Navigation – Plan du site
Fernand Dumont
Découvertes / Redécouvertes
Fernand Dumont

Fernand Dumont et la sociologie de la culture

Introduction à l’article « L'idée de développement culturel. Esquisse pour une psychanalyse », par Fernand Dumont, paru dans Sociologie et Sociétés, Vol. XI, n°1, 1979 (avril)
Daniel Mercure

Notes de la rédaction

Pour consulter le texte de Fernand Dumont, cliquez sur : http://sociologies.revues.org/index283.html

Texte intégral

1Fernand Dumont (1927-1997) a profondément marqué la sociologie québécoise aussi bien par la profondeur de ses analyses que par sa contribution à l’essor des sciences sociales et son engagement envers sa société. Professeur au Département de sociologie de l’Université Laval, ses enseignements firent autorité dans les domaines de la sociologie de la culture et de l’épistémologie. Il fonda la revue Recherches sociographiques, créa l’Institut québécois de recherche sur la culture et fut l’un des pères de la Charte de la langue française. Il devint membre du bureau de direction de l’AISLF en 1965, président en 1975 et président d’honneur en 1978.

  • 1 . Cette liste n’est pas exhaustive. Elle ne tient pas compte des nombreux ouvrages collectifs qu’il (...)

2Pour l’essentiel, l’œuvre de Fernand Dumont se déploie dans trois directions convergentes : analyser et critiquer les fondements épistémologiques des savoirs propres aux sciences humaines (il rédigea sa thèse de doctorat sur ce thème), comprendre les assises de la culture moderne, étudier sous ses différentes facettes la culture québécoise. Trois ouvrages clés illustrent bien un tel projet savant : L’Anthropologie en l’absence de l’homme (Paris, PUF, 1981), Le Lieu de l’homme. La Culture comme distance et mémoire (Montréal, HMH, 1968) et Genèse de la société québécoise (Montréal, Boréal, 1993), auxquels s’ajoutent maints autres ouvrages importants, notamment Les Idéologies (Paris, PUF, 1974), L’Institution de la théologie (Montréal, Fides, 1987), Le Sort de la culture (Montréal, Hexagone, 1995), Raisons communes (Montréal, Boréal, 1995) ainsi que son premier livre de nature plus épistémologique, La Dialectique de l’objet économique (Paris, Anthropos, 1970) 1.

3À la suite de la publication de son livre majeur, soit Le Lieu de l’homme, d’aucuns ont soutenu que la production savante de Fernand Dumont était trop théorique, difficile à appliquer aux réalités les plus quotidiennes. L’article présenté dans ce numéro de SociologieS et intitulé L’Idée de développement culturel : esquisse pour une psychanalyse permet tant de nuancer un tel jugement que de monter toute la richesse des analyses de Fernand Dumont sur la culture moderne.

4À mon sens, trois aspects de l’article en question méritent une attention particulière.D’abord, ce texte révèle les nombreuses possibilités d’ancrage empirique des élaborations théoriques de Fernand Dumont, attendu qu’il examine et critiqueune réalité concrète et pertinente qui semble « s’imposer de soi comme un impératif fatal » , soit l’idée de développement culturel. Ensuite, cet article illustrebien la méthode d’analyse de Fernand Dumontqui s’apparente ici à la psychanalyse en ce sens qu’elle vise à reconstituer la genèse et les significations profondes du thème à l’étude. Toutefois, rappelons que la démarche savante de Fernand Dumont, pour refuser de s’inscrire dans une posture fondée sur un positivisme de la rupture, n’en est pas moins fort critique à l’endroit de toute sociologie spontanée qui se limite à décrire la conscience des acteurs sociaux. Chez Fernand Dumont, l’interprétation est toujours issue d’une première démarche d’objectivation, puis d’un sérieux travail d’analyse. Enfin, l’étude proposée par Fernand Dumont de l’idéologie du développement culturel nous conduit au cœur de sa théorie générale de la culture moderne et ouvre des pistes de recherche sur les avatars de la culture contemporaine.

5Dans cet article, le point de départ de Fernand Dumont est une interrogation sur l’émergence de l’idée de développement culturel, thème particulièrement important au Québec au cours des années 1970-1980, comme ailleurs en Occident au demeurant. À l’instar de la psychanalyse, l’auteur nous propose de reconstituer la genèse d’une telle idéologie afin de répondre à deux questions. D’abord, de quelle culture s’agit-il lorsque nous parlons de développement culturel ? Ensuite, pourquoi le développement ? Une telle démarche amène l’auteur à circonscrire les assises de la culture moderne et, par la suite, à s’interroger sur son avenir.

6L’idée de développement est d’abord vue comme une méta-théorie qui fait référence à l’idée de changement social. Ce qui est ici en cause, c’est bien sûr l’idéologie fondamentale du monde moderne, celle de l’historicité, soit une idéologie marquée par le fait que « notre conscience de la société n’est rien d’autre que sa production par elle-même ». Mais comment penser le fait que nous puissions penser une telle lecture du monde ? Quel est cet ailleurs, ce lieu de la pensée, ce dédoublement de la culture qui nous amène à concevoir une telle réalité au dessus des sujets singuliers ? Et cet ailleurs ne fait-il pas lui-même partie de la culture ? Un tel questionnement constitue le point nodal des principales analyses de Dumont de la culture moderne.

7D’entrée de jeu, l’auteur aborde de manière très empirique la question de l’idée de développement culturel, qui est en fait une idéologie. Il tâche d’en retracer la genèse. Pour ce faire, Dumont emprunte deux voies dont le tracé traverse nos existences quotidiennes : l’étude des politiques dites culturelles et de l’idéologie de la participation. Il montre que les politiques dites culturelles mettent surtout l’emphase sur la culture comme production (les productions artistiques bien sûr, mais aussi les productions « savantes » et les grandes idéologies) et comme consommation, dont l’école est évidemment l’un des principaux lieux de diffusion et donc de socialisation à de tels produits « culturels ». Quant à l’idéologie de la participation, il appert que son ambition première est de tenter de réconcilier rationalité et culture dans une sorte de dépassement des genres de vie et des solidarités premières en vue de la production de la société par elle-même selon des formes multiples (par exemple la forme technocratique), depuis l’économie jusqu’à la culture. Ces deux exemples amènent Fernand Dumont à soutenir que l’idée de développement culturel conduit à celle de « production ».

8Les observations précédentes incitent alors l’auteur à élargir son champ d’analyse, plus particulièrement à inscrire la genèse des deux phénomènes en cause dans une perspective historique de plus grande amplitude. Aussi Fernand Dumont s’emploie-t-il à repérer les fondements de la conscience moderne en regard de la conscience historique antique ou médiévale : l’homme moderne est production, il se définit par ses œuvres, n’a d’être qu’historique, ce qu’illustre différents champs du savoir, tels l’économie qui dissout la culture dans la raison et donne des repères à l’idée de progrès, l’histoire qui inscrit la production de la culture dans une perspective temporelle, ou encore les sciences politiques qui, notamment par l’importance accordée aux théories du contrat, conçoivent de quelle manière la société pourrait se produire. À l’aube des Lumières les chemins ombragés de la culture s’éclaircissent : celle-ci devient plus un projet de la Raison qu’un véritable tissu social : la culture « est moins reçue que produite, elle tient moins aux genres de vie où sont sédimentées des valeurs qu’à un programme de culture confectionné par des spécialistes et inculqué à des sujets sociaux ». Autrement dit, dans la conscience moderne naissante la culture se fractionne : d’un côté, le poids des coutumes, les croyances, les genres de vie, bref le tissu social de notre premier rapport au monde ; de l’autre, cette méta-théorie qui fait de la culture ce qui interprète à distance nos expériences concrètes et tente de leur donner une signification seconde. Évidemment, on l’aura compris, la culture comme tissu social est progressivement éclipsée au profit du développement culturel, forme singulière mais solidaire de la culture comme production.

9Chemin faisant, le lecteur est progressivement introduit à la théorie dumontienne de la culture. L’auteur analyse la culture comme mémoire, mais aussi et surtout comme « distance ». Distance entre la vie quotidienne et toutes les entreprises humaines qui visent à donner une signification au monde, depuis la religion jusqu’à la science ; distance entre ce qui est donné, c’est-à-dire la culture comme milieu ou expérience concrète du monde, donc comme signification première, et ce qui est une véritable construction, soit la culture comme horizon marqué par différentes formes de stylisation qui impriment une signification seconde. Fernand Dumont considère que « c’est cette distance qui définit le mieux la culture elle-même » et que la modernité repose en grande partie « sur le sentiment d’un déchirement entre le monde du sens et les formes concrètes de l’existence » (Le Lieu de l’Homme). L’idée de développement culturel est donc l’expression parfaite du fossé grandissant qui sépare la culture première de la culture seconde, voire de l’« asservissement » de l’une par l’autre, ce qui interpelle l’esprit critique du sociologue.

10Toutefois, si la culture seconde déconsidère la culture première, elle ne lui tourne pas complètement le dos puisqu’elle la pense, ce qui lui donne vie, et qu’elle la regarde parfois avec nostalgie, ce qui est un rappel de son inéluctable présence. Mais justement, cette présence, produit historique du dédoublement, peut-elle transcender sa condition d’objet de nostalgie ou est-elle en voie de disparition ?

11À la fin de son article, Fernand Dumont soulève cette question. Son propos se termine sur un programme de travail, mais plus fondamentalement sur une hypothèse générale aujourd’hui mieux fondée qu’il y a un quart de siècle : celle d’un possible renversement de tendance. L’idéologie de la production n’aurait-elle pas atteint certaines limites ? L’effritement des utopies, la remise en question de l’idéologie du développement, dont celle du progrès, la  revalorisation de la singularité des genres de vie et des solidarités de base, de même l’invasion de la vie quotidienne dans des sphères comme l’école, les associations, voire les milieux de travail, témoignent peut-être d’un tel renversement de perspective. Si tel est le cas, nous sommes en présence « d’une puissante transformation sociale » nous dit Fernand Dumont, changement susceptible de conduire à un nouveau rapport entre culture première et culture seconde, voire à l’élaboration d’une nouvelle philosophie de l’histoire.

12Bonne lecture !

Haut de page

Notes

1 . Cette liste n’est pas exhaustive. Elle ne tient pas compte des nombreux ouvrages collectifs qu’il a dirigés et de ses recueils de poésie. Le lecteur trouvera la liste complète des publications de Fernand Dumont dans le livre suivant : S. Langlois et Y. Martin (dir.), L’horizon de la culture. Hommage à Fernand Dumont, Québec, Presses de l’Université Laval, 1995, 555p. Fernand Dumont a rédigé son autobiographie sous le titre Récit d’une émigration (Montréal, Boréal, 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Mercure, « Fernand Dumont et la sociologie de la culture », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Fernand Dumont, mis en ligne le 21 juin 2007, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/158

Haut de page

Auteur

Daniel Mercure

Département de sociologie, Université Laval, Québec, Canada Président d’honneur de l’AISLF - daniel.mercure@soc.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page