Navigation – Plan du site
Varia

Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire

Frédérique Lemarchant

Résumé

Créée dans les années 1950 par l’éditeur Nathan, la collection « Enfants du monde » a fait connaître le travail photographique de Dominique Darbois. Cet article examine, à partir du premier titre paru, comment le traitement de la photographie, la maquette des albums et le rapport texte/image rapprochent ces livres documentaires de l’album de fiction. Nous verrons notamment comment les photographies du personnage principal favorisent l’identification du jeune lecteur, mécanisme déterminant dans la réception des œuvres de littérature jeunesse.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

années 1950-1970
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir en annexe la structure de la collection.
  • 2 MAZIERE, Francis, Fantastique île de Pâques, Robert Laffont, 1965.

1La collection « Enfants du monde » comprend une vingtaine de titres publiés de 1952 à 1975 par les éditions Nathan à destination de jeunes lecteurs1. Tous sont illustrés de photographies en noir et blanc de Dominique Darbois (sauf quatre, dont les photographies sont signées de Francis Mazière, ethnologue et explorateur, auteur, notamment, de Fantastique île de Pâques2). Une des particularités de ces livres est le soin apporté à la mise en page : les photographies sont détourées et incluses dans une mosaïque de couleurs vives, des lettres décorées ouvrent chaque chapitre aux textes simples et explicatifs.

2Notre étude s’appuie sur le premier titre de la collection : Parana le petit indien. Le texte est de Francis Mazière. À travers ses photographies, Dominique Darbois présente le quotidien d’un jeune indien d’Amazonie. Parana a quatre ans, il est toujours accompagné de son petit chien Awap. On le suit avec ses amis, ses parents, dans son village au bord de la rivière. Une vie joyeuse, simple, rythmée par les jeux et les premiers apprentissages de la vie. Étudier le titre inaugural d’une collection permet d’observer la mise en place des choix éditoriaux en termes de maquette, de rapports texte/photographie, de narration et de structure des futurs albums. La comparaison avec un titre paru six ans plus tard, en 1958, Achouna le petit esquimau (texte et photographies de Dominique Darbois), confirmera ces premières observations ou fera au contraire apparaître quelques évolutions.

3Il s’agit d’observer dans cette étude comment les auteurs s’y prennent pour décrire la vie quotidienne d’un enfant d’un pays totalement inconnu de leur jeune destinataire. Nous nous attacherons à montrer comment les photographies servent ce projet, et avec quelles limites. Nos hypothèses sont que les auteurs vont chercher à assurer d’une part une identification forte du lecteur au jeune étranger qui lui est présenté, d’autre part que le traitement de la photographie dans la maquette du livre va tendre à rapprocher celle-ci le plus possible de l’illustration. Nous nous demanderons enfin si l’album se maintient dans un univers exclusivement référentiel et objectif, ce que l’on attend en général d’un documentaire illustré de photographies, ou si l’ouvrage met en jeu des mécanismes propres et complexes de réception, proches par exemple de l’album de fiction pour la jeunesse.

La collection « Enfants du monde »

4Resituer ce programme éditorial dans le contexte artistique et intellectuel de son époque de création permet de faire émerger une figure de photographe humaniste et engagée dans un projet culturel à destination des enfants.

Brève biographie de Dominique Darbois3

  • 3 On trouve une notice bibliographique plus complète sur le site de « Radio Grandpapier » à l’adresse (...)
  • 4 COCTEAU, Jean, COLIN-SIMARD, Jean-Claude (éd.), DARBOIS, Dominique (phot.) Gide vivant. Amiot-Dumon (...)
  • 5 DARBOIS, Dominique et VIGNEAU, Philippe, Les Algériens en guerre, Feltrinelli, 1961.
  • 6 DARBOIS, Dominique et AMROUCHE, Pierre, Terre d’enfants, Éd. Xavier Barral, 2004.
  • 7 DARBOIS, Dominique, Afrique, terre de femmes, Ides et Calendes, 2004.
  • 8 DARBOIS, Dominique et AMROUCHE, Pierre, Afrique terre ancestrale, Culturesfrance, 2007.
  • 9 Voir à ce sujet l’article de Françoise Denoyelle sur le blog de Michel Puech (Médiapart), à l’adres (...)

5Dominique Darbois est née Dominique Stern le 5 avril 1925 à Paris. Résistante pendant la seconde guerre mondiale, elle est arrêtée et emprisonnée à Drancy pendant deux ans. Elle reçoit la médaille de la Résistance et la croix de guerre en 1944. Après s’être engagée dans des activités militaires en France et au Tonkin, elle devient l’assistante du photographe Pierre Jahan en 1946 tout en suivant les cours de l’École du Louvre en auditrice libre, avant de commencer une carrière de photographe pour différents magazines français et étrangers (Connaissance des arts, Courrier de l’Unesco, Jeune Afrique, etc.) C’est alors qu’elle parcourt le monde avec son appareil photo. Elle est membre en 1951-1952 de l’expédition « Guyane Tumuc-Humac ». Elle en rapporte les photographies qu’elle utilisera dans Parana le petit indien. En 1952, elle signe les photographies d’un livre consacré à André Gide : ce seront les dernières photographies de Gide vivant4. Elle publie, entre autres, en 1960 Les Algériens en guerre5, Terre d'enfants6 et Afrique, terre de femmes7 en 2004, Afrique, terre ancestrale8 en 2007. Elle est décédée le 7 septembre 20149.

Contexte artistique et éditorial de création

  • 10 BEAUMONT-MAILLET, Laure, « Cette photographie qu’on appelle humaniste », dans La photographie human (...)
  • 11 Flash sur les livres de photographie pour enfants des années 1920 à nos jours, Bibliothèque de la J (...)

6Dominique Darbois est généralement présentée comme appartenant au courant de la « photographie humaniste. » Rappelons que celui-ci s’est développé en France, en liaison étroite avec l’essor de la presse illustrée, dès les années 1930, avec des photographes tels que Brassaï ou Cartier-Bresson, et a perduré jusqu’à la fin des années 1960, porté par des artistes comme Doisneau ou Ronis. Ce mouvement se caractérise par une approche de la photographie qui « privilégie la personne humaine, sa dignité, sa relation avec son milieu10 ». L’exposition The Family of Man, élaborée en 1955 par Edward Steichen pour le département photographique du MoMa de New York, constitue un des moments forts de ce mouvement artistique. Le contexte international de l’après-guerre et une volonté d’éviter à tout prix de nouveaux conflits expliquent l’attention de ces photographes à l’unité du genre humain au-delà des frontières et des diversités apparentes. Deux des caractéristiques communes à ces photographes humanistes sont l’usage quasi exclusif du noir et blanc, considéré comme laissant plus de place à l’imagination, et le fait d’avoir beaucoup travaillé pour l’édition. C’est ainsi qu’une partie importante du travail photographique de Dominique Darbois nous est livrée à travers la vingtaine de titres publiés dans la collection « Enfants du monde ». La photographe résume elle-même la philosophie qui guida l’élaboration de ces albums : « Tous divers, ils se ressemblent, s’enrichissant – et nous enrichissant de leurs différences. Un petit indien d’Amazonie ouvre le ban en 1952, rejoint, au fil des années, par un Africain, un Esquimau, un Mexicain, une Japonaise… Après tout ce temps passé à explorer les lieux et les humains, j’espère avoir réussi à transmettre ma conviction que ce monde, dans sa diversité et sa complexité, est un : le nôtre, notre monde à tous11 ».

  • 12 PERRIN, Raymond, Un siècle de fictions pour les 8 à 15 ans à travers les romans, les contes, les al (...)
  • 13 Ibid.

7La conjonction de quatre données explique la naissance de cette collection.
La première est la nécessité d’ouvrir les jeunes lecteurs à d’autres modes de vie et à des cultures non occidentales. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’édition pour la jeunesse porte une volonté d’éduquer le « sens international des enfants12 ». En effet, avec le développement des moyens de transport et donc des voyages, les pays se rapprochent et les éditeurs ont pour préoccupation de faire découvrir aux enfants des pays et des modes de vie qu’ils verront peut-être eux-mêmes un jour. Il s’agit aussi de développer chez les jeunes générations, dans le souci d’éviter que ne se reproduise la catastrophe de la dernière guerre, « la connaissance et la compréhension des autres, et d’encourager la bonne entente avec ceux qui vivent en dehors de nos frontières13 ».

8La deuxième est l’importance de l’avancée scientifique dans les domaines de l’ethnologie et de l’anthropologie. Claude Lévi-Strauss publie en 1955 Tristes tropiques chez Plon dans la collection « Terre humaine ».

9La troisième est le développement de l’édition pour la jeunesse, lié aux évolutions techniques de l’impression, et notamment celui de l’album illustré, utilisant soit des photographies soit des dessins, insérés le plus souvent dans une narration. En ce qui concerne les albums illustrés par des photographies, citons deux exemples célèbres : 85 chats, publié en 1952 par Gallimard (photographies d’Ylla), ou 1, 2, 3, 4, 5 compter en s’amusant, publié en 1955 par la Guilde du livre (photographies de Robert Doisneau).

  • 14 DURAND, Marion et BERTRAND, Gérard, L’image dans le livre pour enfants, L’École des loisirs, 1975, (...)

10Enfin, les années 1950-1960 connaissent un essor du livre documentaire en général dans lequel la photographie devient incontournable, en noir et blanc d’abord puis en couleurs. Dès 1947, par exemple, l’Atelier du Père Castor, la maison d’édition de Paul Faucher, crée la collection « le Montreur d’images ». Celle-ci propose des photographies pour initier les jeunes lecteurs à la nature et à la démarche scientifique en les incitant à observer, à comparer plusieurs images et en tirer eux-mêmes leurs conclusions. La photographie, en phase avec les progrès techniques et la conception de la modernité, devient le mode d’illustration normal des ouvrages documentaires. Le documentaire pour la jeunesse va, lui aussi, suivre cette orientation, malgré les critiques formulées en 1975 par Marion Durand et Gérard Bertrand qui reprochent à l’illustration photographique son manque de lisibilité pour le jeune lecteur : « Confiez des photographies à de jeunes enfants. Vous ne tarderez pas à les voir découper ou cerner les contours des figures de chaque photographie afin de redonner à celle-ci toute la netteté, toute la lisibilité d’une silhouette dessinée14 ». La collection « Enfants du monde » s’inscrit dans ce contexte, tout en utilisant des ressorts créatifs propres à l’album fictionnel.

Un personnage auquel l’enfant peut s’identifier

  • 15 NIÈRES-CHEVREL, Isabelle, Introduction à la littérature de jeunesse, Didier, 2009, p. 163.

11La ligne éditoriale de la collection consiste à présenter le mode de vie d’un enfant dans son milieu naturel et social. Celui-ci est généralement très éloigné de l’univers référentiel du jeune lecteur. Mais les choix narratifs et le traitement de la photographie s’attachent à faire de l’enfant mis en scène un véritable personnage motivant la lecture. En effet, l’identification possible à un héros proche de soi est une des caractéristiques des récits à destination de la jeunesse, comme le rappelle Isabelle Nières-Chevrel : « La meilleure manière de capter l’attention de l’enfant lecteur, c’est encore de parler de lui, de le mettre en scène dans sa vie quotidienne par héros interposé15 ».

Un album structuré par l’espace-temps d’une journée

12Le livre comporte 50 pages hors couverture et pages de garde. La première de couverture, de couleur jaune, présente Parana, le jeune indien : son nom est imprimé en gros caractères dans un lettrage dont la calligraphie suggère à l’imagination du lecteur une écriture autochtone. Une photographie détourée nous montre le buste du jeune garçon de profil accompagné de son petit chien auquel il fait un baiser. Un effet de symétrie entre les deux personnages affirme leur complicité. Le petit chien sera tout au long du livre une sorte de double de Parana, présent quasiment sur toutes les photographies.

13On note ici l’installation d’un motif récurrent (le double sous forme d’animal familier) dans l’édition pour la jeunesse, qu’il s’agisse de livres pour les enfants ou les adolescents (Milou et Tintin, Dagobert et Claude du Club des cinq). De même la calligraphie particulière du titre de couverture sera reprise, dans tout l’album, à l’ouverture de chaque paragraphe, sous la forme d’une lettrine de couleur. Ce procédé restera présent dans tous les titres de la collection, le lettrage variant en fonction du pays évoqué. Le début de l’histoire est précédé d’un texte introductif (p. 3) de Francis Mazière qui nomme le lieu du récit (la forêt vierge), le peuple dont il est question (les Indiens d’Amazonie) et explique les circonstances de la rencontre avec Parana dont il précise l’âge, sans oublier de donner le nom de son petit chien, Awap.

14L’album s’ouvre sur une double page (pages 4-5). Une photographie panoramique du village où vit Parana sert d’arrière-plan à une photo en pied de celui-ci, de trois-quarts face, une lance à la main. Le décor est planté. La page 5 zoome sur le village lui-même avec une photographie à l’atmosphère brumeuse qui évoque le petit matin. Cette image a pour pendant la photographie de la page 47, non loin de la fin du livre, prise cette fois à la tombée de la nuit. Ainsi l’histoire commence au réveil de Parana et se termine à son coucher. Les pages 7 et 48 se font elles aussi écho, mais de façon inversée : sur la première, en « belle page », le soleil va réveiller le petit indien ; sur la seconde, en page de gauche, le coucher du soleil marque le début de sa nuit de sommeil et la fin de l’histoire.

Parana le petit indien, p. 4.

15La photographie, qui clôt l’histoire, est une vue panoramique du coucher du soleil sur la rivière (p. 50). L’extrémité droite du hamac de Parana, photographie détourée, vient se superposer sur le coucher de soleil.

Parana le petit indien, p. 49.

16Cinq grandes photographies en pleine page, sans texte et situées (à une exception) en « belle page » rythment l’album. La première (p. 9) revient sur la présentation de Parana et sur sa relation forte avec son petit animal : la photo détourée est prise de face (en plan américain) et posée sur un fond noir en légère contre-plongée.

Parana le petit indien, p. 9.

17Ainsi présenté, et coupé de son univers de référence, ce portrait d’un enfant de quatre ans acquiert une valeur universelle, permettant ainsi au lecteur une identification plus facile à Parana, qui accède peu à peu au statut de personnage.

18Les autres illustrations en pleine page reposent elles aussi sur le montage d’une photographie détourée et collée sur un fond neutre ou sur un paysage naturel. Elles sont consacrées à des moments ou des lieux fondateurs de la vie du petit indien : la rivière, la forêt vierge, la toilette avec sa mère, l’apprentissage de la chasse avec son père, le concours de tir à l’arc avec ses copains, le coucher de son petit chien dans le hamac (qui précède son propre coucher).

19Les pages centrales (pp. 21-29) racontent l’initiation à la chasse de Parana avec son père. La place centrale, au sens propre du terme, accordée à cette activité en souligne l’importance pour la vie future du petit garçon. Autour d’elles s’articulent les autres moments de sa vie quotidienne : les jeux avec des petits animaux ou avec des copains, la vie de famille avec les repas et les moments de détente, le sommeil.

Des photographies détourées dans une maquette dynamique

20Quelques photographies sont reproduites sans détourage ou collage. Ce sont généralement des vues paysagères ou des photographies du personnage principal ou de sa famille dans leur environnement (hutte, forêt). Mais le recours au photomontage est caractéristique de cet album, et de ceux qui suivront. La plupart des photographies de Parana ou des autres protagonistes de l’histoire sont détourées puis posées sur un fond neutre ou insérées sur une photographie de paysage naturel.

Parana le petit indien, p. 19.

Parana le petit indien, p. 4.

21En fait, la photographie est traitée de manière à s’apparenter à l’illustration graphique. Les personnages sont mis en valeur par le détourage qui recrée en quelque sorte le trait graphique absent sur une photographie.

22Un des points remarquables de l’album tient là aussi à l’extrême inventivité de la maquette et à l’utilisation moderne de la double page qui le rapproche de l’usage créatif que l’on trouve dans l’album de fiction. La mise en page varie d’une page à la suivante. Tantôt la photographie se situe en haut de la page et le texte en dessous, ou l’inverse, tantôt le texte s’insère dans la photographie pleine page, tantôt il se trouve sur la page qui lui fait face. On trouve aussi bien des compositions comportant trois photographies sur une même page, alternant avec des blocs de texte, que des pages comportant une photo découpée, entourée par le texte, ou des pleines pages de photographies. Souvent, la photographie de la page de gauche empiète sur celle de droite, ou l’inverse, reléguant le texte en extrémité de double page.

Parana le petit indien, p. 42-43.

  • 16 SMET, Catherine de, « La photographie illustrée : les « Enfants du monde » de Dominique Darbois », (...)

23Enfin, l’aspect le plus caractéristique de cet album est l’insertion des photographies et du texte dans une maquette graphique très efficace qui joue sur trois éléments : la présence des lettrines de couleur dont il a déjà été fait mention ; la ponctuation par des aplats de couleur qui jouent avec la tonalité noire et blanche de l’ensemble (par exemple page 11, l’ombre rouge de Parana) ; enfin l’introduction, en plus des lettrines, d’un motif graphique de couleur rouge qui sert de fil conducteur à l’ensemble de la mise en page. Il s’agit dans cet album des lianes de la forêt amazonienne. On a souligné que le milieu de vie du jeune indien est précisément décrit et mis en valeur, particulièrement la forêt à laquelle plusieurs pages sont consacrées. On trouve notamment page 23 un gros plan de lianes inextricablement liées entre elles. Ces lianes, on les retrouve sur la double page 30-31, complétées en quelque sorte par des doubles graphiques de couleur rouge qui structurent la composition. Cet ensemble de procédés, que l’on va retrouver tout au long de la collection, Catherine de Smet16 le définit comme de la « photographie illustrée ». Elle désigne ainsi l’ensemble des interventions plastiques dans la maquette de chaque volume : recadrage et découpe de photographies, insertion d’aplats figuratifs ou abstraits qui ont pour objectif, toujours d’après Catherine de Smet, de rapprocher l’illustration photographique du dessin. On peut aussi supposer que les auteurs de la collection « Enfants du monde » ont ainsi cherché à compenser le manque de continuité dans le récit généré par le procédé photographique et à relier par le graphisme une succession d’instants autonomes les uns par rapport aux autres.

Parana, le petit indien, p. 30-31

  • 17 BARTHES, Roland, La Chambre claire : note sur la photographie, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1980. Col (...)

24Roland Barthes, en effet, signale cette « immobilisation du temps » propre à la photographie qu’il qualifie de « sans avenir », contrairement au cinéma. « En elle aucune protension […] c’est là son pathétique, sa mélancolie » ajoute-t-il17. La pose photographique isole une séquence temporelle et en immobilise les acteurs. D’où, probablement, le besoin de redonner du mouvement et de la vie au récit photographique grâce à l’insertion d’éléments graphiques.

  • 18 DARBOIS, Dominique, Achouna le petit esquimau, Nathan, coll. « Enfants du monde », 1958.

25Cette façon de faire, sorte de marque de fabrique d’« Enfants du monde », va s’amplifier au fil des parutions, au fur et à mesure que s’affine le concept de cette collection. On peut donner pour exemple, une double page d’Achouna le petit esquimau18, publié en 1958, dont le texte et les photographies sont de Dominique Darbois, et la maquette toujours de Pierre Pothier

Achouna, le petit esquimau, p. 32-33

26Dans cet album qui retrace la vie quotidienne d’un jeune esquimau, c’est la couleur bleue qui est privilégiée. L’élément graphique récurrent est un gros flocon de neige bleu qui sert de fil conducteur au récit. Sur cette double page, les photographies des étapes successives de la construction de l’habitation sont découpées et collées sur une forme d’igloo bleue, elle-même posée en double page sur une vue panoramique du paysage enneigé.

27Enfin, accompagnant cette volonté de rapprocher la photographie de l’illustration graphique, et de donner plus de linéarité à la narration iconique, le texte joue sur des procédés empruntés à la fiction, motivant la lecture par une présence aidante du narrateur et favorisant l’identification au personnage principal.

Entre récit subjectif et information objective

28Un ouvrage documentaire a pour objectif principal de transmettre des informations réputées véridiques, fiables et objectives. Cette posture n’est pas toujours aisée à maintenir dans le documentaire pour la jeunesse qui doit médiatiser les contenus de façon attrayante et susciter chez l’enfant le désir de lecture. Dans la collection « Enfants du monde », les auteurs vont favoriser l’identification au personnage principal de chaque titre et maintenir l’intérêt du lecteur en entremêlant efficacement récit textuel et récit iconique.

Une complémentarité du rapport texte/image

29Dans ce premier album de la collection, Francis Mazière, l’auteur du texte, s’installe d’emblée comme un narrateur omniscient. Il présente le récit qui va suivre comme une histoire vraie, la narration d’une aventure personnelle. Dès sa préface, il cherche à se rapprocher du jeune lecteur : « Souvent, à l’école, je rêvais de vivre dans la forêt et de connaître les indiens… ». Il introduit une certaine charge sentimentale : « Souvent je suis triste de ne plus le revoir. Alors je raconte son histoire… ». Le texte va tout au long de l’album assumer deux rôles : celui de préciser, nommer des éléments que les photographies ne permettent pas d’identifier clairement ou de comprendre, notamment en exprimant les sentiments de Parana ou du narrateur ; celui de fournir des informations exactes sur la vie quotidienne du jeune Indien dans son milieu. Dans les pages 12 et 13, le lecteur découvre le jeune Indien en compagnie d’un autre petit animal que l’on peine à identifier d’emblée tandis que l’expression de Parana sur la photographie ne nous donne guère d’indices sur ce qui se passe réellement.

Parana, le petit indien, p. 13.

30C’est donc le texte qui précise : « Mais Parana avait un autre grand ami. C’était Yali, le petit singe, et il l’aimait beaucoup, beaucoup… Ce qu’il était drôle, Yali, avec ces yeux tout ronds et toujours aux aguets, dans la petite maison que Parana lui avait construite dans un gros fruit de la forêt ! » Le texte sert ici à identifier l’autre petit animal et la nature de sa relation avec le jeune indien. Le narrateur intervient aussi directement dans le récit en signalant la drôlerie du petit singe ; il interprète de fait la photographie que le jeune lecteur pourrait éprouver quelques difficultés à comprendre, en raison de son manque de netteté et d’une certaine impassibilité du visage de Parana.

31Ce mode d’explicitation est récurrent dans l’album. Le récit, à l’imparfait, raconte la vie quotidienne du héros, nomme et précise les protagonistes et les objets. Mais aussi, par les interventions directes du narrateur, il définit les sentiments, compensant la difficulté de repérer sur les photographies l’expression de la joie, du plaisir, de la fierté. Par exemple « Comme il était gentil le petit Parana » (p. 8) ; « Parana et Awap attendaient alors joyeusement le départ pour la chasse » (p. 21) ; « Il fallait voir comme Parana était fier quand il arrivait et qu’il retrouvait tous ces amis qui jouaient dans les abatis » (p. 29). Il semble que Dominique Darbois se soit interdit dans ses prises de vue de faire poser ses sujets et qu’au contraire elle ait privilégié le naturel de l’expression dans le respect des différences culturelles. Dans le montage de l’album, le texte vient compenser la relative impassibilité des visages et assure presque totalement l’expression des sentiments.

32On constate également, dans ce récit à l’imparfait, d’assez fréquentes intrusions du narrateur au présent de l’indicatif, pour délivrer les informations documentaires. Par exemple : « Avant d’arriver à la lisère de la grande forêt, Parana et Awap devaient traverser les abatis d’arbres. C’est là que les indiens plantent le manioc et les bananiers. C’est là aussi qu’ils trouvent le bois qui sert à faire le feu… » (p. 24). Il s’agit bien de satisfaire à la dimension documentaire de cette collection d’albums, mais en se servant d’une narration dans laquelle récit subjectif et information objective sont sans cesse imbriqués. C’est une autre des grandes caractéristiques de cette série.

  • 19 DARBOIS, Dominique, op. cit.

33On retrouve ce procédé dans Achouna le petit esquimau19, publié huit ans plus tard et dont Dominique Darbois est à la fois l’auteur du texte et des photographies. Il n’y a pas de préface cette fois, mais dès les premières phrases, on apprend que l’auteur a réellement rencontré le jeune Esquimau et que c’est cette expérience de vie qu’elle rapporte : « C’est au printemps que je suis allée chasser le phoque avec Achouna » (p. 4). Un peu plus loin, les sentiments du petit esquimau sont rapportés par la voix de la narratrice : « Achouna est heureux. Il aime son pays, il le connaît et n’a jamais peur ». En même temps sont délivrées des informations scientifiques : « L’hiver, l’obscurité dure vingt-quatre heures, il ne fait jamais jour, tandis que l’été le soleil brille pendant quatre mois sans se coucher. »

34Enfin, on remarque parfois un léger décalage chronologique entre l’information donnée par l’image et celle délivrée par le texte. Ainsi, il faut attendre la page 18 pour connaître la couleur de la peau de Parana et avoir des explications sur sa tenue vestimentaire et les bijoux qu’il porte. De même, ce n’est qu’en page 21 que l’on comprend à quoi sert la lance que le jeune indien tient à la main dès la page 2. Le texte assume donc un effet de retardement et de dévoilement progressif des informations, introduisant ainsi un certain suspense dans la lecture.

  • 20 BARTHES, Roland, op. cit., p. 139.

35Ce récit, rédigé entièrement à l’imparfait, a des accents nostalgiques, qui accompagnent et amplifient le récit porté par les photographies, témoins d’instants passés, qui ont eu lieu et n’adviendront plus jamais. Comme le souligne Roland Barthes, « la photographie dit seulement et à coup sûr ce qui a été20. » Ce double rapport avec la réalité et le passé est pour lui « l’essence même de la photographie. » Cette capacité de témoigner de l’existence de quelque chose ou de quelqu’un qui a pu disparaître entre le moment de la pose et celui du regard du spectateur confère à la photographie une nostalgie assez mortifère. De fait, il se dégage une profonde mélancolie du subtil mélange du texte et de la photographie dans Parana le petit indien. C’est probablement pourquoi Francis Mazière intervient à nouveau à la page 49 du livre pour assurer une certaine éternité au petit paradis terrestre qu’il vient de décrire : « La lune brillait sur la rivière et dans la grande forêt, là où je sais que Parana est encore libre ». Il s’agit en quelque sorte pour l’auteur de conjurer le destin prévisible du peuple de son petit héros, et l’expression « encore libre » évoque plus une survie qu’une pérennité de ce mode de vie traditionnel.

Une focalisation interne

36On peut noter pour finir un jeu de focalisation qui épouse le regard du jeune lecteur. Très souvent, Parana est photographié de dos, regardant le paysage ou d’autres personnages de la scène. Le lecteur voit donc les mêmes choses que lui, ce qui participe à la mise en place de l’identification au personnage. La photographie la plus significative à cet égard est celle qui montre les deux petits amis de Parana en train de contempler le Père racontant une histoire à son fils sur ses genoux. Il y a là un effet de miroir pour le jeune lecteur, à qui peut-être un parent est en train de lire l’album.

Parana, le petit indien, p. 5.

  • 21 DURAND, Marion et BERTRAND, Gérard, op. cit.

37La photographie est rare dans le livre pour enfants, surtout dans les albums de fiction. Très longtemps, on a considéré que le jeune lecteur éprouvait des difficultés à appréhender la photographie, réputée insuffisamment lisible pour lui. Il y a aussi une résistance à l’idée que l’image photographique puisse, tout autant que l’image graphique, servir l’imaginaire, se charger de symbolisme, raconter une histoire (thèse développée, on l’a vu, par Marion Durand et Gérard Bertrand21). Le rapport au passé de la photographie a peut-être aussi freiné son utilisation dans le domaine de la littérature jeunesse. Contrairement à l’illustration graphique qui fixe une représentation imaginaire et intemporelle d’un personnage, le portrait photographique immobilise un moment de vie passé du sujet. Les mécanismes d’identification à celui-ci qui, entre le moment de la prise de vue et celui de la lecture du cliché, a inévitablement vieilli, sont peut-être plus problématiques pour le jeune enfant.

38Dans ce contexte, on voit bien comment les auteurs de Parana le petit indien ont travaillé les photographies pour les rapprocher fortement d’une illustration graphique, de façon à favoriser notamment l’identification du lecteur à Parana qui acquiert dans le livre un statut de personnage. À l’inverse, ce volume, comme tous les autres de la collection « Enfants du monde » a bien également une vocation documentaire et les photographies, qui portent une valeur de véracité, sont bien la trace de quelqu’un ou quelque chose qui a existé, contribuant à authentifier ce qui est raconté et montré au lecteur.

  • 22 SMET, Caroline de, Pour une critique du design graphique : dix-huit essais, op. cit.

39C’est probablement ce côté hybride qui a fait le succès de l’œuvre, entre récit fictionnel dont on utilise les ressorts et récit documentaire, reportage, dont la véracité ne doit pas faire de doute. C’est bien ce que disent les anciens lecteurs enfants de ces ouvrages qui se souviennent de lectures où ils étaient « plongés » dans l’histoire, « fascinés » par les illustrations et ce qu’elles racontaient. Caroline de Smet, dont il a déjà été question dans cette étude, écrit à propos d’un des albums de la collection : « Mon souvenir le plus vif : le bain de Noriko, la petite Japonaise, dans une gigantesque cuve en bois […]. L’artifice de la couleur, étrangère aux images d’origine et introduite lors de l’impression, étalée sans rupture de la page de gauche à celle de droite, crée un espace unitaire fictif, où se trouvent associés les deux temps distincts de cette scène de toilette à l’autre bout du monde. Celle-ci me fascinait : totalement différente de ma propre expérience de jeune occidentale […], elle m’apparaît cependant familière […] l’intimité de ces instants confirmait la similitude des gestes quotidiens ici et là-bas22 ».

40Ce type d’albums cesse d’être produit à partir du début des années 1980. Dernièrement on a vu réapparaître dans l’édition jeunesse des albums mêlant illustration graphique et photographique. On peut citer notamment des « petits éditeurs » très ouverts à l’innovation graphique comme les Éditions du Rouergue ou Thierry Magnier, ou, plus récemment encore, les éditions « Les Grandes Personnes » et « Où sont les enfants ? ». Les évolutions techniques, en particulier l’omniprésence du numérique, dans la photographie, le graphisme et l’impression contribuent certainement à une redécouverte contemporaine des ressources de l’illustration photographique.

Haut de page

Bibliographie

Roland Barthes, La Chambre claire : note sur la photographie, Paris, Éditions de l’Étoile, Gallimard-Le Seuil, coll. « Cahiers du cinéma », 1980.

Laure Beaumont-Maillet, Françoise Denoyelle, Dominique Versavel (dir.), La Photographie humaniste, 1945-1968, Paris, Bibliothèque nationale de France, coll. « Galerie de photographie », 2006.

Centre Bermond-Boquié. L’œil photographique : un nouvel objectif pour l’album jeunesse. Nantes, médiathèque Jacques Demy, 2010. [En ligne]

http://livrjeun.bibli.fr/opac/doc_num.php?explnum_id=36 (consulté le 21 février 2015)

Michel Defourny, « Grand angle », La Revue des livres pour enfants, n168-169, avril 1996.

Michel Dupré, « Nicéphore et les enfants : graphisme et photographie », La Revue des livres pour enfants, no 168-169, avril 1996.

Marion Durand, Gérard Bertrand, L’image dans le livre pour enfants, Paris, L’École des loisirs, 1975.

Elisabeth Lortic, Michel Defourny, Flash sur les livres de photographies pour enfants des années 1920 à nos jours, Paris, Bibliothèque deLa JovreaieLa onsPariseenallimard-Le Seuil, coll. « Cahaehdatkielquié. , nojeu noivem> fanthie">htradio.g« papfé.org/No6-lle, Domi-Darbdesid=36 (consulté le 21 février eenallimard-Le Seuil, coll. «I">Eleno Nièr>j-Che olourny,Ie">oducue nv192paeLattnd, te">Lqu jeufants, PaDidfésPari9eenallimard-Le Seuil, coll. «Raye Be Perrinourny,Un Sièctionalfic Éditctif pnts8v19215 age 192d BvCahpntsroie Papnts/a>> Nanpnts l’sphore etpuil,ca Éditctif pau jeufants, Pa La Photogrant-ustl D fante etré,Eour enfau e Beraphionallle, DominDarbdesaphiemage rny,Ptif em> cr, othèuvant[En photographiqudix-huit >jeainfantsHaut de page

Annexe

Structure de la collection « Enfants du monde »

Photographies de Dominique Darbois et texte de Francis Mazière : 

1952 : Parana le petit indien

1957 : Kai Ming le petit pêcheur chinois

Photographies et texte de Dominique Darbois :

1955 : Agossou le petit africain

1956 : Rikka la petite balinaise

1958 : Achouna le petit esquimau

1960 : Hassan, l’enfant du désert

1961 : Noriko la petite japonaise

1961 : Tacho, le petit mexicain

1962 : Gopal, enfant de l’Inde

1963 : Yannis le petit grec

1964 : Aslak, le petit lapon

1965 : Faouzi, le petit egyptien

1966 : Natacha, la petite russe

1967 : Knut le petit pêcheur norvégien

1968 : Djafar le petit iranien

1969 : Maïda, la petite cubaine

1972 : Manolo le petit espagnol

1973 : Gary le petit cow-boy

1974 : Manuela la petite brésilienne

Photographies de Dominique Darbois et texte d’Odile Wertheimer :

1970 : Simoun, la petite cambodgienne

Photographies et texte de Francis Mazière :

1959 : Teïva enfant des îles

1966 : Orongo, petit garçon de l’île de Pâques

1971 : Amiram le petit israelien

1975 : Yasmina la petite tunisienne

Toutes les maquettes sont réalisées par Pierre Pothier

Haut de page

Notes

1 Voir en annexe la structure de la collection.

2 MAZIERE, Francis, Fantastique île de Pâques, Robert Laffont, 1965.

3 On trouve une notice bibliographique plus complète sur le site de « Radio Grandpapier » à l’adresse suivante : http://radio.grandpapier.org/No6-Dominique-Darbois (consultation du 23/03/2014).

4 COCTEAU, Jean, COLIN-SIMARD, Jean-Claude (éd.), DARBOIS, Dominique (phot.) Gide vivant. Amiot-Dumont, 1952.

5 DARBOIS, Dominique et VIGNEAU, Philippe, Les Algériens en guerre, Feltrinelli, 1961.

6 DARBOIS, Dominique et AMROUCHE, Pierre, Terre d’enfants, Éd. Xavier Barral, 2004.

7 DARBOIS, Dominique, Afrique, terre de femmes, Ides et Calendes, 2004.

8 DARBOIS, Dominique et AMROUCHE, Pierre, Afrique terre ancestrale, Culturesfrance, 2007.

9 Voir à ce sujet l’article de Françoise Denoyelle sur le blog de Michel Puech (Médiapart), à l’adresse : http://blogs.mediapart.fr/blog/michel-puech/160914/dominique-darbois-photographe-eternelle-combattante-par-francoise-denoyelle (Consultation du 30/11/2014).

10 BEAUMONT-MAILLET, Laure, « Cette photographie qu’on appelle humaniste », dans La photographie humaniste, Bibliothèque Nationale de France, 2006.

11 Flash sur les livres de photographie pour enfants des années 1920 à nos jours, Bibliothèque de la Joie par les livres, 2001, p. 28.

12 PERRIN, Raymond, Un siècle de fictions pour les 8 à 15 ans à travers les romans, les contes, les albums et les publications pour la jeunesse, nouvelle édition, L’Harmattan, 2009.

13 Ibid.

14 DURAND, Marion et BERTRAND, Gérard, L’image dans le livre pour enfants, L’École des loisirs, 1975, p. 16.

15 NIÈRES-CHEVREL, Isabelle, Introduction à la littérature de jeunesse, Didier, 2009, p. 163.

16 SMET, Catherine de, « La photographie illustrée : les « Enfants du monde » de Dominique Darbois », dans Pour une critique du design graphique : dix-huit essais, B42, 2013.

17 BARTHES, Roland, La Chambre claire : note sur la photographie, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1980. Coll. « Cahiers du cinéma », p. 140.

18 DARBOIS, Dominique, Achouna le petit esquimau, Nathan, coll. « Enfants du monde », 1958.

19 DARBOIS, Dominique, op. cit.

20 BARTHES, Roland, op. cit., p. 139.

21 DURAND, Marion et BERTRAND, Gérard, op. cit.

22 SMET, Caroline de, Pour une critique du design graphique : dix-huit essais, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-1.png
Fichier image/png, 301k
Légende Parana le petit indien, p. 4.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-2.png
Fichier image/png, 362k
Légende Parana le petit indien, p. 49.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-3.png
Fichier image/png, 395k
Légende Parana le petit indien, p. 9.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-4.png
Fichier image/png, 361k
Légende Parana le petit indien, p. 19.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-5.png
Fichier image/png, 369k
Légende Parana le petit indien, p. 4.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-6.png
Fichier image/png, 411k
Légende Parana le petit indien, p. 42-43.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-7.png
Fichier image/png, 811k
Légende Parana, le petit indien, p. 30-31
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-8.png
Fichier image/png, 377k
Légende Achouna, le petit esquimau, p. 32-33
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Parana, le petit indien, p. 13.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-10.png
Fichier image/png, 550k
Légende Parana, le petit indien, p. 5.
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1386/img-11.png
Fichier image/png, 491k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Lemarchant, « Dominique Darbois et la collection « Enfants du monde ». La photographie entre fiction et documentaire », Strenæ [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1386

Haut de page

Auteur

Frédérique Lemarchant

Professeur documentaliste dans l’académie de Nantes, chargée de cours à l’université de Rennes2

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals