Navigation – Plan du site
La restitution des savoirs

Des savoirs mutants aux public’actions

Caroline Dayer

Résumés

En quoi la façon de concevoir l’élaboration des savoirs interroge-t-elle la problématisation de la restitution et les pratiques restitutives ? La présente contribution propose la notion de savoirs mutants qui déploie une perspective critique sur les concepts de neutralité scientifique, d’objectivité, de frontière, de transformation, de responsabilité et de traduction, notamment. S’ensuit l’explicitation de la conception de la restitution qui en découle ainsi que l’analyse de ses soubassements épistémologiques. La partie centrée sur les public’actions présente une diversité de pratiques restitutives et s’achève sur une mise en perspective des enjeux qui les traversent.

Haut de page

Texte intégral

1Quinze minutes de parole et cinq minutes de questionnement ; cette consigne est caractéristique des interventions lors de congrès internationaux. 45 000 signes, espaces compris, notes de bas de page et bibliographie incluses ; ces normes rédactionnelles se recoupent pour publier dans des revues scientifiques. Partir de ces pratiques de restitution académiques se montre pertinent pour discuter les différents axes présentés dans l’introduction de ce dossier et problématiser la restitution des savoirs : Pourquoi et pour quoi restituer ? (utilité et usages des savoirs produits) ; quoi ? (objet de la restitution) ; quand ? (temporalité de la restitution) ; comment ? (formes de restitution) ; à qui ? (destinataires de la restitution) ; qui ? (personne-s prenant en charge le travail de restitution).

2Si la communication des résultats de recherche fait partie intégrante de l’activité scientifique, les contributions orales dans des colloques et les publications scientifiques s’adressent principalement aux pairs. Par ailleurs, les unes et les autres s’effectuent dans des contextes formels et à travers des modèles standardisés. Face aux limites de ces pratiques et aux dangers de « l’éclipse du savoir » (Waters, 2008) s’est construit un développement épistémologique et méthodologique, fondé sur ce que j’appelle une « matrice critique, politique et éthique » (Dayer, 2010 et sous presse). Dans l’ère de l’économie de la connaissance et de la marchandisation des savoirs, il s’agit d’inscrire les enjeux de la restitution dans un cadre de justice sociale, au sein duquel l’expression de « parité participative » (Fraser, 2004) – que toute personne puisse interagir en tant que pair avec autrui – prend toute son ampleur. Pour ce faire, je m’appuie sur mes recherches qui se situent au croisement de deux principales thématiques, celle de l’éducation-formation d’une part et celle des discriminations d’autre part (sexisme, homophobie, racisme, notamment). Ces travaux ont en commun de dénaturaliser les catégories et de déjouer les dichotomies (i.a. objectif/subjectif ; théorique/pratique ; formel/informel ; masculin/féminin).

3L’objectif de cet article, à partir de cette perspective, consiste à aborder cette question : en quoi la façon de concevoir l’élaboration des savoirs a-t-elle des répercussions sur la problématisation de la restitution et sur ses pratiques ? Traiter de la restitution des savoirs revient à clarifier ce qui est entendu par « savoirs » et par « restitution ». J’explicite donc, dans un premier temps, la façon de concevoir la construction des savoirs que j’adopte puis, dans un deuxième temps, une problématisation de la restitution et ses fondements épistémologiques. Un troisième temps est dévolu à la présentation d’une diversité de pratiques restitutives. Finalement, la conclusion opère une mise en perspective des enjeux traversant la restitution des savoirs.

Savoirs mutants

Épistémologies féministes

4Afin de répondre à la question qui oriente ma réflexion, je propose la notion de savoirs mutants et je m’appuie, pour débuter, sur les épistémologies féministes. Elsa Dorlin définit ces dernières comme une généalogie, au sens de Michel Foucault, consistant en une entreprise pour désassujettir les savoirs inscrits dans la hiérarchie du pouvoir propre à la science, en les rendant capables de lutter contre la coercition d’un discours théorique unitaire. L’interrogation que pointe la généalogie féministe avant même d’examiner la scientificité des discours dominants s’exprime en ces termes : « Quels types de savoir voulez-vous disqualifier du moment que vous dites être une science ? Quel sujet parlant, quel sujet discourant, quel sujet d’expérience et de savoir, voulez-vous minoriser du moment que vous dites : moi qui tiens ce discours, je tiens un discours scientifique et je suis un savant ? » (Foucault, 1997, cité par Dorlin, 2008, p. 14).

5Les épistémologies féministes renvoient à « un savoir indissociablement lié à un mouvement politique qui problématise, notamment d’un point de vue épistémologique inédit, le rapport que tout savoir entretient avec une position de pouvoir, qu’il renforce, renverse ou modifie en retour » (Dorlin, 2008, p. 7). Non seulement l’inscription des savoirs dans des rapports de pouvoir est problématisée mais leur capacité de mutation est également analysée. En effet, ces épistémologies ne se cantonnent pas à produire de nouveaux savoirs mais bouleversent l’économie du savoir lui-même et la font muter : « Le savoir produit par et depuis le positionnement féministe constitue à la fois une ressource cognitive et une ressource politique. Il élucide des conditions matérielles obscurcies et ignorées par le savoir dominant » (Ibid., p. 19). Les épistémologies féministes ouvrent donc un questionnement non seulement épistémique mais également politique, s’érigeant contre les effets de domination et se basant sur un ensemble de savoirs locaux.

Situer et transformer

6Concernant les savoirs locaux, Beatriz Preciado précise que « le lieu de production de savoir et de vie est en mutation » (Preciado, 2005, p. 154), que les « savoirs dominants s’effondrent. […] Parler de cet affaissement des formes et des corps pendant qu’il est en train de se produire est en soi un exercice de révélation tactique » (Ibid., p. 148). Les savoirs muent, mutent et le travail de restitution revient à documenter leurs traces en train de se faire, au sens d’une cartographie mouvante et vivante. Beatriz Preciado invite à repérer les déplacements des savoirs dominants vers une diversité de savoirs locaux, en les inscrivant dans une mémoire politique et en reprenant les questions suivantes : « Les anormaux peuvent-ils devenir experts ? Les subalternes peuvent-ils parler ? (Spivak, 1988) ? » (Ibid., p. 148). Cette interrogation renvoie à la problématique de la neutralité scientifique et de l’universalité. La remise en question partagée des sciences « normâles » a en effet permis de montrer de quelle façon ces dernières ont fait passer comme « neutres et potentiellement universels des intérêts particuliers – liés notamment aux positions de domination masculine, économique, raciale, hétérosexuelle » alors qu’elles ont été « construites à partir des points de vue d’une minorité historiquement privilégiée » (Puig de la Bellacasa, 2003, p. 41). La prétendue neutralité scientifique étant une posture politique (Dorlin, 2008), le concept d’objectivité demande à être discuté.

7Comme le relève Elsa Dorlin, Sandra Harding  dont les travaux renvoient à une refondation épistémologique des sciences à partir d’une perspective féministe  redéfinit le concept d’objectivité, en le nommant objectivité forte (Dorlin, 2008). Ce renouvellement conceptuel implique deux aspects : l’objectivité en science renvoie au principe selon lequel les positionnements politiques des scientifiques doivent être conscientisés et explicités, en raison de leur dimension socialement et historiquement située ; les positionnements des scientifiques ne sont pas tous valables de façon égale : seuls ceux qui remplissent les critères d’une science démocratique le sont. Une manière de tendre à cette démocratie intellectuelle revient à porter attention aux points de vue marginaux permettant de mettre en évidence les intérêts des chercheurs et des chercheuses au sein de la communauté scientifique. Sandra Harding souligne que le concept d’objectivité forte repose sur deux principes : celui d’étrangeté  penser à partir des positions minoritaires  et celui de réflexivité (Harding, 1991).

8En regard des « autorités scientifiques universelles et [des] relativismes culturels, Donna Haraway soutient la possibilité d’un savoir situé comme pratique de l’objectivité subalterne » (Ibid., p. 149), ce qui a initié dans le « féminisme un déplacement des débats épistémologiques sur l’objectivité vers une généalogie politique des savoirs » (Preciado, 2005, p. 148). Donna Haraway « défend les savoirs situés et encorporés contre les différentes formes de prétentions à un savoir non localisable et donc irresponsable » (Haraway, 2007, p. 119). Sans les idéaliser, cette auteure précise que « les points de vue "assujettis" sont privilégiés parce qu’ils semblent promettre des récits du monde plus adéquats, plus soutenus, plus objectifs, plus transformateurs » (Ibid.). En effet, le but visé renvoie à une « traduction plus juste et étoffée du monde », c’est-à-dire à une « science », travaillant la « relation critique et réflexive à nos propres pratiques de domination et à celles des autres » (Ibid., p. 112).

9Une telle perspective comporte à la fois une force épistémique et un pouvoir de transformation. Donna Haraway insiste sur le fait que « le positionnement implique la responsabilité de nos pratiques pour agir » (Ibid., p. 123) et que l’objectivité ne prétend pas au désengagement : elle ne peut pas « être une affaire de vision fixe quand il s’avère que l’histoire du monde porte précisément sur le débat de ce qui compte comme objet » (Ibid., p. 125).

Aux frontières

10Beatriz Preciado relève d’ailleurs que la « guerre des savoirs vampires est une lutte pour le décentrement géopolitique de loci de l’énonciation scientifique » (Preciado, 2005, p. 149) et que la complexité de l’expression savoirs situés ébranle le lieu même de production des savoirs. Cette auteure développe la notion de frontière comme site d’élaboration des savoirs. Les savoirs, n’étant ni délocalisés ni abstraits, réfèrent à une condition « glocale » :

« On habite une multiplicité d’espaces de friction, de zones frontalières. […] Le sujet du savoir situé est un vampire. Il est nécessaire de mordre ou d’être mordu pour savoir. Être témoin de sa propre mutation. Prendre le risque de l’alchimie […]. Voir toujours avec l’autre mais jamais à sa place » (Ibid., pp. 149-154).

11S’ouvre alors un espace éthico-politique, éminemment relationnel, renvoyant à une « relation sociale forte de conversation » : « Les savoirs locaux doivent également être mis en tension avec les structures de production qui imposent des traductions et des échanges inégaux – matériels et sémiotiques – à l’intérieur des réseaux de savoir et de pouvoir » (Haraway, 2007, p. 124). Donna Haraway souligne encore que la science a toujours été une affaire de recherche de traduction et de mobilité de significations, qu’elle nomme réductionnisme, lorsqu’un seul langage veut s’imposer comme l’unique norme pour toutes les conversions, toutes les médiatisations : « Décodage et transcodage plus traduction et critique ; il faut tout prendre. Alors, la science devient le paradigme non pas de la fermeture, mais de ce qui est contestable et contesté » (Ibid., p. 127).

12Eleni Varikas relève à ce propos que ce ne sont pas les nouveaux acquis des sciences qui ont montré « le caractère futile et erroné de tout effort de totalisation ou de systématisation » mais bien l’efficience des contestations rigoureuses des personnes que ces analyses ne prenaient pas en compte, c’est-à-dire celles dont les expériences historiques ont été « passées sous silence ou simplement présumées identiques, dans la construction de nos catégories d’analyse (classe, genre, racisme, pauvreté, etc.). Et ceci parce que la domination, l’oppression, l’exclusion ne sont pas de simples faits de connaissance mais des faits de société » (Varikas, 1993, p. 74).

13Ces aspects mettent en évidence les apports des mouvements sociaux quant à la contestation des savoirs hégémoniques et leur contribution aux avancées scientifiques. Et au sein même des mouvements sociaux, la pensée hégémonique est dénoncée. Comme le cas, par exemple, du blackfeminism au sein du féminisme. La perspective du positionnement réfute la prise en compte des partenaires de l’échange comme simple écran, terrain ou ressource (Haraway, 2007), ces personnes prenant part activement à la recherche et la métamorphosant.

14Se dégage également une critique d’ordre méthodologique : les méthodologies scientifiques hégémoniques, en sciences naturelles comme en sciences socio-humaines, ne sont pas uniquement « incapables de révéler la subjectivité des subalternes, mais produisent plutôt elles-mêmes la condition de subalternité. La question est : comment produire un savoir capable de rendre compte des agencements historiques des sujets subalternisés ? » (Preciado, 2005, p. 150, se référant à Guha & Spivak, 1988). Face au savoir hégémonique prônant le monolinguisme, Beatriz Preciado (2005) appréhende les savoirs situés comme des hétéroglossies au sens de Jacques Derrida (1996) et met en œuvre une « technologie de traduction entre et à travers une multiplicité de langues qui se dressent contre la sur-codification de toutes langues dans un langage unique. […] Pourquoi résister alors que nous pouvons muter ! » (Preciado, 2005, pp. 151-155).

Recherche de restitution

15La notion de savoirs mutants renvoie à une quête de traductions éthiques et responsables ainsi qu’à un travail de cohérence entre recherche et restitution : « Praxis réflexive collective, la recherche est œuvre commune et œuvre ouverte. Elle s’inscrit dans le changement et le mouvement, de par le potentiel d’altération réciproque et permanent qu’elle occasionne et qui l’occasionne » (Dayer, Schurmans & Charmillot, 2014b, p. 32).

  • 1 Pour une discussion critique du terme même de restitution, se référer à cet ouvrage.

16Cette façon de penser la restitution des savoirs se fonde sur une problématisation commune – développée dans un ouvrage collectif (Dayer, Schurmans & Charmillot, 2014a) 1 – qui invite à quitter une conception de la restitution référant à l’étape finale de l’activité de recherche, voire à une phase ultérieure à cette dernière. Elle rompt avec cette acception linéaire de la restitution et envisage cette dernière comme un processus intrinsèque à l’ensemble de la démarche de recherche.

17Afin d’éviter des procédés de précatégorisation, d’assignation et d’uniformisation, je mets ainsi en œuvre une perspective forgée dans la réinterrogation d’une pensée dichotomique et hiérarchisante, dans la prise en compte des expériences de confrontation aux systèmes de classification construits à travers l’histoire, dans la volonté de transformer ces frontières en tensions, dans une investigation de la vie quotidienne et des interactions en cours. Pour ce faire, ma posture de recherche s’inscrit dans l’interactionnisme historico-social et s’appuie sur une démarche compréhensive, envisagée comme un troisième espace de pensée et de pratique, celui des sciences sociales critico-reconstructives, comme le souligne Marie-Noëlle Schurmans (2006) en s’appuyant sur Karl Otto Apel (2000). Jean-Louis Genard précise que ces dernières supposent à la fois un intérêt technique et un intérêt herméneutique dont la complémentarité se base sur un troisième intérêt, à savoir l’intérêt émancipatoire de la connaissance, qui évite « les risques d’absolutisation des deux autres (ni absolument déterminé, ni absolument libre) et éclaire leur nécessaire complémentarité » (Genard, 2003, pp. 101-102). Dans ce sens, la personne n’est pas uniquement envisagée « sous l’angle de son agentité, c’est-à-dire comme soumise au jeu de forces externes et contraignantes, mais également sous l’angle de son actorialité, c’est-à-dire comme réagissant aux événements qui la contraignent, participant à la construction de son histoire et, partiellement, à l’origine de son devenir » (Schurmans, 2003, p. 56). Par rapport à la conception de l’action adoptée, je rejoins Judith Butler qui réfute « le paradigme épistémologique postulant la priorité de l’être sur l’action », en ce qu’il « érige un sujet global et globalisant qui désavoue sa propre localisation de même que les conditions nécessaires à toute action locale » (Butler, 2005, p. 274).

18Afin d’opérationnaliser méthodologiquement ces ancrages épistémologiques, l’entretien de recherche semi-directif, à caractère compréhensif, est envisagé comme un vecteur de création. Il ne correspond pas à une « récolte de données » mais réfère à un dispositif interactif constituant l’occasion d’une co-construction de l’information :

« Les interactions langagières en effet rendent les significations de l’expérience communicables et, par-là, discutables et amendables. Et elles traduisent le travail permanent auquel procèdent les interactants : celui de construire un accord sur l’évaluation de l’expérience et d’identifier l’action qui convient » (Schurmans, Charmillot & Dayer, 2008, p. 304).

19L’entretien de recherche semi-directif permet de faire émerger les significations produites par les personnes en partant de leurs points de vue et de leurs expériences dans un cadre énonciatif interactionnel, tout en évitant une définition de l’objet a priori. Le souci de cohérence entre fondements épistémologiques et opérationnalisation méthodologique se traduit également par la prise en compte du contexte discursif des personnes (Charmillot & Dayer, 2007).

20Il s’agit donc de se centrer sur l’activité scientifique en train de se faire (Latour, 2001), en resituant les enjeux contemporains qui la traversent et en restituant la manière dont elle est « toujours déjà engagée » ainsi que la nécessité, de surcroît pour les sciences sociales, de « parler à la société – avec la société » (Fassin, 2009, p. 313). C’est en suivant cette orientation que je propose différentes pratiques restitutives, pratiques fondées sur la conception de la restitution des savoirs présentée et sur les caractéristiques épistémologiques qui la sous-tendent.

Public’actions

Publications vives et alternatives

  • 2 La question de l’écriture de la recherche constitue un axe transversal de différentes recherches (D (...)
  • 3 Cette plateforme est la suivante : htttp://lemilie.org
  • 4 Le journal en question est le quotidien suisse Le Courrier, qui existe sous la forme d’une version (...)
  • 5 http://www.lemilie.org/images/pdf/2012_co_w24.pdf
  • 6 http://www.lemilie.org/images/pdf/2012_co_w20.pdf
  • 7 http://www.lemilie.org/images/pdf/2012_co_w15.pdf

21De l’insatisfaction liée aux normes de la thèse de doctorat et de l’article scientifique classique a émergé une pratique de divers types d’écriture 2. D’un séjour scientifique, par exemple, je n’emporte pas uniquement dans mes bagages le prolongement de collaborations et d’ouvrages académiques collectifs mais aussi des articles et interviews qui transitent autant par le biais d’une plateforme cross media 3 que par la presse écrite 4. Chaque interview est accompagnée d’un portait qui incarne les propos de l’auteur-e. Il s’agit, par exemple, de l’interview d’Elsa Dorlin : Le féminisme comme discours et pratique de combat 5, de celle d’Éric Fassin : La famille n’est pas une institution naturelle 6 ou de l’article journalistique réalisé suite à différentes rencontres avec Beatriz Preciado 7. La plupart de ces textes sont travaillés de façon interactive.

22Mes propres interventions dans des conférences, des débats et dans les médias (presse écrite et orale) sont teintées d’un travail permanent de traduction (Akrich, Callon & Latour, 2006), qui a dernièrement débouché sur une forme alternative de publication (Dayer, 2014). Cette dernière consiste à dresser un état des lieux de différentes recherches, en sortant des normes académiques standardisées (évoquées dans l’introduction de cette contribution) et en développant des outils de compréhension et d’action concernant des enjeux de société actuels – appelés fréquemment « questions vives ». Traversées par des dimensions scientifiques et sociétales, ces dernières poussent à trouver de nouvelles modalités d’interaction et de restitution, pouvant s’étendre à un registre de politiques publiques.

Actions publiques

  • 8 http://www.federationlgbt-geneve.ch
  • 9 http://preos.ch

23À titre d’exemple, se sont tenues, en 2009, les premières Assises contre l’homophobie et la transphobie – centrées sur l’éducation – à Genève 8. Puis, en 2011, les journées de Prévention du rejet basé sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre chez les jeunes (PREOS), à Lausanne (concernant la Suisse romande) 9. Ces événements ont pour caractéristique d’avoir été organisés par des associations locales. Celles-ci ont travaillé à rassembler des autorités politiques ainsi que des chercheurs et chercheuses sur le plan régional et international, des réseaux luttant contre les discriminations ainsi que des collectifs de parents et d’enseignant-e-s, des professionnel-le-s de l’éducation et de la santé ainsi que des jeunes et, finalement, toute personne intéressée. L’annonce des journées PREOS a notamment été effectuée à travers des séquences vidéo à caractère ludique et des propositions culturelles ont traversé l’ensemble de ces manifestations (théâtre, films, expositions, installations artistiques).

24Suite aux Assises, un DVD ainsi qu’un verbatim ont été produits et une journée de suivi s’est tenue en 2011. Des journées PREOS ont émané différentes recommandations et des rapports disponibles en ligne ont été rédigés, parmi lesquels ceux du groupe Éducation et du groupe Santé. Les vidéos des interventions réalisées lors de ces deux journées ont également été rendues accessibles en ligne. Poursuivant le même souci de circulation des savoirs, les conférences d’ouverture que j’ai données pour ces deux événements ont participé à leur mise en discussion auprès de publics composites. Le fait d’être sollicitée pour les synthèses qui ont clôturé ces manifestations m’a par ailleurs permis de retracer les processus de co-construction qui ont caractérisé ces dernières et d’en dégager des perspectives. Quant à la participation à l’élaboration commune de dispositifs de formation qui ont découlé de ces événements, elle m’offre la possibilité de rester en contact avec différent-e-s partenaires des droits humains, d’intervenir dans des contextes variés (académiques, professionnels, scolaires, associatifs, politiques) et de répondre aux demandes sociales liées aux phénomènes de discriminations.

25Dans la même dynamique, mon investissement dans le comité de pilotage pour l’organisation des Assises contre l’homophobie et la transphobie dans le monde du travail – qui se dérouleront en novembre 2014, à Genève – constitue l’opportunité de prolonger ces travaux, à travers une diversité de sources et de ressources.

26Ces exemples mettent particulièrement en évidence l’incontournable travail collectif et les formes d’engagement qui se déploient, sur un régime public (Thévenot, 2006), dans l’organisation et le suivi de tels événements. Ils mettent en perspective une pluralité de regards et de supports. Parmi ces supports, qu’en est-il de la démarche artistique ? Comment peut-elle engager des pratiques de restitution originales ?

Praxis transphère

27Réalisés en collaboration avec la vidéaste Joanna Osbert, les trois exemples qui suivent émanent d’un travail transdisciplinaire sur les frontières et de la quête d’une diversité de traductions et de modes de circulation des savoirs.

  • 10 http://www.pechakucha.org

28Le premier exemple concerne notre participation à une Pecha Kucha sur le genre à Genève. Les Pecha Kucha 10 sont des présentations de vingt images de vingt secondes chacune, organisées dans plus de 700 localités, au niveau international, à l’adresse d’un public hétéroclite. L’objectif, pour notre présentation, consistait à articuler des concepts scientifiques à des images d’œuvres d’art, à propos du genre. Nous avons ainsi conçu un abécédaire : à chaque lettre choisie correspondait l’association d’un concept et d’une œuvre d’art, dont l’articulation était explicitée.

  • 11 Disponibles sur ce site : htttp://lemilie.org, qui héberge également un autre format interactif : l (...)
  • 12 Lors de la dernière saison de direction (2010-2011) d’Anne Bisang.

29Le deuxième exemple renvoie à une dizaine de vidéos 11 réalisées entre 2010 et 2011. La première, intitulée Regards sur le féminisme, présente une diversité de points de vue sur le féminisme aujourd’hui. La dernière vidéo documente la manifestation féministe du 14 juin 2011. Nourrie par les épistémologies féministes, notre démarche consiste à utiliser une pluralité de vecteurs afin d’incarner les postures féministes et la diversité de leurs revendications contemporaines. Les autres vidéos portent sur différentes représentations jouées dans le cadre de la Comédie de Genève 12 et montrent l’envers du décor d’un spectacle. De la personne qui met en scène aux comédien-ne-s, du choix de la thématique aux images de répétition, le travail sur ces entretiens filmés nous a permis d’expérimenter le parallèle entre le montage d’une vidéo et l’analyse d’entretiens de recherche. Des entretiens filmés, nous avons ainsi cheminé vers l’article vidéo.

30L’article vidéo constitue le troisième exemple proposé et renvoie à un projet en cours. Au croisement de l’article scientifique et de l’essai vidéo, l’objectif visé à travers ce support consiste à proposer une mise en débat interactive sur une thématique. Changeant de norme et de forme, son écriture et son montage à plusieurs mains cherchent des voix et recherchent une voie à travers un format hybride. Sa pertinence réside dans la réalisation d’un court métrage dont l’architecture se base sur la structure narrative d’un article scientifique et se matérialise par l’incorporation d’extraits d’entretiens filmés. L’oral remplace l’écrit, la voix se substitue aux lignes, les visages et les images accompagnent et nourrissent la réflexion et l’argumentaire. De cette façon, les principaux concepts sont « racontés », « incarnés », « situés » et mis en relation par leurs auteur-e-s. En tant que format de publication vivant, l’article vidéo se veut participatif dans ses phases d’élaboration, par la soumission du travail en cours à différentes personnes. Son public et ses lieux de diffusion sont variés : colloques universitaires, enseignements (en présentiel ou à distance), formations, festivals de films de chercheurs et de chercheuses, festivals de films thématiques, débats publics, événements associatifs, notamment. Les échanges et la mise en discussion d’une diversité de regards sont ainsi favorisés dans l’ensemble de la démarche et au sein même de l’article vidéo. Dans ce sens, il devient un outil méthodologique, un médium de diffusion, une plateforme d’échanges, un support d’intervention et d’interaction.

Trans-mission

31L’objectif de cette contribution consistait à participer à la problématisation de la restitution des savoirs et à faire émerger différentes pratiques restitutives. Partant des épistémologies féministes, l’analyse des relations entre savoirs et pouvoirs a conduit à une réflexion critique sur les concepts de neutralité scientifique, d’universalité et d’objectivité ainsi qu’à une centration sur les notions de frontière, de transformation, de responsabilité et de traduction. La notion de savoirs mutants a mis en évidence le fait que les savoirs muent et mutent, qu’ils se transforment et modifient l’économie de la production des savoirs, de même que l’actorialité des personnes, de façon individuelle et collective.

32Les savoirs mutants interrogent la problématisation de la restitution en ce qu’ils poussent à sortir la restitution de l’impensé, en renouvelant non seulement sa conception mais également ses pratiques. Le processus de restitution ne renvoie plus, dans cette perspective, à des gestes étanches et successifs de la recherche mais à une spirale en perpétuel mouvement : « À la linéarité des protocoles de recherches, le renouvellement de la réflexion sur la restitution oppose, […] l’idée de circularité ; à la neutralité et l’extériorité, celle d’engagement politique et social [Dayer, 2009] ; à la distinction entre finalités théorique et pratique, une solidarité entre praxis et analyse » (Schurmans, Dayer & Charmillot, 2014b, p. 31).

33Concernant les axes problématisant la restitution, cités en introduction, je propose l’articulation suivante : une diversité d’auteur-e-s (Qui) produisent du matériau mutant (Quoi) qui, selon les temporalités (Quand) et les adresses (À qui), prend des formes variables et fait preuve d’inventivité (Comment). Les causes et les motifs (Pourquoi et pour quoi) de la restitution relèvent non seulement de la construction des savoirs et de leurs soubassements épistémologiques mais également de l’histoire en train de se faire, traversée par des rapports de pouvoir ainsi que des enjeux scientifiques et sociétaux.

34Face aux savoirs hégémoniques, restituer consiste tout d’abord à resituer. En associant le travail scientifique et celui des mouvements sociaux, l’historicisation participe d’une remise en cause des hiérarchisations, d’une négociation des conventions et de la mise en débat publique de questions politiques. Cette démarche répond à un souci de co-construction, d’accessibilité et de partage des savoirs ; elle renvoie à des propositions d’hétéroglossies, à des actions de restitution « trans » (Dayer, 2013b), à des pratiques de décloisonnement. Ces dernières alimentent un projet général de justice sociale, elles sont l’expression d’une « parité participative » et la concrétisation d’une « démocratie intellectuelle », d’une « science démocratique » et d’une « citoyenneté scientifique ».

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M. & B. Latour (2006), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Éditions de l’École des mines.

Apel K.O. (2000), Expliquer-comprendre. La controverse centrale des sciences humaines, Paris, Éditions Cerf.

Butler J. (2005). Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, Éditions La Découverte.

Charmillot M., Cifali M. & C. Dayer (2006), « L’écriture de la recherche mise en questions », dans Bota C., Cifali M. & M. Durand (dir.), Recherche, Intervention, Formation, Travail : débats et perspectives dans le champ de la formation des adultes, Genève, Éditions de l’Université de Genève, pp. 169-180.

Charmillot M. & C. Dayer (2007), « Démarche compréhensive et méthodes qualitatives : clarifications épistémologiques », Recherches qualitatives, Hors-série, pp. 126-139.

Dayer C. (2005), De l’Injure à la gay pride. Construction sociale de la connaissance et processus identitaire, Genève, Éditions de l’Université de Genève.

Dayer C. (2009), « Modes d’existence dans la recherche et recherche de modes d’existence », Pensée plurielle, vol. 1, n° 20, pp. 63-78.

Dayer C. (2010), Construction et transformation d’une posture de recherche. Examen critique de la pensée classificatoire, Saarbrücken, Éditions universitaires européennes.

Dayer C. (2013a), « Élaborer sa posture à travers la thèse », dans Hunsmann M. & S. Kapp (dir.), Devenir chercheur. Écrire une thèse en sciences sociales, Paris, Éditions de l’École des Hautes études en sciences sociales, pp. 87-103.

Dayer C. (2013b), « TRANSactions », Pensée plurielle, vol. 2, n° 33-34, pp. 193-204.

Dayer C. (2014), Sous les pavés, le genre. Hacker le sexisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Dayer C. (sous presse), « Construction des savoirs et socialisation professionnelle genrées. Une épistémologie du plafond ? », dans Raisons éducatives, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Dayer C., Schurmans M.-N. & M. Charmillot (dir.) (2014a), La Restitution des savoirs : un impensé des sciences sociales ?, Paris, Éditions L’Harmattan.

Dayer C., Schurmans M.-N. & M. Charmillot (2014b), « La restitution : de l’impensable au pensé », dans Dayer C., Schurmans M.-N. & M. Charmillot (dir.), La Restitution des savoirs : un impensé des sciences sociales ?, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 17-33.

Derrida J. (1996), Le Monolinguisme de l’autre ou la prothèse d’origine, Paris, Éditions Galilée.

Dorlin E. (2008), Sexe, genre et sexualités, Paris, Presses universitaires de France.

Fassin E. (2009), Le Sexe politique. Genre et sexualité au miroir transatlantique, Paris, Éditions de l’École des Hautes études en sciences sociales.

Foucault M. (1997), Il Faut défendre la société, Paris, Éditions Gallimard/Seuil.

Fraser N. (2004), « Justice sociale, redistribution et reconnaissance », Revue du MAUSS, n° 23, pp. 152-164.

Genard J.-L. (2003), « Quelques réflexions sur la solution proposée par K. O. Apel à la controverse expliquer-comprendre », dans Zaccaï-Reyners N. (dir.), Explication-Compréhension. Regards sur les sources et l’actualité d’une controverse épistémologique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, pp. 87-113.

Guha R. & G. C. Spivak (1988), Selected Subaltern Studies, New York, Oxford University Press.

Haraway D. J. (2007), « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », dans Allard L., Gardey D. & N. Magnan (dir.), Manifeste cyborg et autres essais. Sciences - Fictions - Féminismes, Paris, Éditions Exils.

Harding S. (1991), Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, Milton Keynes, Open University Press.

Latour B. (2001), Le Métier de chercheur. Regard d’un anthropologue, Paris, Éditions de l’INRA.

Preciado B. (2005), « Savoirs_Vampires@War », Multitudes, n° 20, pp. 148-157.

Puig de la Bellacasa M. (2003), « Divergences solidaires. Autour des politiques féministes des savoirs situés », Multitudes, n° 12, pp. 39-47.

Schurmans M.-N. (2003), Les solitudes, Paris, PUF.

Schurmans M.-N. (2006), Expliquer, interpréter, comprendre. Le paysage épistémologique des sciences sociales, Genève, Éditions de l’Université de Genève.

Schurmans M.-N. (2007), « Construction et devenir du couple : entre individuation et socialité », dans Burton-Jeangros C., Widmer E. & C. Lalive d’épinay (dir.), Interactions familiales et constructions de l'intimité, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 75-88.

Schurmans M.-N., Charmillot M. & C. Dayer (2008), « Processus interactionnels et construction de la connaissance. Élaboration négociée d’une démarche de recherche », dans Filliettaz L. & M.-L. Schubauer-Leoni (dir.), Processus interactionnels et situations éducatives, Bruxelles, Éditions De Boeck, pp. 299-318.

Spivak G. C. (1988), « Can the Subalterne Speak ? », dans Nelson C. & G. Lawrence (dir.), Marxism & The Interpretation of Culture, Basingstoke, Chicago, University of Illinois Press, pp. 271-313.

Thévenot L. (2006), L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éditions La Découverte.

Varikas E., (1993), « Féminisme, modernité, postmodernisme : pour un dialogue des deux côtés de l’océan », dans Riot-Sarcey M., Planté C. & E. Varikas (dir.), Féminismes au présent, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 59-84.

Waters L. (2008), L’Éclipse du savoir, Paris, Éditions Allia.

Haut de page

Notes

1 Pour une discussion critique du terme même de restitution, se référer à cet ouvrage.

2 La question de l’écriture de la recherche constitue un axe transversal de différentes recherches (Dayer, 2005, 2010, 2013a) et renvoie à des interrogations communes (Charmillot, Cifali & Dayer, 2006).

3 Cette plateforme est la suivante : htttp://lemilie.org

4 Le journal en question est le quotidien suisse Le Courrier, qui existe sous la forme d’une version papier et renvoie à un site internet.

5 http://www.lemilie.org/images/pdf/2012_co_w24.pdf

6 http://www.lemilie.org/images/pdf/2012_co_w20.pdf

7 http://www.lemilie.org/images/pdf/2012_co_w15.pdf

8 http://www.federationlgbt-geneve.ch

9 http://preos.ch

10 http://www.pechakucha.org

11 Disponibles sur ce site : htttp://lemilie.org, qui héberge également un autre format interactif : le Tumblr, à savoir une plateforme de microblogage.

12 Lors de la dernière saison de direction (2010-2011) d’Anne Bisang.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Dayer, « Des savoirs mutants aux public’actions », SociologieS [En ligne], Dossiers, La restitution des savoirs, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4758

Haut de page

Auteur

Caroline Dayer

Université de Genève, Suisse - Caroline.Dayer@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page