Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Explication sociologique et domination sociale

Pour une épistémologie clarifiée de la sociologie de la domination
Michel Messu

Résumés

La domination est un concept central de l’analyse sociologique. À tel point qu’une sociologie de la domination en a fait le maître mot de ses explications. Cet article retrace les acceptions qu’a pu recevoir cette notion dans l’histoire de la pensée et dans la sociologie contemporaine. Il dégage les difficultés théoriques dans lesquelles verse une sociologie de la domination qui l’inscrit comme moyen et fin de sa démarche et engage le sociologue à clarifier un peu mieux le statut explicatif qu’il reconnaît à ce mot.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colloque international co-organisé par Sino-France Organizational Study Center, Sun Yat-Sen Univers (...)

1Dans un appel à propositions, le comité scientifique du colloque « Sociologie des nouveaux rapports de pouvoir et des formes actuelles de domination » 1 a estimé que « ce qui fait société, ce sont en tout premier lieu les relations asymétriques qui s’établissent entre les individus. » La définition est précieuse qui circonscrit l’unité de compte du social et indique le medium par lequel celle-ci en vient à composer ce social, et surtout précise la caractéristique première dudit medium : l’asymétrie. L’appel prenait même soin de préciser que : « si nous ne voyons pas la nécessité de réinventer une théorie téléologique de la société, à tout le moins, il importe pour nous de décrire ces rapports asymétriques dans la modernité d’aujourd’hui. »

2Avec cette définition et l’optique analytique proposée, nous pouvons en effet reparcourir une bonne partie de l’histoire théorique et conceptuelle de la sociologie de la domination et, peut-être plus fondamentalement, dégager les écueils épistémologiques sur lesquels elle en est venue à buter.

3Pour ce faire, nous procéderons par des sortes de carottages géologiques dans l’épaisseur de l’histoire factuelle et théorique de la discipline. Des strates analytiques que nous dégagerons, nous tenterons d’en retirer les éléments qui permettent de penser leur variété ou leurs variations. Ce qui nous autorisera, ensuite, à spécifier les termes dans lesquels les relations asymétriques entre les individus peuvent être tenues pour le moteur d’une forme ou d’une autre de la domination, et peuvent donc recevoir un statut explicatif dans l’entreprise sociologique.

4En effet, dans sa volonté de rechercher les lois de composition des ensembles sociaux dont elle se proposait de comprendre et d’expliquer la formation, le développement, le maintien et/ou le déclin, la permanence et/ou le changement, la variation progressive ou la mutation radicale, etc., la sociologie a volontiers fait appel à ces théories téléologiques et globalisantes qui ont su, à des degrés variables, mettre la notion de domination au cœur de leur entreprise explicative – produisant ce retournement, qui a longtemps affecté les sciences sociales de la seconde moitié du xxe siècle et par lequel la domination, de phénomène à expliquer devenait principe de l’explication, de variable à expliquer devenait variable explicative.

5On sait comment les fondateurs de la sociologie ont très tôt cherché à rendre compte des asymétries de position sociale et de statut social par de tout autres considérations que celles qui avaient prévalu antérieurement. Si le rationalisme des humanistes de la Renaissance renonce aux explications d’évidence dérivant de l’ordre social institué, il faut attendre la « révolution » scientifique (voire scientiste) des Lumières et de ses avatars en termes de sciences sociales pour que la domination pensée comme une asymétrie de condition puisse recevoir une explication qui en appelle à des variables « cachées ».

Dominare, variations sur une vieille idée

6En latin, dominare représente l’exercice de la souveraineté par le dominus, le maître des lieux et des âmes. D’emblée s’y rencontrent deux questions relatives au rapport qui lie « souverain » et « sujet », « dominant » et « dominé » : celle de l’obéissance à la contrainte que représente cet exercice de la souveraineté et celle de la légitimité non pas tant de celui qui l’exerce que de la manière dont il l’exerce. Nous avons là les deux thèmes qui vont traverser toute l’histoire de la philosophie politique et que reprendront, à leur manière, les sciences sociales, la sociologie au premier chef. En effet, l’exercice de la souveraineté réclame bien sûr un souverain qui l’exerce et à propos duquel pourra toujours se poser la question de sa légitimité au regard dudit exercice. Toutefois, la question est plutôt périphérique puisqu’elle reçoit des réponses en termes de légalité – la souveraineté est-elle ou non usurpée ? – ou en termes de justice – est-il « juste » qu’elle soit exercée par ce souverain-là ? Bref, la question du statut de la légitimité du souverain est une question dérivée à l’endroit de ce que l’exercice de la souveraineté, de l’exercice de la domination, peut vouloir dire.

7Plus centrale en effet est la question de savoir ce qui pousse les sujets du souverain, les dominés, à accepter la domination, à s’assujettir, à obéir au souverain. D’Étienne de La Boétie à Max Weber et Pierre Bourdieu, nous avons là la filiation d’un thème sociologique qui ne cessera de croître en importance théorique. Si Étienne de La Boétie donne valeur d’axiome à la proposition selon laquelle la domination tyrannique du souverain n’a cours qu’autant qu’on lui obéit, « soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres » dit-il (La Boétie, 2004, p. 18), elle permet d’abord à l’analyste de rechercher ce qui pousse les « sujets » d’un souverain à se maintenir dans la servitude. Étienne de La Boétie va dégager plusieurs sources à cette servitude volontaire. L’une d’elles est une vieille recette de tous les tyrans : distraire les sujets, leur offrir des jeux et autres divertissements, bref, les étourdir, les endormir, les abrutir, avec ces miroirs aux alouettes. C’est le Panem et circenses de Juvénal apprécié du point de vue du dominant. Encore que Étienne de La Boétie ne l’envisage que sous l’angle de la manipulation des consciences et écarte les formes d’évergétisme, de redistribution philanthropique et autres formes d’assistance sociale. Une autre recette, tout aussi largement utilisée par les tyrans, procède par la flatterie et mobilise la cupidité et les désirs d’honneur qui habiteraient nos consciences. De là à pratiquer la corruption et autres formes de clientélisme, il n’y a qu’un pas. D’autant plus vite franchi qu’il peut être généralisé pour l’intérêt bien compris de chacun et le désagrément de tous. Mais au-delà des formes coercitives de domination du souverain sur ses sujets, ce que révèlent ces recettes est la propension du peuple à l’obéissance, ce qu’Étienne de La Boétie appelle l’habitude. Et cette habitude qui, comme l’écrit Étienne de La Boétie, « exerce un si grand empire sur toutes nos actions, a surtout le pouvoir de nous apprendre à servir » (La Boétie, 2004, p. 23). C’est pourquoi il pourra affirmer que « la première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude » (Ibidem, p. 27)

8La thèse d’Étienne de La Boétie, revient à fonder l’obéissance ou l’acceptation de la servitude sur un argument psychologique ou, si l’on veut, une disposition suffisamment répandue pour qu’elle produise cet effet de soumission collective lorsqu’elle se trouve agrégée en un groupe, une communauté, un peuple. Ce n’est donc pas d’abord la contrainte externe exercée par le souverain qui crée l’asymétrie relationnelle, et donc la domination, pour Étienne de La Boétie. Ni même les « recettes » appliquées pour l’obtenir. Pour lui, les hommes ne sont pas dominés « soit parce qu’ils sont contraints, soit parce qu’ils sont trompés » (Martuccelli, 2004, p. 469). Ils le sont parce qu’ils ne valorisent pas suffisamment leur liberté, parce qu’ils ne refusent pas massivement de servir, parce que leur servitude est « volontaire ».

9On pourra discuter longtemps de cette posture théorique d’Étienne de La Boétie. Remarquer notamment qu’elle fait fi des conditions de possibilité pragmatique du refus de servitude alors que l’histoire est lourde de ces dernières et qu’elle n’a pu avoir cours parfois qu’au prix de sacrifices humains incommensurables. Il n’empêche, on ne manquera pas de noter que cette posture n’a d’intérêt théorique qu’autant qu’elle souligne l’importance de la relation tant dans la soumission que dans la domination. En somme, qu’elle fait de la soumission et de la domination une relation dialogique.

10En un sens on peut dire que la réflexion philosophique et sociologique n’aura de cesse de tester la validité de la proposition boétienne. Les théories du « contrat social » et leur prolongement contemporain du côté des théories de la justice sociale reprennent à leur manière les termes de la dialogique. Les thèses marxiennes ne sont pas loin de retrouver le fond problématique d’Étienne de La Boétie. Transformons l’habitude en idéologie et nous obtenons le processus par lequel la soumission se fait fondamentalement de manière indolore. Idéologie dominante ou opium du peuple, c’est toujours processuellement de la servitude volontaire. Ajoutons, avec l’habitus bourdieusien un mécanisme psychologique de duplication par une procédure d’intériorisation/extériorisation, et la servitude volontaire devient la trame sur laquelle vont pouvoir se penser tous les rapports sociaux.

Quand la domination rencontre la sociologie et réciproquement

11C’est qu’en effet, la sociologie, dès ses pères fondateurs, s’est proposé de rendre compte de la propension des individus sociaux à se conformer aux règles, à accepter les « contraintes », fussent-elles les plus rigoureuses. Émile Durkheim consacre même une bonne partie de la seconde préface des Règles de la méthode sociologique à souligner combien l’acceptation des mécanismes de la « contrainte sociale » est centrale dans l’exercice sociologique, dans l’entreprise d’explication des « faits sociaux » comme il choisit de le dire. Et s’il distingue ce qui nous contraint de l’intérieur (les « habitudes » qui « nous dominent du dedans ») de ce qui agit sur nous du dehors (« croyances et pratiques sociales »), c’est d’abord pour asseoir l’idée que la contrainte sociale est une composante de la vie en société et que ce qui caractérise la vie sociale est bien fondamentalement la soumission aux contraintes du social. Particulièrement sous la forme d’institutions. C’est ce qui permet à Émile Durkheim d’écrire : « en même temps que les institutions s’imposent à nous, nous y tenons ; elles nous obligent et nous les aimons ; elles nous contraignent et nous trouvons notre compte à leur fonctionnement et à cette contrainte même. » (Durkheim, 1981) Autrement dit, la compréhension du régime de domination dans lequel nous plonge toute relation sociale fournit à la fois le cadre problématique de l’entreprise sociologique et l’objet sur lequel va pouvoir s’appliquer la démarche singulière du sociologue.

12Quand Max Weber se demande quelles « qualités personnelles » il faut reconnaître tant chez ceux qui donnent les ordres que chez ceux qui s’y soumettent, il reste dans le même esprit sociologique : celui de la quête de la relation qui produit « puissance » (Macht), « domination » (Herrschaft), « discipline » (Disziplin). On sait que c’est à la notion de domination que Max Weber va surtout consacrer ses analyses (c’est le chapitre 3 d’Économie et société). Rappelons la définition qu’il donne de la domination :

« Nous entendons par "domination" […] la chance, pour des ordres spécifiques (ou pour tous les autres), de trouver obéissance de la part d’un groupe déterminé d’individus. Il ne s’agit cependant pas de n’importe quelle chance d’exercer "puissance" et "influence" sur d’autres individus. En ce sens, la domination (l’"autorité") peut reposer, dans un cas particulier, sur les motifs les plus divers de docilité : de la morne habitude aux pures considérations rationnelles en finalité. Tout véritable rapport de domination comporte un minimum de volonté d’obéir, par conséquent un intérêt, extérieur ou intérieur, à obéir » (Weber, 1995, p. 285).

13Mais pour Max Weber, et par postulat méthodologique, l’établissement « dogmatique » ou l’existence « idéale » d’une norme sociale, n’est pas suffisant pour en établir la « réalité ». Il convient encore d’en établir l’effectivité. C’est-à-dire, qu’une « autorité qui a prétention à donner des ordres déterminés soit effectivement suivie dans une large mesure », « qu’un ordre soit effectivement exécuté ». Bref, qu’un enchaînement causal puisse être établi, non pas tant sur le plan psychologique – celui qui laisse une grande place à la « suggestion » ou à l’« intuition » –, que sur le plan sociologique – lequel est à rechercher du côté de la croyance que nous formons en la légitimité de la domination. « Toutes les dominations, affirmera Max Weber, cherchent à éveiller et à entretenir la croyance en leur légitimité. » (Weber, 1995, p. 286) En somme, c’est du côté de la légitimité de la domination que Max Weber oriente la compréhension sociologique de l’obéissance. Ce qu’il présente, dans les textes qui formeront Économie et société, sous le double rapport de la probabilité d’effectuation et sous celui d’une typologie « idéale-typique ». Ce sera la célèbre trilogie : domination rationnelle-légale ; domination traditionnelle ; domination charismatique. Ces types de domination légitime wébériens sont suffisamment bien connus pour qu’il ne soit pas nécessaire à notre propos de les présenter plus avant.

14Soulignons seulement que Max Weber apporte ici une précision de taille par rapport à Étienne de La Boétie quant à ce qui peut motiver notre propension à la « servitude volontaire » – pour reprendre la formulation de ce dernier. La croyance en la légitimité du dominant ne relève pas, en effet, d’une faiblesse inhérente à l’humain, c’est d’abord une valeur sociale. Une valeur constitutive de la sociation, du pouvoir de « faire société ». On pourrait presque dire une valeur d’attribution positive quand elle était seulement négative chez Étienne de La Boétie.

La domination revisitée par la sociologie de la domination

  • 2 Ce en quoi Pierre Bourdieu est profondément durkheimien.

15C’est aussi cette dimension qui traverse les travaux d’un Pierre Bourdieu lorsqu’il reprend à nouveau frais l’analyse de la domination sociale. On sait qu’au-delà de la description de la distribution asymétrique des positions sociales occupées par les individus, Pierre Bourdieu se propose de rendre compte du mécanisme éminemment social par lequel les individus se persuadent de leur légitimité à occuper cette position. Et il va le faire en cherchant à montrer que ladite légitimité s’obtient par un double mécanisme d’intériorisation et d’extériorisation de ce qui se donne pour « le » légitime, pour l’ordonnancement légitime du social, pour ce qui constitue le principe même du légitime. Autrement dit, Pierre Bourdieu se propose de préciser le mécanisme wébérien de l’adhésion au légitime, d’ajouter une strate de socialité audit mécanisme, au sens de processus socialement agencé, fût-il, on va le voir, éminemment psychologique 2. Pour Pierre Bourdieu, la croyance en la légitimité du dominant est non seulement fonctionnelle, elle n’opère pas seulement dans la réalisation d’un ordre social établissant l’asymétrie des positions sociales, elle opère d’abord au titre de mécanisme psychologique de fabrication de la croyance elle-même. Elle est aussi, pourrait-on dire, existentielle. Pour le dire avec d’autres mots, la croyance ne comporte pas seulement un contenu, disons un contenu de croyance, elle est encore un processus psychologique d’adhésion, un mécanisme cognitif d’adhésion au contenu de croyance. Ce que Bertrand Russell appelait, pour sa part, l’« émotion de la croyance ». Et précisait-il : « l'émotion n'est pas une relation avec les objets de la croyance, mais un fait mental nouveau, causé peut-être par la croyance, mais tout à fait distinct d'elle. » (Russell, 2002)

16Pierre Bourdieu, de son côté, aborde la dimension psychologique de la croyance, via la procédure de l’habitus. Celle-ci est en effet censée fournir cette forme d’émotion de la croyance par laquelle, selon lui, le contenu de croyance va recevoir son apparence d’évidence, va recevoir ce statut cognitif de l’« allant de soi ». De ce point de vue on doit noter que la procédure de l’habitus est plus complexe que le renversement idéologique auquel Marx soumettait nos croyances, notamment celle en la légitimité de l’ordre social et le type de domination qu’il organisait. On peut dire que la sociologie de la domination professée par Pierre Bourdieu est une tentative de repenser la domination elle-même et la servitude volontaire qu’elle présuppose (le plus souvent), ni comme une simple faiblesse humaine, ni comme un évident contenu de croyance. Mais, comme le résultat d’un mécanisme mental par lequel s’opère individuellement l’adhésion à un contenu de croyance qui, du coup, va pouvoir se donner comme relevant de l’ordre naturel des choses, comme « allant de soi ». Cependant, comme l’ambition de la sociologie de la domination de Pierre Bourdieu est d’établir le caractère socialement déterminé du mécanisme afin de s’assurer du caractère socialement efficace de son application, la charge de la démonstration repose de ce fait tout entière sur ledit mécanisme mental. Et c’est là toute la difficulté, même si Pierre Bourdieu en accepte la possible variabilité.

17En effet, si la variation est possible, que ne conduit-elle à la redistribution des positions, donc à la mobilité sociale comme on la qualifie parfois ? La logique de la reproduction ne saurait donc être pensée dans les termes de la reproduction ne varietur, fût-elle seulement celle des positions théoriques dans une sorte de modélisation idéaltypique de ce que l’on appellera la reproduction sociale.

18À moins que, et c’est peut-être ce que suggère la thématique des champs chez Pierre Bourdieu, que ladite reproduction ne varietur… de la domination, ne concerne que la structuration du social. Quelle que soit par ailleurs la variété des émotions de la croyance et des contenus de croyance que l’on relève au niveau des individus. Individus pourtant, on s’en souvient, seuls susceptibles via l’opérativité de leur habitus d’obtenir, pour le plus grand nombre la servitude volontaire et pour tous, la croyance en la légitimité de la position occupée. Dès lors, et si la théorie des champs vient seulement établir que, quels que soient les enjeux et le dénouement des variations de structuration des habitus, il se retrouve toujours une asymétrie entre les positions ou, devrait-on dire, une polarisation de positions, aussi bien sur le plan théorique que sur le plan empirique, alors la domination fait figure d’ontologie sociale. Ce qui revient à dire qu’il ne saurait y avoir d’homogénéisation ou d’uniformisation sociale.

19En somme, la sociologie de la domination accouche d’une souris. La sociologie de la domination, après avoir tenté de préciser son modus operandi, s’enferre dans une sorte de déploration du constat de la perdurance de la domination, une déploration de la domination comme phénomène de structuration sociale. Un peu comme Étienne de La Boétie était conduit à déplorer la « faiblesse » humaine. Ce qui est déjà au-delà de toute explication ou compréhension sociologique stricto sensu.

Quel statut épistémologique donner à la domination ?

  • 3 Pierre Bourdieu définit ainsi la violence symbolique : « La violence symbolique est, pour parler au (...)

20Que la domination soit donc un enjeu de conflit idéologique, social et politique, il n’y a là rien d’étonnant eu égard aux seules définitions que nous venons d’envisager. Que la servitude volontaire soit un constat sociologique déplorable au regard des valeurs sociales d’autonomie de l’individu, de la conscience éclairée dont il est censé faire montre et de sa capacité à agir démocratiquement – lorsque la démocratie est pensée autrement que comme un instrument formel de domination, justement ! – il n’y a là finalement rien d’incompréhensible. Ou, pour le dire dans le vocabulaire du sociologue, que la servitude volontaire ou encore la violence symbolique, si l’on adopte le lexique bourdieusien 3, soit aux antipodes d’une conception politique et sociale d’une société démocratique constituée d’individus éclairés, responsables et volontaires, rien là d’irrecevable. Qu’elle puisse être effectivement un enjeu de luttes sociales lorsque ce constat prend la forme d’injustices sociales et politiques, d’asservissement d’individus, de groupes sociaux ou de peuples, c’est la capacité d’indignation du citoyen (fût-il sociologue) qui se trouve convoquée. Pour autant, cela prend malgré tout l’allure d’un paradoxe théorique. D’un paradoxe théorique qui, lui, réclame tout autre chose que l’indignation du citoyen et l’action du militant. Il réclame la compréhension rationnelle, « scientifique » diraient d’aucuns, tenue au principe de la démarche sociologique.

21La sociologie de la domination, à la Pierre Bourdieu par exemple, entend bien produire cette compréhension rationnelle. Et pour ce faire, elle entend se situer dans une démarche d’élaboration théorique des instruments conceptuels (les concepts de champ, d’habitus, de violence symbolique… en témoignent). Elle procède qui plus est, car ce n’est pas toujours le cas, à une progression théorique cumulative puisque, comme nous venons de le faire, on peut inscrire l’apport bourdieusien dans une histoire problématisée de la notion de domination, dans une reconstruction de son « profil épistémologique » comme aurait pu le souhaiter Gaston Bachelard. Enfin, elle autorise une (re)problématisation de la question de la domination dans des termes qui se veulent échapper à l’alternative de l’atomisme et du holisme, de la faiblesse psychologique de l’individu et de l’irréfragable puissance des formes de la contrainte sociale. Elle entend centrer la compréhension sur un mécanisme qui, opérant à l’échelle de l’individu, n’en est pas moins un mécanisme socialement élaboré. Et l’on pourrait même ajouter, tant en termes d’instruments d’élaboration, c’est-à-dire de représentations, d’images mentales, de mots pour les dire, d’adhésions cognitives…, qu’en termes d’efficace social, de conduites, comportements, engagements sur des valeurs, etc. C’est bien sûr ici que l’usage que va faire Pierre Bourdieu des notions d’habitus, de violence symbolique, champ, etc. reçoit toute sa portée conceptuelle et épistémologique.

22Eu égard à l’histoire singulière de la pensée de la domination à laquelle nous nous sommes livré, on était en droit d’attendre de l’apport bourdieusien un complément de précision, d’affinement des procédures individuelles d’adhésion à la croyance en la légitimité de la domination. Or, les notions d’habitus, de violence symbolique, champ, etc., disent autrement la chose, mais n’en font guère progresser la compréhension. Par-delà les définitions proposées, le nœud problématique reste celui de la compréhension de ces opérations impensées de la pensée par lesquelles l’individu adhère à la croyance en la légitimité, abonde dans la justification de l’allant de soi, ou, pour paraphraser Kant, recouvre le schématisme transcendantal de la domination. Plus que de clarifier le modus operandi de l’opération, la sociologie de la domination à la Pierre Bourdieu épaissit le mystère et pousse l’interprétation soit vers un hyperdéterminisme social – la domination domine et le dominé et le dominant, et la domination est à elle-même son propre principe de reproduction –, soit vers une analytique de l’inconscient – généralement laissée aux bons soins d’autres disciplines, exceptée peut-être, l’auto-socio-analyse de Pierre Bourdieu soi-même.

23Accordons toutefois que dans ses analyses circonstanciées, par exemple celle de la domination masculine, Pierre Bourdieu s’astreint à dégager certaines des procédures opérationnelles (homologies des représentations, représentation par oppositions binaires, etc.) Et pourtant, même dans ces cas-là, la boîte noire (la camera obscura de Karl Marx), celle de l’impensé de la pensée de la domination qui conduit à la servitude volontaire, celle de l’opérativité des notions d’habitus, de violence symbolique, etc., laisse en suspens la compréhension du processus qui avait conduit Étienne de La Boétie à disserter sur la servitude volontaire et à déplorer la faible capacité de désobéissance des hommes.

24Ne faudrait-il pas également regarder du côté du refus de la domination, des capacités de récuser la soumission, du pouvoir d’affranchissement des individus en quelque sorte ? N’y a-t-il pas là aussi quelque chose qui puisse rendre compte des conditions d’opérativité des procédures de soumission à la domination ? La proposition recouvre tout à la fois les modalités pratiques par lesquelles s’effectuent l’esquive de la domination et le statut théorique de ces modalités dans la compréhension de ce que la domination signifie sur le plan sociologique. Les approches empiriques, qu’elles soient à tonalité psychologique, ethnographique, voire sociologique, mais aussi les considérations plus historiques, particulièrement celles relatives à l’histoire politique, ont multiplié les cas d’espèce d’esquive de la domination. Ne peut-on demander que la sociologie théorique de la domination les incorpore dans son corpus réflexif. Ce faisant, elle sera amenée à penser la domination sous les traits non pas de l’implacabilité de sa procédure mais sous ceux de la conditionnalité de son résultat.

25D’autant plus que, épistémologiquement parlant, la sociologie de la domination, pas plus que la sociologie de n’importe quelle relation sociale d’ailleurs, fût-elle asymétrique, ne peut se contenter de raisonner sur un seul des deux termes tant de la relation que de ce que produit la relation. Là encore, le tout de la relation ne se trouve pas épuisé par la fréquence d’observation de telle ou telle occurrence de réalisation. La compréhension du sens de la relation doit pouvoir incorporer l’exception – elle-même autorisée par la relation – dans le schéma d’explication. S’en tenir à la seule explication de la réalisation la plus fréquemment observée c’est prendre le risque de prendre l’observation conjoncturelle pour le principe structurel. Et c’est bien ce que l’on a pu reprocher à la sociologie de la domination bourdieusienne (Gruel, 2005).

26La sociologie de la domination n’échappe donc pas à l’enjeu épistémologique de l’explication rationnelle. Ou bien intégrer dans le schéma explicatif l’exception, l’écart à la règle, le cas aberrant, le pathologique, etc., au risque de devoir sortir d’un schéma explicatif simple ou de premier degré. Ou bien évacuer l’écart, l’aberration, l’exception pour s’en tenir au général, au conforme et, le plus souvent, au déjà connu, et produire un schéma explicatif ad hoc, généralement conventionnel, en tout cas conforme aux attentes implicites de la sélection factuelle préalablement réalisée.

27En d’autres termes, pour ce qui est de la sociologie de la domination, l’enjeu épistémologique se situe finalement entre, d’une part une explication ad hoc, fût-elle de philosophie sociale et politique, celle de Étienne de La Boétie, ou de « sociologie engagée », celle de Pierre Bourdieu, pour laquelle la domination est valeur sociale dont il convient de combattre l’effectuation et, d’autre part, une explication de type proposition théorique (provisoire) susceptible de prendre place dans une théorie, sociologique en l’occurrence, plus large. Dans un cas la domination reçoit valeur d’objet politique à démystifier, dans l’autre d’objet sociologique à expliciter. Dans le premier on peut se satisfaire d’une explicitation de la, ou d’une des procédures d’effectuation de l’exercice de la domination. La servitude volontaire d’Étienne de La Boétie ou la violence symbolique de Pierre Bourdieu sont, de ce point de vue, des clés homothétiques d’une même question philosophique : comment rendre compte du phénomène de la domination ? Dans le second cas, l’explication devra pouvoir rendre raison à la fois des phénomènes observables de la fréquence de la domination et de son exception, de la norme et de sa déviance en quelque sorte. Comme il se fait – ou devrait pouvoir se faire – en sociologie du contrôle social. Dans ce cas, la domination ne saurait être tenue pour une valeur à apprécier et/ou à combattre, elle devient une modalité d’effectuation d’un rapport social dont le schéma explicatif incorpore la possibilité de son échec. Ce qui n’interdit pas que, par ailleurs, on puisse en déplorer la réussite, ou s’en réjouir.

28Dans cet esprit, la ligne d’analyse proposée par Max Weber dans sa sociologie générale et surtout dans sa sociologie des religions, notamment dans Confucianisme et Taoïsme, peut garder toute sa pertinence. Il assoit en effet son analyse de la domination sur la considération du poids qu’y tiennent les « conduites de vie » (Lebensführung) aussi bien dans la sphère religieuse que dans celle de l’économie. C’est même là que les mobiles individuels à l’obéissance ou à la désobéissance vont pouvoir se forger et opérer, fournir l’ethos, l’habitus, qui structure et oriente ces « conduites de vie », ces « prises de position » pratiques. Ainsi les « dispositions d’esprit » (Gesinnungen), comme les nomme encore Max Weber, participent-elles de l’imputation causale qui autorisera le sociologue à passer du registre « idéaliste » ou « idéel » de la religion au registre « matérialiste » ou pragmatique de l’action (économique, étatique…) et ce sans déterminisme ou fonctionnalisme rédhibitoires. Ainsi les religions, singulièrement les religions « cosmocentriques » asiatiques, tel le confucianisme, vont-elles pouvoir représenter dans l’analyse wébérienne un cas d’espèce particulièrement éclairant d’une logique de domination. La formation d’une bureaucratie prébendiaire, dont le confucianisme fournira l’éthique de corps (Stand), rend compte des formes spécifiques de la domination dans la Chine impériale. Puisque, comme le notera François Chazel, « c’est […] à une couche incapable de mettre en question, au plan politique, le pouvoir personnel de l’empereur qu’il est revenu d’assumer, dans la durée, une sorte de prééminence culturelle » (Chazel, 2002, p. 651). Et, comme le précisera pour sa part Jean-Pierre Grossein dans sa Présentation de Confucianisme et taoïsme, « une religion doit d’abord avoir acquis une position d’orientation dans la conduite de vie de couches sociales socialement décisives avant de pouvoir devenir un facteur de façonnement d’une société. » (Grossein, 2000, p. XVII) On est donc loin de l’implacabilité d’une procédure, de l’inéluctabilité de son résultat, mais plutôt dans l’opérativité relative d’une culture (Bildung).

  • 4 Voir sur ce point Wilhelm Hennis, 1996 [trad. franc]. Voir aussi François-André Isambert (2004, pp. (...)

29Dès lors on comprend mieux le programme comparatif et problématique que Max Weber poursuivra dans L’éthique économique des religions universelles afin, dira-t-il, de replacer l’Éthique protestante « dans la totalité de l’évolution de la civilisation » 4 : il ne s’agira pas moins que de fournir les fondements de sa sociologie de la domination. D’où l’intérêt de son texte Confucianisme et Taoïsme. Mieux, ce faisant, Max Weber se refusera à faire de cette « sociologie de la domination », et de la « science » en général, un principe de rationalité à même de guider chacun (ou le peuple) dans sa « conduite de vie », un principe d’action politique donc. C’est d’ailleurs, par parenthèse, là aussi le sens de la « neutralité axiologique » qu’il professe. Les tensions et les « conflits des ordres de vie » – sociaux dirions-nous aujourd’hui – relèvent donc moins de la science sociologique que du politique ou de l’éthique – dans le sens large que lui donne Max Weber. On le voit, chez lui, la domination n’a pas foncièrement valeur d’objet politique à démystifier, mais essentiellement d’objet sociologique à expliciter.

  • 5 Laquelle, rappelle-t-il dans Économie et société, « offre au travail historique empirique simplemen (...)

30Ainsi, la domination, pour le sociologue, est d’abord à comprendre et à expliquer dans son opérativité historique et sociale. Elle est d’ordre conceptuel. C’est là tout le sens et l’intérêt de la « typologie sociologique » de Max Weber 5. Une sociologie de la domination « en général » ne s’impose donc nullement. Elle ne s’indique que dans l’analyse empirique. Elle fournit un instrument utile pour la compréhension de l’objet d’étude que l’on poursuit.

31On voit donc sur quoi sont venues buter les sociologies de la domination qui ont pris celle-ci pour objet. Elles ont transformé le concept en objet réifié et du coup ont inversé l’opérativité de la démonstration. Elles ont confondu l’ordre conceptuel et l’ordre historique empirique. Dans ces conditions, la domination ne participe plus de l’explication de l’objet d’étude, elle devient l’objet de l’explication. Autrement dit, l’objet d’étude empirique ne reçoit plus l’éclairage du concept, il en vient à illustrer la réification du concept.

Conclusion

32En somme la sociologie de la domination est grosse d’un enjeu épistémologique qui réclame que l’on se penche sur la question de savoir ce qui, dans une compréhension strictement sociologique (au sens où nous l’avons ci avant entendue), apporte l’explication (au sens encore où nous l’avons ci avant entendue) la mieux établie et partant la plus convaincante. Il paraît clair que ce n’est pas en s’engageant dans une téléologie réifiante de la domination que nous pouvons espérer y aboutir. L’explication tourne court puisqu’elle n’envisage les formes empiriques de domination que pour établir l’existence de « la » domination. Une sociologie de la domination dans ce sens n’est plus qu’une métasociologie ou idéologie sociale. Une « science » de pouvoir, aurait peut-être dit Max Weber. Pour le moins, une de ces « prophéties professorales » que celui-ci honnissait par-dessus tout.

33Pour autant, ce n’est pas dire que toute sociologie de la domination soit à bannir. Il s’en faut, et nous avons reconnu, tant chez Pierre Bourdieu que chez Max Weber ou Émile Durkheim, qu’elle avait à contribuer et à la compréhension des phénomènes étudiés, et à leur théorisation sociologique. Lesquelles, avons-nous pu constater, sont loin de s’inscrire dans une même perspective épistémologique. De là notre question relative au statut épistémologique à donner à la domination.

34Maintenant, resterait à préciser par quel cheminement y arriver. Est-ce par une démonstration usant de concepts collectifs (le peuple, la classe, la fraction dominée de la classe dominante, etc.) ou par une démonstration en appelant aux capacités rationnelles et stratégiques – fussent-elles limitées –, aux facteurs de « conduite de vie » – pour rester dans le vocabulaire de Max Weber – des acteurs ? Lesquels peuvent de surcroît être déclinés individuellement ou collectivement. Autrement dit, l’option portant sur la charge explicative devient pour la sociologie de la domination un enjeu central pour arrêter le genre dans lequel entend opérer la démonstration. C’est sous condition de clarification de ces enjeux qu’une sociologie de la domination peut trouver sa pertinence.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. & L. Wacquant (1992), Réponses, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (1998), La Domination masculine, Paris, Éditions du Seuil.

Chazel F. (2002), « Observations autour et à partir de Confucianisme et taoïsme », Revue française de sociologie, n° 43-4, pp. 643-651.

Durkheim É. (1981 [1895]), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Grossein J.-P. (2000), « Présentation » , dans Weber M., Confucianisme et taoïsme, Paris, Éditions Gallimard.

Gruel L. (2005), Pierre Bourdieu, illusionniste, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Hennis W. (1996), La Problématique de Max Weber, Paris, Presses universitaires de France.

Isambert F.-A. (2004), « L’Éthique des grandes religions et l’esprit de Max Weber », Archives de Sciences sociales des Religions, n° 127 (juillet-septembre).

La Boétie É. de (2004 [1549]), Le Discours de la servitude volontaire ou le contr’un, [en ligne], URL : http://classiques.uqac.ca/

Martuccelli D. (2004), « Figures de la domination », Revue française de sociologie, n° 45-3, pp. 469-497.

Russel B. (2002), Théorie de la connaissance. Le manuscrit de 1913, Paris, Éditions Vrin.

Weber M. (1995 [1921]), Économie et société, Paris, Éditions Pocket-Plon.

Weber M. (2000 [pour la trad. franc et la présentation]), Confucianisme et taoïsme, Paris, Éditions Gallimard [titre original : Konfuzianismus und Taoïsmus in Gesammelte aufsätze zur religionssoziologie, I].

Haut de page

Notes

1 Colloque international co-organisé par Sino-France Organizational Study Center, Sun Yat-Sen University, le Centre Franco Chinois de Recherches sur les Organisations de Hong Kong et l’AISLF, Canton, 11-12 octobre 2010.

2 Ce en quoi Pierre Bourdieu est profondément durkheimien.

3 Pierre Bourdieu définit ainsi la violence symbolique : « La violence symbolique est, pour parler aussi simplement que possible, cette forme de violence qui s’exerce sur un agent social avec sa complicité ». (Bourdieu & Wacquant, 1992, p. 142)

4 Voir sur ce point Wilhelm Hennis, 1996 [trad. franc]. Voir aussi François-André Isambert (2004, pp. 9-32).

5 Laquelle, rappelle-t-il dans Économie et société, « offre au travail historique empirique simplement l’avantage – qu’il ne faut tout de même pas sous-estimer – de pouvoir donner, dans un cas particulier, des indications sur une forme de domination […], et cet autre avantage de travailler en même temps au moyen d’un concept à peu près clair. » Et, ajoute-t-il aussitôt, « Nous sommes ici aussi loin que possible de croire que la réalité historique se laisse "emprisonner " dans le schéma conceptuel. » (Weber, 1995, p. 290).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Messu, « Explication sociologique et domination sociale », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4198

Haut de page

Auteur

Michel Messu

Université de Nantes et GEPECS Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, France - michel.messu@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page