Navigation – Plan du site
Les partenariats de recherche

De la mobilisation des connaissances au partenariat de recherche

Le cas du « Portrait des jeunes du quartier Bordeaux-Cartierville » à Montréal
Hélène Belleau

Résumés

Notre hypothèse de départ dans cette étude était que les résultats d’une recherche développée en partenariat seraient plus adaptés aux besoins des divers acteurs impliqués que ceux découlant d’une recherche plus « classique » et qu’il en résulterait nécessairement des retombées plus nombreuses dans les milieux des partenaires impliqués. Au terme de notre analyse, nous constatons que l’hypothèse initiale n’a pu être confirmée que partiellement. Le modèle de la Traduction développé par Callon et al. (2001), permet de cerner les limites de cette approche dans le contexte étudié. Ce qui semble avoir invalidé notre hypothèse de départ tient en partie aux « mesures de précaution » mises en œuvre par les partenaires lors de la mise à l’épreuve des connaissances nouvelles mais aussi le retour aux anciens modes de fonctionnement entre intervenants et chercheurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Au Québec, un réseau de Centres locaux de services communautaires (ou CLSC) a été mis sur pied dan (...)

1Au début des années 2000, la direction du CLSC 1 Bordeaux-Cartierville à Montréal développait son propre centre de recherche dans l’espoir d’accroître l’impact de certaines recherches au sein de son organisation mais aussi au sein des autres établissements de santé et de services sociaux de la région. Les demandes de participation à des recherches universitaires s’étaient multipliées au cours des années 1990. Or, en dépit de l’importante implication des intervenants ou de la clientèle à ces projets, la direction du CLSC constatait le faible impact des résultats de ces études sur les pratiques. Peu nombreux étaient les chercheurs qui se souciaient de présenter les résultats de leurs travaux aux intervenants après avoir réalisé le « terrain ». La « traduction » des conclusions des recherches dans un langage plus accessible aurait nécessité des ressources financières additionnelles dont les chercheurs ne disposaient pas. C’est donc dans ce contexte que le CLSC Bordeaux-Cartierville a entrepris des démarches pour être reconnu au titre de Centre Affilié Universitaire et ainsi obtenir du Ministère de la santé et des services sociaux du Québec, une mission d’enseignement et de recherche et un financement pour celle-ci.

  • 2  L’analyse qui suit est celle de la chercheuse principale et non le fruit d’un travail collectif ay (...)

2L’objectif de cet article est de rendre compte du premier projet de recherche effectué dans cette nouvelle structure et de systématiser cette réflexion pour dégager quelques éléments de cette expérience partenariale qui puissent être transposables à d’autres contextes. L’analyse s’appuie sur les études portant sur les différentes formes de partenariat ainsi que sur la littérature traitant du transfert et de la mobilisation des connaissances. Le contexte qui a présidé à l’élaboration de ce projet de recherche partenariale justifie cet angle d’approche particulier. En effet, le premier projet développé s’inscrivait dans une réflexion générale sur l’utilisation des connaissances scientifiques par les intervenants et les gestionnaires. Notre hypothèse de départ était que les résultats d’une recherche développée en partenariat seraient plus adaptés aux besoins des divers acteurs impliqués que ceux découlant d’une recherche plus « classique » et qu’il en résulterait nécessairement des retombées plus nombreuses dans les milieux des partenaires impliqués. C’est ce qui a conduit l’équipe de recherche nouvellement arrivée à développer un modèle dit interactif ou délibératif (Bohman, 1996 ; Huberman, 1989 ; Weiss, 1979) qui s’appuie sur un engagement plus intensif et une approche réflexive de la part des chercheurs et des praticiens contrairement à d’autres modèles (Denis, Lehoux & Champagne, 2004). Au terme de notre analyse, nous constatons, comme nous le verrons, que l’hypothèse initiale n’a pu être confirmée que partiellement 2. Comment expliquer les difficultés rencontrées dans l’utilisation des résultats de cette recherche par les partenaires ?

3La raison d’être de ce nouveau centre de recherche était le développement de connaissances ancrées dans la réalité sociale et dans l’intervention. La collaboration des intervenants était donc centrale à cette entreprise. Toutefois, elle n’était pas acquise en raison des perceptions négatives des intervenants à l’endroit des chercheurs (imposition de « solutions » ne tenant pas compte de l’expertise des intervenants, promesses non tenues d’un retour des résultats dans les milieux de pratique, etc.) mais aussi en raison du contexte de surcharge de travail des intervenants découlant des restrictions budgétaires imposées par l’État. Malgré ce contexte défavorable, un partenariat de recherche fut mis en place autour du projet « Portrait des jeunes du territoire de Bordeaux-Cartierville ».

4Les différentes étapes de cette recherche sont d’abord présentées en mettant l’accent sur les conditions de son émergence et de sa réalisation, sur les acteurs impliqués et les multiples enjeux qui ont émergé au fil de cette recherche. Le processus de collaboration entre les partenaires a été divisé en cinq étapes afin de rendre compte des rôles des partenaires aux différents moments de la recherche et d’identifier les principales difficultés rencontrées. En s’appuyant sur le modèle de la Traduction développé par Michel Callon (Callon, Lascoumes & Barthes, 2001), nous tenterons de rendre compte des négociations entre les chercheurs et leurs partenaires en mettant en évidence leurs divergences mais aussi leur complémentarité. Ce modèle s’appuie sur une triple traduction soit aux moments de la formulation du problème, du processus de production des connaissances et de la mise à l’épreuve des connaissances dans le monde réel. C’est cette dernière traduction qui a invalidé partiellement notre hypothèse de départ et qui a conduit l’équipe de recherche à déployer de nouvelles stratégies en regard de la mobilisation des connaissances.

5La seconde partie présente les retombées du projet sur les jeunes de Bordeaux-Cartierville qui nous sont connues en grande partie grâce à une autre recherche subventionnée par le FQRSC (St-Cyr-Tribble et al., 2003) portant sur le transfert des connaissances. Un retour sur la littérature scientifique conduira, dans la troisième partie, à dégager quelques énoncés essentiels au travail de recherche en partenariat et à l’utilisation subséquente des résultats par les principaux intéressés. Loin d’être exhaustifs ou normatifs, ces énoncés nous semblent transposables à d’autres contextes présentant certaines caractéristiques communes. Avant de poursuivre toutefois, quelques mots s’imposent sur ce que nous entendons par le concept de « partenariat ».

Retour sur une expérience du partenariat de recherche

Du partenariat de recherche à la mobilisation des connaissances

6Comme nous l’avons souligné, le partenariat de recherche développé autour du Portrait des jeunes du territoire de Bordeaux-Cartierville s’inscrivait dans une réflexion plus large sur le transfert et la mobilisation des connaissances. Nous entendons par mobilisation des connaissances le processus par lequel les savoirs sont transformés en actions concrètes grâce à la collaboration de plusieurs acteurs et à un partage intense des savoirs entre praticiens et chercheurs (Elissalde & Renaud, 2010 ; Jacobson et al., 2004 ; Lavis et al., 2003 ; ICIS, 2001 ; Landry, 2000). La collaboration entre les partenaires du projet visait la « co-génération des savoirs » plutôt qu’un échange linéaire des chercheurs aux intervenants impliqués (St-Cyr-Tribble et al., 2003). Le partenariat de recherche supposait donc la contribution des praticiens et chercheurs impliqués et ce, à divers moments de la démarche de recherche bien que selon des fonctions et une intensité variables. Par un travail d’échange bidirectionnel, les divers acteurs ont été amenés à participer à l’élaboration d’une compréhension commune du contexte, de l’objet de recherche, des concepts, etc. En somme, nous définissons le « partenariat », en termes de « relations relativement structurées et formalisées mais au sein desquelles les collaborateurs conservent leur existence propre » (René & Gervais, 2001, p. 21). Il s’agit, selon nous, d’une collaboration « conflictuelle » au sens où les acteurs issus de cultures différentes (milieu de recherche et milieu de pratique), négocient et défendent leurs intérêts parfois divergents tout en coopérant autour d’objectifs concrets et communs (Bourque, 2003 ; Desgagné, 1997).

Historique du projet de recherche

  • 3  Une étude intitulée « Grandir à Bordeaux-Cartierville, état de la situation » rassemblait notammen (...)
  • 4 Jean-François René et Lise Gervais distinguent la concertation du partenariat comme suit : « La not (...)

7En dehors de données statistiques très générales 3, peu d’informations étaient disponibles pour connaître les valeurs et les besoins des jeunes de 12 à 18 ans résidant dans ce quartier de Montréal. Or les jeunes de Bordeaux-Cartierville présentaient plusieurs caractéristiques particulières dont le fait d’être en grande partie issus des vagues d’immigration très récentes et de pays très variés. Ce constat avait conduit plusieurs intervenants du quartier, membres de la Table de concertation jeunesse 4 (TCJ) à formuler une proposition de projet de recherche visant, à terme, à mieux connaitre leurs clientèles et à mieux orienter leurs interventions futures auprès de celles-ci. Au départ, trois objectifs étaient alors identifiés : 1. dresser un portrait des problématiques jeunesses du territoire ; 2. connaître les besoins identifiés par les jeunes eux-mêmes en termes de ressources et de services ; 3. confirmer ou infirmer les réalités perçues par les intervenants-terrain.

8La TCJ était une structure de collaboration intersectorielle ayant une dizaine d’années d’existence. Elle réunissait une douzaine d’intervenants issus principalement du milieu institutionnel (CLSC, municipalité, police, écoles) et du milieu communautaire concernés par le bien-être des jeunes du quartier. La TCJ constituait une véritable communauté d’intérêts ayant un historique de collaboration soutenu. Créant une solidarité d’ensemble, celle-ci a sans aucun doute facilité grandement la coopération tout au long du projet comme nous le verrons (Schweyer, 2001).

Première étape : La rencontre des acteurs et le choc des cultures

  • 5  Œuvrant à l’obtention d’une désignation de Centre affilié universitaire (CAU), ce CLSC embauchait (...)

9Pour réaliser cette enquête et en préciser les visées, les membres de la TCJ ont fait appel aux chercheurs du Centre de recherche du CLSC Bordeaux-Cartierville 5. Les premiers échanges ont permis de cerner de manière plus précise les besoins des membres de ce regroupement mais aussi de désigner une intervenante communautaire connaissant bien le milieu comme « agente du projet ». Celle-ci a joué un rôle de liaison au cours des différentes étapes de la recherche collaborant à la fois au processus de recherche et à l’animation des échanges entre chercheurs et partenaires. L’enjeu de cette agente était de faire cohabiter les intérêts divergents mais aussi de négocier avec le plus grand nombre une relation d’échange (en termes d’expertise et de retombées) où chacun y trouverait son compte. Tous les partenaires s’impliquaient sur une base volontaire et non par obligation. Ce fut l’étape de la première traduction, celle qui consistait à identifier un « problème commun ».

10En effet, les motivations des divers acteurs à s’impliquer dans ce partenariat de recherche traduisaient un engagement réel de tous les partenaires. La nécessité de palier à la méconnaissance de la population des 12-18 ans résidant sur le territoire faisait consensus car tous constataient une transformation récente et importante de leur « clientèle » en raison des récentes vagues d’immigration qui touchaient le quartier. Cependant, les divers partenaires identifiaient des « problèmes » fort variés qui nécessitaient un travail de mise en commun des perceptions et des expériences. Par exemple, l’émergence de la pratique des jeux de hasard dans les groupes de jeunes identifiée par certains intervenants communautaires s’avéra être définie comme un « réel problème » pour les uns (travailleurs de rue, intervenants de certains organismes communautaires, etc.) et non pour les autres (direction des écoles, infirmières du CLSC, etc.). L’ampleur du phénomène mais aussi sa « cause » étaient l’objet de débats entre les partenaires. Certains attribuaient la pratique des jeux de hasard à l’arrivée de certaines communautés asiatiques plus tolérantes en la matière alors que d’autres l’associaient à l’accès de plus en plus important des jeunes à l’argent (augmentation du travail rémunéré chez les étudiants, allocations versées par les parents, etc.). Un certain consensus a pu s’établir ici autour de l’idée de cerner les contours de cette pratique mais de manière très sommaire. La perception d’un accroissement de la violence au sein des relations amoureuses entre garçons et filles fut aussi évoquée par plusieurs partenaires. Ici, il semblait y avoir entente sur les diverses explications du phénomène mais aussi sur l’idée qu’il fallait le vérifier empiriquement. Une très grande variété de « causes » était évoquée cependant et devait être prise en compte selon les divers partenaires (hypersexualisation des filles, machisme toléré par certaines communautés, contrôle parental déficient ou trop étroit, isolement des filles, problèmes de santé mentale, etc.). Les négociations ont alors porté sur la manière de délimiter ce vaste sujet. Plusieurs propositions ont dû été discutées entre chercheurs et intervenants.

11Enfin, d’autres réalités perçues ont suscité peu d’adhésion soit parce qu’elles touchaient un nombre restreint de jeunes (ceux en marge des gangs de rue, grossesses adolescentes, etc.) soit en raison de la complexité du phénomène à cerner sur le plan méthodologique (sentiment d’insécurité des jeunes dans les lieux publics, etc.). Au terme des premiers échanges, un consensus s’est établi autour de l’idée de dresser un portrait général des jeunes et d’explorer sommairement leurs besoins en termes de services communautaires ou autres. Ce portrait allait prendre forme par la réalisation d’une enquête quantitative auprès de 1 177 élèves des trois écoles secondaires publiques du territoire. La collaboration amorcée autour de la définition même du projet s’est poursuivie tout au long du processus de recherche, soit de la réalisation des outils (grilles de consentement et questionnaire comportant 90 questions) aux activités de diffusion et de mobilisation des connaissances.

12Les premières rencontres ont également permis de clarifier les attentes des partenaires pour ce projet en termes de retombées pratiques mais aussi de présenter celles de la chercheuse principale et ce, en regard de ses intérêts et de son point de vue scientifique. Ce fut l’occasion pour les uns et les autres de faire certains apprentissages dont celui qui nous paraît rétrospectivement au fondement du succès de toute la démarche, la connaissance mutuelle des enjeux politiques, professionnels, scientifiques, etc. auxquels les différents partis étaient respectivement confrontés. Ces enjeux, bien que multiples, ont émergé autour de trois dimensions particulières de la recherche : le financement, la diffusion des résultats et les calendriers de travail.

Les enjeux du financement

  • 6  La première liste des thématiques prioritaires comportait pas moins de 20 items dont différentes d (...)

13La première rencontre d’équipe visait à échanger d’un point de vue général sur les étapes de la recherche, sur l’échéancier et le budget requis pour la réalisation d’un tel projet. Celui-ci fut rendu possible grâce à un montage financier impliquant les divers membres de la TCJ ainsi que le CLSC. Mais il s’est avéré au fil des discussions que l’objectif premier de cette recherche, qui était de mieux connaître les jeunes du territoire, couvrait un second objectif tout aussi important. Plusieurs partenaires espéraient pouvoir s’appuyer sur les conclusions du rapport de recherche comme levier pour obtenir d’autres financements de l’État dans le cadre de programmes destinés au développement de projets d’interventions. Les thèmes que les partenaires souhaitaient aborder 6, le moment où seraient disponibles les résultats (en lien avec les dates d’échéance des programmes de financement), mais aussi la teneur et la manière de présenter les conclusions de la recherche (style d’écriture, recommandations, etc.) devenaient des questions centrales à débattre entre les partenaires du projet et l’équipe de recherche. Le risque d’instrumentalisation de celle-ci par les partenaires de terrain était bien présent. Celui d’une éventuelle censure des conclusions « moins favorables » par les partenaires aussi, comme nous le verrons.

Les enjeux liés au contenu de la recherche et à  la diffusion des résultats

14Dès les premiers échanges, la diffusion des résultats s’est donc révélée un enjeu central pour les différents acteurs bien qu’abordé par des angles très différents. De son côté, l’équipe de recherche souhaitait pouvoir développer un projet dont les retombées iraient bien au-delà des applications concrètes attendues par les partenaires. La chercheuse principale comptait diffuser les résultats par divers moyens dont les plus classiques du milieu universitaire (conférences, articles, etc.). En d’autres termes, le contenu même de la recherche et non seulement la diffusion des résultats, étaient au cœur des échanges dès le départ.

  • 7  Au sujet de la drogue, par exemple, nous écrivions : « Parmi les 132 jeunes ayant affirmé en avoir (...)

15L’expression des craintes des partenaires des milieux de pratique à l’endroit des résultats potentiels a permis de sensibiliser l’équipe de recherche à leurs préoccupations et inversement d’aborder certains aspects de l’éthique en recherche, tels que l’importance de livrer les résultats tels qu’ils sont sans les transformer ou les taire, en tout ou en partie. Parmi les inquiétudes évoquées, soulignons celles des milieux scolaires face à la diffusion de résultats potentiellement nuisibles à la réputation des écoles tels que les problèmes de drogue, de violence, etc. Les conséquences d’une publicisation de ces problèmes pouvaient aller de la désaffection des élèves au profit d’autres écoles du secteur au licenciement de professeurs faute d’effectifs suffisants. Les représentants du CLSC et de certains organismes communautaires risquaient de voir les résultats de l’enquête rendre non pertinentes certaines mesures déjà en place. Or, comme le souligne François-Xavier Schweyer (2001), l’innovation demande à être plaidée et expliquée. Ces organismes allaient-ils parvenir à obtenir le financement requis pour de nouvelles interventions ? Enfin, plusieurs membres de la TCJ ont aussi fait mention de mauvaises expériences vécues avec les médias ayant cité de manière erronée des données statistiques concernant le quartier. Au terme des discussions, un « contrat moral » fut établi entre les partenaires et transcrit dans le procès-verbal de la rencontre. C’est ainsi que les membres de l’équipe de recherche se sont engagés à livrer l’ensemble des résultats (qu’ils soient positifs ou non aux yeux des partenaires) dans un rapport de recherche rédigé dans un langage accessible mais aussi à porter une attention particulière dans la rédaction de celui-ci afin de limiter les risques d’interprétations erronées par les médias notamment. Dans cet esprit, il fut convenu de replacer systématiquement les données statistiques partielles dans leur contexte plus global comme stratégie d’écriture, au risque d’alourdir le texte 7. Tout en demeurant les seuls responsables de la version finale, les chercheurs se sont engagés à soumettre à la TCJ le rapport avant sa publication afin de recueillir les commentaires des partenaires.

Les enjeux liés aux divers calendriers

16Les partenaires ont été informés dès le départ des diverses étapes de la recherche et du temps requis pour les réaliser. Les calendriers des uns et des autres étant différents, l’équipe de recherche a voulu livrer rapidement des résultats préliminaires, soit avant la rédaction du rapport final, afin que les membres de la TCJ puissent les utiliser dans leurs demandes de financement en temps opportun.

17L’étude se déroulant dans le cadre scolaire, nous avions demandé aux directions des écoles de pouvoir rencontrer une seconde fois les élèves et les enseignants participant au projet, afin de leur présenter les résultats préliminaires avant la fin de l’année scolaire. Ce retour annoncé des résultats de l’étude auprès des élèves a eu un effet positif sur la qualité des données recueillies auprès des jeunes. Ceux-ci, réticents au départ, ont manifesté beaucoup d’intérêt pour le projet lorsqu’ils ont compris qu’ils verraient le résultat de leur investissement dans la recherche avant la fin de l’année. Cette étape a d’ailleurs permis de valider les conclusions de l’enquête et d’explorer certaines hypothèses explicatives avec les élèves.

18En somme, les premières rencontres entre les partenaires du projet ont servi à échanger non seulement sur les expériences, les attentes et le mode de fonctionnement anticipé mais plus largement sur les enjeux explicites et implicites des divers acteurs concernés. Elles ont permis (traduction 1) de mettre en commun des réalités complexes perçues par chacun des partenaires pour y substituer « une réalité plus simple, manipulable mais qui demeure néanmoins représentative» (Callon, Lascoumes & Barthes, 2001, p. 77).

Étape 2 : Les méandres de la collaboration

19La collaboration entre les partenaires a débuté plus concrètement autour de l’élaboration des outils de recherche. La réalisation d’une enquête quantitative auprès de l’ensemble des élèves des trois écoles publiques fît consensus assez rapidement. Néanmoins trois rencontres ont eu lieu pour définir la structure d’un questionnaire couvrant des thèmes jugés prioritaires par les différents partis. Ce fut d’ailleurs l’occasion de discussions voire de négociations entourant certaines notions plus théoriques qui avaient parfois des sens différents selon les disciplines des intervenants (définition d’une « problématique », d’un « problème social », des « facteurs de risque », des « communautés culturelles », etc.). Les divers partenaires cherchaient à imposer leurs sujets de préoccupations, il va sans dire.

20La participation des acteurs à ce partenariat de recherche a permis d’élargir mais aussi d’organiser le partenariat d’une manière particulière, ce qui correspond à la seconde traduction du modèle de Michel Callon (Callon, Lascoumes & Barthes, 2001). La mise en commun des expertises et des ressources financières et matérielles était essentielle à la réalisation de cet ambitieux projet. Or, tous ne disposaient pas des mêmes ressources. Ainsi, les intervenants des écoles et du CLSC ont été mis à contribution de manière plus intensive que tous les autres partenaires et ont influencé davantage les thèmes retenus ; les premiers parce qu’ils ouvraient leurs portes aux chercheurs pour la réalisation du terrain auprès des élèves et les seconds en raison de la mise à contribution de l’équipe de recherche et de l’apport financier du CLSC qui l’accompagnait. D’autres intervenants de la TCJ au contraire, se sont mis davantage en retrait lors de ces négociations. Il s’agit notamment de la force policière locale et de certains organismes communautaires dont les priorités touchaient des clientèles particulières comme les jeunes délinquants, les décrocheurs scolaires, etc.

21Toutefois, ayant des années de collaboration fructueuse derrière eux, les membres de la TCJ partageaient des références communes et parfois des liens d’amitié, qui leur permettaient de dépasser « le cadre strictement fonctionnel d’un utilitarisme étroit » (Schweyer, 2001, p. 179). Le questionnaire a été revu à plusieurs reprises par les partenaires afin de circonscrire clairement les attentes et les objectifs de chacun autour des thèmes abordés. Il devait permettre d’obtenir, le cas échéant, des réponses claires aux interrogations prioritaires.

22Dans ce travail de collaboration, la chercheuse principale s’est ménagé un certain nombre de questions dont l’objectif premier était de répondre à ses intérêts scientifiques de recherche (autour des valeurs et des aspirations des jeunes, des rapports avec les membres de leur famille, etc.). Elle a échangé avec les partenaires sur ces questions afin de voir en quoi certains de ces ajouts étaient aussi pertinents pour eux. Le questionnaire fut ensuite pré testé puis finalisé par l’équipe de recherche.

  • 8  Instances décisionnelles présentes dans chaque établissement scolaire du Québec formées de parents (...)

23Pour soumettre le questionnaire aux élèves, des autorisations des Conseils d’établissement 8 des écoles concernées étaient requises. Les directeurs et directrices des écoles ont fourni des informations précieuses notamment autour de questions plus sensibles qui risquaient de faire avorter le projet (celles touchant la drogue, la sexualité, le suicide, etc.). Études scientifiques à l’appui, l’équipe de recherche s’était préparée à répondre aux réticences des membres de ces Conseils. Toutefois, la présence et le soutien des directeurs d’école se sont révélés déterminants à plusieurs égards. Les arguments rationnels s’appuyant sur des « données probantes » d’études scientifiques qui ont été utilisées pour rassurer les membres des Conseils d’établissement semblent avoir eu nettement moins d’impact que les arguments plus « subjectifs » ou « émotifs » avancés par les directeurs d’écoles. Les différents modes d’apprentissages et d’appréhension du monde des acteurs en présence sont sans aucun doute en cause et doivent être pris en compte dans ce type d’exercice (Boland et al, 2001). Ce constat a d’ailleurs déclenché une réflexion au sein de l’équipe de recherche, notamment autour des stratégies à utiliser pour diffuser les résultats de la recherche. Par exemple, auprès de certains gestionnaires du CLSC, les données quantitatives de l’étude avaient plus de résonnance que les données qualitatives. Pour leur part, les élèves semblaient nettement plus réceptifs aux témoignages puisés dans les réponses aux questions ouvertes du questionnaire qu’aux statistiques d’ensemble. En somme, dans le contexte particulier des Conseils d’établissement, la complémentarité des arguments avancés par l’équipe de recherche et les directions des écoles a donc été une valeur ajoutée aux échanges entre les personnes en présence et a permis la poursuite de l’étude.

  • 9  Chaque classe était visitée par un membre de l’équipe de recherche. Cette personne expliquait aux (...)

24Une fois l’accord donné par les Conseils d’établissement, les directions des écoles se sont chargées de faciliter l’administration du questionnaire. L’équipe de recherche a ainsi pu rencontrer tous les élèves, soit 1177 étudiants, de trois écoles secondaires en moins de trois jours dans chaque école. Plusieurs mesures visant à préserver l’anonymat des élèves ont été mises en place par l’équipe de recherche 9. Les données ont ensuite été saisies par une firme privée et analysées par l’équipe de recherche.

Étape 3 : Le poids des mots : diffusion des résultats préliminaires

25Les résultats préliminaires de la recherche ont été diffusés à plusieurs reprises, auprès des partenaires (Table de concertation, intervenants et gestionnaires du CLSC, élèves et professeurs) et dans le milieu scientifique (séminaires, conférences, etc.). Partant d’un canevas général, toutes les présentations ont été adaptées au public ciblé afin d’intéresser l’auditoire mais aussi de valider les résultats et d’ouvrir les discussions sur de nouvelles hypothèses. Les présentations auprès des partenaires avaient néanmoins une structure commune. Chaque thème était introduit par une question, adressée à l’auditoire, qui visait à cerner ce qu’ils anticipaient des résultats. Cette stratégie avait pour objectif d’amener les participants à d’abord exprimer ce qu’ils savaient déjà à la lumière de leur expérience personnelle et professionnelle pour ensuite réévaluer certains de leurs a priori et ainsi apprécier l’apport spécifique de la recherche. Cette approche était aussi une manière d’amener l’auditoire à être plus actif dans les échanges et à favoriser une meilleure mémorisation des résultats livrés.

26Dans la planification des rencontres avec les élèves, il a fallu surmonter quelques embûches concernant le calendrier (période d’examen de fin d’année) mais aussi la logistique (locaux disponibles, nombre d’élèves parfois trop important pour favoriser la discussion, etc.). Ces rencontres ont permis de valider les résultats de la recherche et d’échanger sur les explications possibles à certains phénomènes particuliers. Enfin, trois autres présentations ont ensuite été réalisées auprès des enseignants des écoles.

27Anticipant les besoins des partenaires, les auteures du rapport ont dressé une liste de faits saillants et de recommandations. Afin de permettre aux partenaires de « mettre en perspective l’ampleur et la portée des résultats » (Belleau & Bayard, 2002, p. 101), la conclusion du rapport final présentait sur chacun des thèmes abordés dans l’enquête, les résultats d’autres études récentes permettant de donner des points de comparaison. Le rapport a été relu et commenté par quelques partenaires communautaires et institutionnels, et fut l’objet d’un lancement où étaient conviés non seulement tous les participants à l’étude mais aussi les élus municipaux et la presse locale (Leduc, 2002).

  • 10  Hélène Belleau, « Les valeurs des jeunes de 12-18 ans du territoire de Bordeaux Cartierville », 6è (...)

28Parallèlement à ces activités de diffusion, cette recherche a fait l’objet de plusieurs communications dans le cadre de colloques scientifiques, de séminaires 10 et de publications (Belleau, Bayard & Péarron, 2002 ; Belleau & Le Gall, 2004, p. 187-204).

Étape 4 : Le second pas vers l’action

29L’un des principaux objectifs de cette étude était de permettre aux différents partenaires d’utiliser les résultats de l’enquête pour améliorer leurs pratiques, réorienter leurs interventions, etc. Malgré tous les efforts de diffusion déployés, quelques discussions avec les partenaires ont conduit la chercheure principale à faire le constat qu’une partie infime des résultats de l’enquête était utilisée par ceux qui avaient initié le projet. En effet, bien que tous les commentaires des partenaires étaient très positifs face au rapport et aux présentations réalisées, peu d’entre eux semblaient avoir utilisé concrètement les résultats et adapté leur pratique en conséquence. Pire encore, plusieurs partenaires disaient attendre les résultats d’autres études actuellement en cours avant d’agir !

30La troisième traduction du modèle de Michel Callon (Callon, Lascoumes & Barthes, 2001) est celle de la mise à l’épreuve dans le « monde réel » des connaissances nouvelles émanant de la recherche. Or, cette traduction ne s’est pas opérée comme prévu. Comme nous le verrons, ce qui semble avoir invalidé notre hypothèse de départ était lié non pas tant aux opérations de réductions ou à l’isolement des chercheurs dans leurs laboratoires tels que décrit par Michel Callon, mais, croyons-nous, au simple retour du fonctionnement habituel entre chercheurs et partenaires, à savoir l’accueil favorable mais sans lendemain des résultats de la recherche. En d’autres termes, de la « négociation » et de l’acceptation des résultats de recherche par tous les partenaires ne découlait pas automatiquement le passage à l’action. Selon Michel Callon, au cours de cette troisième traduction, une des mesures de précaution mise en œuvre par les partenaires est l’évaluation des connaissances scientifiques émergentes par la comparaison avec d’autres études. Devions-nous attendre d’autres études « comparables » avant d’agir comme semblait vouloir le faire certains de nos partenaires ? Comment dépasser cet immobilisme après tous ces efforts investis dans la collaboration ? Craignant que l’enquête ne soit mise de côté comme tant d’autres auparavant et grâce au soutien financier et logistique du CLSC, l’équipe de recherche a entrepris une seconde tournée des acteurs impliqués mais cette fois, en déployant une approche orientée résolument vers la prise de décision. En regard des objectifs de départ, ce constat mettait en relief la difficulté de tracer une frontière nette entre la recherche partenariale proprement dite et le travail de mobilisation des connaissances qui devait logiquement ouvrir sur l’appropriation des résultats par les partenaires.

31Le premier moyen mis en œuvre a consisté à rencontrer à nouveau les acteurs concernés par groupes d’intérêts (Tables de concertation, réunion d’équipe du secteur enfance-jeunesse du CLSC, gestionnaires, organisateurs communautaires, etc.). Les rencontres d’une durée de deux heures visaient essentiellement trois objectifs : 1. présenter à nouveau les conclusions de l’étude, vérifier si tous avaient une lecture commune de celles-ci et dégager les écarts entre les résultats de l’étude et les perceptions de chacun de la réalité. 2. établir un inventaire des pratiques, mesures, ou programmes en place actuellement autour des différents sujets abordés et en évaluer la pertinence en regard des conclusions de l’enquête. 3. déterminer comment, à la lumière des résultats de l’enquête, accroître la pertinence de certaines actions, réorienter ou développer des pratiques, programmes ou mesures spécifiques. Tout cela, sans l’ajout de ressources financières ou d’effectifs évidemment. Cette stratégie visait à enraciner les nouvelles connaissances produites dans les savoirs expérientiels des intervenants et gestionnaires des organismes du quartier afin qu’ils se les approprient de façon tangible et les utilisent à l’avenir pour améliorer leurs actions.

  • 11  À l’embauche du CLSC Bordeaux-Cartierville, Julie Paquette, agente de projets, travaillait à soute (...)

32Le second moyen a consisté à effectuer une tournée des écoles et de quelques partenaires communautaires et institutionnels, muni d’un dépliant contenant les faits saillants de l’étude. Une professionnelle de recherche spécialisée en transfert des connaissances11 a eu pour mandat de soutenir les partenaires dans l’utilisation des conclusions du rapport et de leur fournir des informations supplémentaires (nouveaux croisements statistiques, références bibliographiques, etc.) découlant de l’étude ou d’autres études portant sur les thèmes abordés dans l’enquête. Prenant la forme de rencontres personnalisées et récurrentes au besoin, cette seconde stratégie de mobilisation des connaissances semble avoir porté ses fruits comme nous le verrons ici.

Les retombées du projet

33Les chercheurs ont rarement un portrait d’ensemble des retombées des projets de recherches qu’ils réalisent. Dans le cadre d’un projet sur le transfert des connaissances en milieu de pratique, une équipe de recherche indépendante a tenté de retracer de manière systématique, au moyen d’entretiens qualitatifs auprès des partenaires, les retombées du projet trois ans après la fin de celui-ci (St-Cyr-Tribble et al., 2003). Il ressort de cette étude que les résultats du projet sur les jeunes du territoire de Bordeaux-Cartierville ont été utilisés de diverses manières par les partenaires. Les retombées sont de deux ordres soit : 1. les retombées directes, c'est-à-dire, celles qui ont donné lieu à des actions concrètes, et 2. les retombées collatérales, c’est-à-dire celles modifiant les perceptions de la réalité, ou modifiant des attitudes ou des croyances.

Les retombées directes

34Plusieurs acteurs ont utilisé les recommandations du rapport dans le cadre de demandes de financement pour le renouvellement ou le développement de nouveaux projets d’intervention. Ce fut le cas particulièrement des partenaires communautaires. Par exemple, l’organisme RAP jeunesse a développé un projet intitulé Intrépide en 2004 afin d’intervenir auprès des jeunes aux prises avec des problèmes de violence ou de désœuvrement. En mars 2004, il déposait un autre projet « Foule aux As » axé cette fois sur la prévention dans les jeux de hasard et d’argent pour lequel il a également obtenu un financement. En s’appuyant aussi sur les données du rapport, la TCJ déposait, en avril 2004, un projet en vue de prévenir l’adhésion des jeunes du secteur aux gangs de rue. Du côté institutionnel, deux intervenantes en milieu scolaire se sont appuyées sur les données du rapport pour mieux adapter des projets d’intervention (Totalement fille, Filles de cœur, Entre filles) s’adressant spécifiquement aux filles de 10 à 15 ans du quartier. Devant la popularité de ces initiatives, ces intervenantes soutenues par une agente de recherche, ont entrepris une démarche d’évaluation afin d’améliorer le cadre d’intervention et d’en faire la diffusion.

35Par ailleurs, tant dans les milieux communautaires qu’institutionnels, les résultats de l’enquête ont permis d’identifier plus clairement les clientèles cibles, de hiérarchiser et de mieux planifier certaines interventions mais aussi d’adapter certains programmes. Le plan d’action publié par la TCJ de Bordeaux-Cartierville en avril 2004 et déposé au Forum Jeunesse de L’île de Montréal fait état de nombreuses données issues du rapport de recherche. Les actions proposées dans ce document visaient notamment à mieux outiller les intervenants, à développer des expertises spécifiques et des activités de prévention mais aussi à assurer la formation continue des intervenants en lien avec les recommandations du rapport. Dans le même ordre d’idée, les gestionnaires du secteur Famille, Enfance, Jeunesse du CLSC Bordeaux-Cartierville ont proposé aux intervenantes diverses formations (prévention du suicide, jeux de hasard, etc.) liées aux recommandations tirées de l’enquête.

Les retombées collatérales

  • 12  Le programme Initiative de Partenariat en Action Communautaire (IPAQ) est un programme fédéral de (...)

36Nous entendons par retombées collatérales les effets moins tangibles mais néanmoins bien réels qu’un tel partenariat de recherche a pu avoir dans les divers milieux de recherche et de pratique. Ce projet a tout d’abord permis d’établir de solides liens de confiance entre les membres de l’équipe de recherche et les intervenants du quartier et du secteur jeunesse du CLSC. Il a sans contredit ouvert la voie à de nouvelles collaborations notamment dans le cadre d’autres projets de recherche initiés par les chercheurs tels que, par exemple, celui intitulé L’entrée dans la vie amoureuse des filles et garçons de diverses origines ethniques dirigé par Josiane Le Gall, chercheure au CLSC Bordeaux-Cartierville. Il aura conduit également certains intervenants à solliciter les chercheurs dans le cadre d’autres initiatives telles que l’évaluation du projet IPAC12 par des chercheurs associés du CSSS ainsi que le projet d’intervention Place l’Acadie/Place Henri-Bourassa. Enfin, deux infirmières ont participé à un colloque international à Montpellier au cours duquel elles s’appuyaient sur les données du Portrait des jeunes… pour ensuite présenter la spécificité de leur pratique en milieu scolaire.

  • 13  Lancé en janvier 2002, le projet Un milieu ouvert sur ses écoles vise à réduire la vulnérabilité d (...)

37Ce projet de recherche aura contribué aussi à amener les intervenants institutionnels et communautaires à mieux comprendre les processus de recherche et, à terme, à cerner l’importance de prévoir un budget pour la recherche dans leurs demandes de financement. Les acteurs impliqués plus directement ont constaté rapidement l’intérêt que suscitait l’apport d’un volet recherche auprès des bailleurs de fonds. Par exemple, le renouvellement du projet Un milieu ouvert sur ses écoles 13 a été pensé en fonction d’une collaboration étroite avec plusieurs chercheurs universitaires issus de plusieurs disciplines.

38En somme, le travail interactif de recherche et d’appropriation des connaissances entre praticiens et chercheurs dans le cadre d’un partenariat de recherche a sans contredit contribué à semer au sein de ces deux groupes d’acteurs certaines pratiques réflexives à l’égard de la réalisation de projets communs. Rappelons que ce projet partenarial s’inscrivait dans un contexte où le CLSC mettait en place un nouveau centre de recherche. L’équipe de recherche devait faire ses preuves d’une certaine manière et démontrer aux intervenants l’intérêt d’un projet de recherche développé en collaboration avec eux pour tous les acteurs concernés. C’est ce qui explique en partie pourquoi l’établissement a soutenu le travail intensif pour diffuser les connaissances et s’assurer de l’utilisation des résultats au terme du projet. En effet, sans les efforts de la chercheure principale pour communiquer les résultats (plus d’une vingtaine de présentations auprès des partenaires) et sans la contribution de deux agentes de recherche qui se sont investies grandement dans ce travail, il ne fait nul doute que ce projet aurait eu un moindre impact dans le milieu.

Retour sur la littérature scientifique autour de quelques énoncés transposables

39Nous souhaitons ici présenter quelques énoncés qui se dégagent de cette expérience comme autant d’éléments ayant soutenu la concrétisation de ce partenariat de recherche. Ils seront étayés par la littérature existante portant sur la recherche partenariale mais aussi sur le transfert et la mobilisation des connaissances. Issues de diverses disciplines, les études portant sur les modèles et stratégies facilitant ou freinant l’utilisation des connaissances en dehors de milieux académiques mettent en évidence divers facteurs qui relèvent tantôt des chercheurs, des utilisateurs, tantôt aussi de la structure organisationnelle des institutions au sein desquelles ces acteurs s’inscrivent. Parmi ceux-ci plusieurs concernent aussi directement les partenariats de recherche. Soulignons l’implication des partenaires dans les différentes étapes de la recherche (Jacobson, Butteril & Goering, 2004 ; Lavis et al., 2003 ; Goh, 2002 ; ICIS, 2001 ; NCDDR, 1996 ; Roy, Guindon & Fortier, 1995), l’adaptation des résultats aux besoins des utilisateurs (Lavis et al., 2003 ; Roy, Guindon & Fortier, 1995), mais aussi le temps et l’argent investis par les chercheurs dans l’organisation de rencontres formelles et informelles (ICIS, 2001 ; Lomas, 2000 ; NCDDR, 1996 ; Roy, Guindon & Fortier, 1995), et l’utilisation de stratégies multiples pour diffuser les résultats des études (Landry, 2000 ; Roy, Guindon & Fortier, 1995).

40Le premier énoncé retenu au terme de cette analyse touche l’importance de la prise en compte des enjeux professionnels, institutionnels, juridiques, économiques et politiques des acteurs impliqués qu’ils soient chercheurs, praticiens ou décideurs. Quelques auteurs ont abordé ces questions en lien avec le transfert des connaissances auprès de différentes catégories d’utilisateurs de la recherche (Lavis et al., 2004 ; Mohrman, Gibson & Mohrman Jr, 2001 ; Lomas, 2000 ; NCDDR, 1996 ; Roy, Guindon & Fortier, 1995 ; Roux et al., 2006). Il ressort de ces travaux qu’une connaissance mutuelle des motivations de chacun face aux objectifs du projet mais aussi des obstacles rencontrés par les partenaires dans l’actualisation de leur engagement (contexte institutionnel, éléments conjoncturels, calendriers distincts, capacité d’actions, etc.) est déterminante dans le travail partenarial car il favorise le développement d’une sensibilité stratégique de chacun vis-à-vis des autres partenaires du projet. Nous soulignons ici l’importance de clarifier collectivement dès le début d’un projet, les enjeux des partenaires, d’énoncer les attentes de chacun en retour de leur implication, de préciser les engagements des uns et des autres par rapport au projet. En somme, le travail d’explicitation permet de mettre à jour les univers culturels de ces derniers et de mettre en relief les enjeux multiples qu’ils rencontrent tout au long du processus de collaboration.

41Le second énoncé est en quelque sorte une condition facilitante du premier énoncé et renvoie spécifiquement à la qualité de la collaboration des partenaires entre eux. L’importance de la collaboration entre chercheurs et utilisateurs est amplement soulignée dans la littérature (Jacobson, Butteril & Goering, 2004 ; Lavis et al., 2003 ; Goh, 2002 ; ICIS, 2001; Roux et al., 2006 ; Roy, Guindon & Fortier, 1995). Il s’agit de souligner ici la nature des rapports interpersonnels entre chercheurs et partenaires des milieux de pratique. La promotion des rapports égalitaires entre partenaires issus de milieux variés et apportant des contributions différentes est essentielle (Chamberland et Vézina, 1997). Le développement d’une relation de confiance voire d’une culture de collaboration (Trottier & Champagne, 2006 ; Elissalde & Renaud, 2010) s’appuie sur la prise en compte des jeux de pouvoir associés aux processus de recherche ainsi que sur l’idée qu’un partenariat établi sur une base volontaire, fonctionne selon une logique d’intérêts (David, 1998). Les partenaires s’impliquent, en effet, selon des intérêts variés et souvent divergents.

42Le troisième énoncé concerne la reconnaissance mutuelle des champs de compétence de chacun et la non-hiérarchisation des savoirset renvoie à notre définition du concept de partenariat. Nous avons défini celui-ci comme une relation, parfois conflictuelle, au sein de laquelle les collaborateurs conservent leur existence propre et négocient leurs intérêts tout en partageant des objectifs communs. Dans le projet sur les jeunes de Bordeaux-Cartierville, les échanges répétés ont permis d’accroître la connaissance mutuelle des partenaires en regard de la spécificité du travail de chacun qu’il s’agisse du travail de recherche (étapes, méthodes, calendrier, éthique, etc.) ou d’intervention (clientèle, approches, capacité d’action, etc.). Néanmoins, il était clair pour tous que les rôles des intervenants et des chercheuses n’étaient pas interchangeables et qu’au contraire, les uns pouvaient bénéficier grandement de l’expertise des autres (Elissalde & Renaud, 2010, p. 410). Ces trois premiers énoncés sont en quelque sorte nécessaires à la réalisation des deux premières traductions de Michel Callon (Callon, Lascoumes & Barthes, 2001) à savoir, celle qui survient au moment de la formulation du problème et celle liée à la mise en œuvre du processus de production des connaissances.

43Le quatrième énoncé renvoie à la mobilisation des connaissances tout au long du processus de recherche. Plusieurs études ont souligné l’importance de l’implication des utilisateurs aux différentes étapes de la recherche (Jacobson, Butteril & Goering, 2004 ; OMS, 2004 ; Goh, 2002 ; ICIS, 2001 ; Mohrman, Gibson & Mohrman Jr, 2001 ; Callon, Lascoumes & Barthes, 2001) et l’impact d’une diversité de moyens de diffusion sur l’accroissement de l’efficacité du transfert des connaissances (Lavis et al., 2003 ; Solberg et al., 2000 ; Roy, Guindon & Fortier, 1995). Si pour plusieurs auteurs le contact humain, c’est-à-dire les rencontres et les moments de discussion semblent les plus efficaces, d’autres stratégies peuvent être utilisées pour soutenir ces rapports interpersonnels tels que les sites internet, les bulletins, etc. (Lavis et al., 2003 ; ICIS, 2001 ; Lomas, 2000). Dans le cadre du projet sur les Jeunes de Bordeaux-Cartierville, plusieurs modes de diffusion des résultats ont été déployés, et ce, dès le début du projet de recherche. Néanmoins, la seconde vague d’activités de mobilisation des connaissances, axée sur la prise de décision, s’est avérée nécessaire pour que les résultats soient véritablement intégrés dans la pratique des partenaires.

44Le cinquième énoncé touche plus spécifiquement le temps d’incubation des résultats de recherche avant le passage à l’action. Comme le processus de recherche, la prise de décision est décomposable en plusieurs étapes qui s’échelonnent de l’examen critique du contexte jusqu’à l’évaluation des impacts de la décision (Landry, 2000). Selon Michel Callon (2001), au cours de ce processus des mesures de précaution sont mises en œuvre par les partenaires et répondent à trois exigences : 1. l’évaluation des connaissances scientifiques émergentes ; 2. l’estimation des effets à moyen et long terme si rien n’est fait et 3. l’analyse de la mise en œuvre de mesures conformes aux résultats obtenus (impacts sur les organisations, la population, coûts, etc.). Lorsque les chercheurs demeurent impliqués auprès de leurs partenaires, le transfert des résultats n’est plus unidirectionnel mais requiert en revanche une négociation des résultats (Latour, 2001). Notre analyse du processus de diffusion des connaissances nous conduit à penser qu’un temps d’incubation semble nécessaire entre l’acquisition des résultats et la possibilité de les utiliser ou de les transposer dans la pratique. Réfléchir avant d’agir, dit le dicton... Plusieurs rencontres avec les acteurs des divers milieux impliqués ont été nécessaires pour susciter des échanges autour des résultats et pour discuter des possibilités concrètes de transfert des résultats dans la pratique. Ce cinquième énoncé n’a pu être véritablement étayé dans la littérature hormis par les travaux de Michel Callon (2001) et Bruno Latour (2001). Néanmoins, il représente selon nous un aspect important mais souvent négligé du processus qui conduit les partenaires à véritablement intégrer les fruits des recherches dans leur pratique. Plus de recherches seraient toutefois nécessaires à ce sujet.

45Enfin, le sixième et dernier énoncé concerne le rôle crucial des institutions dans les activités de partage des connaissances. Comme l’a souligné à juste titre Goh (2002), non seulement un climat de collaboration et de coopération au sein d’une organisation est essentiel au transfert des connaissances, mais il faut également qu’une culture organisationnelle encourage l’expérimentation et l’innovation afin que les individus y œuvrant en viennent à identifier les problèmes mais aussi les pistes de solutions. À cet égard, il nous apparaît désormais impératif également de développer au sein des organisations ce que certains ont nommé « la capacité de réception » des résultats de recherche (FCRSS, 1999), c’est-à-dire la capacité des intervenants et des décideurs de puiser directement dans la littérature scientifique les informations utiles à leur pratique et à la prise de décision. L’accroissement de cette capacité nécessite un investissement de temps et de ressources. Dans la recherche partenariale présentée ici, le contexte du développement d’un centre de recherche a conduit l’équipe en place à déployer de multiples stratégies visant à encourager les intervenants à s’approprier les résultats de l’étude. Ce travail allait bien au-delà des activités de recherche pour lesquelles les universitaires sont formés. Une meilleure capacité de réception au sein des partenaires des milieux communautaires et institutionnels aurait sans doute réduit l’importance des efforts qu’a dû déployer l’équipe de recherche pour s’assurer des retombées dans le milieu.

Conclusion

46Depuis les années 1990 au Québec, l’État favorise le développement de partenariats entre les organismes communautaires et ses institutions mais aussi entre les milieux de pratique et de recherche. Une part de plus en plus importante de recherches met ainsi en relation des chercheurs et des organismes qui œuvrent sur le « terrain ». Cette tendance est soutenue par les organismes de financement qui favorisent grandement les activités destinées à accroître les retombées de la recherche sociale (Lesemann, 1997). En témoignent d’ailleurs l’ampleur et la richesse de la littérature scientifique en matière de transfert et de mobilisation des connaissances.

47Le partenariat de recherche autour du Portrait des jeunes du territoire développée au CLSC s’inscrivait dans un contexte très particulier où la recherche universitaire plus classique (modèle top-down) donnait peu de retombées. Ce constat a conduit la direction de l’établissement à mettre sur pied un centre de recherche dans le but d’accroître l’impact des recherches dans les pratiques des intervenants et gestionnaires du réseau de la santé et des services sociaux. Le premier projet de recherche réalisé dans cette nouvelle structure de recherche a ainsi émergé d’une réflexion sur le transfert et la mobilisation des connaissances. Néanmoins, malgré l’adoption d’un « modèle interactif ou délibératif » (Bohman, 1996 ; Huberman, 1989 ; Weiss, 1979) de transfert des connaissances censé favoriser l’appropriation des résultats par les partenaires du projet grâce à l’implication de ceux-ci aux diverses étapes de la recherche, nous avons pu constater l’ampleur des investissements nécessaires pour voir les conclusions du rapport véritablement utilisées par ces derniers. En effet, le travail de mobilisation a demandé un engagement très intensif de l’équipe de recherche particulièrement, et ce, bien au-delà de la recherche elle-même. Qui plus est, nous avons pu identifier un élément clé de cette équation qui semble être le temps d’incubation et les mesures de précaution nécessaires aux divers partenaires pour enraciner les nouvelles connaissances produites dans leurs savoirs expérientiels avant d’être en mesure de les utiliser pour améliorer leurs actions. Ces investissements en terme de mobilisation des connaissances doivent aussi être évalués à l’aune des retombées indirectes qui elles ont perdurées bien au-delà du projet partenarial. L’intérêt des intervenants pour la recherche s’est manifesté à maintes reprises depuis et bien qu’il ne nous soit pas possible d’évaluer la « capacité de réception » de cette organisation, on peut faire l’hypothèse qu’elle s’est accrue en partie grâce à cette première expérience de partenariat. En conséquence, ce partenariat de recherche montre toute l’importance que revêt non seulement le partage des savoirs entre les acteurs impliqués mais aussi le rôle clé des agents de mobilisation et plus largement de la culture organisationnelle d’un établissement.

Haut de page

Bibliographie

Belleau H., Bayard C. & D. Péarron (2002), Portrait des jeunes de 12-18 ans de Bordeaux-Cartierville, rapport de recherche, Montréal, CHSLD CLSC Bordeaux-Cartierville.

Belleau H. & J. Le Gall (2004), « Les jeunes d’ici et d’ailleurs : de la rencontre des valeurs à la distinction des genres », dans Pronovost G. & C. Royer (dir.), Les Valeurs des jeunes. État de la question, pp. 187-204.

Berthon B. (2002), Revue de littérature : Le transfert intra-organisationnel de connaissance, papier présenté à la Xème Conférence de l'Association Internationale de Management Stratégique, Université Laval, Québec, 26 p. http://www.crepa.dauphine.fr/ArticleCahierRecherche/Articles/BorisBerthon/borisberthonaims2001.pdf.

Bohman J. (1996), « Social Critics, Collective Actors and Public Deliberation: Innovation and Change in Deliberative Democracy » dans Bohman J. (dir.), Public Deliberation: Pluralism, Complexity and Democracy, Cambridge, MIT Press, pp. 197-236.

Boland R.J.J., Singh J., Salipante P., Aram J.D., Fay S.Y. & P. Kanawattanachai (2001), « Knowledge Representations and Knowledge Transfer», Academy of Management Journal, vol. 44, n° 2, pp. 393-417.

Bourque D. (2003), « Essai de typologie du partenariat dans le secteur de santé et des services sociaux au Québec », Cahiers du Céris, Série Recherche, n° 24, Hull, Université du Québec en Outaouais.

Boyer G., Lane J. & D. St-Cyr-Tribble (2006), Recherches révélatrices du transfert des connaissances en CLSC-CAU : stratégies, facteurs facilitants et freinants, Présentation dans le cadre du 74ème congrès de l’ACFAS, Montréal.

Callon M., Lascoumes P. & Y. Barthe (2001), Agir dans un monde incertain, Paris, Éditions du Seuil.

Chamberland C. & R. Vézina (1997), Deux ans déjà ? (au sujet de l'Institut de recherche sur le développement social des jeunes), Communication au séminaire ministériel du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, Montréal, MSSS.

David H. (1998), Des retombées de la recherche sociale appliquée (RSA) : éléments de réflexion sur les différents modèles de RSA et leurs retombées, Communication présentée dans le cadre du colloque « Enjeux relatifs à l’interdisciplinarité et à l’application dans les sciences humaines », ACFAS, Université Laval, 15 mai.

Denis J.-L., Lehoux P. & F. Champagne (2004), « A Knowledge Utilization Perspective on Fine-Tuning Dissemination and Contextualizing Knowlege », dans Lemieux-Charles L. & F. Champagne (dir.), Using Knowledge and Evidence in Health Care, Toronto, University of Toronto Press, pp. 18-40

Desgagné S. (1997), « Le concept de recherche collaborative : l’idée d’un rapprochement entre chercheurs universitaires et praticiens enseignants », Revue des sciences de l'éducation, vol. 23, nº 2, pp. 371-393.

Elissalde J. & L. Renaud (2010), « Les démarches de circulation des connaissances : mobilisation et valorisation des connaissances » dans Renaud L. (dir.), Les Médias et la santé : de l'émergence à l'appropriation des normes sociales, Québec, Presses de l'Université́ du Québec, pp. 409-429.

FCRSS (1999), Questions de liens et d’échanges entre les chercheurs et les décideurs, Premier atelier annuel de la FCRSS, http://www.fcrss.ca/migrated/pdf/event_reports/linkage_f.pdf

Fortin J.-P., Groleau G., Lemieux V., O’Neil M. & P. Lamarche (1994), L’Action intersectorielle en santé, Québec, Université Laval et Direction régionale de la santé publique de Québec.

Goh S.C. (2002), « Managing Effective Knowledge Transfer: An Integrative Framework and Some Practice Implications », Journal of Knowledge Management, vol. 6, n° 1, pp. 23-30.

Groulx L.-H. (1994), « Liens recherche et pratique : les thèses en présence », Nouvelles pratiques sociales, Vol. 7, n° 2, pp. 35-50.

Huberman M. (1989), « Predicting Conceptual Effects in Research Utilization: Looking with Both Eyes », Knowledge in Society, vol. 2, n° 3, pp. 6-24.

Institut canadien d’information sur la santé (2001), Analyse de la conjoncture des stratégies de transfert de la recherche, Ottawa, ICIS.

Jacobson N., Butterill D. & P. Goering (2004), « Organizational Factors that Influence University-Based Researchers' Engagement in Knowledge Transfer Activities », Science Communication, vol. 25, n° 3, pp. 246-259.

Kitson A., Harvey G. & B. McCormack (1998), « Enabling the Implementation of Evidence Based Practice: A Conceptual Framework », Quality in Health Care, vol. 7, pp. 149-158.

Landry R. (2000), L’Utilisation de la recherche issue des sciences sociales, Allocution préparée pour l’Académie des lettres et des sciences humaines, Québec, Société Royale du Canada.

Landry R., Amara N. & M. Lamari (2000), Évaluation de l'utilisation de la recherche sociale subventionnée par le CQRS - Deuxième partie : La demande de recherche sociale : La perspective des utilisateurs, Québec, Université Laval, Département de science politique, Chaire FCRSS/CHSRF sur la dissémination et l'utilisation de la recherche.

Lavis J.N., Robertson D., Woodside J.M., McLeod C.B. & J. Abelson (2003), « The Knowledge Transfer Study Group. How Can Research Organizations More Effectively Transfer Research Knowledge to Decision Makers ? », The Milbank Quarterly, vol. 81, n° 2, pp. 221-248.

Latour B. (1996), « Sur la pratique des théoriciens », dans Barbier J.-M. (dir.), Savoirs théoriques et savoirs d’action, Paris, Presses universitaires de France, pp. 131-144.

Latour B. (2001), Le Métier de chercheur regard d’un anthropologue, Paris, INRA éditions.

Leduc V. (2002), « Portrait des jeunes du territoire de Bordeaux-Cartierville », Le Courrier de Bordeaux-Cartierville, 2 juin, p. 1.

Lesemann F. (1997), « Le point de vue de la recherche sociale », Actes du colloque Succès et échecs de la recherche socio-médicale, 1996, Gouvernement du Québec, pp. 13-23.

Lomas J. (2000), « La diffusion et l'utilisation de la recherche », Revue canadienne de recherche sur les politiques,Printemps, pp. 140-144.

Mohrman S. A., Gibson C. B. & A.M. Mohrman Jr (2001), « Doing Research that is Useful to Practice: A Model and Empirical Exploration», Academy of Management Journal, vol. 44, n° 2, pp. 357-375.

NCDDR (1996), A Review of the Litterature on Dissemitation and Knowledge Utilization, http://www.researchutilization.org/matrix/resources/review/index.html

Organisation Mondiale de la Santé (2004), Rapport mondial sur les connaissances pour une meilleure santé. Renforcement des systèmes de santé, Genève, Publications de l’Organisation Mondiale de la Santé.

René J.-F. & L. Gervais (2001), « Les enjeux du partenariat aujourd’hui », Nouvelles pratiques sociales, vol. 14, n°1, pp. 20-30.

Roux D. J., Rogers K. H., Biggs H. C., Ashton P. J. & A. Sergeant(2006), « Bridging the Science-Management Divide: Moving from Unidirectional Knowledge Transfer to Knowledge Interfacing and Sharing », Ecology and Society, vol.11, n° 1, URL: http://www.ecologyandsociety.org/vol11/iss1/art4

Roy M., Guindon J.C. & L. Fortier (1995), Transfert de connaissances. Revue de littérature et proposition d’un modèle, Montréal, Institut de recherche en santé et en sécurité du travail du Québec.

Schweyer F.-X. (2001), « Le partenariat en actes : le cas d'un programme européen en Lituanie », Lien social et Politiques, nº 45, pp. 161-182.

Solberg I.L., Brekke L.M., Fazio J.C., Jacobsen N.D., Fowles J., Kottke E.T., Mosser G. & J.P. O’Connor (2000), « Lessons from Experiences Guidline Implementers: Attend to Many Factors and Use Multiple Strategies », Journal on Quality Improvement, vol. 26, n° 4, pp. 171-188.

St-Cyr-Tribble D., Belleau H., Blackburn F, Boyer G., Brassard C, Gendron S., Labadie J.-F. & J. Le Gall (2003), Le Transfert des connaissances entre praticiens, gestionnaires et chercheurs comme source d’innovation en CLSC, Montréal, Projet de recherche subventionné par le FQRSC (2004-2006).

St-Cyr-Tribble D., Lane J., Boyer G., Aubé D., Blackburn F., Brassard C., Gendron S., Labadie J.-F., Belleau H. & J. Le Gall (2008), Le cadre de référence « Tans-action » en transfert des connaissances, Montréal, CLSC Sherbrooke.

Thompson G. N., Estabrooks C. A. & L. F. Degner (2006), « Clarifying the Concepts in Knowledge Transfer: a Literature Review », Journal of Advanced Nursing, vol. 53, n° 6, pp. 691-701.

Trottier M.-H. & F. Champagne (2006), L’utilisation des connaissances scientifiques : au cœur des relations de coopération entre les acteurs, Groupe de recherche interdisciplinaire en santé (GRIS), secteur santé publique, Faculté de médecine, Université de Montréal, Montréal.

Weiss C. H. (1979), « The Many Meanings of Research Utilization », Public Administration Review, vol. 39, pp. 426-431.

Haut de page

Notes

1  Au Québec, un réseau de Centres locaux de services communautaires (ou CLSC) a été mis sur pied dans les années 1970 afin d’offrir à la population des services de première ligne dans le domaine de la santé et des services sociaux. Les CLSC offrent des services en matière de soins aux nouveaux-nés, de maintien à domicile des personnes âgées ou handicapées, d’hygiène et de santé dans les écoles, etc. Depuis 2003, les CLSC ont été fusionnés sur une base territoriale à d’autres établissements tels que les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) et des centres hospitaliers. De cette fusion sont nés les Centres de santé et de services sociaux (CSSS) que l’on connaît aujourd’hui.

2  L’analyse qui suit est celle de la chercheuse principale et non le fruit d’un travail collectif ayant associé les membres du partenariat.

3  Une étude intitulée « Grandir à Bordeaux-Cartierville, état de la situation » rassemblait notamment des données démographiques, économiques, socio-sanitaires sur les jeunes du territoire de Bordeaux-Cartierville et leur famille.

4 Jean-François René et Lise Gervais distinguent la concertation du partenariat comme suit : « La notion de concertation… fait appel à des rapports plus réguliers entre des acteurs organisés. Au Québec, elle se matérialise dans ce que l’on appelle couramment des tables de concertation autour desquelles sont réunis de nombreux acteurs qui se sentent interpellés et concernés par une problématique particulière. Ces tables sont présentes dans divers secteurs d’activités : l’éducation populaire, le logement, l’insertion socioprofessionnelle, le développement local. Leurs participants s’intéressent à des populations et à des problématiques spécifiques – les jeunes, les femmes, les immigrants, la santé mentale, la toxicomanie, etc. La concertation cherche généralement à favoriser, sur le terrain, le développement d’objectifs communs (White, Mercier & Roy, 1993). Nous pensons ici à des objectifs d’information et de sensibilisation orientés vers la communauté, ou encore à des actions ponctuelles sur le territoire. La concertation ferait donc naître des liens un peu moins structurés, moins formels que ceux du partenariat » (René & Gervais, 2001, p. 21).

5  Œuvrant à l’obtention d’une désignation de Centre affilié universitaire (CAU), ce CLSC embauchait à l’époque quelques chercheurs principalement mandatés au développement d’une programmation de recherche. Le CLSC Bordeaux-Cartierville a été reconnu CAU en 2001, durant le déroulement du projet de recherche discuté ici. L’équipe de recherche était constituée d’une sociologue, Hélène Belleau travaillant comme chercheure d’établissement et de deux agentes de recherche qui ont participé au projet, Chantal Bayard et Julie Paquette.

6  La première liste des thématiques prioritaires comportait pas moins de 20 items dont différentes données sociodémographiques, l’emploi du temps des jeunes, les perceptions du contrôle parental, l’usage de drogues, les idées suicidaires, les comportements amoureux et sexuels, les jeux de hasards, etc.

7  Au sujet de la drogue, par exemple, nous écrivions : « Parmi les 132 jeunes ayant affirmé en avoir consommé au cours du dernier mois, près des deux tiers consomment de moins d’une fois à une ou deux fois par semaine. Il s’agit en fait de 7% de l’ensemble des répondants » (Belleau & Bayard, 2002, p. 64).

8  Instances décisionnelles présentes dans chaque établissement scolaire du Québec formées de parents, de représentants de la communauté ainsi que d’enseignants, spécialistes et membres du personnel de soutien de chaque école.

9  Chaque classe était visitée par un membre de l’équipe de recherche. Cette personne expliquait aux étudiants le caractère volontaire de leur participation ainsi que les règles de confidentialité visant à préserver l’anonymat des répondants. Les professeurs étaient priés de rester en avant de la classe et de ne pas circuler dans les rangés. Les étudiants étaient tous assis à des tables individuelles (distanciées au besoin) et devaient remettre leur copie dans une enveloppe cachetée, prévue à cet effet. Les élèves étaient tenus de demeurer à leur place jusqu’à ce que le dernier questionnaire soit rendu.

10  Hélène Belleau, « Les valeurs des jeunes de 12-18 ans du territoire de Bordeaux Cartierville », 6ème Symposium de rechercher sur la famille, CDRFQ, 1er et 2 novembre 2001, Trois-Rivières ; Georges Fournier, Hélène Belleau, Julie Paquette et Marie-Laure Landais, « Les jeunes de Bordeaux-Cartierville : statut et engagement social », Colloque « Pour mieux intervenir en contexte pluriethnique : partageons nos savoirs », 5 et 6 mai 2003, CLSC Côte-des-Neiges ; Ginette Boyer, Sylvie Gendron, Julie Paquette, « Le transfert des connaissances et l’expérience des centres affiliés universitaires en CLSC : l’émergence d’une pratique » Communication présentée à l’ACFAS 12 mai 2004 ; Hélène Belleau et Josiane Le Gall, Atelier : « Les relations intergénérationnelles au sein des familles : état de la recherche sur la question », 7ème Symposium de recherche sur la famille, 31 octobre 2003, CDRFQ, Trois-Rivières ; Hélène Belleau, Josiane Le Gall et Marie-Laure Landais, « Les jeunes d’ici et d’ailleurs : de la rencontre des valeurs à la distinction des genres », Colloque « Qu’attend-on des jeunes d’aujourd’hui ? Les jeunes et leurs valeurs », CDRFQ, Trois-Rivières, 5 novembre 2004 ; Belleau Hélène «Valeurs des jeunes d’origine immigrée», Séminaire sur les valeurs des jeunes, UQTR, Trois-Rivières, 2 octobre 2003, Gilles Pronovost.

11  À l’embauche du CLSC Bordeaux-Cartierville, Julie Paquette, agente de projets, travaillait à soutenir chercheurs et intervenants dans l’organisation et la réalisation d’activités de mobilisation des connaissances.

12  Le programme Initiative de Partenariat en Action Communautaire (IPAQ) est un programme fédéral de financement d’organismes à l’égard de la population des sans-abri. Dans le cadre de ce programme, deux quartiers du Nord de la Ville de Montréal, Ahuntsic et Bordeaux/Cartierville se sont unis pour présenter un projet en vue de prévenir le passage à l’itinérance des populations vulnérables de ces deux quartiers.

13  Lancé en janvier 2002, le projet Un milieu ouvert sur ses écoles vise à réduire la vulnérabilité des jeunes issus du contexte multiethnique de Bordeaux Cartierville, par l’action d’intervenants communautaires scolaires faisant le pont entre l’école, les familles et les organismes de la communauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Belleau, « De la mobilisation des connaissances au partenariat de recherche », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les partenariats de recherche, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3730

Haut de page

Auteur

Hélène Belleau

Chercheure à l’INRS-Urbanisation, culture et société, Montréal, Qc, Canada - helene.belleau@ucs.inrs.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page