Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le territoire du merveilleux contemporain s’est formidablement étendu, plus de quinze ans après les débuts du « phénomène Harry Potter » et tandis que les médias pour la jeunesse ne cessent de l’arpenter en tous sens. De fait, les innombrables variations sur cet « imaginaire » surnaturel inspiré des contes et des mythes constituent sans doute la face la plus visible auprès du grand public de l’importante croissance du secteur éditorial des livres pour la jeunesse et de leurs déclinaisons durant cette même période.

2Au passage bien sûr, ses frontières se sont considérablement modifiées : le « pays des merveilles » qu’explorent les huit articles de ce numéro a ceci d’inédit qu’il ne cesse de retravailler ses motifs (venus des contes et d’un passé « enchanté » de la culture de jeunesse), de coloniser de nouveaux publics (les adolescents et « jeunes adultes ») et de nouveaux supports (de l’intime au virtuel), trois dimensions dont l’interaction est permanente.

Renouveau des motifs et personnages de la tradition merveilleuse

3Qu’ils proviennent des mythologies gréco-latines, du merveilleux médiéval (épique ou arthurien) ou bien de l’âge d’or victorien, marqué par la mythification de l’enfance elle-même, personnages et motifs traditionnels se trouvent, dans la fantasy contemporaine, repris et déplacés (pour de nouveaux publics, sur de nouveaux supports). En outre, d’autres thèmes de la culture pour la jeunesse, au traitement jusqu’alors réalistes, se voient à leur tour aspirés dans l’orbite du surnaturel magique par la puissante attraction qu’il exerce sur l’ensemble du champ. Les récits à destination des plus jeunes, et en particulier les genres de l’imaginaire, s’imposent en effet comme un des nœuds les plus denses où se constitue une hypermodernité culturelle, au sens où y convergent les procédés de recyclage des architextes stratifiés de nos passés fictionnels, des mythes antiques aux genres populaires des xixe et xxe siècles. Les personnages et les mondes de la culture de jeunesse, qu’ils en proviennent ou y soient réexploités, se présentent comme iconiques et plastiques à la fois – familiers et reconnaissables, mais cependant modelables et appropriables, comme s’ils se faisaient les vecteurs des vertus prêtées à l’imaginaire enfantin, limité dans ses référents (issus de stéréotypes médiatiques), illimité dans les inventions, singulières et très libres, qu’en tire chaque petit usager. On les rencontre ainsi sans cesse, au cœur des circulations transfictionnelles.