Navigation – Plan du site

Les sociétés méditerranéennes à l’épreuve du climat 1500-1850

Mediterranean Societies and Climate from 1500 to 1850
Las sociedades mediterraneas puestas a prueba por el clima entre 1500 y 1850
Emmanuel Garnier
p. 21-33

Résumés

L’étude concerne l’histoire du climat dans le bassin méditerranéen septentrional (Italie, France, Espagne) entre les xvie et xixe siècles. Préalablement, elle présente un état de l’art dans les domaines historiographique, documentaire et méthodologique pour les pays de l’Europe méditerranéenne. Puis, ce travail aborde la question des fluctuations en proposant successivement des reconstructions instrumentales et phénologiques (blé, olives et vendanges). Enfin, les notions de risque et de vulnérabilité sont analysées en fonction des impacts du climat sur les sociétés. Outre le sentiment permanent de vivre un « changement climatique » à toutes les époques, ce papier montre que les « dérangements du temps » (principalement les sécheresses) furent aussi la cause de l’expulsion des minorités musulmanes originaires d’Espagne dans le sud de la France au début du xviie siècle.

Haut de page

Texte intégral

Les hommes font leur propre histoire ; ils la font en êtres libres, à la poursuite d’objectifs humains, et non sous la dictée du climat.

Emmanuel Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, p. 18.

1Le quatrième rapport du giec prévoit pour le xxie siècle une hausse de la température moyenne et une augmentation du niveau des océans, notamment dans les régions méditerranéennes. Cette modification rapide, si les modèles disent vrai, devrait se traduire par une augmentation de la fréquence des catastrophes naturelles (tempêtes, sécheresses, inondations), un bouleversement de l’agriculture, des déplacements massifs de populations et des tensions politiques. Ce scénario pour le moins apocalyptique, les archives humaines de la Méditerranée s’en faisaient déjà l’écho, il y a 500 ans, en énumérant tous les « dérangements » météorologiques du moment qui affectaient les communautés rurales et urbaines du sud de l’Europe.

I – L’histoire du climat méditerranéen dans son histoire

  • 1 Archives municipales de Toulouse, série 5 S 131, Les Heures perdues.

2L’intérêt porté à l’histoire du climat méditerranéen ne date pas de ces dernières années, à la faveur du récent débat sur le changement climatique. Dans notre pays, il doit beaucoup à deux grands maîtres de l’école historique nationale convaincus que, s’il fallait récuser tout déterminisme en la matière, on ne pouvait pour autant faire abstraction du paramètre climatique quand on étudiait des sociétés toujours très exposées aux fluctuations frumentaires et aux événements extrêmes, les fameuses « monstruosités du temps » du notable toulousain Pierre Barthès1.

3De facto, Fernand Braudel avait déjà livré quelques jalons remarqués quand il posa la question de savoir si le « climat avait changé depuis le xvie siècle » dans sa thèse consacrée en 1947 à l’espace méditerranéen sous Philippe II (Braudel, 1990). Intuitif, il avançait l’hypothèse de fortes oscillations climatiques à l’échelle des Alpes sans pour autant affirmer qu’elles valaient pour l’ensemble du bassin méditerranéen. De manière surprenante, il signalait le « dessèchement et le réchauffement à partir de 1300 » suivis du « refroidissement » et de la crue glaciaire associée à compter des années 1600. Plus impressionnante encore était son hypothèse – extrêmement neuve pour l’époque – selon laquelle « l’Alpe se dessèche à nouveau et les glaciers reculent » au-delà de 1900. Sans pour autant céder à la facilité d’une surinterprétation climatique des sources, il insistait déjà sur la dimension charnelle de cet objet historique encore très mal identifié en parlant de la part de l’homme et de « ses responsabilités indéniables » dans les évolutions agraires des Temps modernes.

420 ans plus tard, Emmanuel Le Roy Ladurie reprend le flambeau dans ses Paysans de Languedoc dont la survie et la prospérité ne pouvaient, selon lui, être dissociées des grands trend climatiques. Pour étayer ce chapitre préliminaire de sa thèse, il réempruntait une piste documentaire ouverte jadis par les météorologues Angot et Garnier ; celle des dates de bans de vendanges pour 120 sites languedociens étudiés à travers les archives communales et privées. De ces milliers de « vendanges banales » et inédites, l’historien des Annales affirmait qu’il était possible de reconstruire le climat languedocien et méridional de l’Ancien Régime arguant des « fortes concordances intrarégionales » qu’il observait entre les vignobles du Bas-Languedoc. Pour ce faire, et en digne héritier de l’école quantitative et sérielle des Annales, il préconisait de bâtir des courbes forgées à l’aide d’écarts à la moyenne, de moyennes mobiles et d’indices de corrélations, autant d’outils statistiques abandonnés de nos jours par les historiens mais réemployés par les climatologues. Au terme de cette vendange documentaire abondante, Emmanuel Le Roy Ladurie percevait les « pulsations » du climat méditerranéen au temps du Petit Âge Glaciaire, distinguant des phases tantôt froides aux « merveilleusement tardives » vendanges, tantôt plus chaudes.

5En Espagne, l’histoire du climat offre la particularité d’avoir été à l’origine une arme au service d’une idéologie. Parmi les historiens ibériques se distingue particulièrement José María Fontana Tarrats, lié au régime de Franco qui, sur le tard, a manifesté un grand intérêt pour la climatologie historique (Fontana Tarrats, 1971). Son objectif était de justifier la décadence de l’empire espagnol pendant l’âge moderne, en l’associant à des anomalies climatiques qui auraient détérioré l’environnement naturel et rendu difficile la gestion des ressources naturelles. Critiquables, ces accointances scientifico-politiques contribuent néanmoins au véritable développement de l’histoire du climat dans le cadre universitaire pendant la seconde moitié du xxe siècle. Cet objet historique n’était pas alors lié au déterminisme environnemental mais au néopositivisme qui apportait des approches quantitatives et interdisciplinaires. En dépit du caractère sporadique et non coordonné de ces travaux, les universitaires espagnols, sans faire pour autant de l’histoire du climat une spécialité scientifique, découvraient le potentiel documentaire des sources historiques pour la reconstruction climatique. Emili Giralt a été le premier chercheur à noter le potentiel d’utilisation que pouvaient avoir les cérémonies de rogations sur l’étude des crises économiques, pour des raisons environnementales, dans un travail d’histoire économique sur les prix du blé à Barcelone au xvie siècle (Giralt, 1958).

6Finalement, le tournant historiographique intervint en 1994, avec la soutenance de deux thèses doctorales consacrées à la reconstruction climatique fondée sur la quantification d’informations obtenues à partir de compilations systématiques de sources de première et seconde main (Barriendos, 1994, 2010 ; Rodrigo, 1994). Dans ces thèses doctorales, suivant les méthodologies et procédures de travail établies des auteurs-chercheurs européens, est proposée une quantification des chronologies reconstruites des événements climatiques et météorologiques. Il s’agit d’une première approche au développement d’indices climatiques ; c’est-à-dire l’utilisation d’un système de représentation conventionnelle de l’information obtenue, qui permet de comparer les régions, les périodes de temps différentes et de varier les résolutions spatio-temporelles sans altérer les contenus des sources.

7Dédouanés de tout chauvinisme gaulois de mauvais aloi, le Tchèque Rudolf Brazdil et le Suisse Christian Pfister rappelaient sans ambiguïté en 2005 le rôle pionnier de la France dans la création de ce qu’ils désignaient comme une « climatologie historique en Europe » (Brazdil et al., 2005, p. 363-430). D’emblée, ils soulignaient l’importance de l’œuvre accomplie par Emmanuel Le Roy Ladurie, passé à la postérité internationale comme le père fondateur de ce nouvel objet historique en termes de méthodologie, d’interprétation et de reconstruction historique des climats passés. La publication de son Histoire du climat depuis l’an mil en 1967 est sans conteste la pierre angulaire de cette recherche nouvelle, nonobstant, sa réception parmi la communauté des historiens, tout du moins en France, fut très diversement appréciée. Le retentissement mondial que connut l’Histoire du climat depuis l’an mil, dont témoigne sa publication en langue anglaise quelques années plus tard, fut inversement proportionnel dans notre pays. Pour les pairs d’Emmanuel Le Roy Ladurie, si le travail accompli était à la fois novateur et remarquable sur un plan scientifique, il n’en demeurait pas moins voué pour la majorité d’entre aux à ne… pas faire date (Le Roy Ladurie, 1967) ! Comment s’étonner alors que l’histoire du climat ait connu une si longue période de déshérence en France, en dépit des efforts de E. Le Roy Ladurie tentant d’entretenir coûte que coûte le flambeau depuis le Collège de France et par ses productions éditoriales ? Passé les années 1970, l’histoire du climat ne représenta guère qu’un ornement de grandes thèses, rurales pour la majorité d’entre elles. Il était de bon ton alors d’intégrer un modeste volet climatique dans une réflexion plus générale sur le monde rural d’une province donnée.

8Dans les années 1990, la recherche fut relancée par le débat sur le « réchauffement climatique ». Démunis, les États accordèrent davantage d’intérêt au passé climatique de la planète et lancèrent des recherches historiques dont l’objectif majeur était, sans surprise, l’étude des réactions des sociétés du passé confrontées aux fluctuations du climat. C’est dans ce contexte qu’émergea un réseau de chercheurs en histoire : le programme Millennium, European climate of the last millennium, auquel un unique historien français participa à titre personnel. Il visait à mesurer si la magnitude du changement climatique du xxe siècle était supérieure à la variation naturelle du climat européen au cours du dernier millénaire2. Outre ses découvertes purement scientifiques, le grand mérite du projet international récemment achevé fut d’entreprendre une harmonisation européenne des méthodes (utilisation des sources, quantification à l’aide d’indices, outils statistiques, etc.) employées jusque-là de manière très disparate par les scientifiques. Dans le cadre de notre propos, il fut l’occasion de rouvrir le dossier de l’histoire climatique méditerranéenne, plus d’une dizaine d’années après la thèse magistrale de Georges Pichard dédiée à la Provence. Grâce à la collaboration de chercheurs italiens, espagnols, portugais et français autour d’événements climatiques transnationaux, des contributions très neuves furent livrées à la communauté scientifique (Pichard, 1999 ; Luterbacher, 2006).

II – Les sources du climat méditerranéen

9Pour l’historien soucieux de couvrir l’ensemble de la période des xvie-xixe siècles sans multiplier les lacunes chronologiques, il importe de ratisser extrêmement large sans a priori scientifique ou chronologique car l’histoire du climat, soulignons-le, n’a que faire des grandes césures universitaires.

10Véritable rente documentaire pour les modélisateurs et pour certains historiens, la phénologie a incarné depuis près d’un siècle l’histoire du climat. Cette science de l’environnement repose sur l’étude des variations que font subir les climats aux phénomènes annuel et périodique de la végétation (germination, floraison, dates de maturation des fruits) et au règne animal (chant des oiseaux, migrations, nidification, etc.). Elle fut massivement exploitée jusqu’aux années 1990, au point de laisser croire que l’histoire du climat avait vocation à devenir une éternelle annexe de l’histoire rurale (Lieth, 1974). En pratique, les sources de nature phénologique sont à la fois pléthoriques et variées puisque l’on y trouve pêle-mêle les bans de vendanges, les dates de moissons ou les récoltes de fruits (olives, pommes, etc.). En France, Emmanuel Le Roy Ladurie fut l’héritier d’Alfred Angot qui fit de ce qu’il appelle la « vendémiologie » le socle documentaire de son œuvre. Si, comme il l’affirme avec raison, elle bénéficie d’une reconnaissance certaine de la part de la communauté scientifique internationale, elle n’en demeure pas moins sujette à discussion dans la mesure où elle reste partiellement empreinte d’anthropisme (contexte géopolitique, pratiques culturelles) (Garnier, 2010c). À l’instigation de l’auteur des Paysans de Languedoc, nos recherches effectuées entre 2006 et 2010 pour le projet anr ophelie prirent concurremment en compte des sources trop souvent négligées : les baux d’ « amassages » des olives du chapitre Saint-Juste et Saint-Pasteur de Narbonne et les mentions de « blé nouveau » (touselle anone) figurant dans les mercuriales des villes de Narbonne et de Carcassonne3.

  • 4 Archives municipales de Toulouse, 5 S 131, Les Heures perdues.

11« Expressions essentielles de l’écriture privée des xviie et xviiie siècles » comme l’explique Madeleine Foisil, les écrits du for privé ou les « égo-documents » pour d’autres, regrouperaient toutes les formes de prise de parole directes, transcrites sur le papier. Si leur exploitation traditionnelle demeure l’apanage des historiens des mentalités et des cultures, ces objets d’histoire mal identifiés recèlent de multiples trésors météorologiques. Qu’il s’agisse des Tagesbücher germaniques, des diaries anglo-saxons ou encore des Llibre catalans, tous constituent pour l’historien du climat une opportunité supplémentaire de mieux appréhender les conditions météorologiques du passé. Si l’on simplifie à l’extrême, ces termes génériques prennent le plus souvent la forme d’un registre ou journal dans lequel les auteurs consignent leurs comptes, les événements familiaux et politiques, ainsi que des renseignements météorologiques dont le contenu se révèle aléatoire. Certains peuvent se limiter à des tableaux météorologiques purs et durs totalement déconnectés de leurs contextes socio-économique et climatique. D’autres au contraire vont se livrer à ce qu’il convient d’appeler une approche intégrée du fait météorologique en combinant les observations de phénomènes extrêmes, les informations instrumentales, la phénologie (état des récoltes), les prix sur les marchés urbains et éventuellement, son expression sociale (disette, processions, émotions voire émeutes) (Garnier, 2010a et b). Dans le cas toulousain, le témoignage des « heures perdues » de l’artisan Pierre Barthès est irremplaçable pour qui veut étudier les événements extrêmes (plus particulièrement les inondations de la Garonne) et leur perception au xviiie siècle4.

12Échos picturaux des registres paroissiaux, les ex voto offrent une veine documentaire supplémentaire méconnue, une histoire cependant tronquée puisque ces témoignages iconographiques relatent exclusivement l’anormalité météorologique. À Toulouse, les thèmes de prédilection des tableaux de Notre-Dame de la Daurade privilégient généralement les inondations, les embâcles ou encore les sécheresses, parfaitement datées sur ou au dos de l’œuvre. Certes, ils livrent des descriptions fantaisistes et stéréotypées de la catastrophe. Nonobstant, la dimension sociale mérite une attention toute particulière quand, dans un même sanctuaire riche en ex voto, s’observe une évolution lente dans les représentations des groupes d’individus au cours des Temps modernes, phénomène qui ne relève aucunement du hasard ou des choix de l’artiste (Garnier, 2009).

13Proxy-data, ou sources indirectes par excellence, les processions religieuses sont une autre source de première main. Grâce à elles, l’historien dispose de séries relativement homogènes sur les plans archivistique et historique puisqu’elles émanent d’une même institution laïque (gouvernements urbains, confréries) ou ecclésiastique qui les enregistre sur de longues périodes. Elles autorisent en effet la reconstruction de séries historiques dans un contexte géographique large où le modèle culturel de la religion catholique a été fermement établi au cours des derniers siècles. Atout supplémentaire découlant de cette particularité religieuse, les processions sont pratiquées dans la majeure partie de l’Europe méditerranéenne. L’Église catholique, ou plus souvent dans notre pays les autorités municipales, ordonnaient ces cérémonies qualifiées de rogations (rogativas) en Espagne ou de processions au Portugal et en France afin de faire disparaître une situation mettant en péril l’ordre établi ou l’équilibre socio-économique. Parmi ces motifs, celles ordonnées pro pluvia ou pro serenitate dominaient. Autre intérêt des processions, la possibilité qu’elles offrent d’explorer les réponses religieuses données non pas au climat dans sa globalité mais seulement aux événements extrêmes, menaces brutales et imprévisibles pour les hommes. Ces documents religieux méconnus en matière météorologique ont rendu possible, ces 10 dernières années, la réalisation d’études très neuves en Italie et en Espagne sur les cycles de sécheresses et d’inondations catastrophiques. Autant d’acquis scientifiques féconds contribuant de nos jours à nuancer l’interprétation des impacts engendrés par le réchauffement climatique du xxe siècle (Garnier, 2010b ; Martin-Vide, Barriendos, 1995 ; Piervitali, Colacino, 2001). L’approche quantitative appliquée aux manifestations liturgiques toulousaines révèlent l’essoufflement des processions à Notre-Dame de la Daurade (Hiram, 2010). Après une phase au cours de laquelle elles tendent à s’étioler (10 manifestations), le trou d’air processionnel intervient assez brutalement, à l’instar de Paris, après 1740 jusqu’à la Révolution (4 processions).

14Très inégales selon le pays considéré, les archives administratives procurent des séries de données indirectes exceptionnelles dont le recoupement d’une institution à une autre pour un même territoire répondent enfin au vœu le plus cher du chercheur : la continuité chronologique et l’homogénéité de l’information. Or, ce que d’aucuns qualifiaient, il y a peu, d’archaïsmes en faisant allusion à l’appareil administratif contemporain se révèle être pour les historiens français une manne archivistique et un modèle de constance politique en matière de prise en charge du risque climatique par les autorités. En dehors de nos frontières, elles sont perçues comme un privilège documentaire pour nos homologues européens dont le lot archivistique est la dispersion et la territorialisation.

15Là où les conflits ont épargné les villes, l’historien dispose d’un trésor qui rompt définitivement le cordon ombilical qui voulait que l’histoire rurale soit forcément la matrice de l’histoire du climat (Garnier, 2010e). Dans le cas français, mais il vaut également pour nombre de pays européens, les fonds urbains contiennent les registres des délibérations communales (série bb) et des comptes des deniers communs (série cc). La tenue de ces documents débute fréquemment dès la fin du xve siècle pour se poursuivre jusqu’au… xxe siècle dans le cas des grandes agglomérations dotées d’un service d’archives municipales.

16Délibérations et comptes municipaux constituent un gisement inépuisable d’informations, fruit de délibérations des capitouls et des Consuls dont la fréquence est quasi quotidienne5. Depuis 2006, ils ont fait l’objet de dépouillements déjà bien avancés qui se poursuivent dans le cadre des programmes du projet renasec du gis « Climat Environnement Sociétés » et d’un futur projet européen du 7epcrd entièrement dédié à la vulnérabilité climatique des sociétés méditerranéennes (Provence, Languedoc-Roussillon, Aquitaine pour le volet français)6. À la fois homogène dans sa présentation formelle et continu sur près de cinq siècles, le volet météorologique est omniprésent dans la documentation municipale et s’explique par une volonté de prévenir les risques de rupture des approvisionnements sur les marchés. Ainsi toute inondation ou sécheresse à l’origine d’une perturbation de la navigation ou des transports terrestres, d’une destruction des infrastructures comme les ponts – car la ville est un verrou hydrographique particulièrement vulnérable – suscite une discussion au sein du Magistrat de la cité. Ce dernier est appelé alors à prendre des mesures réglementaires et financières qui font le bonheur du chercheur, assuré d’y trouver une relation détaillée de l’événement et des éléments robustes (dommages, rapports d’experts, devis, etc.) pour estimer sa sévérité. Plus encore, les sources urbaines résolvent un problème lancinant dans la quête de l’historien : celle de la continuité chronologique et saisonnière. En effet, à la différence des campagnes, la morte-saison n’existe pas en ville et les élus expriment la même sensibilité à une sécheresse estivale qu’à un embâcle de la Garonne ou de l’Aude en janvier, menaces pour l’acheminement des grains et du bois.

  • 7 Arch. dép. Hérault, D 142 (2 MI 233 R2).

17Il faut attendre la seconde moitié du xviie siècle pour disposer de « données directes » en France, avec la création de l’Académie royale des sciences, l’Observatoire de Paris et les sociétés météorologiques comme la Société royale de Médecine. En Languedoc, les observations instrumentales apparaissent seulement au tournant des années 1700 avec les relevés effectués par les ingénieurs du Canal du Midi et ceux des érudits et scientifiques méridionaux vers 1750. Les premiers nous ont transmis des fonds d’archives pléthoriques (fonds des Voies navigables de France à Toulouse) contenant leurs registres d’observations et relevés de sondages et de barques réalisés entre 1700 et 1856. Quant aux savants du cru, Badon en est probablement la plus riche illustration pour l’histoire régionale du climat. Ingénieur géographe, ancien membre de la Société royale des sciences de Montpellier, notre homme relève durant 35 ans (1756-1793) les températures, l’hygrométrie, les pressions barométriques et l’état du ciel avec un zèle relativement constant tout au long de la période7. Ces sources quantitatives font l’objet d’une exploitation systématique par Météo France et le Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (umr cnrs Université de Caen) associés dans le projet anr Chedar.

III – Cinq siècles de « changements climatiques »

18Tenter de reconstruire le climat des derniers siècles est une entreprise non seulement ardue, mais également présomptueuse tant les sources accordent avant tout du crédit au temps « anormal » plus qu’à la météorologie dite normale. L’attitude des anciens ne peut être pour autant blâmée quand nos contemporains et leurs médias n’agissent pas autrement de nos jours. Imaginons un peu quelle idée pourra se faire l’historien des années 2050 du climat du xxie, quand il tentera – faute de données instrumentales perdues en raison de supports numériques fragiles – de le « reconstruire » à l’aune de la presse ou encore des fonds préfectoraux littéralement saturés de catastrophes météorologiques ? En conséquences, les résultats qui suivent ne peuvent en aucun cas être considérés comme des valeurs absolues mais bien plus comme une appréhension relative du climat méditerranéen des 500 dernières années fondée sur une démarche quantitative.

1. Les reconstructions thermométriques du climat méditerranéen 1500-2000

19Autrement plus surprenants, les résultats produits très récemment dans le cadre du programme de l’Union Européenne millennium European Climate pour le Petit Âge Glaciaire (pag) révèlent une autre réalité de cette période considérée comme durablement froide entre 1315 et 1850. À l’aide de séries instrumentales provenant de plusieurs pays méditerranéens (France, Italie, Espagne, Grèce, Portugal) une courbe des anomalies de températures a été reconstruite entre 1650 et 2006 (Camuffo et al., 2010) (fig. 1). Elle combine l’ensemble des séries nationales en une série unique de températures comparée au célèbre graphique proposé par le giec pour l’hémisphère nord (Le Treut et al., 2007).

Fig. 1 – Anomalies de températures annuelles dans le bassin méditerranéen entre 1655 et 2007 par rapport à la moyenne 1961-1990

Fig. 1 – Anomalies de températures annuelles dans le bassin méditerranéen entre 1655 et 2007 par rapport à la moyenne 1961-1990

(Les traits verticaux rouges indiquent les moyennes annuelles et la ligne épaisse la moyenne mobile de 11 ans)

Sources : Garnier, 2009, p. 69 ; Camuffo et al., 2010 ; European Climate of the Last Millennium UE FP 6 (http://137.44.8.2/​partners/​)

20Dans sa séquence la plus contemporaine (partie droite) la figure illustre remarquablement bien le réchauffement engagé après 1970, lui-même précédé par une phase de forte oscillation entre 1850 et 1969, conformément aux reconstructions du giec. En son sein émerge un premier mode thermiquement chaud à partir de 1920 qui culmine dans les années 1940 puis s’étiole.

  • 8 Période comprise entre 1650 et 1715 au cours de laquelle on observe une diminution de l’activité so (...)

21En revanche, l’observation effectuée sur le temps long écorne sérieusement le caractère « nouveau » de notre actuelle phase de Global Warming. En effet, deux pics thermiques se dessinent nettement, dont les niveaux rivalisent avec la crête du réchauffement en cours. Le premier correspondrait à un pas de temps compris approximativement entre 1665 et 1680 et le second, plus long, aux années 1700-1725. La première séquence est avérée dans les sources archivistiques avec des printemps et des étés plutôt ardents et à la clef, une succession de sécheresses qui se traduisent par les étiages des cours d’eau et le tarissement des fontaines publiques. Très nombreux eux aussi, les embâcles des fleuves ne doivent pas faire illusion sur la température ambiante. Dans leurs délibérations, les capitouls et consuls ne manquent pas de souligner que les eaux, à l’approche de l’hiver, sont anormalement basses. Ces faibles débits favorisaient certainement le gel du cours d’eau dès l’arrivée des premiers frimas. Les reconstructions de températures effectuées à cette occasion montrent que la température aurait augmenté de 1,8° C entre 1674 et 1684 au beau milieu du minimum de Maunder8. Plus étonnant encore, est le niveau de température atteint à la fin du xviie siècle et qui équivaudrait sensiblement à celui des années 1990. L’honnêteté intellectuelle commande néanmoins de préciser que cette poussée est de bien moindre durée que celle enregistrée par Météo France depuis 1980 (+ 1,8 °C jusqu’en 2000).

22Quant aux 20 premières années du siècle des Lumières, les bases de données historiques prouvent à l’envi que la tendance plutôt lourde, puisqu’elle dura près de 25 ans, laissa également de multiples traces dans les archives des hommes, plus particulièrement dans les registres paroissiaux. Les grandes chaleurs – sinon canicules – estivales de 1706, 1707, 1710, 1712, 1717, 1718 et surtout 1719 prélevèrent un tribut non négligeable sur les populations européennes. Dans leurs Mémoires, les Académiciens n’affirmaient-ils pas que la chaleur de 1718 devait « être regardée comme la plus grande » qu’ils aient observée à Paris depuis 30 ans ? Un an plus tard, ils étaient contraints de revoir à la baisse leur jugement quand ils relevèrent une température de 36°C à 15 heures le 11 juillet. Il faut dire que cet été-là, les températures élevées perdurèrent, aux dires des scientifiques, « depuis le commencement de juin, jusques vers la mi-septembre » ! La période postérieure à 1730 s’inscrit en rupture et enregistre une nette dépression thermométrique et pluviométrique qui perdure jusqu’en 1770 environ. Sans être très froides, à l’exception notable des sévères hivers 1740 et 1776 tout de même, ces années se caractérisent par des moyennes d’indices souvent comprises entre 0 et – 0,5. Il faudra attendre 1780 pour que l’Ile-de-France renoue avec une relative chaleur qui n’exclut pas, une fois de plus, des hivers très durs comme ceux de 1789 et 1795.

2. L’écho climatique des agricultures méditerranéennes

23L’approche phénologique effectuée à partir des mentions de « blé nouveau » dans les mercuriales offre une autre focale climatique puisqu’elle permet de distinguer les années de moissons (de maturité ?) précoces des récoltes tardives. À Narbonne, les dates avancées se concentrent principalement dans la seconde moitié du xviie siècle et surtout dans les deux derniers tiers du xviiie siècle selon un calendrier compris entre le 11 juillet et le 26 juillet (tabl. 1). Ces deux créneaux confortent les pics de chaleur observés précédemment à propos des reconstructions thermométriques (fig. 1).

Tableau 1 – Moissons précoces à Narbonne (moyenne autour du 26/06)

XVIIe siècle

XVIIIe siècle

1636

1637

1728

1729

1730

1731

1732

1733

1734

1735

1736

1737

1738 « blé nouveau » le 11/06 !

1739

1650

1651

1741

1659

1748

1664

1750

1669

1670

1759

1676

1764

1683

1766

1767

1685

1774

1775

1691

1778

24A contrario, les fluctuations des dates de récoltes des olives apparaissent déroutantes, tant elles accusent des oscillations contradictoires et rapprochées chronologiquement (fig. 2). En fait de dates de récoltes, il s’agit plus précisément des baux ou arrentements « à amasser les olives », autrement dit un contrat fondé sur l’apparence de maturité des fruits qui, une fois récoltés, étaient apportés au pressoir. L’huile obtenue était alors partagée entre le propriétaire et le bailleur.

Fig. 2 – Dates des baux d’olives à Narbonne xve-xviiie siècles

Fig. 2 – Dates des baux d’olives à Narbonne xve-xviiie siècles

Sources : Arch. Dép. Hérault, G 41 et G 50 (chapitre d’Agde), G 67-G 127 (évêché de Béziers), G 337-G 347 (dîmes du chapitre de Béziers).

25C’est à peine si l’on peut esquisser une tendance aux récoltes plus tardives à compter des années 1560 qui pourrait correspondre au fameux « second hyper-pag » d’Emmanuel Le Roy Ladurie, avec une offensive plus dure entre 1550 et 1700. Le froid l’emporte alors un peu partout avec, pour symbole incontestable, l’avancée inexorable des glaciers dont le point culminant serait la charnière 1590-1620. Pour se faire une idée plus précise du contexte météorologique de l’époque, gardons à l’esprit que le temps moyen des 13 étés des années 1585-1597 fut dominé par de profondes dépressions sur une grande partie de l’Europe. Plus surprenante, est la rupture de la série bien avant le « grand hiver » 1709, désigné par E. Le Roy Ladurie comme le responsable de « l’oléïcide » méridional. Bien avant cette année, les baux tendent à diminuer dès les années 1670 pour réapparaître de manière plus continue dans la seconde moitié du xviiie siècle.

3. Les sécheresses méditerranéennes

  • 9 Les travaux préliminaires de ce programme montrent en effet une augmentation de la durée des épisod (...)

26« Les désolantes sécheresses qui désoloient le pays ! » Tirés d’une délibération des Capitouls de Toulouse à propos d’une terrible sécheresse ayant sévi en Languedoc en 1670, ces mots nuancent quelque peu les modèles du giec et de Météo France, relativement concordants à propos de l’avenir climatique potentiel des régions méditerranéennes (Projet imfrex)9. Tous reprennent un credo unique pour annoncer une augmentation forte et inédite des températures annuelles moyennes, avec des maxima estivaux et leur corollaire : la diminution des précipitations. Ces perspectives peu réjouissantes font donc naturellement craindre une recrudescence des sécheresses, principalement en été et en automne avec à la clef un réchauffement et un assèchement accrus du climat de l’Europe méditerranéenne (Marioti et al., 2008). Symbole de ce risque pluri-séculaire en Roussillon, saint Gaudéric y est vénéré depuis des siècles. Ce saint laboureur du ixe siècle, patron de la province, de Perpignan et de l’abbaye de Saint-Martin du Canigou, était représenté avec un bâton ou un épi de blé. Réputé pour avoir fait jaillir du sol une fontaine, il est encore aujourd’hui invoqué pour obtenir la pluie.

27Avec 152 sécheresses avérées entre 1550 et 2005, on comprend mieux la pertinence qu’il y a à employer le terme de permanence au sujet de ces événements extrêmes en Languedoc-Roussillon (fig. 3). Pour les Temps modernes, la sous-représentation du xvie siècle est imputable à sa prise en compte tardive par les sources, après 1550. En revanche, si l’on retient les effectifs comme entrée, la lente mais inexorable montée en puissance des sécheresses contemporaines est un fait patent. Sur un total de 148 épisodes, 58 % se produisent après 1800 avec un maximum atteint au xxe siècle.

Fig. 3 – Les sécheresses en Languedoc-Roussillon 1500-2009 (en nombre de jours)

Fig. 3 – Les sécheresses en Languedoc-Roussillon 1500-2009 (en nombre de jours)

Sources :Garnier, 2009, p. 114 ; Garnier, 2011.

28Sur les 500 ans considérés, les xviie et xviiie siècles apparaissent indiscutablement plus sévères en termes de jours de sécheresse mais peut-être faut-il expliquer cette réalité quantitative par une appréciation plus subjective de la notion de sécheresse pour les périodes anciennes dépourvues d’observations instrumentales jusqu’aux années 1750. Il n’empêche, les impacts économiques et sanitaires des xviie et xviiie siècles, tels qu’ils sont décrits dans les archives, en font de véritables tragédies humaines comme jamais elles ne se reproduiront par la suite. Quant à leur nature, elles sont pour une écrasante majorité (plus de 86 %) d’entre elles de type édaphique, autrement dit occasionnées par une insuffisance d’eau. C’est la sécheresse la plus classique et la plus dangereuse pour l’agriculture, causée par un déficit hydrique de printemps et d’été. A contrario, les sécheresses hydrologiques sont beaucoup plus rares ; leur origine étant une reconstitution déficiente des réserves hydrographiques imputables à des minima de précipitations en automne et en hiver.

29Parfaitement datées, les sécheresses historiques septimaniennes connaissent une inflexion saisonnière très surprenante. Jusqu’au xviiie siècle, le « sacre du printemps » est de mise avec 50 % des origines saisonnières. Les sécheresses s’achèvent alors généralement aux mois de mai et juin, conformément au régime méditerranéen classique. Cette nette domination est remise en cause vers 1800. Désormais, les mois printaniers amorcent un recul très rapide au cours du xixe siècle pour ne représenter plus que 30 % du total. Pour le xxe siècle, le printemps est réduit à un pourcentage inférieur à 20 %. Ainsi, les épisodes secs méditerranéens compris entre 1900 et 2000 accusent un glissement inexorable vers les mois estivaux. L’observation historique est de taille puisqu’elle tendrait à conforter la thèse des climatologues prévoyant une concentration des épisodes arides lors des saisons estivales et automnales. Selon eux, les vagues de chaleurs du type 2003 devraient devenir plus fréquentes si l’on se fie à l’expérience des 58 dernières années. La recrudescence des sécheresses estivales observées depuis 1900 serait par ailleurs imputable à des déficits pluviométriques printaniers engendrés par des mouvements atmosphériques d’air chaud et sec (Vautard et al., 2007).

IV – Les hommes en première ligne sur le front climatique

30Les sociétés anciennes ont un mode de vie et des activités liés au monde rural, au sein duquel l’agriculture tient une part écrasante. Cette réalité est le fait de l’Europe occidentale et de la France jusqu’au xxe siècle. Dans ces conditions, l’existence humaine, attachée aux métiers de la terre, est indissociable de la clémence du temps, nécessaire à la bonne croissance des fruits et l’alimentation des hommes et des bêtes. Pour l’époque Moderne, les moyens techniques permettant de contrôler les aléas du climat dans le domaine agraire sont limités. La vulnérabilité est donc grande face aux accidents ou aux extrêmes météorologiques. En outre, ce n’est pas tant le contrôle de ces événements que la prévention de ceux-ci et leur connaissance qui importe. En effet, l’interprétation scientifique des phénomènes climatiques fait timidement son apparition à l’époque Moderne, de même que leur mesure instrumentale ne se développe qu’au xviiie siècle. Ainsi, l’explication et la résolution de ces problèmes sont réalisées selon les moyens culturels, intellectuels et sociaux des hommes de l’Ancien Régime.

1. Un discours récurrent : le « changement climatique »

31D’emblée, il convient de souligner le caractère permanent du sentiment de « changement » météorologique au cours des cinq derniers siècles. Les bases de données établies pour différentes régions de France attestent toutes, statistiques à l’appui, la certitude de nos ancêtres d’avoir assisté, à un moment ou à un autre, à un dérèglement général du climat.

32Les « dérèglements du temps », que nous appellerions aujourd’hui les événements extrêmes, alimentent un discours millénariste à l’image du petit notable de Toulouse Pierre Barthès qui prétend se faire l’écho du sentiment général en matière de météorologie au tournant des années 1760. Constatant la succession des sécheresses printanières et estivales et des inondations de la Garonne en raison de précipitations automnales et hivernales toujours plus soutenues, il dénonce avec véhémence les « saisons depuis longtemps confondues », ainsi que « les monstruosités (événements extrêmes, invasion d’insectes) de toute espèce multipliées à l’infini… ». Loin du principe qui voudrait que la mémoire des anciens soit plus fiable que celle de nos contemporains, les exemples archivistiques abondent pour témoigner de la relativité de la mémoire humaine en matière climatique. Des calculs opérés à partir de la base de données méridionales montrent que l’espérance de vie moyenne d’un événement anormal, entre 1500 et 1900, est de l’ordre de 2 à 5 ans tandis que les phénomènes plus catastrophiques comme les inondations ou les sécheresses majeures survivent généralement dans les mémoires une trentaine d’années. Ce dernier pas de temps ne doit pas surprendre quand on sait que l’espérance de vie moyenne était de l’ordre de 28 ans vers 1750.

2. Le risque climatique en Languedoc-Roussillon

33La menace climatique peut être appréhendée de manière relative à partir des occurrences d’événements mentionnés dans les sources et saisis dans la base de données textuelles. Plus qu’un indicateur du temps qu’il faisait, il s’agit bien davantage de la perception du risque lié à la météorologie qui transparaît dans la figure 4. En effet, ce graphique est le reflet du contenu climatique exprimé par des sources essentiellement textuelles extraites des délibérations, des journaux intimes ou encore des registres paroissiaux.

Fig. 4 – Les réalités de l’insécurité climatique en Languedoc-Roussillon 1500-1800 (1065 données non instrumentales)

Fig. 4 – Les réalités de l’insécurité climatique en Languedoc-Roussillon 1500-1800 (1065 données non instrumentales)

Source : Garnier, 2009, p. 55.

34Les maux les plus dénoncés dans les archives se concentrent sur trois thèmes météorologiques majeurs qui sont, par ordre décroissant d’importance, la pluie (29 %), la sécheresse (23 %) et les inondations (19 %). Le risque hydrologique semble donc bien être la principale crainte des méridionaux, entre les crues cévenoles qui emportent et submergent les sols en campagne lors de l’automne et l’inondation sans cesse dénoncée par les bourgeois et artisans des cités languedociennes. Source de cherté et de disette, les sécheresses, dont la fréquence et la sévérité ont été amplement démontrées au cours des cinq derniers siècles, sont une épée de Damoclès suspendue au-dessus de sociétés à l’équilibre frumentaire toujours fragile. À l’inverse, les effets du pag semblent ne pas avoir été particulièrement redoutés des populations, probablement moins sensibles aux frimas que les gens du Nord qui devaient affronter des rigueurs tardives et catastrophiques pour la végétation.

3. Les Morisques comme forçage climatique

  • 10 Il convient de rappeler que des mesures hydrologiques identiques furent mises en place par la capit (...)

35Face à ce qui fait figure de « nouveauté » dans les médias, la migration dite « climatique » est également un facteur de permanence historique. Les archives révèlent que le bassin méditerranéen fut affecté dans les années 1610-1615 par une sécheresse sans précédent dont les conséquences sociales furent largement plus dramatiques que les pires scenarii imaginés aujourd’hui. Inscrite dans la plaque de marbre des processions pro pluvia de la cathédrale d’Erice en Sicile, elle est aussi signalée dans les archives ibériques et languedociennes (Piervitali et al., 2001). Privée d’eau, la ville de Barcelone opte pour la construction de moulins à vent et exhume de ses archives des plans pour capter des sources depuis le Llobregat au moyen de coûteux canaux10. En Languedoc, le désespoir des populations chrétiennes se mue en un mouvement d’exclusion tourné contre les musulmans en 1612 (Garnier, 2010a).

36Les sources parlent simultanément de « Grenadins » et « Morisques ». Les premiers désignent les Maures de Grenade qui durent se convertir au catholicisme en 1502, après le soulèvement de l’Albaicin. Le terme de « morisque » fait quant à lui allusion aux descendants des musulmans d’Espagne, contraints d’épouser la foi chrétienne en 1501 pour la Castille et en 1526 pour les possessions aragonaises (Caro Baroja, 1957). L’épilogue de ce processus de persécutions et, finalement, de rejet aboutit à leur expulsion d’Espagne en 1609 par le Roi Catholique Philippe III qui profite d’une double conjoncture favorable : le retour à la paix et la mobilisation d’une flotte espagnole libérée de ses obligations militaires et donc désormais en mesure de réaliser l’opération d’embarquement sans coup férir (Perceval, 1997). Arrivés nombreux en Languedoc, en Provence et en Aquitaine, les conditions d’accueil puis la seconde expulsion des « déportés » nous sont connues grâce au récit de Pierre Andoque, Conseiller au tribunal de Béziers, dans son Histoire du Languedoc (Andoque, 1648). Il relate la misère de ces pauvres hères, victimes de l’intolérance religieuse castillane, venus se refugier sur les terres du Très Chrétien.

37La présence musulmane dans le sud de la France s’explique par l’attitude du Roi de France Henri IV qui, dans une ordonnance en date du 22 février 1610, commandait à ses officiers et à ses sujets « …qu’il soit usé en leur (les expulsés) endroit d’humanité pour es recueillir en ses pays et estats ». En pratique, le geste royal était plus que généreux puisque l’on estime aujourd’hui que près de 150 000 réfugiés abordèrent les côtes de France, principalement celles de Provence tandis que la province du Languedoc en accueillait 40 000 via les Pyrénées. L’édit visait surtout les musulmans qui abjureraient Allah pour la foi catholique. Ceux-là avaient, pour plagier une formule politique connue, vocation à demeurer dans le royaume tandis que les autres n’étaient qu’en transit sur les terres du Très Chrétien et devaient par conséquent repartir, via Agde, vers la « Barbarie », l’Afrique du Nord. Les choses se dégradèrent peu à peu avec l’arrivée de 50 000 nouveaux réfugiés. Victimes d’un mauvais état sanitaire, nombreux furent ceux qui aboutirent dans les hôpitaux locaux provoquant leur saturation en termes de capacité d’accueil (Cardaillac, 1973). Dans le même temps, les plaintes des Languedociens affluaient à la cour au point que le « bon » roi Henri se ravisa peu de temps avant son assassinat. Le 15 avril, il revint sur ses mesures favorables considérant désormais que ces apatrides étaient trop nombreux et surtout présentaient un risque sanitaire pour ses sujets. En conséquence, il interdisait aux Morisques l’entrée de son royaume et ordonnait l’expulsion de ceux qui s’y trouvaient. Peu après sa mort, la Régente Marie de Médicis, craignant des troubles, réitéra l’interdiction du feu roi le 19 août 1610.

  • 11 Arch. mun. Narbonne, BB 9.
  • 12 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 J 163/2. Mémoires de saint Jacques.

38C’est donc dans un contexte social et religieux très tendu qu’intervient un cycle de sécheresse d’une gravité exceptionnelle en Languedoc. Il sera le facteur déclencheur de l’exclusion définitive de ces migrants de confession musulmane. Les sources narbonnaises citent concurremment des « Morisques » et des « Grenadins » de la ville et des champs ou plutôt des « villaiges circonvoisins »11. Ces précisions municipales prouvent l’emprise, à la fois quantitative et spatiale, de ces migrants qui, de politiques à l’origine, vont devenir des migrants climatiques avant la lettre. Les premiers signes de l’aridité sont signalés en Roussillon dès janvier 1611 sous la forme de trois processions au cours desquelles est porté à Perpignan le bras de la glorieuse sainte Agathe jusqu’à la mer afin d’obtenir per sa intercessio pluja del cel (par son intercession la pluie du Ciel)12. En août, c’est au tour des consuls de Narbonne de s’alarmer du tarissement des fontaines de la cité et des étiages de l’Aude. Dieu est finalement sollicité à Narbonne à plusieurs reprises entre les mois de janvier et d’avril 1612 dans le cadre de l’exposition publique du Saint Sacrement et des processions.

39Pourtant, rien n’y fait et le 26 avril, les consuls narbonnais pensent avoir trouvé une explication à l’inefficacité des démonstrations religieuses : les Morisques ! Les consuls les accusent de s’être « moqués, uzé de paroles de malédiction et sorcellerie » au passage des processions pro pluvia. Plus grave encore, ils auraient affirmé haut et fort que tant qu’ils résideraient sur place, les chrétiens « n’auroient point de pluye ».

40Soumis à la pression de la populace, les élus se résolurent probablement à expulser les Morisques, autant pour apaiser l’inquiétude de leurs concitoyens que pour éviter des pogroms dont les réfugiés risquaient d’être victimes. En pratique, ils pressèrent le « maître des ports d’Agde et de Sète » de précipiter l’embarquement de ceux qu’ils qualifiaient alors « d’étrangers » en direction de l’Afrique du Nord. Tous les patrons de navires furent sommés d’assurer leur transport ou condamnés à verser au trésorier général du pays une somme fixée entre 30 et 300 livres. Les Morisques les plus fortunés étaient sensés contribuer au voyage forcé de leurs compatriotes. Malheureusement, les départs massifs vers le continent africain aiguisèrent les appétits des pirates barbaresques qui fondirent sur les bateaux chargés de migrants pour les rançonner. Les sources évoquent ainsi les Morisques dépouillés de leurs richesses et jetés nus par leurs coreligionnaires sur les côtes tunisiennes, près de Bizerte et de Porto Farina. En revanche, la Tunisie, en la personne de son Dey Othman Dey, en accueillit un grand nombre et leur accorda de généreux privilèges (Epalza, 1978).

41Alors que l’on ne cesse de mettre en avant la vulnérabilité particulière et croissante du bassin méditerranéen à l’heure du changement climatique et d’une anthropisation galopante, en raison de son développement démographique et économique, le recours à l’expérience historique puisée au cœur des archives produites par les hommes apparaît comme une impérieuse nécessité. De facto, l’approche historique est un préalable pour qui veut prendre en compte à la fois la dimension culturelle du fait climatique et la prise en charge des risques engendrés par la nouvelle donne environnementale. Elle est à même d’évaluer plus précisément ses impacts pour déboucher sur la création d’outils d’aide à la décision dans le cadre de politiques globales de prévention et de gestion des crises futures. Les exemples développés dans cette contribution montrent à l’envi quelles incidences purent avoir les accidents climatiques du passé sur les sociétés méditerranéennes et leurs environnements. Cette réalité illustre la nécessaire sauvegarde d’une culture de la « conservation » fondée sur la capacité d’une communauté à acquérir et à développer, à travers l’histoire, la mémoire de son propre héritage en matière de survie. Sa préservation serait probablement très utile pour la création d’un système d’adaptation aux enjeux climatiques futurs.

Haut de page

Bibliographie

Barriendos M., El clima histórico de Catalunya. Aproximación a sus características generales (ss. xv-xix), Département de Géographie Physique et Analyse Géographique Régionale, Université de Barcelone, Barcelone, thèse de doctorat, 1994, 500 p.

Barriendos M., « Climatic variations in the Iberian Peninsula during the late Maunder Minimum (AD 1675-1715) : an analysis of data from rogation ceremonies », The Holocene, 7, 1, 1997, p. 105-111.

Barriendos M., Martin-vide, J., « Secular Climatic Oscillations as Indicated by Catastrophic Floods in the Spanish Mediterranean Coastal Area (14th-19th Centuries) », Climatic Change, nº 38, 1998, p. 473-491.

Barriendos M., « Les variations climatiques dans la péninsule ibérique, l’indicateur des processions (xvie-xixe siècles) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, tome 57-3, 2010, p. 131-158.

Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 9e édition, 1990, p. 245 et suiv.

Brazdil R., Pfister C., Wanner H., et al., « Historical Climatology in Europe », Climatic Change, 70, 2005, p. 363-430.

Camuffo D., Bertolin C., Barriendos M. et al., « 500-years temperature reconstruction in the Mediterranean Basin by means of documentary data and instrumental observations », Climatic Change, vol. 101, n° 1-2, 2010, p. 169-199.

Caro Baroja J., Los Moriscos del Reino de Grenada (Ensayo de historia social), Madrid, Instituto de Estudios Politicos, in-8°, 1957, 376 p.

Fontana Tarrats J. M., Entre el cardo y la rosa. Historia del clima en las Mesetas, Madrid, 1971, 269 p.

Garnier, E., « Sécheresses et canicules avant le Global Warming 1500-1950 », in Berchtold, J., Sermain, J.-P., Vazak, A., Le Roy Ladurie, E. (dir.), L’événement climatique et ses représentations, 2, Canicules et froids extrêmes, Paris, Hermann, 2011, p. 297-325.

Garnier E., Les dérangements du temps, 500 ans de chaud et froids en Europe, Paris, Plon, 2010a, 244 p.

Garnier E (dir.), « Climat et Histoire, xvie-xixe siècles », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, numéro thématique 57-3, Paris, Belin, 2010b, 159 p.

Garnier E., Daux V., Yiou P., et al., « Grapevine harvest dates in Besançon between 1525 and 1847 : Social outcome or climatic evidence ? », Climatic Change, n° 104, 2010c, p. 703-727.

Garnier E., « Exceptionnal Meanness Water and Hot Weather 500 years of drought and heat wave in France and neighboring countries », La Houille Blanche, n° 4, 2010d, p. 26-42.

Garnier E., « Fausse science ou nouvelle frontière ? Le climat dans son histoire », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, dossier thématique « Climat et histoire, xvie - xixe siècles » (Coord. Emmanuel Garnier), n° 57-3, juillet septembre, 2010e, p. 7- 41.

Garnier E., Le renversement des saisons. Climats et sociétés en France (vers 1500 – vers 1850), Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, volume 2, Université de Franche-Comté, 2009, 356 p.

Garnier E., « Material and method. France », in Luterbacher J. et al., Mediterranean Climate Variability Over the Last Centuries : A Review, Amsterdam, Elsevier, 2006, p. 44-47.

Giralt E., « En torno al precio del trigo en Barcelona durante el siglo xvi », Hispania, nº 18, 1958, p. 38-61.

Hiram E., De la pluie et du beau temps. Cérémonies religieuses et climatologie historique. Les exemples de Toulouse et de Montpellier, Mémoire de Master 2 (E. Garnier dir.), Université de Caen, 2010, 123 p.

Le Roy Ladurie E., Les paysans de Languedoc, Paris, sevpen, 2 vol., 1966, 1 035 p.

Le Roy Ladurie E., L’Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 1967, 413 p. Traduction anglaise : Times of Feast, Times of Famine : A History of Climate Since the Year 1000, G. Allen & Unwin, London, 1972, 428 p.

Le Treut H., Somerville R. (dir.), « Historical Overview of Climate Change », in Climate Change 2007 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment, Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, ny, usa, 2007, p. 93-127.

Lieth H., Phenology and Seasonal Modeling, Berlin, Heidelberg, New York, Springer-Verlag, 1974, 444 p.

Luterbacher J. (dir.), Mediterranean Climate Variability Over the Last Centuries : A review, Amsterdam, Elsevier, 2006, 148 p.

Marioti. A., Zeng N., Yoon J., et al., « Mediterranean water cycle changes: transition to drier 21st century conditions in observations and cmip3 simulations », Environmental Research Letters, n°3, 2008, 8 p.

Martin-Vide J., Barriendos M., « The use of rogation ceremony records in climatic reconstruction : a case study from Catalonia », Climatic Change, 30, 1995, p. 201-221.

Perceval J. M., Arquetipos, xenofobia y racismo la imagen del Morisco en la monarquia espanola durante los siglos XVI y XVII, Almeria, Instituto de Estudios Almerienses, 1997, 361 p.

Pichard G., Espace et nature en Provence. L’environnement rural (1540-1789), Thèse de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1999, 776 p., 3 vol. annexes.

Piervitali E., Colacino M., « Evidence of drought in Western Sicily during the period 1565-1915 from Liturgical Offices », Climatic Change, 49, 2001, p. 225-238.

Rodrigo F. S., Cambio climático natural. La Pequeña Edad del Hielo en Andalucía. Reconstrucción del clima histórico a partir de fuentes documentales, Département de Physique Appliquée, Université de Grenade, Grenade, 1994.

Vautard R., Yiou P., D’Andrea F., et al., « Summertime European heat and drought waves induced by wintertime Mediterranean rainfall », Geophysical Research Letters, n° 34, 2007, 5 p.

Haut de page

Notes

1 Archives municipales de Toulouse, série 5 S 131, Les Heures perdues.

2 http://137.44.8.2/partners/

3 http://www.lsce.ipsl.fr/en/Phocea/Vie_des_labos/Seminaires/index.php?y=2008&id=65. Arch. dép. Aude, G 29-51 et 4 E 69/HH. Registres des Mercuriales de la ville de Carcassonne. Arch. mun. Narbonne, BB 1- 56. délibérations municipales.

4 Archives municipales de Toulouse, 5 S 131, Les Heures perdues.

5 Arch. mun. Narbonne, BB 1- 56, arch. mun. Cuxac d’Aude, BB 5-BB 10, Arch. mun. Montpellier, Liasse 663, arch. mun. Toulouse, BB 28-60 et BB 131, Livre II des Annales de la Ville (1532-1568), 2 MI 20.

6 http://www.gisclimat.fr/projet/renasec

7 Arch. dép. Hérault, D 142 (2 MI 233 R2).

8 Période comprise entre 1650 et 1715 au cours de laquelle on observe une diminution de l’activité solaire.

9 Les travaux préliminaires de ce programme montrent en effet une augmentation de la durée des épisodes sans pluie. Pour autant, les chercheurs impliqués estiment qu’il s’agit d’une indication insuffisante pour porter un jugement définitif.

10 Il convient de rappeler que des mesures hydrologiques identiques furent mises en place par la capitale catalane lors de la sécheresse de 2008.

11 Arch. mun. Narbonne, BB 9.

12 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 J 163/2. Mémoires de saint Jacques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Anomalies de températures annuelles dans le bassin méditerranéen entre 1655 et 2007 par rapport à la moyenne 1961-1990
Légende (Les traits verticaux rouges indiquent les moyennes annuelles et la ligne épaisse la moyenne mobile de 11 ans)
Crédits Sources : Garnier, 2009, p. 69 ; Camuffo et al., 2010 ; European Climate of the Last Millennium UE FP 6 (http://137.44.8.2/​partners/​)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/651/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig. 2 – Dates des baux d’olives à Narbonne xve-xviiie siècles
Crédits Sources : Arch. Dép. Hérault, G 41 et G 50 (chapitre d’Agde), G 67-G 127 (évêché de Béziers), G 337-G 347 (dîmes du chapitre de Béziers).
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/651/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 3 – Les sécheresses en Languedoc-Roussillon 1500-2009 (en nombre de jours)
Crédits Sources :Garnier, 2009, p. 114 ; Garnier, 2011.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/651/img-3.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig. 4 – Les réalités de l’insécurité climatique en Languedoc-Roussillon 1500-1800 (1065 données non instrumentales)
Crédits Source : Garnier, 2009, p. 55.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/651/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Garnier, « Les sociétés méditerranéennes à l’épreuve du climat 1500-1850 », Sud-Ouest européen, 32 | 2011, 21-33.

Référence électronique

Emmanuel Garnier, « Les sociétés méditerranéennes à l’épreuve du climat 1500-1850 », Sud-Ouest européen [En ligne], 32 | 2011, mis en ligne le 27 avril 2015, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/651 ; DOI : 10.4000/soe.651

Haut de page

Auteur

Emmanuel Garnier

Institut Universitaire de France, professeur invité à Cambridge, crhq Université de Caen.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals