Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison novembre 2017

Après avoir traité la question du genre et celle de l’âge dans l’enquête, après avoir réfléchi la recherche sous l’angle de ses ratés, la rubrique La recherche en actes se penche cette fois sur les enjeux de « multi-situations » de l’enquête. Intitulé « l’enquête ethnographique en mouvement : circulation et combinaison des sites de recherche », coordonné et introduit par Michaël Meyer, Adeline Perrot et Isabelle Zinn, le dossier s’ouvre sur une contribution où Julien Debonneville interroge, en contexte multisite, la spécificité des enjeux de « sortie du terrain » et de « désengagement ethnographique ». Diana Oliveira et Jens Thoemmes se sont intéressés aux travailleurs détachés et leur « objet » les a conduits à des enquêtes marquées par une grande mobilité territoriale, par de fortes alternances entre temps du travail, temps des déplacements et temps d’inactivités, par l’accumulation des aléas liés à l’insécurité statutaire, offrant donc des gammes d’empirie différenciées aux apports complémentaires mais aussi contradictoires. En adoptant une stratégie de suivi de l’expertise médico-légale du milieu de l’administration, vers le milieu médical, et de celui-ci vers le milieu judicaire, Romain Juston montre comment la mobilité du chercheur apparaît comme la condition de la compréhension sociologique du dispositif. Sylvie Grosjean, Florian Grandena et Luc Bonneville réfléchissent ensuite aux inflexions données aux techniques et stratégies de prise de vue découlant des spécificités contextuelles des différents sites impliqués dans l’enquête. Le dossier se termine par le regard rétrospectif que porte sur sa carrière Anne Monjaret en insistant sur les interactions entre mobilités « géographique, méthodologique, thématique et théorique ».

Fiorenza Gamba et Alessandro Porrovecchio ont coordonné et introduisent le Dossier « Eros et Thanatos. Représentations, enjeux théoriques et perspectives en sociologie ». Dans sa contribution, Fiorenza Gamba interroge la quête d’immortalité au travers d’une enquête sur les stratégies de prolongation à l’infini de la performance sexuelle. Alessandro Porovecchio étudie ensuite la construction des identités sexuelles dans le contexte très particulier des disciplines orientales du corps. C’est à un monde très différent, celui du body building, que Guillaume Valet consacre son attention. Il y montre comment la tension entre Eros – le façonnement d’un corps séduisant – et Thanatos – les risques liés aux excès et dérapages des pratiques – peut s’éclairer en faisant place à un troisième héros de la mythologie grecque, Sysiphe. Philippe Combessie mobilise ensuite la tension entre Eros et Thanatos pour jeter un regard original sur la corrida, montrant comment s’y entremêlent, s’y contredisent le caractère sanglant et l’érotisation de la mise à mort. C’est enfin à partir de la confrontation à un diagnostic de séropositivité, mis en contexte d’évolutions thérapeutiques récentes permettant d’effacer la charge contaminante de la maladie, que Mélanie Perez, Sylvain Ferez et Stéphane Héas réinterrogent les rapports entre sexe, homosexualité et mort.

Le second Dossier de cette livraison, coordonné et introduit par Virginie Tournay, questionne les êtres collectifs sous l’angle de leur « consistance ». Prenant distance avec une ontologisation qu’a contribué à induire l’usage du terme « institution », peuplant cet espace des êtres collectifs d’entités peut-être inattendues, le Dossier interroge la manière dont des acteurs en viennent à percevoir, à considérer, qu’ils ont affaire avec une « totalité » qu’ils seraient éventuellement prêts à doter d’intentionnalité. Dans leur contribution, Virginie Tournay et Frédéric Forest se penchent sur ces « êtres » que sont les marques publicitaires, les assistants personnels intelligents et les « robots conversationnels », comme par exemple l’application Siri, insistant notamment sur la relative mais nécessaire indétermination qui les caractérise comme garantie de leur « réussite », et de leur audience. C’est à un « gros » être, l’institution européenne, que s’intéresse Yann Bérard, en déplaçant le regard du donné de sa consistance institutionnelle, vers une approche ethnographique où se révèle une autre échelle de consistance, micropolitique celle-là. Guy Saez nous guide ensuite vers le projet wagnérien de « théâtre national populaire » en montrant le chemin qui va de sa consistance « projetée » par le compositeur à sa consistance « réalisée », notamment par le national-socialisme, interrogeant en toile de fond les variations dans la consistance de cet être collectif qu’est le « peuple ». Dominique Guillo se propose ensuite d’éclairer le processus par lequel nous dotons les êtres d’intentionnalité en procédant d’abord à une déconstruction des différentes manières dont est généralement comprise l’intentionnalité prêtée aux animaux. Enfin, Jean-Louis Genard, s’appuyant sur la sémiotique de Peirce, réfléchit la question de la consistance des êtres collectifs sous l’angle des différentes formes au travers desquelles les acteurs s’y engagent, tout en prêtant attention aux manières de désigner grammaticalement, ou plutôt pronominalement, ces collectifs.

Le Grand Résumé de l’ouvrage de Marie-Carmen Garcia Amours clandestines. Sociologie de l’extra-conjugalité durable est discuté par Jean-François Guillaume et Charlotte Pezeril.

Premiers textes s’enrichit de deux contributions. Amélie Groleau, à partir du contexte de l’enseignement supérieur québécois, reprend la question de l’influence de l’héritage culturel familial sur les parcours scolaires en attirant l’attention sur le poids souvent sous-estimé de facteurs liés aux parcours individuels. Sophie Maunier s’interroge quant à elle sur l’épistémologie de l’ethnométhodologie en cherchant à y déceler avant tout une praxéologie.

Dans la rubrique Théories et recherches, Monika Piecek, Jean-Pierre Tabin, Céline Perrin et Isabelle Probst analysent les modifications des dispositifs d’assurance invalidité suisse sous un horizon « capacitiste » qui contribuent à remodeler les stratégies d’acteurs et les constructions identitaires. À partir d’enquêtes menées au sein d’ateliers d’écriture, Sylvia Faure se penche sur la construction et surtout la présentation de soi lorsque celle-ci se trouve infléchie par des exigences esthétisantes par rapport auxquelles les ressources culturelles peuvent apparaître « handicapantes ». Enfin, à partir d’une enquête sur « une communauté de personnes concernées par des troubles alimentaires », l’article de Paola Tubaro réfléchit les tensions entre exigences scientifiques et enjeux éthiques dès lors, en particulier, que les résultats de l’enquête sont susceptibles peuvent rétroagir sur le milieu d’enquête.

Derniers textes

Actualités