Navigation – Plan du site
Nouveaux rapports de pouvoir et formes actuelles de domination

Le consentement fatal : pouvoir et domination aujourd’hui

Jan Spurk

Résumés

L’actuelle situation de crise(s) remet la sociologie devant le double défi intellectuel fondateur de notre discipline : tout d’abord comprendre la société en crise et particulièrement les rapports de pouvoir et de domination ; ensuite lier les compréhensions au développement de la société vers un avenir meilleur. L’article montre qu’on subit la crise, que les acteurs de la crise sont quasiment absents des visions du monde en crise ainsi que des analyses sociologiques de ce monde. Éviter la compréhension des rapports de pouvoir et de domination mène sur le plan scientifique à l’impossibilité de comprendre la société actuelle et ses potentiels de développement. Exclure cette question des visions du monde rend les acteurs incapables de construire des projets en vue d’un avenir meilleur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L titre de cet article pourrait sembler être une provocation ou une absurdité, car – au moins en Europe et en France – on constate de plus en plus de conflits très durs et souvent violents, non seulement dans les entreprises mais également dans d’autres secteurs de la société ainsi que sur le plan politique. Le fatalisme ne semble pas de mise et le consentement rare. En effet, on constate un paradoxe : d’un côté, il existe un large consentement dans la vie sociale et politique. Il est, par exemple, la base de « l’empire Europe », comme Ulrich Beck caractérise la conjonction des États-nations et des institutions européennes (Beck & Grande, 2007). Ulrich Beck appelle cette base le « consensus ». De l’autre côté, on trouve des conflits massifs et souvent durs qui expriment, a minima, le désaccord avec la situation dans laquelle les acteurs de ces conflits vivent.

2Mon hypothèse est que nous n’avons pas affaire à une contradiction – consentement versus conflits – qui porterait en elle la possibilité d’être dépassée, mais que nous avons affaire à un véritable paradoxe – consentement et conflits – qui ne dispose pas de potentiel de dépassement. Ainsi, on comprend l’absence de projet d’avenir, à l’exception des projets de prolongation, d’aménagement et d’adaptation à l’hétéronomie sociale existante. Cette hétéronomie semble quasi-naturelle aux acteurs et – pour cette raison – inévitable et indépassable. Il leur reste la nostalgie d’un passé meilleur. C’est ce qui donne à notre époque son caractère profondément réactionnaire (Hirschman, 1991).

Crises et conflits

3Comment en sommes-nous arrivés là ? Nous sommes arrivés dans cette situation paradoxale en nous adaptant – souvent bon gré mal gré – aux nouvelles contraintes et hétéronomies, mais également aux opportunités que ces situations présentent pour les individus. Ma génération, par exemple, n’a connu que des situations de crises et des discours de crise. Dès les années 1970, les sciences sociales, la presse mais également les hommes politiques et les acteurs de la société civile caractérisent ainsi notre monde social et économique. Quelques exemples : la crise du pétrole dans les années 1970, la crise du marché du travail depuis les années 1970, des crises économiques, la crise écologique etc., bref : des crises importantes et profondes. En outre, constatons simplement que cette société, en crise depuis si longtemps, existe encore. Les différentes crises n’ont pas sonné le glas du capitalisme. Au contraire, ce dernier reste très solide et, depuis des décennies, sans alternative sérieuse. Constatons deuxièmement que nous vivons en Europe plutôt bien dans cette société, malgré les problèmes, les scandales et les crises qui émergent quasi quotidiennement.

4Cette succession de crises nous a libérés de beaucoup de contraintes et hétéronomies des structures sociales traditionnelles, par exemple des classes sociales et des familles traditionnelles. C’est pour cette raison que l’adaptation aux situations qui changent de plus en plus vite (le speeding-up dont la sociologie des années 1990 a beaucoup parlé) se fait de plus en plus individuellement, aussi bien dans les entreprises que dans les autres secteurs de la société. Le pouvoir et la domination n’ont pas pour autant disparu ; bien au contraire, ils sont omniprésents mais de plus en plus anonymes et insaisissables pour les individus. Ils semblent inévitables, indépassables et naturels ; c’est-à-dire qu’ils sont devenus pour les individus une « seconde nature », comme on le dit dans la tradition des théories critiques. On comprend maintenant mieux qu’un certain fatalisme et un certain consentement se sont installés (au moins) en Europe.

5Pourtant, les conflits évoqués montrent que le pouvoir et la domination ne sont pas incontestés. Le fatalisme et le consentement ne sont pas parfaits et ils ne peuvent pas l’être, par ailleurs. Les conflits ont lieu actuellement dans une situation de crise (encore une, mais une profonde) dans laquelle dominent des visions du monde que l’on pourrait résumer ainsi : « nous avons subi une catastrophe ; nous devons nous en sortir ». Selon l’image usée jusqu’à la corde : tout le monde est dans le même bateau ; cependant, il y en a qui rament et il y en a qui dirigent le bateau. Tout le monde sait cela, mais ce qui importe le plus est d’éviter que le bateau coule. Le consentement domine dans une société que la sociologie nous présente toujours comme profondément individualisée et déstabilisée. Cependant, elle est très stable parce que les subjectivités ne dépassent que rarement le cadre établi de cette société.

6Pourtant, ces dernières années, on constate – par exemple en France – que les conflits collectifs ont généralement éclaté là où on ne les attendait pas, ainsi dans les banlieues en 2005, ou dans les universités et les entreprises en 2009 et 2010. Les entreprises ont été considérées comme pacifiées grâce la modernisation depuis les années 1980 et grâce aux nouvelles formes de management. Or, en 2009 et en 2010, des conflits durs éclatent dans différentes branches et on retrouve des formes de conflits très traditionnelles (grèves, grèves-occupations, séquestrations, menaces de destruction de l’outil de travail ou l’usine etc.). On pourrait citer les exemples de Saupiquet (agro-alimentaire), IKEA (ameublement) et Total (énergie) en 2009 ou, en 2010, Continental (pneumatiques), New Fabris (mécanique), Caterpillar (mécanique) ou Molex, sans oublier les nombreux conflits dans la fonction publique et particulièrement dans les transports et dans les écoles. Le journal Le Monde (dossiers et documents) a bien résumé le vécu de ces conflits en publiant en 2009 un choix d’articles sur ce sujet qui porte le titre « Travail, le temps de révoltes ».

7Le mot « révolte » convient très bien à ces événements et la notion de révolte nous permet la compréhension du paradoxe « consentement et conflit ». Je reviendrai plus bas sur la notion de « révolte », mais d’abord quelques remarques rapides sur les acteurs de ces conflits. Sans entrer dans les détails, retenons que nous trouvons dans ces conflits aussi bien les anciens « damnés de la terre » que les membres des « classes moyennes » déclassés (bien que cette expression n’ait pas beaucoup de sens pour un sociologue), dans les banlieues des marginaux, dans les entreprises les prolos et dans les universités les profs ! Bref, on y retrouve ceux que l’on croyait individualisés et bien intégrés dans la société ou – au moins – désireux de l’intégration. On constate que ces populations très différentes sur les plans économique, social et culturel ont en commun le manque de reconnaissance ; soit ils ne l’ont jamais eue, soit ils l’ont perdue.

8Les révoltes de 2005 dans les banlieues n’ont pas été des révoltes communautaires mais de très violents rappels de la volonté et de l’exigence de ces acteurs d’être intégrés dans la société ; cette intégration est une vieille promesse non tenue. Les ouvriers se sont mobilisés pour le maintien du statu quo et non pas pour son dépassement. Les enseignants-chercheurs dans les universités se sont mobilisés pour le rétablissement de l’université de leurs années d’études, une université qui n’existe plus depuis longtemps. En général, l’enjeu des conflits des dernières années n’est pas le dépassement mais le maintien du statu quo ou le retour à la bonne vie du passé. On ne peut pas et on ne veut pas s’imaginer une autre vie. Les menaces de la vie établie et les manques matériels, affectifs, les manques de sens et de reconnaissance se transforment dans le regret du passé et souvent dans le rêve de le rétablir.

« Le temps des révoltes », le consentement et le fatalisme

9La société actuelle correspond largement, malgré son dynamisme apparent et malgré le speeding-up, à une « société bloquée » (Hoffmann, 1963), une société au sein de laquelle les révoltes se développent généralement. Cette société étouffe les quêtes d’avenirs, car – comme Jacques Ellul l’écrivait déjà dans les années 1960 – « le progrès et la mobilité sont arrêtés par des facteurs externes ou par un consensus social tendant à un équilibre social non remis en question, même s’il y a des conflits politiques, car le consensus social n’est pas identique, ni même traduit par le consensus politique » (Ellul 1969 [2008], p. 43).

  • 1 Albert Camus a certainement beaucoup contribué à la compréhension des révoltés, pourtant ce sont su (...)

10C’est pour cette raison que le consentement et les conflits coexistent et que, dans les dernières années, on a souvent constaté que les souffrances des sujets peuvent se transformer en véritables révoltes souvent très violentes. Les révoltes n’appartiennent donc pas au passé ou aux pays instables sur les plans politique et institutionnel. Pourtant, les révoltes ne font pas partie de l’essence humaine 1. C’est dans une situation historique concrète que les sujets considèrent leur vie quotidienne comme insupportable. « Le révolté dit non. On a atteint la limite » (Ellul, 1969 [2008], p. 14). Dans les révoltes dominent des sentiments d’humiliation, de mépris et d’atteinte de l’intolérable. On se souvient de la supplique des ouvriers de Saint-Pétersbourg au tsar en janvier 1905 où on lit : « Nous sommes arrivés à ce moment terrible où mieux vaut la mort que la prolongation de souffrances insupportables ». Notez bien que ces ouvriers se sont adressés au tsar, au dominant, pour qu’il soulage leurs souffrances !

11Les révoltés expriment leur souffrance de ne plus pouvoir continuer la vie qu’ils ont menée jusque-là. Ils accusent les « responsables » de leur misère, des hommes clairement identifiables : des « boucs émissaires » (Adorno et alii, 1952). Les traders ont joué ce rôle de boucs émissaires dans la dernière crise financière ; les patrons voyous en sont un autre exemple. Les évidences jouent un rôle énorme dans ces mobilisations, par exemple le scandale que provoquent les entreprises qui font du profit et qui cependant licencient. Les analyses, les argumentations et les explications intéressent peu.

12Ce n’est pas pour construire une autre vie, une vie meilleure, qu’on se révolte. Le révolté, constate Jacques Ellul, « conçoit […] son histoire comme une fatalité, un destin – et c’est dans le désespoir qu’il dit non… à la faim [ou à d’autres manques] de demain. Et c’est pourquoi la révolte est bien ancrée dans l’histoire : seulement, c’est une histoire qu’on refuse […] La révolte est un soulèvement titanesque faisant craquer les choses, sans avenir prévisible » (Ellul, 1969 [2008], p. 16). Dans la révolte, le valet se bat pour sa place au sein de la société existante.

13Le désespoir et non pas « le principe d’espoir » (Bloch, 1959 [1973]) ainsi que la mort et non pas la vie meilleure à l’avenir sont au cœur de la révolte. Celle-ci se réfère au passé où les « choses allaient mieux ». Ainsi, la révolte n’a pas d’avenir, car les révoltés le conçoivent comme l’aggravation fatale de leur présent qu’ils ne supportent plus. Bien sûr, dans l’histoire il y a eu des révoltes qui ont fait tomber des puissants et des dominants, mais elles n’ont jamais construit une autre société. « Le révolté ne va que vers la mort […] La mort lui est devenue préférable à la vie. Le choix inconscient, en même temps que la tentative désespérée pour devenir le destin font que toute révolte est légitime » (Ellul, 1969 [2008], p. 23). C’est pour cette raison qu’aujourd’hui on comprend et on compatit facilement avec les ouvriers qui se battent pour sauver leurs emplois, même si la légalité n’est pas toujours respectée.

14Les révoltés se mobilisent contre ce qu’ils vivent comme « progrès » qui empire leur situation. Cependant, peut-on sincèrement envisager le dépassement de cette situation ? Comment et pourquoi ? On sait que le temps des grands récits, c’est-à-dire le temps du projet de société du mouvement ouvrier, est loin derrière nous. Doit-on rappeler, en outre, que les révolutions, au moins dans le monde capitaliste depuis le xviiie siècle, n’ont pas produit les avenirs radieux escomptés mais de véritables contre-finalités ? Ce constat est extrêmement connu et représente un argument cher aux défenseurs du statu quo. Ce qui, en revanche, nous importe dans ce constat, est le fait que ces révolutions ont été menées par des hommes qui ne considéraient pas leur situation misérable comme le destin de l’homme et le progrès comme une sorte de loi naturelle qui s’impose fatalement pour rendre leur situation encore pire qu’elle ne l’est actuellement. Pour eux, l’avenir meilleur était possible. Le cours de l’histoire n’était pas prédéterminé, l’histoire restait à écrire et c’est eux qui étaient en train de l’écrire. Malgré cela, leurs espoirs et leurs actions ont produit de véritables contre-finalités. Cette expérience, largement exploitée sur les plans médiatique et idéologique, pèse lourdement sur les individus. Le regard sur l’entreprise nous permet de mieux comprendre ce fatalisme.

Subjectivité en entreprise

15Rappelons que les entreprises, afin d’exister, doivent mobiliser les subjectivités pour créer la marchandise. Elles doivent gagner la volonté des sujets de s’y investir. Mais par quels moyens et à quel prix ?

16Si l’on se penche sur les entreprises d’aujourd’hui, quel contraste entre la situation actuelle et la situation des années 1980, qui a été très spectaculaire, « positive » et souvent fascinante, mais également profondément ambigüe et contradictoire – et ce, pas seulement pour ce qui concerne les existences en entreprise ! Tout d’abord, le déclin des anciennes formes du lien social, particulièrement de la classe ouvrière, a été largement vécu comme une sorte de libération imposée d’un moule conservateur et étouffant. Bien sûr, le mot libération est dans ce contexte un contresens, car on ne peut libérer que soi-même.

17Ensuite, cette libération des contraintes d’autrefois fait que les individus se retrouvent seuls, « jetés » dirait Jean-Paul Sartre et « délaissés » comme le dirait Martin Heidegger et, par conséquent, angoissés, parce que les repères et les balises traditionnels de leur vie dans l’entreprise et en dehors de l’entreprise deviennent flous ou disparaissent. Le pouvoir et la domination deviennent de plus en plus abstraits, anonymes et insaisissables.

18On doit également rappeler que la grande dynamique multiforme des entreprises ainsi que l’enthousiasme moderniste des années 1980 et 1990 ont radicalement mobilisé la subjectivité des individus. Depuis, la subjectivité est au centre des stratégies managériales. On a pu constater de véritables adhésions à des projets d’entreprise qui permettaient aux individus de retrouver une certaine stabilité, une certaine sérénité et une certaine sécurité calmant leurs angoisses existentielles. Cela a été particulièrement le cas des entreprises communautaires, car la communauté est conçue pour l’éternité. Pourtant, aujourd’hui nous connaissons également le prix très élevé de cette mobilisation.

19Dans cette grande vague de modernisation s’actualise et se modernise également « l’insécurité sociale » (Castel, 2009). Des fragmentations de plus en plus profondes se manifestent, aussi bien dans la société que dans les entreprises. Tout comme dans les entreprises, les individus se ressentent à nouveau comme des objets en dehors de l’entreprise également : d’abord, comme objets des liens sociaux sériels ; ensuite comme objets de forces hétéronomes qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ne maîtrisent pas – par exemple la mondialisation, le taux de rentabilité, les marchés, etc. Ces vécus s’installent durablement et augmentent souvent l’angoisse existentielle des individus.

20Les changements au sein des entreprises vont de pair avec ces évolutions : la déstabilisation (souvent volontariste) des structures établies, l’appel direct et exigeant à l’individu, ses compétences, sa responsabilité, le rythme de plus en plus rapide et de plus en plus dense, le court terme généralisé, les exigences croissantes de travail et de disponibilité…

21Pour les individus qu’elle organise, l’entreprise est pourtant également stabilisante et les salariés demandent cela. Leur existence en entreprise permet la fuite de leurs angoisses existentielles. Or, dans les entreprises, on détruit, souvent systématiquement et consciemment, cette situation trop inerte pour mobiliser les sujets et leur subjectivité à court terme. Quelle entreprise fait encore des projets à moyen terme ? Cette instabilité croissante, les virages pseudo-stratégiques à vue, etc., impliquent des arrachements courants des individus à leur situation en entreprise. Souvent les situations sont a priori définies comme fluctuantes. Les sujets s’y trouvent comme des plantes qui ne peuvent pas prendre racine. Cela fait mal, cela crée des souffrances et des angoisses.

22Les fermetures d’entreprises, par exemple, sont vécues par les salariés comme des catastrophes, un monde s’écroule, non seulement parce qu’ils ont perdu leur emploi et leur salaire, mais surtout parce que leur existence en entreprise est anéantie. Les fermetures d’entreprises et les « charrettes » sans fin les frappent comme une fatalité. Cela est fort déstabilisant et angoissant et pas seulement pour les salariés directement concernés. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’entreprise est devenue l’objet de romans.

23Et c’est pour toutes ces raisons que l’on trouve souvent au centre de l’existence en entreprise la défense du statu quo, qui peut prendre des formes très différentes : de l’arrangement individuel au conflit collectif en passant par les négociations. Ce n’est pas –comme on le dit souvent – une stratégie pour défendre ses privilèges (ce qui, par ailleurs, n’a rien d’immoral) ou une stratégie pour défendre « sa planque ». C’est une stratégie pour survivre dans la honte, car chacun des concernés sait qu’il est reconnu par les autres comme inutile et surnuméraire, ou comme privilégié et parasitaire, etc.

24Enfin, les existences en entreprises sont également caractérisées par le manque de projets d’avenir. Les projets d’entreprise sont de moins en moins crédibles et intégratifs, les mouvements sociaux n’existent plus… Il reste la fuite ? Mais fuir pour aller où ? Ainsi, l’actuel débat sur la retraite en Europe en est un exemple inquiétant : la retraite est considérée comme la fuite nécessaire et définitive de l’existence en entreprise.

25L’opinion publique se recoupe facilement avec le vécu des sujets en entreprise dans le constat que, à quelques aménagements près, il n’y a pas d’alternatives à ces existences ! Pourtant, « la glorification consciente de ce qui est établi indique une période critique de la société et cette glorification devient une source majeure de la menace de la société » (Horkheimer, 1936, p. 362).

Pour conclure

26Cependant, nous avons vu qu’actuellement cette menace ne prend pas une forme concrète et les révoltes n’en font pas partie ; les tentatives de dépassement de la situation, souvent douloureusement vécue, ne sont pas à l’ordre du jour et le fatalisme se renforce. Pour pouvoir créer l’avenir, pour pouvoir être le maître de son destin, il faudrait s’imaginer l’avenir. Il ne s’agit bien sûr pas d’élaborer des spéculations (ce qui est toujours un peu pathétique) sur le grand soir et les lendemains qui chantent, ou de grandes utopies sociales ou encore une énorme rêverie (Rousseau, 1782 [1997]), mais il s’agit de donner de l’importance à notre imagination et à ce dont elle est capable. L’imagination des avenirs possibles n’est ni fantaisiste, ni infinie, ni arbitraire ou complètement volontariste. Elle s’oriente sur « l’horizon d’attente » (Kosseleck, 1979) des sujets et elle permet à ceux-ci de faire des projets. Grâce à leurs projets, ils peuvent s’arracher de leur vie présente et se projeter dans un avenir meilleur, car le présent est vécu comme insatisfaisant, comme un monde de manques matériels, affectifs et surtout comme un monde de manque de sens.

27C’est au sein du présent que les sujets identifient les manques à dépasser et qu’ils fixent leur « horizon d’attentes ». Pour comprendre les avenirs possibles, il faut ainsi également comprendre comment et pour quelles raisons les sujets s’expliquent le présent. Cet article essaie

28Les efforts visant à développer des projets de dépassement se heurtent toujours au « principe de réalité » de Sigmund Freud (1909 [1969]), cette force psychique qui fait que les individus acceptent la réalité et veulent la reproduire comme elle est ou au moins selon la logique existante, c’est-à-dire selon la raison instrumentale. C’est pour cette raison que la tâche principale de la critique du pouvoir et de la domination est la critique de la raison instrumentale.

Haut de page

Bibliographie

Adorno T. W. et alii (1952 [1973]), Studien zum autoritären Charakter, Francfort, Suhrkamp-Verlag.

Beck U. & E. Grande (2007), Pour un Empire européen, Paris, Éditions Flammarion.

Bloch E. (1959 [1973]), Das Prinzip Hoffnung, Francfort, Suhrkamp ; trad. Française : Le Principe Espérance, Tome 1, Paris, Éditions Gallimard, 1976.

Camus A. (1951), L’Homme révolté, Paris, Éditions Gallimard.

Castel R. (2009), La Montée des incertitudes, Paris, Éditions du Seuil.

Ellul J. (1969 [2008]), Autopsie de la révolution, Paris, Éditions La Table Ronde.

Hoffmann S. (1963), À la recherche de la France, Paris, Éditions Alban Michel.

Hirschman A. O. (1991), Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Éditions Fayard.

Horkheimer M. (1936 [1988]), « Egoismus und Freiheitsbewegung », dans Gesammelte Schriften 4, Francfort, Fischer-Verlag, pp. 9-88.

Freud S. (1909 [1996]), « Formulierungen über die zwei Prinzipien des psychologischen Geschehens », Gesammelte Werke, Bd.9, Frankfurt, Fischer-Verlag.

Koselleck R. (1979), Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort, Suhrkamp-Verlag.

Rousseau J.-J. (1782 [1997]), Les Rêveries du promeneur solitaire, Paris, Éditions GF-Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Albert Camus a certainement beaucoup contribué à la compréhension des révoltés, pourtant ce sont surtout ses réflexions sur les révoltes et les révoltés situés qui apportent des arguments à notre effort de compréhension (Camus, 1951). Sa vision d’un homme essentiellement révolté relève pourtant d’une philosophie fort critiquable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Spurk, « Le consentement fatal : pouvoir et domination aujourd’hui », SociologieS [En ligne], Dossiers, Nouveaux rapports de pouvoir et formes actuelles de domination, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4248

Haut de page

Auteur

Jan Spurk

Professeur, Université Paris Descartes, CERSES, Paris, France - jan.spurk@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page