Navigation – Plan du site
Qui est "je" ?
Grands résumés
Qui est "je" ?

« Qui est je? » ou la difficile construction de soi dans l'hypermodernité

Discussion de l’ouvrage de Vincent de Gaulejac Qui est « je » ? Sociologie clinique du sujet, Paris, Éditions du Seuil, 2009
Éric D. Widmer

Notes de la rédaction

Le Grand Résumé de Qui est « je » ? Sociologie clinique du sujet par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3362.html, et la discussion par Philippe Corcuff à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3363.html

Texte intégral

1L'ouvrage de Vincent de Gaulejac Qui est « je » ? traite de la question de la construction de l'identité individuelle dans les sociétés de l'hypermodernité, caractérisées par l'inconstance des ressources et des cadres sociaux à partir desquels les individus peuvent produire leur vie.

2L'ouvrage commence par dénoncer l'utilisation normative de la notion de sujet, un sujet érigé par les idéologies de la modernité comme une figure prométhéenne, capable de tout faire, de tout atteindre par la force de sa volonté, et par conséquent, que l'on tient pour responsable de ses échecs. Paradoxalement, l'hypermodernité, par son absence de constance et ses impératifs multiples et contradictoires, rend le sujet impuissant. Si l'individu peut chercher à se reconstruire, suite aux brisures produites par l'existence, la tâche est pénible, longue et jamais achevée. Le contexte normatif et structurel propre à l'hypermodermité n'est en effet pas propice à la toute puissance de l'acteur. La société hypermoderne, en imposant la nécessité d'être hors du commun, place les individus dans des situations de double contrainte génératrices d'angoisse ; l'excellence n'est accessible, par définition, qu'à une toute petite minorité et n'est jamais acquise sur la durée. La généralité des névroses et du mobbing aujourd'hui est générée, selon l'auteur, par des attentes normatives irréalistes, qui attribuent à chacun la responsabilité des échecs créés par les structures sociales. La quête identitaire est alors permanente et a pour fonction la gestion toute individuelle des contradictions créées par la précarité des appartenances, dans une société globale polycentrée et en grande partie déterritorialisée. Loin de penser le sujet comme exclusivement défini par des contraintes externes à lui, cependant, l'auteur souligne sa capacité de bricolage, c'est-à-dire de réinterprétation et de recomposition des contraintes. La sociologie et la psychologie (convoquée essentiellement par l'intermédiaire de la psychanalyse) mettent en lumière à la fois la complexité des déterminismes pesant sur l'individu, et les mécanismes, notamment psychiques, permettant à ce dernier de construire des projets de vie cohérents, qui fassent sens pour lui.

3L'auteur choisit avec attention quelques cas illustrant son propos. Mireille, une femme dans la quarantaine, participant à un groupe de prise de parole, rapporte le prix qu'elle a dû payer tout au long de sa vie, pour construire et reconstruire son identité. Prix, d'abord, de la désunion de ses parents, qui l'a amené à rechercher une union précoce et la maternité. Prix, ensuite, engendré par le rejet de cette union stabilisée qui la limitait à un rôle de mère. Prix à payer, finalement, pour la réalisation d'un projet plus personnel, passant par le divorce et, paradoxalement peut-être, une nouvelle maternité. Devenir sujet, c'est affirmer son propre désir face au désir des autres. En même temps, ce désir ne s'émancipe pas facilement des contraintes imposées par la trajectoire initialement poursuivie. L'histoire de Mireille révèle que le sujet se construit en effet dans l'assujettissement. C'est dans l'héritage et en continuité par rapport à ses insertions familiales et sociales que Mireille va trouver les ressources nécessaires au renouvellement de son identité. C'est en utilisant les matériaux que le désir des autres lui ont fourni qu'elle va construire un projet propre. Le désassujettissement est toujours difficile puisque construire une nouvelle identité c'est aussi renoncer à certaines ressources et, finalement, à une identité passée qui, quoique contraignante et insatisfaisante par plusieurs aspects, pouvait aussi produire du confort et une certaine reconnaissance sociale.

