Navigation – Plan du site
Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain

Éditorial

Dans la gueule du monstre
Christian Lalive d’Épinay et Marc-Henry Soulet

Texte intégral

  • 1 . Cf. l'excellent dossier conçu par Magali Boumaza et Aurélie Campana « Enquêter en milieu difficil (...)

1Enquêter, c'est avant toute autre chose tisser une relation d'échange, mais une relation d'échange bien souvent à sens unique, dans l'unique but d'obtenir des informations. D'où bien évidemment des problèmes pour la faire vivre, mais surtout pour la créer. D'où aussi le fait que les terrains soient bien souvent rétifs et trompeurs, parfois même difficiles 1. La production d'informations, cruciale dans l'enquête de terrain, est ainsi soumise à un biais originel. Et, en ce sens, il est presque aussi difficile de tisser des liens sociaux euristiques du point de vue de l'enquête avec le simple quidam au bas de l'escalier qu'avec la population Bororo au milieu de l'Amazonie. Il ne s'agit pas tant de spécifier « l'endroit d'où on parle » pour, comme dans toute épistémologie de la rupture, se débarrasser du problème, mais bien davantage de comprendre pratiquement les effets de positionnement, choisi ou subi, sur la production de résultats (et aussi sur la nature de ceux-ci). À proprement parler, le chercheur est condamné à devoir tenir une position intenable, une position où il est positionné autant qu'il se positionne. S'il convient donc de clairement saisir tout ce que « la posture doit à la position », il convient également de spécifier tout ce que la position doit au « jeu » avec les enquêtés et de comprendre combien le chercheur peut être pris par cette position, voire en être prisonnier.

2Enquêter, c'est également se mettre à la marge. C'est non seulement tenter de comprendre un monde dont on n'a qu'une connaissance relative et qu'une expérience partielle, mais c'est aussi s'exposer à la rupture d'avec le monde dans lequel on vit et on travaille ordinairement, car l'enquête mène au dépassement de sa propre vision du monde puisqu'il s'agit justement d'accéder à celle de l'enquêté. Parfois, le risque est que la rupture soit plus grande qu'imaginé ou prévu; l'enquête confronte le chercheur à un monde dont les règles et les valeurs non seulement sont différentes du sien, mais encore viennent heurter les siennes, viennent déroger à son ordre moral comme à son éthique scientifique. La question n'est pas ici de savoir s'il faut être en lien – ou ne pas être en lien – avec la population, mais bien davantage celle de la posture à tenir dans la relation quand on est avec sans en être totalement. Elle révèle, ainsi formulée, la tension entre une appartenance partielle, seconde, provisoire au monde des enquêtés, toujours in fine rabattue sur l'obligation de recueil de données, et une appartenance institutionnelle à la communauté scientifique, quoique pouvant, elle aussi, être partielle, en construction, discutée, fragile, voire momentanée.

3Enquêter suppose aussi bien souvent le grand plongeon, l'immersion totale, de durée variable, mais toujours assez longue pour que le souffle risque de venir à manquer, forçant le plongeur à refaire surface et à connaître alors la tentation de ne plus repartir en apnée. Car pendant ces plongées, le chercheur s'installe dans « les entrailles même du monstre » qui devient pour lui cette « institution totale » décrite par Erving Goffman. Non pas que le sujet de l'étude soit nécessairement tératologique de par sa nature sociologique, mais du seul fait du choix de la méthode d'enquête, le chercheur, littéralement, se livre à son « objet ».

4L'idée au départ de ce dossier a été de demander à quelques chercheurs qui avaient pratiqué cette immersion et qui l'avaient menée assez loin pour qu'elle débouche sur une production sociologique reconnue, d'en raconter l'expérience en prenant comme angle d'attaque les dilemmes d'ordre éthique qui s'étaient posés à eux. La lettre adressée à chacun d'eux des contributeurs pressentis disait :

« Il s'agit d'amorcer une réflexion sur les conflits éthiques que les chercheurs, selon leur sujet d'étude, pourraient avoir rencontrés sur le terrain. Plus généralement sur le cheminement du chercheur in situ, sur la transformation des interrogations d'ordre éthique qu'il pouvait se poser, sur les limites qu'il a rencontrées. »

5Le débat proposé ne porte donc pas sur cette tarte à la crème qu'est la question de la « scientificité » de la méthode, de « l'objectivité » du chercheur et de ses observations dans une situation dans laquelle il se trouve si subjectivement impliqué. Il concerne les tensions qui peuvent surgir, qui ne manqueront pas de surgir, ne serait-ce qu'en raison du désir du chercheur de réussir sa recherche, donc d'arriver au bout du voyage, et des aléas qui s'accumulent tout au long du chemin. Bref, la problématique de ce dossier porte sur les conflits qui surgissent du corps à corps entre le chercheur et son terrain. Il ne s'agit pas ici seulement d'entrer dans un débat sur la déontologie professionnelle du chercheur face à des situations-limites d'enquête, mais bien encore de saisir ce qui se joue dans le trouble moral de l'enquête, de comprendre, en prenant l'exemple extrême des cassures éthiques, ce que ce trouble produit comme effet de connaissance.

6L'un des auteurs parle d'une « expérience singulière », mais qui n'est « pas une expérience isolée ». Expérience singulière déjà de par la diversité des terrains : abattoirs industriels et organisation non gouvernementale ; monde de la prostitution et Front National; institution scolaire « sensible » et mouvement religieux. Pour tous les auteurs, la recherche de référence est achevée (voir plus bas la liste des principales publications issues de ces expériences) ; deux d'entre eux ré-ouvrent ici un dossier ancien, les quatre autres parlent d'une expérience récente. Expérience partagée aussi, et en effet des thématiques, ici plus explicites, là plus implicites, se retrouvent d'un texte à l'autre. Proposons-en un repérage, qui ne prétend pas être complet et qui se contente d'être signalétique, mais qui nous semble soulever tout un ensemble de questions transversales à ces plongées dans le terrain, ici mises en vue par une certaine radicalité des expériences rapportées mais probablement présentes, sous des formes euphémisées, dans toute enquête de terrain.

7L'entrée dans le projet. Un fort dénominateur commun fort tient dans ce que, pour chacun, la recherche a marqué une étape essentielle d'une carrière en ébauche, étape le plus souvent liée à l'obtention du doctorat. Mais le sujet a-t-il été choisi par le chercheur ou lui a-t-il été proposé, voire imposé, par quelque instance ? S'il découle d'un mandat, le chercheur l'a-t-il accepté parce que c'était une occasion à saisir ou parce que l'offre correspondait à son projet intellectuel et personnel ?

8La nature du contrat. Quelles sont les parties contractuelles et de qui le chercheur dépendait-il ? Qui sont les « partenaires » et que savent du projet les personnes concernées, en particulier celles que le chercheur va côtoyer dans son travail d'observation ? Car il est rare que celles que l'on observe soient les commanditaires !

9La présentation de soi. Quelle sera l'identité du chercheur pendant son immersion ? Cette question découle en partie de la précédente. Le chercheur entre-t-il masqué, investi d'un pseudo-rôle donnant une légitimité à sa présence. Dans un tel cas, les textes ici rassemblés nous enseignent que le chercheur soit en viendra à tomber le masque, soit se verra démasqué ! Entre-t-il sous sa véritable identité. Mais alors ne s'en voit-il pas imputer une autre, plus compréhensible pour ses compagnons de route ? A-t-il, sans duperie aucune, deux identités, celle de membre de l'institution et celle de chercheur. Et voilà que ses deux identités en viennent à s'entredéchirer !

10Dilemme largement partagé : quel qu'ait été le choix opéré de présentation de soi, la confrontation avec le terrain a toujours conduit à une mise en question de l'identité, parfois à une déchirure identitaire.

11Au service de quel(s) dieu(x) ?

12En première évidence, la divinité commune est la Connaissance, avec un grand C. Avec comme corollaire plus terre à terre, un projet de carrière, un titre, des publications. Servir la connaissance, c'est bien sûr aussi sacrifier à l'institution qui l'incarne, l'Université. Mais parfois la déesse Connaissance se fait ancillaire car dans le projet ou dans le désir du chercheur, elle devient le moyen, assurément très noble, d'une finalité plus élevée encore : l'Olympe a alors sa hiérarchie. Ce dessein de départ est présent dans deux des narrations ; leurs auteurs, rétrospectivement, se demandent si ce n'était pas là une illusion…

13Les motivations. Il peut arriver, par exemple quand une recherche mandatée est proposée à un chercheur qui l'accepte sans états d'âme, que les motivations correspondent aux raisons de la prise en charge, comme l'occasion de faire une thèse. Mais même dans ces cas, quand le chercheur se trouve dans des situations d'où suintent souffrance et humiliation, pourquoi a-t-il persévéré alors que, semble-t-il, il aurait pu modifier sa stratégie, rendre ainsi sa recherche moins dolente sans pour autant la compromettre ?

14Dans d'autres situations, particulièrement quand le chercheur a décidé du choix de son sujet, la question des motivations se pose d'emblée. Pourquoi ce lieu de sang et de… boucherie que sont les abattoirs ? Pourquoi le Front National quand tous autour de soi y voient le diable et son enfer ? Pourquoi la prostitution, les pentecôtistes ? S'entrouvre alors un champ obscur et confus, que les textes n'éclairent pas vraiment, probablement parce leurs auteurs, aujourd'hui comme hier, s'interrogent sur leur choix sans pouvoir démêler les fils des réponses possibles. D'ailleurs, poser la question des motivations est-elle ici pertinente ? Pour notre part, nous préférons observer, avec respect, jusqu'où elles ont entraînés ces chercheurs et ce qu'elles leur ont permis de réaliser.

15Recherche et sphère privée. Quand le but poursuivi va au-delà de la production de connaissance, quand le choix de l'objet relève du défi, alors, quel que soit le découpage agendé entre les temps d'immersion et les temps de retraits et de mise entre parenthèses, la recherche envahit la vie privée, un peu comme la maladie et son traitement envahissent le malade. Mais même quand le choix de l'objet n'apparaît relever que d'une froide instrumentalisation, la vie dans l'objet n'est pas sans produire des situations chaudes qui peu à peu s'insinuent dans la vie privée et en compromettent l'équilibre.

16La sortie. Les conditions de sortie du terrain sont souvent révélatrices de l'emprise totalitaire et inquisitrice que l'objet a acquise sur le chercheur. Dans un cas, la chercheuse, épuisée, nous raconte ce qu'elle considère comme une fuite, trop heureuse d'avoir de « bonnes raisons » pour rendre plausible son départ ; dans un autre, le terrain, ou le chercheur, est brûlé; et ce dernier, loin d'en être mécontent, s'en trouve soulagé, libéré. Dans d'autres cas, l'agenda de la recherche fixait le moment de la sortie ; celle-ci, semble-t-il, s'est produite sans heurt majeur. Mais la rupture peut venir à retardement ; deux auteurs nous disent avoir ultérieurement abandonné le domaine de recherche sans être pleinement convaincus d'en comprendre les raisons.

17Et si c'était à refaire ? À un premier niveau, cette question vise à savoir ce que le chercheur modifierait dans son dispositif s'il avait la possibilité de reprendre son étude à zéro. C'est là une question de méthode que les auteurs n'ont guère traitée, car elle n'entre pas dans la problématique de ce dossier. À un second niveau, la question est de savoir si les chercheurs vont poursuivre dans ce type de recherche, s'ils vont profiter de l'expérience acquise pour en devenir les experts ? Pour les aînés parmi les auteurs du dossier, l'observation-participante est restée comme l'une des méthodes possibles de la recherche sociologique, et même la méthode privilégiée pour une approche de type holiste ; depuis lors, ils l'ont utilisées eux-mêmes, ou fait utiliser par leurs collaborateurs ou étudiants, dans plusieurs contextes possibles. Mais jamais plus dans un contexte aussi chargé, aussi lourd d'affects et d'interpellations, que celui de l'expérience relatée. Plus jamais aussi totalement et aussi longuement. Et à bien lire le récit des plus jeunes, on imagine mal qu'ils soient prêts, sans autre, à en renouveler l'expérience !

18Une expérience initiatique ? Et pourtant, à n'en pas douter, cette expérience, tous la revendiquent. Peut-être ne souhaitent-ils pas la répéter, mais pour rien au monde ils voudraient ne pas l'avoir vécue ou s'en trouver dépouillés. Par sa nouveauté – pour la plupart, ce fut la première grande recherche – par l'intensité et le caractère total de l'entreprise, elle eut pour tous un caractère initiatique. « Coûts subjectifs », « traversée du miroir », « voyage initiatique » sont des expressions relevées dans les textes. Ce qui s'y trouve relaté, c'est une expérience initiatique qui a contribué à la construction de leur identité, professionnelle et personnelle.

Résumés des articles du dossier

19Des loyautés incompatibles. Aspects moraux d’une immersion au Front National, par Daniel Bizeul
Faire l’expérience directe des phénomènes, en participant aux activités des milieux concernés, représente un des moyens les plus naturels et les plus sûrs pour atteindre la complexité du monde social. C’est aussi un des moyens les plus perturbants pour le chercheur, souvent confronté aux interdits de contact entre des groupes dont les intérêts ou les principes de vie sont antagonistes. Établir des relations étroites avec des militants du Front national, certains d’entre eux « néo-nazis », certains vivant à quelques rues de chez soi, tout en étant « homo », avec pour proches amis des hommes de couleur, de plus entouré de personnes hostiles à ce parti, oblige ainsi à gérer des liens inconciliables. Un risque possible pour le chercheur est alors d’être soumis à des sentiments contradictoires et de mettre du temps pour aboutir à une analyse exempte de toute influence indue.

20Les coûts subjectifs de l’enquête ethnographique. Enquêter comme militante dans l’association Droit Au Logement (DAL) à la fin des années 1990, par Bénédicte Havard Duclos
L’enquête ethnographique implique toujours un engagement personnel et de longue durée du chercheur, et donc une socialisation minimale au milieu enquêté. Dans une enquête dans des associations, partis ou mouvements militants, dont un des enjeux est de produire de l’adhésion et de l’« enrôlement », la sur-socialisation au milieu enquêté est d’autant plus probable que l’affinité du chercheur avec la cause défendue est préalable au démarrage de l’enquête. À travers le récit du déroulement de l’enquête et des états psycho-moraux traversés au cours de celle-ci, sont ici donnés à voir tant les conditions rendant possibles l’adhésion et la loyauté militantes que les coûts subjectifs et éthiques liés à la rupture avec le terrain, constitutive de l’acte d’écriture.

21Le combat avec l'ange. À propos d'une étude du mouvement pentecôtiste au Chili, par Christian Lalive d’Épinay
L'auteur « revisite » le parcours qui l'a conduit à réaliser dans les années 1960 une des premières études du mouvement évangélique pentecôtiste en Amérique latine. Il rappelle d'abord les termes par lesquels il avait prétendu cadrer sa relation avec son objet de recherche, pour décrire ensuite l'étrange dialectique sujet/objet qui s'était développée au fur et à mesure de son immersion dans une double altérité, l'Amérique latine et le mouvement charismatique. Pendant ce voyage au long cours, l'« objet » avait pris vie ; il était devenu un sujet qui imposait au chercheur qui s'était cru « sujet » des interrogations nouvelles en même temps qu'une mise en question de ses certitudes du départ.

22Les écueils du double jeu. Une expérience d’observation participante transversale, par Séverin Muller
À partir d’une expérience d’observation participante qui a consisté à travailler comme ouvrier puis à intégrer les bureaux de la direction dans un abattoir industriel, l’auteur étudie les effets cognitifs de la transgression d’un ordre établi dans l’entreprise : les ouvriers avec les ouvriers et les cadres avec les cadres. Les situations décrites de rupture avec les usages du milieu permettent de réfléchir aux façons d’être identifié selon les circonstances, aux formes d’instrumentalisation du chercheur sur son terrain, aux manières dont la confiance s’acquiert se maintient ou se perd dans un environnement conflictuel (selon quels critères propres à chaque groupe sommes nous acceptés, cooptés ou exclus ?). Finalement, la démarche transversale et le jeu transgressif qu’elle suggère participent à l’apprentissage des systèmes de référence non partagés au sein d’une même organisation.

23La politique du terrain brûlé, par Philippe Vienne

24L’article entend évoquer à partir d’une ethnographie d’un « terrain miné » dans une école de relégation, quelques pièges ethnographiques et dilemmes éthiques du chercheur « pris » dans le réseau social qu’il étudie, comme l’indiquait Everett C. Hughes. Inséré par une observation participante dans des rôles d’enseignant remplaçant ou d’éducateur stagiaire au sein du personnel de cette école, le chercheur est amené à connaître les incidents que les élèves imposent au jeune membre du personnel pour le « tester », ainsi que les tensions et conflits au sein même du personnel. L’arrière-plan moral et psychologique de conditions d’observation basées sur la tension et la confrontation conduisent le chercheur à une « politique du terrain brûlé » examinée en comparaison d’expériences ethnographiques similaires.

25De quelques objets qui blessent, par Anne Van Haecht
L’article a pour objet une recherche sociologique portant sur la prostitution, entamée au cours des années 1970. L’auteur adopte une posture réflexive afin de réaliser le bilan de cette expérience sur les plans méthodologiques et heuristiques. Il s’agit d’une réflexion rétrospective sur les conditions de l’implication personnelle du chercheur dans un domaine particulièrement sensible.

Haut de page

Annexe

Pour en savoir plus sur les recherches évoquées

Daniel Bizeul danielbizeul@yahoo.fr

Monographie :

Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, Éditions La Découverte, 2003

Autres publications :

  • « Le récit des conditions d’enquête. Exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, 39, 4, 1998, 751-787

  • « Faire avec les déconvenues. Une enquête en milieu nomade », Sociétés contemporaines, 33, 1999, 111-137

  • « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, 57, 1, 2007, 69-89

Bénédicte Havard-Duclos bhduclos@wanadoo.fr

Monographie :

Entre philanthropie et syndicalisme. Militants et mal-logés de l’association Droit Au Logement, Université de Saint-Quentin en Yvelines, 2002. (Thèse pour le doctorat de sociologie)

Autres publications :

  • « Les militants de DAL (association Droit Au Logement) : des militants de solidarité ? », Regards sociologiques, n°24, 2003, p. 53-66.

  • « La vie en taudis et le rêve du HLM. Conditions de logement et aspirations locatives des familles adhérentes du comité DAL de Clichy », Cahiers de l’ARS, n°2, UBO, Brest, 2006, p.121-142.

  • « Le modèle de l'action syndicale dans l'association Droit Au Logement (DAL) et les difficultés de sa mise en œuvre », dans Danielle Tartakowsky D. & F. Tétard (dir.), Syndicats et Associations : concurrence ou complémentarité ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 191-199.

  • avec Sandrine Nicourd, Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité, Paris, Éditions Payot, 2005.

Christian Lalive d’Épinay christian.lalive@socio.unige.ch

Monographies :

  • El refugio de las masas. Estudio sociológico del protestantismo chileno, Santiago, Editorial del Pacífico, 1968. (Édition anglaise: Haven of the masses. A study of the pentecostal movement in Chile, London, Lutterworth, 1969. Édition brésilienne, O refugio das masas, Rio, Editorial Paz e Terra, 1970

  • Religion, dynamique sociale et dépendance, Les mouvements protestants en Argentine et au Chili, Paris & La Haye, Éditions Mouton, 1975 (Thèse pour le doctorat en sociologie)

Autres publications :

  • « Changements sociaux et développement d'une secte », Archives de Sociologie des Religions, n°23, 1967, p. 65-90.

  • « Les protestantismes latino-américains : un modèle typologique », Archives de Sociologie des Religions, n°30, 1970, p. 33-57.

  • « Les mouvements protestants populaires en Amérique latine » dans Encyclopédie "2000 ans de christianisme", Paris, Aufadi et Société d'histoire chrétienne, vol. 6, 1976, p. 280-283

  • « Régimes politiques et millénarisme dans une société dépendante », Actes 15e Conférence Internationale de Sociologie de la Religion, Lille, CICR, 1979, p. 71-94

Séverin Muller severin.muller@wanadoo.fr

Monographie :

À l’abattoir. Travail et relations professionnelles à l’épreuve du risque sanitaire, Paris, Éditions Quae INRA/MSH, collection « Natures sociales », 2007 (à paraître) (Thèse pour le doctorat en sociologie).

Autres publications :

  • « Le temps du démontage. L’adaptation collective aux contraintes de production dans un abattoir », dans Linhart D. & A. Moutet (dir.), Le travail nous est compté. La construction des normes temporelles du travail, Paris, Éditions La Découverte, 2005, p. 221-240.

  • « Les abattoirs sous haute surveillance. Politiques et normalisation sanitaires à Saint-Maixent-l’école, du XIXe au milieu du XXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°51-3, juillet-septembre 2004, p. 104-120.

  • « Visites à l’abattoir : la mise en scène du travail », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 49, décembre 2002, p. 89-109

Anne Van Haecht avanhaec@ulb.ac.be

Monographie :

La prostituée, statut et image, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1973

Autres publications :

  • « Essai d’intégration de la prostitution dans le système social global », Revue de droit pénal et de criminologie, mai 1972, pp. 853-891.

  • « Sociologie de la déviance et sociologie de la prostitution, Recherches sociologiques, n°3, 1977, pp. 301-322

Philippe Vienne pvienne@ulb.ac.be

Monographie :

Comprendre les violences à l’école, Bruxelles, de Boeck, 2003 (Thèse pour le doctorat en sociologie)

Haut de page

Notes

1 . Cf. l'excellent dossier conçu par Magali Boumaza et Aurélie Campana « Enquêter en milieu difficile » dans la Revue française de science politique, vol. 57, 2007/1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Lalive d’Épinay et Marc-Henry Soulet, « Éditorial », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/266

Haut de page

Auteurs

Christian Lalive d’Épinay

Université de Genève (Suisse) - christian.lalive@socio.unige.ch

Articles du même auteur

Marc-Henry Soulet

Université de Fribourg (Suisse) – marc-henry.soulet@unifr.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page