Navigation – Plan du site
Penser le changement institutionnel

Comment nous voyons les institutions

Discussion de l’ouvrage de Virginie Tournay Penser le changement institutionnel, Paris, Presses universitaires de France, 2014
Fabrizio Cantelli

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par son auteure est accessible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5099 et la discussion par Louis Quéré à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5101

Texte intégral

« Il y a deux manières de regarder tomber la pluie, chez soi, derrière une vitre. La première est de maintenir son regard fixé sur un point quelconque de l’espace et de voir la succession de pluie à l’endroit choisi ; cette manière, reposante pour l’esprit, ne donne aucune idée de la finalité du mouvement. La deuxième, qui exige de la vue davantage de souplesse, consiste à suivre des yeux la chute d’une seule goutte à la fois, depuis son intrusion dans le champ de vision jusqu’à la dispersion de son eau sur le sol. Ainsi est-il possible de se représenter que le mouvement, aussi fulgurant soit-il en apparence, tend essentiellement vers l’immobilité et qu’en conséquence, aussi lent peut-il parfois sembler, entraîne continûment les corps vers la mort, qui est immobilité. Olé »
Jean-Philippe Toussaint, La Salle de bain, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

1Un changement institutionnel ne peut pas être saisi en dehors de la manière dont les personnes le perçoivent et l’attestent. Cet argument résume une première partie du travail de Virginie Tournay. Une deuxième partie réside dans la classification de différentes modalités de perception et d’attestation du changement de l’institution, à partir de la réflexion de Philippe Descola. Je me permets d’ajouter ici les façons d’être touchés par les institutions et les manières dont ces dernières peuvent toucher les personnes. Toucher et être touché sont des mots somme toute ordinaires pour désigner une série de phénomènes et de faits sociaux. Mais ce sont aussi des catégories qui permettent de décrire une gamme variée de perceptions sans se situer d’emblée dans ce qui affecte plus lourdement, ce qui éprouve, ce qui marque ou afflige mais sans l’exclure non plus. L’écriture et la pensée de Virginie Tournay touchent le lecteur. Lui-même sent la complexité de tout discours sur le changement institutionnel, sur la faculté de percevoir ce qui change, sur ce que signifie voir et attester un changement et avec quels termes rendre compte ce qui peut toucher les personnes.

2Face à une telle complexité, certains auteurs auraient pu s’arrêter là. Virginie Tournay cherche à toucher ce qui est compliqué quand il s’agit de penser le changement institutionnel. Elle convoque, ce n’est ici qu’une illustration, la pensée d’auteurs que les sciences politiques et sociales fréquentent encore peu, tels le philosophe et sinologue François Jullien, ayant montré combien les transformations se jouent à bas bruit, silencieusement, ce qui rompt avec les évidences parfois trompeuses des événements, avec un début et une fin. Les mots font parfois défaut pour décrire. La catégorie « changement » elle-même tend souvent un piège à l’observateur. Il y a quelque chose comme un pari, une mise en jeu, une tentative de penser en renouant avec l’esprit d’une recherche qui avance des pistes pour dénouer des problèmes, théoriques et pratiques. Toucher à l’institution n’est pas une opération courante de réflexion, à plus forte raison à un moment où l’hyperspécialisation s’installe dans les sciences humaines. Toucher au changement n’est pas non plus un choix dicté par la facilité. Toucher au changement institutionnel à partir des perceptions ordinaires, des sens et des sensations des personnes et d’une pluralité de visions vient encore corser l’exercice. Ce pari, cette mise en jeu sont sans doute à relier avec un sens de la pédagogie – démontré notamment dans l’ouvrage S’il te plaît, dessine-moi une institution (Tournay, 2012) – et une capacité à traduire sa pensée à travers de multiples supports et appuis que tout chercheur n’a pas l’habitude de manier et de combiner (un diagramme, un poème ou une sculpture). Plus fondamentalement, le lecteur croisera – comme rarement dans un texte en sciences sociales et politiques – une mise en perspective d’auteurs, de textes et d’approches, en sciences politiques et en philosophie, en biologie et en sciences exactes, en droit et en sociologie. Le lecteur touchera à travers Penser le changement institutionnel une série de bougés transformant et bonifiant les frontières et les disciplines académiques. Les mondes de l’université et de la recherche scientifique changent aussi ; ils sont riches d’une pluralité qui ne se retrouve que trop rarement dans les médias et dans l’espace public.

3Une telle hospitalité envers les différentes branches scientifiques, loin de se résumer à des citations d’artifice, me rend légèrement hésitant sur l’invitation formulée ici. Mais le travail de réflexion de Virginie Tournay pourrait gagner, je pense, à rencontrer les textes de Pierre Bayard, Marielle Macé, Marc Escola. Les travaux de ces derniers, différents tout en étant marqués par une tonalité commune, sont développés dans un domaine éloigné d’apparence avec le sujet mais en fait pas du tout : la littérature et la critique littéraire. Virginie Tournay prend au sérieux l’expérience esthétique et plusieurs grands théoriciens (en particulier Nelson Goodman) qui l’ont déchiffrée, jusqu’à intégrer l’activité artistique et culturelle comme signe d’un mouvement institutionnel. Ainsi s’efforce-t-elle d’intégrer la littérature au rang de trace, à côté des articles de journaux ou des archives familiales, permettant de cerner la perception de la continuité institutionnelle. L’auteur de ce commentaire plaide pour de futurs travaux concrétisant cette piste de réflexion. La citation reprise en début de texte suggère que le travail littéraire de Jean-Philippe Toussaint, qu’il qualifie lui-même d’infinitésimal en ce qu’il lie l’infiniment grand et l’infiniment petit (Toussaint, 2007), pourrait inaugurer une belle mise en relation de ce genre, interrogeant ensemble la perception inquiète du temps, du sentiment amoureux (se nouant autour du personnage de Marie), des voyages et des technologies modernes. De même, le début de l’ouvrage Penser le changement institutionnel se met en place avec la sculpture d’Umberto Boccioni, au Musée civique d’Art contemporain de Milan. Et les derniers mots de l’ouvrage rappellent que « L’art nous donne la possibilité d’envisager la consistance des institutions et leur transformation comme un mouvement particulier qui réunit l’instituant, le public momentanément (ou non) institué et le sujet percevant » (Tournay, 2014, p. 309). Il existe là de nombreuses affinités, un air de famille avec les travaux en littérature et en critique littéraire.

4De fait l’accent y est porté sur les mille et une manières de lire, ouvrant une phénoménologie du geste, d’une manière de voir et de vivre, du style de travail opéré par le lecteur de la même manière que Virginie Tournay cherche à portraiturer les modes de perception et d’attestation des dynamiques institutionnelles par les personnes elles-mêmes. Identifier une telle proximité permet alors d’approfondir ce qui lie mais aussi ce qui serait le propre de la perception d’une matière institutionnelle (l’Union européenne, l’État social, un organisme bancaire, l’augmentation du nombre d’adhérents à un parti politique, les instruments administratifs, les guichets, autant d’exemples mobilisés dans le Grand résumé) au regard de la perception d’une matière esthétique (littérature, peinture, sculpture, bande dessinée, cinéma, musique). Les questions d’attention, d’intention, de perception et de stylisation se placent au centre du débat dans les travaux sur l’esthétique, tandis que les sciences sociales et politiques s’avancent timidement sur ces territoires, à l’exception des sociologues de l’art et de la culture. Si le travail de Virginie Tournay démontre que les sciences sociales et politiques ne doivent pas craindre de réfléchir et de prendre appui sur les travaux sur l’esthétique, il resterait à interroger les relations complexes entre cette esthétisation et l’évolution des analyses du politique et de l’action publique. Dans ce sens, à rebours de tout œcuménisme naïf mais plutôt au nom d’une réelle revivification en cours des sciences sociales sur les institutions (et en vertu d’une clarification des lignes de démarcation pour le lecteur), il serait intéressant de développer un espace de débat et de discussion critique autour des travaux de Frédéric Lordon liant les affects, les institutions et la pensée de Spinoza (Lordon, 2010) – travaux absents, selon notre lecture, dans l’ouvrage et le Grand résumé de Virginie Tournay.

5Dans le cours même de la lecture, le lecteur se projette dans un ensemble de situations pratiques liées à la perception diffuse de changements dans le domaine de la santé. Je vois comment l’hôpital change de visage, je saisis comment l’accueil des patients se modifie, je fais l’expérience des nouvelles factures qui arrivent à la maison, je vois ces écrans dans les couloirs. Quand j’y suis alors que tout se déroule sans accroc, j’y pense sans non plus observer tout minutieusement. Je suis touché par ce climat, par cette ambiance, dont je perçois l’évolution de manière infinitésimale, en mettant en relation des histoires, des événements, des situations, des temporalités. Mais la vie continue. Je perçois aussi une série de modifications en lisant les journaux et en suivant les débats publics où des nouvelles manières de parler de la santé dominent et font progressivement référence : les innovations technologiques, l’amélioration de la performance, l’analyse des flux, la santé comme un business. Mais la perception comme citoyen impliqué dans le mouvement des associations de patients, comme patient ordinaire, comme proche, sera aussi traversée de nuances, d’inflexions, d’infimes variations. Tout cela indique l’efficacité de l’hypothèse de Virginie Tournay et l’effet revigorant sur le lecteur, invité à repenser constamment sa propre expérience, à sa propre expérience. C’est d’autant plus vrai qu’elle insiste sur une dimension originale : chaque perception est marquée par un rapport méréologique particulier (rapport du tout aux parties).

6Mais deux problèmes arrivent. D’abord, c’est ici une expérience qui est relatée dans une revue sociologique. C’est plutôt la manière dont je l’écris ici et la partage avec un lecteur alors que Virginie Tournay entend capturer la variété des perceptions ordinaires, soit aussi toutes les personnes qui sont dans ce même hôpital : l’ensemble des patients, des proches, des visiteurs, du staff médical, infirmier, administratif. Chaque membre perçoit, selon Virginie Tournay, ces modifications touchant l’hôpital non pas objectivement et comme une chose de la réalité mais chacun à sa manière, en fonction de sa sensibilité propre. En forçant le trait, les bâtiments sont pourtant là, les couloirs, les chambres, les services existent bel et bien, les heures de visite, les plannings, les rendez-vous, les réunions, les nouveaux outils de comptabilité, de facturation, les instruments de management. Il reste difficile de faire comme si ces règles, normes, outils, instruments, cadres en évolution constante ne comptent pas dans le type d’ambiance qui peut nous toucher et que tout se joue exclusivement dans une gamme de perceptions et de sensations ordinaires. Les transformations anthropologiques dans les manières de voir, de sentir, de percevoir, de penser et qui peuvent être réfléchies en termes de réflexivité, ne peuvent pas être totalement séparées des transformations et des réformes politiques à l’œuvre aujourd’hui. En outre, l’expérience de chaque membre de l’institution (son intensité mais aussi sa propension à s’orienter soit vers des formes d’agir soit vers des manières de subir, de pâtir) n’est pas la même si le cours ordinaire des rendez-vous, diagnostics et contacts médicaux suit son chemin et n’est pas interrompu, ou si ces membres rencontrent un problème, répondent à une tension, subissent un choc, négocient une situation qui devient insupportable et cherchent à faire valoir leurs droits en tant que patients. Il faudrait donc faire la part des choses : entre les perceptions qui s’opèrent en observant, en regardant un changement où l’existence de l’institution ne pose pas de problèmes sérieux et les perceptions se déployant une fois que l’institution en train de changer devient soumise au trouble, à la plainte, à la dénonciation et à la critique des personnes. Cette distinction ne doit pas conduire à nier la continuité, les passages et les zones grises entre ces formes de perception mais davantage à mieux saisir la variété des appuis à partir desquels les personnes se font une idée des dynamiques de l’institution en train de changer.

7Petite incise : la question du droit et des droits, ici les droits du patient (Cantelli, 2015), reste au final peu théorisée dans le travail de Virginie Tournay alors que c’est une des voies puissantes par lesquelles les personnes voient, vivent et attestent ce que l’institution peut leur faire, leur faire faire et à quoi elle leur donne accès (ou non) en tant que citoyens.

8Si le plaidoyer pour l’intégration des perceptions dans la saisie des transformations institutionnelles est stimulant, il resterait à affiner le quelque part, le temps, qui ancre et oriente la perception, la rend possible, confortable, partageable ou au contraire la gêne, la place dans un inconfort et la rend inexprimable au-delà d’un « je ne me sens pas bien ici », « je ne le sens pas bien ici », « j’ai l’impression que cela a changé », « cela a changé, mais je ne sais pas bien en quoi ».

9C’est là un nouveau chantier qui s’ouvre. Il concerne l’étude des capacités institutionnelles favorisant l’émergence, la possibilité et le partage d’une perception de ces changements et de ces transformations par les personnes. Dans le prolongement, cet argument plaide pour des enquêtes futures sur les acteurs et les argumentaires en présence et sur les manières dont ils vont favoriser ou non une appropriation de ce qui change par les citoyens. Doivent-ils savoir ? Doivent-ils comprendre ? Doivent-ils sentir et percevoir ce qui change et pourquoi cela change ? Pourquoi et dans quelle mesure cela les touche-t-il ? Mais comment toucher et agir sans écraser les personnes par une avalanche de considérations ni les sous-informer à travers des supports documentaires et des messages de pure communication ? C’est potentiellement une autre manière d’envisager les réformes en termes de démocratisation, de transparence (disclosure), d’accountability qui prennent place dans les sociétés contemporaines. S’offre là un autre angle d’attaque sur les degrés de pénétration et d’incorporation d’une perception entre différents acteurs comme au sein d’une seule et même personne et sur les asymétries de perception. Ce chantier invite également à prendre au sérieux la notion d’ambiance et à lire attentivement les travaux regroupés autour de la revue Ambiances et du Réseau International Ambiances.

10Mais ces enquêtes à venir ne doivent pas se limiter au travail institutionnel, vu selon une démarche top-down. Il s’agit de questionner des situations, des configurations où la perception de ce qui change est empêchée, devient embarrassée, paraît embrouillée par un genre d’écran institutionnel qu’il convient de décrire et d’analyser (et de le percer chemin faisant) en tant qu’enquêteur. Cette piste élargit le raisonnement conduit par l’auteure et convoque sans doute de nouveaux terrains d’enquête où se jouent des dynamiques naissantes de contestation et de protestation à l’égard de changements institutionnels suscitant une inquiétude diffuse, latente mais ne parvenant que difficilement à décrire et à formuler avec les mots qui conviennent. Ces terrains d’enquête peuvent être par exemple en relation avec des dynamiques politiques, passées et en cours, situées dans l’espace européen et plus largement, témoignant imperceptiblement, dans les manières de gouverner, d’inflexions autoritaires, populistes, sécuritaires, liberticides, etc. Selon nos propres termes et tout en s’inscrivant dans les pas de l’auteure, il y aurait là un potentiel critique, susceptible de renouveler à la fois les théories contemporaines des institutions et les travaux de type ethnographique sur l’expérience des usagers, sur le rôle des collectifs et des mobilisations dans l’émergence des problèmes publics, dans l’orientation des politiques publiques et dans l’organisation de l’État. Mais aussi de relancer des recherches sur les différentiels existants dans les façons d’être touchés, de percevoir et de sentir et au final sur les manières de ne pas pouvoir ni d’être en capacité d’avoir une sensation, d’exprimer un sentiment, d’armer une critique. Ces pistes de réflexion font écho à celles suggérées dans une note de lecture – intitulée « Éprouver les problèmes publics » (Cantelli, 2012) – de l’ouvrage L’Expérience des problèmes publics (Cefaï & Terzi, 2012). Il y a des ponts à bâtir et des dialogues à tisser entre les nouvelles théories du changement institutionnel et les approches pragmatiques des problèmes publics.

11Ensuite, en écrivant plus haut le mot « santé », en incarnant une expérience située au sein de la dynamique hospitalière, j’ai transgressé un élément important de l’argumentation de Virginie Tournay : il ne faut pas reproduire à l’infini une approche par secteur d’activité, une catégorisation simplifiée des institutions. Cette hantise permet de produire une théorie fondamentale, ambitieuse et forte, des transformations institutionnelles, théorie qui ne se limite pas à des institutions entendues au sens strict du terme et qui ne confond pas institution et organisation. Pourtant en tant que lecteur, quand je réfléchis à ce que je perçois, à ce qui me touche quand il s’agit de transformations institutionnelles, ce sont bien des choses concrètes, ancrées, situées dans une temporalité. Virginie Tournay défend avec force cet argument mais sans suffisamment prendre le temps de le montrer et le démontrer au lecteur. Or, il y a bien un ancrage temporel d’où je fais l’expérience d’un ensemble de modifications, de changements, de transformations. Par exemple, ma perception des transformations du guichet de la banque, de la vie d’un auditoire à l’université, des horaires de train Bruxelles-Namur sera à la fois identique, consistante (c’est toujours moi) et différente (moi situé dans un autre espace/temps).

12Ce dernier point est important. Par exemple, pour revenir à une expérience au sein d’une partie du monde institutionnel de la santé, si je suis touché par une série d’observations ordinaires, de contacts avec plusieurs phénomènes diffus définissant de proche en proche des changements qui comptent pour moi, une question reste ouverte : qu’est-ce qui me touche ? Comment suis-je touché ? Dans quelle mesure quelque chose qui se passe me touche ? Ce sont là des questions qui se posent tant à la personne qui perçoit qu’aux acteurs, administrations et entités qui sont l’objet de la perception et c’est même cette frontière les séparant qui ne paraît pas si nette que cela. Au final, si une personne touchée de la même manière par tout changement autour d’elle qui survient doit avoir une vie invivable, percevoir sans tout percevoir, en tout cas ne pas percevoir en détail, être touché mais ne pas être touché continûment constitue peut-être une sorte d’expérience ordinaire des dynamiques institutionnelles, expérience qui sera travaillée et reconfigurée selon les mouvements et les fissures intimes de la personne et selon l’écologie qui l’entoure et qui lui offre plus ou moins d’appuis à son interprétation. Alors que Virginie Tournay adopte un regard centré sur les perceptions ordinaires et sur les sensations des personnes, ces questions induisent de réfléchir à la fois ce qui sépare et ce qui rapproche la réflexivité des êtres, personnes et institutions.

13Virginie Tournay ne se limite pas à l’expérience ordinaire du changement institutionnel. Mobilisant et s’appropriant les différentes ontologies (naturalisme, animisme, totémisme et analogisme) dégagées par l’anthropologue Philippe Descola, une diversité de façons de toucher l’institution et d’être touchés par l’institution sont décrits. C’est la deuxième partie de l’enquête théorique. La question de la pluralité des formes d’attestation de l’institution et de perception de son changement se situe au cœur de l’étude de Virginie Tournay. Les exemples choisis pour chaque ontologie sont précis et instructifs, mais ils pourraient sans doute être décrits de manière plus solide. Plutôt que de reprendre les arguments, il est plus intéressant de prolonger ici un dialogue critique et une conversation à bâtons rompus concernant la place et le traitement de ces quatre ontologies.

14La question des relations entre ces ontologies institutionnelles reste en grande partie ouverte. L’étude pose et définit de manière fort rigoureuse différentes façons d’attester des dynamiques de changement institutionnel. Comment une ontologie dans certains cas cohabite ou lutte avec une autre ontologie, tandis que l’auteure indique dans son ouvrage que « la cohabitation des différents cadres ontologiques dans nos esprits est à l’origine du trouble perceptif que produit l’institution » (Tournay, p. 302) et dans le Grand résumé que « la description des institutions est traversée par une tension permanente entre les différents cadres ontologiques » ? Peut-on postuler une égalité entre ces ontologies malgré leur inégale présence et puissance dans les transformations institutionnelles en cours aujourd’hui ? Qu’en est-il de perceptions et de modes d’attestation qui échapperaient à ces ontologies ? S’agit-il d’ouvrir ou non à des possibilités que Philippe Descola n’envisage pas dans sa réflexion séminale et que pourtant la spécificité des dynamiques de changement institutionnel inviterait à scruter ? Existerait-il des modes d’attestation et de perception propres des changements de type institutionnels et qui reste insaisissables par les travaux portant sur l’expérience esthétique et culturelle ? Peut-on lire, être engagé et s’engager dans un roman au sens de Marielle Macé (2011), dans une expérience pianistique, y décliner un style et un toucher (au sens de François Noudelmann, 2008), comme on pourrait engager sa vie et être touché par la sensation d’un changement touchant à des règles, des outils, des procédures, des guichets, des instruments ? Ce sont là des questions ouvertes qui se posent plus largement à toute approche pluraliste. Ici, en un mot, ces questions invitent Virginie Tournay à penser davantage ce que sa focale sur les dynamiques institutionnelles fait aux ontologies de Philippe Descola, comment cela contribue à déplacer certaines lignes de réflexion et avive la lumière sur certains angles morts qu’il resterait à questionner par de nouvelles enquêtes.

