Navigation – Plan du site

Contestations et médiations autour du projet de tunnel de base du Brenner dans la Province autonome du Haut-Adige / Tyrol du Sud (2007-2010)

Oppositions and mediations around the project of the Brenner base tunnel, in the autonomous province of Alto Adige / South-Tyrol (2007-2010)
Contestación y mediación en lo referente al proyecto de túnel en la base del Brenner en la provincia autónoma del Alto-Adige / Tirol del Sur (2007-2010)
Kevin Sutton
p. 57-69

Résumés

Cet article cherche à interroger les formes spatiales du conflit qui a animé les hautes vallées de la Province autonome du Tyrol du Sud autour du tunnel de base du Brenner, notamment de 2007 à 2010. Un intérêt particulier est porté aux formes de médiations mises en œuvre par l’autorité politique compétente, la Province autonome. La structuration de cette contestation et les réponses apportées expriment à la fois les singularités de ce territoire et la circulation des paradigmes d’aménagement et d’opposition autour de la question des tunnels de base alpins. Ces différentes influences et leur appropriation locale constituent une entrée de l’étude de ce conflit, distinct de celui actuellement à l’œuvre dans la basse vallée.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1 - Graffitis sur le long de la voie ferrée à l’entrée sud de la ville de Bolzano / Bozen, restes de la manifestation du 10 mars 2007

Fig. 1 - Graffitis sur le long de la voie ferrée à l’entrée sud de la ville de Bolzano / Bozen, restes de la manifestation du 10 mars 2007

Source : K. Sutton, février 2010.

Introduction. La nouvelle ligne ferroviaire du Brenner entre transfrontaliarités alpines et conflictualités italiennes

1L’arrivée en train par le sud de Bolzano / Bozen donne à voir une scène qui exprime une addition de rejets et de contestations composites (fig. 1). Un slogan captive immédiatement l’attention : No TAV, qui se rencontre habituellement dans le Val de Suse, dans le contexte de l’opposition au projet du Lyon – Turin. Retrouver ce slogan dans la capitale de la Province autonome du Haut-Adige / Tyrol du Sud révèle l’existence d’un conflit autour d’un grand projet d’infrastructure de transport ferroviaire. L’expression Kein BBT offre le complément. Il s’agit du sigle du projet de tunnel de base du Brenner (Brenner Basistunnel) qui est aussi le nom du maître d’ouvrage conduisant les travaux de ce projet austro-italien, d’échelle communautaire, puisque intégré dans le réseau de transport transeuropéen (RTE-T) (fig. 2). Ce tunnel de 55 km reliant Innsbruck à Franzenfest, aujourd’hui en chantier, s’intègre plus largement dans une composition complexe de trois segments de nouvelles infrastructures, à l’image du projet du Lyon – Turin (Région Rhône-Alpes, 2014). Deux segments nationaux encadrent une section centrale de 64 km dont BBT SE est responsable, entre Tulfes (Autriche, à l’est d’Innsbruck) et Fortezza / Franzenfest. Au nord, dans le Land autrichien du Tyrol, il s’agit de la ligne nouvelle de la basse vallée de l’Inn (Unterinntaltrasse), ouverte en 2012, dont la fonction est tout autant d’améliorer le transit alpin que d’accélérer la relation intermétropolitaine Salzbourg – Innsbruck (Wiener, 2006). Au sud, la nouvelle ligne projetée permet de doubler le linéaire de la ligne historique à l’aide de multiples tunnels en contournant les centres urbains de Trento et Rovereto. Elle parcourt trois entités à compétence régionale : la Vénétie depuis Vérone, la Province autonome de Trento et la Province autonome du Haut Adige / Tyrol du Sud. Les travaux de la section autrichienne ont été conduits par Brenner Eisenbahn GmbH, une filiale de la division infrastructure de la compagnie ferroviaire fédérale ÖBB (Österreichischen Bundesbahnen) dédiée à la modernisation de la partie autrichienne de l’axe du Brenner. Ceux de la section italienne projetée répondent de la compétence de Rete Ferroviaria Italiana (RFI).

2Le nouvel itinéraire est pensé essentiellement en souterrain, en Autriche comme Italie (Bergmeister, 2008). Cette caractéristique est diversement reçue d’un territoire à l’autre. Bien accepté en Autriche, le projet fait l’objet de contestations multiples en Italie. Les graffitis proposés sur la figure 1 donnent à voir une première expression de cette diversité. Il est possible de distinguer deux objets de contestation derrière les sigles « TAV » et « BBT », non nécessairement convergents. Quand « TAV » renvoie à la notion de ligne et train à grande vitesse et s’intègre dans un concert contestataire en Italie (Sutton, 2010), « BBT » cible explicitement le tunnel de base du Brenner. No TAV exprime ici l’opposition générale au projet de « corridor », et plus spécifiquement à la nouvelle ligne d’accès au tunnel (Cavallaro, Maino, 2014). Ce collectif s’est particulièrement implanté dans la Province de Trento, entre Trento et Rovereto. Le slogan Kein BBT renvoie, quant à lui, à un mouvement (Stop BBT) qui a pris naissance dans le contexte spatial du nord du Südtirol, autour des premières manifestations du chantier du tunnel de base du Brenner. L’identité territoriale et linguistique revêt ici une importance puisque les expressions discursives de la contestation proposent en permanence un voyage entre les langues, notamment entre allemand et italien, les deux langues officielles de cette entité politique. Mentionner TAV ou BBT n’est donc pas anodin, au-delà même de la question de la langue, et il conviendra d’interroger la relation entretenue par ces deux mouvements. La manifestation du 10 mars 2007 fut un essai de convergence entre les deux segments d’opposition qui a notamment révélé leurs différences. Pour le collectif Stop BBT, « Brenner » est le passage ; pour le collectif No TAV Trento, il s’agit de l’abstraction du corridor.

