Navigation – Plan du site

Les relations entre les scientifiques et la société

Relations Between scientists and society
Fabienne Crettaz von Roten et Olivier Moeschler

Résumés

Objet.  Face à la demande pressante d’engagement des scientifiques envers la société, le versant « scientifique » de la relation science-société devint un objet d’étude au croisement de la sociologie des sciences et de la sociologie de la communication scientifique. Cet article analyse comment les scientifiques se représentent leurs relations avec la société et cerne leurs pratiques ainsi que le poids des perceptions dans les pratiques. Méthode. — Cet article porte sur les résultats d’une enquête réalisée en 2007 auprès de 810 scientifiques de l’Université de Lausanne (Suisse) qui comporte sept facultés des sciences humaines et naturelles. Le questionnaire comportait 36 questions relatives aux perceptions de l’engagement, au niveau d’engagement, aux motivations et barrières à l’engagement, aux incitations et aux caractéristiques sociodémographiques. Résultats — L’inventaire des activités d’engagement des scientifiques est positif bien que contrasté : seule une minorité n’a mené aucune activité d’engagement (12 %), mais une minorité d’assidus (20 %) a entrepris plus de la moitié des activités d’engagement (55 %). Le niveau d’engagement varie selon le sexe, l’âge et le statut des scientifiques. Des variations similaires sont constatées au niveau du choix des scientifiques sollicités par les journalistes. Les scientifiques engagés sont également plus actifs envers leurs pairs. L’analyse des représentations des répondants montre une vision globalement sociétale de la science et une inscription de l’engagement dans une visée informative plutôt que dialogique. L’hypothèse d’un lien entre les perceptions et les pratiques des scientifiques est vérifiée par un modèle linéaire généralisé. Conclusion. — Ces résultats, et plus largement la multiplication des recherches sur l’engagement des scientifiques, peuvent certainement avoir des effets constructifs sur l’image de l’engagement dans le monde académique et sur sa mise en œuvre.

Relations Between scientists and society

Objective In the context of a growing demand for public engagement addressed to scientists, the scientific dimension of science-society relation becomes a field of study at the crossroad of sociology of science and science communication. This article analyses how scientists perceive their relation to society and measures their levels of engagement toward lay public and the influence of perceptions on practices. Methods This article focuses on results of a survey carried in 2007 on 810 scientists of the University of Lausanne (Switzerland), which is composed of seven schools of human and natural sciences. The questionnaire contained 36 questions related to attitudes toward engagement, the level of public engagement, motivations and barriers to engagement, incentives, and sociodemographic characteristics. Results The inventory of scientists’ activities of engagement is positive although contrasted: only a minority did not undertake any activity of engagement (12%), but a minority (20%) - the assiduous ones - undertook more than half activities (55%). The level of engagement varies according to sex, age and status of scientists. Similar variations are found on the number of contacts by journalists. Engaged scientists are more active academically. The analysis of respondents’ representations shows that they share an overall sociétale vision of science and that they inscribe engagement in an informative aiming rather than in a dialogical one. The hypothesis of a relation between perceptions and levels of engagement is verified by a generalized linear model. Conclusions These results, and the multiplicity of such studies, can certainly have constructive effects on the image of engagement in the academic world and on its implementation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Théorie et hypothèses
Modèles de relation science-société
La notion d’engagement
Un engagement en hausse
Des perceptions complexes
Hypothèses
Données et méthode
Résultats
Les pratiques d’engagement
Les facteurs explicatifs du niveau d’engagement
Les perceptions de l’engagement
Le lien entre perceptions et pratiques de l’engagement
Discussion et conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Ces dernières années, les scientifiques ont été priés de sortir de leur tour d’ivoire pour présenter leurs recherches à un public plus large que la seule communauté scientifique et, ce faisant, instaurer un dialogue avec la société. Cette demande adressée aux scientifiques est très présente dans le discours des administrations du monde académique au niveau local, national et international (par exemple, plan stratégique de l’Université de Lausanne (unil), Fonds national suisse (fns), European Research Advisory Board de l’Union européenne). Cette nouvelle requête adressée aux scientifiques élargit celle, plus ancienne, d’expertise pour des problèmes scientifiques, techniques ou sociaux qui émane, elle, principalement des instances politiques (Roqueplo, 1999). Cependant, à la différence de l’expertise, la demande d’engagement n’est pas réservée à des scientifiques reconnus et habilités par l’instance, mais est destinée à l’ensemble des scientifiques.

De nombreuses découvert...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Crettaz von Roten et Olivier Moeschler, « Les relations entre les scientifiques et la société  », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 23 avril 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/91

Haut de page

Auteurs

Olivier Moeschler

Chercheur associé, sociologie de la culture, Observatoire Science, Politique et Société, Université de Lausanne — Observatoire science, politique et société, Université de Lausanne, ssp — Bâtiment Vidy – 1015 Lausanne, Suisse — Olivier. Moeschler@unil.ch

Fabienne Crettaz von Roten

Cheffe d’unité de recherches, sociologie des sciences, Observatoire science, politique et société, Université de Lausanne — fabienne.crettazvonroten@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page