15Si ces quelques questions peuvent prendre place dans un court paragraphe, il est sans doute permis d’attendre que les réponses soient élaborées dans les futurs travaux de Virginie Tournay : rendez-vous est donc pris pour une prochaine publication, pour une rencontre à venir. Si le colloque « La consistance des êtres collectifs » à Cerisy-la-Salle (10-17 juin 2013), organisé par Virginie Tournay, Julien Weisbein et Jean-Noël Ferrié, a déjà donné vie à des échanges de fond entre collègues dont l’auteur de ce commentaire, les parties de tennis de table à Cerisy, en simple et en double, démontrent que les chercheurs jouent et pensent ensemble, chacun et chacune avec son style propre, mais sans céder sur l’exigence du libre examen, de la discussion critique sans détour et de la créativité du geste intellectuel – une certaine façon de faire la science, que des institutions comme Cerisy-la-Salle autorisent et valorisent, à mille lieux des standards imposés, des dogmes et des modes. Mais là encore les changements et dynamiques traversant Cerisy-la-Salle donneraient sans doute lieu à des attestations, des perceptions plurielles et des traces différentes à travers le temps, les écrivains, les philosophes et les sociologues considérés. Encore une autre étude possible qui s’ouvrirait dans le prolongement de Virginie Tournay.

16Nous avons jusqu’ici mis en lumière des axes de réflexion et plusieurs perspectives ouvertes. Deux points en relation avec le Grand résumé méritent d’être mis en discussion de manière réflexive en guise de conclusion.

17D’abord, le Grand résumé place sur un pied d’égalité les échanges ordinaires et scientifiques. L’argument est le suivant : « Sur le plan épistémologique, cette contribution plaide pour un pluralisme ontologique. Elle accorde à chacune des perceptions du fait institutionnel, qu’elles soient scientifiques ou quotidiennes, une même dignité ontologique en raison du fait que la diversité de ces perceptions permette de "faire" l’institution et de lui donner une consistance ». C’est le minuscule « ou » de la deuxième phrase qui retient l’attention. Le Grand résumé souligne à plusieurs endroits l’importance de considérer d’un même regard perception scientifique et perception ordinaire. Se nouent ici des travaux importants dans le domaine de l’épistémologie des sciences sociales, à qui l’on doit la redécouverte des capacités, facultés, habiletés se déployant dans le cours de l’action. Sans oublier le développement d’enquêtes ayant repensé les liens entre expertise et expérience, entre science et démocratie. Notre question porte sur un point précis : n’y a-t-il pas un risque consistant à réifier ou à écraser le caractère ordinaire de la perception ? Comment les ontologies parviennent-elles à rendre compte d’évaluations faiblement argumentées, d’attestations moins formalisées et d’appréciations moins équipées ? En d’autres mots, est-ce là un outil permettant de suivre l’ordre des sensations pourtant cher à l’auteure comme le rappellent plusieurs arguments du Grand résumé, en prenant appui sur Ernest Mach ? La théorisation ne semblerait-elle pas privilégier le déchiffrage des perceptions scientifiques au détriment des perceptions ordinaires par-delà les intentions de l’auteure ? Cela n’est pas un problème en soi. Mais alors la symétrie entre les types de savoirs et de facultés n’est pas pleinement portée et mise en pratique. Dans le prolongement et en cherchant à aller au bout de l’intuition de Virginie Tournay, si les travaux sociologiques en relation avec l’Actor-Network Theory (ANT) de Bruno Latour sont effectivement mobilisés et placés au sein de l’ontologie analogique, la place des travaux d’Émile Durkheim (situés en référence à Maurice Hauriou) dans l’ontologie naturaliste, celle de Georg Simmel et d’autres auteurs évoqués brièvement dans l’ontologie animiste demandent à être davantage décrites et mises en perspective pour le lecteur. Dans le résumé partiel et dans le livre (Tournay, 2014, pp. 273-274), l’ontologie totémiste peut donner l’impression, c’est la mienne en tout cas, d’être sensiblement moins explicitée que les autres ontologies. Or, il s’agit d’une ontologie dont les ressorts mythologiques (la communion selon Maurice Hauriou est esquissée et l’exemple de la Cène dans la communion eucharistique est suggéré par Virginie Tournay) sont puissants et demandent un travail sociologique et critique pointu.

18Ensuite, un élargissement de la réflexion est proposé dans ces termes : « Ce plaidoyer visant à intégrer les perceptions ordinaires dans l’analyse sociologique n’est pas réductible aux seules institutions. Il s’étend aux catégories sociales intégrées auxquelles on fait communément référence dans nos échanges ordinaires et scientifiques, telles qu’un territoire, une organisation internationale ou encore une politique publique ». Le Grand résumé reprend à plusieurs reprises cet élargissement. Ce faisant, le lecteur finit par se perdre. Lui à qui Virginie Tournay n’a cessé de rappeler l’impossibilité de fixer des frontières aux institutions, de ne pas les figer dans des définitions emprisonnantes. Cet appel à la vigilance, à la méfiance face à toute totalisation de l’institution est même un des points les plus originaux et singuliers de la réflexion de l’auteure, en particulier au regard des travaux contemporains sur le fait institutionnel. L’ébranlement du lecteur est à la hauteur des catégories mobilisées et de leur potentiel de totalisation : politiques publiques, organisations internationales et territoire. La lecture de l’ouvrage avait plutôt indiqué qu’il n’y avait pas d’un côté les dynamiques institutionnelles et les catégories comme les politiques publiques de l’autre. Ne revient-on pas ici, en opérant de la sorte et au nom d’un élargissement qui resterait peut-être à argumenter solidement, à affaiblir un des axiomes forts de Virginie Tournay ?

19C’est avec cette question qu’il était prévu de clôturer. Mais en relisant son ouvrage, je tombe page 124 sur une note en bas de page qui explique dans quelle mesure le film Good Bye Lenin ! illustre une piste de réflexion sur la perception d’une institution. Certains films semblent prolonger, traduire voire anticiper certain travaux sociologiques. Je pense qu’un autre film, Boyhood, va plus loin et surtout plus près de l’esprit développé par Virginie Tournay. Impossible de résumer ici, mais le réalisateur Richard Linklater a eu l’idée de filmer pendant douze ans la vie du jeune Mason (de 6 à 18 ans) et de sa famille, à raison de trois ou quatre jours chaque année. Un tel dispositif cinématographique et sociologique permet de toucher dans un même geste le changement d’allure d’un visage, d’un corps, d’une personne, des membres d’une famille, des liens qui les unissent et les déchirent et le climat d’une société américaine qui les entoure, avec ses règles, ses visions, ses musiques, ses ambiances qui évoluent. Ce film n’est pas tapageur, ne cherche pas à expliquer le temps avec un cadre fermé, selon une théorie obtuse. Peut-être que le cinéma devrait être proprement saisi comme matière en vue de toucher la perception d’un changement institutionnel par les sujets eux-mêmes. Virginie Tournay y a sans doute déjà pensé.

Haut de page

Bibliographie

Cantelli F. (2012), « Éprouver les problèmes publics », La Vie des idées, Paris.

Cantelli F. (2015), « Comment faire exister les droits du patient ? », dans Baudot P.-Y. & A. Revillard (dir.), L’État des droits. Politiques des droits et pratiques des institutions, Paris, Presses de Sciences Po.

Cefaï D. & D. Terzi (2012), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons pratiques », n°22.

Lordon F. (2010), « L’empire des institutions (et leurs crises) », Revue de la régulation, n°7.

Macé M. (2011), Façons de lire, manières d’être, Paris, Éditions Gallimard.

Noudelmann F. (2008), Le Toucher des philosophes. Sartre, Nietzsche et Barthes au piano, Paris, Éditions Gallimard.

Tournay V. (2012), S’il te plaît, dessine-moi une institution, Paris, Éditions Glyphe.

Tournay V. (2014), Penser le changement institutionnel, Paris, Presses universitaires de France.

Toussaint J.-P. (1985), La Salle de bain, Paris, Éditions de Minuit.

Toussaint J.-P. (2007), « Pour un roman infinitésimaliste », Entretien réalisé par Laurent Demoulin, Bruxelles - en ligne : http://www.jptoussaint.com/documents/e/ec/Entretien_sur_L%27Appareil-photo_%282007%29.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Cantelli, « Comment nous voyons les institutions », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Penser le changement institutionnel, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5100

Haut de page

Auteur

Fabrizio Cantelli

Université libre de Bruxelles (Belgique) - fcantell@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page