3Il s’agit alors d’interroger les formes spatiales du conflit qui a animé les hautes vallées de la Province autonome du Tyrol du Sud notamment de 2007 à 2010, en considérant tout particulièrement les formes de médiations mises en œuvre par l’autorité politique compétente, son exécutif local. L’ambition de cet article est d’interroger les ressorts techniques et politiques mobilisés afin de retourner une contestation locale qui mit en question les fondements du projet du tunnel de base, inspiré en cela par deux grandes influences pour partie contradictoires, le mouvement du Val de Suse et la Transitinitiative autrichienne. Cet article cherchera tout particulièrement à interroger le paradigme de l’action publique engagée à partir du printemps 2007. Il semble redevable d’une métrique de proximité qui revalide un espace politique objet de dénonciation au moment de la structuration de la contestation. Pour se faire, la méthodologie mobilisera notamment des enquêtes de terrain conduites en 2010 et une veille numérique étendue jusqu’en 2015. L’analyse des stratégies de communication développées à travers les sites internet des acteurs principaux du conflit constituera un axe fort de cette démarche, ainsi que la mise en parallèle des termes choisis dans les différentes langues. La fertilité du conflit n’est plus à démontrer (Laslaz, 2005, 2014) ; l’exemple de la partie sud-tyrolienne de l’axe du Brenner permet d’en donner une nouvelle illustration, tant spatialement que d’un point de vue des paradigmes d’aménagement et de réalisation d’une nouvelle traversée alpine.

I – Retour sur le manifeste initial de la contestation dans les hautes vallées du Tyrol du Sud : la déclaration de Prati di Vizze / Wiesen

1. Références valusaines

4La déclaration de Prati di Vizze du 19 janvier 2007 est la première formalisation de cette contestation qui structure la position du collectif Stop BBT. La haute vallée de l’Isarco s’anime d’une vague de contestation alors que les annonces des premières manifestations physiques du chantier du tunnel de base du Brenner interviennent. Les galeries de reconnaissance destinées à devenir les fronts d’attaque intermédiaires de percement du tunnel (descenderies) de Mauls et d’Aicha sont mises en chantier respectivement entre 2007-2009 et 2008-2010. L’appréhension des grands chantiers d’infrastructure de transport en Italie est très marquée par le conflit à l’œuvre dans le Val de Suse depuis 1994. Retrouver une référence à ce conflit dans la déclaration de Prati n’est donc pas surprenant. Cette référence ne mobilise toutefois pas les modalités d’action du collectif emblématique No TAV, mais l’attitude des élus locaux « qui ont soutenu leurs populations » (appoggiano en italien, hinterstehen en allemand). L’attitude des élus locaux du Tyrol du Sud est dénoncée en ce qu’ils sont accusés de « s’être laissés mettre sous pression par le président du gouvernement provincial ». La Province autonome, qui possède un pouvoir de légiférer, est l’échelle politique tout particulièrement visée dans cette déclaration. La référence au Val de Suse est alors à recontextualiser. Les maires de la Basse vallée de Suse se sont directement impliqués afin d’apaiser un temps d’exacerbation des tensions et des violences autour de l’essai de mise en place du chantier de la galerie exploratoire autour de Venaus, en décembre 2005 (Sutton, 2013).

5L’influence du conflit autour du Lyon – Turin se retrouve à travers la déconstruction de l’argumentaire de promotion du projet. Un schéma de justification assez similaire est employé par les différents promoteurs de projets de tunnel de base, comme BBT ou (à l’époque) Lyon Turin Ferroviaire (LTF). Un standard argumentaire érigé en paradigme d’aménagement peut-être ainsi identifié : la ligne historique est saturée, dépassée, et ne permet pas d’absorber l’augmentation du trafic ferroviaire à venir dans un contexte de promotion du report modal. La question de la saturation d’une ligne ferroviaire est toujours objet de débat, d’autant plus lorsque la temporalité mobilisée est celle de la prospective orientée (Crozet, 2004). Un trait commun à toute contestation de nouveau tunnel dans les Alpes tient à la dénonciation de ces prévisions de trafics, et ainsi à l’affirmation de l’inutilité de l’ouvrage projeté (Ibanez, 2014). La posture contestataire vise à demander l’optimisation de l’existant, opposant la quotidienneté vécue à toute forme de prospective aléatoire. La déclaration de Prati et le site internet mis en œuvre en janvier 2007 autour de cette déclaration, Stop BBT1, remobilisent cet argumentaire d’opposition. Les modernisations apportées sur les rampes d’accès au col du Brenner mises en service de 1993 à 1999 (Collardey, 1999), donnent même un argument circonstancié à cette position (fig. 3). L’utilité de l’ouvrage n’est, pour les signataires, pas démontrée, pas plus que l’opportunité d’investir des sommes non nécessairement clairement établies. L’utilité serait de poursuivre les aménagements de modernisation de la ligne historique, notamment les murs anti-bruit.

Fig. 2 – La modernisation de l’axe du Brenner, un emboîtement d’acteurs

Fig. 2 – La modernisation de l’axe du Brenner, un emboîtement d’acteurs

Source : K. Sutton, 2015.

Fig. 3 – L’espace politique du conflit autour du tunnel de base du Brenner dans la Province autonome du Tyrol du Sud

Fig. 3 – L’espace politique du conflit autour du tunnel de base du Brenner dans la Province autonome du Tyrol du Sud

Source : K. Sutton, 2015.

2. Parentés autrichiennes

6La contestation ne s’enferme cependant pas dans de seules considérations techniques. Elle s’impose sur le terrain de la politique fondant et accompagnant un éventuel projet d’infrastructure. La qualité de l’air et le report modal constituent en cela des éléments centraux de la position définie par le collectif Stop BBT, qui révèlent de profondes parentés avec les débats à l’œuvre en Autriche, plus qu’avec les thèmes développés dans le Val de Suse (Maino, Cavallaro, 2013). La déclaration de Prati dénonce l’approche du report modal développée par les promoteurs. Celle-ci corrèle la mise en place des conditions d’effectivité de l’objectif politique à la nécessité d’une infrastructure modernisée. Ce discours technicise le report modal, alors même que les expériences suisse et autrichienne démontrent qu’il est avant tout question d’encadrement politique (Martin, Chateau, 2000). Les Stop BBT renvoient l’argument du report modal à la sphère politique, et non technique, découplant la question de l’infrastructure du schéma de service. Des relations de ferroutage transfrontalières existaient en nombre bien plus importants entre l’Autriche et l’Italie par la voie du Brenner à la fin des années 1990, alors même que la pression sur la voie était bien plus importante qu’en 2007 (Sutton, 2011). Cet état de fait, qui est aussi objet de critiques en Autriche, amoindrit la portée de l’argument « report modal » dans la justification de l’ouvrage. La résonnance des voix discordantes autrichiennes, notamment celle du groupe Transitinitiative, est ici bien perceptible (Transitinitiative Südtirol, 2002). Cette association revendique la consolidation de la politique de report modal autrichienne, alors même que les règles communautaires imposent à l’Autriche de revenir en 2004 sur le fonctionnement du système des écopoints, dix ans après sa mise en place (Grassart, 2004). Cette position relayée par une branche de cette association existant dans le Tyrol du Sud pointe ce qui apparaît être le paradoxe de l’inefficacité de la politique européenne en matière de report modal : l’investissement sur des infrastructures nouvelles n’est rien si aucun cadre politique volontariste ne permet d’orienter les flux vers le rail. Il ne s’agit alors pas d’une opposition au tunnel de base en lui-même, mais d’une dénonciation de l’inadéquation du système politique de gestion des flux de transit dans le cadre communautaire, qui s’impose à l’Autriche.

7La double influence valsusaine et autrichienne inscrit la contestation du Tyrol du Sud dans une tension d’apparence contradictoire. La référence No TAV véhicule un rejet du principe même du tunnel de base, alors que la référence Transitinitiative se fonde plutôt sur une considération de celui-ci, mais sur une dénonciation de l’inadéquation de la politique d’accompagnement (CIPRA, 2005). Le point de convergence de cette double influence réside dans les dénonciations du cadre de gouvernance du projet et de la négation d’un ferment du fonctionnement politique dans ces hautes vallées, la parole des corps intermédiaires et des communautés locales.

3. L’expression d’un jeu politique local en recomposition

8L’argumentaire du site internet Stop BBT inscrit la contestation dans une dimension publique. Le qualificatif utilisé par les membres du comité stop BBT pour se qualifier est Bürgern , soit citoyen. L’appartenance à un cadre politique normé est revendiquée. Aucun caractère de territorialité alternative n’émerge. L’appartenance aux corps intermédiaires que sont le Club alpin italien, le Club alpin sud-tyrolien (Alpen Verein Südtirol) ou encore le parti politique dominant dans la province, le Südtiroler VolksPartei (SVP) est mise en avant, de même que l’implication dans la vie publique régulière à travers les divers conseils. La motivation principalement mise en exergue est la défense de leur vallée, de leur environnement, de leur style de vie. Le recours au possessif exprime la dimension « alpine » de la revendication.

9L’espace politique de cette contestation est la Province autonome du Tyrol du Sud qui possède un statut très singulier. Cette entité exerce des compétences législatives et se subdivise en 8 communautés regroupant les 116 communes. La vie politique a longtemps été dominée par le SVP, qui a progressivement perdu la majorité absolue devant la progression de mouvements indépendantistes (die Freiheitlichen et Südtiroler Freiheit) et écologiste (Verdi). La contestation du tunnel de base est à mettre en regard de cette recomposition du jeu des partis. Le SVP a longtemps constitué le premier espace politique du territoire (Steiniger, 2009). La question du tunnel de base a été à la fois un révélateur et le levier de la diminution de cette emprise à l’occasion des élections de 2006.

10Selon Martin Ausserdorfer, directeur de l’observatoire émanant de la Province autonome, le développement de cette contestation est indissociable du travail qu’il qualifie de désinformation réalisé par les partis écologistes à l’occasion de cette campagne. L’argumentaire développé par ces partis visait, selon lui, à effrayer les habitants en promettant l’apparition de nouvelles montagnes de déblais, la destruction des ressources en eau et l’arrivée de milliers d’ouvriers étrangers qui allaient constituer une menace pour la sécurité au quotidien. S’il est nécessaire de recontextualiser ces propos recueillis lors d’un entretien conduit en mai 2010, soit 3 ans après le cœur du conflit, il est toutefois possible de retrouver les éléments classiques de mobilisation locales face à un projet de tunnel de base. La question des ouvriers avait été très présente lors des débats préalables en Suisse. Il avait été finalement décidé de construire des villages dédiés pour les loger sous forme de préfabriqués apportant tout le confort attendu. Ces conditions de logement ayant donné satisfaction en Suisse, BBT s’en est inspiré et a transposé la mesure autour des chantiers des descenderies. L’étude de l’expérience suisse (Lötschberg ouvert en 2007 et Gothard alors encore en chantier) constitue la première réaction des promoteurs et des autorités politiques d’accompagnement. À la circulation des références contestataires, les promoteurs répondent par une recherche de partage d’informations et d’expériences. Une double circulation de modèles apparaît qui fait du Tyrol du Sud un laboratoire original de composition d’alternatives territoriales à l’amplification d’un fait contestataire.

II – La médiation comme espace de retournement de la contestation : la co-construction d’un espace proche autour du projet de tunnel de base

1. Un observatoire pour répondre à l’amplification de la contestation

11La manifestation du 10 mars 2007, qui rassemble à Bolzano 10 000 personnes selon les organisateurs, est l’expression d’une amplification de la contestation qui voit converger à la fois les revendications sud-tyroliennes et l’opposition No TAV venue de la Province de Trento. Cette manifestation, rare événement commun à ces deux ensembles contestataires distincts, apparaît dans la trajectoire des Stop BBT comme l’avènement d’un temps fort du mouvement. Elle réunit une importante somme d’associations et de collectifs issus des deux provinces autonomes, de Vénétie et du Frioul. Les motivations et les fondements demeurent cependant très divers. L’objet même de la contestation est départagé. Alors que les No TAV Trento essayent de construire une convergence contestataire à la dimension du corridor (accès et tunnel) comme l’illustre l’argumentaire développé sur le blog No TAV Trento2 créé le 7 février 2007, le débat dans le Tyrol du Sud se centre toujours plus sur le tunnel en lui-même. Un débat existe entre les deux contestations dont on peut trouver une expression sur le site internet du Centro Sociale Bruno de Trento. Selon cet acteur, il est nécessaire que tous les collectifs prenant part à la contestation comprennent la nécessité de penser le projet dans sa globalité. Il en va de l’efficacité et de la crédibilité du positionnement face à ses promoteurs. La capacité d’intégration du tunnel et de ses accès constitue l’un des éléments structurants des « Nouvelles Traversées Alpines » dans les discours officiels (L’Alpe, 2006). Il est possible de voir là encore l’importance de la référence suisse. Dans le cas du Val de Suse, tunnel et accès tendent à se confondre en raison des courtes distances. La TAV constitue le raccourci verbal pour désigner le projet dans son ensemble et dans son indifférenciation (Dansero, Scarpocchi, 2008). La configuration n’est pas identique autour du projet du Brenner, à la fois en raison de la conséquence du segment d’accès et de la profonde individuation des territoires concernés par les différentes sections du projet. L’agrégation TAV / BBT n’a ainsi rien d’évident.

12La manifestation du 10 mars révèle l’absence de maîtrise de l’effet d’annonce du lancement de la phase concrète du chantier par les autorités sud-tyroliennes. Une première opportunité de médiation est cependant avortée le 22 mars lorsque le président de la Province autonome annule sa venue lors d’une soirée d’information. Le mouvement se poursuit, et une autre manifestation est organisée par les Stop BBT le 12 mai 2007 à Brixen. Une démarche de médiation autour du chantier du tunnel de base est alors engagée conjointement par BBT et la Province le 29 juin 2007, à l’occasion d’une rencontre avec les habitants organisée à Mauls, la commune concernée par la première descenderie. Il s’agit du premier point d’inflexion dans le traitement politique et technique du conflit puisque l’Observatoire technique BBT, dépendant de la Province autonome, est mis en place dans l’été qui suit. Cette structure est financée par la Province et par BBT à parts égales. La direction est confiée à Martin Ausserdorfer, ingénieur sud-tyrolien formé à Innsbruck. Les missions de cet observatoire sont doubles : veiller au respect des règles de sécurité et environnementales sur le chantier et constituer une cellule d’échanges et de résolution des problèmes territoriaux en lien avec le projet. Martin Ausserdorfer est très clair quant à la raison d’être de cette structure : il s’agit d’une médiation institutionnelle indépendante dans son organigramme de BBT, qui existe pour défendre les intérêts du Tyrol du Sud, donc de la Province. Il est à noter que la Province autonome possède quelques parts dans le capital de BBT ce qui créé une redondance d’intérêts communs. Le capital de BBT est en effet réparti entre l’Autriche et l’Italie à parité. Le Land Tyrol possède la moitié des parts autrichiennes, l’État fédéral et la division infrastructure des ÖBB en possèdent un quart chacun. Les parts italiennes sont détenues par le groupement Tunnel Ferroviario del Brennero apparu en 2006 qui rassemble Rete Ferroviaria Italiana (82,796 %), les Provinces autonomes de Trento et du Tyrol du Sud (6,058 % chacune) et la Province de Vérone (5,088 %).

13Il est de nouveau possible de voir une circulation d’expériences à travers l’identification d’une structure de type « observatoire » comme première modalité de prise en compte de la situation sociale. Il en fut de même en 2006 autour du Val de Suse à l’occasion de l’alternance politique nationale. Mario Virano s’était vu confier la mission de conduire les travaux de cette structure rattachée à la Région Piémont, recevant le titre de commissaire extraordinaire du gouvernement. L’ampleur institutionnelle n’est ici pas équivalente puisque le processus est interne à l’échelle de la province. Il en va d’ailleurs de même des résultats, bien plus rapides dans le Tyrol du Sud que dans le Val de Suse. Mais les modèles circulent, et sont adaptés aux spécificités territoriales. La souplesse de l’autonomie provinciale est en cela identifiée comme un ressort de succès par le directeur Ausserdorfer.

2. La proximité, métrique et paradigme de l’action politique de médiation. Le rôle social de l’infopoint BBT de Fortezza / Franzenfest

14Une première expression de la fertilité politique du conflit apparaît : le centrage des débats autour du tunnel devenu chantier fait exister l’objet dans la sphère sociale. L’Observatoire, et ainsi la Province, en joue et vise toujours plus à mettre à distance une éventuelle convergence avec les No TAV Trento. Le paradigme spatial de l’action de la structure est clair : la proximité (Bourdin, 2005). Le travail initial de l’Observatoire a été de se rendre dans chacune des communautés pour porter le discours contradictoire à la contestation. La finalité de cette démarche était de construire un lien de proximité renouvelé tant avec l’action politique de la Province qu’avec le chantier en lui-même. Le projet spatial répond ainsi d’une réitération de la validité du territoire Südtirol à travers la co-construction d’un espace relationnel relevant d’une métrique de proximité, soit d’une composition profondément réticulaire. Cette démarche politique vise à construire un espace proche hybride fondé sur un agencement sélectif de distances spatiales individualisées (Lévy, Lussault, 2013). Le tunnel de base tel que conçu dans la communication de l’Observatoire devient le référent commun.

15Pour matérialiser cette démarche, l’Observatoire met en place dès novembre 2007 un espace d’information, soit une médiation spatiale. Transféré depuis le 30 octobre 2015 dans l’ancien fort de Franzenfest, il était initialement installé dans la gare de la commune, dans des locaux inutilisés. L’installation dans le fort était dès l’origine une hypothèse envisagée afin de contribuer à la réhabilitation de l’ouvrage et à sa refonctionnalisation comme espace muséal. Seulement, ni la temporalité de réaménagement, ni le budget nécessaire ne correspondaient à l’urgence et au besoin de visibilité défini. Les fonctions de cet infopoint BBT, dès son ouverture, sont multiples. La première est bien sûr de relayer et diffuser un discours « descendant » sur le projet. Mais il ambitionne aussi de construire un lieu d’échange au cœur de l’espace concerné par le chantier, à même de faire remonter les questions et autres interrogations de la population. Ce rôle de relai est tout autant un rôle de vigie. Les personnes recrutées pour y travailler présentent toutes des compétences en termes d’accueil, de vulgarisation scientifique et de contact avec le public. Mais leur particularité tient aussi à la maîtrise d’un signe culturel fort que sont les diverses langues et dialectes. Co-construire un espace proche appelle à verbaliser les idées, faits et choses pour chacun (Paquier, 2011). Les questions qui sont remontées via l’infopoint font l’objet d’un traitement par des personnes techniquement compétentes puis d’une adaptation de la réponse en vue de la rendre accessible. L’accessibilité est ici le fondement même du projet de médiation spatiale, et le lieu se trouve validé dans cette fonction d’interface : en 2010, 80 % des demandes formulées transitaient par cette structure physique, quand seulement 20 % des demandes étaient formulées via le site internet3.

16Plusieurs influences peuvent se retrouver à travers l’aménagement du local d’origine. La principale est celle de l’infocenter Alptransit Gotthard de Sedrun, sur le chantier du tunnel de base du Gothard (fig. 4). L’attraction centrale de cet espace d’information était la présence d’un circuit de trains électriques réglés sur des vitesses différenciées. L’idée était simple : plutôt que de produire de longs discours sur le gain de compétitivité du rail par rapport à la route permis par le futur tunnel dans la séquence de franchissement des Alpes, il suffisait d’appuyer sur un bouton et de regarder se dérouler la scène. Les trains circulant dans le tunnel de base simulé en sortaient au sud alors même que les trains et les véhicules routiers empruntant l’itinéraire actuel ne faisaient qu’entrer dans les tunnels de faîte, par les portails nord. Le même système était ainsi prévu à Fortezza, sans que celui-ci n’ait d’ailleurs fonctionné bien longtemps ! L’Observatoire est, à travers la circulation des modèles, l’outil de l’intégration directe du territoire du Tyrol du Sud dans le concert des nouvelles traversées alpines. L’entité politique est représentée directement dans les échanges entre acteurs impliqués dans des réalisations de tunnels de base dans les Alpes. À travers cette démarche, ce n’est pas le territoire sud-tyrolien qui compose avec un tunnel ; c’est bien le tunnel de base du Brenner qui apparaît au territoire et en devient une composante convergente de son espace politique.

Fig. 4 – L'infocenter Alptransit Gotthard de Sedrun (Grisons, Suisse), une inspiration pour l’infopoint BBT de Franzenfest

Fig. 4 – L'infocenter Alptransit Gotthard de Sedrun (Grisons, Suisse), une inspiration pour l’infopoint BBT de Franzenfest

Source : K. Sutton, photos 2009 et 2010, montage 2015.

III – Les manifestations du retournement de l’acceptation locale : l’œuvre de la médiation

1. Créer l’événement pour exister au territoire

17Le succès de la démarche est net : l’infopoint devient rapidement un lieu mobilisé par les populations locales qui l’identifient comme un espace de discussion,d’échanges, et surtout de quotidienneté. Les plus fortes affluences quotidiennes ont été enregistrées lors des premiers mois d’ouverture. Le local installé dans le bâtiment de la gare de Franzenfest présentait une capacité d’accueil de 15 000 personnes par an. La fréquentation effective durant la première année d’ouverture a été de 6 000 visiteurs. Mais cette fréquentation a toujours été très irrégulière, et évolue au rythme des visites proposées aux scolaires. L’attraction principale demeure toutefois les visites du chantier des descenderies et les journées portes-ouvertes. Les groupes sont tout d’abord reçus à l’infopoint où le discours général de présentation des arguments politiques, sociaux et techniques du projet sont exposés, avant de se rendre sur site.

18La principale validation de l’efficacité du dispositif de médiation, et la première expression de la consolidation du retournement de l’acceptation, peut être considérée dans le succès des premières journées portes-ouvertes organisées sur les chantiers des descenderies d’Aicha et de Mauls en août et décembre 2008. Le succès de la toute première journée organisée autour du montage du tunnelier destiné à percer la descenderie d’Aicha le 3 août 2008 avait d’ailleurs surpris l’Observatoire. Alors que les organisateurs n’attendaient qu’une cinquantaine de personnes et d’éventuelles manifestations, ce sont 200 visiteurs résidant dans les environs proches de la commune qui se sont rendus sur place. L’Observatoire tient d’ailleurs sur son site à internet à souligner que la journée s’est déroulée sans aucune forme de protestation. Les journées portes-ouvertes, répétées régulièrement, sont des opportunités pour l’Observatoire d’ouvrir le chantier, mais aussi d’impliquer les corps intermédiaires des hautes vallées, notamment les associations locales. Il s’agit de travailler et d’éprouver le sentiment de proximité ressenti vis-à-vis du chantier du tunnel de base. Ces appels à participation rencontrent dès le début un écho positif alors que, dans le même temps, autour de Trento et Rovereto, les associations locales approfondissent leur investissement dans l’opposition au corridor autour du collectif No TAV Trento.

19Les manifestations d’opposition au projet n’ont bien sûr pas cessé dès la mise en place de ce processus de médiation, mais elles s’essoufflent nettement et surtout se transforment. En amont de la visite du président de la République italienne sur le chantier du tunnel, à Aicha, prévue le 28 avril 2008, une manifestation fut organisée à Trento par le collectif No TAV Trento à laquelle les Stop BBT avaient été invités. Cet événement marque le décentrage de la contestation du projet de modernisation du corridor Brenner. Alors que les précédentes manifestations de grande ampleur avaient eu lieu à Bozen et Brixen dans le Tyrol du Sud, cette nouvelle manifestation se déroule dans la Province de Trento. Les No TAV Trento invitent à cette occasion le collectif historique du Val de Suse. L’objectif est bien de s’afficher comme le pivot de l’opposition non pas seulement au tunnel, mais bien au corridor, retrouvant en cela un élément fondateur de l’opposition au Lyon – Turin dans le Val de Suse (Sutton, 2012). Cette manifestation constitue pour les No TAV Trento l’aboutissement de 4 mois d’intense travail de terrain sous la forme de réunions publiques d’information, débuté le 16 janvier 2008 à Lavis, et poursuivi dans diverses communes. Dix rencontres ont ainsi été organisées de janvier à avril, autour de thématiques liées au corridor, mais aussi de thèmes fédérateurs à l’échelle de l’Italie pour les mouvements contestataires comme la guerre en Irak ou l’installation d’une base de l’OTAN à Mattarello. Les graffitis présents à Bolzano à l’issu de la manifestation de mars 2007 exprimaient déjà cette synthèse contestataire (fig. 1). Ces réunions d’information permettent aux No TAV de se construire en espace de débat, comme le nom complet du collectif l’évoque : Lo spazio aperto No inceniratore No TAV. Elles leur permettent aussi de fédérer tout un tissu associatif implanté dans la Province de Trento autour d’une opposition à un projet trouvant corps dans les réalisations autour des principaux centres urbains. Ces associations sont tout autant des expressions de réseaux présents à l’échelle des Alpes comme Moutain Wilderness, ou des organisations locales d’échelle communale comme l’association Tutella del Territorio di Ala.

2. Extériorisations et externalisations de la contestation

20La date de la manifestation d’avril 2008 est motivée par l’opportunité de la visite du président de la République, Giorgio Napolitano. Les No TAV Trento cherchent ainsi à capitaliser en visibilité en tirant parti localement de l’annonce de cet événement national. L’événement est en quelque sorte anticipé et détourné à l’échelle locale. Il s’agissait de teinter la thématique « Brenner » de conflictualité. Divers groupes du Tyrol du Sud viennent participer à cette manifestation, notamment les Stop BBT de Prati di Vizze, Vipiteno, Bressanone, Bolzano ou encore Merano. Il s’agit là d’une extériorisation progressive de l’expression du conflit, et d’une externalisation de l’objet de la contestation. Ces groupes viennent alimenter un conflit qui n’est plus tout à fait le même que celui du cœur de l’année 2007. Mais la présence de groupes dont la position contestataire est centrée sur le tunnel permet aux No TAV Trento de construire un discours sur l’existence d’une opposition polytopique et intégratrice des différents segments du corridor – du moins dans sa partie italienne. La contestation sud-tyrolienne se trouve ainsi englobée dans des revendications qui ne lui sont plus propres.

21La nécessité ressentie de cette exportation est peut-être une autre marque du succès de la démarche engagée dans le Tyrol du Sud. La haute vallée ne devient pas le creuset de toutes les oppositions au « corridor Brenner ». L’espace du débat y est ainsi métrisé par les instances de médiation, et non plus par les groupes de contestation. La manifestation d’avril 2008 marque l’ultime action commune d’importance entre les groupes de la basse et des hautes vallées. Les actions des No TAV Trento s’amplifient et s’intensifient en s’ancrant toujours plus dans un espace local de basse vallée et dans un réseau No TAV qui fait du Val de Suse le modèle opératoire et territorial. Dans le même temps, les Stop BBT transforment leur action en recherchant une convergence « germanique ». La dimension « tyrolienne » très présente dans les motivations de la déclaration de Prati n’est soluble ni dans la dimension locale de la basse vallée, ni dans l’ancrage national du réseau No TAV. La mise en réseau de la contestation du tunnel de base du Brenner ne se fait finalement que peu avec la question de ses accès. La reconnaissance de la validité des institutions demeure un fondement de l’action de contestation sud-tyrolienne qui choisit d’exprimer ses doutes et réserves quant au bien-fondé du corridor à l’échelle communautaire européenne. « Bruxelles » est progressivement perçu comme responsable de la dégradation des conditions d’effectivité du report modal sur l’axe du Brenner. De même, la pensée et la conduite des corridors européens à l’échelle communautaire sont considérées comme un des facteurs de dysfonctionnement du système d’aménagement imposé. Bref, il s’agit ici d’une autre forme d’externalisation du conflit, qui s’exprime par une autre forme d’extériorisation spatiale. Ainsi, un collectif d’associations du Tyrol, du Tyrol du Sud et du Trentino (le Centro Sociale Bruno et une centrale syndicale, mais pas le No TAV Trento) ont déposé le 5 octobre 2010 un communiqué unitaire et une pétition à Bruxelles auprès de la Commission européenne pour obtenir des réponses et un approfondissement des analyses du rapport coût / bénéfice de l’opération d’aménagement du corridor et surtout du tunnel de base. Le changement d’échelle du conflit vise ainsi explicitement l’horizon communautaire. C’est bien une façon de conduire les politiques d’aménagement qui tend dès lors à être ainsi dénoncée. Un des derniers articles postés sur le site Stop BBT, le 7 octobre 2010, tient d’ailleurs à l’affirmation d’une convergence avec l’opposition se développant autour de l’aménagement de la gare de Stuttgart (Stuttgart 21). Ce site internet ne connaît plus d’activité à partir du mois d’octobre 2010, signe d’un apaisement local et d’une transformation du conflit. Ce site aura ainsi été actif de 2007 à 2010, et constitue en cela un marqueur des pulsations du conflit. Plus largement, la géographie des sites internet liés à cette contestation traduit les mouvements d’extériorisation et d’externalisation : l’activité est toujours plus renforcée autour des sites des collectifs du Trentino.

3. L’emploi et l’activité économique associée comme contractualité spatiale

22L’année 2010 correspond aussi à la consolidation du retournement de l’acceptation des ouvriers venus travailler sur le chantier des descenderies par les populations locales. Loin des 1 000 personnes annoncées, seules 120 personnes travaillaient sur le chantier en 2010. Le choix de les loger dans des espaces dédiés selon le modèle suisse a permis de les introduire dans la quotidienneté locale de façon progressive. La rencontre avec le vrai visage de ces ouvriers très qualifiés qui ne souhaitent nullement s’installer à vie autour du chantier, mais retourner chez eux à l’issue de leurs temps de mission, a permis de déconstruire les représentations de l’étranger qui avaient précédées leur arrivée. L’Observatoire a largement contribué à cela en organisant dès 2008 des journées portes ouvertes le jour de la Sainte-Barbe, le 4 décembre, sainte-patronne des mineurs. Non seulement les craintes se sont progressivement estompées, mais en plus les acteurs économiques locaux ont rapidement compris l’intérêt que pouvait représenter ce vivier de clientèle supplémentaire. Le retournement le plus évident tient au fait que, dès la fin de l’année 2009, des hôteliers ont contacté l’Observatoire pour considérer la possibilité de nouer un partenariat pour loger une partie des ouvriers.

23Le chantier est devenu à l’épreuve de la médiation un objet du quotidien. Un des ressorts du renversement de l’acceptation locale tient au traitement de l’emploi local autour notamment des chantiers des descenderies. L’emploi local peut être considéré comme la nécessaire médiation sociale autour de tout grand projet d’infrastructure. BBT s’est en cela inspiré des pratiques usitées autour du chantier du Lötschberg, qui était alors la seule référence d’un tunnel de base mené à son terme. Peter Teuscher, directeur de BLS Alp Transit, a toujours identifié dans ses communications le traitement de l’emploi local comme une des clés de la réussite de la conduite du projet dans son ensemble (Teuscher, 2007). Les lots ne nécessitant pas des compétences techniques spécifiques étaient de manière préférentielle attribués à des entreprises locales. Les lots extérieurs sont en cela très stratégiques, car ce sont les parties de l’activité associée au chantier du tunnel qui sont visibles. La sous-traitance locale s’en trouve grandement favorisée et constitue un élément important dans l’évaluation des réponses aux appels d’offre des marchés publics autour du chantier du Brenner. De même, les lots comme le nettoyage, la confection et la livraison des repas sont de manière préférentielle délégués à des acteurs locaux. Le but est bien d’impliquer le plus largement possible pour que chacun se sente concerné par le projet. Le thème de la visibilité sociale se retrouve ici, de même que l’adage de Peter Teuscher qui voulait que chaque famille de la vallée soit en contact, même indirect, avec le chantier par l’entremise de l’emploi.

Conclusion. Succès et limites du « traversisme » tyrolien

24Ces faits, et notamment la fin de l’animation du site internet des Stop BBT, traduisent un apaisement local permis en partie par une gestion publique fondée sur le paradigme de proximité. L’adhésion n’est toutefois pas générale dans le Tyrol du Sud. Des critiques sur la politique des transports persistent, mais le dialogue existe et l’audience populaire de la contestation n’est plus comparable. Tout cela révèle le succès de la contestation. Il faut cependant noter que cette gestion favorise le renforcement des effets de seuil territoriaux. L’opposition n’a eu de cesse de se renforcer dans la basse vallée. Ce mouvement s’est d’ailleurs rappelé aux hautes vallées à l’occasion de la visite programmée de Mateo Renzi sur le chantier le 5 juillet 2014. Cette visite a finalement été annulée suite à la présence de No TAV ayant établi un presidio temporaire à la gare de Fortezza, soit devant l’infopoint. Ce coup de force visait à la fois à exprimer l’opposition à la modernisation du corridor du Brenner, mais aussi à manifester contre le sort judiciaire réservé à certains militants No TAV du Val de Suse, emprisonnés. Il s’agissait aussi de toujours plus occuper la scène médiatique alors que la création d’un observatoire dans la Province autonome de Trento était annoncée quelques jours après, le 18 juillet 2014, structure opérationnelle depuis le 20 février 2015.

25Les deux structures de médiation demeurent bien distinctes, à l’image des périmètres politiques dont elles émanent. Leur relation actuelle semble marquée par une évolution du paradigme de l’indissociabilité du tunnel de base et de ses accès. Les No TAV Trento n’ont pas manqué de relever sur leur site internet un propos tenu par Martin Ausserdorfer à l’occasion d’une table ronde tenue à l’université de Bolzano le 11 septembre 2015. Confirmant une annonce faite par des responsables politiques de l’assemblée régionale du Trento-Haut-Adige, le directeur de l’Observatoire dépendant du Tyrol du Sud a reconnu que la ligne en aval de Waidbruck – soit les accès – présentait une capacité suffisante pour absorber la croissance de trafic liée au futur tunnel de base. En somme, les parties haute et basse du projet se trouvent totalement découplées dans cette nouvelle approche, ce qui permet de maintenir à distance le tunnel de base de l’opposition à l’œuvre dans la basse vallée.

26Ce recentrage sur le tunnel de base et ce qu’il représente traduit plus profondément une dynamique en cours dans le Tyrol du Sud qui vise à revendiquer des liens toujours plus forts avec l’Autriche, comme l’illustre le résultat des dernières élections provinciales de 2013. Le tunnel de base constitue un espace commun, partagé entre ces deux parties du Tyrol. La force du travail de l’Observatoire est de réhabiliter le tunnel dans sa fonction de passage, en l’extrayant du piège du corridor déterritorialisant. La fonction de passage, qui porte une fonction d’union, constitue l’axe fort de la communication. Ce traitement du conflit est original, et capitalise sur une identité de la traversée qui a fondé l’entité politique Tyrol (Freschi, 2004). Nous avions proposé (Sutton, 2011) de qualifier cette caractéristique spatiale de « traversité », reprenant ainsi l’idée contenue dans la notion d’iléité proposée par Joël Bonnemaison (1991). Le jeu politique qui se construit sur cette qualité donne à voir une forme de « traversisme ». En cela, le tunnel de base du Brenner semble se fondre progressivement dans ce désir d’autonomie renforcé, et l’efficacité des médiations engagées tient aussi peut-être à cela.

Haut de page

Bibliographie

Bergmeister K., Brenner Basistunnel. Lebensräume und Verkehrswege, Innsbruck, BBT SE, 2008.

Bonnemaison J., « Vivre dans l’île. Une approche de l’iléité océanienne », L’espace géographique, 2-91,1991, p. 249-262.

Bourdin A., « La proximité comme encodage politique de la vie quotidienne », in Bourdin A., Lefeuvre M.-P., Germain A. (dir.), La proximité. Construction politique et expérience sociale, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 9-18.

Cavallaro F., Maino F., “An approach to manage conflicts in the construction of new transport infrastructures : the cas of the Brenner HS / HC railway line, in Passerini G., Brebbia C.A., WIT Transactions on Ecology and The Environment, 2014, p. 503-515.

CIPRA, « Des tunnels ferroviaires plutôt qu’une politique des transports ? » Cipra info, no77, 2005, p. 4-12.

Collardey B., « La ligne austro-italienne du Brenner augmente son débit », Rail passion alpine, no 28, 1999, p. 22-27.

Crozet Y., « Traversées alpines, comment conjuguer fluidité et respect de l’environnement ? », in Bernier X.(dir.), Traverser les montagnes, coll. « Cahiers de géographie Edytem », Chambéry, 2006, p. 67-77.

Dansero E., Scarpocchi C., “Voci di corridoio, sensi del luogo. Riflessioni per un approccio geografico a partire dal contestato progetto di un nuovo collegamento ferroviario tra Torino e Lione”, Bolletino della Società geografica italiana, 13, 2008, p. 589-617.

freschi L., « L’axe du Brenner », in Bernier X. (dir.), Traverser les montagnes, Chambéry, coll. « Cahiers de géographie Edytem », 2006, p. 43-52.

grassart P., « Route roulante : quand Français et Autrichiens s’interrogent sur le ferroutage », La vie du rail, no 2965, 2004, p.9-11.

Ibanez D., Trafics en tous genres. Le projet Lyon  Turin, Tim Buctu éditions, La colle sur Loup,2014.

L’Alpe, no 29, Nouvelles traversées ferroviaires, 2006.

Laslaz L., Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Vanoise, Ecrins, Mercantour) : des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, thèse de Géographie, université de Savoie, 2005.

Laslaz L., « Conflit environnemental », Hypergeo, 2014, [en ligne], consulté le 2 septembre 2015, URL :  http://www.hypergeo.eu/spip.php?article635

Lévy J., Lussault J., « Proximité », in Lévy J., Lussault M.(dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 2013, p. 821-823.

Maino F., Cavallaro F., “Impatto a scala regionale di una grande insfrastruttura ferroviaria. Le emissioni di C02 della linea AC del Brennero”, Scienze Regionali, “La montagna italiana. Confini, identità e politiche”, 49, 2013, p. 161-185.

Martin J-M., Chateau B., Traverser les Alpes : la route en question, Presses universitaires de Grenoble, 2000.

Paquier M., « Le local et le proche, enjeux didactiques et politiques des nouveaux programmes de géographie de cycle 3e et de 6e », in Actes du colloque international de didactique de l’histoire, de la géographie et éducation à la citoyenneté, 2011, p. 193-210.

Région Rhône-Alpes, Le projet de liaison ferroviaire transalpine Lyon  Turin. Dossier de synthèse, Lyon, 2014.

Sutton K., « Les Nouvelles Traversées Alpines : la “cité-Europe” à l’épreuve de l’acceptabilité alpine », Belgeo, 1-2, 2010, p.79-88.

Sutton K., Les Nouvelles Traverseées Alpines. Entre cospatialité de systèmes nationaux et recherche d’interspatialités, une géopolitique circulatoire, thèse de Géographie, université de Grenoble, 2011.

Sutton K., « Le conflit autour du Lyon – Turin dans le Val de Suse, vers une nécessaire reconsidération des basses vallées alpines », Revue d’économie régionale et urbaine, 1, 2013, p. 179-201.

Steiniger R., Die Südtirolerfrage, StudienVerlag, Innsbruck, 2009.

Teuscher P., « Retour d’expérience sur la menée du chantier du Lötschberg », in La Transalpine, Nouveaux tunnels, nouveaux défis, Actes du colloque tenu à la Cité des sciences et de l’industrie, Paris, 27 juin 2007.

Transitinitiative Südtirol, Payrdorfer Manifest, 2002, 4 p.

Wiener M., “ÖBB im Wandel”, Eisenbahn Journal, sonder Ausgabe 1, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Graffitis sur le long de la voie ferrée à l’entrée sud de la ville de Bolzano / Bozen, restes de la manifestation du 10 mars 2007
Crédits Source : K. Sutton, février 2010.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 2 – La modernisation de l’axe du Brenner, un emboîtement d’acteurs
Crédits Source : K. Sutton, 2015.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 3 – L’espace politique du conflit autour du tunnel de base du Brenner dans la Province autonome du Tyrol du Sud
Crédits Source : K. Sutton, 2015.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 4 – L'infocenter Alptransit Gotthard de Sedrun (Grisons, Suisse), une inspiration pour l’infopoint BBT de Franzenfest
Crédits Source : K. Sutton, photos 2009 et 2010, montage 2015.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2158/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kevin Sutton, « Contestations et médiations autour du projet de tunnel de base du Brenner dans la Province autonome du Haut-Adige / Tyrol du Sud (2007-2010) », Sud-Ouest européen, 40 | 2015, 57-69.

Référence électronique

Kevin Sutton, « Contestations et médiations autour du projet de tunnel de base du Brenner dans la Province autonome du Haut-Adige / Tyrol du Sud (2007-2010) », Sud-Ouest européen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/2158 ; DOI : 10.4000/soe.2158

Haut de page

Auteur

Kevin Sutton

Maître de conférences en Géographie, université Grenoble-Alpes – Laboratoire PACTE, UMR CNRS 5194, kevin.sutton@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals