Navigation – Plan du site

Lionel Dupuy, Jean-Yves Puyo (éd.), L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature

Presses de l’université de Pau et des pays de l’Adour, 2014
Philippe Dugot
p. 125-127
Référence(s) :

Lionel Dupuy, Jean-Yves Puyo (éd.), L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature, Presses de l’université de Pau et des pays de l’Adour, coll. « Spatialités », novembre 2014, 427 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le premier né d’une nouvelle collection lancée par les presses universitaires de l’université de Pau et des pays de l’Adour, collection dénommée « Spatialités ». On peut tout d’abord souligner la qualité du travail éditorial. Qu’il s’agisse du choix du papier, de celui de la police ou de la couverture, on dispose là d’un objet agréable à manier et à lire. S’il n’y a que de peu d’illustrations, notamment cartographiques, la mise en page des textes est réalisée avec le plus grand soin et les relectures n’ont guère laissé passer de coquilles. Voilà déjà de bons points pour une nouvelle collection à laquelle on souhaite de maintenir une telle production.

2Sur le fond, le travail se propose d’aborder les relations entre les hommes et leurs territoires par le biais de l’imaginaire géographique produit en l’occurrence par la pluralité des regards sur le monde proposés plus ou moins explicitement par des textes littéraires. Le ­rapport entre littérature et interprétation géographique est envisagé et questionné d’une façon multiple. En effet, ce fort volume se découpe en 27 chapitres, mobilisant une trentaine d’auteurs, chercheurs et universitaires. Parmi ceux-ci, on recense une moitié de géographes, le reste des auteurs relevant pour l’essentiel des études littéraires ou philologiques. Quel usage peut-il être fait des textes littéraires par la géographie ? Existe-t-il là une source susceptible d’accompagner la lecture des paysages géographiques et l’interprétation socio-culturelle des territoires ? Géraldine Molina propose ainsi « d’interroger la manière dont s’opère le retour de cette représentation géographique littéraire dans le monde social ». De fait, « les mondes fictionnels […] influencent-ils nos manières de regarder le monde » ? (p. 246). À l’inverse, la ­géographie ne peut-elle pas être mise au service des œuvres de fiction, cherchant à leur donner une « épaisseur territoriale » là où en parallèle, une ­discipline comme l’Histoire, cherche, parfois, à en valider la dimension historique ? Et lorsque la fiction s’est abstraite de tout enracinement dans une géographie existante, y a-t-il un intérêt scientifique à produire une géographie fictionnelle ? Dans tous les sens du questionnement, le rapprochement entre littérature et géographie possède un riche pouvoir heuristique accompagnant tant la lecture des œuvres que celles des paysages et des territoires. C’est là aussi que la pluralité des plumes disciplinaires qui composent l’ouvrage apporte une plus-value intéressante, que l’on soit géographe ou spécialiste de littérature. Sans doute que certains textes parleront plus aux uns qu’aux autres à la fois en raison de la nature, des outils et des objectifs de l’exégèse que du choix des œuvres littéraires et des auteurs qui en sont le support.

3Néanmoins, les très nombreuses œuvres littéraires mobilisées dans cet ouvrage, œuvres s’inscrivant dans des cadres géographiques extrêmement divers, œuvres où la dimension géographique apparaît d’ailleurs selon une formulation plus ou moins explicite, apportent dans la globalité de leur assemblage une illustration de la fécondité du rapprochement entre la géographie et la littérature. Plusieurs dizaines d’œuvres littéraires plus ou moins connues s’égrènent ainsi au fil des pages et selon une très grande diversité même si le corpus retenu se limite aux xixe et xxe siècles. Il ne saurait être question ici d’exhaustivité mais simplement de donner à lire cette diversité. On recense des auteurs et des œuvres « ­classiques », en tous les cas célèbres, rubrique dans laquelle on peut mettre pêle-mêle Dostoïevski ou un Jules Vernes présent dans plusieurs chapitres. Ils côtoient des romanciers actuels comme Patrick Chamoiseau ou Jean-Claude Izzo. Mentionnons aussi la présence du provençal Henri Bosco, de Michel Tournier et de son Vendredi… ou encore de poètes tels que Frédéric Mistral ou Antonio Machado. Ils voisinent Voyage au bout de la nuit et Casse-Pipe de Céline. D’autres chapitres s’appuient sur des auteurs bien moins connus, en tous les cas de votre serviteur, au rang desquels on peut mettre différents écrivains « régionalistes », qualificatif qui mériterait sans doute que nous nous y arrêtions. Pour notre région, évoquons un Joseph de Pesquidoux décrivant et racontant « sa » Gascogne. Mais les moins connus ne sont pas forcément les moins intéressants à s’approprier. Certains ­régionalistes, fins connaisseurs de leur territoire, avec son histoire, peuvent constituer un apport de connaissances voire ouvrir la perspective réflexive. Eux et d’autres peuvent aussi participer au développement culturel des territoires qui sont les cadres de l’œuvre, captivant l’intérêt, nourrissant l’imaginaire et parfois l’envie de voyages. Il est ainsi mentionné l’essor de « circuits littéraires » où la littérature vient susciter un tourisme qui appuie de fait un projet de territoire. Est ainsi évoqué le cas du vernien Château des Carpathes dont les sites évoqués donnent lieu à un itinéraire touristique en Roumanie. Dans ce pays et d’autres les exemples ne manqueraient pas qu’il s’agisse d’ailleurs de donner du corps géographique à une œuvre ou de visiter le cadre de vie de tel auteur.

4Ces divers travaux parcourent, et nous font parcourir, de nombreux territoires d’échelles différentes. Il est ainsi largement fait appel à la littérature sud-américaine, là encore avec des œuvres moins célèbres que le Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez. On peut aussi retenir l’évocation très géographique des Llanos, ces grandes plaines vénézuéliennes qui servent de cadre au roman Doña Barbara. Ailleurs, en France souvent, ce sont des montagnes ou des forêts qui apparaissent comme cadres fictionnels idoines. Certaines œuvres, en naviguant entre une réalité historique, parfois relative, et une inexistence actuelle, viennent nourrir un mythe. Ainsi, la mise en avant de deux écrivains venant « remplir fictionnellement » un espace lotharingien dont l’histoire a fait un ectoplasme géographique, est très illustratif du processus territorial qui peut parfois être impulsé par la production littéraire. Qui sait si là ou ailleurs cela ne peut servir de support à une géopolitique en devenir ? Au gré des textes, ce sont la Bretagne, Brest au travers d’une douzaine d’ouvrages, l’Ethiopie, la Provence, un Rio de Janeiro d’un autre temps ou le Marseille recomposé par les romans de Izzo, qui se découpent.

5Ce corpus littéraire éclectique donne envie de lire ou de relire, voire de découvrir, certains des auteurs ­mentionnés. C’est déjà un premier résultat. C’est en tous les cas à une bien passionnante pérégrination à la fois littéraire et géographique que nous convie cet ouvrage, que l’on peut picorer au gré de ses préoccupations ou plus simplement de ses envies du jour, sautant tel chapitre ou passant davantage de temps avec tel autre. Plus globalement, on est amené à partager le propos de Vincent Berdoulay qui dans un court avant-propos fait de cet ouvrage une « excellente illustration de ce que le croisement des études géographiques et littéraires peut apporter pour comprendre la place et le rôle de l’imaginaire dans le rapport humain au monde ». On doit aussi recevoir cet ouvrage comme une invitation faite à chaque géographe d’aller accompagner leurs sources et leurs pratiques de recherche d’œuvres littéraires. À défaut d’y gagner en talent littéraire, ils pourraient bien voir leurs questionnements s’épaissir de cette dose d’imaginaire qui autorise telle hypothèse et de textes qui, pouvant être dégagés de toute contrainte scientifique, permettent parfois, dans leurs outrances ou la mise en avant de tel point saillant, de saisir l’essentiel, voire des tendances sous-jacentes et encore inexprimées dans les réalités apparentes.

6À signaler qu’un deuxième volume de cette nouvelle collection vient de paraître en septembre 2015, sous la direction des mêmes auteurs : De l’imaginaire géographique aux géographes de l’imaginaire. Ecritures de l’espace. Celui-ci fera l’objet d’une recension lors du prochain numéro de Sud-Ouest Européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Lionel Dupuy, Jean-Yves Puyo (éd.), L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature », Sud-Ouest européen, 39 | 2015, 125-127.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Lionel Dupuy, Jean-Yves Puyo (éd.), L’imaginaire géographique. Entre géographie, langue et littérature », Sud-Ouest européen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/soe/1946

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals