Navigation – Plan du site
4- Réflexions en hommage

Justice et territoire une réflexion à partir du cas brésilien

Bernard Bret

Texte intégral

1S’il est un thème classique de la géographie du Brésil qui mérite d’être revisité, c’est bien celui des inégalités régionales. Il est classique parce que, pour une discipline qui étudie la différenciation spatiale, le territoire brésilien offre un terrain d’observation d’une netteté peu commune. Dans ce pays émergent qui figure aujourd’hui parmi les grands exportateurs de produits industriels et qui compte avec São Paulo une métropole mondiale, l’extrême pauvreté touche partout une proportion importante de la population et marque durablement la région Nordeste. Il est à revisiter parce qu’il pose d’une façon éclairante le problème des relations qu’entretiennent les sciences humaines avec certaines notions qui ne ressortissent pas toujours au champ scientifique et qui, pour certaines, relèvent plutôt de l’éthique.

2Qu’il s’agisse d’économistes et de sociologues attentifs aux mécanismes des inégalités sociales, ou de géographes, plus sensibles aux inégalités spatiales, cherchant à comprendre comment les disparités socio-économiques s’expriment dans l’organisation du territoire et se nourrissent de cette organisation, une référence implicite est souvent présente dans leurs travaux à la notion de justice. On étudie l’inégalité en tenant comme allant de soi que l’égalité vaut mieux sur le plan social que l’inégalité. On étudie le développement en le tenant pour préférable au sous-développement sans qu’il soit jugé nécessaire de démontrer une pareille évidence. Bien entendu, une telle attitude est respectable et correspond à la sympathie que de nombreux chercheurs éprouvent à l’égard des victimes de cette inégalité. Mais le problème qui demeure entier est celui de la validité scientifique d’une telle posture. La préoccupation pour la justice est-elle un atout pour comprendre le fait social, ou peut-elle devenir un obstacle pour l’analyse ? Vaut-il mieux se départir de toute tentation de juger et observer les acteurs sociaux avec l’impartialité de l’entomologiste examinant les comportements des populations animales ?

3On comprend bien, certes, que deux domaines distincts existent. L’un relève du savoir et requiert une certaine distance entre l’observateur et l’objet d’étude. L’autre relève de l’action et implique l’engagement au nom de certaines valeurs. Mais on pressent aussi que les choses ne sont pas si simples et que le dédoublement du même individu entre celui qui cherche et celui qui agit conduit à des contorsions difficiles. Il existe en fait une autre manière de poser le problème. Pour la comprendre et voir qu’elle est plus productive, un rappel de terminologie peut aider, tant il est vrai que la façon de nommer les choses n’est jamais étrangère à l’idée que l’on s’en fait. C’est la situation latino-américaine qui a fait naître le mot de maldéveloppement : pourquoi introduire ce préfixe mal, sinon pour introduire explicitement une notion de valeur et dire dans le mot lui-même que ce développement est mauvais, un peu comme les médecins parlent de malformation pour décrire un organisme non conforme au modèle biologique. Mais la médecine n’est pas seulement un savoir, c’est aussi une technique qui cherche à guérir ; pour elle, parler de malformation est donc logiquement comparer un cas clinique à une norme fixée par la nature, et établir que la santé est préférable à la maladie entre logiquement dans sa démarche qui est à la fois de connaissance et d’intervention. Est-on fondé à faire de même dans les sciences humaines ? Est-ce ici légitime de parler de maldéveloppement, c’est-à-dire d’analyser une situation socio-économique en portant sur elle un jugement en référence à des valeurs éthiques ?

4Cette interrogation que tout chercheur en sciences sociales s’est un jour posée – du moins peut-on l’espérer – trouve un élément de réponse dans le fait que la notion de justice est un thème de la philosophie politique et constitue donc un critère recevable de compréhension des logiques sociales. Il ne s’agit pas de prendre parti pour les uns contre d’autres, de se départir du devoir de neutralité qui est le gage de la validité scientifique du discours. Mais il est possible de penser l’éthique et de retenir la notion de justice pour éclairer les faits sociaux et en appréhender la logique.

Le territoire est constitutif du lien social

La justice : une notion aux champs d’application multiples

5Si la notion de justice peut guider le raisonnement géographique, c’est parce que le territoire est lui-même considéré comme un élément du lien social. Étudier les rapports entre les hommes passe donc aussi par l’étude de leurs rapports respectifs à un espace partagé, disputé pour sa valeur économique et doté d’une charge symbolique.

6Parler de justice requiert de préciser les divers champs de validité de la notion. Le mot s’entend le plus immédiatement comme justice sociale. Il s’applique ainsi aux relations entre les hommes et désigne une certaine égalité (certaine, car l’égalité totale, à supposer qu’elle soit possible, n’est pas nécessairement une condition sine qua non d’un ordre social juste) dans leurs conditions de vie. La distribution de la richesse, patrimoine et revenu, en est le critère principal, mais aussi l’accès aux prestations touchant la santé, l’éducation, la culture.

7Cette affirmation se décline de multiples façons, s’enrichissant à chaque fois d’un contenu nouveau. Précision qui n’a pas encore fait totalement son chemin et dont on s’étonnera sans doute dans les siècles futurs qu’une telle évidence ait eu autant de mal à s’imposer : l’égalité entre les hommes et les femmes est une composante essentielle de la justice dans une humanité qui est masculine et féminine. On parle bien ici d’égalité pour distinguer cette donnée de toutes les autres et signifier que l’appartenance à un sexe plutôt qu’à l’autre ne doit pas être un facteur aggravant les inégalités qui peuvent exister entre les personnes pour d’autres raisons. Qu’il ne soit pas toujours facile d’isoler ce qui relève de la division sexuelle dans les situations réelles n’invalide pas la méthode, mais au contraire souligne la nécessité de disposer en la matière de principes simples et nets susceptibles d’éclairer des situations complexes. Toutefois, on doit s’interroger sur la dimension géographique de l’inégalité sociale ou entre les sexes. De tels faits, du moins certains d’entre eux, peuvent être mesurés et localisés. Est-ce à dire que leur approche relève d’une démarche géographique ? Cela demeure discutable tant qu’il s’agit seulement de cartographier les indicateurs statistiques : savoir où se produisent les faits, dans quel sens varient les gradients et où passent les lignes de fracture est bien entendu utile, mais c’est davantage une étape préalable à l’analyse géographique que l’analyse elle-même si le territoire est vu comme le support physique des faits sociaux décrits sans être incorporé dans un raisonnement explicatif.

8Le troisième champ d’application de la notion introduit la dimension du temps. On peut parler alors de justice intergénérationnelle. Chacun n’a qu’une vie et se sent donc concerné d’abord par ce qui se passe dans son époque et comporte des conséquences pour lui et ses descendants immédiats. Cette restriction de la réflexion à un temps court à l’échelle de l’humanité a longtemps occulté les injustices qui traversent les générations et qui tiennent aux décalages historiques entre les investissements, au sens le plus large du mot, et leur rentabilisation. Chaque génération hérite de ce qu’ont fait, en positif ou en négatif, les générations antérieures, et laisse un patrimoine naturel et culturel aux générations ultérieures. On verra plus loin comment ce très simple constat est productif pour penser l’accumulation primitive et la question environnementale.

9La justice entre les lieux n’est pas moins importante. Peut-être plus familière à qui s’occupe de géographie, elle ne prend sens que si elle englobe le fait humain, et c’est le terme de justice socio-spatiale, dû à Alain Reynaud1, qui exprime le mieux le phénomène. Comme il a été fait plus haut pour la division sexuelle, il convient d’écarter provisoirement du raisonnement les éléments extérieurs au facteur considéré et d’isoler ce qui relève du territoire dans ce qui est porteur d’inégalité entre les hommes. L’idée de justice, et d’injustice, socio-spatiale exprime alors le fait que la localisation peut favoriser indûment tel ou tel groupe, et que les relations qu’entretiennent les lieux interfèrent avec les relations qu’entretiennent les hommes.

La différenciation spatiale

10Il découle de ce qui précède que la différenciation spatiale, c’est-à-dire finalement ce dont s’occupe la géographie, offre un champ d’observation privilégié de la justice et de l’injustice. On laissera provisoirement en suspens la question de savoir si certaines inégalités sont admissibles et on notera que différenciation ne signifie pas inégalité… précaution de méthode qui met en place trois termes fondamentaux pour le sujet : différence, inégalité, injustice. Quand la différence devient-elle inégalité ? Quand l’inégalité devient-elle injustice ?

11Les configurations géographiques produites par les relations économiques et sociales sont connues. Le modèle centre-périphérie en offre une synthèse pertinente et constitue donc un outil efficace pour analyser les territoires. Les flux qui relient le centre, où s’accumulent les facteurs de production et les instances de pouvoir, et la périphérie, fournisseuse de biens, d’hommes, de capitaux, et destinataire de certaines retombées du centre, produisent une dissymétrie (sans cette dissymétrie, le modèle centre-périphérie traduir