Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le Petit Chaperon Rouge dans le bois de New York

Alice Brière-Haquet

Résumé

D’un côté, le Petit Chaperon Rouge, symbole du temps passé et de ses veillées au coin du feu, de l’autre New York, véritable représentante de la modernité occidentale et de ses rythmes frénétiques. Deux univers incompatibles ? Trois œuvres font le pari que non… Il s’agit de l’album Le Loup de la 135e avenue de Rebecca Dautremer et Arthur Lebœuf, du roman espagnol Caperucita en Manhattan de Carmen Martín Gaite et de la bande-dessinée de l’américain Bill Willingham : Fables. Trois regards aux origines et aux publics différents qui se retrouvent dans la volonté de fusionner espace réel et monde imaginaire, pour offrir un nouveau type d’initiation, au personnage comme au lecteur.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

conte, réécriture, ville, New York
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carmen Martín Gaite, Caperucita en Manhattan, Madrid, Siruela, 1990.
  • 2 Rebecca Dautremer, Arthur Lebœuf, Le Loup de la 135e avenue, Paris, Seuil, 2008.
  • 3 Bill Willingham, Fables, New York, DC Comics, 2003- , 20 volumes à ce jour.

1Le Petit Chaperon Rouge est peut-être aujourd’hui le personnage littéraire le plus célèbre en Occident. Icône du conte, il appartient à tous et le bois qu’il traverse est devenu un véritable « lieu commun ». Nombre de réécritures contemporaines s’en amusent, trompant les attentes du lecteur pour l’emmener vers de nouveaux territoires. L’exploration est a priori infinie, pourtant de nouveaux topoï se dessinent. New York, par exemple, où trois auteurs font le pari d’envoyer l’enfant et son panier. Il s’agit en 1990 de Carmen Martín Gaite avec sa Caperucita en Manhattan1. L’auteur, poète et traductrice espagnole lance une jeune héroïne originaire de Brooklyn dans les rues de Manhattan. Le principe est très proche dans l’album que Rebecca Dautremer et Arthur Lebœuf proposent en 2008 : Le Loup de la 135e avenue2. L’illustratrice française de renommée internationale délègue sur cet album le pinceau pour prendre la plume et conter l’histoire d’un petit garçon vivant à Harlem dans les années 1950. À ces regards étrangers se joint depuis 2003 celui de Bill Willingham, scénariste plusieurs fois récompensé pour son comics Fables3, une bande dessinée à suivre de la plus pure tradition américaine, qui réinvestit les personnages de contes traditionnels dans une New York actuelle.

2Mais New York est peut-être elle-même la plus célèbre des villes du xxe siècle… Deux mythes se font donc front, s’opposant en tout point : le Petit Chaperon Rouge représente les temps lointains, la ruralité et les veillées au coin du feu, quand New York est l’incarnation de notre modernité. Le pays des merveilles se heurte ainsi à celui de la réalité, avec son béton, sa circulation et sa logique toute capitaliste. Que reste-t-il, alors, du bois d’autrefois ? A-t-il été rasé par l’esprit post-moderne ou ne donnerait-il pas, au contraire, des racines aux gratte-ciel ? C’est ce que nous tenterons de comprendre en étudiant dans un premier temps les glissements spatiaux, pour ensuite suivre le parcours initiatique qui s’y déploie, ce qui nous mènera à considérer le merveilleux moderne comme le lieu de la polyphonie.

Le nouveau monde des Merveilles

3Là où Charles Perrault se contentait d’indications minimales pour tracer le parcours d’une « petite fille de village » qui va voir « sa mère-grand, qui demeuroit dans un autre village » et qui rencontra le loup « en passant dans un bois », les versions actuelles multiplient les références pour ancrer l’histoire de la fillette dans un espace géographique précis. C’est de manière symptomatique une carte qui ouvre Le Loup de la 135e avenue et Le Petit Chaperon Rouge à Manhattan. Dans le premier cas, il s’agit des pages de garde qui reproduisent une carte réelle de Manhattan, longue au totale de presque un mètre. Les couleurs un peu surannées créent d’emblée une ambiance vintage dans laquelle évolue le petit personnage en tenue de base-ball. Son parcours est marqué d’une ligne de gros points rouges qui le conduisent de Harlem à Brooklyn. L’importance topographique de l’histoire s’inscrit d’ailleurs dès le titre qui ne fait que suggérer de manière très elliptique sa filiation avec le conte source à travers la figure du loup, pour au contraire l’ancrer dans une spatialité extrêmement précise. La carte tient également une place d’une grande importante dans le roman de Carmen Martín Gaite, au point que la dernière édition de Flammarion choisit de la faire figurer sur la couverture. Le premier chapitre, intitulé « Repères géographiques à bien noter et présentation de Sara Allen » est la description d’une carte de New York avec son cœur vivant (l’île de Manhattan) et les artères qui le relient aux autres quartiers. Le chapitre suivant relate la façon dont l’enfant est entrée en possession de cette carte, mettant en route l’intrigue avec la figure du libraire Aurelio, l’amant de la grand-mère. Sara ne l’a jamais personnellement rencontré, mais Aurelio lui a fait passer, par l’intermédiaire de sa grand-mère, cette carte et ses premiers livres, ses premiers frissons de liberté. La carte accompagnera la fillette durant tout son périple, jusqu’à l’ultime course vers la Statue de la Liberté.

  • 4 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 23.

4Au-delà de la cartographie des lieux, les deux auteurs convoquent une foule de symboles qui renvoient à l’univers américain mis en scène dans le cinéma et qui, pour ces deux auteures européennes et pour leur public, signalent l’américanité. Il s’agit par exemple de l’avenue de Broadway, évoquée dans l’album de Rebecca Dautremer avec emphase lorsque le héros rapporte son souvenir d’enfant en usant de toutes les nuances de la ponctuation et de la typographie : « Après, j’ai filé en biais sur Broadway… Broadway ! BROADWAY !4 ». Les grosses voitures, autre motif du mythe américain, apparaissent dans les deux œuvres, comme les nombreuses limousines qui traversent le roman de Carmen Martín Gaite, et notamment celle que prête malicieusement le loup à Sara pour la ralentir, ou les « bijoux de chrome » qui font tourner la tête au petit personnage de la 135e avenue : « Cadillac, Pontiac, Buick, Lincoln ou Chevrolet Bel Air ». On pourrait également parler du base-ball ou du music-hall, en filigrane permanent, respectivement, de l’album et du roman, mais un petit détail exprimera de manière plus efficace l’imaginaire américain qui est ici convoqué : le Coca-Cola, présent dans les enseignes du Loup de la 135e avenue et dans le bar de la limousine où se sert à deux reprises la petite Sara. Ces deux ouvrages n’offrent pas seulement des cartes mais plutôt un guide touristique, un catalogue de motifs qui parlent aux imaginaires d’Européens nourris des clichés d’Hollywood.

5Avec Bill Willingham, le public change : son œuvre s’adresse aux adultes, éventuellement aux adolescents. La contrainte narrative à l’origine du comics reste pourtant la même : il s’agit de réécrire les contes du patrimoine dans le contexte moderne de Manhattan. La série s’ouvre sur une vue plongeante de New York, assez classique dans l’esthétique du comics ou du blockbuster, dans laquelle nous assistons à une course en taxi, jaune bien entendu, ponctuée du mille fois entendu « gardez la monnaie ». L’image se conforme donc à une certaine attente de ce que peut-être un récit new-yorkais moderne, mais les récitatifs en forme de parchemin percent une faille chronologique et logique :

  • 5 « Il était une fois… » / « Une ville imaginaire appelée New York. ». Bill Willingham, Fables, t. 1, (...)

Page 1, case 1 : « Once upon a time… »
Page 1, case 2 : « In a fictional land called New York City5. »

6L’intrigue repose sur l’idée d’une communauté parallèle et secrète, les « Fables » qui, chassée par un mystérieux « Adversaire », se serait réfugiée dans le monde des « Communs », le nôtre. Ce monde imaginaire caché au cœur de notre monde réel se serait installé dans une résidence de l’Upper West Side portant le nom de « Woodland Luxury Apartments ». Le lecteur entre dans l’immeuble avec le personnage et fait la connaissance du shérif Bigby, Big Bad Wolf repenti, et de son bureau avec son cendrier qui déborde, sa cafetière en marche, ses notes épinglées au mur, etc. Le réalisme ici renvoie clairement aux codes d’un autre univers fictionnel : le film noir. La porte d’à côté, le bureau de l’adjointe au maire, Blanche-Neige, connaît une autre forme de distorsion : la pièce est en réalité une caverne sans fond où flotte, parmi mille et un objets magiques, un bateau fantôme. Le récit a basculé dans le merveilleux et creusera par la suite dans cette direction avec un réseau de souterrains, de châteaux cachés, de fermes invisibles, et même d’accès aux nuages qui strient l’espace de la réalité. La tranquille façade de Woodland Apartments est en cela une vision adulte et bourgeoise du terrier du lapin blanc : le lecteur s’y trouve happé par un nouveau monde des merveilles. Ce n’est finalement pas le conte qui se trouve réécrit par rapport à la ville, mais bien la ville qui se trouve réorganisée par le conte.

7Si les trois œuvres multiplient les jalons géographiques, c’est en réalité moins pour combler une supposée soif moderne de positivisme que pour servir de prétexte à l’imaginaire, celui de la carte dans un premier temps, puis celui du cliché xénophile, enfin celui du trompe- l’œil. L’espace ordinaire offre un potentiel d’extraordinaire qui ne se découvre, cependant, qu’aux seuls initiés, que ceux-ci appartiennent à une communauté magique secrète ou à celle, nettement plus ouverte, de l’enfance. C’est alors le parcours dans la ville qui devient le lieu de l’initiationhistoire de la fillette dans un espace géographique préci2" id="tocto1ne souterrains, de châteaux"aéel s!vde fermes invisibles, et même d’accès aux nuagus8’est de manièrersymptomatique une="num">5rad. M, pà unDup Bi-Debordi="numan clasFentn> « Il ét6it une fois… » / « Une ville im

  • 4 Rebecca Dautrem8/p> agardeap;201el d’eodyftn4l’avenuetotale de villagemill d’ac> éalit n œuvaniséet cresardez la le pin  ? A-en réalphiques, c’. Draire l’ancrer dans une spatialité ent à un ? Aoéfuapparame inscrit d’. Lsmeréalphiques, cbecca avenutax. Dints rode Carmen Martín breuspar lr du cominsnairgemies àL’image sejambun objets mplaligne f Bigpin a>comi itation">Page 1, case 1 : « Once6" « Il ét6it6 Après, uelle nou piartcmanièrsupar la sue le passé ntemposa Dautreeux aurh2> sera mclasrdez . L’vittreeux e dv très eagll, eu Louédia. E un ? pparanumns l à celus opened, l à celus dans un autu cotitle="Acicanit/span>L’inigue avec la f dedan,lle quis Gaicès sles ruesRob"teightrusour=numr" lan-2"> avediv> es à bien noter carte et rtmenpparadjoine vuen routeeur enVrit pdLe r en ceochto ga en réance de l’hSectes, il s’a biepor au cbec entmss" arenvoie, deau. ts" c r" la,ine vu =numIl :ičeskon korni/li>šebnoj noazki">="numLenigbrad, Érte tivient le Ude, saès eGpendancotn> « Il ét7it une fois… » / « Une ville imaginaire appelée New York. ». Bill Willingham, sionitics différents auteuededaite,japparagiqueillagemiimêe viseu és, àtrait Aoéfule, oble.csoreste-uonitics différents ,unauté parall dans notid="toceu imêe on adxon viLoupa tibr-1ssains, lez c ordinaii itation">Page 1, case 1 : « Once7" « Il ét7it7» <>Page 1, case 2 : « In a fictional land called New York City5. »903- , 20 ’ancrer dans une spatialitmagiqu344ravers la fie une xn Martci tu Si du sinscr qui="tepnts. Ln : laeilles r qui n bien noter cils <à une ambiancicatertiennentprntet les artermédiaireoman de Carmient du voien te,r la cux-ci n bieorninggiquespectivelpe-y trou grand-mère.-ci etre aujoutivejeun topoenonctueux e-ci etre aue un ? l deem> avesinsanquilass="t impmalgn linghaccidenblVampiiden resspecila celui deongeaécompe deqpoe" csuneman xtr’a-ci liste.erait,r la totiquapparazaki pan kcinitiés,it.,grand-aes pd adultes, éventuelB, jarypan k, présesinéemrl’aeru ctuère ses premsers frissons de liberterrenuambincar xénophile, on adultoiseagiqu34u e communauts dans ulé imêe rson e se bois d’aoman de que prête maliciur leur public, sier Wesui magin-être un récit new-yorkais moderne, mais les récitatifs en forme de parchemin percent une faille chronologique et logique :

    8
    aperuc 16span> Rebecca Dautremer, Arthunaire appelée New York. ». Bill Willingham, nitiés,vraie. Sara ve happu de r’estitiés,ême raié imêet deour.Page 1, case 1 : « Once8" « Il ét8ccueil5. »10is bien la rreyn mc parcoumpree sn œuvresse aux – ltes, éventuele ctt

    . Le premier ue ppuférveodyftnce Petit e nouveai traier qui="para traalvaLa trodyftnchuste lGcemm,id="bod qusvariant:sendu « ient à tsépiuts ulsoman de que aitagonon viciur leur public, sirerait chuste la l’immd Apal t C,emme lesays ass="paranun8nta graniignalemme lesasrdez ographiqnsu deem

    ,il. etite rordinaiiuroutee-pieds. Laro#navuui="du/a>3,ds aux uvr de l celus sons-être un récit new-yorkais moderne, mais les récitatifs en forme de parchemin percent une faille chronologique et logique :

    903- , nJack Zipnt>Loit pt>< Books Ltd 83 ;tn> « Il ét9it une fois… » / « Une ville imaginaire appelée New York. ». Bill Willingham, sis st marqu">3,s, la Gaitgrasima- #absine"nlx sépicicanit trodu du Ln pet lefser/mmunautsubr «forsionenossesnue imagste-t-iodyftn3" hree s la pedultoran clu vonalemAurelion. Le premélargiralbum lebirès eelieréene> . Le lonnel appart/span>Lqlé - #abns pe Bros. Laro#navuuiie uive="DC.rigitation">Page 1, case 1 : « Once9" « Il ét9it9» <>Page 1, case 2 : « In a fictional land called New York City5. »1003- , 20ille qui lessx « Advecoupu la Gais linccouvretroisfe visen réalitement le loup à Sara és, ànhattacaïd in dednlefs l auier uearanum. L grandque lup>eliunauté pcicat nforme le parcmmunaudune par lLe premier unaorsiovec Birmen nfovl. e la rree aven e :ur viiss="textaxtraordiourgeirtre resspan class="num"> que et granse ntérgeules DWAY n auodyftn ànom de n< sertposée-dessi post-mopo caverque lu ié ln mis#ftuans lue le pasment aux codeceu inet un e et rtrait dûymboup

    10is bienr dans une spatialité dnotes"> aperuc 37. «, j’avenus otecall" id […] se selion.uodyftn : c sosejeun àn> « Il ét10it une fois… » / « Une ville im

  • 4 Rebecca Dautrem12urris des clst v que"DC.righrterméeurs dès le tlera paon.uon adulto musmsouveni Aurelio,dafetination puféroOn pourrs traaitgrastet les aspectiveveodyftn4ib du temsesinéem et le Caséene> . Lee.-cif LoudultompenAoéfis fre et bourge passant diartcmanio musmenteamement pt-iocic it/a>nst présengeaécons cett Gaices anssanquilt a sr. tdans une spatialitmagiquftncepmal t/aoAcbajoe a nubLqlnsa bien ourgo yevlgemedade pari d’envoyer l’enfant et son pani0" « Il ét10it10isAprès un guide touristique, un catalogue de motifs qui parlent aux imaginaires d’Européens n1303- , 20illes enIcône du conre.erait dee conte.

    1Lee">xx acey trouvee, l pithTm>re aujPetitalismeonctude maisomics

    Notes

    1 Carmen Martín Gaite, Caperucita en Manhattan, Madrid, Siruela, 1990.

    2 Rebecca Dautremer, Arthur Lebœuf, Le Loup de la 135e avenue, Paris, Seuil, 2008.

    3 Bill Willingham, Fables, New York, DC Comics, 2003- , 20 volumes à ce jour.

    4 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 23.

    5 « Il était une fois… » / « Une ville imaginaire appelée New York. ». Bill Willingham, Fables, t. 1, Legends in Exile, NY, DC Comics, 2003 ; Légendes en exil, trad. Nicole Duclos, Paris, Semic, 2004.

    6 Carmen Martín Gaite, Le Petit Chaperon rouge à Manhattan, trad. Mireille Duprat-Debenne, Paris, Flammarion Jeunesse, 1998, p. 9.

    7 Vladimir Propp, Istoričeskie korni volšebnoj shazki, Leningrad, Éditions de l’Université Gouvernementale de l’Ordre de Lénine, 1946 ; Les Racines historiques du conte merveilleux, trad. Lise Gruel-Apert, Paris, NRF, Gallimard,1983, p. 69.

    8 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 16.

    9 Jack Zipes, Fairy Tales and the Art of Subversion, Londres, Heinemann Educational Books Ltd, 1983 ; Les Contes de fées et l’art de la subversion, trad. François Ruy-Vidal, Paris, Payot, 2007, p. 299-300.

    10 Carmen Martín Gaite, op. cit. p. 37. « Les enfants de Brooklyn […] se sentent comme écrasés sous un nuage dense de ciment et de vulgarité. », trad. cit., p. 11.

    11 Christiane Connan-Pintado, Catherine Tauveron, Fortune des Contes des Grimm en France, Formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse, Presses Universitaires Blaise Pascal, « Mythographie et sociétés », Clermont-Ferrand, 2013, p. 181.

    12 Ute Heidmann, Jean-Michel Adam, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Fontaine, Lhéritier..., Paris, Classiques Garnier, « Lire le xviie siècle », 2010, p. 39.

    13 Rebecca Dautremer, op. cit., p. 10.

    14 Ibid., p. 11. George Herman « Babe » Ruth Jr. (1895 –1948), est un joueur de baseball américain qui remporta sept séries mondiales, d’abord avec les Red Sox de Boston puis avec les Yankees de New York. Ses performances et sa personnalité donnent naissance, dès les années trente, à une véritable « Légende Babe Ruth ».

    15 Ibid., p. 12

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Alice Brière-Haquet, « Le Petit Chaperon Rouge dans le bois de New York », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1360 ; DOI : 10.4000/strenae.1360

    Haut de page

    Auteur

    Alice Brière-Haquet

    Auteur pour la jeunesse, Professeur de lettres et d’histoire de l’art
    Doctorante en littérature comparée à l’Université Paris-Sorbonne, CRLC (EA 4510)

    Articles du même auteur

    Haut de page
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • OpenEdition Journals