Navigation – Plan du site
Penser les inégalités

Lire les inégalités à travers les pratiques de participation sociale

Stéphanie Gaudet

Résumés

Dans cet article, nous démontrons que les inégalités sociales observées dans les pratiques de participation évoluent au cours de la vie et s’articulent autour d’une complexité de trames discursives et théoriques sur la notion d’égalité. Nous définissons la participation sociale comme des échanges de temps libre et gratuit pour autrui tant dans ses expressions formelles – au sein des organisations – qu’informelles à travers les réseaux sociaux. Cette théorisation et cette opérationnalisation de la participation sociale permettent d’analyser à la fois des données quantitatives et qualitatives, ce que nous ferons à la lumière de quatre trames théoriques sur les inégalités. Dans cet article, nous présentons les caractéristiques des Canadiens qui offrent du temps pour la participation sociale à partir des Enquêtes sociales générales sur les emplois du temps (1992-2005) de Statistique Canada. Elles dévoilent des inégalités dans les pratiques de participation sociale formelle, notamment chez les femmes immigrantes. Nous présentons également deux « cas contrastants » de notre enquête qualitative qui mettent en lumière les inégalités symboliques au sein des pratiques de participation sociale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à souligner l’appui du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSHC) qui (...)

1Entre 1992 et 2005, les Canadiens ont été de moins en moins nombreux à donner du temps pour aider un membre de leurs collectivités ou pour soutenir une cause dans le cadre d’une organisation communautaire, politique ou militante (Gaudet, 2011) 1. Nous constatons, à l’instar, de plusieurs chercheurs, un déclin de la participation tout en étant conscient des formes émergentes de participation, notamment celles des jeunes générations au sein d’espaces plus informels tels que des blogues. Devant ces transformations, nous questionnons les rapports d’inégalité des conditions de citoyenneté et de participation sociale : quels individus participent et quelles formes prend leur participation ? Qui perd voix au chapitre ?

  • 2 Je tiens à remercier le Centre de Leadership scolaire de l’Université d’Ottawa qui m’a permis d’écr (...)

2Dans cet article 2, nous soulignons l’importance de comprendre à la fois les changements structuraux et les réalités des pratiques individuelles pour saisir les rapports d’inégalités qui se trament dans le quotidien de la participation sociale. L’évolution des régimes politiques et économiques et les changements dans la sphère de l’intimité ont nécessairement des conséquences sur la possibilité de participer, la reconnaissance de la participation et le développement des capacités de participation. On peut penser que la survie économique des familles où les deux parents travaillent, les nouvelles exigences managériales à l’égard des travailleurs et l’étalement urbain qui implique un plus grand nombre d’heures de transport sont les reflets de changements socioéconomiques structuraux qui influencent les possibilités et les conditions de participation sociale.

3Comprendre les rapports de pouvoir et les systèmes de relations qui structurent les inégalités dans les pratiques de participation sociale n’est pas chose facile. Ils résultent d’une complexité de rapports sociaux selon la classe, le genre, l’ethnie, l’âge et la génération, pour n’en nommer que quelques-uns. Afin de poser un regard sur les inégalités, tout en tenant compte de ses différentes définitions, nous avons esquissé quatre trames discursives sur l’égalité qui nous servent de fil d’Ariane à travers l’analyse de nos données. Elles permettront de revisiter certains résultats de notre projet de recherche sur la participation sociale des Canadiens à travers leurs parcours de vie. Cette recherche comporte un volet quantitatif et qualitatif, nous présenterons d’abord les données quantitatives pour analyser les influences des changements structuraux sur le temps offert par les Canadiens aux activités de participation sociale sur une période de 13 ans (1998 à 2005). Par la suite, nous présenterons deux « cas contrastants » tirés de nos entrevues qualitatives qui mettent en lumière les récits des rapports d’inégalités vécus au cours d’expériences de participation sociale. La présentation de ces résultats mènera à une réflexion sur les méthodes et l’articulation des perspectives macro et microsociales dans l’analyse des inégalités.

Les défis de la participation sociale dans le contexte contemporain

4Nous définissons la participation sociale comme l’action de contribuer à la collectivité en donnant du temps gratuitement aux organisations et aux individus à l’extérieur de la sphère domestique. Ce don de temps renvoie à la nature même du lien social, c’est-à-dire à l'ensemble des appartenances, des affiliations, des relations qui unissent ou divisent les gens ou les groupes sociaux entre eux. Il se distingue du lien marchand ou du lien avec l’État, par la nature de gratuité qui qualifie ses échanges (Godbout, 2007). L’observation de la circulation du temps offert à la collectivité permet de circonscrire une vaste gamme de pratiques formelles comme la militance, la participation politique, communautaire et associative et les pratiques informelles comme l’entraide, le soutien et les soins offerts à l’extérieur de la sphère domestique. Ces dernières tendent à être ignorées, puisqu’elles n’ont pas la légitimité institutionnelle de la participation militante ou politique, pourtant, elles tissent la solidarité au quotidien. C’est la raison pour laquelle nous posons un regard particulier sur la participation informelle et nous la distinguons de la participation formelle traditionnellement étudiées en sociologie et en sciences politiques. L’analyse de la participation formelle et informelle nous permet de comprendre des pratiques de citoyenneté sociale souvent étudiées de façon indépendante l’une de l’autre. Notre souci est de comprendre autant les formes légitimées et traditionnelles de contribution à la collectivité que celles, plus informelles et émergentes, d’individus qui tentent de rendre leur voix publique ou d’individus qui expriment leur solidarité à travers la sphère privée.

  • 3 Il s’agit des Enquêtes sociales générales sur l’emploi du temps de Statistique Canada.

5La théorisation et l’opérationnalisation de la participation sociale à partir des échanges de temps permettent de comprendre le sens du temps qui circule et les contraintes structurelles à travers les grandes enquêtes statistiques des emplois du temps 3 sur cette offre de temps. Les rapports de pouvoir dans le marché économique qui influencent, d’une part, le temps requis pour le travail rémunéré et les rapports sociaux de sexe qui influencent, d’autre part, le temps requis pour le travail non rémunéré des soins et des tâches domestiques sont des exemples de contraintes sur le temps discrétionnaire nécessaire à la participation sociale. En constatant que les Canadiens ont augmenté de 30 minutes en moyenne le temps qu’ils consacrent quotidiennement au travail rémunéré entre 1998 et 2005, on peut se demander qui peut se permettre d’accorder du temps à la participation sociale ? Est-il réservé à des catégories bien précises, celles des élites professionnelles et des experts ? Ou celles des individus écartés du travail rémunéré : les étudiants, les chômeurs, les personnes marginalisées et retraitées ?

6Ce type de questionnement diffère de ceux que l’on retrouve sur l’action publique et les modes de gouvernance qui s’intéressent davantage aux formes des consultations publiques (Fung, 2004) ; aux contre-pouvoirs exercés par les citoyens à travers les médias, les tribunaux et les consultations publiques (Rosanvallon, 2006) ; à la demande politique pour une démocratie « participative » (Blondiaux, 2008) ; et aux enjeux de la participation dans l’administration publique (Pelchat, 2010). Des analyses qui portent davantage sur les pratiques démocratiques et l’analyse des rapports de pouvoir entre les différents acteurs de la société civile et les représentants de l’État. Notre questionnement, tout en complétant cette réflexion, s’inscrit davantage dans une analyse générale de la redéfinition du rapport des individus au collectif dans le processus d’individuation qui caractérise les sociétés occidentales contemporaines.

7Ce processus porteur des valeurs de l’individualisme et du singularisme pose un défi pour la démocratie comme régime idéal d’organisation du nous dans un contexte où le je prends davantage d’importance. Il devient un objet d’étude pertinent pour analyser le changement social en cours, comprendre la redéfinition des rapports entre les individus et le collectif. Il ne reflète pas nécessairement un souci de la communauté perdue ou un présupposé d’anthropologie politique républicaine qui pose la participation comme une finalité univoque de la vie démocratique comme le pose Robert Putnam (1995).

8En suivant les traces des analyses de Jacques Ion et de Bertrand Ravon (1998), force est de constater que ce n’est pas tant la participation qui baisse, mais le type de liens que les personnes développent avec les associations ou les organisations communautaires et politiques qui changent. Les personnes privilégieraient un engagement distancié, spontané et déterritorialisé. Un engagement où peut s’exprimer le Soi dans un rapport d’identification fragmentée et plurielle aux causes ou aux organisations. Ce souci de singularité qui s’exprime par l’importance du développement personnel, « de la justesse » de soi et de la « reconnaissance » (Martucelli, 2010, p. 52) peut porter un projet éthique et démocratique. Il conduirait les individus vers une transformation éthique personnelle qui, selon John Dewey, s’articule avec le mouvement démocratique (Chanial, 2001). La montée des pratiques de consommation responsable et de modes de vie respectant l’environnement en sont de bons exemples (Quéniart & Jacques, 2008). Il faut toutefois prendre garde à une analyse trop culturelle de ces formes individualisées et réflexives de participation.

9Les transformations de la participation formelle et informelle s’inscrivent dans le cadre des sociétés post-providentielles, du moins en Amérique du Nord. L’État investit davantage les associations et groupes communautaires où militaient et participaient bénévolement des individus pour les transformer en dispensateurs de services sociaux ou en organisations d’intégration sociale (Eliasoph, 2011 ; Ilcan & Basok, 2004). On peut donc comprendre pourquoi les individus se distancieraient d’organisations qui ont été instrumentalisées par l’État, mais qu’ils poursuivent leurs pratiques d’entraide dans la sphère privée. Au Canada, nous constatons une influence des politiques néolibérales dans le discours sur la liberté des marchés et la baisse des impôts. Des discours qui délaissent le souci pour un partage des coûts sociaux et, par le fait même, l’égalité matérielle. L’intensité de ces discours dépend toutefois des provinces. Par exemple, le régime de la province de l’Alberta se rapproche davantage de politiques ultralibérales tandis que celles de la province du Québec s’apparentent aux régimes d’États-providence de certains pays européens (Bernard & Saint-Arnaud, 2004).

10Ces discours délaissent, en quelque sorte, le souci pour l’égalité matérielle prise en charge par l’État en faisant appel à la charité, aux responsabilités individuelles, aux solidarités familiales, notamment par la participation sociale. Paradoxalement, plusieurs organisations appellent à la participation sociale, mais le contexte socioéconomique raréfie l’accès du temps disponible pour la participation formelle et module la participation informelle qui devient essentielle pour la survie quotidienne de certaines personnes.

Les trames de l’égalité

11La notion d’égalité réfère à la fois à une promesse et à des réalités sociales ; elle contient en elle l’idée de l’écart ; de la nécessaire distanciation entre des principes, des pratiques et l’expérience vécue des individus. Elle évolue ainsi en fonction des réalités et des promesses éthico-politiques qui traversent l’histoire (Beauchemin, 1997). Dans ce texte, nous proposons d’analyser la participation sociale des Canadiens eu égard à différentes trames sur l’égalité. Par trame, nous désignons des discours théoriques et sociaux et des pratiques qui portent une vision de l’égalité. À travers le développement historique des sociétés et des régimes providentiels, plusieurs trames sur l’égalité se sont développées et se sont superposées. Nous tentons donc de poser un regard sur ce tissage et sur la complexité des inégalités au sein des pratiques de participation. Notre dessein n’est pas ici de présenter une analyse exhaustive et spécialisée de la notion d’égalité, mais plutôt d’esquisser la pluralité des discours et pratiques et leurs nécessaires superpositions. Nous avons identifié quatre grandes trames qui se rapportent à des visions différentes, mais complémentaires de l’égalité, qui permettront d’analyser nos résultats empiriques.

12L’une des trames fondatrices repose sur le projet de la modernité politique libérale issue de la révolution anglaise et de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (1789) issue de la Révolution française. Elle s’articule autour de l’idée d’égalité en droit instituée par les droits de l’homme adoptés en 1948 et tout particulièrement les articles 19, 20 et 21 qui garantissent la liberté d’expression, d’association et la liberté de prendre part à la direction des affaires publiques. Dans le champ de la participation, on s’intéressera aux droits civiques et aux différentes formes d’expression politique de la citoyenneté. Dans le cadre canadien et québécois, la Charte des droits et libertés de la personne au Québec et la Charte canadienne des droits et libertés régulent ces droits civiques.

13La deuxième trame porte sur les conditions matérielles de l’égalité. L’analyse marxiste et son héritage a focalisé sur les inégalités de classes pour expliquer les liens entre les conditions matérielles de certaines catégories sociales –  notamment celles des ouvriers – et leur reproduction en fonction des structures du capitalisme. Dans le champ de la participation sociale, le concept de droits sociaux avancé par Thomas Humphrey Marshall (1965) devient central pour comprendre les conditions sociales nécessaires pour accéder à la pleine citoyenneté, celle promise par l’idéal de citoyenneté politique. Par exemple, Jane Jenson et Mariette Sineau (2001) expliquent comment, après la Seconde Guerre mondiale, les États-providence se construisent des régimes de citoyenneté qui excluent ou créent des citoyens de seconde zone en raison de leurs conditions sociales. Le régime de citoyenneté représente un ensemble de régulations, de discours et de politiques publiques qui partagent les responsabilités entre l’État, le marché et la famille qui évolue à travers le temps (Jenson, 2006). Jane Jenson note que depuis les années 1990 au Canada :

« [il y a une] remise en cause de l'idée qu'une citoyenneté entière requiert un engagement pour l'égalité des droits sociaux. En effet, il est plus fréquent d'entendre dire que la citoyenneté implique avant tout la reconnaissance de la "différence" et se limite aux droits politiques. L'accent n'est plus mis sur l'égalité sociale » (Jenson, 2001, p.  47).

14Ce passage du régime de citoyenneté basée sur l’égalité sociale au régime de la reconnaissance des identités et des différences conduit à une autre trame sur l’égalité : celle des rapports symboliques. Sommes-nous symboliquement égaux dans nos rapports sociaux ? Pierre Bourdieu a déjà montré les rapports de dominations entre les individus et leurs différents capitaux culturels. Dans le contexte de la participation sociale, on peut comprendre comment des rapports de pouvoir peuvent s’installer entre les « experts » – ceux qui maîtrisent les « objets » de discussion et les cadres de participation (forums, consultations, conseil d’administration, groupes communautaires) – et les profanes. D’autres types d’analyse portent sur les rapports hégémoniques entre les groupes majoritaires constitués sur l’ethnie, le sexe, l’âge, etc. Ce type d’analyse a pris une importance particulière au cours des dernières années en raison de la montée des discours pour la reconnaissance des groupes minoritaires au Québec et au Canada.

15Finalement, une quatrième trame sur l’égalité s’est dessinée au cours des dernières années, il s’agit de celle du développement des capacités, en d’autres termes, de l’égalité d’accès au développement de soi. Dans cette trame, on s’intéresse davantage aux personnes, à leurs affects et à leur réflexivité. On les soutient plutôt que de protéger leurs droits sociaux (Vrancken, 2008). Cette trame sur l’égalité a pris un certain essor avec l’apport des politiques de la troisième voie qui mobilisent le développement de politiques publiques autour de l’investissement dans les personnes et de la flexibilité. La réflexion d’Amartya Sen sur le développement des capacités individuelles et institutionnelles a particulièrement alimenté cette vision de l’égalité. Une vision reprise par le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD, 2011) qui vise à soutenir le développement de « vies productives et créatives en accord avec les besoins et intérêts » afin d’offrir d’avantage de choix aux individus. Dans ce contexte, l’égalité s’applique aux chances qu’a un individu de se développer plutôt que de simplement reposer sur les conditions sociales. Or, la capacité de potentialiser les chances offertes par les programmes ou par des organisations est elle-même structurée par des inégalités sociales (Siltanen, Willis & Scobie, 2009). Cette trame sur l’égalité ne touche pas directement les droits civiques, mais elle change certainement le type de rapport entre l’État et les citoyens. La question de l’égalité sociale qui rendait possible la pleine citoyenneté est ici revue et individualisée.

16Ces trames ne sont pas exhaustives mais elles témoignent de la pluralité des perspectives qui peuvent être adoptées pour comprendre les rapports d’inégalités. Des rapports qui ne peuvent plus se réduire à la position sociale d’un individu – comme le suggéraient les analyses de classes – mais plutôt aux intersections de différents attributs sociaux, dans certains types de rapports et dans un contexte et un temps particuliers. Au cours de notre analyse, nous référerons à ces diverses trames des égalités pour éclairer certains maillages et certaines tensions entre elles.

17La proposition hypothétique avec laquelle nous travaillons pose la complexité de ces maillages comme essentielle à la compréhension des inégalités. L’analyse à l’échelle macrosociale permet de capter des inégalités en lien avec des catégories sociales : sexe, âge, ethnicité, statut socioprofessionnelle. Or travailler avec de telles catégories « ontologise » des groupes et simplifie nécessairement la complexité de la réalité sociale. Ces catégories nous semblent toutefois essentielles, même si elles sont incomplètes, pour identifier les conditions sociales et les personnes susceptibles de vivre des inégalités. Elles empêchent toutefois de saisir le sens des inégalités, les contextes dans lesquels elles prennent lieu et la subtilité des normes sociales à l’échelle des interactions. Il est donc essentiel de développer un cadre théorique et méthodologique qui permette à la fois de saisir les effets de structures à l’échelle macrosociale et l’agentivité des acteurs et leurs univers symboliques à l’échelle microsociale. Voilà notre entreprise.

Méthodologie

18Notre étude porte sur les pratiques de participation sociale et le sens que les individus y attribuent. Notre question générale de recherche est la suivante : comment la participation sociale a-t-elle évolué en lien avec les parcours de vie des Canadiens ? Nos sous-questions de recherche portent, d’une part, sur l’évolution des formes et des taux de participation sociale des Canadiens selon l’âge, le genre et le statut socioéconomique. Pour ce faire, nous avons fait une analyse du temps offert pour la participation sociale entre 1992 et 2005 au Canada selon l’Enquête sociale générale (ESG) sur les emplois du temps ; une enquête nationale avec un échantillon de plus de 10 000 répondants. D’autre part, nos sous-questions de recherche traitent des expériences et du sens de la participation à travers les parcours de vie des individus. Pour répondre à celles-ci, nous avons effectué un terrain d’enquête auprès de 35 résidants de deux quartiers de la ville de Gatineau, dans la province de Québec.

19L’opérationnalisation de la participation sociale en fonction du temps échangé nous permet de travailler à la fois avec des données qualitatives et quantitatives. Dans le cadre de cette recherche, nos échantillons sont différents : l’ESG porte sur l’ensemble de la population canadienne et notre enquête qualitative porte sur des résidents francophones de la quatrième plus grande ville de la province du Québec. L’utilisation des données de l’ESG nous permet de comprendre les changements dans les emplois du temps et les formes de participation sociale à l’échelle macrosociale. Avec les feuilles de route que les répondants remplissent dans le cadre des enquêtes sur l’emploi du temps, nous savons quelles sont les activités pratiquées au cours d’une journée. La valeur descriptive des données permet de composer des variables de participation sociale selon notre cadre d’analyse. Elle permet de distinguer la participation formelle, qui représente le temps moyen offert au cours d’une journée à des organisations politiques, communautaires ou militantes ; et la participation informelle qui désigne le temps offert pour l’entraide, le soutien émotif et le soin aux autres à l’extérieur du domicile.

20Dans ce texte, nous référons à des résultats d’analyses quantitatives déjà publiés (Gaudet, 2011 ; Couton & Gaudet, 2008 ; Gaudet, 2007). Nous renvoyons les lecteurs à ces articles afin d’avoir les informations précises sur les bases de données et les méthodes statistiques. Dans le présent article, nous réinterprétons quelques-uns de ces résultats selon l’angle des inégalités sociales.

21Les analyses qui proviennent de notre enquête qualitative sont inédites. La collecte des données de ce terrain d’enquête a eu lieu en 2007, il avait pour but de rencontrer des individus dans deux types de quartiers différents de la ville de Gatineau : un quartier central anciennement ouvrier et un nouveau quartier pavillonnaire. Nos intuitions de travail portaient sur les liens entre les épreuves des parcours de vie et la participation sociale. Nous avons rencontré 35 personnes âgées entre 25 et 50 ans, autant d’hommes que de femmes.

22Notre technique d’échantillonnage a été non conformiste pour une enquête qualitative, car nous avons envoyé des lettres d’invitation à participer à une entrevue – comme des bouteilles à la mer – aux adresses postales choisies de façon aléatoire de deux quartiers de la ville de Gatineau dans la province du Québec. Cette technique s’approche davantage d’une optique probabiliste que d’un échantillon théorique. Ce choix méthodologique avait pour but de rencontrer des gens intéressés par la participation sociale tout en évitant les experts – les « vendus » pour la cause qui sont souvent les interviewés principaux des enquêtes sur la militance, la participation civique ou politique. Nous étions à la recherche de personnes qui participent de façon intermittente ou, mieux encore, qui avaient eu des expériences négatives. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes abstenus de recruter par l’entremise d’associations ou d’organisations. Le guide d’entretien avait pour but d’explorer le temps offert gratuitement aux individus ou aux organisations tout au long de leur vie. Notre entretien semi-directif était construit selon l’approche des récits de vie (Bertaux, 1997). Nos analyses verticales et horizontales des entretiens s’inspirent de la théorisation ancrée (Paillé, 1994) et les techniques de codages d’Anselm Strauss et Juliet Corbin (2004).

23Dans cet article, nous présentons deux « cas contrastants » ou négatifs comme les désigne Howard Saul Becker (1998). Des cas qui confirment a contrario les données de l’ensemble de notre corpus d’entrevues à propos des normes et des exigences symboliques de la participation sociale. Les deux interviewés qui ont vécu des expériences négatives de participation témoignent des difficultés et des inégalités vécues par les participants dans le cadre des pratiques de participation sociale.

Analyse

24Nos analyses quantitatives portent sur les années 1992 à 2005, il s’agit d’une période particulièrement intéressante pour comprendre les mutations en cours au sein du rapport qu’entretiennent les individus avec leurs collectivités. En effet, cette période historique annonce une montée du libéralisme économique à l’échelle mondiale. Au Canada, plusieurs programmes sociaux subissent des coupes sous l’administration des progressistes conservateurs du Premier Ministre Brian Mulroney (1984-1993). Le retour de l’investissement social recommence tranquillement avec l’arrivée du gouvernement libéral de Jean Chrétien en 1993 et les accords interprovinciaux sur les transferts en matière de santé et de programmes sociaux. Au début des années 1990, le marché de l’emploi est bouleversé, le taux de chômage culmine, notamment chez les plus jeunes. La reprise économique de la fin des années 1990 s’orchestre avec des changements dans la qualité des emplois, notamment avec la montée des emplois atypiques, principalement pour les femmes (Phillips & Phillips, 2000). Les emplois atypiques sont des emplois contractuels, à temps partiel ou à horaires variables qui confèrent un statut précaire à l’employé. En 2001, 38 % des Canadiens occupés sur le marché de l’emploi avaient un emploi atypique (Statistique Canada, 2004). Durant la période couverte par nos données statistiques (1992-2005), mais aussi par nos entrevues rétrospectives qui témoignent de cette période historique, il est important de comprendre les répercussions des changements économiques sur le marché de l’emploi canadien et sur l’organisation des familles qui doivent, pour la plupart, compter sur deux revenus d’emploi et jongler avec des emplois atypiques en terme d’horaire, de qualité et précarité.

25Sur le plan de la participation sociale, les années 1990 ouvrent la porte à de nouveaux modes de mobilisation, tels que celui du mouvement altermondialiste à Seattle en 1999 et le forum social de Porto Alegre en 2001. Au Québec, le référendum de 1995 mobilise les milieux syndicaux, militants, communautaires et associatifs dans les camps indépendantistes et la défaite référendaire démobilise, d’une certaine façon, ces milieux qui organisaient traditionnellement la participation sociale. On assiste également à une montée des éthiques et politiques de modes de vie, c’est-à-dire des modes d’engagements individualisés autour de la consommation responsable, d’un mode de vie respectueux de l’environnement (Waridel, 2005).

26Les analyses que nous avons faites sur les emplois du temps illustrent cette individualisation des modes de participation par une défection des Canadiens à l’égard de la participation au sein d’organisations. Le tableau 1 illustre les changements dans les pratiques de participation formelle entre 1992 et 2005. Ce tableau représente le pourcentage d’individus qui a donné au moins deux minutes à une organisation au cours d’une journée. Sur une période de 13 ans, le taux de participation formelle des femmes âgées entre 25 et 49 ans a chuté de près de 50 %, la baisse est sensiblement la même chez les hommes âgés entre 50 et 64 ans. La chute chez le groupe âgé entre 15 et 24 ans est spectaculaire, elle dépasse les 50 %. Notons toutefois que les taux de participation de ce groupe étaient particulièrement élevés en 1992, une période où le chômage chez les jeunes atteignait des sommets.

27Malgré les baisses, une constance demeure : plus les Canadiens vieillissent, plus ils accordent du temps au sein des organisations de leurs collectivités. La hausse la plus marquante est celle des femmes âgées de 50 à 64 ans en 2005 : une hausse de 72 % comparativement aux femmes âgées de 25 à 49 ans de la même cohorte. Chez les hommes, la hausse entre ces deux groupes d’âge en 2005 est plus faible.

Tableau 1 : Taux de participation formelle (%) selon le sexe et les temps de vie

15-24 ans

25-49 ans

50-64 ans

65-74 ans

Hommes

1992

7,8
(805)

7,5
(2 250)

10,7*
(766)

14,2
(372)

 

2005

3,4
(1 648)

4,5*
(4 474)

6*
(2 116)

7,4
(789)

Femmes

1992

8,8
(774)

9,6
(2 266)

10,6*
(789)

17,3*
(468)

2005

3,2
(1 577)

4,7*
(4 448)

8,1*
(2 172)

9,5
(855)

28La participation au sein d’organisations formelles serait-elle plus accessible aux individus plus âgés ? L’organisation du temps personnel, qui n’est plus centré autour du travail rémunéré à temps plein, incite les Canadiens à participer socialement, puisque les taux de participation augmentent à partir de 50 ans, tant en 1992 qu’en 2005, alors qu’il baisse dans les autres groupes d’âge. Nos résultats ne révèlent pas les causes de cette baisse, mais nous pouvons poser l’hypothèse que les conditions sociales de certains groupes, notamment celui des femmes âgées de 25 à 49 ans en 2005, ont changé et qu’elles peuvent poser obstacles à la participation. Cette nouvelle cohorte consacre davantage de temps au travail rémunéré que celle de 1992, ce qui pose un écueil au temps disponible pour la participation sociale. Les personnes retirées du marché de l’emploi rémunéré sembleraient ainsi avoir des conditions sociales qui rendent plus facile l’expression de leur citoyenneté.

29L’augmentation de la participation des individus en fonction de leur avancée en âge peut également s’expliquer par la générativité d'Erik Erikson (1981) – le désir de transmettre aux générations suivantes – et la plus grande vulnérabilité physique et économique. Nous avons constaté au cours de notre enquête qualitative que la participation sociale formelle résulte souvent d’une épreuve personnelle (un déménagement dans une nouvelle région, la maladie d’un proche, les besoins des enfants). Cette dernière déclencherait une prise de conscience du rapport d’interdépendance et du besoin d’investir les organisations collectives. La plus grande participation des personnes âgées entre 50 et 74 ans pourrait notamment s’expliquer par une plus grande exposition à ces épreuves.

30Lorsque nous analysons les caractéristiques sociodémographiques des Canadiens qui pratiquent la participation formelle, force est de constater que la plupart détiennent un diplôme d’études postsecondaires. Leurs revenus du ménage sont également élevés, nous constatons que plus de la moitié des femmes âgées de 25 à 49 ans (54,2 %) et de celles âgées de 50 à 64 ans (50,5 %) a un revenu familial au-dessus de 60 000 $. Les hommes qui participent formellement sont, quant à eux, proportionnellement nombreux à vivre dans un ménage avec des revenus très élevés (80 000 $ et plus) : 52,3 % chez les 50 à 64 ans et 31 % chez les 65 à 74 ans. Bien que nos données ne soient que descriptives, nous observons que les personnes qui participent au sein d’organisations ont une position sociale avantageuse comparativement à la moyenne des Canadiens.

31La dynamique de la participation sociale informelle entre 1992 et 2005 semble répondre d’une autre logique. Le tableau 2 présente la proportion de Canadiens qui ont donné en moyenne deux minutes de leur journée pour aider ou soutenir quelqu’un à l’extérieur de leur travail rémunéré et de la sphère domestique. Chez les femmes âgées de plus de 25 ans, le taux de participation à travers les activités informelles demeure semblable entre 1992 et 2005. Cette constance démontre l’importance de leur apport dans les réseaux de solidarité et de soins envers les générations ascendantes et descendantes et dans les réseaux de proximité. Une participation qui s’entremêle aux activités de sociabilité où elles sont sollicitées. Même si elles ont délaissé la participation formelle en 2005, elles demeurent toujours les piliers de la participation informelle, une pratique plus flexible quant à l’emploi du temps. Les hommes, quant à eux, ont légèrement diminué leur participation informelle entre 1992 et 2005. Il est assez intéressant de constater que, chez un autre groupe dont les enjeux d’égalité sont importants, les immigrants, les taux de participation sociale informelle sont plus importants que celui de la participation formelle (Couton & Gaudet, 2008).

  • 4 Nous avons fait une classification des âges en fonction d’une analyse de correspondance des organis (...)

Tableau 2 : Taux de participation informelle (%) selon le sexe et les temps de vie 4

 

15-24 ANS

25-49 ANS

50-64 ANS

65-74 ANS

Hommes

1992

9,2
(805)

7,7*
(2 251)

8,5
(766)

8,3
(372)

 

2005

4
(1 658)

4,7
(4 474)

6,1*
(2 115)

7,5
(788)

Femmes

1992

10,2
(774)

7,8*
(2 266)

10,4*
(789)

10,5
(468)

 

2005

5,3
(1 577)

6,9
(4 449)

10,5*
(2 171)

10,3
(856)

  • 5 Les tests de proportions statistiques ont été effectués en comparant les pourcentages entre les gro (...)

* p≤0,05 5
Source : Statistique Canada, ESG, 1992, 2005 dans Gaudet (2011)

32Le déclin de la participation formelle des femmes, comparativement à leur participation informelle, peut s’expliquer par les défis qu’elles vivent dans la conciliation entre le travail rémunéré et non rémunéré qui peut poser obstacle à l’expression de leur citoyenneté sociale. Depuis le milieu des années 1980, le retour rapide des femmes en emploi à la suite de la naissance de leurs enfants montre qu’elles sont nombreuses à concilier le travail rémunéré et le travail non rémunéré (Gaudet, Cooke & Jacobs, 2011). Elles ont augmenté les heures pour le travail rémunéré, mais elles continuent à consacrer davantage d’heures au travail non rémunéré que les hommes. De plus, elles continuent à offrir du temps pour la participation informelle. Ce contexte explique la rareté du temps discrétionnaire disponible pour d’autres activités comme la participation sociale formelle. Les rapports sociaux de sexe qui continuent d’être inégaux quant à la répartition du temps pour le travail domestique non rémunéré, particulièrement quand des enfants sont présents dans le ménage, influencent l’accès à la citoyenneté sociale de certaines femmes.

33Les caractéristiques des participants à des activités de participation informelle sont bien différentes en fonction du sexe du répondant. Dans tous les groupes d’âge, les hommes qui pratiquent l’entraide sont proportionnellement plus nombreux à avoir, en moyenne, des revenus personnels supérieurs à 40 000 $. À l’inverse, les femmes de tous les groupes d’âge qui participent informellement ont en moyenne un revenu personnel inférieur à 40 000 $. Elles sont également proportionnellement plus nombreuses que les hommes à participer informellement dans tous les groupes d’âge. Il semble que les hommes et les femmes aient des stratégies ou des réseaux d’entraide différents en fonction de leur situation financière. Il faut dire que les attentes sociales à l’égard des femmes quant à l’aide, au soutien et à l’hospitalité qu’elles doivent offrir sont importantes. Les inégalités se construisent ainsi dans la façon d’investir la participation sociale.

34Si nous reprenons une analyse selon la trame des inégalités matérielles, nous constatons que certaines conditions sociales, comme celle de vivre dans un ménage avec un revenu moyen élevé, caractérisent les individus qui pratiquent la participation formelle. Le fait d’avoir un faible revenu caractérise surtout la participation informelle des femmes. En considérant les tendances de participation au fil des âges, on peut poser l’hypothèse que leur accès à la participation formelle – une pratique plus légitimée et reconnue – est refréné par leur réalité matérielle. Cette explication est d’autant plus plausible que les femmes augmentent leur participation formelle de façon importante à partir de l’âge de 50 ans (autant en 1992 qu’en 2005), un âge où les contraintes temporelles du travail non rémunéré sont moins importantes. La forte proportion de femmes avec de faibles revenus participant informellement peut s’expliquer par une nécessité d’investir du temps dans des réseaux qui les soutiennent socialement et économiquement dans la vie quotidienne.

Intersection d’âge, de genre et de rôles sociaux

35Les études qui portent sur la participation civique confirment les influences du genre (Hook, 2004 ; Sayer, 2005), de l’âge (Rotolo & Wilson, 2004), de l’ethnicité et de la classe sociale (Wison, 2000). Dans la majorité des pays industrialisés pour lesquels nous avons des résultats d’enquête (Canada, États-Unis, France, Australie, Royaume-Uni), les femmes demeurent les plus actives dans les activités d’entraide et de bénévolat. Le second facteur qui influence grandement ce type d’engagement est la présence d’enfants d’âge scolaire (5 à 12 ans) (Gaudet & Reed, 2004 ; Boraas, 2003). Les parents d’enfants âgés entre 5 et 12 ans seraient plus souvent sollicités que les autres citoyens pour participer formellement.

36L’effet du genre semble être un des facteurs qui influence le plus la participation sociale formelle, tel que le démontrent nos données. Plus encore, l’intersection du genre et du rôle social de parent semble favoriser la participation sociale formelle. L’attribut de la race vient toutefois créer un clivage important dans cette intersection entre genre et rôle sociale. Les individus âgés entre 15 et 75 ans qui participent le plus sont, entre autres, les mères nées au Canada, tandis que parmi ceux qui participent le moins, nous retrouvons les mères immigrantes (Couton & Gaudet, 2008). Ici, on constate clairement une inégalité quant à la pratique de la citoyenneté sociale d’un groupe en fonction de rapports sociaux complexes à l’intersection de la race, du genre et du rôle social.

37Évidemment, le sens de l’exclusion de ces femmes immigrantes ne peut pas être clairement établi avec nos données quantitatives descriptives. Des conditions socioéconomiques expliquent certainement cette situation. Le manque de maîtrise de la langue française au Québec ou de la langue anglaise dans le reste du Canada, le lieu d’habitation et l’accès aux transports et aux ressources communautaires, un nombre plus élevé d’enfants et un faible revenu familial sont autant d’obstacles à leur participation sociale. Nous pensons que cet accès inégal à la participation s’expliquerait également à travers une trame des inégalités symboliques. Peu de recherches existent actuellement sur la participation sociale des femmes immigrantes, mais quelques-unes d’entre elles soulignent l’influence sur la participation des rapports sociaux de sexe au sein du couple. Une recherche sur les Latinas de Los Angeles révèle, par exemple, que les rapports d’inégalités au sein du couple poseraient un obstacle à la participation (Hardy-Fanta, 1997). Les femmes immigrantes sont d’abord occupées par leurs rôles de mère et de travailleuse et pourraient moins compter sur l’aide de leur conjoint dans les tâches ménagères. Carol Hardi-Fanta explique que les hommes se réserveraient les rôles dans la sphère publique et empêcheraient leurs épouses de participer seules à des réunions. Les femmes immigrantes qui participent seraient celles qui ont des enfants plus âgés et qui sont divorcées (Jones-Correa, 2000). Carol Hardy-Fanta ajoute même que ce serait le mariage, plutôt que les tâches de soins aux enfants, qui bloque la participation de ces femmes. Évidemment, ces inégalités de rapports sociaux changent en fonction des groupes culturels et de leurs classes sociales.

38Un autre groupe qui semble exclu de la participation sociale est celui des jeunes âgés de 15 à 24 ans. Ici, nous devons poser les limites de notre étude à l’échelle macrosociale, car les analyses qualitatives montrent que l’engagement des jeunes tend à se transformer. Des analyses qualitatives démontrent que les jeunes sont toujours impliqués, mais leurs formes de participation deviennent plus sporadiques et informelles. Ils utilisent notamment les nouveaux médias sociaux pour faire entendre leurs voix, comme les jeunes Inuktut qui affichent sur YouTube des vidéos où ils se filment commenter les dernières décisions politiques de leurs communautés ou les journaux locaux (Wachowich & Scobie, 2010). Le recours à ces nouveaux médias peut certes démontrer une nouvelle culture politique, mais il questionne surtout l’accès inégal entre les générations aux organisations formelles qui détiennent un pouvoir décisionnel sur la vie des collectivités.

Les rapports symboliques de pouvoir inégalitaires au sein d’un groupe

39Nous avons eu la chance de rencontrer deux interviewés qui ont confirmé a contrario certaines hypothèses de travail à l’égard des normes et des critères existants au cœur de certaines organisations ou de certains groupes où se pratique la participation sociale. Leurs expériences mettent en lumière les rapports symboliques qui provoquent des inégalités entre les participants. Dans tous les milieux, il y a des façons d’être et de faire imposés par les normes d’un groupe. Erving Goffman a abondamment décrit ces rôles et ces mises en scène du soi dans la vie quotidienne. D’autres auteurs se sont intéressés aux inégalités en jeu dans la maîtrise de ses savoirs être et faire (Skeggs, 2004). Dans la prochaine section, nous présenterons deux cas qui illustrent les normes implicites de deux milieux de participation, celui du milieu des sports amateurs dans lequel évolue une majorité de bénévoles canadiens et celui des conseils d’administration d’organismes sans but lucratif.

Martin le hockeyeur outsider

40Martin est un homme dans la quarantaine, il vit dans un nouveau quartier de banlieue où il connaît peu ses voisins. Il s’est installé dans la région de l’Outaouais au début des années 2000. Martin a peu d’expérience en participation sociale. Il n’a jamais été bénévole et n’a pas participé à la vie étudiante au cours de sa scolarité. Il ne s’intéresse pas à la participation politique ou sociale et il ne vient pas d’une famille où l’entraide et l’engagement politique sont importants. Il ne compte pas sur des réseaux d’entraide et son réseau social s’organise autour de celui de sa conjointe.

41Au moment de l’entretien, il raconte l’histoire qui s’est déroulée dix ans auparavant. Il avait alors déménagé dans la région de la ville de Québec pour rejoindre sa conjointe qui y avait été transférée. À ce moment, il décide d’entreprendre des études doctorales et se retire momentanément du marché du travail. Sa conjointe et lui ont des difficultés à rencontrer de nouvelles personnes, les gens de leur âge ont des enfants et ne partagent pas les mêmes emplois du temps. Dans le milieu universitaire que Martin côtoie pour ses études doctorales, les personnes sont beaucoup plus jeunes et ne partagent pas les mêmes loisirs. Pour s’intégrer dans sa nouvelle région et rencontrer des gens qui partagent certains de ses intérêts, il décide de s’impliquer dans une équipe de hockey, un sport qu’il a pratiqué de nombreuses années et d’évoluer dans un secteur qui touche son domaine d’expertise : l’éducation. Il propose donc ses services comme bénévole pour entraîner une équipe de hockey mineur à l’aréna municipal.

42Son intention était de rencontrer des adultes de son âge qui s’intéressent au « coaching » du hockey afin de s’intégrer dans cet univers sportif qu’il a toujours connu ; il a fait partie de plusieurs équipes pendant son enfance et son adolescence, il a même fait partie des équipes compétitives les plus performantes dans le sport amateur. Même s’il connaît le monde du hockey, il connaît peu les gens de sa municipalité et il expérimente pour la première fois le rôle d’entraîneur. Il s’aperçoit rapidement qu’il enfreint une norme implicite : il entraîne une équipe de jeunes garçons en n’étant pas lui-même un parent. Plusieurs membres du groupe se posent des questions sur ses motivations : serait-il pédophile ? Pour enlever tout soupçon, sa conjointe le soutient et participe à la plupart des pratiques :

« Si j’avais été seul, probablement que j’aurai été accusé de pédophilie, de tout ce que vous voulez. Mais du moins… j’sais ben qu’il y en a qui... Y’a tout le temps… on se sent tout le temps surveillé dans ce milieu-là ».

43Le rôle d’entraîneur demande plusieurs heures de bénévolat par semaine et exige souvent de se rendre à la patinoire très tôt les matins de week-end. Il ne s’agit donc pas d’un engagement flexible et sporadique. L’engagement est majeur, mais les parents de l’équipe ne le reconnaissent pas. Ils lui font difficilement confiance. Ils contestent ses façons de faire et ses décisions. Quand ils savent qu’il a une expertise en éducation, ils remettent davantage en cause ses compétences.

« Mais je me suis fait reprocher beaucoup de choses parce que tout le monde me demandait "qu’est-ce que tu fais? ". Pis sachant que j’étais ça (éducateur)… j’me souviens d’un parent " pis en plus c’t’un éducateur pis y fait ça! ". Oui (rire) ! […] j’pense à un parent en particulier qui était très intrusif. Elle voulait tout le temps se mêler de tout. Tout contrôler. Je l’ai comme balayée du revers de la main. Puis elle est allée se plaindre ».

44Malgré les difficultés, Martin et sa conjointe investissent beaucoup de temps pendant trois ans. Il semble regretter cette ténacité : « La troisième année, on aurait dû quitter. Et on n’a pas quitté parce qu’on s’était mis dans tête qu’on avait un mandat. On voulait aller jusqu’au bout. On est allé jusqu’au bout et on aurait peut-être pas dû ».

45L’expérience est difficile. Martin explique qu’il recevait des menaces verbales et qu’il a reçu des menaces physiques. Qu’est-ce qui ne fonctionnait pas ? Comment son engagement bénévole, qui avait pour but de le rapprocher des gens de son nouveau milieu de vie, ne faisait qu’accentuer le clivage qui les divisait ? Martin s’explique mal la situation sinon qu’il ne faisait pas partie du groupe qui contrôlait l’organisation :

« Je le sais le terme : du népotisme, est-ce que ça ce pourrait ? Quand on place le mot : le chum du chum. Ben moi je n’étais pas le chum du chum. J’étais quelqu’un qui arrivait comme ça et qui s’est offert, j’étais pas assez prêt du noyau si tu veux et j’étais moins protégé ».

46En bref, Martin ne connaissait pas les règles informelles du milieu, il était outsider et les gens lui renvoyaient constamment l’image de sa différence. On ne reconnaît pas ses compétences d’éducateur et de hockeyeur. Même s’il partage la même langue et la même culture, Martin a un statut particulier, il est un adulte étudiant à l’université, il ne travaille pas à temps plein et n’a pas d’enfants. Toutes des caractéristiques qui le distinguent de la majorité des autres adultes bénévoles ou des adultes qui fréquentent, en tant que parents, l’aréna. N’est pas bénévole qui veut dans ce milieu, pour participer socialement, encore faut-il se conformer aux normes du groupe. Il est difficile, dans certains milieux, de s’impliquer sans avoir préalablement tissé des liens de confiance avec les gens en place. Martin l’a appris à ses dépens. Les gens de l’organisation ne le protègent pas, il n’a pas d’influence dans les décisions prises par l’organisation; on le rejette. Un rapport d’inégalité existe donc entre lui et eux – les gens du noyau, comme il les identifie. Ces gens qui sont présents depuis des années et qui ont des enfants inscrits dans une équipe de la municipalité; les gens qui comprennent les façons d’être et de faire.

47Cette expérience est si difficile que sa conjointe et lui décident de déménager, ils quittent complètement la région et délaissent les activités de participation sociale : « On s’impliquait, on embarquait dans des choses, tsé, pis on essayait de voir… s’approcher du milieu […] Ça te frustre encore plus. Tu donnes de ton temps, pis t’as l’impression que tu te faire rire dans la face ».

48L’expérience de Martin ne semble pas si singulière. Dans plusieurs groupes et organisations militantes, politiques ou communautaires, un nombre restreint d’individus contrôlent les destinées des organisations et limitent ainsi la participation de nouvelles personnes qui ne maîtrisent pas les normes implicites du groupe. Le cas de Martin est particulièrement intéressant, car il laisse voir la difficulté de se faire accepter par un groupe. Tout portait à croire que Martin serait accepté du groupe : il était de la même origine culturelle québécoise que le groupe, parlait français, était compétent en hockey et connaissait bien cet univers. Il n’avait toutefois pas d’expérience de participation et il semblait démuni devant les jeux d’influence et les normes du groupe : comment s’opposer à des pratiques sans se faire rejeter ? Comment établir le lien de confiance ? On peut imaginer la difficulté de certains groupes minoritaires à percer des milieux associatifs à forte fonction intégrative pour les jeunes et les familles, comme ceux des loisirs.

49Cet exemple illustre l’importance de la socialisation sociale et politique tout au cours de la vie. Les dynamiques de groupes et les organisations sont des microcosmes culturels où les savoirs sur les façons d’être et de faire sont déterminants pour l’accès à la participation (Dahlgren, 2006).

Justin « militant et travailleur communautaire »

50Justin a vécu avec des parents très engagés politiquement. Son père était représentant syndical de l’usine où il travaillait et sa mère militait au sein du Parti Québécois pendant le référendum de 1980. Très tôt, il devient un acteur important de la vie étudiante des institutions scolaires qu’il fréquente, il est militant et participe à des manifestations anticapitalistes. Il se fait même emprisonner lors de certaines manifestations. Au moment de l’entrevue, il travaille à temps plein dans un organisme communautaire régional. Il connaît bien les rouages des organisations communautaires et militantes. Sa participation formelle, informelle et son travail rémunéré sont extrêmement interreliés. Justin est engagé envers des causes de justice sociale dans sa vie privée comme dans sa vie publique. Il travaille dans le milieu communautaire, offre des heures bénévoles au sein d’organisations et de groupes militants; il soutient et aide les gens dans son milieu, particulièrement ses voisins. Il habite dans un quartier central où se trouve une grande mixité sociale : personnes âgées résidentes du quartier depuis plusieurs années, immigrants nouvellement arrivés, familles monoparentales et personnes avec diverses difficultés de toxicomanies et de santé mentale.

51Comme militant et comme travailleur, Justin a siégé pendant de nombreuses années au sein de différents conseils d’administration. Cette forme de participation sociale représente une porte d’entrée importante à l’engagement social et politique pour plusieurs interviewés que nous avons rencontrés au cours de notre enquête. Cette expérience s’est souvent acquise dans le milieu de la vie étudiante ou dans celle de la vie scolaire des enfants. En analysant les propos de Justin, nous explorerons les rapports d’inégalités et les difficultés que rencontrent les participants dans cette forme de participation. À travers ces propos, Justin nous permet d’observer les inégalités dans les statuts sociaux et les capacités individuelles au cœur des conseils d’administration des organismes sans but lucratif.

52Justin explique d’abord la difficulté de recruter des personnes pour siéger bénévolement sur les conseils d’administration (CA) des organismes sans but lucratif et des associations. La plupart du temps, les membres de CA sont des professionnels des milieux communautaires et associatifs, toujours les mêmes, qui acceptent de le faire pour dépanner les organismes avec lesquels ils travaillent. D’autres fois, ce sont des professionnels qui cherchent à « enrichir » leur curriculum vitae et qui ont une relation très instrumentale avec les organisations et les populations qu’elles desservent :

« Même dans le communautaire, y en a plus de bénévoles, tsé, parce que tu te dis : moi j’ai 5 heures à donner par semaine, est-ce que je vais donner cinq heures par semaine à écouter ti-zoune s’écouter parler ! Crois-moi qui en a dans ce milieu-là qui s’écoutent parler. Ou je vais aller militer cinq heures à faire de quoi. Puis là ça fait que c’est toujours les mêmes personnes qui sont dans le milieu, ce qui démobilise aussi souvent les gens. C’est toujours les mêmes qui parlent, y ont un énorme pouvoir symbolique, que moi je n’aurai jamais, pis je vais toujours être le deuxième, le troisième, le dixième violon en arrière. D’la marde ! ».

53Selon lui, il est facile de trouver des gens pour participer dans des tâches manuelles plus sporadiques comme servir les repas à la soupe populaire ou ramasser des fonds pour venir en aide aux femmes victimes de violence. Il est par contre très difficile de trouver des gens qui ont le temps et la volonté de défendre des positions politiques. La peur des conflits est importante. Justin a lui-même siégé sur plusieurs conseils d’établissements scolaires et des centres de la petite enfance que fréquentaient ses enfants. Il connaît les difficultés de ces lieux de pouvoir et des rapports d’inégalités qui s’y installent. Il raconte comment l’une des tâches de son travail d’organisateur communautaire est de former les gens pour comprendre le fonctionnement des conseils d’administration :

« Dire au monsieur de 78 ans ou à la madame handicapée qu’elle a le même droit de parole que l’autre qui arrête pas de se faire aller la gueule, parce qu’y a un doctorat pis qu’y fait son show sur le CA […]. Ça c’est le fun aussi, parce que généralement quand je m’en vais, les madames (rires) disent à l’autre de fermer sa gueule (rires). D’ailleurs, une des dernières formations que j’ai faite, c’était le cas d’un gars qui était ben fier de son bac en gestion pis y’assommait tout le monde : "moi j’ai appris ça dans mon cours, pis c’est de même que ça marche, c’est de même que ça marche les ressources humaines". Pis, y’était en train de revirer le centre à l’envers complètement. Les gens y’aimaient pas ça, mais ils lui donnaient beaucoup de pouvoir, parce que le gars y’est éduqué pis y’a l’air à savoir ce qu’il veut. Mais quand ils ont eu la confirmation qu’eux autres aussi avaient droit à leurs idées, puis même si ce n’était pas dans les livres d’écoles, on s’en sacre ! De toute façon, le monde communautaire c’est un monde d’expérimentation, si tout le monde est d’accord autour de la table, essayez-le, pis si ça marche pas, ben changez d’idée. Ça ça a donné une petite drive aux gens, de un, le monsieur y’est parti, y s’est pas représenté cette année sur le conseil d’administration, parce que les gens ont dit : "tu vas arrêter-là". Ce n’est pas parce que t’es président que c’est toi qui décide ».

54Ce cas aide à comprendre les rapports d’inégalités symboliques qui s’installent entre les participants. Les personnes plus âgées se sentent moins compétentes que les plus jeunes qui ont des diplômes universitaires. Ceux qui maîtrisent le langage et la rhétorique contrôlent le pouvoir au sein du groupe et invalide, d’une façon insidieuse, l’opinion des personnes qui ont des difficultés à exprimer leur point de vue. Des inégalités culturelles se tissent entre les participants. Nina Elliasoph (1998) a très bien expliqué comment, au sein des conseils scolaires de parents, les questions politiques et les conflits étaient évacués par le désir à tout prix de trouver le consensus : un processus conduisant à l’évaporation du politique. Plusieurs se retirent de la sphère publique – l’exit d’Albert Otto Hirschman (1970) – et des lieux de participation sociale formelle en raison des inégalités sociales qui les distinguent. Ses inégalités peuvent être liées à leur scolarisation, à leur réseau social et à leur milieu socioéconomique. Mais plus encore, certaines inégalités résultent des capacités inégales de comprendre les normes qui régissent les façons d’être et de faire dans un groupe spécifique. Comment faire pour changer la dynamique d’un groupe quand nous n’avons ni le capital culturel ni les connaissances pour le faire ?

Conclusion

55Toute analyse de la participation sociale porte en elle un présupposé sur la nature politique de l’être humain et, d’une certaine façon, sur une certaine idéalisation de la participation des citoyens à l’espace publique. Sans être naïf à l’égard de nos propres présupposés, nous avons tenté de nous détacher d’une vision a priori positive et nostalgique de la participation sociale, pour plutôt observer ses formes et la complexité des manifestations d’inégalités qui s’y trament. Il nous semblait impératif d’articuler les analyses macro et microsociales afin de résister à une analyse simplement culturelle de la montée de l’individualisme ou de s’intéresser uniquement aux effets de structures en délaissant la perspective des acteurs.

56Notre contribution dans cet article est de réfléchir à une conceptualisation élargie des formes infra-politiques et politiques de la participation et de présenter de nouvelles évidences empiriques sur les inégalités qui s’y jouent. Les analyses qui portent sur les emplois du temps montrent que la structure des temps sociaux a changé en fonction des impératifs économiques et de plusieurs facteurs qui bouleversent la vie quotidienne, tel que l’étalement urbain au Canada. En effet, les Canadiens ont augmenté le temps moyen qu’ils accordaient au travail rémunéré et au transport d’en moyenne 30 minutes par jour entre 1992 et 2005. De plus, le temps qu’accordent les parents au travail rémunéré a considérablement augmenté en 12 ans, puisque les femmes avec des jeunes enfants sont plus nombreuses à travailler et retournent plus tôt sur le marché de l’emploi après la naissance de leurs enfants.

57Les Canadiens semblent avoir moins de temps discrétionnaire et plusieurs ont choisi de cesser leurs pratiques de participation formelle et informelle. S’agit-il vraiment d’un choix valorisant l’individualisme ou d’une simple stratégie de survie ? Nous croyons qu’il s’agit davantage d’une réorganisation obligée des emplois du temps en fonction d’impératifs économiques, de changements dans l’organisation familiale du travail non rémunéré, mais aussi des exigences symboliques des milieux de travail qui demandent davantage aux travailleurs. Ces changements structuraux et les effets de rareté qu’ils occasionnent tant sur plan matériel que symbolique ont certainement des conséquences sur la montée de l’individualisme, comme pratique de repli sur soi. Il ne s’agit donc pas ici d’une simple valorisation culturelle du Soi ou de nouvelles formes d’expressions identitaires. L’organisation de la vie quotidienne, de la famille et du travail rémunéré crée une rareté dans le temps et met sous pression les individus. Une fatigue d’être soi psychique et physique, pour reprendre l’intitulé d’Alain Ehrenberg, qui peut entraîner une difficulté à répondre aux autres.

58Ces difficultés se distribuent inégalement au sein de la société. Il existe d’abord des inégalités symboliques et matérielles liées aux rapports sociaux de sexe. Soulignons la forte présence des femmes de tous âges dans la pratique de la participation informelle et la baisse de la participation formelle des femmes âgées entre 25 et 49 ans; un âge où elles doivent généralement jongler avec les exigences du travail rémunéré et non rémunéré. Il semble qu’elles doivent se retirer, à cette étape de leur vie, de la participation au sein d’organisations. Aussi, les femmes qui participent formellement sont surtout nées au Canada et ont des revenus familiaux élevés. Ce changement dans les pratiques des Canadiens entre 1992 et 2005 n’est pas sans conséquence. Ces femmes étaient souvent impliquées dans des organisations liées aux soins des enfants : garderies, écoles, services de loisir pour les jeunes. Ce changement peut donc avoir des conséquences sur la socialisation des enfants, les services offerts et sur la « surveillance critique » qu’elles pouvaient avoir dans ces organisations.

59Les disparités des positions socioéconomiques des Canadiens qui participent, mais plus encore entre ceux qui participent formellement et informellement, montrent des inégalités importantes. L’entraide, les soins et le soutien à des proches à l’extérieur de la sphère domestique sont principalement pratiqués par des femmes avec des faibles revenus et des femmes immigrantes. Des recherches qualitatives et ethnographiques sur la participation des femmes immigrantes seraient importantes à entreprendre pour comprendre la trame des inégalités symboliques qui expliquent ces inégalités dans les pratiques.

60Les analyses des deux « cas contrastants » de notre enquête qualitative révèlent cette trame symbolique d’inégalités au cœur des interactions sociales. D’abord, pour accéder à des espaces de participation, il faut en comprendre les normes implicites et présenter des caractéristiques qui nous permettent de faire « partie du groupe ». La capacité de comprendre ces exigences n’est pas donnée à tous, elle repose souvent sur une expérience du milieu ou des compétences professionnelles précises. Il s’agit peut-être de la forme d’inégalité la plus importante et la plus difficile à décrire. Nous rejoignons ici, d’une certaine façon, la trame des inégalités de capacité. Les apprentissages et les connaissances individuelles sur la participation sociale sont inégaux. La documentation scientifique précise comment la participation civique dépend d’un apprentissage par « essais et erreurs » et de processus de socialisations complexes (Dahlgren, 2006). Il semble difficile, rendu à l’âge adulte, de participer au sein d’organisations sans avoir vécu dans une famille très engagée ou sans avoir expérimenté cette pratique au sein de la vie étudiante. Comme l’explique Philippe Corcuff en référence à Pierre Bourdieu : « Une activité sociale à laquelle on "s’intéresse", à laquelle on n’est pas "indifférent" – bref désirable – suppose souvent des apprentissages antérieurs, une socialisation qui rendent justement ses jeux et ses enjeux visibles et "intéressants" » (Corcuff, 2005, p. 76).

61Dans cet article, nous avons démontré l’importance de comprendre les formes culturelles de la participation sociale des individus dans leurs articulations aux effets de structures historiques et socioéconomiques. Les résultats empiriques qualitatifs et quantitatifs permettent de comprendre le phénomène de la participation sociale aux échelles macro et microsociales et révèlent la complexité des inégalités tant sur les trames matérielles, symboliques que sur celles du développement des capacités. Ces données comportent toutefois des limites puisque nos deux enquêtes n’utilisent pas le même échantillon de référence. L’enquête quantitative porte sur l’ensemble de la population canadienne et l’enquête qualitative porte sur des résidents de deux quartiers de la ville de Gatineau qui vivent dans des référents culturels très différents du reste du Canada et du reste du Québec, puisqu’ils habitent une région à la frontière de la province de l’Ontario.

62Malgré ses limites, ce savoir empirique est important à développer notamment dans le contexte actuel où les discours académiques et politiques sur la démocratie participative et délibérative ont pris de l’importance. À l’instar de la célèbre étude La participation contre la démocratie de Jacques Godbout (1983) qui porte sur les pratiques de participation au sein de diverses organisations consultatives, la participation, du moins formelle, demeure encore inégalement accessible. La démocratie délibérative et participative ne peut qu’exacerber certaines inégalités et certaines exclusions. D’importantes mesures d’organisation dans la prise de parole (Fung, 2004) et l’éducation auprès de certaines populations sont nécessaires pour les contrebalancer. Des moyens qui prennent parfois des années à s’installer dans les pratiques quotidiennes d’organisations déjà en place.

Haut de page

Bibliographie

Beauchemin J. (1997). « Les formes de l'État et la production de l'Éthique sociale dans la perspective de la sociologie politique », Politique et sociétés, vol. 16, n° 2, pp. 67-89.

Becker H. S. (1998), Tricks of the Trade, Chicago, The University of Chicago Press.

Bernard P. & S. Saint-Arnaud (2004), « Du pareil au même ? La position des quatre principales provinces canadiennes dans l'univers des regimes providentiels », The Canadian Journal of Sociology, vol. 29, n° 2, pp. 209-239.

Bertaux D. (1997), Les Récits de vie, Paris, Éditions Nathan.

Blondiaux L. (2008), Le Nouvel esprit de la démocratie, Paris, Éditions du Seuil.

Boraas S. (2003), « Volunteering in the United States », Bureau of Labor Statistics.

Statistique Canada (2004), « Étude : La durée de l’emploi atypique », Le Quotidien, http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/041215/dq041215c-fra.htm

Chanial P. (2001), « J. Dewey : politique de l’association, politique de la coopération », dans Justice, don et association : la délicate essence de la démocratie, Paris, Éditions La Découverte-MAUSS, pp. 225-250.

Corcuff P. (2005), « Le pari démocratique à l’épreuve de l’individualisme contemporain », La Revue du MAUSS, pp 65-78.

Couton P. & S. Gaudet (2008), « Rethinking Social Participation. The Case of Immigrants in Canada », Journal of International Migration and Integration, n° 9, pp. 21-44.

Dahlgren P. (2006), « Doing Citizenship. The Cultural Origins of Civic Agency in the Public Sphere », European Journal of Cultural Studies, vol. 9, n° 3, pp. 267-286.

Eliasoph N. (1998), Avoiding Politics. How Americans Produce Apathy in Everyday Life, Cambridge, Cambridge University Press.

Eliasoph N. (2011), Making Volunteers: Civic Life After Welfare's End, Princeton, NJ: Princeton University Press.

Erikson E. (1981), « The Problem of Ego Identity », dans Steinberg L. D. (dir.), The Life Cycle Readings in Human Development, New York, Columbia University Press, pp. 189-198.

Fung A. (2004), « Challenges to participation », Empowered Participation, Princeton and Oxford, Princeton University Press, pp. 99-131.

Gaudet S. (2007), « La participation sociale à travers les parcours de vie : outil théorique et empirique pour le développement des politiques sociales », Horizon, pp. 3-8.

Gaudet S. (2011), « La participation sociale des Canadiens : une analyse selon l’approche des parcours de vie », Canadian Public Policy, n° 37(Supplément), pp. 33-56.

Gaudet S. & Reed P. (2004), « Responsabilité, don et bénévolat au cours de la vie », Lien social et politiques, n° 51, pp. 59-67).

Gaudet S., Cooke M. & J. Jacobs (2011), « Working after Childbirth: A Lifecourse Transition Analysis of Canadian Women from the 1970s to the 2000s », Canadian Review of Sociology/Revue canadienne de sociologie, vol. 48, n° 2, pp. 153-180.

Godbout J. T. (1983), La Participation contre la démocratie, Montréal, Éditions St-Martin.

Godbout J. (2007), Ce qui circule entre nous. Donner, recevoir, rendre, Paris, Éditions du Seuil.

Hardy-Fanta C. (1997), « Latina Women and Political Consciousness: La Chispa Que Prende », dans Tronto J., Cohen C. & K. Jones (dir.), Women Transforming Politics, New York and London, New York University Press, pp. 223-223.

Hirschman A. O. (1970). Exit, Voice, and Loyalty, Cambridge, Harvard University Press.

Hook J. (2004), « Reconsidering the Division of Household Labor: Incorporating Volunteer Work and Informal Support », Journal of Marriage and Family, n° 66, février, pp. 101-107.

Ilcan S. & T. Basok (2004), « Community Governement: Voluntary Agencies, Social Justice, and the Responsibilization of Citizens », Citizenship Studies, vol. 8, n° 2, pp. 129-144.

Ion J. & B. Ravon (1998), « Causes publiques, affranchissement des appartenances et engagement personnel », Lien social et politiques, n° 39, pp. 59-72.

Jenson J. (2006), « La citoyenneté sociale et les "nouveaux risques sociaux" au Canada : où sont passées les voix des femmes ? » Droit et société, vol. 1, n° 62, pp. 21-43.

Jenson J. & M. Sineau (2001), « Citizenship in the Era of Welfare State Redesign », dans J. Jenson & M. Sineau (dir.), Who Cares? Women's Work, Childcare, and Welfare State Redesign, Toronto, University of Toronto Press, pp. 240-259.

Jones-Correa M. (2000). « Different Paths: Gender, Immigration and Political Participation », dans Willis B. Y. K. (dir.), Gender and Migration, Cambridge, Edward Elgar Publishing Limited, pp. 357-357.

Marshall T. H. (1965), Class, Citizenship, and Social Development: Essays, Garden City, Doubleday Editions.

Martucelli D. (2010). La Société singulariste, Paris, Éditions Armand Colin.

Paillé P. (1994), « L'analyse par théorisation ancrée », Cahiers de recherche sociologique, n° 23, pp. 147-181.

Pelchat Y. (2010), « L'appel à la participation », Nouvelles pratiques sociales, vol. 22, n° 2, pp. 114-129.

Phillips P. & E. Phillips (2000), Women and Work, Toronto, James Lorimer and Company.

PNUD (2011), United Nations Development Programme, 21 novembre, http://hdr.undp.org/fr/devhumain/

Putnam R. (1995). « Bowling Alone: America’s Declining Social Capital » Journal of Democracy, vol. 6, n° 1, pp. 65-78.

Quéniart A. & J. Jacques (2008). « Trajectoires, pratiques et sens de l’engagement chez des jeunes impliqués dans diverses formes de participation sociale et politique », Politique et Sociétés, vol. 27, n° 3, pp. 211-242.

Rosanvallon P. (2006), La Contre-démocratie. La politique à l'âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil.

Rotolo T. & J. Wilson (2004), « What Happened to the Long Civic Generation? Explaining Cohort Differences in Volunteerism », Social Forces, vol. 82, n° 3, pp. 1091-1121.

Sayer L. (2005), « Time and Inequality: Trends in Women’s and Men’s Paid Work, Unpaid Work and Free Time », Social Forces, n° 84, pp. 285-301.

Siltanen J., Willis A. & W. Scobie (2009), « Flows, Eddies, Swamps and Whirlpools: Inequalities in Negotiating Work Change », Canadian Journal of Sociology-Cahier canadiens de sociologie, vol. 34, n° 4, pp. 1003-1032.

Skeggs B. (2004), Class, Self, Culture, Londres et New York, Routledge Editors.

Strauss A. & J. Corbin (2004), Les Fondements de la recherche qualitative : techniques et procédures de développement de la théorie enracinée, Fribourg, Academic Press Fribourg

Vrancken D. (2008), « Quand les politiques sociales interrogent les parcours de vie », dans Vrancken D. & L. Thomsin (dir.), Le Social à l'épreuve des parcours de vie, Louvain-la-Neuve, Éditions Academia Bruylant, pp. 43-58.

Wachowich N. & W. Scobie (2010), « Uploading Ourselves: Inuit Digital Storytelling on YouTube », Études/Inuit/Studies, vol. 34, n° 2, pp. 81-105.

Waridel L. (2005), Acheter, c'est voter : le cas du café, Montréal, Éditions ÉcoSociété.

Wison J. (2000), « Volunteering », Annual Review of Sociology, n° 26, pp. 215-240.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à souligner l’appui du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSHC) qui a subventionné le projet sur la Participation sociale des Canadiens à travers leurs parcours de vie (410-2005-1323). Ont participé à ce projet Paul Bernard, Martin Cooke et Susan McDaniel.

2 Je tiens à remercier le Centre de Leadership scolaire de l’Université d’Ottawa qui m’a permis d’écrire cet article dans le cadre d’une semaine de retraite d’écriture destinée aux femmes universitaires.

3 Il s’agit des Enquêtes sociales générales sur l’emploi du temps de Statistique Canada.

4 Nous avons fait une classification des âges en fonction d’une analyse de correspondance des organisations des temps sociaux.

5 Les tests de proportions statistiques ont été effectués en comparant les pourcentages entre les groupes d’âge d’une cohorte. Par exemple, la diminution du taux de participation à des activités d’entraide est significative en 1992 entre le groupe des 15-24 ans et le groupe des 25-49 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Gaudet, « Lire les inégalités à travers les pratiques de participation sociale », SociologieS [En ligne], Débats, Penser les inégalités, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3874

Haut de page

Auteur

Stéphanie Gaudet

Département de sociologie et anthropologie, Université d’Ottawa, ONT, Canada - sgaudet@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page