais jusqu’à présent seule la justice américaine avait reconnu Mme B comme le second parent de l'enfant. Le tribunal de grande instance de Paris a quant à lui rejeté la demande en 2007 et en 2008, refusant de traduire en droit français la décision prise par un tribunal américain. C'est sur cette décision qu’est revenue le 8 juillet la Cour de cassation. Une décision qui fera jurisprudence ? S’il est un nouveau sujet qui a fait irruption dans la sociologie de la famille contemporaine, c’est donc bien celui de la filiation. Alors que dans le modèle de la famille occidentale, les éléments biologiques, sociaux, juridiques et affectifs ont longtemps été confondus, les parents homosexuels remettent en cause la connexion longtemps pensée entre parenté et engendrement. Comme le notait Pierre Bourdieu en 1996 « Bien que, dans le couple hétérosexuel lui-même, la sexualité soit de plus en plus souvent dissociée de la procréation, tout se passe comme si la norme tacite de l'union légitime, à laquelle est réservé le nom de famille, restait l'unité domestique pleinement inscrite dans la durée sociale par son orientation claire et simple vers sa propre reproduction et pleinement reconnue, de ce fait, dans ses droits de reproduction biologique et sociale » Le vieux débat sur la nature du lien de filiation – social ou biologique – retrouve avec cet ouvrage de Virginie Descoutures une nouvelle actualité percutante.

2Au-delà des débats médiatiques et à rebours des débats sur la question de la légitimité ou de l’illégitimité de la parenté lesbienne, Virginie Descoutures s’empare de la question de façon objective. Partant d’une prise de vue extérieure à la famille, l’auteure oriente progressivement la focale sur « l’expérience de la parentalité » du couple parental lesbien. Il s’agit d’interroger le quotidien vécu des familles lesbiennes, la matérialité des arrangements, la construction conjugale de l’expérience parentale. Se réclamant d’une sociologie compréhensive, Virginie Descoutures privilégie les entretiens qualitatifs. Elle a mené des entretiens auprès des deux conjointes-parentes de vingt-quatre familles élevant des enfants âgés de un à dix-huit ans en France métropolitaine. Le terrain de l’enquête effectuée se situe dans dix-huit départements de toute la France métropolitaine. Autant dire qu’une variété de régions, de zones urbaines et rurales, a été privilégiée.

3Enquêter sur les familles lesbiennes suppose de se prémunir contre un risque méthodologique fort, qui consiste à importer dans l’étude des critères hétéronormés (qui sont étudiés dans le premier chapitre) au prisme desquels la condition parentale lesbienne apparaitrait « hors normes » ou « a-normale ». A l’instar de Grignon et Passeron qui se demandent dans Le Savant et le populaire sila sociologie de la culture exige de se doter d’outils et de concepts spécifiques pour étudier les classes populaires, on pourrait se demander si la sociologie de la famille dont les instruments ont été bâtis pour analyser les familles hétérosexuelles est armée pour penser les familles homosexuelles. L’étude de Virginie Descoutures est en effet une des premières du genre, la sociologie de la famille ayant pris comme objet d’étude central le couple hétérosexuel et ses transformations. Le premier chapitre introductif travaille à notre sens à poser des concepts ajustés à la compréhension du travail parental d’élevage des enfants par des couples lesbiens, notamment à travers le retour fait sur le concept de parentalité.

4Le concept de parentalité désignant tout à la fois la condition de parent et l’exercice de la fonction parentale, permet de désigner un ensemble de pratiques qui ne sont pas nécessairement prodiguées par les parents. S’il est un concept utile pour étudier les mères lesbiennes, c’est parce qu’il ne définit pas une « sexuation » des fonctions parentales et assouplit le lien exclusif pensé à travers le « terme parenté » entre exercice des fonctions d’élevage et filiation (par le sang ou le nom). Le choix du terme parentalité, qui a vocation à devenir « nouveau lexique de parenté » (p. 33) et le choix d’étudier le travail parental correspondent au souci de déplacer la focale : alors que le seul registre juridique reconnu est celui de la filiation, la prise en compte du travail parental permet de mettre en avant la « parenté pratique », qui sont définis par Florence Weber (ibid) comme « l’ensemble d’obligations et de sentiments qui donne leur efficacité aux liens officiels de parenté ou qui crée d’autres liens ». La parenté pratique désigne donc les liens créés par le partage de la vie quotidienne et de l’économie domestique, dans leurs dimensions matérielle (co-résidence, tâches domestiques) et affective (partage du travail, soins donnés et reçus). Aujourd’hui négligée au profit des deux autres dimensions que sont le lien biologique (ou lien de sang) et le lien juridique, qui régit la transmission du nom et des biens, la prise en compte de la parenté quotidienne ou parentalité constitue une nécessité pour adapter les outils à l’évolution des mœurs. Dans l’ouvrage De la parenté à la parentalité, Claire Neyrinck note que le recours au néologisme de parentalité révèle une demande, un besoin (p. 15), « celui de consacrer une compétence parentale… En effet, la compétence renvoie à une aptitude de fait alors que la parenté renvoie à une place juridique. Est mis en place de parent non pas un ascendant, mais celui qui remplit correctement un rôle» (op. cit., p. 26) parental. Or c’est bien ce rôle parental que questionne Virginie Descoutures à travers deux questions transversales à toute son enquête : « Qu’est-ce qu’être parent ? » et « Qu’est-ce qu’être parent dans un couple de même sexe?» (p. 36)

5Réfléchir sur la maternité lesbienne c’est faire jouer deux thématiques que le sens commun oppose : la maternité et l’homosexualité. La force d’imposition de la norme de genre hétérosexuelle reste très prégnante : en témoigne chez les enquêtées la référence à un passé hétérosexuel pour expliquer le désir d’enfant, comme si l’affirmation d’un désir de parenté chez une femme lesbienne transgressait une norme implicite. La décision commune d’avoir des enfants chez des couples lesbiens est souvent le résultat d’une longue maturation conjugale : le sentiment ancré que la maternité n’est pas envisageable pour une femme homosexuelle se doublant parfois du refus de l’assignation des femmes à la maternité, discours que l’on retrouve chez les féministes radicales. La pratique parentale lesbienne, qui s’inscrit dans un cadre hétéronormatif, oscille toujours entre distance et conformité à cette norme hétérosexuelle. C’est tout l’enjeu du chapitre deux que de montrer combien les familles homoparentales peuvent se rapprocher de ce qui est socialement « attendu » d’une vie de « famille »: souci « d’hypercorrection comportementale » (p. 130) vis-à-vis de l’école et des enseignants, réappropriation des normes de famille par l’investissement des fêtes de famille… Si chacune des configurations homoparentales (adoption, IAD, enfant conçu lors d’une précédente union hétérosexuelle) s’écarte de la norme hétéroparentale, Virginie Descoutures montre une constante volonté et réaffirmation de la part des enquêtées d’apparaître et d’être considérées comme des « bonnes mères ». Elles « surjouent » (p. 228) la maternité afin de se voir reconnaître un statut.

6Dans cette expérience de la maternité, la difficulté la plus grande reste pour le parent non statutaire. Ici ce n’est pas l’absence de lien biologique qui pose la question de la filiation mais l’absence de légitimité dans le droit : le fait de ne pas être reconnue comme « parent » est vécu par les compagnes des mères comme une véritable injustice : de là des difficultés à se positionner et à construire une identité parentale (jalousie, sentiment d’illégitimité, dépendance vis-à-vis de la mère légale…). La difficulté à trouver un nom pour les deux mamans en est le reflet concret patent, à l’instar de ce qu’analysait Pierre Bourdieu dans son article « Des familles sans nom » à propos des familles recomposées. « Comment appeler les fils « d'un premier lit » de la nouvelle épouse de son père divorcé (ou du nouvel époux de sa mère divorcée) : frères, ou « demi-frères », ou « beaux-frères » ? Et comment désigner, chose plus délicate et plus grave, le nouvel époux de sa mère, soit pour s'adresser à lui, soit pour parler de lui à des étrangers, sinon par le prénom? » se demandait alors Pierre Bourdieu. Virginie Descoutures montre que ce même questionnement se pose aux mères lesbiennes. La reconnaissance légale vient à l’appui du statut acquis par le travail parental quotidien dans la sphère intime. L’auteure montre que le statut juridique a une influence considérable sur le sentiment d’être une mère légitime, une mère à part entière. L’enquête de Virginie Descoutures est incontestablement riche lorsqu’il s’agit d’analyser comment les mères non statutaires exercent leur métier de parent dans la sphère intime mais ne se reconnaissent pas pour autant comme parents vis-à-vis de la société.

7On ne peut cependant que regretter l’absence de prise en compte des appartenances sociales des enquêtées. Parce que les enquêtées appartiennent en majorité à des milieux plutôt favorisés, seize des couples interrogés gagnant plus de 3000 euros par mois (revenu mensuel net) Virginie Descoutures affirme dans l’annexe méthodologique présente en fin d’ouvrage que « dans l’ensemble, la situation des familles est peu hétérogène » et que cela «  empêche dans l’analyse, de rapporter toute explication des comportements et  représentations à une quelconque variation en termes de classes sociales » (p. 243). Or il nous semble que la seule variance du revenu mensuel net des familles étudiées aurait peut-être permis de prendre en compte l’effet des différenciations sociales sur les configurations familiales. Un élément dans la justification de la non prise en compte des classes sociales dans la compréhension de l’expérience parentale lesbienne pose selon nous un problème : en effet l’auteure affirme que son questionnement est « plutôt fondé sur la variation [du travail parental] en fonction des configurations familiales » (p. 243).

8Or de nombreux auteurs ont montré que ces dites configurations familiales sont fortement corrélées à des déterminant sociaux. Kellerhals et son équipe dans leur ouvrage Mesure et démesure du couple : Cohésion, crises et résilience dans la vie des couples identifient cinq « styles conjugaux » (Parallèle, Compagnonnage, Bastion, Association, Cocon) c’est-à-dire des manières différenciées de faire couple. La typologie obtenue à partir d’un échantillon de 1500 couples suisses mariés et non mariés montre une inégale diffusion des types. Ainsi la formation du couple et son fonctionnement, et ce qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel, subissent l’influence des structures sociales. C’est vrai du choix du conjoint et de la répartition sociale des styles conjugaux, des stratégies éducatives des familles et de la division du travail parental. Si l’auteure différencie les familles selon le statut parental des deux parents et le mode de conception de l’enfant, ce mode de conception n’est-il pas lui-même éminemment lié à des situations sociales différenciées : accès à l’adoption, connaissance des structures pour trouver des donneurs, choix de la co-parentalité avec un couple de gays…? En certains points l’absence d’éléments de contextualisation sociale laisse en suspens des éléments : ainsi p. 139 lorsque l’auteure évoque la réappropriation des normes de famille par les couples lesbiens, elle note « il existe cependant des familles où l’homosexualité n’est pas considérée comme un problème, où les sujets de conversation entre parents et le couple lesbien peuvent aborder l’éducation des enfants tout autant que l’homosexualité » on ne peut s’empêcher de demander quelles sont ces familles où l’homosexualité ne pose pas problème.

9Comme on l’a vu, la constitution de l’échantillon favorise les femmes de milieux aisés fortement dotées en capital culturel. En effet celles-ci sont plus promptes à répondre à l’appel du sociologue. Virginie Descouture le précise dans l’annexe méthodologique « l’hypothèse rapidement vérifiée au moment du « recrutement » des enquêtées, que celles-ci appartiendraient plutôt aux catégories favorisées […] : la stigmatisation de l’homosexualité en même temps que sa légitimation progressive faisaient de ces dernières les interlocutrices les plus susceptibles d’accepter de répondre à ma demande » (p.243) La curiosité sociologique est alors aiguisée par cette phrase. Comment (par quel intermédiaire) ont été recrutées les enquêtées ? L’auteure s’est-elle essuyée à des refus de la part de femmes de catégories sociales inférieures ? Peut-on noter une façon différenciée d’investir les questions du sociologue ? Un risque méthodologique consiste pour le sociologue à recueillir des propos minimisant les difficultés à vivre la condition parentale lesbienne. Ainsi que le signale l’auteure, les familles homoparentales sont en quête de légitimité. Ce problème bien connu notamment des sociologues de la culture ou encore de l’école, où les effets de légitimité sont patents, aurait mérité d’être mentionné un peu plus longuement que ne le fait l’auteure. Et ce d’autant plus que les mères rencontrées l’ont été par le biais de l’Association de parents gays et lesbiens (APGL) : or il faudrait se demander qui sont les femmes (et les hommes) qui sont membres de cette association, qu’est-ce qui les différencient des autres parents gays et lesbiens, ce que signifie l’appartenance à cette association plutôt qu’à une autre, autant de questions face auxquelles le lecteur se trouve démuni.

10Ces réserves faites, le travail de Virginie Descoutures n’en reste pas moins profondément heuristique. Il permet de réaffirmer la dimension éminemment sociale de la parenté. Si l’enquête de Virginie Descoutures permet d’interroger le couple parental lesbien en profondeur, elle constitue également un excellent observatoire des mutations de la famille contemporaine, du couple hétérosexuel, de la filiation et partant de la parentalité. En se demandant ce que sont les familles homoparentales, on ne cesse de mettre au jour «  ce que les familles homoparentales font de « la » famille contemporaine » (p. 147). Le grand mérite de cette première étude des mères lesbiennes est bien de traiter ces nouvelles formes familiales comme des analyseurs de la famille dite normale. Par la mise en question qu'elle favorise, la visibilisation de ces configurations nouvelles aide à porter au jour des principes de vision qui avaient jusqu’alors un statut d'évidence indiscutée.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, Pierre, « Des familles sans nom », N°113, 1996

Grignon, Claude, Passeron, Jean-Claude (1989), Le Savant et le Populaire, Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard / Le Seuil

 On notera parmi les premières études menées sur les couples homosexuels celle d’Emmanuel Gratton, L’Homoparentalité au masculin. Le désir d’enfant contre l’ordre social, Paris, Puf, « Partage du savoir », 2008 et celle de Wilfried Rault avec notamment en 2009 L’Invention du PACS. Pratiques et symboliques d’une nouvelle forme d’union, Paris, Presses de sciences po. Ce sont les études anglo-saxonnes qui sont les premières et les plus prolixes sur la question de l’homoparentalité.

 Retraçant l’émergence du concept dans les années 60, Virginie Descoutures en fait, suivant en cela Claude Martin, « La parentalité : controverses autour d’un problème public », in Y. Knibiehler, G Neyrand (dir), Maternité et parentalité, Rennes, ENSP, 2004, p. 39-54 l’héritier direct des mutations de la sphère familiale depuis trente ans.

 Weber, Florence, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, Aux lieux d’être, « Mondes contemporains », 2005

 Le livre de Florence Weber se présente comme une étude sociologique de la parenté quotidienne qui n’est ni définie par le lien du sang, ni par un lien légal, mais bien par l’existence d’un quotidien partagé autour d’une maisonnée.

 On trouvera des éléments de définition poussés dans le rapport pour le Haut Conseil de la Population et de la Famille rédigé en 2003 par Claude Martin intitulé « La parentalité en questions. Perspectives sociologiques », disponible en ligne : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000552/index.shtml

 Bruel, Alain, Faget, Jacques, Jacques, Lucille, Joecker, Monique, Neirinck, Claire, et Poussin, Gerard, De la parenté à la parentalité, Eres, Coll « Maison des droits des enfants et des jeunes », 2001

 Bourdieu, Pierre, « Des familles sans nom », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, N°113, 1996

 Trois familles gagnent entre 900 et 1500 euros par mois, quatre entre 1500 et 3000 ; huit entre 3000 et 4500 ; huit plus de 4500 euros

 Kellerhals, Jean, Widmer, Eric, Levy, René, Mesure et démesure du couple : Cohésion, crises et résilience dans la vie des couples, Payot, 2004

 Pour une présentation synthétique on pourra se reporter à l’ouvrage de Jean-Hughes Dechaux, Sociologie de la famille, La découverte, Repères, 2007

 Kellerhals, Jean, Montandon, Cléopâtre, Les stratégies éducatives des familles. Milieu social, dynamique familiale et éducation des préadolescents, Genève, Delachaux et Niestlé, 1991

Ce que l’on trouve mentionnée dans la préface rédigée par Eleni Varikas p. X sans que cela ne soit reprécisé ailleurs, en particulier dans l’annexe méthodologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Virginie Descoutures, Les mères lesbiennes », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2010, mis en ligne le 08 octobre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/498

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page