Navigation – Plan du site
Notes bibliographiques

La ville kaléidoscopique

Jean-Paul Charrié
p. 158-160
Référence(s) :

J.-P. Augustin et J. Dumas, La ville kaléidoscopique. 50 ans de géographie urbaine francophone, Paris, Éd. Economica, 2015, 249 p.

Texte intégral

  • 1 Les mots italiques sont empruntés aux auteurs.

1Jean-Pierre Augustin et Jean Dumas ont éprouvé le besoin de faire connaître au plus grand nombre leur parcours d’enseignants-chercheurs en géographie à Bordeaux, non pas pour témoigner seulement de leurs résultats à l’issue d’une riche carrière, mais pour réfléchir à leurs cheminements respectifs dans le cadre plus général de l’évolution des recherches en géographie urbaine et des mutations de cette dernière au contact des autres disciplines œuvrant sur la ville. Ils se présentent eux-mêmes à plusieurs reprises au fils des pages de cet ouvrage (notamment p. 186). Mieux les cerner est capital pour comprendre la trame de ce livre. Si leurs champs de recherche sont différents, socio-économique pour l’un et socioculturel pour l’autre, ils se retrouvent en phase sur bien d’autres aspects. Formés à l’Institut de géographie de Bordeaux, influencés par les mêmes enseignants, ils se sont assez rapidement détachés de cette matrice1, devenant deux observateurs participants en recherche progressive d’indépendance au fur et à mesure que les années s’écoulent. Enseignants à l’IEP (Jean Dumas), à l’IUT (Jean-Pierre Augustin), ils apportent aussi leurs concours au développement de l’Institut d’aménagement de tourisme et de l’urbanisme (IATU) développé par Jean Marieu. Surtout, ils partagent une vision de la recherche en géographie urbaine basée sur le rôle moteur joué par les acteurs et la nécessité de déboucher sur la prédictibilité et l’action. Cette perception commune a pu se confronter et s’appliquer au sein de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA) longtemps dirigée par Jean Dumas ainsi que dans la participation aux différents projets de recherches portés par les centres universitaires logés dans cette MSH.

2Leur ouvrage est selon eux un essai (p. 9). Aussi, si le sous-titre précise qu’on y trouvera une approche de 50 ans de géographie urbaine francophone, c’est bien La ville kaléidoscopique qui demeure au cœur de leurs réflexions : La ville est plurielle dans son organisation et son fonctionnement mais aussi dans les regards que les géographes leur portent. La ville est certainement plurielle, mais les pistes explorées dans ce livre le sont tout autant, offrant aux lecteurs des angles d’analyse et de réflexions très variés, compliquant aussi la tâche de l’auteur de ces lignes.

