Navigation – Plan du site

Elire domicile

A propos de Jean-Yves Authier, Catherine Bonvalet et Jean-Pierre Lévy (dir.), Elire domicile. La construction sociale des choix résidentiels (PUL, 2010)
Pascale Dietrich-Ragon
Référence(s) :

Authier Jean-Yves, Bonvalet Catherine, Lévy Jean-Pierre (dir.), Elire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, PUL, 2010, 434 p.

Texte intégral

Elire domicile

1Cet ouvrage collectif paru en 2010 et dirigé par Jean-Yves Authier, Catherine Bonvalet et Jean-Pierre Lévy s’atèle à la question des choix résidentiels. Le choix d’un logement est d’une importance primordiale dans la vie d’un individu ou d’un ménage. Il implique divers domaines de la vie sociale (professionnel, familial, amical…) et résulte d’arbitrages complexes qui engagent toutes ces dimensions de l’existence. D’une façon générale, les choix résidentiels se situent au cœur de divers problèmes de société contemporains : ségrégation territoriale, étalement urbain, gestion des transports, tiraillement des politiques de l’habitat entre différents modèles idéologiques… Ils traduisent en outre des évolutions sociétales. À travers eux, on peut lire les évolutions au sein de la famille, l’apparition de nouveaux modes de vie ou encore la façon dont se structure le lien social. Un grand intérêt de ce livre réside donc dans la diversité des « fils » pouvant être tirés à partir d’une question aussi précise. L’ouvrage, qui comprend les contributions de plusieurs chercheurs étrangers, est organisé autour de cinq parties. La première présente un bilan des approches économiques et sociologiques. La seconde souligne la diversité des parcours résidentiels à travers les contraintes pesant sur leur construction. La troisième concerne la façon dont s’organisent les arbitrages. La quatrième partie aborde des modes de vie particuliers à partir des exemples des personnes seules et des personnes âgées. Enfin, la cinquième partie porte sur la dimension territoriale des choix résidentiels.

2Grâce aux contributions de Didier Cornuel et d’Yves Grafmeyer, l’ouvrage commence par mettre en évidence les clivages disciplinaires sur le sujet. Les oppositions entre les disciplines économiques et sociologiques sont nombreuses. Les économistes se sont interrogés sur deux questions principales qu’ils traitent séparément : les déterminants de la localisation des ménages et le choix du statut d’occupation. À l’inverse, partant du principe qu’on ne se limite pas à une seule caractéristique du logement pour arrêter son choix, les sociologues privilégient une approche globale qui prend en compte la multiplicité des éléments définissant un habitat (essentiellement sa localisation, ses caractéristiques matérielles et son statut d’occupation). Seconde opposition, l’analyse économique se fonde sur une analyse en termes de coûts et de préférences, supposées partagées par tous. Pour les sociologues, les contraintes économiques n’expliquent pas tout et les individus, même les plus démunis, disposent face à elles d’une marge de manœuvre. En outre, les mécanismes sociaux façonnent les attentes et les jugements qui sont donc différentiés. D’un point de vue sociologique, même les plus fortunés sont donc contraints car, en caricaturant, ils doivent s’installer là où leur position sociale leur indique de se loger. Enfin, la décision individuelle entre évidemment en jeu et dépend de ce qui se joue dans les autres sphères de la vie sociale, en particulier celles du travail et de la famille. En réalité, comme le relève Grafmeyer, les arbitrages ne se confondent le plus souvent ni avec l’application d’un calcul d’utilité sous contrainte, ni avec la mise en œuvre mécanique de schèmes incorporés au fil du processus de socialisation. Malgré les limites de l’analyse économique, celle-ci apporte des éléments essentiels qui vont dans le sens d’une nécessaire complémentarité des disciplines. Par exemple, comparant les coûts de l’acquisition et de la location, les économistes remettent en question le présupposé selon lequel la propriété serait forcément plus avantageuse que la location. De même, ils contribuent à expliquer les grandes tendances de l’occupation de l’espace urbain et à éclairer les politiques publiques.

3La suite de l’ouvrage fonctionne comme une mise en perspective des principes théoriques énoncés précédemment. Les structures dans lesquelles s’inscrivent les choix résidentiels sont le premier élément à prendre en compte dans l’analyse, et tout particulièrement le fonctionnement du marché immobilier. La contribution de Catherine Bonvalet sur les choix résidentiels des franciliens âgés de 50 à 70 ans en 2000 montre que les ressources financières déterminent la marge de manœuvre dont disposent les ménages sur ce marché. En même temps, il apparaît que d’autres trajectoires n’obéissent pas de façon dominante aux pures règles économiques. Certains parcours répondent à une logique à dominante professionnelle ou familiale et, sur l’ensemble des enquêtés, près d’un sur deux a vécu à un moment donné dans un logement dont les règles n’étaient pas celles du marché (logement HLM, « loi de 1948 », familial ou de fonction). Cependant, les passages par ce type de logements ont surtout permis aux enquêtés de revenir ensuite sur le marché immobilier en meilleure position. Si on peut donc prendre de la distance par rapport à la logique économique, celle-ci reste dominante.

4Les structures liées aux contextes socio-historiques sont par ailleurs déterminantes pour expliquer les comportements résidentiels. Il existe par exemple un rapport à la propriété très différent dans les divers contextes nationaux. Selon Jim Ogg, les Britanniques valorisent le statut de propriétaire mais, alors qu’en France l’achat d’un logement s’accompagne souvent d’une plus grande stabilité résidentielle, la propriété ne constitue nullement un obstacle à la mobilité en Grande-Bretagne. En outre, l’acquisition d’un logement suit davantage une logique de consommation qu’une logique d’investissement, le capital acquis par une valeur immobilière étant de plus en plus mobilisé pour financer d’autres acquisitions. Au fond, la propriété d’un logement est considérée en Grande-Bretagne comme un processus et non une fin. Ceci est encore différent en Italie. Marco Bottai et Nicola Salvati montrent qu’un trait particulier des Italiens est leur « pulsion pour la maison », celle-ci étant une valeur économique mais aussi « sociale, existentielle, affective ». À l’inverse de la Grande-Bretagne, l’accession à la maison et au statut de propriétaire constitue le point d’arrivée du parcours migratoire. Les comportements résidentiels dépendent donc de valeurs socialement incorporées étroitement liées au lieu et à la culture dans lesquels on a grandi.

5Si on se place à un niveau plus « micro », plusieurs éléments apparaissent de façon récurrente dans les différentes contributions pour expliquer les arbitrages résidentiels. Tout d’abord, les caractéristiques sociodémographiques. Cherchant à expliquer ce qui détermine le choix des habitants entre rester ou partir de leur logement, Jean-Yves Authier et Jean-Pierre Lévy montrent que, dans les quartiers centraux anciens, les « stables » sont plutôt âgés, en couple, avec des enfants et qu’un changement dans la structure familiale modifie souvent les aspirations résidentielles. Par ailleurs, comme on pouvait s’y attendre, les personnes issues des classes sociales les plus aisées ont plus de facilités à concrétiser leur projet résidentiel. Le rapport au travail joue aussi un rôle majeur : être dans l’incertitude quant à sa situation professionnelle conduit à ne pas avoir réellement de projet résidentiel et une évolution dans le rapport à l’emploi implique souvent un changement des aspirations résidentielles. Enfin, le logement étant un bien « localisé », l’attachement au quartier influence le choix de rester ou de partir. La situation professionnelle, familiale, le statut d’occupation, l’âge et le quartier sont donc au fondement des choix résidentiels. Cécile Vignal, au sujet d’ouvriers et de techniciens de l’industrie contraints à déménager dans le cadre d’un plan social s’ils veulent conserver leur emploi, met en évidence les mêmes facteurs d’attachement qui conduisent à refuser la mobilité. Les salariés n’acceptant pas la mutation sont en moyenne plus âgés, ont une conjointe pourvue d’un emploi, ont des enfants et sont accédants à la propriété ou locataires d’une maison du parc HLM. Sa contribution montre aussi que les choix résidentiels sont sexuellement différenciés. Les femmes font un choix plus résidentiel que professionnel : elles se sentent plus menacées par la perte d’un statut d’occupation, de la maison ou du réseau familial que par le risque de chômage. Parmi les autres facteurs de mobilité, le temps passé dans le logement joue un rôle important dans le plus ou moins grand attachement au lieu (Authier, Lévy). Ceci est particulièrement vrai pour les personnes âgées. Selon Sébastien Lord, celles qui vivent en maison en banlieue ne souhaitent pas déménager car ce lieu représente pour elles un espace familier, d’attachement et de mémoire. L’expérience accumulée dans le passé contribue d’ailleurs à définir les préférences. Andrée Fortin et Carole Després soulignent que la grande majorité des personnes âgées qui font le choix de vieillir en milieu « rurbain » au Québec ont des racines qui les attachent à la campagne et qui ont structuré leur habitus résidentiel. Enfin, Agnès Van Zanten met le doigt sur un facteur particulièrement déterminant dans les choix résidentiels des familles : dans un contexte où la compétition scolaire est accrue, choix de logement et choix éducatifs sont imbriqués et peuvent conduire les classes moyennes et supérieures de la banlieue parisienne soit à déménager afin d’accéder à un meilleur établissement scolaire pour leurs enfants, soit à rester dans leur logement en « colonisant » les établissements du secteur. Dans ce dernier cas, ces parents déploient diverses stratégies pour « compenser » ce choix, par exemple en faisant pression pour la constitution de classes de niveaux afin de reconstituer un « entre-soi » au sein de l’établissement.

6En même temps, s’il existe des régularités liées à la position dans le cycle de vie, à la situation familiale ou professionnelle, certaines trajectoires résidentielles s’éloignent de ces modèles « classiques », notamment du fait de l’émergence de nouveaux modes de vie. Par exemple, selon Damaris Rose, du fait de l’augmentation du nombre de personnes vivant seules, statut d’occupation du logement et statut familial ne sont plus nécessairement liés. Annick Germain, Cécile Poirier et Martin Alain montrent que les ménages « solos » ont des exigences particulières : le montant du loyer doit être peu élevé et le quartier est décisif. Le cas des personnes âgées constitue un autre cas particulier. Selon Sébastien Lord, celles qui vivent en banlieue pavillonnaire témoignent d’un attachement profond au quartier et à la maison et ne souhaitent pas retourner en ville comme on le croit souvent. En outre, aujourd’hui, de nouveaux types d’arbitrages sont rendus possibles par le développement des moyens de transport et de communication. On peut choisir d’habiter loin de son lieu de travail et d’effectuer de longs trajets (« pendularité de longue distance ») ou d’habiter deux logements distants de plusieurs centaines de kilomètres (« bi-résidentialité »). Ces pratiques, étudiées par Vincent Kaufmann, permettent souvent d’articuler vie en ville et à la campagne, habitat individuel et appartement de centre-ville.

7Pour finir, dans un contexte où la qualité de l’habitat tend à se généraliser, la localisation se révèle de plus en plus décisive dans les choix résidentiels et la manifestation des inégalités en la matière. Martine Berger montre ainsi que si le modèle d’accession à la propriété pavillonnaire est de plus en plus « interclassiste » en Île-de-France, tout le monde n’accède pas à la propriété au même endroit. La distance à Paris est tout particulièrement révélatrice des inégalités sociales : à la différence des classes moyennes, les plus aisés ont souvent pu réaliser leur projet sans trop s’éloigner de leurs proches et de leur résidence antérieure. Le rôle de l’État se révèle décisif pour limiter ces inégalités. Quand celui-ci intervient peu, comme c’est le cas en Espagne, le rôle du marché et de la famille est plus marqué. Jesús Leal montre que cela a des implications particulièrement fortes sur les stratégies résidentielles des jeunes et sur leur lieu de résidence. Ceux qui sont issus de classes populaires sont plus contraints d’habiter à proximité de leur famille pour pouvoir bénéficier de son aide qui consiste essentiellement en des services rendus directement, alors que les jeunes des classes supérieures sont plus autonomes quant à la localisation géographique de leur logement car l’aide de la famille s’effectue davantage par une assistance financière. Les deux derniers textes portent sur le cas particulier des choix de localisation résidentielle des immigrants. Les latino-américains de Montréal étudiés par Magda Garcia et Francine Dansereau ont pour particularité de peu se regrouper spatialement. Au départ, les réseaux de compatriotes exercent certes une influence importante sur leur insertion résidentielle mais, par la suite, lors de l’« enracinement », les comportements sont plus variés : plus les personnes sont instruites, plus elles s’émancipent rapidement du réseau ethnique. Le groupe des Portugais de Toronto qu’étudie Carlos Teixeira se caractérise à l’inverse par une forte tendance au regroupement communautaire. Ceci s’explique en grande partie par l’influence des médias et des agents immobiliers portugais qui jouent un rôle essentiel dans la « reségrégation » suburbaine (auto-ségrégation) de cette communauté.

8Cet ouvrage fournit donc un tour d’horizon très complet des différents facteurs pouvant influencer les choix résidentiels, et ceci pour des groupes sociaux variés. On peut tirer de nombreux enseignements de la variété des textes proposés. Tout d’abord, d’un point de vue méthodologique, il apparaît nécessaire d’analyser les choix résidentiels de façon dynamique : les choix ne sont pas le fruit d’une décision ponctuelle mais « d’un processus complexe au fil duquel des solutions alternatives sont explorées, des intentions s’explicitent, des hésitations et des tensions se font jour » (Grafmeyer). Sur le fond, l’ouvrage met en évidence la complexité des choix. D’un côté, il est clair que les contraintes économiques sont déterminantes, mais les dimensions sociales, familiales, professionnelles et spatiales pèsent aussi sur les arbitrages. Il est par ailleurs intéressant de relever à quel point le contexte institutionnel est décisif. Ceci est particulièrement visible quand on observe la façon dont les individus tentent de se protéger de la précarité liée à la conjoncture actuelle. En Grande Bretagne, l’accès à la propriété est considéré comme une protection alors que dans les pays du Sud de l’Europe, c’est davantage la famille qui constitue un point d’appui. Or, les deux modèles révèlent leurs faiblesses. La contribution de Jim Ogg pointe ainsi les limites du « tout propriétaire » en Grande-Bretagne, où les coûts de l’immobilier sont trop élevés par rapport au salaire moyen tandis que le gouvernement n’a pas financé la construction de nouveaux logements sociaux depuis trente ans. Quant au cas de l’Espagne, il est révélateur des inégalités liées à une solidarité exclusivement familiale. Alors que la France est en train de repenser la place du logement public (sous l’effet des directives européennes) et que l’accession à la propriété reste favorisée, observer ce qui se passe dans les pays voisins est instructif.

9Pour conclure, on soulignera certains points forts et limites de l’ouvrage. Sur la forme, il est écrit avec clarté et bien construit. Si le lecteur peut parfois avoir l’impression que les contributions sont redondantes sur certains aspects, cela montre bien combien ceux-ci sont décisifs et à quel point il est impossible d’étudier isolément tel ou tel facteur. Sur le fond, plutôt que des critiques, on peut poser certaines questions qui traduisent de minces frustrations. Par exemple, quand Vincent Kaufmann aborde le cas des « pendulaires » et des « bi-résidentiels », n’omet-il pas de souligner un fait essentiel : qui est en mesure de payer deux résidences ou d’assumer le coût de nombreux voyages hebdomadaires ? Il aurait été opportun de montrer que la possibilité de nouveaux choix offerts par le développement des moyens de communication implique certainement aussi de nouvelles inégalités. Par ailleurs, certains argumentaires ne convainquent pas totalement du fait du point de vue partiel étudié. Ainsi, Sébastien Lord souligne le profond attachement des personnes âgées à la banlieue, mais comme il le relève lui-même en conclusion, il n’aborde que le cas de celles qui ont fait ce choix. L’analyse aurait pris une autre dimension si elle avait pu opposer des comportements et des attitudes différenciés. Malgré ces bémols, cet ouvrage fera référence pour toutes les personnes qui s’intéressent à la façon dont se structure la ville, à la répartition des populations sur un territoire et plus largement aux politiques publiques liées à l’habitat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Dietrich-Ragon, « Elire domicile », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2011, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/683

Haut de page

Auteur

Pascale Dietrich-Ragon

pascale.dietrich@ined.frChargée de recherche à l’INED – 133 bd Davout – 75980 Paris cedex 20

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page