Navigation – Plan du site
Champs de recherche et enjeux de terrain

Le sens de l’observation est-il utile en sociologie ?

Jean Peneff

Résumés

Le sens de l’observation est non seulement utile mais indispensable en sociologie. Cette capacité est d’abord une pratique de la connaissance ordinaire mais elle peut s’affiner et se perfectionner. La sociologie française s’est récemment rapprochée de l’ethnographie et a opéré un renversement en faveur de l’observation, à la lumière des critiques sur la validité et sur le prétendu universalisme des formules classiques. Parmi les quatre grandes méthodologies sociologiques que sont les enquêtes par questionnaire, les interviews, l’étude de documents et l’observation sociologique, les trois premières ont leur histoire et leur inventaire instrumental est bien décrit, mais pas l’observation. Pourtant, en sociologie, plusieurs courants relatifs à l’observation ont cohabité. L’article s’attache à les retracer, à en détailler les conditions et à réhabiliter l’observation directe ou indirecte, spontanée ou préparée, présente ou légèrement rétrospective comme instrument indispensable à qui veut comprendre des univers sociaux éloignés du sien, tous ceux que l’on ne connaît guère intimement par contact direct.

Haut de page

Texte intégral

1Non seulement utile mais indispensable. Cette capacité est d’abord une pratique de la connaissance ordinaire mais elle peut s’affiner, se perfectionner et transformer tout un chacun en sociologue. Dans la sociologie française, il vient de se produire récemment un rapprochement avec l’ethnographie, un renversement en faveur de l’observation, à la lumière des critiques sur la validité et sur le prétendu universalisme des formules classiques. Jusqu’ici, quatre grandes méthodologies se partageaient l’espace : les enquêtes par questionnaire, les interviews, l’étude de documents et l’observation sociologique. Les trois premières ont leur histoire et leur inventaire instrumental est bien décrit. Pas l’observation ! Parmi cette pratique, pourtant, on rencontre l’hyper réalisme du roman, le journalisme d’investigation, le naturalisme et une philosophie, bien adaptée à l’empirisme, initiée par William James et portée par John Dewey, George Herbert Mead : le pragmatisme. La sociologie, au cours de son histoire récente, s’est d’abord fondée sur l’enquête par l’observation à l’Université de Chicago mais pas exclusivement. Chaque cycle de l’histoire des sciences sociales s’approprie ses cadres de travail, ses préconisations (Masson, 2008). Chaque terrain produit ses propres techniques ; il ne faut ni les restreindre ni les limiter parce qu’on a moins besoin de théories que d’investigations concrètes ! Notre spécialité est d’être au plus près de la société.

2Donc, dans la sociologie, cohabitèrent plusieurs courants relatifs à l’observation, dont une tradition dont on parlait peu, il y a quelques années : l’empirisme qualitatif ou radical dont les acteurs s’infiltrent dans des organisations, prennent des rôles et des positions très inhabituelles au monde académique, qui consistent à pénétrer les milieux ou les classes étrangers au cadre de vie des chercheurs. Pour comprendre par l’expérience, ils se mélangent, s’immergent sur la longue durée, vont et viennent entre le site et leur bureau. Ils croient à la valeur de la connaissance par le partage de l’épreuve. Ils travaillent et échangent des conversations banales. Ils élèvent l’expérience pratique au rang d’entreprises de savoir. Bref, ils font un travail de recherche active, parfois entêtée, parce qu’ils sont maîtres de leurs terrains, ne dépendent d’aucune autorité, ne se soumettent qu’à leur conscience et à leur éthique de chercheur.

3Par conséquent, l’observation directe ou indirecte, spontanée ou préparée, présente ou légèrement rétrospective, est un instrument indispensable à qui veut comprendre des univers sociaux éloignés du sien, tous ceux que l’on ne connaît guère intimement par contact direct. On peut y saisir à la fois ses propres préjugés en action ainsi que ceux d’autrui. De façon symétrique, on appréhende le point de vue des autres sur nous. En se mettant à leur place, on sort de soi pour échanger une analyse des différences ; bref on lutte contre l’ethnocentrisme réciproque dû à l’étroitesse logique des éducations et des apprentissages scolaires, des savoirs formels enseignés selon des capacités intensément sélectionnées. S’opposer à cela représente la chance et les ambitions d’une jeune sociologie, plus accessible aux lecteurs non habitués à notre jargon, à nos productions et cela accroîtra la tolérance et les échanges collectifs grâce à une discipline plus démocratique. Il faut insister sur cet objectif qui consiste à populariser, rendre plus lisible la sociologie que nous pratiquons. Notre génération a perdu les larges publics des années 1960 et 1970, pourtant prometteurs où un tirage de livre dépassait facilement les 10 000 exemplaires.

Les conditions

  • 1  « Il suffit d’avoir un goût naturel pour l’observation et pour les choses concrètes... On objecter (...)

4Pour accéder à cette dimension humaniste et nous réconcilier avec un lectorat qui s’est progressivement détourné, la sociologie par observation a d’abord incarné l’indépendance des chercheurs vis-à-vis des financeurs, des institutions académiques, des pouvoirs en place. Ceci a exigé l’acquisition de nouvelles approches dont une préparation au terrain plus longue, puisque l’accès est devenu difficile, et aussi une dose de lectures préalables plus importante. On suggère donc à ceux ou à celles qui sont tentés par cette expérience d’échange de rôles et de position sociale de réfléchir au fait que l’horizon de classes, de plus en plus limité et borné dès leur naissance ou au cours de leurs premières années, a affaibli ce goût naturel des autres et de leur rencontre dans leur environnement naturel. Alors, ils comprendront mieux d’où vient le goût de l’observation. Pourquoi dit-on de certains qu’ils « voient », qu’ils ont l’œil, le regard perçant, et d’autres pas ?  Cette polyvalence avait frappé Émile Durkheim (1967, p. 308) : « Le goût de l’observation, écrivait-il, peut également faire d’un homme un romancier, un auteur dramatique, un chimiste, un naturaliste, un sociologue ». La disposition à l’observation vient d’une socialisation particulière des sociologues dans leur jeunesse : mixité sociale et démographique, mélange avec des étrangers, solidarité avec des groupes éloignés, mobilité imprévue, curiosité sociale précoce et sens du contact stimulé par l’entourage. Cette capacité à saisir de nombreuses interactions à la lisière de la vie familiale se développe chez quiconque s’intéresse au social mais elle ne survivra qu’associée à des outils appris. Par conséquent, l’observation ne fonctionne jamais seule ; elle inclut de nombreux instruments complémentaires. Ainsi, elle n’est pas sans rigueur, même si ses formules ou ses instructions ne sont pas strictement édictées et qu’elles s’étendent des comptages statistiques à une érudition très ouverte 1.

5Pour illustrer la multipolarité de l’observation, j’ai cherché de bons exemples d’observateurs ailleurs qu’en sociologie. Je n’ai pas eu de mal à trouver. Un romancier, un chimiste, un linguiste, un naturaliste donnés en exemple ont conçu, sans s’inquiéter d’épistémologie, des formes originales de l’observation participante. Ces inspirateurs proches des historiens (Marc Bloch à l’État-major), des journalistes judiciaires (Affaire Outreau), des militants de Mai 68 (les établis) en ont usé et ont publié leurs conclusions. On trouve là tout ce que l’éventail humain de la curiosité et de la réflexion a pu produire comme ressources du raisonnement. Les conditions de prise de notes, les techniques de mémorisation et de discussion avec des témoins sur la scène nous indiquent comment ils ont pratiqué. Les victimes de l’univers concentrationnaire (Germaine Tillion, Primo Lévi) le racontent avec beaucoup d’humilité dans le cadre de leur survie (Peneff, 2009).

6L’observation a manifesté ses racines dans l’histoire des sciences et par conséquent dans l’histoire de nos techniques. Les élèves d’Arnold Van Gennep la pratiquent en Suisse ou en France ; ils furent les premiers en Europe dès 1910. Les disciplines qui furent concernées par l’observation sont, dès cette époque, outre la sociologie et l’ethnographie, la géographie, la science politique, les sciences de l’éducation. On peut donc puiser dans l’immensité de l’observation ancienne et analyser les caractéristiques interdisciplinaires qui nous inspireront. Il y a un continuum entre l’observation ordinaire et celle plus savante avec ses formes de plus en plus sophistiquées.

Affinement du sens de l’observation sur 100 ans

7Cet affinement a été spécifique à chaque discipline. La nôtre a également progressé grâce à des anthropologues. Les sociologues français l’adoptent avec 80 ans de retard, durant lesquels des démarches neuves avaient été inventées et diffusées. C’est à ce bilan que s’essaient les deux ou trois manuels et les rares essais réflexifs que nous possédons en France. Aux États-Unis, par contre, depuis 1940, il y en eut plusieurs dizaines qui furent publiés et de nombreuses questions avaient été, sinon résolues, du moins amplement discutées, telles que la notion de secret, l’archivage des notes pour les pairs, la rédaction rapide ou bien la réflexivité des annexes de méthode. Une histoire de l’observation inclut rarement ce développement et le bilan depuis les années 1930 est peu évoqué. Pourtant, il élargirait notre horizon, ouvrirait des chantiers et procurerait des références utiles ; les similitudes ou les oppositions rendraient généralisables les conclusions.

8Une des formes les plus modernes et raisonnées est l’observation participante cumulée, une succession d’enquêtes qui dépasse celle menée dans le cadre d’une seule expérience, d’un seul site au cours d’une vie. Si l’observation était continuée sur plusieurs années, la comparaison entre sites deviendrait le caractère majeur, la norme de carrière et non l’exception. L’énigme du goût et du dégoût à l’égard de l’observation serait résolue dès lors que l’on considèrerait les expériences du sociologue observateur sur la durée d’une vie. Et on peut se demander alors quelles furent les conditions de l’émergence de sa conscience sociale avant qu’elle ne se transforme en conscience sociologique. Faut-il simplement exiger une vague socialisation aux rites de l’observation, une curiosité méthodologique de noviciat ou une progressiveobjectivation à travers l’accumulation critique ? Si l’on y parvient, alors elle deviendra un style de pensée, un non-conformisme associé à un plus grand détachement vis-à-vis des académismes, une distanciation par rapport à toute velléité d’organisation impérative de la profession.

9La notion assez vague d’observation dans les sciences humaines a interdit jusqu’ici une vision large et son histoire mondiale reste à faire. De plus en plus sophistiquée, elle se diversifie selon les traditions nationales, ce qui est une singularité dans l’histoire des méthodes centralisées ou unifiées. La durée de recherche est passée de quelques mois à plusieurs années selon les auteurs et les pays. L’observation ethnologique et la forme sociologique ont plusieurs facettes et plusieurs types de contrôle. L’anglo-saxonne a peu de rapport avec la française : on voit là l’influence des traditions locales et temporelles. L’observation sur 100 ans, en Amérique et en Europe, rappelle qu’à une époque où le questionnaire et l’interview n’existaient pas et où les statistiques étaient médiocres, les problèmes de validité et d’échantillon se révélaient moins prégnants.

10C’est ainsi que Robert Ezra Park, William Isaac Thomas, Florian Znaniecki ou Nels Anderson ainsi que William Foote Whyte évoquent plutôt la liberté d’invention de l’observateur (« on se débrouille » comme on peut au début) que la soumission à des principes méthodologiques impératifs. Par la suite, la diffusion d’Outsiders de Howard S. Becker à partir de 1985 a modifié nos conceptions et a amélioré notre connaissance de tout un pan de la sociologie américaine, découvert à travers l’École de Chicago et de l’interactionnisme, quoique beaucoup de confusions se soient glissées à cette occasion. Alors qu’auparavant, on ne connaissait que Paul Lazarsfeld, Talcott Parsons et Robert Merton, une ouverture s’est produite quand on fait le bilan de livres traduits : Asiles (Goffman, 1968), Outsiders (Becker, 1985), Street Corner Society (Whyte, 1996), Un Sociologue à l’usine (Roy, 2006) ou encore Tally’s corner (Liebow, 2010). Et pour clore une liste bien sûr incomplète, relevons que la meilleure introduction qui soit de ces questions demeure pour longtemps Le Travail sociologique de Howard S. Becker (2006).

11Tout cela manifestela vitalité de la seconde greffe de l’École de Chicago à Paris, alors que la première tentative de Everett Hughes, venant à Paris à l’École des hautes en sciences sociales (EHESS) à la rencontre de Georges Friedmann dans les années 1960, avait été manquée. Grâce à ce renouveau, l’interactionnisme américain a été progressivement reconnu alors que le public canadien francophone avait déjà eu des contacts et des synthèses, de la part d’Everett Hughes ou de ses élèves à Montréal (voir la présentation par Alain Pessin, 2004). Mais tout ce qui est venu de Chicago n’a pas convaincu. Il y eut des courants remarquables qui ne pratiquaient pas et qui critiquaient souvent l’observation tels que l’interactionnisme symbolique ou l’ethnométhodologie.

12Le rapport à la théorie, plus exactement l’absence de théorie, est souvent opposé de manière plus ou moins justifiée de la part des adeptes du déterminisme sociologiste pur. Ce qu’on entend par théorie est quelque chose parfois de trop rigide, dogmatique (système de pensée, règles de travail fixes, intransigeantes au lieu de schémas ou de perspectives ouvertes). Pour régler cette question obsédante, les observateurs participants sont le plus souvent sur la défensive. Il leur suffirait de dire que cette question est aussi peu appropriée en ethnographie qu’en histoire. En effet, qu’est-ce que la théorie pure pour un historien moderne ? C’est un code de conduite général, un garde-fou, des précautions apprises plus que des règles stricto sensu ou des normes indépassables. Préconisations qui ne sont pas des prescriptions. Ce sont des barrières, des garanties de confiance et de fiabilité et non des conditions préalables de forme. Elles sont évolutives, relatives au contexte intellectuel. La théorie en histoire est un assemblage de méthodes à respecter, une façon de travailler à laquelle tous se réfèrent. En gros, elle comprend le maniement de l’archive, la critique interne, la vérification sur pièces par les pairs. En sociologie d’observation, nous satisfaisons aux deux premières conditions mais pas à la troisième. Le contrôle par les collègues n’est pas systématique et c’est regrettable. Rendu malaisé par l’anonymat ou la discrétion, l’ethnographie s’y essayât. Les « revisites » donnent lieu trop souvent à des polémiques parce que l’espace, le temps séparant les deux enquêtes, la modification des activités, les témoignages d’acteurs qui ont oublié rendent la vérification de nos premières données presque impraticable. La duplication scientifique, la reproduction vérificative doivent trouver une autre solution pour que les pairs, au moins implicitement, aient accès à la production de nos données. (Ce à quoi les intervieweurs il faut bien le reconnaître  ont également renoncé puisqu’ils ne livrent pas leurs documents enregistrés.)

13Plus intéressante est la question : jusqu’où s’engager ? Il n’y a pas de degré ni d’exclusivisme à la participation. On peut observer sans participer ; c’est souvent le cas et la seule alternative possible. Une participation sans forcément aller au bout comme dans l’étude de la délinquance ou de la criminalité ? Une participation aux préparatifs ou bien à une partie seulement des actions ? Et s’il y a impossibilité, comme c’est souvent le cas dans un monde cloisonné, que faire ? Difficile de définir la participation, disposition floue, pour laquelle on accorde trop d’importance à la proximité. La participation intégrale peut être un inconvénient. La connaissance de l’intérieur est fructueuse mais pas toujours et pas systématiquement. « Se mettre à la place de l’autre » est une formule ambiguë. Un individu seul ne représente pas la vision d’un petit groupe et la perception collective évolue dans l’action, se recompose dans la rationalisation a posteriori ou dans le souvenir transmis par des rapports écrits ou des documents. Enfin, une autre confusion émerge : qui rapporte ce récit, ce « point de vue » à l’auteur : le sujet, un témoin, un tiers extérieur neutre ? Ceci n’est pas précisé, y compris dans le cadre des restrictions émises par les ethno-méthodologues. D’ailleurs, comment entrer dans le point de vue d’un individu, dans ses pensées intimes, dans ses raisonnements et justifications particulières sinon au risque de focaliser sur le psychisme subconscient ou les verbalisations rationalisantes ?

14Cependant, un enrichissement a bien eu lieu et a conduit à articuler l’observation à ses conditions d’existence dans la société ambiante. La richesse de la démarche se dégage d’un sens critique social général, d’un réalisme du travail scientifique. Dès 1960, Howard Becker lance ce premier débat d’envergure ; il avait déjà replacé l’observation sociologique dans un contexte méthodologique moins tourné vers les classes populaires et sa didactique, et dégagé son initiation et son enseignement des conseils distribués dans les manuels. L’avenir continuera ces développements, non pas vers une unification des techniques non souhaitable, mais une amélioration des outils simples (perfectionnement de la prise de notes, établissement de mesures statistiques, multiplicité des rôles et continuité des expériences et des apprentissages). La mesure des observations ou d’autres données sera un progrès.

15Les relevés numériques, les collectes chiffrées concentrent l’attention sur les divisions du travail, sur un même lieu, selon la définition du contenu et de la qualification des actes. Or cette description simple et son comptage ne sont pas encouragés dans les pédagogies, quoiqu’ils apporteraient certainement un accroissement de la distanciation. Mais on est en droit d’attendre le même relativisme de principes et d’exigences de la part des autres méthodes. Les recueils par questionnaire ou entretien ont été réalisés par qui, où et comment ? Quelles questions, et dans quel contexte, ont été posées ? Par des salariés ou par l’auteur lui-même ? Il faut donc observer les enquêteurs au travail, en général, quel que soit leur outil, qui va des statistiques recueillies ou la construction de tableaux, jusqu’à la direction de laboratoires et des équipes de travailleurs de bas statut, leurs élèves ou collaborateurs. L’observation participante apportera dès lors un regard neuf sur la création des matériaux traditionnels et sur les habitudes d’interprétation. Le voile jeté généralement sur la collecte, le secret sur les conditions réelles de la passation, les pratiques d’interprétation, de classement ou d’amalgame des réponses ne permettent jamais une vérification par les pairs et une ontologie de la connivence fait que la confiance est accordée d’entrée à certains collègues et pas à d’autres.

Les questions en suspens

16Un regret persiste : une véritable ethnographie des institutions par observation nous manque. Observer les institutions ou observer à la périphérie des institutions ? On doit pouvoir éviter ce dilemme. Quand c’est possible : les deux. Ainsi en Algérie, dans le monde de la médecine, dans les activités militantes politiques, dans la fabrication des sondages et des enquêtes, j’ai associé différents types d’observation selon les opportunités qui s’offraient, soit en entrant dans une institution fermée, soit en demeurant aux portes de celles-ci.

17Pénétrer les milieux fermés au lieu de se contenter d’étudier les pauvres, les ouvriers, les marginaux, démunis devant nous, serait une option convaincante. La sociologie est plus enrichissante quand elle s’intéresse aux sommets et aux puissants, quand elle met en branle de nombreux acteurs puissants. Néanmoins, quand il ouvre des perspectives nouvelles, quand il découvre les coulisses du pouvoir, les secrets de l’industrie pharmaceutique, par exemple, le sociologue prend le risque d’être marginalisé par la communauté scientifique, au titre de manque de neutralité et de prudence.

18Certes, il faut convenir qu’il est de plus en plus difficile de pénétrer des institutions de grande taille, de mieux en mieux protégées par une armée d’avocats, de conseillers. La soudaine croissance des institutions sous l’effet du libéralisme a engendré une obscurité sociale, l’absence de transparence, une fermeture à l’enquête sociologique.

19J’ai tenté d’étudier des phénomènes cruciaux (médecine, politique, usages des questionnaires et sondages) aussi bien que des événements anecdotiques. Je me suis heurté à chaque fois au carcan des interdictions, à la protection des intérêts supérieurs.

20Enquêter en médecine est un exemple des difficultés de notre époque. Certes, on peut observer une consultation médicale ou hospitalière et on perçoit combien le médecin réfléchit à tout un arrière-fond invisible à l’œil nu. Ce qui est impliqué par la situation (de la médecine moderne s’entend) : situation du patient, origine de sa famille, crainte de procès, éthique à respecter, secrets et pudeur du malade, mais aussi derniers faits institutionnels : développements des sciences, intervention des laboratoires, rivalité corporative ainsi que les décisions de l’Ordre au sujet de tel geste ou acte, la pression des médias et de la justice sur les affaires, l’assurance maladie qui ne rembourse plus ceci, etc. Il a tout cela en tête, sans parler bien sûr de la pathologie à pronostiquer. Dans le cours de l’activité médicale actuelle, le moindre changement met tant d’enjeux en mouvement que la perte du petit équilibre déjà obtenu s’affirme risquée et menaçante. Chaque secteur du pouvoir préfère courir à l’échec imputable aux autres qu’être dépossédé d’une parcelle d’autorité et de prestige, aussi instable fut-elle, conquise laborieusement en fonction d’intérêts économiques contradictoires. La profession médicale est devenue un monde en soi, divisé et craintif, qui se saisit de l’immobilisme comme d’une survie artificielle.

21Le hasard m’a placé, durant ma carrière de joueur, en position d’observer de l’intérieur les instances du football (la Fédération française de football). J’ai compris peu à peu le poids des institutions sur le jeu et celui de l’argent sur son orientation. La Fédération est unde ces empires gérés par des « amateurs » qui fonctionnent aujourd’hui sur les mêmes modèles qu’hier. On est passé de 100 000 joueurs et cadres des années 1950 à plus de 2,5 millions de membres actuellement et on saisira dès lors les événements de la dernière Coupe du monde (la grève des joueurs) comme un conflit de travail ordinaire sans chercher d’abord des luttes de classe ou de race 2. « Jouer au ballon » ne suffit pas à comprendre le football si l’on n’entre pas dans l’organisation au quotidien. Apprendre des règles de vie interne, obéir à son entraîneur, pénétrer les lieux de pouvoir des clubs sont indispensables. Tous les sociologues peuvent parler football. Ils évacuent ainsi la notion essentielle : l’organisation de l’autorité et la distribution des finances. Le capitalisme nouveau a engendré la mutation d’organisations anciennement de type paternaliste ou familial, en puissances bureaucratiques aux fonctions contradictoires : jeu ou profit, professionnalisme ou amateurisme, médias politisés ou plaisir. Caractéristiques du business, pour jouer présentement, il faut être formé, suivi, soigné, aidé, entraîné, juridiquement représenté, protégé, conseillé par des armadas d’agents, d’intermédiaires de la communication, de la nutrition, du droit, du marketing, du soutien psychologique, etc. On trouve également dans les fourgons de cette armée, une intendance constituée d’une multitude de bénévoles ou de parasites : journalistes, agents, conseillers « psy », avocats vivant du « terrain ». Or, ce gigantisme, on le rencontre notamment dans l’éducation nationale qui, comme la moindre activité ludique, est devenue un monstre polycéphale.

22Sous cet angle, respectivement la dernière thèse que j’ai dirigée et le dernier jury auquel j’ai été invité m’ont fourni des réflexions intéressantes au sujet d’idées originales sur les collèges et lycées professionnels (Andréo, 2005) comparés aux classes préparatoires aux grandes Écoles (Capelli, 2008) menant à des conclusions pas très différentes. Outre qu’elles témoignent du décalage entre ce que le thésard a appris et est préparé à assumer et ce qu’il doit inventer au fur et à mesure de sa progression, ces études suggèrent qu’observer l’éducation nationale, tout en restant, à la fois, dehors et dedans (en tant qu’élèves, étudiants, agents d’encadrement) conduit à une combinaison de l’entrisme et de la mise à distance. Ces apprentis sociologues ont étudié le rapport à la carrière des élèves de lycées techniques ou des futurs ingénieurs en y voyant des problèmes identiques, remettant partiellement en cause la hiérarchie scolaire traditionnelle. Étudier les élèves des classes préparatoires en mathématiques visant des concours difficiles et les exclus du « système » suggère que la question est : quelles pédagogies sont-t-elles appropriées pour des élèves qui sortent du moule et ceux qui y appartiennent totalement ? Faut-il pour les futurs ouvriers ou ingénieurs un savoir au contenu spécifique ou leur apprendre d’abord à manifester un droit à la compétence, à respecter la future communauté professionnelle ? On constate des similitudes dans les descriptions significatives des rites d’initiation, des « colles », des examens et de leurs fraudes, des corrections de devoirs ou des rapports de stages montrant l’incertitude des professeurs et celle des attentes des élèves dans leur rôle d’apprentis constitué d’ambiguïté et d’arbitraire. Quand les professeurs aspirent à voir les jeunes manifester autonomie, distance au rôle d’apprenant, détachement vis-à-vis de la scolarité convenue, ils leurs appliquent une pédagogie normative, infantilisante. Parfois, c’est l’inverse, notamment quand la direction manifeste une tolérance ou un paternalisme prudent vis-à-vis des absentéistes ou des négligents dans la fourniture des exercices. Il apparaît néanmoins dans les deux cas des dissidents ou des marginaux qui ne veulent pas s’intégrer et trouvent le système humiliant. Dans ce mélange contradictoire d’attitudes faites à la fois de cynisme et d’idéalisme, surnagent les pouvoirs naissants d’une frange supérieure de l’élite ou d’une frange marginalisée qui se construisent. Les conditions de la formation des aspirations d’une catégorie d’étudiants qu’on dit favorisée par les compétences scolaires, la réussite aux examens sélectifs sont assimilables finalement à l’avenir peu éclairci des futurs ouvriers. Pour faire ces démonstrations, les deux auteurs mobilisent les ressources de la participation à la communauté par une observation directe de longue durée et partagent leurs études. Tout ceci soulève les questionnements d’actualité sur le destin de la sélection scolaire, de l’avenir de classe de la jeunesse en raison du système d’enseignement en France très hiérarchisé, de la sélection et de l’exclusion des moins chanceux, de la spécialisation précoce à laquelle condamnent des savoirs scientifiques enseignés abstraitement. Avatars dans la diffusion de l’idéologie méritocratique, mode de classement depuis deux siècles par les mathématiques désorientent face à un système de notation nationale qui fait fi des réels projets des postulants : telles sont les conclusions fécondes de ces études mises en parallèle de thésards. Pour cela, ils ont dû faire preuve d’indépendance, prendre des initiatives en solitaire, conserver une distance vis-à-vis de leur propre institution, l’université. Ces jugements qui décomplexent font prendre le risque d’être critiqués quant à la rigueur de la méthode, d’autant plus qu’ils concèdent eux-mêmes leur lot d’errances ; c’est-à-dire que les auteurs apportent face aux normes académiques une bonne dose d’humilité et d’autocritique due aux tâtonnements et aux doutes d’interprétation.

Conclusion

23On le voit, il n’y pas de grades ni de hiérarchie parmi les observateurs. Il n’y a pas que les professionnels aguerris ou éprouvés qui peuvent y prétendre. Le sens de l’observation n’est pas codifiable ni figé, il évolue en fonction de l’époque. Quelle sera sa définition demain ? Personne ne peut le dire. Ce retour sur soi, le nécessaire relativisme, l’observation les propose. L’esprit critique est indissociable de la pratique. Il faut donner plus de place dans l’enseignement à l’initiative, à l’autonomie et à l’innovation. La légitimité de l’observation concerne toutes les sciences Il faut donc réhabiliter sa forme sociologique dans un puissant instrument de l’objection sociale et de l’objectivation de soi. « Observe-toi toi-même si tu veux observer les autres » ; « Devenez un peu savant en devenant un peu sorcier » ou bien : « Résistez, faites des observations ». La métonymie du terme « terrain » a été dangereuse ; le prétexte de l’observation fut parfois une opportunité pour ceux que la construction de tableaux statistiques à partir de questionnaires rebutait. Tout le monde fait du terrain aujourd’hui mais de manière souvent rapide et superficielle.

24Toutefois, à partir d’un bon sens expérimental, l’acquisition du sens émancipé de l’observation, la création de normes personnelles de jugement sur la base de l’expérience seront les conséquences secondaires, mais pas de faible importance, d’une éventuelle diffusion. Dans la vie courante, nous faisons tous des observations au cours d’interactions infinies ; or, on n’a pas le temps de les enregistrer, de les réfléchir et de les écrire. Le sociologue lui prend ce temps, tout son temps. C’est là son privilège et son malheur car il peut aussi bien se perdre dans l’immensité de ses terrains ou paresser en route.

Haut de page

Bibliographie

Anderson N. (1993), Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Éditions Nathan.

Andréo C. (2005), Déviance scolaire et contrôle social. Une ethnographie des jeunes à l’école, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Becker H. S. (1985), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions A.-M. Métailié.

Becker H. S. (2006), Le Travail sociologique. Méthode et substance, Fribourg, Academic Press Friboug.

Capelli F. (2008), La Socialisation de l’élite scolaire, une ethnographie du parcours d’apprentissage des jeunes d’une grande école d’ingénieurs française, Thèse IEP, Université de Grenoble.

Durkheim É., (1967), De la Division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.

Goffman E. (1968), Asiles, Paris, Éditions de Minuit.

Hughes E. (1996), Le Regard sociologique. Essais choisis, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Liebow E. (2010), Tally’s Corner. Les Noirs du coin de la rue, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Masson P. (2008), Faire de la sociologie. Les grandes enquêtes françaises depuis 1945, Paris, Éditions La Découverte.

Peneff J. (2009), Le Goût de l’observation, Paris, Éditions La Découverte.

Pessin A. (2004), Un Sociologue en liberté. Lecture de H. Becker, Québec, Presses de l’Université de Laval.

Roy D. (2006), Un Sociologue à l’usine, Paris, Éditions La Découverte.

Whyte W. F. (1996), Street Corner Society, Paris, Éditions La Découverte.

Haut de page

Notes

1  « Il suffit d’avoir un goût naturel pour l’observation et pour les choses concrètes... On objectera que la méthode d’observation manque de règles pour juger les faits recueillis » (Durkheim, 1967, p. 306).

2  Voir : jeanpeneff.eklablog.com

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Peneff, « Le sens de l’observation est-il utile en sociologie ? », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3658

Haut de page

Auteur

Jean Peneff

Professeur émérite, Université de Provence Aix-Marseille 1, France - jean.peneff@alsatis.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page