Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

La sociologie est-elle une science ?

Jacques Coenen-Huther

Résumés

La sociologie n’est pas une science mais une discipline, comparable en cela à l’histoire. Ceci n’exclut pas qu’on puisse y voir une entreprise intellectuelle digne d’intérêt. Les conditions permettant de la tenir pour un projet scientifique stricto sensu ne sont cependant pas remplies. La corporation des sociologues, très hétérogène, est partagée entre des aspirations contradictoires. L’image de la sociologie, dominée par des techniques d’investigation et non par les raisonnements mis en œuvre, reste floue aux yeux du profane pour qui son objet n’est guère discernable. La distinction entre jugement de valeur et rapport aux valeurs semble offrir une solution au problème de l’objectivité. Face à l’irruption de valeurs irréductibles à la valeur de vérité dans l’analyse sociologique, le rempart est cependant fragile car les valeurs ne sont pas seulement constitutives du choix de l’objet d’étude mais aussi de sa définition.

Haut de page

Texte intégral

1Nous autres sociologues, nous aimons convaincre et nous convaincre que nous faisons de la science. La bonne sociologie serait scientifique et se distinguerait nettement de productions intellectuelles relevant d’autres genres (essayisme, littérature, journalisme). Dès leur première année d’études, les étudiants en sociologie sont exhortés à s’en tenir strictement aux préceptes de la recherche scientifique définis le plus souvent de manière restrictive. En dépit de multiples déconvenues, un certain nombre d’entre nous – et non des moindres – persistent à afficher la conviction que la sociologie est une science comme les autres (Boudon, 2010).

Une discipline hybride

2Dans mon dernier livre, Les Paradoxes de la sociologie, sur lequel je m’appuie fortement ici tout en schématisant l’argumentation, je défends l’idée que la sociologie n’est pas une science mais une discipline, comparable en cela à l’histoire (Coenen-Huther, 2012). Ceci n’exclut évidemment pas qu’on puisse y voir une entreprise intellectuelle méritant d’être prise au sérieux. Mais pour se traduire en un projet scientifique stricto sensu, l’intention de science qui a donné naissance à la sociologie impliquerait la constitution graduelle d’un savoir cumulatif. Nombreux sont nos collègues pour qui ce critère de scientificité ne semble guère problématique, soit qu’ils tiennent l’accumulation régulière de connaissances pour un fait acquis, soit que leur pratique de recherche ne les conduise pas à s’interroger à ce sujet. Force est pourtant bien de constater que les travaux de plusieurs générations de sociologues n’ont que très faiblement répondu à cette exigence majeure. Les symptômes d’un indéniable défaut de cumulativité ne manquent pas. La communauté sociologique reste de toute évidence partagée entre le désir de prendre appui sur une tradition philosophique de réflexion sur la condition humaine remontant à l’Antiquité grecque et la volonté de ne s’inspirer que de l’état le plus récent de la littérature en sciences humaines. Ni l’une ni l’autre de ces orientations ne favorise une attitude propice à l’élaboration d’un savoir cumulatif. La mise en évidence d’une longue tradition de réflexion présociologique consubstantielle à la pensée occidentale depuis l’Antiquité contribue à rendre floue la frontière entre philosophie sociale et sociologie. Il se crée ainsi un climat intellectuel de scepticisme à l’égard de la notion même de progrès possible dans notre connaissance des mécanismes de la vie en société. La volonté de marquer nettement la rupture entre la sociologie comme projet scientifique et sa longue préhistoire n’est paradoxalement guère plus favorable à la cumulativité des connaissances sociologiques. Elle suscite des réactions de condescendance à l’égard des classiques de la discipline et tend à rejeter régulièrement dans l’oubli les travaux des prédécesseurs alors qu’aucun progrès discernable ne se manifeste dans l’intelligence des faits. L’attitude inverse, érudite – celle qui se tourne volontiers vers les œuvres du passé – est elle-même chargée d’ambiguïté. Il arrive certes qu’on cherche dans les travaux des « pères fondateurs » des hypothèses à vérifier dans un contexte nouveau, à l’aide de techniques d’analyse plus affinées, mais c’est relativement rare. Une telle démarche, accomplie systématiquement, devrait logiquement conduire à un usage de plus en plus sélectif des travaux en question. Or, ce qui se manifeste le plus souvent est une forme de déférence hyperbolique, suggérant implicitement, ou explicitement à l’instar de Robert Nisbet, que l’âge d’or de la sociologie est derrière nous.

3Jean-Claude Passeron perçoit l’entreprise sociologique comme le résultat d’un compromis épistémologique entre le modèle des disciplines historiques et celui des sciences de la nature (Passeron, 1991, 2006). Allant plus avant dans cette voie, je tiens la sociologie pour une discipline hybride, tiraillée entre des styles cognitifs aux exigences opposées, des objectifs difficilement compatibles, des orientations théoriques disparates et des préférences de méthode qu’il n’est pas toujours aisé de justifier. Il en résulte une corporation très hétérogène – les sociologues certifiés ou autoproclamés – au sein de laquelle on ne discerne aucune tendance à la convergence des préoccupations et des pratiques. Les activités et les publications des sociologues traduisent des aspirations contradictoires reflétant des valeurs antagonistes, si bien qu’il est parfois difficile d’établir une distinction nette entre démarche proprement sociologique et réflexion philosophique orientée par des dilemmes de politique ou d’éthique sociale.

Une corporation hétérogène

4Dans cette corporation composite, une première ligne de partage oppose les sociologues qui entendent accorder la priorité à la recherche de constantes du comportement humain et leurs collègues qui s’attachent en premier lieu à mettre en évidence la très grande diversité des modes de vie en société. Ce sont des considérations extra-scientifiques qui font le plus souvent pencher la balance d’un côté ou de l’autre. La priorité accordée aux invariants va de pair avec un scepticisme désabusé suggérant que la notion de changement social est illusoire. Quant à l’accent mis fortement sur la diversité, il comporte consciemment ou non un aspect subversif. Nier le caractère d’évidence et d’universalité d’une forme d’organisation sociale, c’est saper les fondements de l’autorité. Ainsi, sous-jacentes à une option d’ordre cognitif affleurent des attitudes d’approbation ou de rejet de l’ordre social ambiant.

5Une autre ligne de clivage importante a trait à l’idée de réduction de complexité. L’expérience de ce dernier demi-siècle a montré que les sciences sociales ayant fait le plus de progrès au cours des dernières décennies sont celles qui ont centré leur attention sur un petit nombre de variables opératoires. La démographie, la linguistique sont de celles-là ; la sociologie n’en est pas. Non que la réduction de complexité et la modélisation soient absentes de la pensée sociologique, mais ces notions sont perpétuellement en compétition, au sein de la communauté sociologique, avec un besoin irrépressible d’exhaustivité. Les sociologues restent tiraillés entre la découverte avide et peu sélective de tout ce que la vie sociale peut offrir à nos regards et diverses formes de modélisation comportant une prise de distance voulue par rapport à l’objet étudié. Les uns se voient accusés de n’être « pas scientifiques » alors qu’on reproche aux autres de singer des procédés de recherche qui ne conviennent pas à l’étude de la vie en société.

Un rêve tenace

6Et puis, il y a le rêve tenace de faire de la sociologie « une science comme les autres ». Ceux d’entre nous qui cultivent cette ambition adhèrent à une conception continuiste de l’activité scientifique, assignant à la recherche sociologique les mêmes principes et les mêmes règles qu’à des disciplines comme la physique, la chimie ou la biologie. Cette aspiration à la scientificité suppose que l’objectivité, loin de n’être pour nous qu’un idéal, est immédiatement traduisible dans la réalité de la recherche. Ceci revient à postuler que la neutralisation de la subjectivité du sociologue constitue un objectif réaliste, reposant sur la notion d’une solution de continuité entre le sujet connaissant et l’objet de sa connaissance. C’est l’existence même d’une réalité indépendante du point de vue de l’observateur qui est ainsi présupposée. Pendant longtemps, cette distinction sujet-objet ne fut guère remise en question. De nos jours, la conception classique de l’objectivité qui en découle est considérablement affaiblie. Dans les sciences de la nature comme dans les sciences humaines, la notion de « donné », susceptible d’être objectivé, fait place à celle de construit intellectuel. Le hiatus fondamental entre sujet et objet tend à disparaître. Un élément de subjectivité semble irrépressible. Dans les sciences de la nature, la dévotion à la valeur de vérité n’en est pas ébranlée pour autant. Dans les controverses qui agitent la sociologie, au contraire, la valeur de vérité se heurte à des valeurs morales porteuses d’antinomies internes : le bien, le juste. Les représentations de la « bonne société » affaiblissent la force normative de la valeur du vrai dans l’étude de la vie en société. Selon les cas, les sociologues sont plus ou moins sensibles aux « rumeurs de la cité ». Celles-ci ne cessent d’influencer leurs décisions relatives au point de vue à adopter sur l’objet étudié.

7Certains de nos collègues préfèrent afficher ouvertement leur allégeance à une échelle de valeurs au lieu de célébrer rituellement le culte de la neutralité axiologique. Il devient en effet de plus en plus difficile de s’en tenir à une séparation stricte entre jugements de fait et jugements de valeurs. Nombreux sont les sociologues qui estiment que la distinction wébérienne entre jugement de valeur et rapport aux valeurs offre une solution à l’irruption de valeurs irréductibles à la valeur de vérité dans l’analyse sociologique. Il s’agit cependant d’un rempart bien fragile dans la mesure où les valeurs ne sont pas seulement constitutives du choix de l’objet mais aussi de sa définition. Tout raisonnement portant sur un thème controversé repose sur un enchevêtrement de valorisations et de rationalisations.

Une image floue

8Face aux voix discordantes qui émanent de notre corporation, l’image que le profane peut se faire de la sociologie reste floue. La plupart des sciences ou des disciplines à vocation scientifique ont un objet plus ou moins clairement identifiable. Ce n’est pas le cas de la sociologie. Celle-ci se confond aux yeux du plus grand nombre avec l’étude des problèmes sociaux. Le terme « sociologue » est associé aux diverses acceptions que revêt le mot « social » dans le langage courant. On fait le rapprochement avec une série d’expressions évoquant des problèmes sociaux à résoudre ou des conflits sociaux à gérer. On oppose également « le social » et « l’économique ». Mais on ignore ce que les sociologues eux-mêmes appellent « le social », à savoir la dimension collective présente dans toute forme d’interaction élémentaire. Dès lors, faute de comprendre la raison d’être du sociologue, on lui prête des compétences particulières en matière de politique sociale ou d’assistance sociale et on s’étonne qu’il en soit le plus souvent dépourvu. Ce qui n’est compris que d’une petite minorité, c’est que la sociologie puisse se définir comme un projet d’étude non normative des divers aspects de la vie en société. C’est d’autant plus rarement compris que les sociologues eux-mêmes éprouvent de sérieuses difficultés à éviter les interférences du normatif dans leurs analyses. La dévotion à la valeur de vérité peut seule accréditer une véritable intention de science mais une formation de sociologue entraîne très souvent une propension à confondre le vrai avec la perception du vrai et à mettre en doute son unicité.

Des techniques prises pour des méthodes

9Toutes ces ambiguïtés ont pour conséquence que l’image de la sociologie est dominée par ses techniques d’investigation et non par sa conceptualisation ou par les raisonnements qu’elle met en œuvre. Les sociologues sont perçus le plus souvent comme des spécialistes – pas toujours les plus habiles d’ailleurs – de l’administration de questionnaires ou du traitement de statistiques. Entre eux, les diverses lignes de clivage se situent et s’expriment le plus fréquemment au niveau des techniques adoptées et les questions techniques tendent à être confondues avec des options de méthode. Les partisans de l’entretien « en profondeur » n’en finissent pas de polémiquer avec les tenants du questionnaire plus ou moins standardisé. Les adeptes de l’observation participante renvoient dos à dos les uns et les autres auxquels ils reprochent de confondre des déclarations avec des faits. La recherche d’individus typiques s’oppose à la constitution d’échantillons aléatoires visant à la représentativité statistique.

10Bien que les opinions relatives à la place de la quantification résultent le plus souvent de conceptions épistémologiques et méthodologiques différentes ainsi que d’attitudes différentes face au « fardeau de la preuve », cette question est généralement abordée de façon étriquée, opposant le clan des qualitativistes à celui des quantitativistes et imposant aux premiers comme aux seconds des exigences de vérification qui sont loin d’être toujours pertinentes. Si l’on garde à l’esprit l’opposition sommaire entre les disciplines qui disposent de procédures de vérification standardisées et celles qui ne peuvent se fonder que sur le recoupement des témoignages et l’argumentation des interprétations, on se doit de conclure que la communauté des sociologues oscille entre ces deux pôles. En matière d’établissement de la preuve, aucun sociologue ne peut prétendre rivaliser avec les mathématiciens ou les physiciens. Et ceci renforce le sentiment que le caractère scientifique de la sociologie relève davantage de l’idéal proclamé et de l’intention tenace que d’une réalité établie sans conteste. Très nombreux cependant sont les sociologues qui répugnent à l’admettre et qui continuent à se référer au modèle des sciences de la nature ou à une caricature de ce modèle. Ils se sentent rassurés par la standardisation des techniques et la quantification des résultats. Le recours au chiffre leur permet d’éluder la réalité inconfortable de la relation circulaire du sociologue à son objet. L’usage des techniques d’échantillonnage, le calcul des marges d’erreur, la construction de plans expérimentaux ou quasi-expérimentaux, l’emploi de techniques d’analyse multivariée, la mise en œuvre de tests statistiques : tout cela donne le sentiment de se mouvoir sur un terrain solide et de progresser vers toujours plus de scientificité. Pourtant, tout comme leurs collègues qualitativistes, les sociologues quantitativistes sont confrontés à un problème général de validité, même s’il est partiellement dissimulé par une confusion très fréquente entre validité des techniques et validité des résultats. Tout comme leurs collègues qualitativistes, ils se trouvent face à « un objet qui parle », qui est sujet à des attentes de « désirabilité » et dont la crédibilité est loin d’être toujours assurée. Tout comme leurs collègues qualitativistes, ils doivent se défendre d’un biais subjectif pouvant se manifester dans le découpage des catégories d’analyse ou dans les si fréquentes explications ex post. Et pour autant qu’ils soient lucides à propos de leurs propres travaux, ils doivent bien se rendre à l’évidence que le « modèle du laboratoire » – la reproduction à l’identique de résultats par des chercheurs différents sous des conditions constantes – est, dans la plupart des cas, tout à fait inadéquat dans la mesure où sa mise en œuvre ne peut être tenue pour un objectif réaliste. Nonobstant les facteurs d’incertitude qui affectent leurs travaux, les quantitativistes se voient comme ceux qui « prouvent » ce qu’ils affirment : les chiffres sont là ! Ils font généralement preuve de scepticisme face aux comptes rendus de recherches qualitatives car ils n’y trouvent pas les instruments de preuve auxquels ils sont accoutumés. Il en résulte une attitude générale de condescendance à l’égard de leurs collègues qui ne s’expriment que sur le mode narratif. On leur concèdera cependant volontiers que la recherche qualitative est fréquemment le refuge de chercheurs peu soucieux de méthode, paraissant croire qu’il suffit de « goûter le spectacle de la vie » et de se fier à des intuitions non contrôlées pour faire œuvre authentiquement sociologique.

Un objet difficilement discernable

11La perspective sociologique a quelque chose de très particulier qui la distingue de constructions d’objets propres à d’autres sciences humaines ; elle ne se développe pas à partir d’un objet dont l’existence était admise antérieurement par le sens commun : elle crée véritablement son objet. Au départ, la sociologie est littéralement invention du social. Non seulement la réalité de cet objet ne va pas de soi mais il conserve quelque chose de profondément contre-intuitif et se heurte à des évidences de la connaissance ordinaire. La notion de « social », au sens sociologique du terme, introduit du collectif là où tout paraît s’expliquer par le choc des individualités. L’adoption de ce point de vue particulier n’entraîne pas seulement des conséquences d’ordre cognitif. C’est une image nouvelle de l’être humain en société qui apparaît. Dans mon livre Les Paradoxes de la sociologie, j’ai choisi de présenter cet objet difficilement discernable sous quatre rubriques distinctes correspondant à quatre chapitres de l’ouvrage : l’omniprésence du collectif qui émerge de comportements individuels tout en pesant sur eux, les phénomènes d’interdépendance dont les conséquences peuvent être tout à fait inattendues, les contraintes structurelles qui balisent la liberté d’action des individus, les inégalités récurrentes qui mettent à mal les aspirations égalitaires. On pourrait certes imaginer un autre mode de présentation, mais il s’agissait surtout de s’éloigner d’une image floue de notre discipline, mettant en évidence l’étude des problèmes sociaux et les techniques érigées en méthode.

12L’omniprésence du collectif ne se conçoit bien que dans le cadre d’une conception relationnelle de la sociologie, à l’écart de l’opposition factice holisme-individualisme qui ne nous a que trop longtemps divisés. Le collectif, contenu dans la relation interpersonnelle la plus élémentaire, peut être vu métaphoriquement comme un bagage – social, culturel, historique – ayant contribué à faire des protagonistes ce qu’ils sont et les poussant à agir et à réagir d’une certaine façon. Si l’influence produite par une relation est réciproque, elle est généralement asymétrique car elle met en œuvre des ressources inégales. Ceci revient à dire que le social, tel que nous l’entendons, n’est pas seulement présent dans les relations entre les humains ; il est présent en chacun d’eux. Chaque individu est en quelque sorte imprégné de social. L’humain et le social sont consubstantiels et c’est par nature que l’être humain est un être social. Les phénomènes d’interdépendance les plus complexes sont contenus en germe dans cette influence réciproque qui s’exerce au sein d’une relation élémentaire à deux termes. De l’interdépendance s’exerçant au sein d’une relation, on passe aisément à l’interdépendnace entre plusieurs relations et ceci amorce des processus reliant des agrégats de relations plus ou moins institutionnalisées.Les formes variées que peut prendre l’interdépendance reflètent des agencement de rôles divers qui dépendent eux-mêmes de cadres de vie différents. Le concept de rôle social est ici d’importance stratégique essentielle et l’on s’étonne que certains de nos collègues aient pu le juger obsolète. C’est ce concept, manié dans le cadre de la notion de système, qui permet de faire ressortir des principes de compatibilité et d’incompatibilité impliquant des choix pour les individus comme pour les groupes.

13Les innombrables relations interdépendantes constituant une société humaine s’organisent en configurations relativement durables. Une fois stabilisées, ces configurations reposent sur des modalités d’interaction et des positions statutaires indépendantes des individus en cause. Cet agencement de rôles et cette architecture de positions statutaires, c’est ce que nous qualifions habituellement de structure sociale sans trop nous préoccuper de la définir. Le terme recouvre deux notions qui sont distinctes bien qu’elles soient le plus souvent liées : la stabilité et la forme. L’idée de forme, indépendante d’un objet spécifique ou d’un contenu particulier, offre des perspectives à la théorie sociologique par le potentiel de généralisation qu’elle comporte. Les éléments structurels d’un système social limitent le champ des possibles en créant des incompatibilités de fait dans les situations comme dans les processus. Dans de nombreux cas, les restrictions à la marge de variation des comportements sont le produit de la structure des interactions elle-même. Chaque structure peut être ramenée à un ensemble de positions résultant de la stabilisation durable de situations d’interaction. À tous les niveaux et dans tous les domaines, les composantes structurelles des système sociaux mettent en jeu des constantes de la vie en société qui révèlent la possibilité ou l’impossibilité de certaines combinatoires d’éléments. Des configurations de relations présentent leur logique propre qui exclut certaines co-occurrences. La pensée présociologique néglige ces limitations qui agissent comme autant de contraintes qu’on préfère souvent ne pas voir.

14Aucune société, définie comme un enchevêtrement de relations d’où émergent des configurations stabilisées, n’est véritablement égalitaire. Les inégalités observables dans toute société humaine sont le produit des phénomènes d’interdépendance constitutifs du social et des contraintes structurelles qui en dérivent. Le fait de l’inégalité s’ancre donc dans dans les mécanismes essentiels de la vie sociale. En dépit d’utopies persistantes, l’inégalité est consubstantielle au social. Si les mécanismes producteurs et reproducteurs d’inégalités étaient d’ordre purement conjoncturel, on pourrait imaginer des mécanismes permettant de les neutraliser. Mais le jeu des facteurs en cause correspond à des constantes de la vie sociale. Le fait même de l’organisation contient tous les ingrédients d’une théorie de l’inégalité. Lorsqu’on admet la réalité empirique des inégalités de tous genres, on se rend compte que les sociétés complexes reposent sur une pluralité de hiérarchies. Il revient alors au sociologue de chercher à mettre en évidence leurs caractéristiques et leurs principes ordonnateurs. C’est ici, il faut bien le reconnaître, que les théories sociologiques se laissent le plus facilement contaminer par des présupposés idéologiques. Les théories fondées sur la métaphore du marché sont séduisantes de prime abord. Pourtant, pas plus que les différences d’estime ou de prestige, les différences de niveau de vie ne peuvent se ramener au jeu de l’offre et de la demande sans simplifications abusives. L’image de l’homme suggérée par l’analogie du marché est celle d’un individu manoeuvrant en fonction de ses préférences personnelles en dehors de toute influence de son environnement social. C’est un véritable dérapage de la théorie sociologique qui se donne à voir de cette façon. Les théories d’inspiration fonctionnaliste ont un caractère métaphorique tout aussi marqué. Elles impliquent une référence implicite à un modèle organiciste de la société. Autrement dit, elles s’inspirent plus ou moins consciemment des cadres conceptuels des sciences de la vie. Cette orientation entraîne une oscillation constante entre un principe de causalité correspondant bien au projet intellectuel de la sociologie et un principe de finalité qui lui est étranger. Il en résulte des difficultés logiques qui obligent le sociologue à s’appuyer sur la formule très insatisfaisante du comme si. Pour assurer la cohérence des raisonnements, il faut qu’un système social se comporte comme s’il était un organisme vivant. Dans cette perspective organiciste, les tentatives les plus élaborées de trouver une justification rationnelle aux différentes hiérarchies observables se fondent sur le critère de l’importance fonctionnelle. On en arrive ainsi à prendre appui sur le prestige d’une position sociale ou sur le pouvoir qui en découle pour en évaluer l’importance fonctionnelle, ce qui est tautologique.

Des méthodes masquées par des techniques

15Les débats qui agitent les milieux de sociologues sont très souvent centrés sur l’appréciation des mérites de telle ou telle technique de récolte de données dont on privilégie l’usage. On perd ainsi de vue que les techniques sont subordonnées à des méthodes. Les techniques adoptées par les chercheurs en sociologie sont le plus souvent jugées en fonction des possibilités d’établissement de la preuve qu’elles offrent. Mais la fiabilité d’une technique ne peut vraiment s’apprécier qu’à partir d’une réflexion sur la méthode sous-jacente : par exemple, la part de raisonnement inductif ou déductif qu’elle comporte. Ainsi, quand des chercheurs pratiquent l’observation participante, ils peuvent sembler totalement démunis de procédures de contrôle de leurs observations. Toutefois, lorsque les séquences d’observation s’inscrivent, comme chez Barney G. Glaser et Anselm Strauss, dans une stratégie d’« analyse comparative continue », la preuve de ce qu’on avance est fournie graduellement par la cohérence de l’ébauche de théorie qui émerge peu à peu des observations de terrain. Lorsqu’on se hausse au niveau de la méthode, on se rend compte que la véritable opposition ne se situe pas entre la quantification et l’absence de quantification mais entre deux logiques différentes. La démarche inductive procède d’une logique de découverte qui se distingue de la logique de vérification logico-déductive animant la mise en œuvre de techniques plus standardisées. Dès lors, les exigences de validation ne se présentent pas de la même façon. À l’encontre des plans expérimentaux ou quasi-expérimentaux de la logique de vérification classique, l’analyse comparative continue s’inscrit dans une logique de découverte qui progresse selon un schéma arborescent où chaque fait d’observation supplémentaire affine et précise l’état antérieur des connaissances déjà obtenues.

16Contrairement à ce qu’imaginent de nombreux sociologues, les méthodes qu’ils pratiquent consciemment ou non ne sont pas complètement différentes de celles que mettent œuvre sans trop y penser les gens dont ils font l’objet de leurs analyses. Il s’agit en effet du prolongement et de la systématisation de procédés empiriques de la vie de tous les jours. Dans la vie quotidienne, les individus ne cessent de se classer entre eux selon les critères les plus divers. Dans les sciences humaines comme dans les sciences de la nature, les procédés de classification apparaissent comme la phase initiale de toute analyse rationnelle. Qu’il soit question de plantes, d’insectes ou d’hommes, il s’agit toujours de débroussailler le terrain pour y voir plus clair. Dans la classification des catégories sociales tout comme dans la classification des espèces naturelles, une forme de réduction de complexité prend appui sur la construction de types. Un certain nombre de théories sociologiques désormais classiques ont pour base des conceptualisations fondées essentiellement sur des opérations de classement. Le recours indispensable à la notion de rôle social offre un exemple de l’importance stratégique du classement. Car la théorie du rôle repose sur des classements et n’a pu progresser qu’à l’aide de classements. Au sens sociologique du terme, le rôle est le comportement typique d’une certaine catégorie d’individus. Dans la mesure où le classement constitue une opération de mise en ordre et de simplification de la réalité, il peut constituer une première étape vers l’explication. Qu’on se situe dans une logique inductive ou dans une logique déductive, classer est une manière d’introduire des variables qui « font une différence ». La recherche sociologique repose autant sur la comparaison que sur le classement. On classe pour pouvoir comparer mais on compare pour pouvoir classer. La comparaison résulte d’un mécanisme mental aussi général que le classement et l’on pourrait aller jusqu’à dire qu’elle est indispensable à toute réflexion quelque peu élaborée. Logiquement, la comparaison et le classement s’impliquent mutuellement. Dans une séquence de recherche toutefois, l’une et l’autre de ces opérations correspondent à des moments différents. Le classement met en évidence des régularités. Au-delà de ces régularités, la comparaison fait apparaître des contrastes qui demandent à être explorés plus avant. Pour la recherche sociologique, l’identification claire des objets à comparer constitue un véritable défi. Mais c’est la sagesse des nations qui nous rappelle qu’il convient de ne pas comparer « des pommes et des poires ».

Le métier de sociologue

17Notre métier de sociologue consiste à mettre en évidence une certaine logique là où le sens commun ne voit qu’absurdité. Mais il est exclu qu’un progrès de l’analyse sociologique puisse être attendu de débats centrés sur la vieille dichotomie rationnel-irrationnel. Ce dilemme comporte une dimension évaluative à laquelle il n’est guère possible de se soustraire. Accepter de se placer dans une telle perspective, c’est courir le risque de se laisser entraîner à des valorisations implicites. Les essais de classement des comportements et des actions sur la base d’un critère de rationalité ne débouchent sur aucun progrès cognitif. La cohérence peut néanmoins être admise quand bien même l’idée de rationalité semble dénuée de pertinence ou dangereusement polluée par des jugements de valeur. Un jugement d’irrationalité est plus révélateur de l’état d’esprit de l’observateur que de l’absence de logique des actions observées. On attend de la sociologie qu’elle explique les phénomènes sociaux qu’elle s’est donné pour tâche d’étudier. Encore faut-il s’entendre sur l’objet et sur la nature de l’explication. L’idée même de cause est chargée d’ambiguïtés. On n’en veut pour preuve que la nécessité d’opérer une distinction entre la cause au sens strict et la cause au sens large. En sociologie, on favorise généralement la notion de cause au sens large car les phénomènes étudiés se prêtent mal au déterminisme monocausal. L’importance des grands nombres pour la constitution du savoir sociologique ne doit pas donner à penser qu’une relation entre variables établie sur le mode statistique a automatiquement une valeur explicative. Expliquer c’est d’abord comprendre. Lorsqu’il s’agit de faits humains, une étape mentale de compréhension est le préalable indispensable de toute tentative d’explication. Il n’en reste pas moins que la compréhension, au sens technique du terme, reste le maillon faible de toute argumentation sociologique. C’est par elle que la subjectivité du chercheur s’introduit subrepticement dans les raisonnements. Le risque est grand de juger d’application universelle des raisonnements qui ne sont valables que pour un certain milieu, à une certaine époque. Comme si les deux démarches intellectuelles n’étaient pas liées, certains chercheurs en sociologie penchent vers la compréhension, d’autres vers l’explication. Les premiers s’attachent à comprendre les raisons qu’on peut avoir de se comporter d’une certaine façon. Les seconds s’emploient à expliquer les comportements par des causes qui leur sont extérieures. Les uns et les autres se condamnent à une vision partielle des mécanismes de la vie en société. Raisons et causes ne sont pas des catégories exclusives l’une de l’autre. Les plus grands des sociologues ont spontanément combiné explication et compréhension en montrant que les raisons des individus et des groupes sont au nombre des causes à prendre en considération.

Un certain regard

18Au-delà de la préférence accordée à telle ou telle technique de recherche ou d’analyse, la sociologie est un certain regard jeté sur la vie en société ou, si l’on préfère, une certaine manière de conceptualiser la vie sociale. Il ne s’agit pas de tenir pour négligeables les aspects techniques de la pratique de la sociologie mais bien de les transcender pour mettre en évidence les procédés de conceptualisation et les modes de raisonnement qui les sous-tendent. Le regard sociologique substitue à l’image habituelle d’une multitude d’individus animés par leurs passions et leurs préférences personnelles, la vision volontairement sélective d’interactions structurées par les éléments formels de la vie sociale. Il en résulte une entreprise originale d’élucidation du monde qui nous entoure. Comme démarche intellectuelle et comme discipline institutionnalisée, la sociologie est partie prenante au débat actuel sur le relativisme. Elle l’est dans la mesure où elle est confrontée au relativisme cognitif et moral comme objet de réflexions et de recherches. Mais elle l’est surtout car la pensée sociologique, il faut bien le voir, est elle-même pétrie de relativisme. Pour la sociologie moderne, un problème majeur est de préserver la possibilité d’un regard judicieusement relativisant tout en échappant à un relativisme idéologique dont on ressent de plus en plus les effets paralysants.

Haut de page

Bibliographie

Boudon R. (2010), La Sociologie comme science, Paris, Éditions La Découverte.

Coenen-Huther J. (2012), Les Paradoxes de la sociologie, Paris, Éditions L’Harmattan.

Passeron J.-C. (2006), Le Raisonnement sociologique, Paris, Éditions Albin Michel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Coenen-Huther, « La sociologie est-elle une science ? », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4097

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page