4Devenir sujet dans l'hypermodernité est un processus coûteux et parfois voué à l'échec. L'individualisme négatif qui fait rimer modernité avec désaffiliation et pertes de repères, amène certains à investir des solutions destructrices pour la personne et le lien social. Vincent de Gaulejac nous propose dans ces chapitres sur les croyances, le conflit et l'identité négative, des pages bien intéressantes. D'abord, le monde sectaire est un refuge pour les individus en panne d'identité, à qui il propose des solutions en apparence attractives. L'alternative est le flou de l'ultra-relativisme, par lequel l'individu refuse tout jugement de valeur et prise de position sur ce qui est bien et ce qui est mal. Les deux solutions, rigidité sectaire et relativisme mou, sont porteuses de névroses car elles ne sont possibles qu'à partir de l'abandon par l'individu de son sens critique et donc, finalement de sa revendication à une identité propre.

5Dans d'autres cas, également problématiques, la recherche de soi passe par le besoin de briser des vies. Vincent de Gaulejac rappelle la tragique histoire de Richard Durn, qui abattit huit conseillers municipaux à Nanterre, en 2002, avant de se donner la mort, aboutissement d'une trajectoire d'échecs et de non-reconnaissance sociale. L'individu qui ne réussit pas à répondre aux impératifs de succès du nouvel ordre normatif du sujet tout puissant, développe parfois le poison de l'envie, « revanche de l'orgueil bafoué » qui renvoie au sujet sa médiocrité, sa bassesse, son impuissance et sa mauvaiseté. L'envieux mobilise son énergie pour détruire l'objet de sa convoitise et cherche alors à développer son excellence du côté du mal. L'acte criminel de Richard Durn peut s'expliquer, selon Vincent de Gaulejac, comme la tentative de « détruire ceux dont il attendait la reconnaissance, ceux qui pouvaient lui conférer une utilité sociale », et qui ne l'ont pas fait.

6Que peut-on faire pour aider le sujet en mal d'identité, à se reconstruire, pour l'aider à faire sens de sa vie et, plus loin, à redécouvrir ou réaffirmer « qui est je » ? L'ouvrage insiste sur l'importance de la prise de parole en situation collective pour passer outre aux traumatismes liés à la non-reconnaissance de soi et aux diverses souffrances qu'elle génère. Le témoignage oral est un support à partir duquel l'individu cherche à exister comme sujet. La sociologie clinique privilégie la reconstruction du sens donné par les acteurs à leurs expériences de vie, par l'utilisation de méthodes qualitatives et discursives. Elle s'inscrit donc dans la continuité de l'approche par les récits de vie. Elle va plus loin, cependant, puisqu'elle a une visée non seulement analytique mais aussi  thérapeutique. Elle vise avant tout à travailler le sens subjectif donné par les individus à leur vie. Elle cherche, et c'est peu banal en sociologie, à aider les individus à se reconstruire. Pour ce faire, l'individu doit pouvoir, dans un groupe de parole, dire comment il se conçoit, ce qu'il veut, ce qu'il est. Il s'agit de déconstruire collectivement les contraintes normatives et représentations sociales l'ayant empêché de « devenir ce qu'il est », pour reprendre le célèbre impératif nietzschéen. C'est dire l'insistance de Vincent de Gaulejac sur les dimensions subjectives de l'aliénation humaine et sur la fonction de reconstruction de soi que peut avoir la sociologie quand elle admet de travailler avec la psychologie.

7La perspective développée dans Qui est « je » ? peut être comparée à celle des travaux de nature plus quantitative prenant le parcours de vie pour objet. Depuis les années 1960, d'abord aux États-Unis puis en Europe, s'est développée ce que d'aucuns ont appelé le « paradigme du parcours de vie » (Sapin, Spini & Widmer, 2007). Il s'agit d'une approche pluridisciplinaire, dont la sociologie et la psychologie développementale sont les deux disciplines maîtresses, qui cherche à définir les logiques de développement temporel des vies individuelles dans leur contexte historique et social, en s'appuyant sur des méthodes d'analyse longitudinales, le plus souvent quantitatives. La centration sur les facteurs structurels et l'utilisation de grandes bases de données ont fait passer le sujet au second plan dans nombre de recherches produites par cette approche. Qui est « je » ? amène, me semble-t-il, un complément intéressant à la notion d'agentivité, souvent mobilisée mais sans grande systématicité, par les chercheurs s'inscrivant dans cette approche et désireux de mieux saisir la part des trajectoires individuelles revenant à l'acteur. Le concept reste cependant flou et certaines difficultés à l'opérationnaliser empiriquement se font faites jour. Victor Marshall, un sociologue nord-américain, propose diverses définitions de l'agentivité, toutes partiellement satisfaisantes : capacité à faire des choix, énergie individuelle, conséquences des actions individuelles plutôt que des structures sociales, production et contrôle de son environnement par l'individu, capacité de l'individu à générer son propre développement ou à surmonter les difficultés, orientation instrumentale plutôt qu'expressive dans l'existence, ou encore poursuite d'actions rationnelles (Marshall, 2004). De près ou de loin, ces définitions très partielles soulignent la production de sa vie par l'individu. Elles restent cependant étrangement silencieuses sur les dimensions relationnelle et processuelle de cette production. Définir l'agentivité, en suivant Vincent de Gaulejac, comme l'affirmation, par l'individu, de son désir par rapport au désir de l'autre, dans un travail de bricolage incessant sur les ressources et les contraintes produites par le parcours initial, nous aide, me semble-t-il à rendre le concept plus précis : projection de soi dans l'avenir, coopération et tension entre l'individu et son entourage, mises à profit des ressources existantes, dépendance au moins partielle à la trajectoire préalablement poursuivie. À la lecture de l'ouvrage, il m'est apparu que des liens devaient être construits entre l'approche quantitative des trajectoires de vie, qui permet de définir avec une relative précision ce que l'on peut observer « de l'extérieur » quant à la vie des individus, notamment dans les domaines professionnel et familial, et l'approche de la sociologie clinique, apte à révéler la signification qu'ont pour les individus ces expériences. Les deux approches sont nécessaires à l'avancée des connaissances sur les parcours de vie.

8Si l'on en reste, cependant, à la recherche de soi, on devrait à mon sens davantage s'interroger sur les cas où l'individu oscille entre différents pôles dans son jugement quant à sa vie, où il est incertain quant à ses projets et à ses désirs. Si le livre conceptualise très justement l'identité comme un processus, il n'insiste peut-être pas assez sur l'ambivalence propre à ce processus (Lüscher & Pillemer, 1998). Les choses sont souvent peu claires dans la tête des individus quant à ce qu'ils veulent conserver et changer dans leurs vies, pris en otages qu'ils sont entre des fidélités et des insertions multiples et contradictoires entre elles. Ces ambivalences ne sont pas forcément destructrices ou incapacitantes ; elles obligent les individus à chercher des solutions nouvelles ; elles les poussent à la réflexivité ; elles les obligent à partir à la découverte d'eux-mêmes. Dès lors, les contradictions issues du tumulte des structures sociales et de la complexité des schèmes psychologiques dans l'hypermodernité ne sont pas toujours des obstacles à surmonter dans le processus d'assujetissement. Dans certains cas, elles semblent en être plutôt les conditions.

Haut de page

Bibliographie

Lüscher K. & K. Pillemer (1998), « Intergenerational Ambivalence: A New Approach to the Study of Parent-Child Relations in Later Life », Journal of Marriage and Family, Vol. 60, 2, pp. 413-425.

Marshall V. (2004), « Agency, Events, and Structure at the End of the Life Course », dans Levy R., Ghisletta P., Le Goff J.-M., Spini D. & É. Widmer (2005), Towards an Interdisciplinary Perspective on the Life Course, New-York, Elsevier science Editions.

Sapin M., Spini D. & É. D. Widmer (2007), Les parcours de vie : de l’adolescence au grand âge, Lausanne, Éditions Savoir suisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric D. Widmer, « « Qui est je? » ou la difficile construction de soi dans l'hypermodernité », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Qui est "je" ?, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3364

Haut de page

Auteur

Éric D. Widmer

Professeur, Département de sociologie, Université de Genève, Suisse - eric.widmer@unige.ch - http://www.edwidmer.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page