Navigation – Plan du site
Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations
Autour du politique : de multiples expériences d’enquête

Des publics fantomatiques

Participation faible et démophobie
Mathieu Berger

Résumés

La participation citoyenne observable dans les assemblées de dispositifs d’État est régulièrement critiquée pour son faible impact sur les décisions et actions politiques. Une ethnographie attentive de ces espaces permet de saisir, au-delà de l’absence des effets positifs escomptés, une négativité propre à la « participation faible ». Appliquée à l’interaction démocratique, cette négativité tient, d’un côté, à l’engendrement de réflexes, habitudes et techniques « démophobes » chez les organisateurs de la participation et d’un autre côté, à l’installation dans ces lieux de « publics fantomatiques ». Si ces publics fantomatiques ne sont pas seulement des abstractions (Walter Lippmann), comment suivre leur formation et les étudier comme des réalités en train de se faire (John Dewey) ? L’enquête, menée en Belgique et aux États-Unis, explore trois ensembles de dynamiques : errements, virtualisation et désintégration des engagements citoyens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cité dans Sloterdijk (2010a, p. 61).

Des léopards font irruption dans le temple et s’enivrent avec le contenu des vases sacrificiels ; cela se répète constamment ; au bout du compte, on peut le prévoir à l’avance et cela devient une partie de la cérémonie.
Franz Kafka 1

Introduction

  • 2 Je remercie Joan Stavo-Debauge pour nos discussions autour de ces questions, ces dernières années (...)

1La participation citoyenne observable dans les assemblées de dispositifs d’État est régulièrement critiquée pour son faible impact sur les décisions et actions politiques. Au-delà de l’absence des effets positifs escomptés, une ethnographie attentive de cette « participation faible » permet d’en saisir la négativité 2. Directement appliquée à la relation politique, cette négativité tient notamment à l’apparition et à l’installation dans ces espaces de ce que nous appellerons des « publics fantomatiques ». Dans cet article, nous cherchons à mettre au point une ethnographie de la participation politique capable de dépasser l’opposition classique démarquant, d’un côté, le « public fantôme » de Walter Lippmann, comme « abstraction », « illusion » ou « mythe » et de l’autre, le public bien réel, mobilisé et incarné de John Dewey. Le « public fantomatique » auquel nous nous intéressons, dont nous cherchons à penser les modes de constitution, n’est pas une abstraction. Doté d’une certaine consistance, inscrit dans des dispositifs matériels et institutionnels, dans des corps et des pratiques, dans des perceptions et des mémoires, il est capable d’« apparitions » (Latour, 2008). Il est ce public qui émerge d’expériences négatives de la mobilisation et de la participation, qui naît de pseudo-enquêtes ou de quasi-enquêtes, d’activités civiques « sur-modalisées » ou carrément « fabriquées » (Goffman, 1991). Il est ce public réel privé de prise sur le réel. Son étude représente un défi de taille pour l’ethnographe pragmatiste : comment, en effet, tracer les apparitions d’un tel public et l’aborder comme « une réalité en train de se faire » ? À partir d’une ethnographie de dispositifs participatifs d’État, à Bruxelles et à Los Angeles, des espaces où se joue continûment l’inclusion minimale et problématique de la parole des citoyens, nous proposons une première exploration de quelques-uns des rouages de cette fabrique de « publics fantomatiques ».

2Le premier de ces rouages est relatif aux errements des participants mobilisés dans ces dispositifs. Loin d’être anecdotiques, les situations d’échec communicationnel et d’embarras interactionnel qui impliquent des « citoyens ordinaires » constituent une dimension structurelle de ces expériences (Berger, 2009). Les manifestations les plus éprouvantes de ces errements (hostilité, hystérie, sénilité, fébrilité, ébriété) suscitent chez les organisateurs de la participation une véritable hantise de la parole profane et profanatrice, que celle-ci développe une visée de proposition ou de critique. Cette hantise de l’irruption de la folie dans la place publique et des épreuves de « coopération avec le ravageur » qu’elle appelle (Joseph, 1996) a motivé ces dernières années une reconfiguration des dispositifs de participation et un reformatage des contributions citoyennes, à travers notamment le développement de nouveaux « outils » dont on n’a pas suffisamment relevé la vocation proprement immunitaire (Berger, 2014a). Présentées comme « innovantes » par les pouvoirs organisateurs et les animateurs professionnels, ces méthodes se sont avérées de formidables machines à générer et à gérer des « publics fantomatiques ». Certaines de ces méthodes, en « modalisant » considérablement l’exercice démocratique (Goffman, 1991), en lui superposant un « cadre secondaire » d’ordre cérémoniel, ludico-fictionnel, pédagogique, thérapeutique, ou en dévoyant l’enquête collective vers des espaces secondaires, fonctionnent dans le sens d’une virtualisation de la participation – une dynamique en vérité strictement inverse aux enjeux de politisation et d’émancipation auxquels on associe généralement ces « arrières-scènes participatives » (Breviglieri & Gaudet, 2014). D’autres techniques d’animation, en réduisant l’exercice de la démocratie au fait d’inscrire un début d’idée sur un post-it, de coller des gommettes sur une carte, de poster des images sur une plateforme, ou de « liker » des contenus en ligne, œuvrent dans le sens d’une atomisation des contributions citoyennes, d’une désintégration du sujet politique et de sa parole (Berger, 2014a).

La participation faible et ses conséquences

  • 3 Groupement d’intérêt scientifique.

3Les dispositifs participatifs mis en place dans le cadre de politiques publiques sont le plus souvent critiqués pour leurs trop faibles « effets », que ceux-ci concernent la démocratisation du processus de décision, la qualité des actions et des projets conçus, ou encore le renforcement de la sociabilité et de la solidarité au niveau local. Cette attente bien compréhensible d’effets positifs en termes de démocratisation a motivé, ces dernières années, nombre de publications et d’événements scientifiques. En 2011, le GIS 3 Participation organisait son premier colloque international sur les « effets de la participation du public ». La même année, la revue Participations ouvrait son tout premier numéro sur un article introductif intitulé « Bilan des études sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? » (Blondiaux & Fourniau, 2011). Ambiance ! Abandonnant plus ou moins la quête des effets positifs de la participation institutionnalisée, les « sciences sociales de la démocratie et de la citoyenneté » ont progressivement fait porter leurs critiques, plus inquiètes et plus radicales, non seulement sur sa stérilité chronique, mais sur ses possibles effets délétères pour la démocratie (Participations, n°6, 2013).

  • 4 Nous préférons parler de « participation faible », plutôt que, par exemple, de « démocratie d’éleva (...)
  • 5 Jean-Yves Trépos appelle « dispositif faible » ces dispositifs d’action publique qui ne tiennent – (...)

4Nous proposons à ce propos de distinguer la « participation ratée », comme phénomène localisé, comme évaluation ex post d’expérimentations démocratiques ayant échoué pour telles ou telles raisons, de situations plus inquiétantes liées à la reproduction machinale et machinique de pratiques participatives malheureuses. On parlera ici de « participation faible » pour qualifier ces situations (i) dans lesquelles l’ouverture d’un espace public ou la mise en œuvre d’un dispositif participatif s’impose aux acteurs institutionnels destinés à l’encadrer et à l’animer ; (ii) où ces derniers s’accommodent de l’absentéisme flagrant, du fonctionnement minimal de la participation, n’en attendent et n’en espèrent aucun succès particulier en termes de démocratisation (pluralisation des expertises, ouverture du processus de décision, etc.) 4. Appuyée sur le concept de « dispositif faible » proposé par Jean-Yves Trépos (2003) 5, la notion de « participation faible » suggère à la fois le minimalisme des attentes et des engagements du côté des organisateurs de la participation ; l’infélicité des propositions et l’impuissance des critiques avancées par les participants citoyens ; l’émergence et la routinisation d’un pattern interactionnel liant l’ensemble de ces acteurs. La question est alors, pour un ensemble de recherches critiques : que produit tant d’improductivité ? Quelles sont les conséquences de tant d’inconséquence ?

  • 6 S’il évite de s’inscrire dans une perspective ouvertement critique, Guillaume Gourgues rejoint impl (...)

5Certains travaux ont pointé une tendance pour la participation à devenir « une simple technique managériale », prisée par des représentants politiques soucieux d’asseoir leur pouvoir davantage que de le partager (Blondiaux & Sintomer, 2002, p. 33 ; Futrell, 2002). Dans nombre de cas, la mise en place de dispositifs participatifs a servi à discipliner les associations contestataires, engagées dans des processus valorisant le consensus et le dialogue polis, ou à légitimer des projets essentiellement développés en coulisse par quelques insiders, mais néanmoins labélisés « participatifs ». Les recherches de Magali Nonjon sur la rapide professionnalisation de la participation en France ont fait apparaître un autre ordre de préoccupations : la multiplication de dispositifs participatifs dénués de prises réelles sur les enjeux urbains a constitué une aubaine pour de nombreuses agences, associations ou équipes universitaires spécialisées dans l’animation et l’encadrement du dialogue public (Nonjon, 2006). De part et d’autre de l’Atlantique, on a ainsi assisté ces vingt dernières années à l’émergence d’un véritable marché de l’animation, à la concurrence de professionnels de la participation et de l’empowerment proposant des méthodes et outils tous plus « innovants » les uns que les autres, dont la fonction se résume souvent à « montrer la participation », à montrer que quelque chose comme de la participation a bien lieu (Bonaccorsi & Nonjon, 2012). Dans le même ordre d’idée, d’autres ont mis en évidence l’autoproduction et l’autonomisation non pas de « politiques participatives », mais de véritables « politiques de participation » (Gourgues, 2012). Empruntant à la théorie des systèmes et au néo-institutionnalisme allemand, Guillaume Gourgues envisage celles-ci comme des sous-systèmes émergeant parmi les politiques publiques, s’organisant et se reproduisant de manière autopoïétique autour d’un « problème public » qu’elles ont elles-mêmes généré : l’insuffisante participation des citoyens 6. Un parallèle est établi par d’autres chercheurs entre cet emballement d’une « machine de participation » dans les politiques publiques et la montée du référentiel de l’activation des administrés, en particulier des bénéficiaires de l’aide sociale ou de l’urgence sociale, qui se voient progressivement signifier un devoir de participation. Les injonctions qui leur sont adressées concernent non seulement la reprise en main de leur vie sociale, à travers la formulation d’un « projet socio-professionnel », voire d’un « projet de vie » (Lacourt, 2007), mais aussi, de plus en plus, le développement d’une vie citoyenne intense. Récemment, Julien Charles a enquêté sur ce qu’il appelle les « charges personnelles » liées à ces exhortations faites aux personnes de milieux populaires de rejoindre des dispositifs participatifs dont ils perçoivent souvent mal le sens et qui s’avèrent au final peu apprêtés à recevoir leur parole (Charles, 2012a). Dans le domaine de l’urgence sociale, d’autres ont pointé l’usage hasardeux qui est parfois fait de la parole publique de personnes précaires, sans domicile fixe, invitées à s’exprimer dans des dispositifs présentés comme des « espaces publics citoyens », mais qui empruntent rapidement les formats, procédés et registres de la thérapie de groupe (Berger & Sanchez-Mazas, 2008). Aux États-Unis, dans le cas de projets visant l’empowerment de jeunes précarisés, Nina Eliasoph a bien montré les dérives d’une participation menée sur un mode léger et intermittent par des « volontaires d’un jour » surtout soucieux d’expériences enrichissantes et d’épanouissement personnel (Eliasoph, 2011).

Observer et décrire des pathologies de l’interaction démocratique

6Ces dernières recherches, en partant d’enquêtes de terrain et d’observations, nous permettent de découvrir certains maux à l’échelle même où se joue la participation, c’est-à-dire dans le déroulement de pratiques, d’interactions, d’expériences situées. Pourtant, ces enquêtes peinent à être prises au sérieux sur le plan de leurs contributions théoriques et critiques. À la base de ce relatif mépris des théoriciens de la démocratie participative pour les situations mises au jour par les ethnographes de la « participation telle qu’elle existe réellement », plusieurs méprises :

  • 7 Une telle ethnographie analytique, exigeante sur le plan théorique, pétrie de philosophie politique (...)

7Un premier malentendu concerne la réception problématique de ces enquêtes par les philosophes, ou par les sociologues les plus fermement campés dans la social theory. Ceux-ci reprochent aux ethnographes de la participation un empirisme naïf, une connaissance superficielle des théories de la démocratie et de l’espace public et, dès lors, l’usage dans leurs descriptions et analyses d’un langage évaluatif mal maîtrisé (De Munck, 2011). Cette critique doit être prise au sérieux par les enquêteurs de terrain, mis au défi de se former aux théories de la démocratie et aux philosophies de l’espace public, de clarifier les problèmes politico-moraux et les questions philosophiques profondes qui se jouent continûment dans les activités qu’ils décrivent et les processus qu’ils suivent (Berger & Charles, 2014). La prise en considération de ces critiques ne doit pas amener l’enquêteur à déserter le terrain de la participation, mais à l’investir avec d’autant plus d’acharnement, tout en prenant soin, certes, d’emporter sur son terrain un exemplaire de Théorie de l’agir communicationnel, de The Public and Its Problems ou de La Mésentente 7. Pour les enquêteurs qui portent cette ethnographie du politique, les problèmes philosophiques posés par la démocratie participative doivent être étudiés « sous le contrôle des situations » (Dewey, 1993 [1938] ; Quéré, 1997). Seule une enquête en situation permet de s’assurer de l’ajustement des problèmes posés par la sociologie et la philosophie. En retour, les situations offrent, par l’observation et la description, des prises sur des questions théoriques inédites.

  • 8 Par ce terme, l’auteure dénonçait à raison la croyance excessive de certains chercheurs dans les ef (...)
  • 9 Pour reprendre l’un des apports de Jack Katz à la théorisation de l’explication ethnographique : il (...)

8Une seconde méprise autour des enjeux de l’ethnographie de la participation se devine dans les commentaires de collègues politistes qui s’étonnent souvent de voir tant d’énergie consacrée à suivre dans le détail les péripéties de processus participatifs toujours singuliers, à partir desquels il serait vain de chercher à généraliser et à théoriser. Une notion empruntée à Alice Mazeaud est régulièrement mobilisée pour critiquer sommairement l’entreprise d’une observation resserrée des pratiques participatives et des dispositifs en eux-mêmes : « tropisme procédural » (Mazeaud, 2010) 8. Dans leur bilan déjà mentionné, Loïc Blondiaux et Jean-Michel Fourniau reprochent un tel tropisme aux approches s’inscrivant dans les « théories de l’action située », au « tournant interactionniste » suivi ces dernières années par les sciences sociales de la participation (Blondiaux & Fourniau, 2011, p. 20) et donc, implicitement, à l’appareillage méthodologique de ces approches : l’observation et la description ethnographiques. Les auteurs précisent que l’association établie entre tropisme procédural et tournant interactionniste est « peut-être […] discutable » (Ibid., p. 20) et il semble en effet important de la discuter, tant on tend ici à confondre une obsession pour les procédures et leurs effets (obsession que l’on retrouve en particulier dans la science politique expérimentale et la psychologie sociale de la délibération [Mendelberg, 2002]), avec un intérêt poussé pour les situations publiques et les implications théoriques liées au détail de leur déroulement. Deux prémisses guident la critique adressée par Loïc Blondiaux et Jean-Michel Fourniau aux travaux associés au prétendu tournant interactionniste. D’abord, le fait qu’une « focalis[ation] sur les scènes publiques et formelles de la participation » amènerait les observateurs à « désert[er] les coulisses, les à-côtés, les interstices ». Aujourd’hui, nombre d’études s’inscrivant dans une épistémologie de l’action située s’emploient pourtant à articuler observation des scènes publiques et observation des « à-côtés » (Eliasoph, 2003 et 2010 ; Berger, 2008a et 2014b ; Carrel, 2013 ; Breviglieri & Gaudet, 2014). La seconde prémisse nous semble également discutable. Pour les auteurs, en effet, c’est en coulisses que « se joue le plus souvent, on le sait, l’essentiel du jeu social » (Blondiaux & Fourniau, 2011, p. 21). Si, à nouveau, nous ne nions aucunement l’importance d’enquêter sur ces « coulisses » (un concept-clé, d’ailleurs, de la sociologie interactionniste de la vie publique depuis ses débuts [Goffman, 1959]), nous ne considérons pas pour autant que ce qui s’y joue soit plus important ou plus essentiel. En effet, si l’étude du « jeu social » à l’œuvre sur ces arrière-scènes non publiques trouve son importance, c’est d’abord dans son apport à l’éclairage de ce qui se joue dans l’espace public politique. Ici, notre crainte est que la critique (justifiée) du « tropisme procédural » et l’insistance (tout aussi justifiée) sur les à-côtés et les coulisses des politiques participatives donnent lieu à des interprétations malheureuses voulant que ce qui se passe sur scène, les échanges publics en eux-mêmes, n’aient au fond plus grande importance, que leur phénomène soit suffisamment trivial, prévisible et entendu pour que l’on se concentre sur autre chose. Il serait absurde de reprocher, à terme, aux sociologies de l’espace public de s’intéresser de près à la façon dont l’espace public fonctionne ; aux recherches sur la participation, d’observer et de décrire la participation. Dans le présent texte comme dans nos enquêtes passées, nous continuons de prêter une attention toute particulière aux phénomènes de la vie publique, à la dynamique des interactions et des communications en public. Il s’agit en effet, puisque c’est plus particulièrement l’objet du présent texte, de saisir précisément ce qui échoue dans ces situations de participation, avant de nous jeter sur les causes d’arrière-plan de ces échecs 9.

9Une troisième méprise est liée à la revendication, par des sociologues de l’action publique, d’une « critique interne » des politiques participatives ; une critique mesurée, contextualisée, qui permettrait de « cerner finement, sans naïveté ni sarcasme, les mutations des manières de gouverner » (Gourgues et al., 2013). Dans leur panorama des critiques de la participation, Guillaume Gourgues, Sandrine Rui et Sezin Topçu développent un propos nuancé, mais plutôt ambigu, vis-à-vis des « critiques externes », des sociologies « démystificatrices » de la participation, qu’ils passent longuement en revue, auxquelles ils accordent une série de qualités, mais qui auraient en quelque sorte fait leur temps et abouti dans une « impasse ». Pour la sociologie post-critique à laquelle semblent inviter les auteurs, les analystes de la participation doivent se faire une raison : devant le « fait participatif », il est plus utile et plus sage de s’attacher à décrire la manière dont les pratiques participatives (quelles que soient finalement leurs qualités intrinsèques) concourent à une « nouvelle » technologie de gouvernement, à une « autre » manière de faire de l’action publique. Il s’agit de dézoomer un grand coup, de ne pas céder au « tropisme procédural » ou au « tropisme normatif », de ne pas « céder à la tentation du politique », de ne pas s’inquiéter d’enjeux de démocratisation associés à la participation. Celle-ci doit être considérée en tant qu’« instrument » et resituée dans une plus large pratique de gouvernement (Mazeaud, 2012). Évidemment, les « naïfs » auxquels importent les conséquences de ces pratiques en termes de démocratisation – ou, le cas échéant, de dé-démocratisation – auront tendance à renvoyer la critique de naïveté du côté des approches post-critiques et prétendument non normatives ; ils poseront la question de savoir en quoi le fait de résumer la participation démocratique à un « instrument » de gouvernement n’engage pas une normativité importante et n’enferre pas ces recherches dans un « tropisme instrumental », par exemple. Si les auteurs de cette introduction se réfèrent au Michel Foucault de la gouvernementalité, le courant post-critique dont ils se font la voix prudente – et dont il est également possible de pointer les propres « impasses » – nous suggère davantage l’influence de Niklas Luhmann, auquel ces auteurs empruntent d’ailleurs explicitement leur « définition du social » (Gourgues et al., 2013, p. 23). Certes, Niklas Luhmann est un auteur capital ; un travail de reprise critique de ses thèses, tel que celui initié par Jürgen Habermas, est crucial pour l’avenir de la démocratie. Par contre, épouser l’optique luhmanienne dans les « sciences sociales de la démocratie et de la citoyenneté », c’est pousser ce corps de recherches au suicide épistémologique. Rappelons que le théoricien allemand voyait dans la légitimité politique un concept dépassé et dans la participation – à l’instar de Walter Lippmann – une perte de temps et un vecteur de désordre (Luhmann, 1999).

10S’il y a bien un point de la théorie luhmanienne que nous ne remettons pas en question, c’est l’« observation de second ordre » à laquelle est contraint le sociologue par rapport aux « systèmes sociaux » qu’il étudie (Luhmann, 1995 [1984]). Ici, on peut s’interroger sur la posture de « critique interne » à laquelle invitent Guillaume Gourgues, Sandrine Rui et Sezin Topçu. L’enjeu, pour les recherches sur la participation est-il de générer un savoir intra-systémique, un discours qui permettrait à cette politique de participation de « s’observer » et de « se décrire » ? Notre rôle de chercheur en sciences sociales et politiques est-il de rédiger les modes d’emploi de « machines de participation » ? Si les auteurs rappellent dans leur panorama ce rôle d’« expert en acceptabilité » qu’a pu tenir à l’occasion le sociologue ou le politologue dans la conception ou la mise en œuvre de la participation d’État, la vocation de « conseiller en gouvernementalité » que suggère leur idée de la critique interne n’est pas forcément moins problématique. Et cette position n’est pas nécessairement moins redondante (vis-à-vis du travail déjà réalisé par les conseillers politiques) que la critique du sociologue peut l’être par rapport à celle des acteurs de la participation. Nous développons ici une conception concurrente d’une critique interne de la participation. Son « pragmatisme », elle le tient des philosophies de l’expérience et de l’enquête de Charles Sanders Peirce et de John Dewey, plutôt que de concessions à une Realpolitik. Cette critique n’est pas « interne » au sens où elle revendiquerait une position d’insider sur ces terrains. Elle est « interne » au sens où elle cherche à pénétrer par le regard et l’analyse les situations de l’expérience participative, au sens où elle est à la fois permise et limitée par la contingence et les contours de ces situations.

  • 10 La notion de « pathologies de l’interaction démocratique » fait directement référence à l’ouvrage c (...)
  • 11 Des liens réels existent entre le pragmatisme américain et la « théorie critique » (au moins depuis (...)
  • 12 Parler de « pathologies de l’interaction démocratique » plutôt que de « pathologies sociales » sign (...)

11Certes, les techniques d’enquêtes utilisées par l’ethnographe doivent pouvoir dépasser la toute petite échelle, en suivant les évolutions des pratiques participatives sur des temps longs, au niveau de sites variés et de territoires élargis. De tels développements, intégrant l’histoire et la comparaison (Carlier & Charles, 2014), sont d’ailleurs en principe compatibles avec des approches de la participation centrées sur les contextes d’interaction et d’expérience, qu’ils doivent permettre de prolonger (Berger, 2014b). Mais tout cela ne retire rien au statut fondamental d’une enquête en situations et sur les situations. Car, en fin de compte, c’est bien à l’échelle des péripéties de l’interaction démocratique et de l’expérience qu’en font les participants qu’il faut chercher les principaux heurts de la participation. La situation d’interaction n’est pas juste un niveau d’observation pour le sociologue. Dans ces espaces dits démocratiques, elle est ce qui est en jeu, ce dont il s’agit. Ce qui, éventuellement, peut être sauvé, mais qui est le plus souvent sacrifié. En nous appuyant sur une enquête menée dans différentes assemblées participatives en Belgique et aux États-Unis, ce sont certaines pathologies de l’interaction démocratique que nous cherchons ici à mettre au jour 10. Parler de pathologies de l’interaction démocratique, plutôt que de « désordres » par exemple, nous rapproche de la tradition critique. Tout en étant le fruit d’enquêtes ethnographiques et d’une dynamique de « valuation » continue, tout en s’inscrivant donc dans un héritage pragmatiste, l’interactionnisme critique que nous défendons entretient certaines affinités avec les entreprises de relance de la tradition francfortoise 11 ; avec celle de Jürgen Habermas et plus clairement encore peut-être, avec celle d’Axel Honneth, dans son intention de réhabiliter l’analyse des rencontres de face-à-face et la phénoménologie des interactions comme méthodes de prédilection pour l’étude des « pathologies du lien social » (Honneth, 2006) 12. Les références à un interactionnisme critique et aux pathologies de l’interaction démocratique trouvent ici un sens double : d’un côté, elles nous amènent à être sensibles à une variété de ravages interactionnels et de conduites destructrices (et pas seulement inadaptées ou incomprises) qui mettent à mal la relation démocratique dans ces espaces ; d’un autre, de manière plus déterminante, elles visent les dispositifs autodestructeurs dont les conséquences perverses sont de favoriser la venue et la concentration en leur sein de ce type de participants et de conduites.

La participation faible et ses publics

12Les pathologies de l’interaction démocratique s’étudient le mieux dans des situations publiques où la mise en œuvre de la participation s’impose (légalement ou contractuellement) à ses organisateurs et à ses animateurs, qui n’en attendent eux-mêmes pas grand-chose en termes de démocratisation des processus de décision ou de plus-value qualitative dans la définition des mesures, actions ou projets envisagés. Deux dispositifs seront évoqués dans ce texte. En Région bruxelloise, les « commissions de quartier » sont des espaces de consultation citoyenne portant sur la conception et la mise en œuvre de « contrats de quartier », des programmes de revitalisation urbaine visant à la fois la requalification physique (logements, espaces publics, infrastructures) et la redynamisation sociale et économique des quartiers centraux de la capitale belge. À l’exception de quelques situations dans lesquelles les voix citoyennes ont pu avoir un impact significatif (et d’ailleurs discutable) sur les décisions prises et les opérations ultimement retenues, les commissions de quartier sont l’occasion d’une participation très limitée, fortement cadrée dans ses formes et contenus par une appréhension spatialiste et urbaniciste des problèmes sociaux et clairement hiérarchisée dans les statuts institutionnels et les rôles communicationnels distribués aux différents participants. Stipulée par l’ordonnance et par l’arrêté de gouvernement organisant la politique de rénovation urbaine, la mise en place des « commissions de quartier » apparaît aux maîtres d’ouvrages (les différentes communes concernées) comme l’une des obligations liées au « contrat » passé avec le pouvoir subsidiant (la Région de Bruxelles-Capitale). Elle apparaît dès lors souvent, aux élus, aux agents municipaux et à leurs sous-traitants comme une procédure supplémentaire dans un processus de programmation urbaine déjà hautement procédural et surveillé de près par l’« autorité de tutelle » (l’administration régionale). Depuis 1994 et après une première décennie d’expérimentation et de relatif engouement (Berger, 2008b), cette interprétation de la participation citoyenne comme « formalité démocratique » semble s’être renforcée. Dans certaines communes particulièrement habituées à recevoir ces subsides et initiant de nouveaux contrats presque tous les ans (on parle, dans le milieu, de communes « abonnées aux contrats de quartiers »), la pratique des programmes de revitalisation urbaine et la participation qu’elle implique sont aujourd’hui largement routinisées et standardisées.

13Notre deuxième terrain consiste en l’observation de nombreuses assemblées publiques du Conseil municipal (City Council) de la ville de Los Angeles, dont la procédure – contrainte en cela par une loi de l’État de Californie (Brown Act) – prévoit l’audition de « commentaires du public » (public comments). Les orateurs du public (speakers from the public), qui se sont préalablement inscrits dans un registre, peuvent exprimer des commentaires soit au fur et à mesure de la réunion, en fonction des points de l’agenda du Conseil pour lesquels une audition n’a pas encore eu lieu, soit en fin de séance, à l’occasion d’une séquence « questions diverses », « hors de l’ordre du jour » (non agenda items). Lors de ces séquences (filmées et retransmises en direct sur la chaîne municipale Channel 35 comme l’ensemble des activités publiques du Conseil), les « orateurs du public » sont invités à tour de rôle à s’avancer vers un pupitre équipé d’un micro et d’un chronomètre. Face à l’hémicycle des conseillers municipaux et dos au public, ils disposent chacun de deux minutes pour exprimer leur « commentaire » : opinion concernant la politique municipale à l’agenda, série de questions posées aux conseillers, interpellations vives du Conseil ou de l’un de ses membres, dénonciation, coup de gueule, imitation satyrique, diatribe, plainte, avertissement, témoignage d’expériences ou de difficultés personnelles, salutations, remerciements, etc. Dans la très grande majorité des cas, lorsque le signal sonore marquant la fin des deux minutes retentit et que l’orateur quitte la tribune, la réaction des membres du Conseil se limite à un bref « merci ». Les autres réactions verbales du Président, qu’elles interrompent le public comment ou se produisent une fois celui-ci achevé, consistent essentiellement en des rappels à l’ordre. Soumis au respect de la « liberté d’expression » des citoyens dans ces espaces, ces rappels à l’ordre sont cependant rares. Les échanges, les éventuelles discussions entre conseillers qui suivent un commentaire public ne se produisent que par rapport à son caractère éventuellement transgressif et au type de recadrage ou de sanction qu’il mérite. Il est rarissime que ces échanges et discussions considèrent les éléments de proposition ou de critiques amenés par les orateurs.

14Par-delà des différences évidemment innombrables, ces dispositifs, qui visent tous deux l’inclusion minimale et contrôlée de la parole d’individus non spécialistes et non mandatés dans des lieux institutionnels où sont discutés actions et problèmes urbains, connaissent un sort similaire. Progressivement désertés par la majeure partie de leurs participants, ces espaces deviennent les « chambres » d’un petit nombre d’individus souvent seuls, souvent âgés, souvent peu sensibles ou concernés par l’acceptabilité de leurs interventions. Indifférents devant l’infélicité parfois criante de leurs prises de parole, ou en tout cas particulièrement « résistants à leurs propres échecs » (Boltanski, 2012, p. 249), ces individus s’engagent à répétition dans des propositions, des récits, des discours, des diatribes, des théories, des performances qui les discréditent très fortement auprès de leur auditoire et peuvent dans certains cas – à vrai dire fréquents – faire naître des interrogations concernant leur santé mentale. Dans ces conditions, on constate que la « démocratie participative » devient rapidement, pour les acteurs institutionnels qui la sollicitent, un exercice consistant à prévenir, à « contenir » (Goffman, 1969) ou à « encaisser » (Stavo-Debauge, 2014) les errements toujours possibles de leur public.

15Ces errements à répétition constituent alors probablement le phénomène le plus profondément politique qu’il est possible d’étudier dans ces dispositifs faibles – si l’on considère l’adjectif « politique » dans un sens proche de celui que lui donne Jacques Rancière (1995). En nous inspirant plus directement des travaux de Joan Stavo-Debauge (2012a), nous faisons l’hypothèse que les « hantises » générées par l’irruption chronique de la folie dans ces espaces (et la multiplication des ravages interactionnels qui l’accompagne) sont, aujourd’hui, au principe même de transformations et de recadrages importants des pratiques participatives institutionnalisées ; des transformations et des recadrages allant dans le sens de ce que nous appellerons une virtualisation et une désintégration des engagements citoyens. L’enjeu de notre enquête est de rendre compte précisément de ces opérations à la fois négatives (anticipation et neutralisation des errements) et positives (production d’une participation virtuelle et désintégrée) par lesquelles émergent et se reproduisent des publics d’un genre particulier.

Des publics participatifs, mais fantomatiques

16Dans un texte de 2003, Loïc Blondiaux relevait l’étrangeté du « public » auquel il avait affaire dans ses observations des conseils de quartier parisiens : un public cadré comme « spectateur », « arraisonné », « dépolitisé » et « mis en scène vers l’extérieur », mais qui en même temps « ne se tient pas en place » et, constamment, « met en échec » ces tentatives de cadrage (Blondiaux, 2003, pp. 315-317). Après un examen des relations entre « publics imaginés et publics réels », l’auteur concluait en ces termes : « D’une part, il me semble avoir montré que l’expérience présente une dimension de publicité réelle. … Mais il me semble également que l’on n’a pas affaire ici, dans un cadre aussi artificiel, limité et contrôlé, à un public au sens de Dewey ». C’est sur ce point que le présent article vise à proposer des avancées : s’il n’est pas « au sens de Dewey », quel est ce public qui se met en place « dans un cadre aussi artificiel, limité et contrôlé » ? Avancer sur cette voie demande selon nous de reprendre le débat John Dewey-Walter Lippmann autour de la participation du public dans nos démocraties (Zask, 2001 ; Latour, 2008). En nous appuyant sur l’ethnographie d’espaces politiques ouverts aux « citoyens ordinaires » en Belgique et aux États-Unis, nous voudrions interroger la distinction classique séparant le public concerné, mobilisé et participatif du premier (Dewey, 2010 [1927]) et le « public fantôme » du second (Lippmann, 1993 [1925]). Il nous semble en effet possible de mettre au jour des publics à la fois participatifs et – par la « qualité » particulière de leur participation – fantomatiques.

  • 13 À la différence de John Dewey, Walter Lippmann place peu d’espoirs dans l’éducation pour créer cet (...)

17À vrai dire, les perspectives de Walter Lippmann et de John Dewey sur ce que serait « un public » ne sont pas radicalement opposées. Dans The Phantom Public, Walter Lippmann pose que le « public », comme « corps politique » de « citoyens souverains et omnicompétents » n’est qu’un mythe, un fantôme. Pour lui, s’il existe bien quelque chose comme un « public véritable et effectif », celui-ci « doit être défini de manière ad hoc, situationnelle et opérationnelle, comme étant simplement ces personnes intéressées dans une affaire » (McClay, 1993, p. xxvi). Nous sommes bien ici dans une conception très proche de la définition pragmatiste du public (Walter Lippmann était après tout lecteur de William James et de Charles Sanders Peirce). Le désaccord porte plutôt sur ce que peuvent ces publics toujours particuliers, au sens de leur capacité d’intervention dans le traitement des affaires publiques, ainsi que des degrés, des moyens et des objets de cette intervention. Pour Walter Lippmann, ce que peut un public se réduit au fait de s’aligner, avec le plus de discernement possible, sur les positions élaborées par des acteurs politiques mieux placés, des insiders. Autrement dit : appuyer untel, exercer sa force d’opposition contre tel autre. « Je m’aligne sur ces hommes, dans ce camp. Je m’engage avec eux. Je suivrai. Je boycotterai. J’applaudis. Je hue » (Lippmann, 1993, p. 47.) Aux yeux de l’auteur de The Phantom Public, la « confusion » (bewilderment – Ibid., p. 145) commence lorsque ce public quitte son siège de « spectateur » pour s’improviser « acteur » et venir se mêler au gouvernement des choses (Ibid., pp. 31-43), lorsqu’il s’engage dans l’élaboration d’arguments et de propositions qui, en raison de sa position d’extériorité, d’outsider, ne peuvent être que désajustés 13. Dès qu’il est invité à développer son discours et ses opinions dans l’espace politique, un public « véritable et effectif » redevient une émanation – un ectoplasme, si on veut ! – du public fantôme fictivement « souverain et omnicompétent ».

  • 14 Daniel Cefaï et Cédric Terzi le rappellent de leur côté, les « publics ne sont pas exempts de délir (...)
  • 15 Bruno Latour boucle sa préface de l’édition française du Public fantôme par une reprise du débat Wa (...)

18À la différence de Walter Lippmann, pour lequel les manifestations de ces opinions, « en elles-mêmes, ne sont rien » (Ibid., p. 45), il est possible de prendre au sérieux ces situations de confusion et leurs étranges productions et d’étudier, à partir d’une perspective pragmatiste et ethnographique, cette consistance ectoplasmique prise par un public. Il faut pour cela continuer de penser le « public fantomatique » comme un public – dans un sens quasi deweyen – d’un certain type, plutôt que comme une illusion ou une fiction. Comme chez John Dewey, « son émergence, sa configuration, sa stabilisation et son institutionnalisation relèvent d’enquêtes et se font à travers des expériences » (Cefaï & Terzi, 2012, p. 9). Plutôt que par son caractère illusoire ou fictif, c’est alors par les malfaçons et les insuffisances de ses enquêtes et de ses expériences que ce que nous appelons un « public fantomatique » se distingue des publics plus noblement politiques, vers lesquels les conceptions émergentistes et l’optimisme démocratique de John Dewey l’orientaient plus volontiers. Un « public fantomatique » est un public véritable et effectif qui « se fait des illusions » ou qui poursuit ses enquêtes dans un cadre fictionnel 14 ; un public dont l’expérience génère du bewilderment, de la confusion, du trouble, plutôt qu’elle ne tend – comme chez John Dewey – à sa prise en charge 15.

19L’étude de ce spécimen particulier, rejeton du débat Walter Lippmann-John Dewey, requiert la mobilisation de ressources propres : du côté des méthodes, une ethnopragmatique des infélicités de la communication et une sémiotique des troubles interactionnels ; du côté philosophique, un « pragmatisme pessimiste » (Stavo-Debauge, 2012b) ou « inquiet » (Genard & Cantelli, 2010). Précisons que l’étude des productions négatives de la participation faible et la référence à un tel pragmatisme ne suggèrent aucunement une alternative, une théorie concurrente au pragmatisme deweyen. Il s’agit plutôt d’une invitation à enrichir cette perspective, à apprêter les « sensibilités pragmatiques » (Cantelli et al., 2008 ; Carlier & Charles, 2014) à certains types de situations où l’expérience de troubles n’est pas toujours féconde, n’est pas toujours la garantie d’enquêtes politisantes et émancipatrices (Stavo-Debauge, 2012b). Tout en nous inscrivant dans l’« héritage du pragmatisme » (Cefaï & Joseph, 2002) et d’ailleurs pour faire valoir cet héritage face à d’autres critiques de la participation moins sensibles au détail des situations, nous proposons, avec d’autres, de le mettre au travail sur des « situations critiques » que, jusqu’ici, il n’a pu aborder avec les meilleures armes.

  • 16 Erving Goffman et John Dewey sont mobilisés de concert chez Isaac Joseph (2002 et 2007), Daniel Cef (...)

20Pour permettre à la sociologie pragmatiste du politique d’intégrer les expériences malheureuses, ainsi que les quasi- et pseudo-enquêtes à partir desquelles se constituent les publics de la participation faible, nous proposons de mobiliser Erving Goffman et certains des concepts centraux des Cadres de l’expérience. Les publics particuliers auxquels a affaire l’ethnographe dans nombre de dispositifs participatifs d’État émergent en effet au croisement de phénomènes relevant de ce qu’Erving Goffman a nommé, d’un côté, des « expériences négatives » et de l’autre, des activités « sur-modalisées » (ces dernières ayant éventuellement une valence « positive » pour les acteurs, comme dans le cas de la participation cérémonielle ou ludique – voir infra) 16.

21Pour Erving Goffman, l’« expérience négative » se déploie dans des situations où, en raison de troubles d’ordres et d’ampleurs divers (allant des ambiguïtés interactionnelles non relevées aux délits situationnels les plus flagrants et les plus éprouvants), ce qui arrive peine à faire sens et où la « réalité se met à flotter de manière anomique ». L’expérience négative au sens d’Erving Goffman est alors souvent comprise simplement comme une non-expérience. Et effectivement, c’est ce type d’interprétation qui est le plus souvent donné aux situations d’errements dans les assemblées publiques et aux moments d’embarras qui s’ensuivent : des moments où l’expérience – en l’occurrence l’expérience politique, l’expérience démocratique de la discussion en vue d’une décision – se trouverait interrompue. Ces moments, considérés comme autant d’anecdotes par les observateurs de la participation, sont le plus souvent écartés de l’analyse. S’ils se multiplient et en viennent à caractériser une réunion ou un processus participatif dans son ensemble, on se limitera souvent à s’inquiéter de la « stérilité » de la réunion ou du processus en question. Or ce n’est pas de cette manière qu’Erving Goffman aborde le problème des expériences négatives. Dans le chapitre qu’il leur consacre, le sociologue américain s’intéresse bien aux expériences négatives sous l’angle en quelque sorte positif de leur élaboration, de leur fabrique (the manufacture of negative experience [Goffman, 1991, p. 370]). Plutôt que de les considérer uniquement pour ce qu’ils retranchent ou détruisent, il invite à saisir des formes d’organisation et de production propres aux phénomènes de désorganisation et aux ravages.

Une fabrique participative de la démophobie

  • 17 Nous reprenons l’excellent terme « démophobie » au sous-titre d’un ouvrage récent de Marc Crépon. D (...)

22Ce qui se forme et s’organise autour de la multiplication ou de la systématisation de ces phénomènes dans le cas qui nous occupe, c’est d’abord un public particulièrement clivé. D’un côté, des participants peu concernés par le problème de la reconnaissance de leurs connaissances, de la recevabilité de leurs propositions ou de l’acceptabilité de leurs critiques radicales (Chateauraynaud, 2014) ; des orateurs accoutumés à s’exprimer « en régime d’impuissance » (Cardon & Heurtin, 1999), de disqualification, de discrédit, ou inconscients de l’ennui, de l’exaspération, du mépris ou de l’embarras que leurs interventions suscitent. De l’autre, des équipes municipales d’animation et d’encadrement de la participation tenues, selon leurs propres mots, de « faire les gendarmes » et dont les tâches, initialement variées, semblent progressivement se limiter à discipliner la participation, à rappeler à l’ordre des contributions impropres, indues, incorrectes, etc. et à endiguer les manifestations de « folie », lorsqu’elle fait ses apparitions dans l’espace participatif. Ce qui se renforce à travers la répétition et la banalisation de ces expériences négatives, c’est donc un ensemble de croyances concernant, d’une part, la vocation « policière » de ces dispositifs de participation et, d’autre part, l’incapacité profonde du citoyen ordinaire – cet ignorant meddler (Lippmann, 1993, p. 98) – à se mêler aux affaires du gouvernement de la ville. Ce qui s’élabore au fil de ces situations, c’est une certaine mémoire des interactions et, avec elle, quelque chose comme une hantise du discours profane et profanateur, et du trouble qu’il génère. Ce sont aussi, progressivement, chez les élus, les experts et le personnel d’encadrement de la participation, des stéréotypes et des anticipations « démophobes » (Crépon, 2012) qui apparaissent, puis s’expriment de plus en plus librement 17. À mesure que la participation faible « progresse », les engagements des orateurs citoyens sont de plus en plus attendus sur le terrain de la bizarrerie. Une « phénoménologie des attentes d’interaction » (Tavory, 2011) dans ces assemblées, l’observation de certaines réactions réflexes de rappel à l’ordre et de recadrage chez les médiateurs de la participation, nous invitent à deviner la manière dont celles-ci sont travaillées en leur principe par des attentes d’incongruité.

Extrait 1 - Comité de Quartier Callas - Région de Bruxelles-Capitale - Octobre 2004

Monsieur Ferret (un participant citoyen, arrivé dans le processus il y a peu)
[Sur le ton assuré du connaisseur] :
On est vraiment ici dans un cas de figure de votation à la suisse ou de référendum à la hollandaise, et on sait très bien que dans des référendums, il faut définir un périmètre. Je pense…
Charlotte Bridel (chef de projet)
[coupant le tour de parole précédent] :
OK mais…
Monsieur Ferret :
[Tente de poursuivre, sur le même ton assuré] :
Mais, donc, dans un referendum, il faut bien réfléchir à la question qui est posée. Parce que si on demande à n’importe quel habitant : « Est-ce que vous voulez un parc et un ascenseur ? », tout le monde va dire « oui ». Je vous parie un million de dollars qu’il y a 90 % de gens qui disent « oui »…
Charlotte bridel
[le coupant à nouveau] :
OK, mais ça, ce n’est pas moi qui vais le définir et ce n’est pas nous qui allons le définir ici... Non, ça je pense, que c’est, justement, au bureau d’étude auquel on confie cette enquête qui doit le définir. Et pas nous, ici, quidams, qui en connaissant un morceau…
Monsieur Ferret :
Qu’est-ce que... ça veut dire quoi, ça « quidams » ?
Charlotte Bridel
[le coupant à nouveau] :
Nous ici, qui ne sommes pas…
Monsieur Ferret
[coupant à son tour Ch. Bridel] :
Au palais de justice, quand on dit qu’un quidam pousse la porte, ce n’est jamais très... très accueillant. Alors, c’est quoi un « quidam » ?!
Charlotte Bridel :
Monsieur Ferret, s’il vous plaît, ne prenez pas la mouche comme ça pour un mot. Je pense [...] que ce n’est pas à nous, qui ne sommes pas spécialisés et qui ne nous y connaissons pas spécialement dans les problèmes d’espaces publics et de mobilité…

23La chef de projet d’un programme de rénovation urbaine, placée dans le rôle de modératrice de la discussion publique, coupe la parole à un participant après seulement quelques mots. Notre inquiétude à la lecture de cet extrait – une inquiétude qui vaudra pour une large gamme de dispositifs de la participation faible – tient avant tout à ce « OK mais », qui tombe particulièrement tôt. À quoi exactement constitue-t-il une réaction ? Semble poser problème, en premier lieu, la référence de la prise de parole et de la proposition de Monsieur Ferret, qui ne se contente pas de donner son opinion sur un projet d’aménagement (ici un ascenseur urbain) comme il a été invité pour le faire, mais se permet d’évoquer des aspects méta, relatifs à la procédure démocratique et à la méthode de décision, en elles-mêmes. Il y a ensuite les « façons » de l’intervention : le participant, en s’engageant avec assurance dans de premiers actes de langage constatifs (« On est vraiment ici dans un cas de figure »), prescriptifs (« et on sait très bien qu’il faut définir… »), puis promissifs (« Je vous parie un million de dollars que… »), projette une « position » énonciative en rupture avec sa « place » (Goffman, 1979 ; Berger, 2012a). Que peut-on faire du diagnostic, des prescriptions et prédictions d’un illustre inconnu, sans expertise ni mandat relatifs à ces questions ? Voilà évidemment une question qui se pose continûment dans ces discussions publiques et qui est loin de concerner uniquement Monsieur Ferret.

24Mais cet extrait nous intéresse particulièrement pour une autre raison. En effet, ce « OK mais », qui survient très rapidement et se répète ensuite, n’est pas tant une réaction à une faute déjà commise (on ne peut pas dire que Monsieur Ferret « déraille » complètement à la lecture de ce début d’intervention !) que l’anticipation d’une faute à venir. La prise en considération dans l’enquête de ces attentes, de cette prescience des situations qui oriente l’attention et aiguise la vigilance des interactants, demande une observation menée sur des séries d’événements et non pas limitée à une réunion. Il faut avoir vu Monsieur Ferret intervenir de la sorte à plusieurs reprises lors de la réunion précédente et avoir déjà créé un petit incident en quittant la salle, furieux. Il faut avoir observé également, depuis le début du processus de concertation, les nombreuses situations dans lesquelles Charlotte Bridel eut à animer et à modérer des discussions dans lesquelles s’engageaient des individus partageant avec Monsieur Ferret une certaine apparence, une certaine attitude, un certain style expressif. L’ethnographe qui a suivi l’évolution de la concertation autour du Contrat de quartier Callas entend dans le « OK mais » de Charlotte Bridel quelque chose comme « Allons bon, nous y re-voilà ». Il y a dans l’amorce de l’énonciation de Monsieur Ferret, dans l’élan particulier qu’il donne à sa prise de parole, le signe avant-coureur d’un mal contre lequel il a déjà fallu lutter, dans le passé, à l’occasion d’énonciations du même type, mais plus pleinement déployées. Le mal en question, c’est d’ailleurs précisément celui-là : la mise en forme profane, l’intégration discursive de celui « qui n’en connaît qu’un morceau », la parole à prétention d’articulation et de construction argumentative, lorsqu’elle est celle d’un quidam (Berger, 2014a). Ce que préfigurent et promettent les premiers mots de Monsieur Ferret, c’est l’élaboration discursive impuissante, malheureuse et ses conséquences bien connues par les habitués de ces espaces : perplexité, embarras, ennui.

25La situation décrite dans l’extrait 1 nous invite à penser, dans ses causes et ses conséquences, le problème des anticipations abusives et des pulsions démophobes telles qu’elles se manifestent dans les pratiques d’encadrement de la participation aux dispositifs d’État. Il nous faut pour cela, dans un premier temps, remonter à ces situations où les errements de la parole citoyenne s’expriment de la manière la plus manifeste et la plus marquante. Ces fiascos de la communication démocratique et ces ravages interactionnels nous intéresseront à double titre, pour leur double contribution à la (re)production de « publics fantomatiques ». Par leur intensité et la façon dont ils s’enchaînent les uns aux autres et résonnent les uns dans les autres au cours d’une même réunion, ces errements mettent sur le moment gravement en crise la possibilité même d’une participation sensée. Ce discrédit concerne, avant tout, manifestement, le fauteur de trouble lui-même (ainsi, le public fantomatique fait ses apparitions et fait entendre ses voix, d’abord, à travers les propos de ceux qui se sont gravement discrédités mais continuent de parler). Mais il concerne aussi potentiellement les autres participants-citoyens présents dans la salle ; l’orateur suivant, à qui l’on vient de passer le micro, par exemple. À travers les péripéties de la participation faible, c’est la « parole citoyenne », non spécialiste, non mandatée, qui, en elle-même, devient suspecte.

26Et c’est ici le second effet de ces errements intenses et fréquents, des chocs qu’ils provoquent : l’engendrement de hantises (Stavo-Debauge, 2012a). En tant que traumas de l’expérience démocratique, ces moments d’errements sont, au-delà des parenthèses temporelles d’une situation donnée, ce qui risque toujours de se reproduire. Dans ces dynamiques d’interaction prolongée (Berger, 2014b), tel discours demi-habile et prétentieux de Monsieur Ferret projette son ombre sur ses propos futurs, comme sur les interventions à venir de ceux qui partageraient avec lui quelque attribut.

Weirdos who care 18

  • 18 Des barjots concernés.
  • 19 « C’est assez impressionnant, en fait. J’ai été dans beaucoup d’autres villes et, d’habitude, les g (...)

27D’une suite d’interactions malheureuses particulièrement marquantes, d’une série de « cas », émerge ainsi la figure d’un participant citoyen non seulement incapable et ignorant, mais pathologique : fou d’exposer publiquement tant d’ignorance et d’incapacité, ou plus grave, fou de croire dans la valeur publique de ses connaissances et de ses capacités. Aux États-Unis, le caractère pathétique de la participation citoyenne aux institutions de la démocratie formelle et l’interprétation psychiatrisante des voix qui s’y font entendre constituent un lieu commun. Dans un pays où il est « devenu indécent de parler politique » (Gayet-Viaud, 2010), les moqueries concernant ces dispositifs et leurs participants sont largement répandues et parfois répercutées dans les médias. Elles sont par exemple au centre d’un épisode de la série télévisée Parks & Recreation qui a pour thème un town meeting de la petite ville de Pawnee (Indiana) et met en scène les plaintes et requêtes de citoyens plutôt âgés, plus fantasques et bornés les uns que les autres. En cours de réunion, alors que l’attention générale baisse, Ben Wyatt, un jeune conseiller politique qui participe mollement à l’encadrement de la réunion se penche vers une collègue assise à ses côtés et lui glisse : « Actually, it’s kind of impressive. I’ve been to a lot of towns, and usually people don’t care about anything. I mean, don’t get me wrong, these people are weirdos, but they are weirdos who care » 19.

  • 20 « Seul et unique Zuma Dogg : l’icône politique légendaire, la voix du peuple, le prophète. »
  • 21 Ce nom est inventé. L’anonymisation du matériau est partielle. Elle s’applique pour les participant (...)

28À n’en pas douter, c’est dans des termes similaires que les conseillers municipaux de la ville de Los Angeles appréhendent le public auquel ils se confrontent péniblement chaque mardi, mercredi et vendredi matin, dans la salle John Ferraro de l’Hôtel de Ville (City Hall). Chaque séance de public comments est pour eux la garantie d’une suite de situations loufoques, bruyantes, scandaleuses… et toujours embarrassantes. Le casting et le script sont connus. John Walsh, un homme âgé portant des costumes à carreaux de couleurs vives et se déplaçant avec difficulté, viendra dénoncer les stratégies immobilières de la Ville en traitant les conseillers d’« ordures antisémites » et en agitant ses bras dans tous les sens. Zuma Dogg, un street performer portant un bonnet, des lunettes noires et un T-shirt à son effigie, prendra le micro pour s’engager dans une sorte de rap hystérique, multipliant d’un côté, les dénonciations de la corruption des membres du Conseil et de l’autre, les auto-louanges extravagantes au « one and only Zuma Dogg: legendary political icon, voice of the people, prophet » 20, avant de ponctuer sa performance d’un « Hootie-Hooooo! » hurlé dans le micro avec force larsens. Myriam Fogler sera certainement là pour pester contre la saleté des rues de son quartier et le manque de surveillance policière. Arnold Sacks proposera, dans un propos confus, ses conseils sur les possibilités de réduire les dépenses publiques en temps de crise budgétaire. Sylvia Green 21, une Afro-Américaine d’une cinquantaine d’années, viendra probablement elle aussi à la tribune pour évoquer des questions très éloignées du domaine des politiques municipales en lisant, à voix haute et avec difficulté, d’énigmatiques coupures de presse. Peut-être auront-ils même le malheur de voir arriver Michael Hunt (qui demande de se faire appeler Mike Hunt – « My cunt »), un artiste noir de quarante ans se présentant régulièrement aux council meetings dans des états seconds et multipliant les provocations ; la moindre n’étant pas d’arriver un jour couvert d’une toge et d’une cagoule blanches du KKK et d’utiliser son temps de commentaires à se tenir ainsi vêtu, silencieux, devant un Conseil médusé.

  • 22 « Il n’y a qu’à Los Angeles que les assemblées du Conseil municipal sont capables d’attirer des per (...)

29Il y a encore quelques années, les apparitions et les voix de personnages hors-norme, extravagants, étaient accueillies avec un certain amusement et une certaine complicité par les membres du Conseil. Le démocrate Éric Garcetti en particulier, Président du Conseil municipal de 2006 à 2012 et aujourd’hui Maire de Los Angeles, voyait dans leur possibilité de s’exprimer en toute liberté une spécificité locale, en même temps qu’une preuve de l’ouverture et de la qualité démocratique des réunions du Conseil municipal : « Only in L.A. do City Council meetings draw characters who look fresh from the bar scene in Star Wars ! » 22, annonçait-il avec humour et une certaine tendresse au LA Times au début de son mandat, en mai 2006. On le voyait également poser sur des photos de groupe, tout sourire, avec quelques-uns de ces personnages, les accueillir de temps à autre à la tribune avec humour (« Next is Don Garza, our town crier ») et parfois saluer l’une ou l’autre performance (« Thank you, Mr. Dogg. We appreciate your comments »). Quelques années plus tard, ces débordements programmés n’amusent plus Éric Garcetti, et moins encore certains de ses collègues, peu convaincus de l’« intérêt » ou de l’« utilité » de cet exercice de libre expression qu’est devenue la séquence des questions diverses (non agenda items).

30En juillet 2009, une apparition de Michael Hunt en tenue du Klan dans la salle du Conseil et dont la vidéo fut relayée sur des chaînes nationales, motiva la rédaction et le vote d’amendements à apporter aux sections du règlement relatives aux public comments. Bien entendu, les discussions entre conseillers concernant le renforcement des règles encadrant les prises de parole furent elles-mêmes soumises à des public comments de la part des « orateurs du public », particulièrement déchaînés pour l’occasion. Exaspéré par ces nouvelles interventions et insatisfait des amendements trop timides à ses yeux proposés par l’équipe du City Attorney, le conseiller Richard Alarcon – qui n’avait jamais caché son désir de supprimer purement et simplement les public comments – intervint de la sorte :

Extrait 2 - Conseil municipal de Los Angeles - Juillet 2009

Richard Alarcon (Conseiller municipal) :
Chers collègues, pour ce qui est des nouvelles règles, bon, je ne m’y opposerai pas. Elles ne me semblent pas très différentes des anciennes. Mais je voulais quand même dire ceci. Je suis entré dans le service public parce que je voulais aider les gens. Et quand je vois certains des orateurs aujourd’hui, ça réactive mon inspiration de départ. En les voyant, je me rends compte qu’il y a encore tellement de choses à faire concernant les problèmes d’usages de drogue dans notre société [on entend un rire, très probablement un autre conseiller municipal]. Tellement de choses à faire concernant les problèmes de santé mentale dans notre société. Je crois que nous devons mettre un terme au sans-abrisme. À écouter ces orateurs, je suis convaincu que nous n’avons pas réalisé notre objectif de faire de notre monde un endroit meilleur. Ces personnes que nous avons entendues aujourd’hui revigorent ma passion de poursuivre cet objectif. Ils provoquent une grande tristesse en moi : ils sont dans une situation telle qu’ils viennent perdre leur temps au Conseil municipal pour y exprimer… [il prend le temps de choisir ses mots] des commentaires superflus à propos de choses dont nous n’avons que faire et sur lesquelles nous n’agirons pas. Je ne crois pas que ces commentaires cesseront, je suis même convaincu que ça va continuer. Mais pour ma part, je préfère voir en eux le symbole du travail qui nous reste à faire pour combattre l’usage et l’abus de drogues et pour traiter les problèmes de santé mentale dans nos communautés.

[Applaudissements]

31Ce que les équipes politiques encadrant la participation faible, de Bruxelles à Paris, de Pawnee à Los Angeles, ne cessent de souligner avec dérision en coulisses, ce qu’ils se glissent à l’oreille en réunion, est tout à coup explicité publiquement, de manière très claire, dans le discours de Richard Alarcon : ces gens sont fous. Ou drogués. Les individus pouvant se permettre de se déplacer deux à trois jours par semaine jusque Downtown pour venir se produire ainsi au City Hall sont des désœuvrés de Venice ou des sans-abri de Skid Row. De tels errements ne peuvent venir que d’errants. Ce qui émerge et se renforce suite aux apparitions continues de ce public tapageur et va jusqu’à s’exprimer solennellement dans cette tirade d’Alarcon, c’est donc bien un sentiment démophobe, une interprétation psychiatrisante des voix citoyennes. Si cette interprétation vise particulièrement la critique radicale et provocatrice, elle s’étend plus généralement à l’engagement public, ou plus précisément à cette tendance des personnes seules à venir se mêler des affaires collectives, à venir « exprimer des commentaires superflus ». Dans la presse locale couvrant les séances du City Council, une appellation a fait son apparition avec les premiers exploits de Zuma Dogg et est depuis utilisée sans distinction pour désigner les « orateurs du public » ayant des propos jugés agressifs, déplacés ou superflus : gadflies (en français : « mouches du coche »).

Extrait 3 - Début de l’article « L.A. gadflies on fire. Politicians dream of a world without them. Would be better off? », de Hillel Aron, LA Weekly, 13-19 avril 2012.

En découvrant la liste des orateurs pour le point 15 de l’ordre du jour de ce 23 mars, le conseiller municipal Tom LaBonge a dû avoir des sueurs froides. Le voici qui lit les noms à voix haute : « Arnold Sacks, John Walsh et Monsieur… Bong ? Y a-t-il un certain Bong dans la salle ? » Un plaisantin, sans doute. Ensuite, ce fut au tour de Zuma Dogg. Un autre gadfly. C’étaient tous des gadflies.

32Cette métaphore animale, prise pour allant de soi, participe d’une interprétation non seulement psychiatrisante, mais au-delà, réifiante, déshumanisante de ces individus par lesquels viennent le trouble et la confrontation. Dans ces scènes, il faut insister sur l’importance des corps (l’obésité, l’apparence décharnée ou l’invalidité de certains d’entre eux), leur maintien (dans le cas des personnes âgées ou de celles visiblement ivres), leur état de propreté (dans le cas des personnes supposées « sans abri » notamment) ; insister sur les allures, les accoutrements (la tendance, par exemple de nombre de ces participants à porter des lunettes de soleil dans des espaces intérieurs), certains d’entre eux se présentant à la tribune carrément déguisés.

  • 23 « Alors, qu’est-ce que ça fait d’être en train de parler à un insecte ? Je suis censé être une sort (...)

33John Walsh fait très certainement partie de ces « créatures » tout droit « sorties de la scène du bar dans La Guerre des étoiles » auxquelles songe Éric Garcetti. Portant des costumes à carreaux de couleurs vives (orange, rouge, rose) mais ternis par l’usure et la saleté, de longues mèches grises lui tombant sur le visage et lui couvrant les yeux, John Walsh se déplace avec lenteur et difficulté. Lorsqu’il est appelé à la tribune pour son commentaire, il se lève lentement et s’avance, fortement voûté, plié sur lui-même. Arrivé au pupitre où sont installés le micro et le chronomètre, il prend appui, se redresse et commence son commentaire. Plusieurs fois lors de ces deux minutes de « libre parole », son corps s’électrise de colère et semble animé de convulsions, ses longs bras s’agitant frénétiquement autour de lui. Ses propos – des avertissements concernant différentes formes de menaces qui planent sur la ville de L.A., mélangés à des attaques et à des injures – s’accompagnent rapidement de postillons. Il semble parfaitement conscient de son image et des sobriquets qui lui sont attribués. Lors de notre premier entretien en 2012, John Walsh me lance : « So, how does it feel to be talking to an insect? I’m supposed to be a kind of fly ». Quand le journaliste du L.A. Weekly lui demandait quelques jours avant de réagir à cette dénomination, il renchérissait même : « I’m a pest, like testicular cancer’s a pest ». Le terme gadfly ne lui plaît pas. Il peine à rendre compte de son art : « They lump me together with Arnold Sachs, a homeless Jew. What the fuck is a homeless Jew? I thought that was what Israel was for » 23.

  • 24 Pour une synthèse éclairante des débats politiques et juridiques autour du hate speech aux États-Un (...)
  • 25 « Si ce qu’il a fait jusqu’ici n’a pas interrompu la réunion, je suis vraiment tenté d’aller dans l (...)

34Peu après les débordements du 23 mars 2012 (qui se limitaient à vrai dire à quelques farces infantiles) et leur compte rendu médiatique, un incident plus sérieux survint et eut raison du peu de patience et de sympathie que certains des conseillers municipaux pouvaient encore avoir pour ces public comments et leurs auteurs. Le 10 avril 2012, Michael Carreon, un homme latino d’une cinquantaine d’années également habitué de ces réunions, réagit par un salut nazi accompagné d’un « Heil Hitler ! » à la demande qui lui était faite de baisser la voix 24. Cet événement plongea la salle dans une stupéfaction qui n’était pas sans rappeler l’arrivée de Michael Hunt en tenue du Klan, trois ans plus tôt. Lors de ces deux situations, les conseillers, furieux, s’étaient retournés vers le représentant du City Attorney siégeant au Conseil, s’enquérant de savoir si ces formes d’expression ressortaient du free speech ou si elles contrevenaient aux règles du Brown Act, relatives à la communication dans les réunions publiques en Californie. Hautement embarrassé, le délégué du City Attorney avait répondu en bégayant qu’elles constituaient bien des expressions symboliques protégées par le droit et qu’elles ne pouvaient être considérées comme un disruptive behavior – un comportement proprement « perturbateur », provoquant une « interruption » de la réunion. Dans la situation du salut nazi, devant l’impuissance du Conseil d’intervenir sur une base juridique, le conseiller juif Paul Koretz avait alors déclaré « If what he did did not disrupt the meeting yet, I’m very tempted to go over there and clock him. And that will disrupt the meeting » 25. De nouvelles tentatives visant à encadrer davantage les public comments sur le plan des procédures furent entreprises, mais aucune n’aboutit.

  • 26 « J’ai lu et re-lu le Premier Amendement de la Constitution et je n’ai pas trouvé la section qui di (...)

35Dans leur volonté de limiter l’« emprise des gadflies sur l’agenda du Conseil municipal » (selon les mots du conseiller Bill Rosendahl), les représentants de la Ville rencontrèrent continûment une résistance farouche de la part de certains citoyens particulièrement au fait de leurs droits, voire de leurs avocats. Ainsi, Steven Rhode, un juriste californien spécialisé dans les droits civils, représenta les auto-proclamés Venice Outlaws (Zuma Dogg et son compère Matt Dowd) lors de leurs litiges avec la Ville. Réagissant à l’exaspération suscitée par les extravagances de ses clients, Steven Rhode confiait au journaliste du LA Weekly, Hillel Aron : « I have read and re-read the First Amendment, and I haven’t found the section that says free speech only applies to ordinary people » 26. Depuis, le train-train des commentaires du public se poursuit. Certains des orateurs les plus flamboyants, c’est le cas par exemple de Zuma Dogg, ont disparu. D’autres sont apparus. John Walsh, lui, est toujours là. La pratique de l’inclusion des voix citoyennes au niveau des politiques municipales n’est pas parvenue à se dégager de sa « captivation » par ces corps hors-norme et ces voix déchaînées. « Captivants », ces moments de débordement le sont d’abord par cette fascination inquiète qu’ils exercent sur l’auditoire. Ils le sont également, au sens plus littéral où l’ensemble des partenaires de l’interaction se retrouvent « captifs » de ces situations, « l’offensé et l’offenseur hurl[a]nt dans la même cellule sociale où s’encastrent leur fureur et leur malaise » (Goffman, 1973, p. 325).

Perlocutions des discours vides, creux ou ignorés

36Une brève synthèse d’étape s’impose : à Bruxelles comme à Los Angeles, dans des espaces politiques ouverts mais inhospitaliers (Berger & Charles, 2014), la participation faible est moins improductive ou stérile qu’on l’imagine souvent. Comme nous l’avons vu, sa productivité tient notamment à la constitution de publics indésirés(-ables) aux voix inécoutées(-ables) et aux discours inappropriés(-ables) ; à leur installation et leur reproduction dans les espaces officiels de la démocratie municipale ; à l’éprouvante répétition de situations désagréables liées à leur présence, à leur comportement et à leur expression ; au renforcement de sentiments, de pratiques et d’habitudes démophobes chez les élus et fonctionnaires municipaux.

  • 27 Pour une étude sur la question de l’(in)attention et de ses usages dans les assemblées participativ (...)

37Ces réactions des équipes d’encadrement de la participation peuvent prendre la forme « négative » de rappels à l’ordre, de sanctions explicites ou plus diffuses, de tentatives de contrôle et d’endiguement (dont le caractère démophobe est signé par leur précocité et les anticipations abusives sur lesquelles ils s’appuient). Ces réactions négatives sont parfois moins manifestes. Elles se traduisent alors par l’absence physique de ceux qui ont mieux à faire, ou par les « absences » des conseillers municipaux physiquement présents mais inattentifs. À Bruxelles ou à Los Angeles, ceux-ci ne manquent généralement pas de se replonger dans leurs laptops et smartphones lorsque débutent les moments consacrés aux prises de paroles citoyennes ; en particulier quand ils s’ouvrent sur la venue d’un orateur tristement célèbre, dont la prise de parole promet d’être incongrue, ignorante, inintelligible, loufoque, outrageuse, arrogante, hystérique, obscène, etc. 27.

  • 28 Robin Wagner-Pacifici insiste sur ce fait : « performatives always pivot around the forces of conve (...)

38La mécommunication s’explique sur le plan de l’énonciation comme sur celui de l’écoute : d’un côté, la possibilité réelle d’actes de langage « vides » (void) ou « creux » (hollow) (Austin, 1962), ne satisfaisant pas à des conditions de félicité d’ordres topique, institutionnel, expressif ou intentionnel (ex. : insincérité d’une promesse, inauthenticité d’un témoignage) ; de l’autre, l’anticipation de cette possibilité et donc la probabilité que les interventions des participants, quelles que soient leurs éventuelles qualités intrinsèques, ne soient pas « relevées », « saisies » (uptake28. Prises dans un historique chargé d’abus d’énonciation et de fautes de réception, les voix citoyennes se font fantomatiques.

39Se pose ici la question des « tours pour rien » (Berger, 2009, pp. 341-342). La plupart du temps, dans les commissions de quartier de Bruxelles comme au Conseil municipal de Los Angeles, à l’échelle d’une prise de parole, les propos des participants sont simplement dits et entendus. Tout se passe comme si, ce faisant, ils n’agissaient pas sur la discussion ; comme si, au-delà de leur simple verbalisation, ils ne faisaient peser aucune force particulière sur les tours suivants. À l’examen de la transcription des réunions publiques des commissions de quartier bruxelloises, on trouve en effet d’innombrables exemples de propositions ou d’idées qui, après avoir résonné un instant dans l’espace commun, s’évanouissent, balayées par les tours de parole suivants. Ces nouveaux tours pourront éventuellement eux aussi faire figure de « tours pour rien ». On retrouve ainsi des séquences conversationnelles entières dans lesquelles les contributions prolifèrent tout en s’ignorant les unes les autres.

  • 29 Robin Wagner-Pacifici rappelle que, pour John Langshaw Austin (1962, p. 121), si les « actes illocu (...)

40Devant cette tendance, on devrait pouvoir s’interroger sur les effets perlocutoires propres aux discours vides, creux ou ignorés et sur la multiplication d’interventions indignes d’attention 29. Que crée, par exemple, une situation dans laquelle celui qui s’est discrédité continue de parler ? Que produit cette parole lorsque – comme c’est le cas le plus souvent – l’embarras de l’auditoire et l’humiliation du locuteur ne sont pas posés en « problèmes » et ne provoquent pas d’« enquêtes », au sens de John Dewey ? Ces situations, par lesquelles des troubles non problématisés s’insinuent dans l’expérience et engourdissent la discussion, participent à notre sens de dynamiques formatrices de « publics fantomatiques » et appellent la mobilisation d’un pragmatisme proche de celui qu’explore actuellement Joan Stavo-Debauge (2012b).

Virtualisation des engagements

41Nous venons de le voir, l’émergence et l’installation de « publics fantomatiques » dans les dispositifs participatifs sont indissociables du développement d’habitudes démophobes chez les équipes d’encadrement de la participation, dont les attentes d’incongruité et la propension à s’absenter constitueraient le versant négatif. Il faut à présent considérer l’autre versant, positif celui-ci (c’est-à-dire à la fois « productif » et « enthousiaste »), d’une organisation démophobe de la participation.

42Ici, l’enquêteur peut se tourner vers le foisonnement de « bonnes pratiques » et de « méthodologies innovantes » autour desquelles les dispositifs participatifs se sont reconfigurés ces dernières années et dont la fonction première ne peut être comprise qu’en référence à la scène primitive de l’irruption du discours du fou dans l’assemblée publique. Dans un article récent (Berger, 2014a), nous nous sommes penchés sur cette vocation immunitaire des nombreux outils mis en circulation sur le marché de la participation (Nonjon, 2006 ; Bonaccorsi & Nonjon, 2012). Ces pratiques et méthodes, qui tendent à faciliter le rassemblement et l’expression des citoyens tout en protégeant l’ordre du discours, font porter leurs effets apaisants sur un double plan. Certaines dimensions de ces pratiques fonctionnent dans le sens d’une virtualisation des engagements citoyens ; d’autres, dans le sens de leur fragmentation, ou de ce que nous préférons appeler leur désintégration.

  • 30 Nous proposons ici une sélection réorganisée de quelques-uns des cadres secondaires initialement li (...)

43La virtualisation des engagements opère par une transformation du cadre de la participation (Goffman, 1991), une redéfinition de la situation dans laquelle les discours citoyens s’expriment. Leurs paroles ne sont plus ici rembarrées, ni même ignorées, mais recadrées dans leur signification, d’une manière qui tend à en neutraliser les prétentions et les implications politiques. Ces transformations opèrent à travers l’usage de procédés, de médiations et d’artefacts variés. Aussi différentes soient-elles, ces opérations ont en commun d’introduire de manière plus ou moins transparente (« modalisations ») ou clandestine (Erving Goffman parle alors de « fabrications ») un second sens ou un second degré dans l’expérience participative. Ces « cadres secondaires », qui s’appuient sur le cadre primaire et officiel de la discussion publique à visée politique pour en transformer la signification, l’enjeu et la portée, sont similaires à ceux déjà identifiés par Erving Goffman dans Frame Analysis 30. Nous en présentons ici quelques-uns.

Cérémonies

  • 31 Ce qui pose ici la question et le problème de l’ouverture problématique de ces espaces au « non mem (...)

44Aux États-Unis, la participation citoyenne aux politiques locales ou municipales est souvent modalisée par la cérémonie, la célébration et la fête (Eliasoph, 2011). Le fait qu’elle ait comme lieu de prédilection le community meeting est révélateur de ce cadrage. Dans les conditions d’un community meeting, les enjeux premiers associés à la prise de parole sont d’ordre « phatique » et « conatif » (Jackobson, 1963). À travers l’enchaînement d’actes de langage (salutations, remerciements, témoignages d’affection, de reconnaissance, d’admiration, etc.) et de rituels confirmatifs (distribution de prix et de distinctions, applaudissements, cris d’enthousiasme, chants, danses, embrassades), il s’agit de veiller au caractère heureux de la rencontre et, à travers l’autocélébration du collectif, d’alimenter une envie d’être ensemble et une énergie à agir ensemble (Berger, 2012b). Participer consiste ici à prendre une part active dans cette « gâterie » (Sloterdijk, 2013) de la communauté par ses membres 31.

  • 32 Allusion est ici faite aux « indices de contextualisation » de John J. Gumperz (1982).
  • 33 Notons que cette tendance, qui trouve l’une de ses inspirations théoriques et l’un de ses registres (...)

45Le cadrage cérémoniel et festif de la démocratie locale s’appuie tout autant sur des environnements, des arrangements et des équipements. Ainsi, une salle des fêtes décorée de guirlandes colorées, de ballons, dont les tables sont garnies de limonades et de cookies faits maison n’apprête pas particulièrement à une discussion musclée autour de questions qui fâchent et divisent ! Les présences dans ces espaces de certains êtres fonctionnent également comme de solides « indices de modalisation » 32. C’est le cas, notamment, d’êtres mignons et attendrissants, comme les jeunes enfants ou les animaux de compagnie présents dans l’assemblée et parfois invités à se présenter sur scène pour y être célébrés et applaudis. C’est le cas également quand le Père Noël fait son apparition lors des réunions de fin d’années ou, évidemment, lorsque c’est Dieu lui-même qui est convoqué à travers les remerciements, louanges et prières de certains orateurs 33.

46À Los Angeles, ce cadre secondaire du rite communautaire n’est pas uniquement mobilisé au niveau des scènes politiques les plus locales et impuissantes, comme les neighborhood councils. Comme nous l’avons montré ailleurs (Berger, 2012b), il modalise également la pratique de l’assemblée publique dans le cadre du Conseil municipal, dont de longues séquences intitulées Proclamations and Presentations sont consacrées à de telles « gâteries ». Lors de ces moments, il s’agit en effet pour les conseillers municipaux d’inviter à la tribune, de présenter, de reconnaître et de célébrer toute une kyrielle d’individus et de groupes : tantôt des membres éminents de la « grande famille de Los Angeles », des « personnes spéciales, uniques », qu’il s’agisse de gens braves (de héros locaux) ou de braves gens ; tantôt des collectifs, à travers l’invitation de « représentants » des innombrables communities territoriales, ethniques, culturelles, religieuses, sexuelles, etc., composant Los Angeles. Le cadrage festif et cérémoniel donné à ces assemblées publiques ne peut alors être pleinement saisi qu’en posant le problème de l’« euphorie conjuratoire » qui l’anime (Sloterdijk, 2010b) ; que s’il est considéré comme compensation et réparation de ces autres moments de public comments décrits précédemment, où la parole libre se présente majoritairement comme radicale, agressive, hystérique, sombre, dépressive, incompréhensible, inintelligible, assourdissante, etc., soit sous des formes susceptibles de mettre en crise la possibilité même d’une communauté.

47Si les errements associés aux public comments semblent encourager, chez les officiels, un cadrage festif et cérémoniel de ces autres moments de la participation davantage sous leur contrôle, les moments d’errements peuvent se retrouver eux-mêmes recadrés, modalisés, comme relevant d’une sombre fête ou d’une cérémonie occulte. Un tel recadrage opère notamment à travers la relégation, dans l’espace et dans le temps, des séances de public comments consacrées aux questions diverses (non agenda items). Ainsi, dans la mesure où elles sont le plus souvent entendues en fin de réunion, après une heure trente, deux heures de réunion, ces questions diverses se développent dans une temporalité particulière où l’attention n’y est de toute façon plus. Les discussions importantes ayant été menées et les gens importants ayant été célébrés, le dérisoire freak show peut commencer. Sur le plan spatial, il est intéressant de constater qu’au cours de l’année 2008, la majorité des public comments les plus transgressifs et débridés se donnait à entendre, non pas directement au City Hall du centre-ville, mais dans son annexe de la San Fernando Valley, le Van Nuys City Hall, où le Conseil se déplaçait parfois et avec lequel, les autres fois, un dispositif de communication par vidéo-conférence était prévu. C’est sur cette « arrière-scène », peu fréquentée, à vrai dire pratiquement vide la plupart du temps, qu’il était notamment possible d’assister au Zuma Dogg Show. Lors de l’une de ses interventions tapageuses, ce dernier rappelait sa mainmise sur les lieux avec ces mots : « This is Zuma Dogg, thank y’all for joining me in my private chamber. I’m here twenty days a week… I mean, twenty days a month ». Cet espace civique secondaire, déserté par le plus grand nombre, devint ainsi progressivement identifiable comme le lieu du pire, une anti-sphère publique où ne se jouait pas la procession des héros locaux, des enfants mignons et des communautés colorées et souriantes, mais une sorte de sombre carnaval des parias.

48Par sa modalisation cérémonielle, la participation au Conseil municipal de Los Angeles, qu’elle soit celle des membres chéris ou des outsiders honnis, se trouve comme virtualisée. D’un côté, les rencontres centrées sur l’autocélébration de la communauté, sur le défilé des forces en présence et la récompense d’individus ou de groupes exemplaires, se limitent le plus souvent à flatter le collectif, à considérer le potentiel de sa participation, plutôt qu’à actualiser sa participation, à rechercher son intégration et sa coordination aux affaires du gouvernement municipal. De l’autre côté, le fait de recadrer les errements des gadflies comme relevant de rites obscurs et pathétiques, ayant cours dans les « limbes » de la vie publique (Berger & Charles, 2014), dans un « espace infernal » suffisamment clos et périphérique (Sloterdijk, 2010b, p. 525-591), situé à distance respectable du rassemblement officiel et central de la communauté honorable, tend à désamorcer les implications politiques de leurs contre-performances.

Faire-semblant

49Les modalisations cérémonielles dont nous venons de rendre compte préfiguraient la question de l’exagération et de l’insincérité des engagements (de leurs « abus » dans les termes de John Langshaw Austin [1962]) et cela, qu’elles nous renvoient à cette propension des membres éminents à « en faire des tonnes » dans leurs témoignages d’affection communautaire (Berger, 2012b), ou à cet appétit de John Walsh, de Zuma Dogg et d’autres pour ces possibilités de « faire des scènes », de « faire leur cinéma » (Cefaï & Gardella, 2011, p. 362) devant un auditoire et de possibles téléspectateurs. Ces derniers, en s’appuyant sur une série d’« indices de modalisation », considéreront la possibilité que ces prises de parole radicales ne sont pas engagées de manière franche et que ces engagements ne sont pas tant ceux de personnes que de personnages. Parmi ces indices, on compte notamment certains attributs physiques ou vestimentaires. C’est le cas des vieux complets à carreaux déformés, multicolores, clownesques, de John Walsh. Cela est encore plus clair dans le cas de Zuma Dogg, qui affirme enfiler son « costume légendaire pour venir au City Hall, tel Batman quand la ville a besoin de lui ». La modalisation de l’engagement peut ainsi être annoncée de manière particulièrement explicite, en s’appuyant sur ce que Kendall Walton (1990) appelle des props et des prompters, ces accessoires à portée de la main et autres signes dans notre environnement à partir desquels nous embrayons sur un cadrage ludico-fictionnel. Dans l’extrait qui suit, la cloche actionnée par Don Garza et l’annonce d’Éric Garcetti (l’appellation « our town crier ») fonctionnent respectivement comme prop et comme prompter. En fin de « représentation », le salut emphatique de Don Garza et la plaisanterie du président de séance referment la parenthèse.

Extrait 4 - Conseil municipal de Los Angeles - Janvier 2008

Éric Garcetti (Président du Conseil) :
Voilà, cela nous ramène aux commentaires du public. Pour démarrer la nouvelle année un sourire apparaît sur son visage, le premier orateur est notre « crieur public » (town crier). Don Garza, si vous voulez bien vous avancer à la tribune…
Don Garza (« orateur du public ») :
Un homme latino corpulent aux cheveux mi-longs et portant la moustache arrive dans le champ de la caméra précédé par le bruit de tintement de la grosse cloche qu’il secoue. Quelques-unes de la quinzaine de personnes présentes esquissent un sourire. Il s’avance vers le micro puis dépose la cloche sur le pupitre. Après un moment de silence, il hurle :
Oyez ! Oyez ! Oyez !
Visible à l’arrière-plan, Michael Hunt, un autre habitué des débordements, se tortille sur son banc, hilare. Don Garza reprend, toujours en criant et en scandant chaque phrase :
Étant donné que je n’ai qu’une minute… Je dirai simplement « bonne année » à la ville de Los Angeles… De retour du Midwest, je vous remets le bonjour de la compétition des crieurs publics à laquelle j’ai participé en novembre. Bien sûr, en bon liberal californien, je voudrais déplorer le fait que je n’ai décroché que la cinquième place… J’aurais pu gagner… Mais, bon… J’ai fait CINQUIEME. C’est quand même pas mal.
Il est applaudi. Vraisemblablement aussi par quelques-uns des conseillers municipaux présents
J’ai également quelques présents de la part du chef des pompiers de la ville de Miami il montre des casquettes. Je ne lui ai pas précisé combien de conseillers vous étiez, alors bon… Il en reste deux. Si vous voulez vous battre entre vous pour les avoir, libre à vous les mecs. J’aimerais vous les lancer pour voir si vous vous battez.
Éric Garcetti :
Glisse, toujours souriant :
Monsieur Zine l’un des conseillers municipaux est un vrai collectionneur !
Don Garza (orateur du public) :
Il crie encore plus fort :
Mesdames et messieurs… Dieu bénisse cette grande Cité des Anges… Dieu bénisse ce grand pays… Dieu bénisse notre Conseil municipal, notre Comté… Et Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique !
Il finit son intervention pile au moment où le chronomètre marque 0:00. Il salue le Conseil tel un pianiste à la fin d’un concert, main droite sur le ventre. Le public visible à l’écran semble indifférent. Une personne applaudit.
Éric Garcetti :
Conclut, toujours avec le sourire :
Merci Mr. Garza, et félicitations pour cette cinquième place. Nous sommes sûrs que ce n’est qu’un début.

50Le recadrage des débordements de la participation dans le domaine de la mise en scène de soi et de la feintise ludique est finalement un moyen pour l’institution d’atténuer le choc de la folie, de faire une place minimale à des voix, des comportements et des corps hors norme, sinon plus délicats à « encaisser » (Stavo-Debauge, 2014). C’est ainsi que l’on peut comprendre l’attitude cordiale, souriante et sereine d’Éric Garcetti face aux interventions les plus loufoques.

  • 34 Ces considérations critiques trouvent une résonance dans des travaux actuels sur les usages du « th (...)

51Aux États-Unis comme en Europe, le cadrage ludico-fictionnel de la participation peut être appliqué de manière plus systématique et orienter plus fondamentalement les activités civiques qui ont lieu dans l’assemblée. Cela passe d’abord par l’introduction d’objectifs de divertissement et de fun (Eliasoph, 2010 et 2011) dans ces activités, à travers les plaisanteries de l’animateur et les petits jeux auxquels sont invités les participants. C’est parfois la séance tout entière qui est placée sous le signe du jeu. Les jeux de rôles, de plateaux ou de construction sont en effet devenus des incontournables de la boîte à outils des professionnels de la participation. Il devient plus commode d’accueillir les contributions prétentieuses de tous les Monsieur Ferret du monde dans les conditions ludico-fictionnelles du jeu de rôles par exemple, où ils pourront, si cela les amuse, se prendre pour des participants capables et érudits. Plus on est de fous, plus on rit ! 34 Il s’agit donc ici de motiver la mise en participation, de laisser venir le discours citoyen tout en en transposant la signification et en en suspendant les contraintes de réalité.

52À côté de ces deux premières modalités du faire-semblant que sont la mise en scène et le jeu, on retrouve encore celle du rêve. Les ateliers participatifs qui se développent aujourd’hui dans les politiques de la ville cadrent souvent les contributions des citoyens, des usagers ou des habitants dans le domaine de la rêverie, de l’imaginaire, cherchent à stimuler leurs idées, leur imagination. La proposition qui leur est faite est, par exemple, de « dessiner le quartier de leur rêve ». On comprend ici comment l’introduction d’un second degré, d’un sens figuré dans la participation, que cela soit par la feintise, le jeu ou la rêverie, tend à dissuader les engagements francs, sérieux, réalistes. À quoi bon, en effet, s’engager de cette manière, quand il doit apparaître clairement à tous que les résultats de ces activités à caractère fictionnel ne sauraient être pris au pied de la lettre ?

Répétitions

53Une autre modalisation allant dans le sens d’une virtualisation de la participation et d’un devenir-fantôme de son public est relative à ce qu’Erving Goffman appelle les « réitérations techniques », qui recouvrent à la fois les essais nucléaires, les entraînements militaires, les répétitions théâtrales ou musicales, les simulations de vol, soit « toutes ces séquences d’activité exécutées en dehors de leur contexte ordinaire pour des raisons pratiques explicitement différentes de celles qui président à la véritable exécution et en sachant pertinemment que les conséquences ne sont pas les mêmes » (Goffman, 1991, p. 68). Sur les terrains qui nous occupent, la modalisation de l’expérience participative comme répétition et préparation d’une « participation-citoyenne-réelle-à-venir » peut prendre deux formes : le laboratoire et la capacitation.

  • 35 Sur les rapports entre « simulation » et « simulacre » dans la fiction, voir Jean-Marie Schaeffer ( (...)

54On constatera d’abord que nombre de pratiques participatives dites innovantes, mises en œuvre ces dernières années, se présentent comme des « expérimentations citoyennes ». On parlera ici de « laboratoires citoyens », de citizen labs, comme il s’en organise un peu partout, dans le domaine des politiques de santé notamment. Le caractère de « réitération technique » de telles expériences « menées en laboratoire » (en dehors d’un contexte ordinaire et dont les conséquences pratiques sont très incertaines) est évident pour les organisateurs. Souvent, moins pour les participants… Si certains d’entre eux participent bien à une « simulation », saisissent pour cela les indices de modalisation et recadrent l’expérience qu’ils sont en train de vivre comme la répétition générale d’une participation citoyenne effective (« imaginez qu’on vous accueille au Conseil de direction et qu’on vous demande de décider d’un ensemble de critères pour le remboursement des soins de santé, que feriez-vous ? »), d’autres s’y engagent « au premier degré ». Ces derniers, qui pensent sincèrement être consultés en vue d’une décision, participent plutôt à un « simulacre » 35. La transformation de l’expérience participative ne se fait pas pour eux par modalisation, mais par « fabrication ».

55On retrouve une autre façon de cadrer la participation comme « entraînement » à la vie politique ou comme « répétition » de la démocratie dans ces événements où la discussion publique prend une tournure pédagogique et où la « participation » vise d’abord la « capacitation » des citoyens par les représentants de pouvoirs publics, leurs experts ou leurs animateurs. Dans ces « écoles de démocratie » (Talpin, 2011) dont on a trop peu soulevé les ambiguïtés, la participation s’envisage surtout comme préparation à la participation, comme un exercice se limitant à jauger un potentiel à participer et à considérer une participation potentielle. Or il est bien difficile aux citoyens-écoliers de faire entendre leurs discours et leurs arguments dans des espaces où on leur fait comprendre, d’une manière ou d’une autre (en tenant la réunion dans une salle de classe du primaire, par exemple), que leurs « capacités » sont encore à développer, que leurs discours et arguments sont encore en formation et donc pas encore tout à fait audibles ou crédibles (Berger, 2009, p. 390-397).

Minorations 36

  • 36 Ces « minorations », que nous introduisons ici, ne figurent pas parmi les « modalisations » étudiée (...)
  • 37 Sur la recherche d’un « citoyen sans qualités » – et donc la dépréciation de sa singularité et de s (...)
  • 38 On retrouve ici le thème arendtien de l’exclusion de la famille et du foyer (oikia) de la sphère pu (...)

56Cette modalisation de la participation par la « répétition » nous amène assez naturellement à en évoquer une autre : la « minoration ». En effet, ce qui se joue dans le ton des animateurs, l’arrangement des lieux (la salle de classe évoquée à l’instant, par exemple), l’orientation pédagogique ou ludique des activités, la sollicitation d’une participation émue et spontanée (« Dites-nous ce que ces images vous évoquent, la première chose qui vous passe par la tête ! »), c’est aussi un cadrage de la parole du citoyen comme parole « nécessairement mineure » (Crépon, 2012, p. 62-63). Les citoyens réellement attendus dans ces espaces sont des « citoyens ordinaires ». Les participants dont on est prêt à entendre la voix sont de « simples habitants » ou de « simples usagers » 37. De « petites gens », qui doivent bien avoir une « petite idée » sur la question (qu’il s’agisse d’urbanisme, de santé publique, d’aide sociale, etc.) ; petite idée qui tient généralement sur un « petit bout de papier » ou peut être figurée par une image (voir l’utilisation des post-it et des photographies dans ces assemblées [Berger, 2014a]). Cette participation en mode mineur s’exprime aujourd’hui de manière assez évidente dans ces espaces de plus en plus nombreux à s’ouvrir aux voix des jeunes et des enfants, où ce qui se joue, comme le dit joliment Marc Breviglieri, n’est pas seulement une discutable « politisation des enfants », mais également une tout aussi problématique « infantilisation du politique » (Breviglieri, 2014, p. 104) 38.

57La minoration des engagements citoyens dans ces assemblées tient également à l’auto-discipline, au tact déférent de certains des participants les mieux entendus dans ces espaces (Berger, 2009, pp. 424-429), à leurs façons de mettre un bémol à leurs interventions, qu’elles soient propositives ou critiques, pour les rendre plus acceptables (auto-dénigrement, atténuations, euphémisations, teintes d’ironie, etc.).

Extrait 5 - Comité de quartier Callas - Région de Bruxelles-Capitale - Juin 2005

Isabelle Thierry (habitante du quartier) :
Je peux dire une grosse connerie ? Pardon mais c’est vraiment une très grosse connerie, je vous signale, vous êtes prêts ? Dans le haut de la rue de la Brasserie… Ce n’est pas parce que c’est ma rue, je m’en tape. C’est parce que vous avez tapé un projet là-dessus. Donc, rue de la Brasserie, il y a un espace-là. Et je suis occupée à me dire : est-ce qu’on ne peut pas faire un lien sur certaines fonctions ? Je pense par exemple « espaces verts », ici… ou « verdurisation ». J’en sais rien…

  • 39 Référence est faite à la catégorie grammaticale de l’« irréel » (irrealis), à ces modalités par les (...)

58Ces « compétences » appelées chez les participants témoignent de l’ambiguïté fondamentale qui structure les interactions dans ces dispositifs ; des interactions inscrites à la fois dans le cadre interactionnel de la démocratie participative (valorisant les interventions de citoyens, flattant leurs savoirs et leurs expériences) et dans celui de la démocratie délégative (à l’intérieur duquel les interventions, savoirs et expériences qui comptent réellement ne peuvent être que ceux d’un petit nombre d’acteurs mandatés et spécialisés). Dans ces situations d’« ambiguité interactionnelle », dont les formes élémentaires ont été étudiées par Iddo Tavory (2010) à partir de l’exemple du flirt, la compétence du « profane » consiste à développer ses engagements dans des états de virtualité, à avancer un propos pour aussitôt l’ « irréaliser », en neutraliser les implications (Berger, 2008a) 39. À l’étude des disciplines expressives à l’œuvre dans ces dispositifs, on ne peut alors que se poser la question : quelle est la valeur démocratique d’assemblées dans lesquelles la seule parole citoyenne réellement audible est une parole avancée sur un mode mineur, défensif et irréalisant, une parole anticipant sur les attentes d’incongruité qui pèsent sur elle, une parole hantée par la démophobie ?

Détournements

  • 40 Dans la littérature sur la participation, peu ont étudié cette dérive thérapeutique, qui avait été (...)

59Les différentes modalisations que nous avons passées en revue peuvent apparaître aux participants comme des transformations momentanées ou bénignes du « cadre » de la participation de nature politique qui les rassemble. Dans certains cas, cependant, elles pourront apparaître comme de réels « détournements », c’est-à-dire des situations dans lesquelles l’exécution de l’activité de participation citoyenne se fait « pour des raisons et des motifs qui se révèlent radicalement différents de ceux qui animent habituellement ses exécutants » (Goffman, 1991, p. 83). Le problème des détournements nous amène sur le terrain des « fabrications » (Ibid., p. 93-131), c’est-à-dire des situations dans lesquelles les détournements se produisent à l’insu d’une partie du public participant. On peut pointer ici, à titre d’exemple, les détournements thérapeutiques qui sont à l’œuvre dans nombre de dispositifs participatifs mis en place dans le secteur de l’aide sociale ou de l’urgence sociale et les techniques de fabrication par lesquelles ils captent leurs participants, officiellement invités à s’engager dans un processus de discussion démocratique, mais réellement attendus sur le terrain de la parole cathartique (« Videz votre sac ! ») et du recouvrement de leur « dignité » via l’expression en public (Berger & Sanchez-Mazas, 2008) 40.

  • 41 « Un chihuahua en tutu, en plein milieu d’un Conseil de la ville de Los Angeles ? Bordel de Dieu, q (...)

60Les détournements de la participation n’appellent pas toujours une communication collusoire au niveau de l’équipe d’encadrement, n’obligent pas toujours à recourir à des fabrications. Il en va ainsi, dans les exemples des pages précédentes, d’une participation développant des enjeux d’ordre essentiellement phatique, ludique, pédagogique, etc. et s’éloignant ainsi considérablement des « raisons et motifs qui animent habituellement » l’exercice démocratique. À l’occasion, ces détournements sont signalés, dévoilés par les participants de Bruxelles, qui ne sont « pas venus pour jouer avec des blocs de mousse comme des enfants de cinq ans », ou par ceux de Los Angeles qui s’insurgent contre cette tendance des leurs conseillers municipaux à faire venir sur scène des animaux de compagnies, aussi mignons soient-ils (Berger, 2012b) : « A chihuahua in a tutu, in the middle of the Los Angeles City Council? What’s wrong with you? Goddammit you guys… » 41. Ce qui est pointé ici, ce sont des « sur-modalisations » du politique, des « stratifications accrues et illégitimes » du cadre démocratique (Goffman, 1991, p. 358). C’est aussi à travers de telles expériences sur-modalisées de la participation citoyenne, lorsqu’elles ne sont pas interrogées et critiquées, qu’un peu partout enflent des « publics fantomatiques ».

Désintégration des engagements

61Après les errements puis la virtualisation de la participation, un troisième rouage de l’engendrement de « publics fantomatiques » dans les dispositifs participatifs d’État consiste en ce qu’il est proposé d’appeler la désintégration des engagements. Celle-ci n’a pas tant à voir avec le recadrage des engagements citoyens qu’avec leur reformatage (Charles, 2012c). Il ne s’agit plus ici de laisser venir le discours du « citoyen ordinaire » pour le transformer, en modaliser le sens, en altérer les implications, en atténuer la portée ; il s’agit plutôt, par le format donné au dispositif, par les contraintes de mise en forme placées sur l’engagement des participants, de faire obstruction aux interventions d’une certaine « taille », que celles-ci soient « intégrées » dans un témoignage d’une certaine durée, dans une argumentation enchaînant les propositions, dans un propos se déployant dans un mouvement de théorisation et de montée en généralité, ou encore dans des propositions portées collectivement. Le reformatage des pratiques participatives autour d’outils et de médiations limitant les apports des participants à quelques mots griffonnés sur un post-it, quelques gommettes collées sur une carte du quartier, quelques clics ou « like » sur une plateforme internet, ou à la possibilité de poster en lignes images et photographies, participe actuellement d’un véritable « tournant sémiotique » dans l’exercice de la démocratie (Berger, 2014a). En réduisant la participation à ses fonctions iconico-indexiques, à sa dimension infra-argumentative, voire non propositionnelle, ces méthodes ne cherchent plus la coordination des interventions par la discussion, mais la collecte de « contributions » par des systèmes (Dean, 2009, p. 26-28).

62Pour paraphraser la chef de projet Charlotte Bridel dans l’extrait n°1, à ces « quidams », qui « n’en connaissent qu’un morceau », il ne faut pas demander de propositions articulées et intégrées, des démonstrations ; il sied au contraire d’arranger la participation afin que leurs apports se présentent de la manière la plus fractionnée et atomisée, sous formes d’indications, d’humbles monstrations. Ce reformatage des dispositifs participatifs dans le sens d’une « discrétisation » des contributions répond, semble-t-il, à un double enjeu. Tout d’abord, un enjeu d’anticipation et de prévention des errements, consistant à rendre la participation plus « discrète » également sur le plan de l’énonciation : moins bruyante, moins ambitieuse, moins longue, moins exigeante pour l’attention. Ensuite, à travers une nette division du travail sémiotique, un enjeu de réaffirmation de la division du travail politique entre, d’un côté, des « citoyens » non spécialistes, non mandatés, non autorisés, bons à produire des images, des indications, des informations, des renseignements, des stimuli élémentaires et, de l’autre, les organisateurs et leurs (systèmes-)experts, qui ont la liberté et la marge de manœuvre de donner forme à cette matière, de l’intégrer, de la « monter » (Mamou, 2013) et, in fine, de l’interpréter. Quel est cet être anonyme, informe et désintégré qui se répand dans ces exercices de crowd-sourcing auxquels se limite de plus en plus la participation post-délibérative, sinon une autre figure du « public fantomatique » ?

Haut de page

Bibliographie

Arendt H. (1983 [1961]), Condition de l’homme moderne, Paris, Éditions Calmann-Levy.

Arendt H. (1989 [1972]), La Crise de la culture, Paris, Éditions Gallimard.

Arnstein S. R. (1969), « A Ladder of Citizen Participation », Journal of the American Institute of Planners, vol. 35, n° 4, pp. 216-224.

Austin J. L. (1962), How To Do Things With Words, Oxford, Clarendon Press.

Berger M. (2008a), « Répondre en citoyen ordinaire. Pour une étude ethnopragmatique des compétences profanes », Tracés, n°15, « Pragmatismes », pp. 191-208.

Berger M. (2008b), Bruxelles à l’épreuve de la participation, Bruxelles, MRBC.

Berger M. (2009), Répondre en citoyen ordinaire. Enquête sur les compétences profanes dans un dispositif d’urbanisme participatif à Bruxelles, Thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles.

Berger M. (2011), « Micro-écologie de la résistance. Les appuis sensibles de la parole citoyenne dans une assemblée d’urbanisme participatif à Bruxelles », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions PIE Peter Lang, pp. 101-130.

Berger M. (2012a), « Mettre les pieds dans une discussion publique. La théorie de la position énonciative appliquée à des assemblées de démocratie participative », dans Cefaï D. & L. Perreau (dir.), Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, Presses universitaires de France, pp. 391-426.

Berger M. (2012b), « La démocratie au prisme de la communauté. Effervescence, emphase et répétition dans la vie civique à Los Angeles », Participations, n° 4/3, « Ethnographies de la participation », pp. 49-77.

Berger M. (2014a), « La participation sans le discours. Enquête sur un tournant sémiotique dans les pratiques de démocratie participative », Espaces-Temps.net [espacestemps.net/articles/la-participation-sans-le-discours/].

Berger M. (2014b), « Les cadres de l’expérience démocratique. La participation entre activité, interaction et histoire partagée », dans Carlier L. & J. Charles (dir.), Enquêter dans l’histoire : sensibilités pragmatiques, numéro spécial de la Revue de l’Institut de Sociologie.

Berger M. & J. Charles (2014), « Persona non grata. Au seuil de la participation », Participations, n° 9/2, « Les limites de l’inclusion démocratique », pp. 7-37.

Berger M. & M. Sanchez-Mazas (2008), « La voix des sans domicile. Des usages sociaux du jeu démocratique dans les Espaces Dialogue en Belgique », dans Payet J.-P., Giuliani F. & D. Laforgue (dir.), La Voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, pp. 181-194.

Blondiaux L. (2003), « Publics imaginés et publics réels. La sollicitation des habitants dans une expérience de démocratie locale », dans Cefai D. & D. Pasquier D. (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 313-326.

Blondiaux L. & J.-M. Fourniau (2011), « Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? », Participations, n° 1, pp. 8-35.

Blondiaux L. & Y. Sintomer (2002), « L’impératif délibératif », Politix, vol. 15, n° 57, pp. 17-35.

Boltanski L. (2012), Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes. Paris, Éditions Gallimard.

Boltanski L. & L. Thevenot (1991), De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard.

Bonaccorsi J. & M. Nonjon (2012), « La participation en “kit” : l’horizon funèbre de l’idéal participatif ? », Quaderni, n° 79, pp. 29-44.

Brahy R. (2011), « Le politique a-t-il déserté le théâtre-action ? », Mouvements, vol. 65, n° 1, pp. 79-90.

Breviglieri M. (2014), « La vie publique de l’enfant », Participations, n° 9/2, « Les limites de l’inclusion démocratique », pp. 97-123.

Breviglieri M. & S. Gaudet (dir.) (2014), La Participation sociale et politique au quotidien, dossier spécial de la revue Lien social et Politiques, n° 71.

Cardon D. & J.-P. Heurtin (1999), « La critique en régime d’impuissance. Une lecture des indignations des auditeurs sur France Inter », dans François B. & E. Neveu (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presse universitaire de Rennes, pp. 85-119.

Carlier L. & J. Charles (dir.) (2014), Enquêter dans l’histoire : Sensibilités pragmatiques, numéro spécial de la Revue de l’Institut de Sociologie.

Carrel M. (2013), Faire participer les habitants, Paris, Éditions de l’ENS.

Cefaï D. (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, Éditions La Découverte.

Cefaï D. & É. Gardella (2011), L’Urgence sociale en action. Ethnographie du Samusocial de Paris, Paris, Éditions La Découverte.

Cefaï D. & C. Terzi (dir.), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, collection « Raisons Pratiques », 22.

Charles J. (2012a), « Les charges de la participation », SociologieS [sociologies.revues.org/4151].

Charles J. (2012b), Une participation éprouvante, thèse pour le doctorat en sociologie, Louvain-la-Neuve et Paris, Université catholique de Louvain et École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Charles J. (2012c), « Comment la cartographie méconnaît les habitants », Participations, vol. 4, n° 3, « Ethnographies de la participation », pp. 155-178.

Chateauraynaud F. (2014), « Les figures de l’acceptabilité en régime de critique radicale », communication, Colloque de l’ACFAS, Montréal, mai 2014, disponible en ligne, http://www.academia.edu/8579970/Les_figures_de_l_acceptabilit%C3%A9_en_r%C3%A9gime_de_critique_radicale_mai_2014_

Cometti J.-P. (2002), « Jürgen Habermas et le pragmatisme », dans Rochlitz R. (dir.), Habermas. L’usage public de la raison, Paris, Presses universitaires de France, pp. 67-94.

Crépon M. (2012), Élections. De la démophobie, Paris, Éditions Hermann.

Dean J. (2009), Democracy And Other Neoliberal Fantasies. Communicative Capitalism and Left Politics, Durham, Duke University Press.

Dewey J. (1993 [1938]), Logique. Théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

Dewey J. (2010 [1927]), Le Public et ses problèmes, Paris, Éditions Gallimard.

De Munck J. (2011), « Les trois dimensions de la sociologie critique », SociologieS [sociologies.revues.org/3576].

Eliasoph N. (2003), « Publics fragiles. Une ethnographie de la citoyenneté dans la vie associative », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 225-268.

Eliasoph N. (2010), L’Évitement du politique, Paris, Éditions Economica

Eliasoph N. (2011), Making Volunteers: Civic Life after Welfare’s End, Princeton, Priceton University Press.

Fromentin T. & S. Wojcik (dir.) (2008), Le Profane en politique. Compétences et engagements du citoyen, Paris, Éditions L’Harmattan.

Futrell R. (2002), « La gouvernance performative », Politix, vol. 15, n° 57, pp. 147-165.

Gaik F. (1992), « Radio Talk-Show and the Pragmatics of Possible Worlds », dans Duranti A. & C. Goodwyn (dir.), Rethinking Context. Language as an Interactive Phenomenon, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 271-289.

Gayet-Viaud C. (2010), « Est-il devenu indécent de parler politique? » (Compte-rendu de : Eliasoph N. (2010), L’Évitement du politique, Paris, Éditions Economica), dans La vie des idées [laviedesidees.fr/Est-il-devenu-indecent-de-parler.html].

Genard J.-L. & F. Cantelli (2008), « Êtres capables et compétents. Lecture anthropologique et pistes pragmatiques », SociologieS [sociologies. revues.org/index1943.html].

Girard C. (2014), « Le droit et la haine. Liberté d’expression et discours de haine en démocratie », Raison-publique.fr [raison-publique.fr/article694.html].

Goffman E. (1959), The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Anchor Books.

Goffman E. (1969), « The Insanity of Place », Psychiatry, vol. 32, n°4, pp. 357-388.

Goffman E. (1973 [1970]), La Mise en scène de la vie quotidienne. Vol. 2. Les relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1979), « On Footing », Semiotica, n° 25, pp. 1-29.

Goffman E. (1991 [1974]), Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Gourgues G. (2012), « Des dispositifs participatifs aux politiques de la participation. L’exemple des conseils régionaux français », Participations, n° 2/1, pp. 30-52.

Gourgues G., Rui S. & S. Topçu (2013), « Gouvernementalité et participation. Lectures critiques », Participations, n° 6/2, pp. 5-33.

Gumperz J. J. (1982), Discours Strategies, Berkeley, University of California Press.

Habermas J. (1976), Connaissance et intérêt, Paris, Éditions Gallimard.

Habermas J. (1987), Théorie de l’agir communicationnel. Tome 2, Paris, Éditions Fayard.

Hamel S. (2012), Le Théâtre-forum : pour une délibération sous le signe de la reconnaissance, thèse pour le doctorat en sciences sociales, Université de Montréal.

Honneth A. (1998), « Democracy as Reflexive Cooperation: John Dewey and the Theory of Democracy Today », Political Theory, vol. 26, n° 6, pp. 763-783.

Honneth A. (2006), La Société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, Éditions La Découverte.

Honneth A. (2009), La Réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Éditions Gallimard.

Jackobson R. (1963), Essais de linguistique générale, Paris, Éditions de Minuit.

Joas H. (1993), Pragmatism and Social Theory, Chicago, University of Chicago Press.

Joseph I. (1996), « Intermittence et réciprocité », dans Joseph I. & J. Proust (dir.), La Folie dans la place. Pathologies de l’interaction Paris, Éditions de l’EHESS, « Raisons pratiques » 7, pp. 17-36.

Joseph I. (2002), « Pluralisme et contiguïtés », dans Cefaï D. & I. Joseph (dir.), L’Héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube.

Joseph I. (2007), L’Athlète moral et l’enquêteur modeste, Paris, Éditions Economica.

Joseph I. & J. Proust (dir.) (1996), La Folie dans la place. Pathologies de l’interaction, Paris, Éditions de l’EHESS, « Raisons pratiques » 7.

Katz J. (2001), « Analytic Induction », dans Smelser N. J. & P. B. Baltes (dir.), International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, Amsterdam, Éditions Elsevier.

Lacourt I. (2007), « Quel est votre projet ? L’insertion socioprofessionnelle des usagers dans les CPAS bruxellois », Brussels Studies, n° 5.

Latour B. (2008), « Des illusions de la démocratie aux réalités de ses apparitions », préface de Lippmann W., Le Public fantôme, Paris, Éditions Démopolis.

Lippmann W. (1993 [1925]), The Phantom Public, New Brunswick, Transaction Publishers.

Luhmann N. (1995 [1984]), Social Systems, Stanford, Stanford University Press.

Luhmann N. (1999), Politique et complexité, Paris, Éditions Cerf.

Mamou K. (2013), « Photographie et film dans les projets urbains participatifs. Mont(r)er l’image d’un habitant actif », Participations, n° 7/3, pp. 151-172.

Mazeaud A. (2010), La fabrique de l’alternance. Poitou-Charentes et la démocratie participative (2004-2010), Thèse pour le doctorat de science politique, Université de La Rochelle.

Mazeaud A. (2012), « L’instrumentation participative de l’action publique. Logiques et effets. Une approche comparée des dispositifs participatifs conduits par la région Poitou-Charentes », Participations, n° 2/1, pp. 53-77.

McClay W. M. (1993 [1925]), « Introduction To The Transaction Edition », dans Lippmann W. (dir.), The Phantom Public, New Brunswick, Transaction Publishers, pp. xi-xlviii.

Mendelberg T. (2002), « The Deliberative Citizen. Theory and Evidence », Research in Micropolitics. Political Decision-making, Deliberation and Participation, vol. 6, Amsterdam, Éditions Elsevier, pp. 151-193.

Mermet L. (2007), « Débattre sans savoir pourquoi. La polychrésie du débat public appelle le pluralisme théorique de la part des chercheurs », dans Revel M., Blatrix C., Blondiaux L., Fourniau J.-M., Hériard-Dubreuil B. & R. Lefèbvre (dir.), Le Débat public : une expérience française de démocratie participative, Paris, Éditions La Découverte.

Nonjon M. (2006), Quand la Démocratie se professionnalise. Enquête sur les experts de la participation, thèse de doctorat en science politique, Université de Lille 2.

Ogien A. (1997), « Forme et contenu du principe de publicité : Rawls, Habermas, Goffman », dans Ion J. & M. Peroni (dir.), Engagement public et exposition de la personne, Paris, Éditions de l’Aube, pp. 67-76.

Ogien A. (1999), « Émergence et contrainte. Situation et expérience chez Dewey et Goffman », dans de Fornel M. & L. Quéré (dir.), La Logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, « Raisons pratiques » 10), pp. 69-93.

Ogien A. (2012), « Les affinités pragmatiques. Goffman, l’héritage et l’esprit du pragmatisme », dans Cefaï D. & L. Perreau (dir.), Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, Presses universitaires de France, pp. 325-338.

Quere L. (1997), « La situation toujours négligée ? », Réseaux, n° 85, pp. 163-192.

Ranciere J. (1995), La Mésentente, Paris, Éditions Galilée.

Ranciere J. (2005), La Haine de la démocratie, Paris, Éditions La Fabrique

Schaeffer J.-M. (1999), Pourquoi la fiction ?, Paris, Éditions du Seuil.

Sloterdijk P. (2010a [1998]), Sphères, vol. 1 : Bulles. Microsphérologie, Paris, Éditions Fayard.

Sloterdijk P. (2010b [1999]), Sphères, vol. 2 : Globes. Macrosphérologie, Paris, Éditions Fayard.

Sloterdijk P. (2013 [2003]), Sphères, vol. 3 : Ecumes. Sphérologie plurielle, Paris, Éditions Fayard.

Stavo-Debauge J. (2012a), « Le concept de “hantises” : de Derrida à Ricœur (et retour) », Études ricœuriennes/Ricœur Studies, vol. 3, n° 2, pp. 128-148.

Stavo-Debauge J. (2012b), « Des événements difficiles à encaisser. Un pragmatisme pessimiste » dans Cefaï D. & C. Terzi (dir.), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, « Raisons pratiques » 22), pp. 191-223.

Stavo-Debauge J. (2014), « L’idéal participatif ébranlé par l’accueil de l’étranger. L’hospitalité et l’appartenance en tension dans une communauté militante », Participations, n° 9/2, pp. 37-70.

Talpin J. (2011), Schools of democracy. How ordinary citizens (sometimes) become competent in participatory budgeting institutions, Colchester, ECPR Press.

Tavory I. (2010), « The Structure of Flirtation: On the Construction of Interactional Ambiguity », Studies in Symbolic Interaction, pp. 59-74.

Tavory I. (2011), « À la vue d’une kippa. Phénoménologie des attentes d’interaction dans un quartier juif orthodoxe de Los Angeles », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions PIE Peter Lang, pp. 55-76.

Trépos J.-Y. (2003), « La force des dispositifs faibles. La politique de réduction des risques en matière de drogues », Cahiers internationaux de sociologie, n° 114/1.

Wagner-Pacifici R. (2010), « Theorizing The Restlessness of Events », American Journal of Sociology, vol. 115, n° 5, pp. 1351-1386.

Walton K. L. (1990), Mimesis as Make-Believe: On the Foundations of the Representational Arts, Cambridge, Harvard University Press.

Young I. M. (2012 [1996]), « Communication et altérité. Au-delà de la démocratie délibérative », dans Girard C. & A. Le Goff (dir.), La Démocratie délibérative. Anthologie de textes fondamentaux, Paris, Éditions Hermann, pp. 293-326.

Zask J. (2001), « Pourquoi un public en démocratie ? Dewey versus Lippmann », Hermès, n° 31, pp. 63-66.

Haut de page

Notes

1 Cité dans Sloterdijk (2010a, p. 61).

2 Je remercie Joan Stavo-Debauge pour nos discussions autour de ces questions, ces dernières années. Ses travaux autour du concept de « hantise » ont inspiré ce texte. Mes remerciements vont également à Daniel Cefaï et à Cédric Terzi pour leurs commentaires précieux. Lionel Francou m’a aidé dans l’analyse d’une partie du matériau vidéo du Conseil municipal de Los Angeles, dont cet article livre de premiers résultats. Différentes versions de ce travail ont fait l’objet de présentations à l’UCLA, à l’Université de Lausanne, à l’École nationale supérieure (Paris) et à l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble. Merci à Jack Katz, Philippe Gonzalez, Alexandra Bidet et Anthony Pecqueux pour leur invitation.

3 Groupement d’intérêt scientifique.

4 Nous préférons parler de « participation faible », plutôt que, par exemple, de « démocratie d’élevage », une notion par laquelle Laurent Mermet (2007) désigne les pratiques de participation les plus institutionnalisées, cadrées et disciplinées. En effet, nous verrons plus loin avec le cas de Los Angeles comment la participation faible, loin de se limiter à ses formes les plus « policées » (au sens ordinaire du terme comme au sens de la « police » de Jacques Rancière [1995]), peut à l’occasion se donner des airs de « démocratie sauvage » et agonistique.

5 Jean-Yves Trépos appelle « dispositif faible » ces dispositifs d’action publique qui ne tiennent – un temps – que dans la mesure où leurs participants les « pratiquent faiblement », entretenant la « fiction d’un dispositif qui ne marche pas et qui devrait marcher s’il était pratiqué comme il faut (par les autres que soi), un « malentendu qui semble nécessaire pour qu’ils continuent de le pratiquer faiblement », avant toutefois que, à terme, par cette même pratique faible, le dispositif finisse par « se mine[r] de l’intérieur » (Trépos, 2003, p. 106-107).

6 S’il évite de s’inscrire dans une perspective ouvertement critique, Guillaume Gourgues rejoint implicitement les craintes émises par Niklas Luhmann à l’égard d’une participation accrue des citoyens, qui ne pouvait aboutir selon le théoricien allemand qu’à une hyper-bureaucratisation des politiques publiques (Luhmann, 1999).

7 Une telle ethnographie analytique, exigeante sur le plan théorique, pétrie de philosophie politique et morale, s’est pourtant développée considérablement ces dernières années dans les sciences sociales francophones, que ce soit autour d’Isaac Joseph, de Daniel Cefaï, de Louis Quéré, de Jean Widmer, de Luc Boltanski, de Laurent Thévenot, de Bruno Latour ou de Michel Callon.

8 Par ce terme, l’auteure dénonçait à raison la croyance excessive de certains chercheurs dans les effets propres de la procédure et du dispositif sur la qualité de la participation (Mazeaud, 2010). De fait, il y a bien des raisons de mettre en doute les approches qui font reposer ce qu’il reste d’espoirs de démocratie sur un design procédural astucieux ou sur une ingénierie sophistiquée (Bonaccorsi & Nonjon, 2012).

9 Pour reprendre l’un des apports de Jack Katz à la théorisation de l’explication ethnographique : il s’agit de mener l’enquête sur les phénomènes, sur l’explanandum, avant de commencer à s’inquiéter des facteurs explicatifs, de l’explanans (Katz , 2001).

10 La notion de « pathologies de l’interaction démocratique » fait directement référence à l’ouvrage collectif La Folie dans la place. Pathologies de l’interaction (Joseph & Proust, 1996), que nos travaux actuels cherchent finalement à prolonger dans le cadre de situations de coordination sur l’espace public démocratique et non plus seulement l’espace public urbain.

11 Des liens réels existent entre le pragmatisme américain et la « théorie critique » (au moins depuis Jürgen Habermas et Axel Honneth). Le pragmatisme représente une composante importante de la pensée de Jürgen Habermas (Joas 1993 ; Cometti 2002), qui s’inspire de la « logique de l’enquête », initialement développée par Charles Sanders Peirce, comme conception antipositiviste, processuelle et collective de la vérité (Habermas, 1976, pp. 137-195) et fonde sa théorie de l’intersubjectivité à partir de l’œuvre de George Herbert Mead (Habermas 1987, pp. 7-124). De son côté, Axel Honneth est lecteur de John Dewey, dont il suit l’œuvre pour penser les « formes vraies, non distordues, de la pratique humaine » (Honneth, 2009) et élaborer une théorie de la démocratie susceptible de dépasser tant le libéralisme de John Rawls, que le républicanisme de Hannah Arendt ou le procéduralisme de Jürgen Habermas (Honneth, 1998).

12 Parler de « pathologies de l’interaction démocratique » plutôt que de « pathologies sociales » signifie que lorsqu’Axel Honneth s’inquiète « d’une situation sociale qui ne remplit pas les conditions que nous considérons comme des présupposés nécessaires à la vie bonne » (Honneth, 2006, p. 142), nous visons plutôt de notre côté une situation sociale qui ne remplit pas les conditions que nous considérons comme des présupposés nécessaires à la recherche collective de la vie bonne – soit, pour paraphraser John Dewey, « à la discussion, à l’enquête et à l’expérimentation sur la vie bonne » (Dewey, 2010 [1927]).

13 À la différence de John Dewey, Walter Lippmann place peu d’espoirs dans l’éducation pour créer cet « ajustement » des opinions et propositions d’un public à la complexité des problèmes publics (Lippmann, 1993, pp. 12-29).

14 Daniel Cefaï et Cédric Terzi le rappellent de leur côté, les « publics ne sont pas exempts de délire » (Cefaï & Terzi, 2012, p. 34).

15 Bruno Latour boucle sa préface de l’édition française du Public fantôme par une reprise du débat Walter Lippmann-John Dewey, entre lesquels son cœur balance et donc entre lesquels il y aurait toujours lieu de trancher (« Qui a raison de Lippmann ou de Dewey ? L’auteur de ces lignes balance toujours entre les deux » [Latour, 2008, p. 44]). Dans notre argument pour l’étude des « publics fantomatiques », nous espérons avoir fait comprendre que telle n’était pas notre intention. Ici, l’« expérience » et l’« enquête » de John Dewey ne sont pas mobilisées comme des « solutions » en elles-mêmes au « problème posé par Lippmann » (Ibid., p. 44). Qui peut présumer du caractère heureux des expériences ou du caractère sérieux des enquêtes de ces publics ? Les termes deweyens de « public », d’« expérience », d’« enquête » sont mobilisés non comme des solutions, mais comme les moyens d’une poursuite et d’un approfondissement de la description du problème pointé par Walter Lippmann.

16 Erving Goffman et John Dewey sont mobilisés de concert chez Isaac Joseph (2002 et 2007), Daniel Cefaï (2007) ou encore chez Albert Ogien (1999). Dans un texte récent, le même Albert Ogien (2012) met en question les lectures pragmatistes d’Erving Goffman. Nous n’ignorons pas que les conceptions du « public » (Ogien, 1997) et de l’« expérience » (Ogien, 1999) chez Erving Goffman ne doivent pas grand chose au sens que leur donne John Dewey. C’est en reconnaissant ces différences et sans le « ranger parmi les représentants du pragmatisme » (Ogien, 2012, p. 326) que nous mobilisons chez l’auteur de Frame Analysis des notions comme celles d’« expérience négative » et de « modalisation » ; des notions qui manquent selon nous à la sociologie pragmatiste orthodoxe pour étudier des objets politiques non identifés comme les publics fantomatiques qui nous intéressent ici.

17 Nous reprenons l’excellent terme « démophobie » au sous-titre d’un ouvrage récent de Marc Crépon. Dans un propos introductif qui n’est pas sans rappeler La Haine de la démocratie (Rancière, 2005), l’auteur écrit ceci : « Toutes les méthodes de contournement, de dépréciation ou de rejet de la “parole” ou de la “voix” du “peuple” ont un point commun : l’appréhension, la défiance sinon la crainte de ce que ce même “peuple” suscite. Dans les réflexions qui suivent, on en désignera la disposition sous le nom de démophobie. Faut-il y voir un trait caractéristique de la démocratie et de ses élites, politiques et intellectuelles ? […] Dans les régimes non démocratiques (dictatures, systèmes autoritaires et totalitaires), l’oppression, en effet, se passe d’allergie » (Crépon, 2012, pp. 10-11.)

18 Des barjots concernés.

19 « C’est assez impressionnant, en fait. J’ai été dans beaucoup d’autres villes et, d’habitude, les gens n’en ont rien à faire de rien. Je veux dire, on se comprend, ces gens sont barjots ; mais ce sont des barjots concernés ».

20 « Seul et unique Zuma Dogg : l’icône politique légendaire, la voix du peuple, le prophète. »

21 Ce nom est inventé. L’anonymisation du matériau est partielle. Elle s’applique pour les participants dont les interventions inappropriées ou malheureuses ne le sont pas intentionnellement. Cette distinction, problématique, devrait faire l’objet de travaux futurs.

22 « Il n’y a qu’à Los Angeles que les assemblées du Conseil municipal sont capables d’attirer des personnages qui ont l’air tout droit sortis de la scène du bar dans La Guerre des étoiles ! »

23 « Alors, qu’est-ce que ça fait d’être en train de parler à un insecte ? Je suis censé être une sorte de mouche » ; « Je suis un nuisible, de la même manière qu’un cancer des testicules est nuisible » ; « Ils me mettent dans le même sac qu’Arnold Sacks, un sans-abri juif. C’est quoi ça, putain, un sans-abri juif ?! Je croyais que c’était à ça que servait Israël ».

24 Pour une synthèse éclairante des débats politiques et juridiques autour du hate speech aux États-Unis, on lira Charles Girard (Girard, 2014).

25 « Si ce qu’il a fait jusqu’ici n’a pas interrompu la réunion, je suis vraiment tenté d’aller dans le public et de lui en coller une. Et ça, ça interrompra la réunion ».

26 « J’ai lu et re-lu le Premier Amendement de la Constitution et je n’ai pas trouvé la section qui dit que la liberté d’expression s’applique uniquement dans le cas des gens ordinaires ».

27 Pour une étude sur la question de l’(in)attention et de ses usages dans les assemblées participatives, nous nous permettons de renvoyer à Berger (2011).

28 Robin Wagner-Pacifici insiste sur ce fait : « performatives always pivot around the forces of convention and the actualities of uptake » (Wagner-Pacifici, 2010, p. 1359).

29 Robin Wagner-Pacifici rappelle que, pour John Langshaw Austin (1962, p. 121), si les « actes illocutoires sont conventionnels, les actes perlocutoires ne le sont pas ». Seule l’enquête (ethnographique, non strictement linguistique) peut permettre de générer des hypothèses sur les productions perlocutoires liées aux échecs illocutoires (Wagner-Pacifici, 2010, p. 1359).

30 Nous proposons ici une sélection réorganisée de quelques-uns des cadres secondaires initialement listés par Erving Goffman comme suit : 1. Les faire-semblant ; 2. Les rencontres sportives ; 3. Les cérémonies ; 4. Les réitérations techniques ; 5. Les détournements (Goffman, 1991, p. 56-86).

31 Ce qui pose ici la question et le problème de l’ouverture problématique de ces espaces au « non membre » et au « nouveau venu » (Stavo-Debauge, 2014).

32 Allusion est ici faite aux « indices de contextualisation » de John J. Gumperz (1982).

33 Notons que cette tendance, qui trouve l’une de ses inspirations théoriques et l’un de ses registres de justification dans une certaine lecture des travaux d’Iris M. Young (Young, 2010 ; voir Berger, 2014a ; Berger & Charles, 2014), est aujourd’hui à l’œuvre en Europe de l’Ouest. Les méthodes et techniques d’une participation aimante et émotionnellement intense – importées des États-Unis et d’Amérique latine et dont certaines ne sont pas sans rappeler les procédés d’animation et de motivation évangélistes – sont aujourd’hui enseignées dans les formations de « facilitateurs » aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique, en Espagne, etc.

34 Ces considérations critiques trouvent une résonance dans des travaux actuels sur les usages du « théâtre-action » dans les dispositifs de l’action publique participative (Brahy, 2011 ; Hamel, 2012). Dans nombre de situations, ces expériences semblent moins consister à faire du théâtre une possibilité d’action politique, qu’à faire de l’action politique une possibilité théâtrale.

35 Sur les rapports entre « simulation » et « simulacre » dans la fiction, voir Jean-Marie Schaeffer (1999, p. 94).

36 Ces « minorations », que nous introduisons ici, ne figurent pas parmi les « modalisations » étudiées par Erving Goffman dans Les Cadres de l’expérience. Avec cette idée d’une participation tenue en mode mineur et de participants mettant un bémol à leurs engagements, nous restons toutefois bien à la fois dans la métaphore musicale (le « mode » comme key, comme « clé » musicale) et dans l’esprit des « modalisations » selon cet auteur.

37 Sur la recherche d’un « citoyen sans qualités » – et donc la dépréciation de sa singularité et de son éventuelle « grandeur » (Boltanski & Thévenot, 1991) – dans les dispositifs participatifs d’État : Berger & Charles (2014). Sur la figure du « profane » en politique : Fromentin & Wojcik (2008).

38 On retrouve ici le thème arendtien de l’exclusion de la famille et du foyer (oikia) de la sphère publique (polis) (Arendt, 1983 [1961], pp. 65-76) et la nécessité de préserver l’enfant de la « lumière impitoyable du domaine public » (Arendt, 1989 [1972], p. 239).

39 Référence est faite à la catégorie grammaticale de l’« irréel » (irrealis), à ces modalités par lesquelles un locuteur pointe une possibilité ou émet une prédiction sans s’engager de manière affirmative. « Les énoncés dans lesquels l’irréel est utilisé (aussi appelés « énoncés irréalisés ») sont considérés par les grammairiens comme “non factifs”, c’est-à-dire comme n’engageant pas le locuteur par rapport à la vérité ou la fausseté de la proposition. Dans ce sens, “irréaliser une proposition” revient à atténuer sa force illocutoire » (Gaik, 1992, p. 277).

40 Dans la littérature sur la participation, peu ont étudié cette dérive thérapeutique, qui avait été définie en son temps par Sherry Arnstein comme une sorte de degré zéro sur sa fameuse « échelle de la participation » : « Les barreaux situés au bas de l’échelle correspondent à (1) la manipulation et (2) la thérapie. Ces deux barreaux décrivent des niveau de “non participation” […] Leur objectif en réalité n’est pas de permettre aux gens de participer à la planification ou à la menée des programmes, mais de permettre à ceux qui ont le pouvoir de les “éduquer” ou de les “guérir” […] À certains égards, la thérapie de groupe, qui prend le masque de la participation citoyenne, devrait se situer sur le barreau le plus bas de l’échelle, car elle est déloyale et insultante. Ses administrateurs […] affirment que l’impuissance est synonyme de maladie mentale. À partir de cette affirmation, derrière la mascarade de l’implication des habitants dans l’élaboration des programmes, les experts soumettent les citoyens à une thérapie clinique de groupe. Cette forme de participation est rendue injuste par le fait que les citoyens s’engagent de manière approfondie dans une activité, mais que le but de celle-ci est de les guérir de leur “pathologie” au lieu de s’attaquer à leurs causes […] » (Arnstein, 1969).

41 « Un chihuahua en tutu, en plein milieu d’un Conseil de la ville de Los Angeles ? Bordel de Dieu, qu’est-ce qui cloche chez vous, les amis ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Berger, « Des publics fantomatiques », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4935

Haut de page

Auteur

Mathieu Berger

CriDIS, Université Catholique de Louvain (Belgique) et CEMS, EHESS, Paris (France) - m.berger@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page