3Jean Pierre Augustin et Jean Dumas découpent leur essai en quatre parties comprenant pour chacune d’elles deux chapitres. Des Ouvertures géographiques aux nouveautés urbaines s’appuient sur une lecture non exhaustive des publications géographiques françaises afin de souligner les changements dans les analyses au gré des mutations de la ville : affaiblissement du modèle vidalien, prise en compte des hiérarchies et des réseaux, fragmentation et étalement urbain. Non seulement l’objet urbain observé se transforme, mais les géographes démultiplient leur regard en empruntant aux disciplines qui partagent leur intérêt pour les villes : histoire, économie, sociologie urbaine et urbanisme. Les transformations et les évolutions de plus en plus complexes des villes sont appréhendées de mieux en mieux grâce à des outils de plus en plus efficaces, élaborés en empruntant aux sciences connexes dans une interdisciplinarité de plus en plus affirmée. La seconde partie Les approches plurielles de la ville : diversification des outils d’analyse montre comment des géographes mettent en œuvre des lois, des concepts, des modèles et des théories tout en s’ouvrant à une géographie de la perception et des représentations qui rencontre un franc succès. Les auteurs insistent sur trois visons métaphoriques de la ville qui se succèdent chronologiquement : la ville machine et fonctionnelle omniprésente dans les récits de la phase de croissance des Trente Glorieuses ; la ville en projet lorsque la crise économique bouleverse les certitudes, exige un traitement des fragmentations et des formes urbaines héritées ; la ville durable enfin, capable de répondre aux grands enjeux écologiques présents et à venir. La mise en scène de la ville : la gouvernance en question, permet à Jean Pierre Augustin et à Jean Dumas d’introduire plus encore que dans les chapitres précédents les éléments de leur cheminement géographique au sein d’une géographie urbaine marquée par ses hésitations éclairantes (chapitre 5) et l’inscription des observations et des recherches dans la durée. Après une phase relevant d’un humanisme approprié, d’une période sous l’influence des structures mathématiques, vient le temps de La ville comme acteur entre théâtre urbain et intrigue. La question fondamentale devient alors « qui fait la ville ? » ce qui conduit à s’interroger sur la gouvernance et les moyens de penser, de prévoir et d’agir. Il est temps pour Jean-Pierre Augustin et Jean Dumas de se pencher sur leurs parcours dans une recherche en géographie urbaine dont ils font partie tout en prétendant s’en extraire et de mesurer leurs expériences respectives à l’aune du développement d’une géographie urbaine francophone. C’est l’objet de la dernière partie Géographes urbains, parcours et engagements Ils posent pour hypothèse qu’une géographie urbaine francophone se différencie des études anglo-saxonnes, qu’elle est portée par un nombre toujours plus important d’enseignants-chercheurs, et qu’elle présente une spécificité fondée sur le refus du radicalisme, un regard bienveillant sur le passé et l’usage d’outils de plus en plus complexes en empruntant aux autres disciplines (p. 190).

4Ainsi rapidement résumées, les quatre parties constitutives de cet essai pourraient apparaître comme une contribution de plus à l’effort de réflexions et de synthèse sur la géographie en général et la géographie urbaine en particulier. Or cet ouvrage fournit d’autres pistes, notamment en raison de la spécificité du parcours des deux auteurs et de leur propre vison de la géographie urbaine. Au fil des pages ils nous proposent leurs préférences, les orientations qu’ils soutiennent.

5Jean Pierre Augustin et Jean Dumas insistent sur l’influence du temps qui passe dans le domaine de la recherche. Si ce thème est présent tout au long de l’essai, il est au cœur des réflexions dans l’introduction de la troisième partie (p. 111). La ville sujet théorique naît du temps qui s’écoule et modifie le regard porté sur elle. L’empilement des connaissances sur la ville constitue un apport permanent pour les chercheurs, car tout récit garde de l’intérêt même à des dizaines d’années d’intervalle. Sa lecture se modifie, mais continue de participer à la construction d’une démarche respectueuse d’un passé qui reflète les interrogations d’une époque donnée. Il s’agit d’une géographie sédimentaire…À travers l’éclairage (…) des regards urbains sur un demi-siècle, c’est la complexité des phénomènes qui apparaît

6Jean Pierre-Augustin et Jean Dumas s’inscrivent dans une géographie urbaine sociale et humaniste. C’est un véritable leitmotiv de l’introduction à la conclusion en passant par chacune des différentes parties. Les fondements théoriques de cette perception humaniste sont affirmés dès l’introduction en s’appuyant sur quelques auteurs dont ils mettent en valeur les idées qui ont constitué le socle scientifique de leurs recherches. Ainsi, André Vant dont il cite cet extrait déterminant où est exigé qu’il n’y ait « plus d’exclusives thématiques, plus de réserves disciplinaires, mais tout le social dans ses dimensions spatiales matérialisées, perçues, vécues ou imaginaires ». Des positions de Micheline Cosinchi et Jean-Bernard Racine, ils retiennent que « La ville est faite autant d’idées que de pierres et d’habitants ». Jacques Lévy et Michel Lussault sont probablement les plus cités en raison de l’adhésion des deux auteurs de cet essai sur le fait que la géographie urbaine est à la fois constructiviste… car les faits étudiés (…) sont des réalités construites par le système sociétal et systémique en raison des interactions et des rétroactions qui se nouent dans l’espace urbain. Ce choix assumé d’un parcours de chercheurs en sciences sociales s’accompagne de quelques réserves, voire de critiques sur cette géographie tentée à un moment donné par le modèle des sciences dures. La géographie, particulièrement urbaine a connu une longue période de mal être scientifique (…) conduisant à une admiration aveugle pour les disciplines nomothétiques, l’économie et dans une moindre mesure la sociologie.

7Cette inscription dans les sciences sociales se double de la volonté de placer en avant une géographie compréhensive, version revue de l’humanisme (p.201) ou encore la version humaniste comme vision compréhensive de la géographie urbaine (p. 204). Ce thème revient régulièrement au fil des pages, tant il tient à cœur aux deux auteurs. Dès la page 15, ils s’inspirent des idées contenues dans les ouvrages de Ley et Samuels (1978) et de Bailly et Scariati (1990) parce que l’homme construit sa propre réalité en articulant le fonctionnel et le symbolique et que la géographie humaniste puise sa richesse dans le mélange permanent du réel et de l’imaginaire (…) et posent l’hypothèse d’une version humaniste de la géographie urbaine qui s’inscrit dans la perspective d’une science de l’action collective spatialisée en construction. À ce titre ils réclament que soient pris en compte le vécu, les choix et les expériences des citadins, dans une approche phénoménologique qui n’a plus peur de sa subjectivité (p.186). Ils prennent la peine de préciser les avantages de cette exigence d’humanisme indispensable pour comprendre les motivations des acteurs de la ville et en capacité d’intégrer aussi l’espace. Afin d’éviter le côté polysémique du mot humanisme, ils proposent de développer dans la recherche une géographie urbaine compréhensive, laquelle est à nouveau défendue dans les dernières pages de la conclusion : nous partageons le refus de considérer, comme trop de théoriciens, que le pire ennemi des sciences humaines, c’est le vécu, le donné direct et le concret et nous ne croyons pas que la « connaissance » que chacun a des acteurs et des groupes est une « méconnaissance » qui voile nécessairement la réalité de la structure sociale et de son fonctionnement.

8Cette géographie urbaine compréhensive proche des acteurs et de leur vécu, ne peut rester seulement dans une démarche d’analyse, dans le seul registre de la recherche fondamentale, passive devant les problèmes urbains. Il faut qu’elle soit aussi action et, chaque fois que cela est possible, capable de devenir science de la prédictibilité c’est-à-dire à concevoir la ville comme projection. Ce n’est pas sans risque, les deux auteurs le reconnaissent à plusieurs reprises, mais c’est à ce prix que les géographes travaillant sur l’objet urbain peuvent participer à la bonne gouvernance de la ville kaléidoscopique. Le thème de l’action est certainement le plus présent dans cet ouvrage. Il est répété dans l’introduction, repris au fils des différentes parties, souligné dans la conclusion de la troisième partie, Vers une science de l’action collective métropolisée, constamment évoqué dans l’évocation de leurs travaux de recherche sur la ville, martelé enfin dans la conclusion où ils avancent l’hypothèse que l’opposition entre recherche fondamentale et recherche appliquée apparaît désormais comme un débat en voie de dépassement.

9En retraçant leurs parcours de géographes engagés dans les études urbaines, Jean-Pierre Augustin et Jean Dumas nous replacent dans le cadre des grands enjeux des recherches urbaines dans la communauté géographique ainsi que dans les disciplines voisines de plus en plus sollicitées. Pour autant, ce n’est pas seulement une synthèse des cinquante dernières années, car les deux auteurs portent haut et fort leurs convictions et suggèrent très fortement les pistes à poursuivre dans le cadre d’une vision à la fois d’humanisme, d’actions et éventuellement de prédictibilité. Ils soumettent leur essai à la discussion et à la critique. À la communauté scientifique de s’emparer ou non des pistes proposées.

Haut de page

Notes

1 Les mots italiques sont empruntés aux auteurs.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/2286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Charrié, « La ville kaléidoscopique », Sud-Ouest européen, 40 | 2015, 158-160.

Référence électronique

Jean-Paul Charrié, « La ville kaléidoscopique », Sud-Ouest européen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/2286

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Charrié

Université Bordeaux-Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals