Navigation – Plan du site
Identités, Mémoires, Représentations

« Qu’est-ce qui nous rassemble ici ? »

Mémoire généalogique, histoire locale et construction de l’identité dans un village contemporain. Regard sur la Bulgarie voisine
Alice Angelidou

Résumés

L’auteur présente et analyse un discours prononcé au printemps 1989 par Veska, ancienne professeur de collège, lors d’un rassemblement villageois sur la place centrale de la localité de Vrabevo, en Bulgarie centrale. Il s’agissait d’établir l’arbre généalogique de sa lignée maternelle, tout en dessinant, à grands traits, l’histoire du village en liaison avec l’histoire de la nation depuis leurs origines mythiques jusqu’à l’époque actuelle. L’analyse de ce document (donné in extenso dans le cadre de cette publication) permet de montrer, d’une part, comment dans les représentations collectives la mémoire familiale, l’histoire locale et l’histoire nationale se croisent pour former un tout structuré et cohérent, d’autre part, en quoi ces représentations s’inscrivent dans la construction d’une identité locale dont la principale fonction serait de fournir une réponse appropriée à la situation de crise mettant en question l’existence matérielle et symbolique du village.

The author presents and analyses a speech given by Veska, a former schoolteacher, in the spring of 1989 at a village meeting in the central square of Vrabevo, Central Bulgaria. Her maternal family tree is drawn up, whilst at the same time sketching the village history connected to that of the nation from their mythical roots to present day. The analysis of this document shows, on the one hand, how, in collective representations, family memory, local and national history meet to form a structured and coherent whole and, on the other hand, how these representations help construct a local identity, whose principal function is to provide an appropriate response to the crisis which questions the material and symbolic survival of the village.

Haut de page

Texte intégral

1Pour l’anthropologue travaillant sur l’Europe, la question de la mémoire généalogique, telle qu’elle apparaît dans les sociétés à tradition écrite1, présente un double intérêt. D’une part, en tant qu’objet de recherche anthropologique, lorsqu’elle fait partie des stratégies familiales et des enjeux politiques au sein de la société étudiée. D’autre part, en tant qu’élément pour la fabrication d’une histoire locale qui contribue à la formation d’une identité collective spécifique. C’est dans cette deuxième perspective de la mémoire considérée comme « économie du passé dans le présent » (Nora, 1984 : VIII) que nous avons choisi de commenter ici le discours écrit et prononcé au printemps 1989 par une notable du village de Vrabevo2 en Bulgarie centrale à l’occasion d’une rencontre de parents qu’elle a organisée.

2Dans les années quatre-vingt, comme nombre de notables locaux et de personnes originaires du village, Veska, ancienne professeur de collège, a cherché à reconstituer son arbre généalogique. Cependant, elle ne s’est pas contentée d’établir une généalogie détaillée. Après six ans de recherches, elle a également réuni un grand nombre de descendants de sa lignée en organisant une fête sur la place du village avec l’aide des dirigeants politiques locaux. Cette double action de Veska n’a rien d’extraordinaire en comparaison avec les activités des généalogistes ailleurs en Europe, qui très souvent accompagnent leurs recherches généalogiques de rencontres avec leurs parents3.

3Néanmoins, la lecture de son texte dévoile un paradoxe : le discours n’évoque qu’en partie la lignée en question ; pour plus de la moitié il est consacré au village en tant que tel, depuis ses origines mythiques jusqu’à aujourd’hui, et à sa situation au moment où se tient la réunion. Ainsi, le discours dont le dessein supposé est la commémoration d’une histoire généalogique a finalement pour sujet un rappel de l’histoire nationale bulgare adaptée à l’échelle locale, ainsi qu’une apologie de la situation actuelle du village. On peut alors se demander pourquoi la remémoration de la lignée amène à celle du village.

4L’analyse du texte que nous proposons ici à titre d’exemple permet de montrer d’une part comment, dans un village, la mémoire familiale, l’histoire locale et l’histoire nationale se croisent pour former un ensemble dans les représentations des individus ; d’autre part en quoi ces représentations constituent une réponse particulière de la collectivité rurale qui modèle son identité collective de manière à faire face aux contraintes de son adaptation à une situation de crise mettant en question son existence matérielle et symbolique.

5Le manuscrit du discours ainsi qu’un dessin de l’arbre généalogique établi sur sept générations et une cassette vidéo de la fête nous ont été fournis par Veska lors de notre séjour au village au printemps 1997. Son auteur est une femme retraitée. Originaire du village, elle l’a quitté il y a quarante ans afin de poursuivre ses études et de travailler en tant que professeur de chimie dans un collège de la ville voisine. Comme nombre de couples, Veska et son mari sont revenus vivre à Vrabevo à leur retraite. C’est à ce moment-là qu’elle s’est mise à la réalisation d’un travail qu’elle envisageait depuis longtemps mais qu’elle avait laissé de côté, faute de temps : l’établissement d’une généalogie exhaustive de sa famille aussi bien du côté paternel que maternel. Mais, au cours de ses recherches, Veska a constaté qu’elle avait accès à un plus grand nombre d’informateurs et d’informations sur la lignée de sa mère car, selon elle, « la plus grande partie des membres de notre lignée n’a jamais quitté le village, ce qui d’ailleurs la caractérise ». C’est la raison pour laquelle elle a finalement décidé de se centrer uniquement sur cette lignée maternelle.

6Il faut signaler ici que dans le cas de Vrabevo la parenté se définit par une filiation indifférenciée avec inflexion patrilatérale. Le terme rod utilisé par nos locuteurs désigne une parenté où l’accent est mis plutôt sur la consanguinité, les liens de sang bilatéraux (kraven rod), à savoir la parentèle. Mais si les gens de Vrabevo considèrent comme parents « tous ceux qui partagent le même sang », ils n’incluent dans leurs généalogies que l’ensemble des descendants d’un ancêtre4. Cette représentation de la généalogie sous forme de lignée n’est pas une spécificité bulgare. Comme le constate Françoise Zonabend à propos des sociétés contemporaines d’Europe occidentale, chaque fois que l’individu éprouve le besoin d’être aidé, il fait plutôt appel à sa parentèle. Par contre, « lorsqu’on souhaite retracer une identité, rechercher des racines, c’est le groupe de parents issus d’un ancêtre commun qu’on reconstitue et qu’on s’approprie » (Zonabend, 1986 : 77). Le terme rod semble ainsi désigner aussi bien la parentèle que la lignée. Tel qu’il est utilisé dans le discours, il nous a paru plus approprié de le traduire par le terme de lignée.

7Comme Veska nous l’a expliqué, la rencontre qu’elle a préparée et le discours qu’elle a prononcé avaient pour objectif de faire connaître aux membres de la lignée les résultats de sa recherche et de « renouer autant que possible les liens entre les membres de la lignée et du village ». Dans sa majorité, l’auditoire se composait de gens qui étaient originaires de Vrabevo et qui eux aussi, ou leurs descendants, l’avaient quitté pour émigrer dans des villes bulgares. Veska profita d’un congé de trois jours à l’occasion de la fête du premier mai, largement célébrée chaque année dans le village, pour inviter ces personnes à la réunion. Bien que se connaissant, la plupart des participants ignoraient les liens de parenté exacts qui les unissaient.

8À ce sujet, l’auteur du discours a réalisé préalablement une enquête. D’une part, elle a eu recours aux récits des personnes âgées du village pour reconstituer les liens de parenté entre les membres de la lignée. D’autre part, elle a recueilli les légendes qui circulent entre les habitants de Vrabevo, ainsi que les travaux des érudits locaux qui avaient déjà tenté d’écrire quelques histoires du village. Elle a même consulté des sources officielles écrites, répertoriées à la Bibliothèque nationale de Sofia, dans le but de rassembler le maximum d’informations sur le village et d’accroître la légitimité de ses propos. De plus, pour le dessin de l’arbre généalogique elle a cherché l’aide de sa fille, architecte vivant à Sofia. De cette façon, elle a endossé le rôle de l’historien, un historien qui codifie et fond les souvenirs et les légendes partagés dans une version du passé familial et local, créant ainsi une histoire commune qui sera transmise aux générations à venir.

9La question qui se pose cependant est de savoir comment s’effectue le passage d’un cas concret à une problématique plus générale. D’abord, ce texte, représentatif de l’intérêt qu’ont éprouvé ces dernières années les gens de Vrabevo pour leur passé et qui s’est exprimé par une production abondante de généalogies ou d’histoires locales, s’inscrit dans un courant plus large d’« amour de la généalogie » (Segalen, 1991 : 193) en pleine expansion en Europe et aux États-Unis5 depuis une trentaine d’années. Il s’agit d’une passion pour l’histoire qui « dépasse, de beaucoup, le cercle des historiens professionnels » (Nora, 1984 : XXIX). Dans le cas bulgare, ce courant a été alimenté par un événement particulier, à savoir la célébration officielle en 1981 des mille trois cents ans de l’État bulgare. À cette occasion, le ministère de la Culture a mis en œuvre une campagne politico-culturelle qui comprenait une série d’émissions à la télévision et à la radio ainsi que des festivités un peu partout dans le pays durant toute l’année. Au-delà de son caractère national, la célébration a eu un impact régional considérable. Par ses références constantes à l’histoire, au passé lointain et aux origines, elle a suscité l’intérêt de beaucoup d’amateurs pour l’histoire de leur village natal (roden krai) ou de leur généalogie. On peut donc dire que le texte de Veska a valeur exemplaire.

10Si la coexistence de l’intérêt généalogique et de l’intérêt pour l’histoire locale qu’éprouvent nos contemporains a été répertoriée dans les études sur le monde rural européen, elle n’a pas été pour autant mise au cœur de leurs investigations. Il nous semble en effet que le discours de Veska se prête à une analyse qui, en replaçant la société étudiée dans un contexte plus large de comparaison, permet de comprendre cette coexistence et de nuancer la discussion sur la mémoire collective en tant que reconstruction du passé commandée par les impératifs du présent. Ce contexte concerne les phénomènes de modernisation et de bouleversement culturel et identitaire que connaît de plus en plus intensément le monde rural en Europe. En illustrant la forte liaison qui existe entre les souvenirs partagés des ancêtres et la remémoration du passé de la communauté villageoise, le texte de Veska montre la réponse spécifique que donnent les membres d’une communauté, à travers la revendication de leur identité collective, aux contraintes actuelles de son existence.

11Le choix de ce texte a été aussi dicté par son intérêt méthodologique. Tout d’abord, il s’agit d’un texte qui a été écrit dans le but d’être plutôt écouté que lu. Se trouvant ainsi au point de passage entre l’oralité et l’écriture, il est une source prometteuse aussi bien pour l’historien du présent que pour l’anthropologue qui s’intéresse au passé récent. Il s’agit également d’un récit qui a été écrit par son auteur lui-même, et non par un enquêteur. Dans ce cas, la narration est en effet une succession de réflexions et d’informations au cours de laquelle le chercheur n’entre pas en interaction avec l’auteur afin d’avoir accès à son raisonnement ou à ses représentations. Veska ne s’adresse pas à l’anthropologue, mais à un ensemble de personnes qui, malgré leur dispersion géographique, partagent une identité en tant que membres de la généalogie et de la communauté villageoise. Son texte constitue ainsi un fait de communication, voire d’interaction, entre l’auteur et l’auditoire auquel elle s’adresse. Le lecteur trouvera en encadré l’intégralité6 de ce discours que nous avons traduit et découpé en suivant autant que possible sa logique interne de façon à en faciliter l’annotation.

Du passé nous prendrons le feu et non la cendre

Quelle est la raison pour laquelle nous nous sommes réunis ici ?

Voilà la question qui nous émeut tous le plus.

Qu’est-ce qui en effet nous rassemble ici ?

Peut-être que le village de Vrabevo existe, et que non seulement il existe mais qu’il s’embellit et rajeunit.

[En Bulgarie] les dernières données statistiques sont préoccupantes :

– 94 localités ont été rayées de la carte,

– 249 comptent moins de 10 personnes,

– 459 ne rassemblent que 11 à 50 personnes.

En tout, 1 730 petits villages avec une population très réduite.

Vrabevo a aussi été touché par cette émigration, mais les dirigeants locaux ont tout fait pour arrêter ce processus. On ne peut que se réjouir et remplir son âme de foi et d’optimisme, lorsqu’on voit ce qui a été réalisé ces dernières années :

toutes les rues ont été asphaltées et maintenant on aménage des trottoirs ; l’usine « Cavdar » emploie quantité de jeunes gens ; le CPP7 « Nectar » est en pleine expansion ; le premier bloc d’habitation a été construit et une pharmacie récemment inaugurée.

Mais encore :

– un salon de coiffure, une librairie, un magasin de produits électroménagers ;

– une ferme coopérative et une station de machines agricoles bien aménagées ;

– des maisons nouvellement construites, qui rivalisent avec les maisons urbaines ;

– dans chaque maison un téléphone, une télévision, une voiture ;

– la plaine de Vrabevo avec ses vastes vergers, un vrai paradis terrestre.

Mais ce qui demeure le plus précieux, ce qui embellit le plus le village ce sont les gens, les jeunes gens, les enfants.

Actuellement, Vrabevo compte 1 800 habitants, dont 95 (150 avec leurs familles) appartiennent à notre lignée (rod), soit le douzième de la population du village.

Ceux-ci sont les plus grands patriotes. Ce sont des hommes qui n’ont pas quitté le foyer paternel ; c’est à eux que nous devons le plus cette rencontre. Des hommes que nous remercions de tout notre cœur.

Notre lignée est une grande lignée.

Le premier ancêtre (djado), sur lequel nous avons assez peu d’informations, est Stratjo Burdziiski. Il est né en 1825 au village de Vraca. À lui seul, avec son épouse, il a une descendance de 350 personnes, toutes de la même souche, du même sang (kraven rod). Parmi elles, on compte 280 descendants vivants.

Essayons toutefois de revenir plus en arrière et de nous rappeler brièvement notre passé plus lointain. Quelle est l’origine du nom de notre village ? Ici je vais faire référence aux recherches menées depuis de nombreuses années par un de nos « pays » (sasselianin), le bon patriote Spas Penov, que nous remercions de tout cœur.

Il est difficile de reconstituer à l’aide de documents l’histoire ancienne du village de Vrabevo. De cette période, il ne reste que des outils et des débris, qui datent des temps anciens. Ils sont une preuve brillante que notre terroir est habité depuis très longtemps.

De même, le grand nombre de tumulus d’origine thrace, éparpillés sur les terres du village, prouvent que les Thraces y ont également vécu.

Il existe des vestiges de localités disparues [suivent les noms des localités] à plusieurs endroits. Quand ont-elles existé ? Quand ont-elles disparu ? Nous n’avons pour l’instant pas de données.

Le mur qui existait jusqu’en 1957 dans la localité de « Carevec », construit de petites briques et recouvert de mortier, a été réalisé de la même façon que la route pavée bâtie par les Romains découverte à un mètre de la surface du sol dans la localité de « Kassaliiski laki ». Cela prouve qu’ici aussi ont régné les Romains.

Autrefois, selon des récits et des légendes, sur les terres de Vrabevo un village plus ancien a existé : Ledevo. Il se trouvait au nord-ouest du village actuel, de l’autre côté de la colline. Cette localité porte encore aujourd’hui le nom de Ledevo et on y trouve en divers lieux des traces d’un village disparu. Si on en juge par les vestiges retrouvés dans les champs abandonnés et dans les proches pâturages riches en eau de source, on peut supposer qu’autrefois, il y eut ici une vie très active, et que les habitants s’occupaient d’agriculture et d’élevage.

Il n’y a pas de nos jours de données sur l’apparition ou la disparition de Ledevo en tant que localité. On suppose que ce village a disparu à l’époque des opérations militaires menées sur ces lieux par Isaac Ange8 et la dynastie des Asénides9.

D’après une légende, il y eut à Ledevo une très belle fille appelée Mara. Un jour un bataillon byzantin est arrivé au village. Les Bulgares sont sortis à sa rencontre. La belle Mara est sortie aussi. Les Byzantins ont apprécié sa beauté. Ils lui ont proposé de se « gréciser » et de les suivre. Elle a refusé. Alors ils l’ont enlevée de force, l’ont attachée à leurs chevaux et l’ont emportée en bas, dans la vallée. La belle Mara a disparu, mais la vallée porte encore de nos jours le nom « Marin dol » (la vallée de Mara). Les Byzantins ont essayé par la force des armes, par le verbe grec et la religion grecque de gréciser les Bulgares pendant la période du joug byzantin.

Il n’y a pas de données sur l’apparition du village de Vrabevo, mais on peut supposer qu’il est habité depuis le début du deuxième royaume bulgare, soit aux alentours de 1190. On peut en conclure que les premiers habitants du village sont des gens qui ont participé aux batailles de cette époque et qu’ils étaient esclaves (robi). Ces gens connaissaient bien ces terres et ils y sont restés. Ils ont baptisé les lieux et créé des récits et des légendes dont la mémoire populaire de notre village garde encore le souvenir, les respecte, les récite et les répète.

La provenance supposée de la dénomination du village est liée à cela. Il semble que la colline appelée « Robovo bardo » (la colline des esclaves) ait donné son nom au village « Robovo selo » (village des esclaves) ou Rabevo. On trouve des informations plus concrètes sur l’existence de Vrabevo comme localité à partir de la première moitié du xve siècle, quand elle apparaît dans les documents turcs à partir de 1430 sous le nom Virabiva.

À partir des anciens récits sur le village, on peut supposer que les premiers arrivants se sont installés au sud-est du village actuel plus bas dans la plaine, là où il y a encore des amas (gramadi) de pierres d’où le nom de « Gramadeto ».

Ce n’est pas un hasard si, plus tard, entre 1197 et 1207, quand Kalojan, le frère cadet des Asénides, est monté sur le trône, on a construit à proximité, sur une petite colline, une église du nom de « Kalojanova » ou « Kalja carkva ». Ce fut en l’honneur des batailles dures et des victoires glorieuses qui ont eu lieu ici. Cette église a survécu jusqu’à la chute des Bulgares sous le joug turc. Cette colline porte encore de nos jours le nom de « Kalja carkva ». D’après les légendes, Kalojan a attaqué d’ici même les Byzantins à l’aide des cavaliers Coumans.

On suppose qu’après la signature de la paix, Kalojan a été pris en otage à Carigrad10.

Les légendes sur « Giaour bair11 » suggèrent de façon convaincante que c’est justement dans ce lieu de « Gramadeto » que se trouvait autrefois le village de Vrabevo : « Un jour, le jeune homme (ergen) Stojan, fait un pari : il dit pouvoir transporter tout seul jusqu’au sommet de la colline la belle jeune fille (moma) Diljana… il ne reste plus que quelques pas… encore deux… un…, il la pose sur le sommet. Un filet rouge de sang jaillit de sa bouche. Il meurt, mais la légende sur son courage d’homme (mazestvo) ainsi que le nouveau nom de la colline (Giaour bair) restent. »

Plus tard, les années passant, le village s’est progressivement déplacé des endroits marécageux vers les hauteurs, de plus en plus haut, pour occuper la place du village actuel.

En 1396, les envahisseurs occupent aussi le royaume de Vidin. C’est ainsi que s’est refermée la dernière page de l’existence du deuxième État [royaume] bulgare. Nous sommes alors au début du joug ottoman qui durera cinq siècles. Les habitants de Vrabevo ont subi à cette époque les cruautés de l’esclavage turc, ce qui plus tard laissera une empreinte noire dans l’existence et le développement du village.

Dans les archives turques qui se trouvent dans la section des études orientales à la Bibliothèque nationale « Kiril i Metodii » à Sofia, on trouve quelques données sur le village de Vrabevo pour la période 1400-1800. Selon un de ces documents, dès 1430, seulement trente-quatre ans après la chute de la Bulgarie sous le joug turc, le nom du village fut Virabiva [copie OAK 26518 l.10a, kaaza de Hotalic – sandzak de Tarnovo]. Selon ce même document, Virabiva se composait alors de 69 unités domestiques [d’infidèles] plus les familles de deux veuves. Il est à remarquer qu’en 1430, il n’y avait dans le village aucune famille turque. Il en résulte qu’à l’époque, le village était purement bulgare. À la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, les Turcs ont commencé à transférer dans ces contrées des populations musulmanes arrivées d’Asie Mineure. Autour de 1700, des immigrants turcs viennent donc s’installer à Vrabevo. Ces derniers s’approprient les biens de la population bulgare massacrée, repoussée vers la montagne Balkan, chassée de ses foyers. La colonisation a pris la forme d’un pillage total de la population bulgare – c’est aussi le cas de Vrabevo – et de la confiscation des meilleures terres. Il n’y a pas de données sur le nombre d’immigrants turcs venus à cette époque. D’après les récits de la grand-mère (baba) Djankovica Poutovska, du grand-père (djado) Iordan Nocev et du grand-père Hristo Nocevski ainsi que de bien d’autres, il devient clair qu’avant la libération de la Bulgarie, il y avait dans le village 280 maisons turques alors qu’il n’y avait que huit maisons bulgares, dont deux dans le hameau de Barkovec, à quelques kilomètres du village : plus précisément les familles du grand-père Iordan Nocev et de son frère Nedjalko Nocev. Les six autres maisons étaient situées au sein même du village (suivent les noms des pères de ces six familles).

Avant la libération, un Turc haut placé de la ville de Lovec s’est rendu au village. Il a rassemblé les Bulgares du village et leur a proposé soit de se turciser12 (poturcat), soit de quitter Rabevo. Alors les Bulgares se sont mis à le supplier de les laisser vivre ici. Le Turc a cédé à leur prière mais il les a obligés à jurer qu’ils ne dérangeraient en rien la manière de vivre des Turcs.

Après la libération, ceux qui avaient prêté serment sont allés au monastère de Trojan et ont payé pour être relevés de leur serment (otkalnat).

Le 15 juin, l’armée russe traverse le Danube à côté de la ville de Svichtov et le jour même, à 14 heures, la ville est libérée. En trois jours le bataillon du général Gurko arrive jusqu’à la ville de Tarnovo ; l’ancienne capitale bulgare est libérée le 25 juin 1877 tandis qu’une partie de la cavalerie russe entre dans la ville de Sevlievo.

Voilà ce que raconte un Turc du village de Damianovo : il rentre le soir de Sevlievo, très effrayé, et dit à la kadana13 :

« Prépare à manger, car ce soir nous n’allons pas nous coucher. Pour nous c’est la fin. Cette nuit nous allons fuir en Turquie. Les Russes sont entrés dans Sevlievo. Nous sommes allés nous battre contre eux. Nous étions quelques milliers et juste au moment où nous allions entrer dans la ville pour les chasser, quarante-cinquante Moscovites sur leurs grands chevaux [katani] se sont dressés contre nous. Nous, nous tirions sur eux et eux attrapaient les balles avec les mains et les jetaient sur nous. Nous avons eu peur, et nous avons fui. Eux, ils marchaient sur nous avec leurs sabres et nous hachaient comme des concombres ». Le soir même, les Turcs ont chargé leurs charrettes avec les biens de première nécessité et ils sont partis. Dans les rues, on entendait des cris, le grincement des carrosses, les aboiements des chiens, le vacarme et des sanglots angoissés. C’est dans une telle ambiance que la population turque de Damianovo a quitté le village vers minuit. La même nuit, du 2 au 3 juillet 1877, tous les Turcs de Vrabevo se sont enfuis de la même manière, jusqu’au dernier Turc.

À la suite du congrès de Berlin, une grande partie de la population turque est retournée dans ces villages. Dans le cas de Vrabevo aussi, une partie des fugitifs sont rentrés, les uns pour revenir y vivre, les autres seulement pour vendre leurs biens. Les Turcs revenus sentaient qu’ils n’étaient plus les seigneurs de la raja14, mais des intrus. Ils ont commencé à vendre massivement leurs biens et à émigrer.

Pendant la période 1880-1890, tous les émigrés turcs ont quitté le village pour l’Anatolie.

Les Turcs ont vécu à Vrabevo près de 220 ans. Mis à part les Bulgares, il n’y avait dans le village que trois maisons tsiganes.

Les Turcs sont partis, mais les terres les plus riches portent encore leurs noms : Cantovoto, Ouzoun bozalek, Assankiovoto, Kourdovoto, Dumushovoto, Inevskoto…

Pendant l’été 1877, quand les troupes des libérateurs russes ont traversé le Danube et ont pénétré en Bulgarie, la population turque du village a pris peur et s’est enfuie à travers les Balkans en Bulgarie du Sud. L’hiver de la même année, la population du village de Mitirizovo [région de Karlovo], chassée par les Turcs, est venue ici se réfugier dans les maisons turques. Une fois l’hiver passé et – au printemps – la Bulgarie libérée, les gens de Mitirizovo ont quitté notre village et sont rentrés dans leurs maisons. Ce même printemps, de nouveaux habitants ont commencé à arriver à Vrabevo : de Vraca 30 familles, de Novo Selo 27, de Vidima 3, de Zla Reka 15, de Patrechko 8, d’Orechak 4, de Trojan 3, de Kalofer 1, de Kolibeto 6, de Velcevo 4, de Gumochtnik 6, de Mlecevo 2, de Belich 14, de Skandalo 1. Trente familles seulement étaient originaires de Vrabevo. L’une d’elles fut la famille de notre arrière-grand-père Stratjo Burdziiski. Mais précisons tout d’abord l’origine du nom de la famille.

D’après les récits de Enio Dobrev du village de Stefanovo, l’arrière arrière-grand-père Dobri – grand-père de notre-arrière-grand-père – a été un très bon éleveur de bétail. Il élevait beaucoup d’animaux, des chevaux, des brebis, des chèvres, des moutons. Un riche Turc lui a dit qu’il lui achèterait ses moutons, à condition qu’il les castre. Grand-père Dobri l’a fait et le Turc les a achetés. Il a bien appris ce métier et il est devenu en quelque sorte le vétérinaire du village. À partir de ce moment, les gens l’ont appelé « burdzija », ce qui désigne en langue turque la personne qui castre des animaux.

Ainsi jusqu’à nos jours le nom de la famille « Burdzii » s’est maintenu.

La lignée des Burdzii est une grande lignée. Le tout premier vieil ancêtre (djado) sur qui j’ai pu apprendre quelque chose, c’est Stratjo Stojanov Burdziiski, et c’est avec lui que commence ma recherche sur les personnes de la lignée, comme je l’ai mentionné au début.

L’arrière-grand-père Stratjo Stojanov Dobrev Burdziiski est né au village de Vraca en 1825. Il se marie avec notre arrière-grand-mère Maria Palangurska, elle aussi de Vraca. Ils mettent au monde cinq enfants : Stojanco qui meurt enfant, Stana, Bojo, Boika et Neda. Après la libération, grand-père Stratjo, avec son épouse, grand-mère Maria, et leurs quatre enfants viennent vivre à Vrabevo. Il achète une maison sur le terrain qui appartient actuellement à Radjo Stratev, et une ferme (ciflik) avec grand-père Stratjo Rachkov. Il y construit également un moulin.

Ils élevaient beaucoup d’animaux, ils avaient aussi des abeilles, ce qui était rare à l’époque. Ils produisaient beaucoup de miel qu’ils mettaient en cuve. Il y avait de tout chez eux – obtenu grâce à l’amour pour le travail (trudoljobie), l’entente et la compréhension mutuelle. Ils n’ont pas eu de valets (ratai) ou d’apprentis (ciraci). Ils travaillaient tous ensemble (zadruzno). Grand-mère Stratiovitsa15 était une femme particulièrement bonne, travailleuse et intelligente. Souvent, elle préparait des fournées entières de pains et envoyait ses filles apporter aux faucheurs, moissonneurs, bergers et laboureurs, des petits pains chauds avec un petit bol de miel, comme le raconte Stana Radoeva.

Il n’y avait pas de voyageur de passage qui ne fût invité par la propre, accueillante et bonne grand-mère Maria.

Jeune mariée déjà, elle réussit à traire la bufflonne méchante et agressive. Sa belle-mère l’appelait « la magicienne », alors que sa magie avait consisté à mettre dans son tablier du pain, à caresser l’animal, et à lui donner à manger pendant qu’elle remplissait calmement le seau avec du lait.

Tous les deux, avec grand-père Stratjo, chantaient très bien. Chez eux on ne se couchait pas sans chanter. Grand-père Stratjo jouait du kaval (flûte oblique) et de la cornemuse. « Je me rappelle de lui – m’a raconté Dimitar Hristov – quand il allait faire paître les chèvres, la cornemuse sous un bras et la fourche à foin sous l’autre ». Et c’est ainsi qu’avec leurs qualités d’éleveurs d’animaux et de laboureurs de la terre, avec leur amour pour le travail, avec l’entente qui a régné dans leur famille, ils ont réussi à s’enrichir et sont devenus l’une des familles aisées de Vrabevo.

La vie ne se mesure pas avec les années, mais avec la trace qui reste après nous !

12Passons à présent à l’analyse du texte. Il n’existe pas de meilleure preuve que l’intérêt de l’auteur dépasse la lignée que le début de ses propos. Même s’il est question d’une réunion de parents, Veska commence par une longue référence à la communauté villageoise, et même si le but est de se retourner vers le passé, elle esquisse le portrait actuel du village, qui est un contre-exemple de la situation dominante dans les campagnes bulgares. Elle constate que malgré la tendance générale au marasme, le village arrive non seulement à assurer son existence mais aussi son bien-être : expansion démographique, croissance de l’emploi, amélioration du niveau de vie (« non seulement il existe mais il s’embellit et rajeunit »).

13Cette situation n’est pas le produit d’un hasard. Comme l’ont montré nos enquêtes sur le terrain, il s’était constituée à Vrabevo une élite de cadres du Parti communiste bulgare qui a donné à Sofia plusieurs hauts fonctionnaires. En contrepartie, ces derniers ont contribué, pendant plusieurs décennies et en coordination avec les dirigeants politiques locaux, au développement économique du village en aidant à ce qu’il soit doté d’infrastructures qui représentaient des privilèges de taille (lycées, grandes usines). De plus, cette liaison étroite entre la ville et le village ne se limitait pas aux réseaux politiques. Dans l’ensemble du monde rural bulgare, y compris à Vrabevo, les personnes qui l’ont quitté pour s’installer dans des ensembles urbains ont toujours maintenu des relations avec ceux qui sont restés16. Il s’agissait tout d’abord d’un rapport économique. D’après B. Lory, dans la majorité des pays communistes balkaniques, l’approvisionnement17 posait un problème constant qui trouvait sa solution dans le « couplage campagne-ville », celui-ci faisant partie intégrante des « stratégies de survie des familles » au profit principalement de la ville (1996 : 104). Il s’agissait également d’un rapport social, étant donné que le village a toujours constitué un lieu de vacances pour les citadins. Là, ils avaient la possibilité de se retrouver régulièrement entre parents et amis d’enfance, de célébrer ensemble les grandes fêtes du calendrier socialiste et même de créer de nouvelles alliances matrimoniales et des parrainages entre les membres de la communauté.

14Toutefois, une telle priorité accordée par l’auteur au présent du village ne peut que nous rendre défiants : si ces références au bien-être actuel du village apparaissent en premier lieu, c’est que celui-ci n’est peut-être pas si évident et que même si Vrabevo échappe au marasme, il n’est pas épargné par les périls que connaît le monde rural, à savoir la diminution rapide et brutale18 de ses effectifs et la perte de sa cohésion sociale. Faudrait-il alors y voir plutôt les prémices d’un « lieu de mémoire » (Nora 1984), d’un lieu où la mémoire n’est plus vivante mais plutôt une reconstruction de ce qui n’est plus ?

15Notre hypothèse trouve sa justification dans la suite du discours de Veska. Là, l’auteur s’exprime sur la lignée. Elle commence par recourir aux chiffres, à la statistique et la démographie, en employant en même temps un vocabulaire émotionnel (« de tout notre cœur », « remplir son âme de foi et d’optimisme »). Ce mélange d’un discours qui se veut rigoureux et objectif avec des réflexions qui font appel aux sentiments est présent tout au long de son récit. De plus, avant de conclure cette première partie du discours, l’auteur rend hommage aux membres de la lignée restés toute leur vie dans le village. Ses propos manifestent l’idéalisation du paysan qui est demeuré au « foyer paternel » et ne s’est pas laissé tenter par les attraits de la vie urbaine, jouant ainsi un rôle majeur pour la survie du collectif rural. On se demande alors si le but du discours n’est que la transmission de souvenirs et de connaissances ou s’il ne représente pas, aussi, un signal d’alarme, un désir d’action, un appel à l’engagement afin que la situation de prospérité actuelle du village se pérennise.

16Mais, si la première partie du discours montre le poids du présent sur l’évocation des souvenirs, la deuxième manifeste l’ancrage dans le territoire des souvenirs des ancêtres et du village ainsi que l’inscription de la mémoire et de l’histoire locale d’un groupe dans l’histoire officielle et nationale.

17De nombreuses analyses ethnologiques font apparaître le rapport qui existe entre un groupe donné et son territoire, aussi bien dans le monde rural européen19 qu’ailleurs. « Si les origines du village ont été si bien retenues, c’est qu’elles sont marquées au sol » remarque F. Zonabend à propos de Minot, un village au sud-ouest de la France (1980 : 15). Cette relation apparaît également à plusieurs reprises dans les propos de Veska. Tout d’abord quand elle cherche à dénicher sur le territoire du village des traces – ustensiles, outils, ruines –, qui pourraient prouver matériellement l’existence immémoriale du village. Aussi dans ses références à la continuité des activités économiques (agriculture et élevage) de la communauté. Ce fort ancrage territorial s’exprime surtout par le fait que l’auteur présente l’espace occupé actuellement par la communauté comme un territoire fixe et immuable dans le temps. Et en privilégiant l’espace, elle conçoit le village comme un ensemble stable et homogène, qui, malgré les déplacements, le changement des toponymes et le renouvellement des populations qui y ont habité vit dans une continuité. Ceci paraît représenter alors une identité-repère pour ses habitants ainsi que pour les personnes considérées comme membres de Vrabevo, mais n’y résidant pas.

18D’autre part, tout le discours se tient dans un mélange constant de l’histoire savante avec les mythes et les légendes, dans un temps tantôt imprécis (« depuis très longtemps ») tantôt trop précis (comme dans le cas de l’arrivée libératrice de l’armée russe dans la région en 1877 qui est racontée dans les moindres détails, jusqu’à la date et même l’heure de tel ou tel incident, donnant l’impression que l’auteur les a vécus personnellement et avec émotion). Il en va de même de la mise en place d’un mythe fondateur local inspiré par l’historiographie bulgare ou de la recherche de la provenance du nom actuel du village dans des événements qui occupent une place importante dans l’imaginaire national bulgare (comme, par exemple, les batailles menées par le roi Kalojan à proximité de la région à la fin du XIIe siècle, à l’issue desquelles le village de Vrabevo est supposé avoir été fondé). Plusieurs ouvrages scientifiques bulgares20 ont mis l’accent sur ce manque de délimitation entre la mémoire collective et la mémoire historiographique qui semble caractériser la société bulgare dans son ensemble. Celle-ci, comme le remarque L. Déyanova, s’est « ‘imprégnée’ de récits folkloriques et mythologiques, diffusés par cette puissante institution nationale qu’est la littérature. Ces récits-là […] appellent une ‘mémoire totémique’, un récit mythique. C’est le récit immuable et unique d’un passé sacré. C’est une mémoire de la nation en tant que corpus mysticum et non pas en tant que contrat des citoyens » (1998 : 138).

19À cette perception du village en tant que « lieu de mémoire » vient alors s’ajouter la question de la mémoire médiatisée, autrement dit de la nécessité du passage par l’histoire pour arriver à la mémoire. Il s’agit de ce passage, signalé par Nora, d’une mémoire « vécue » et « sans passé, qui reconduit éternellement l’héritage, renvoyant l’autrefois des ancêtres au temps indifférencié des héros, des origines et du mythe » et dont les sociétés dites traditionnelles ont représenté le modèle, à l’histoire, à la « mémoire historique […], qui est ce que font du passé nos sociétés condamnées à l’oubli, parce que emportées dans le changement » (1984 : XVIII). Si Veska se sent obligée de recourir au passé le plus lointain du village, si elle mélange constamment dans son récit des mythologies partagées au sein de la communauté villageoise avec des références à l’histoire nationale, telle qu’elle est constituée par les manuels scolaires, les commémorations et les monuments, c’est, dans une large mesure, par volonté de trouver une légitimité à l’existence de la communauté villageoise.

20La narration sur l’histoire du village se termine par un compte rendu de toute la « généalogie » des localités d’où proviennent les familles fondatrices du nouveau village. Celles-ci sont venues s’installer à la suite de la formation de l’État bulgare en 1878 sur les terres relativement spacieuses et fertiles où habite la communauté actuelle21. Les familles avaient alors abandonné les régions plus montagneuses où s’était retirée la population chrétienne pendant les derniers siècles de l’Empire ottoman2222. Cette remémoration de la fondation du village actuel permet la transition de l’histoire locale à l’histoire de la lignée à laquelle est consacrée la troisième23 partie du texte.

21Celle-ci se prête à une analyse de la généalogie en tant que telle. Tout d’abord, comme nous l’avons déjà remarqué, même si on est devant un système à parentèle, c’est la notion de lignée qui est utilisée par l’auteur pour retourner vers le passé familial. Toute sa recherche est axée sur le père fondateur de la lignée, l’ancêtre le plus lointain sur lequel existent des données et des souvenirs. Dans la plupart des généalogies du village que nous avons recueillies, il apparaît que les personnes interrogées arrivent spontanément, et sans recherche préalable, à retracer leurs liens généalogiques jusqu’à l’ancêtre commun venu habiter le village avec sa famille à la suite de la création de l’État bulgare. Il s’agit alors d’une mémoire peu profonde24 (deux, maximum trois générations d’ascendants), qui coïncide avec un événement politique mis en avant par l’historiographie nationale.

22Nonobstant cette remarque, ce qui est également à souligner dans cette partie du discours, c’est son aspect édifiant et pédagogique. L’auteur attribue aux fondateurs de la lignée des vertus auxquelles se référent souvent nos interlocuteurs de Vrabevo comme étant des vertus « communistes » : amour pour le travail et réussite à travers lui, entraide, partage et collaboration entre les membres de la famille et de la collectivité. Plus encore, l’auteur met l’accent sur le personnage de son arrière-grand-mère et particulièrement sur le rôle de la femme au sein de la famille paysanne. Le succès de cette dernière est présenté, en grande partie, comme le résultat des charismes et des vertus (« bonne, travailleuse, intelligente ») de la « première » femme de la lignée. On pourrait dire alors que l’auteur voit la réussite de la famille originaire et le respect dont elle jouissait au sein de la communauté, comme le produit des compétences de ses membres. Leur comportement et leurs qualités sont proposés comme exemple, voire comme modèle pour les jeunes auditeurs qui sont invités à les perpétuer et garder ainsi vivante la mémoire de la lignée.

23Face au phénomène d’expansion de la curiosité généalogique et historique dans toutes les couches de la société contemporaine, la littérature ethnologique et historique est unanime sur le fait que la reconstitution du passé familial ou local dans les sociétés occidentales sert désormais à des fins plutôt individuelles ; elle n’a pas pour fonction d’assurer la reproduction sociale ni celle de la structure de la société mais de permettre à l’individu de construire son identité. Elle exprime plus un « amour de soi » (Segalen et Michelat, 1991 : 208) qu’un « amour » de la famille ou d’un quelconque autre groupe social. Par contre, l’action de Veska montre que son objectif n’était pas uniquement de satisfaire un besoin individuel de mémoire, mais aussi d’impliquer les descendants de la lignée et même la communauté villageoise dans son ensemble. Si la mémoire collective est la « condition même de possibilité des souvenirs dont les individus sont porteurs » et que « en tant que telle, (elle) assure une fonction sociale d’intégration » (Lavabre, 1998 : 52-53), le discours de Veska est significatif de cette volonté de modéliser la mémoire individuelle par la mémoire collective. Dans une société caractérisée par le va-et-vient constant entre le milieu paysan et la ville, le rapport entre l’individu et la communauté rurale n’est pas uniquement matériel. Il est également symbolique : les souvenirs de la famille, de la lignée et du village s’articulent et cette articulation pèse sur la façon dont chaque personne se pense en tant que telle et construit son identité.

24De plus, le fait qu’au sein d’une communauté villageoise mémoire généalogique et mémoire collective soient indissociables semble en accord avec les représentations identitaires (communistes en l’occurrence) qu’elle se fait d’elle même. Pour un village qui, pendant les cinquante dernières années, a vu toute sa « modernisation » se réaliser à travers l’application de ce que ses membres conçoivent comme des idéaux communistes (telles la promotion du bien commun et la subordination de l’intérêt familial à l’intérêt collectif), la conception connexe du passé familial et local n’est qu’une expression imaginaire de cette quête constante du succès et du prestige. Cette situation de réussite est le résultat de la volonté et des efforts systématiques du collectif dans son ensemble qui, tout au long de ces années, a mobilisé son effectif humain demeuré sur place ainsi que ses membres haut placés dans les structures du pouvoir central. C’est à cette volonté et à ces efforts, autant au niveau du village qu’à celui de la famille, que l’auteur fait appel dans son discours afin de perpétuer le passé dans l’avenir. De cette manière, la pérennité et la prospérité de la communauté a valeur de défi pour son futur.

25Le discours commence par une question qui se répète à deux reprises : « Qu’est-ce qui nous rassemble ici ? ». En effet, ce qui rassemble les gens à Vrabevo c’est que le village n’a pas cessé d’exister, symboliquement et matériellement, dans leur vie. Mais en même temps, le besoin de commémoration de la lignée et de la communauté locale montre que celles-ci ne constituent plus des « sociétés-mémoire » (Nora, 1984), des sociétés où la mémoire est vécue, mais qu’elles sont plutôt en train de se transformer en « lieux de mémoire ». À travers l’analyse du texte, on voit que, pour les gens de Vrabevo, se remémorer leurs ancêtres devient une réconciliation d’ordre symbolique avec le présent. Par la reconstitution de leur passé, ils parviennent à se présenter comme un ensemble stable et homogène, aujourd’hui comme autrefois, et à maintenir la continuité indispensable à la sauvegarde de leur identité, individuelle et collective.

Haut de page

Bibliographie

Augustins G. (1989), Comment se perpétuer. Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes, Nanterre, Société d’ethnologie.

Burgière A. (1992), « La généalogie », in P. Nora (ed) Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, t. III, Les France, vol. 3, p. 18-51.

Castellan G. (1991), Histoire des Balkans : XIVe-XXe siècle, Paris, Fayard.

Coenen J. (1994), La mémoire familiale. Un travail de reconstruction du passé, Paris, L’Harmattan.

Damianakos St. (1996), Le paysan grec. Défis et adaptations face à la société moderne, Paris, L’Harmattan.

Déyanov D. (ed.), (1995), Prepisvanijata na novata balgarska istorija v ucebnicite za gimnazijata (Les réécritures de l’histoire contemporaine bulgare dans les manuels de lycée), Sofia, Institut de recherches sociales critiques/Ministère de l’Éducation Nationale.

Déyanova L. (1999), Ocertanija na malcanieto. Travmaticni mesta na pametta. (Les contours du silence. Lieux traumatiques de la mémoire collective), Sofia, Kritika i humanizam.

Déyanova L. (1998), « La mémoire – entre le temps et le récit », in Divinatio, Numéro spécial consacré à Paul Ricœur, Maison des sciences de l’homme et de la société, Sofia, 6, p. 135-146.

Godelier M. (1984), L’idéel et le matériel, Paris, Fayard.

Grékova M. (éd.), (1996), Nacionalnata identicnost v situacija na krisa : istoriceski resursi (L’identité nationale dans une situation de crise : sources historiques), Sofia, Minerva.

Héritier F. (1981), L’exercice de la parenté, Paris, Gallimard, Le Seuil.

Jolas T. Verdier Y. et Zonabend F., (1990), « Parler famille », in Jolas T. et al., Une Campagne voisine, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 127-149.

Kaneff D. (1998), « Un jour au marché. Les modes d’échange dans la Bulgarie rurale », Ethnologie française, XXVIII, 4, p. 532-539.

Lavabre M-C. (1998), « Maurice Halbwachs et la sociologie de la mémoire », Raison Présente, 10/12, p. 128, 47-56.

Le Wita B. (1984), « La mémoire familiale des Parisiens appartenant aux classes moyennes », Ethnologie française, XIV, 1, p. 57-66.

Le Wita B. (1985), « Mémoire : l’avenir du présent », Terrain, 4, p. 15-26.

Le Wita B. (1988), Ni vue ni connue. Approche ethnologique de la culture bourgeoise, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Lory B. (1996), L’Europe balkanique de 1945 à nos jours, Paris, Ellipses.

Mension-Rigau E. (1994), Aristocrates et grands bourgeois. Éducation, tradition, valeurs, Paris, Plon.

Nora P. (1984), « Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux », in Nora P. (ed.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, t. I, La République, XVII-XLII.

Sagnes S. (1995), « De terre et de sang. La passion généalogique », Terrain, 25, p. 125-145.

Segalen M. & Michelat C. (1991), « L’amour de la généalogie », in coordonné par M. Segalen Jeux de Familles, Paris, Presses du CNRS, p. 193-208.

Segalen M. (1985), Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le Pays bigouden sud : 1720-1980, Paris, PUF.

Todorov N. (1970), La ville balkanique XVe-XIXe siècle, Sofia, Académie bulgare des sciences.

Zonabend F. (1980), La mémoire longue. Temps et histoire au village, PUF.

Zonabend F. (1986), « Mondes exotiques, regard ethnologique sur la parenté et la famille », in Burguière A. et al. (ed.), Histoire de la famille, Paris, Armand Colin, t. 1, p. 19-97.

Haut de page

Notes

1 La question de la mémoire généalogique a depuis longtemps trouvé sa place dans la thématique de l’anthropologie des sociétés à tradition orale, vu l’importance de cette mémoire pour leur reproduction sociale. Ce n’est que plus récemment que les travaux ethnologiques en Europe ont privilégié la recherche de la mémoire généalogique dans les communautés villageoises (Zonabend, 1980 ; Segalen, 1985 ; Jolas, 1990), dans le milieu urbain (Le Wita 1984), dans l’aristocratie (Mension-Rigau, 1994) et dans la bourgeoisie (Le Wita, 1988).
2 Il est question du village où nous avons mené une enquête de terrain de douze mois dans le cadre de notre thèse de doctorat commencée en automne 1996.
3 Voir sur ce sujet Le Wita (1984) et Segalen (1991).
4 Dans tous les cas des généalogies que nous avons repérés lors de nos recherches il est question de lignées descendantes. Ce qui varie c’est la façon dont les réalisateurs se représentent la lignée. Tandis que Veska place à la tête de son schème le couple des parents initiaux, puis leurs descendants, aussi bien filles que garçons, en excluant les parents par alliance, d’autres généalogistes dans le village ne retiennent à la base de la lignée que l’homme fondateur, ses descendants hommes avec leurs familles et femmes sans leur famille. Sur les différentes définitions de la lignée dans les sociétés paysannes européennes, voir Augustins (1989 : 122).
5 Pour une comparaison du phénomène en Europe et aux États-Unis, voir Coenen (1994).
6 Sauf une dernière partie du discours dédiée aux traits de caractère et aux qualités morales de certains membres de la lignée. Étant donné que le sujet de notre article concerne fondamentalement le lien entre la généalogie et l’histoire locale, il nous a paru peu utile de l’inclure dans cette présentation déjà assez étendue.
7 Coopérativno Promisleno Predprijatie : secteur industriel faisant partie de la coopérative de consommation villageoise, c’est-à-dire d’une coopérative qui gérait les activités commerciales et industrielles au sein du village.
8 Empereur byzantin (1185-1195), G. Castellan (1991 : 43-44).
9 Dynastie régnant lors du  deuxième royaume bulgare (1187-1241). Ibid.
10 Littéralement la « Ville impériale », désignation populaire en bulgare pour la ville de Constantinople à l'époque byzantine, de l’actuelle Istanbul.
11 Littéralement « la colline de l'infidèle » en langue turque.
12 Acte de se convertir à l'islam, ce qui dans les représentations populaires signifie devenir « Turc ».
13 Femme turque.
14 Dénomination des sujets chrétiens du Sultan au sein de l'Empire ottoman.
15 C'est-à-dire « la femme de Stratjo ». Dans la société bulgare traditionnelle, après le mariage, le prénom du mari substituait dans le langage quotidien celui de sa femme.
16 Selon St. Damianakos (1996), l’interpénétration de l’espace urbain et de l’espace rural est une des composantes de la modernisation du monde paysan grec. Son hypothèse nous paraît tout à fait valable également pour le cas bulgare. Loin d’être un phénomène réservé aux pays communistes balkaniques, le couplage ville-campagne serait plutôt propre à l’ensemble des sociétés du sud-est européen, en tenant compte, bien évidement, de ses différentes expressions dans chacune d’elles.
17 Ce phénomène est présent aussi de nos jours, il connaît même une intensification depuis 1990. Voir à ce propos l’analyse de Kaneff (1998).
18 Comme le remarque Bernard Lory, dans les pays balkaniques le phénomène de la diminution de la population rurale « n’est pas exceptionnel en soi, il a seulement été plus rapide et plus brutal qu’ailleurs en Europe » (1996 : 102). Voir aussi les données démographiques qu’il publie sur la question. Ibid. : 177-179.
19 Nous nous référons aux travaux de Sagnes (1995), Jolas et al. (1990), Segalen (1985) et Zonabend (1980). Sur la relation entre territorialité et communauté en général, voir Maurice Godelier (1984).
20 Voir Déyanova (1999), Grécova (1996), Déyanov (1995).
21 Sur la relation entre la fondation d’une généalogie et son installation, l’« enracinement » dans un territoire donné, voir Burgière, 1992 : 36.
22 Pour une présentation détaillée expliquant les mouvements des populations dans l’espace balkanique au sein de l’Empire ottoman voir Castellan, 1991 et Todorov, 1970.
23 Tandis que l’auteur sépare elle-même la première de la deuxième partie de son texte, c’est nous qui avons découpé cette troisième partie correspondant à un changement de sujet.
24 Sur le nombre des générations que peut couvrir la mémoire d’un individu par transmission orale, voir F. Héritier, 1981.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Angelidou, « « Qu’est-ce qui nous rassemble ici ? » », Strates [En ligne], 10  | 2001, mis en ligne le 11 janvier 2005, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/strates/50

Haut de page

Auteur

Alice Angelidou

Doctorante, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page