Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Aux origines de la « Collection Maïa » chez Stock (1925-1926)

Mathilde Lévêque

Résumé

En 1925, la librairie Stock, Delamain et Boutelleau entreprend de lancer sur le marché du livre pour enfants une nouvelle collection, la « Collection Maïa », du nom du premier titre qui la compose, Maïa l’abeille et ses aventures, traduction d’un roman allemand de Waldemar Bonsels. Nouveauté, modernité, exigence littéraire et esthétique sont autant de critères affichés comme une profession de foi éditoriale et comme une promesse de qualité, sinon aux jeunes lecteurs, du moins aux prescripteurs des livres de cette collection. Ces critères ne sauraient être réduits à de simples arguments publicitaires ; mais sont-ils présents dès l’origine de la collection ? Est-il possible de vérifier l’adéquation entre le projet initial et sa concrétisation ? Les archives Stock conservées à l’IMEC offrent pour ce faire des documents précieux : le dossier « Bonsels » (conservé sous la cote STK 82.4) contient la correspondance entre l’éditeur et l’auteur de Maïa l’abeille, sous forme de copies et d’originaux de courriers échangés entre 1925 et 1929. L’examen détaillé de ces archives permet de mettre en regard le projet éditorial et la concrétisation de la collection. Il explique la genèse du tout premier titre d’une collection dont le nom même la place sous l’égide de ce roman inaugural, les archives éclairent les choix comme les hésitations d’une collection en train de naître.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France, Allemagne

Chronologique :

années 1920
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces citations sont extraites des présentations de la collection dans les différents volumes qui la (...)
  • 2 Selon l’étude d’Isabelle Nières-Chevrel, la traduction ne représente que 2,4 % de la production pou (...)

1En 1925, la librairie Stock, Delamain et Boutelleau entreprend de lancer sur le marché du livre pour enfants une nouvelle collection, présentée comme résolument moderne, s’opposant « aux niaiseries et vieilleries courantes » et offrant à ses lecteurs « des romans, récits ou fantaisies modernes toujours de haute valeur esthétique1 ». Cette collection, intitulée « Collection Maïa », accorde une large part aux traductions, cherchant à renouer avec la tradition « des Grimm, des Andersen, des Kipling, des Lagerlöf et d’obéir à ce principe que les grandes œuvres pour enfants sont toujours des œuvres réellement grandes ». Sur les 28 titres publiés entre 1926 et 1948, 17 sont des traductions, soit plus de la moitié de la collection, ce qui représente une proportion bien supérieure à la moyenne des traductions pour la jeunesse présentes alors dans l’édition française2. La collection tire son nom du tout premier titre du catalogue, Maïa l’abeille et ses aventures, roman allemand de Waldemar Bonsels, traduit par Geneviève Maury et publié en 1926. Ce roman, publié initialement en 1912, Die Biene Maja und ihre Abenteuer, a assuré à son auteur un large succès et apparaît encore dans les années vingt comme un bestseller en Allemagne.

  • 3 Le dossier contient 28 courriers pour la période allant de mai 1925 à décembre 1926 : 14 sont des é (...)

2Nouveauté, modernité, exigence littéraire et esthétique sont autant de critères affichés comme une profession de foi éditoriale et comme une promesse de qualité, sinon aux jeunes lecteurs, du moins aux prescripteurs des livres de cette collection. Ces critères ne sauraient être réduits à de simples arguments publicitaires ; mais sont-ils présents dès l’origine de la collection ? Est-il possible de vérifier l’adéquation entre le projet initial et sa concrétisation ? Les archives Stock conservées à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) offrent pour ce faire des documents précieux : le dossier « Bonsels » (STK 82.4) contient la correspondance entre l’éditeur et l’auteur de Maïa l’abeille, sous forme de copies et d’originaux de courriers échangés entre 1925 et 1929. Ce même dossier conserve également plusieurs courriers entre l’éditeur et des traducteurs3. Sur l’ensemble des archives relatives à la collection Maïa, le dossier Bonsels est le seul à être aussi important, tant par le nombre des documents qu’il contient que par leur importance en terme de contenu. Ces archives permettent-elles de vérifier si le credo de la collection apparaît dès l’origine du projet ? Révèlent-elles d’autres exigences et impératifs moins avouables ? Dans quelle mesure renseignent-elles sur les objectifs premiers, suivis ou abandonnés par la suite, sur les écueils, les impasses voire les revirements d’une aventure éditoriale en pleine gestation et construction ? Autant de questions auxquelles cet article s’attachera à répondre, éclairant la genèse d’une traduction tout autant que de celle de la collection, dont le nom est directement emprunté au titre de ce roman inaugural.

Premiers contacts entre un éditeur et un auteur

  • 4 Les archives conservent des copies carbones sur papier pelure de ces courriers envoyés par l’éditeu (...)

3L’ambition littéraire de l’éditeur est présente dès la toute première lettre à l’auteur. Le 4 mai 1925, une lettre est adressée par l’éditeur français (dont l’identité sera précisée un peu plus loin dans l’article4) à Waldemar Bonsels, par le biais de son éditeur de Berlin, Schuster und Loeffler Verlag :

Monsieur,
Une traductrice s’adresse à nous et nous recommande chaudement votre BIENE MAJA pour nos éditions ; D'après ce qu'elle nous dit nous serions heureux d’essayer d'éditer cette traduction pour le public des jeunes. Est-ce que vous pourriez nous donner l'autorisation de publier cette œuvre en fraçais (sic) et à quelles conditions ? que nous souhaiterions fixées en tenant compte de la difficulté de faire paraître des œuvres étrangères en France.
Nous avons déjà édité depuis la guerre « TONIO KROGER » de Thomas Mann, « JEUNESSE » de Heinrich Mann, « LES CAHIERS DE MALTE LAURIDS BRIGGE » de Rainer Maria Rilke et nous allons publier trois nouvelles de Stefan ZWEIG.
Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de nos sentiments les plus distingués.

  • 5 En 1921, Jacques Boutelleau, secrétaire de Pierre-Victor Stock depuis 1909, achète avec son ami Mau (...)
  • 6 La littérature étrangère assure la survie de la maison Stock au tournant au xxe siècle, lorsque s’a (...)

4D’emblée, l’éditeur affiche son ambition : il choisit de traduire pour la jeunesse un texte d’une qualité littéraire comparable aux plus grands auteurs contemporains de langue allemande, Thomas Mann, qui recevra le prix Nobel de littérature peu après, en 1929, son frère Heinrich Mann, Rilke et Zweig. Implicitement, il se positionne comme un éditeur sélectif et exigeant, attentif à la création contemporaine et qui ne se cantonne pas aux seules publications spécifiquement destinées aux enfants. En 1925, cette maison d’édition vient d’être transformée en société anonyme (la Librairie Stock, Delamain et Boutelleau) et elle est gérée par une nouvelle équipe, dirigée par Maurice Delamain et Jacques Boutelleau et composée de plusieurs membres de leur famille5. Choisir de traduire et de publier de la littérature étrangère correspond à la fois à l’identité historique de la maison6 et à la nécessité de trouver une place dans le paysage éditorial français du milieu des années vingt :

  • 7 Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), op. cit., p. 160.

Dans le domaine de la littérature française ambitieuse, Boutelleau et Delamain constatent vite que la rivalité entre Gallimard et Grasset ne laisse pas de place pour un troisième ; mieux vaut pour eux exploiter un domaine qui a l’avantage de ne pas intéresser Grasset et de reprendre une solide tradition de la maison : le domaine étranger7.

  • 8 L’Histoire de l’édition française cite à ce propos les publications de A l’Ouest rien de nouveau de (...)
  • 9 «  […] ich grundsätzlich bereit bin, mit Ihnen zu verhandeln, zumal ich, wie ich aus Ihrem Brief se (...)

5Aucun des quatre écrivains cités n’écrit pour la jeunesse, les œuvres mentionnées d’Heinrich Mann et de Rilke sont publiées chez Stock dans la collection « Les Contemporains : Œuvres et portraits du xxe siècle » (respectivement les numéros 21 et 23). En proposant de traduire Die Biene Maja, l’éditeur français semble ainsi offrir la possibilité à Waldemar Bonsels d’entrer dans le panthéon prestigieux des auteurs qui représentent, pour l’édition française, la littérature de langue allemande la plus moderne. Sans cacher son projet d’une traduction « pour le public des jeunes », l’éditeur dépasse ce seul domaine, semblant signifier que nulle frontière n’existe quand il s’agit de « grande » littérature. Par ailleurs, il semble que Delamain et Boutelleau cherchent à publier des auteurs au succès immédiat8, ce qui est le cas de Waldemar Bonsels, auteur à succès depuis la parution de Die Biene Maja en 1912. Cette stratégie est efficace : dès le 9 mai 1925, Bonsels répond depuis son domicile bavarois de Ambach am Starnberger See : « Je suis tout à fait prêt à faire affaire avec vous, d’autant que, comme je le vois d’après votre lettre, je serai chez vous avec Die Biene Maja en très bonne compagnie9. » La référence à d’autres auteurs se poursuit dans la réponse fort rapide de l’éditeur français, le 11 mai :

D’autre part, nous croyons que nous sommes infiniment mieux placés que beaucoup de nos confrères, et particulièrement celui que vous nous citez pour publier un ouvrage comme DIE BIENE MAJA. Non seulement nous avons déjà publié des traductions de l'allemand des auteurs que nous vous avons cités et parmi lesquels nous avons omis de vous nommer Franz WERFEL (L'AMI DU MONDE 1924), mais encore, les principes que vous nous faites connaître comme ceux qui d'après vous doivent s’appliquer aux ouvrages pour les enfants, rencontrent exactement nos propres opinions. La meilleure preuve que nous puissions en donner est dans notre édition des CONTES D'ANDERSEN, qui est la seule en France dans laquelle le texte ne soit aucunément (sic) défiguré et soit rendu avec toute l'équivalence littéraire possible. Si nous nous sommes intéressés à votre ouvrage, c'est précisément parce que nous y rencontrions les qualités poètiques (sic) du danois et de Selma Lagerlof (sic) dont nous publions également les ouvrages.

  • 10 Il s’agit de Voyage dans l’Inde [Indienfahrt, 1916], traduit par Hélène Legros et publié par Gallim (...)
  • 11 Voir la lettre du 9 mai 1925, dont il sera question ultérieurement dans cet article.
  • 12 Dans les années 1920, Albin Michel est notamment l’éditeur d’Arnould Galopin.
  • 13 De fait, comme on le verra plus loin dans cet article, l’éditeur semble encore hésiter entre une éd (...)

6L’éditeur français ne cherche pas la modestie : sans ambages, il affirme occuper une position privilégiée par rapport à ses concurrents, alors que la maison d’édition est en pleine reconstruction et que d’autres pourraient apparaître comme bien plus solides : Gallimard, premier éditeur à traduire un ouvrage de Bonsels10, ou bien Albin Michel, qui est cet éditeur cité par Bonsels dans un précédent courrier11, et qui s’intéresse à la littérature pour la jeunesse et à la littérature populaire12. L’insistance et l’exagération dont fait preuve l’éditeur laissent entrevoir à quel point remporter ce contrat est essentiel, quitte à user à cet effet d’artifices rhétoriques. En ajoutant aux références précédentes le nom de Franz Werfel, l’éditeur français donne également un argument qui complète l’idée d’une exigence littéraire et il apporte une dimension nouvelle : les précédents auteurs (les frères Mann, Rilke, Zweig) étaient évoqués pour des textes en prose. Avec L’Ami du monde de Franz Werfel, c’est la poésie qui s’ajoute aux choix de traduction. Un peu plus loin, l’éditeur cite les contes d’Andersen et les ouvrages de Selma Lagerlöf, élargissant non seulement l’univers générique (en suggérant le domaine des contes) mais aussi la provenance géographique avec la littérature scandinave. Une fois encore, les frontières entre littérature pour la jeunesse et littérature pour adultes s’effacent et ne sont pas pertinentes pour comprendre l’entreprise de traduction : quand l’éditeur affirme apporter le plus grand soin aux ouvrages pour enfants, il prend l’exemple des contes d’Andersen, alors qu’il ne s’agit pas, à proprement parler, d’une traduction explicitement destinée à la jeunesse. Publiée en 1922, cette nouvelle traduction de Paul Leyssac, préfacée par Edmond Jaloux, romancier, critique littéraire et membre de l’Académie française, est plutôt destinée à un public adulte et savant. Une partie de ces contes constituera en 1930 le douzième titre de la collection « Maïa », « avec les illustrations de l’édition originale danoise de Wilhelm Pedersen ». Il serait dès lors possible d’inverser le mot d’ordre de la collection : s’il est vrai que « les grandes œuvres pour enfants sont toujours des œuvres réellement grandes », il serait tout aussi juste d’affirmer, à propos de la collection « Maïa », que les œuvres réellement grandes viennent à former les grands classiques du répertoire enfantin. De fait, la référence à Selma Lagerlöf ne saurait relever de la littérature pour la jeunesse : il ne s’agit pas ici du célèbre Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, traduit par Thekla Hammar et publié par Perrin en 1912. Dans les années 1920, la librairie Stock, Delamain et Boutellerau publie des romans pour adultes de Selma Lagelöf, Les Miracles de l’Antéchrist (1924) et La Légende de Gösta Berling (1926), dans la collection scandinave de la « Bibliothèque cosmopolite ». Cela dit, de Nils Holgersson à ces deux romans, il n’y a qu’un pas : le préfacier du célèbre récit pour la jeunesse est Lucien Maury, également fondateur chez Stock de la collection scandinave de la « Bibliothèque cosmopolite ». Andersen et Lagerlöf, présents dans le descriptif de la collection « Maïa », sont donc évoqués dès le projet de traduction du roman de Bonsels, alors même qu’il n’est pas encore fait explicitement mention de la construction de toute une collection spécifique pour la jeunesse13. Néanmoins, ce courrier de l’éditeur montre que ses références sont moins celles de livres pour enfants que d’ouvrages ou de traductions pour adultes. L’absence de mention des frères Grimm dans le courrier adressé à Bonsels, alors qu’il sera ultérieurement la toute première référence donnée pour présenter la collection « Maïa » au public (renouer avec la tradition « des Grimm, des Andersen, des Kipling, des Lagerlöf ») s’explique sans doute par la mise en avant de la modernité du projet. Plus que l’univers des Grimm, très traditionnel dans l’Allemagne des années 1920 où leurs contes sont abondamment réédités, c’est l’univers moderne, complexe, voire tourmenté des Mann, Rilke et Zweig qui sert initialement de référence. Une entreprise fort sérieuse, donc, au service des plus jeunes.

Traduction et traducteurs

7Engagée sous les meilleurs auspices, cette entreprise de traduction ne se fait pourtant pas sans mal. La première lettre de Waldemar Bonsels (le 9 mai 1925) indique qu’un premier projet chez Ollendorf a échoué :

  • 14 « […] antworte ich Ihnen höflich, dass Romain Rolland mir vor einem Jahr wegen meines Buchs « Die B (...)

[J]e vous réponds courtoisement que Romain Rolland m’a écrit il y a un an à propos de mon livre « Die Biene Maja », qu’il pensait faire publier à Paris chez Ollendorf. Depuis que Ollendorf, comme on le sait, a été repris par Michel, je n’ai plus entendu parler de cette affaire, bien que je l’ai demandé. Aucun contrat n’en est issu14.

  • 15 Voir Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, (...)

Cet échec n’en est pas moins instructif sur le statut du texte de Bonsels en France. Paul Ollendorf (1851-1920), dont la maison d’édition, très active à la fin du xixe siècle, a été reprise en partie par les éditions Albin Michel en 1924, n’a pas encore de collection pour la jeunesse à proprement parler, mais s’intéresse à la littérature populaire. Le second élément important est le rôle de Romain Rolland, dont le nom paraît bien éloigné, a priori, de celui de Maïa l’abeille. Pourtant, il semble bien que Romain Rolland ait été l’un des premiers à avoir tenté de faire connaître le roman de Bonsels en France. Ce détail renforce l’hypothèse, qui demanderait à être davantage étayée, d’un Romain Rolland passeur de livres pour enfants entre la France et l’Allemagne, au cours des années vingt et trente15.

8À l’exigence des choix littéraires mis en avant par l’éditeur correspond le soin nécessaire apporté à la traduction. Waldemar Bonsels le précise dès sa première lettre :

  • 16 « Die erste Bedingung, die ich stelle, ist die, dass das Buch einem ersten Uebersetzer anvertraut w (...)

La première condition que je pose est que le livre soit confié à un premier traducteur et que le texte ne soit ni coupé ni qu’on n’y ajoute rien. Il me semble important pour le succès du livre de bien comprendre sa disposition intérieure, qui doit être d’un sérieux absolu et rendue sans la moindre nuance de condescendance. J'aimerais avec ce livre rompre avec la tradition internationale qui consiste à être absolument et nécessairement niais quand on s'adresse aux enfants. Sur ce point, vous voudrez bien me rassurer16.

De fait, l’éditeur assure immédiatement à son correspondant que la traduction sera soignée et qu’une attention particulière sera portée au texte : « Nous sommes donc entièrement prêts à vous donner une complète assurance en ce qui concerne l'exclusivité excellence de la traduction et son intégrité intégralité : notre texte ne comporterait ni suppression, ni addition aucune. » (lettre à Waldemar Bonsels, 11 mai 1925) Lapsus ou intentions premières vite corrigées, les deux termes barrés dans le document d’archive montrent que la qualité de la traduction préoccupe l’éditeur. L’excellence remplace l’exclusivité, terme plus commercial qu’éthique. En revanche, l’« intégrité », terme qui relèverait davantage d’un code moral, est ôté au profit de l’intégralité, plus conforme aux exigences de l’auteur (aucune coupe, aucun ajout) et plus neutre : il s’agit de respecter fidèlement le texte et de lui accorder toute l’attention requise. Mais à qui confier cette entreprise ambitieuse ?

  • 17 Geneviève Maury (1886-1856) fait partie des tout premiers traducteurs et importateurs des œuvres de (...)

9Le 13 mai 1925, Waldemar Bonsels, qui affirme avoir reçu de nombreuses requêtes concernant la traduction de son roman, propose lui-même le nom d’une traductrice à l’éditeur français, Mlle A. Grant, de Genève. Mais l’éditeur français ne suit pas cette suggestion. En effet, la toute première lettre de l’éditeur français mentionne pour sa part une « traductrice » qui recommande « chaudement » Die Biene Maja. Il pourrait s’agir simplement de Geneviève Maury, dont le nom figure de fait sur le premier volume. Cette hypothèse pourrait être confirmée par le fait que Geneviève Maury traduit déjà des textes allemands pour Delamain et Boutelleau, notamment Tonio Kröger de Thomas Mann17, mentionné dans ce même courrier. Pourtant, rien dans le dossier d’archives n’indique pourquoi Geneviève Maury a été choisie pour traduire Die Biene Maja. Elle traduira aussi en 1930 Bibi, vie d’une petite fille de Karin Michaelis (1872-1950), seizième titre de la collection « Maïa », roman d’une écrivaine danoise de langue allemande. Par ailleurs, deux éléments brouillent cette première piste concernant Geneviève Maury. Tout d’abord, dans la lettre datée du 11 mai, l’éditeur français revient sur l’origine du projet :

Je dois vous dire que ma femme, née Rickmers (d’une famille dont vous connaissez, je crois, certains autres membres) est extrêmement désireuse que notre maison édite votre ouvrage pour lequel elle a une véritable admiration : c’est dire que nous ferons de cette traduction, non pas seulement une affaire commerciale, mais une entreprise qui nous tienne à cœur.

  • 18 Le groupe Rickmers existe toujours dans le port de Hambourg où le trois-mâts « Rickmer Rickmers » e (...)
  • 19 D’après les chiffres donnés par Harald Weiss dans son ouvrage Der Flug der Biene Maja durch die Wel (...)
  • 20 Avant de devenir écrivain, Waldemar Bonsels a travaillé comme représentant d’une maison don, non pe (...)
  • >(...)
Ide, tée dilhelm Pedersetranla collecrd, dansaucune coupe, aucune par une nouvelln cl3eti72). Sst exse FraEthae Hambour, je l’a Elle tradire que mourrime des tou Be croent Tonio Kröger de ThomasédiatTonio Kröger de Thomaspagnie d à la litcprev" ccialeallemandrture étrangèrmirationeur français mentiopour sa pement ls à avoir tentéalee par une nouvelr leqt bi-cité à la entrat estn> De ft" href="
  • 10 Il s(agit de sVoyage dans sentes alors dans l’édition frannsels [Indienfahrtnverser e, a dèmirationeur français mentios’agir simnignée jame première s e9ae affaie de me adressé n d lalevec la liVoir la let trunt défames vingt comme un bestseller en Allemagne.

    xx3Dans euses riffres dcrit ous citez pouinave rticulusenlass="cimme, née Rickmnom est di d’un Romai(e n’y  Maïaui sre lnaitte es rnd l un dobergce que noation de psyckm, des ’édion pour lkmntion dvpan clteurc. Su romapublié enS opieo Ie nétéed’«lass="ette t s’agit pas, oire preng. Im défigute par Edmonde apeurcutelien dal’origin mai, l’ier lf="#f rnarcction.ément pa. [ér] une entreprise qui nous tienne à cœur.

    Le pose est que le livrtsxte"e9Indienfahrtur fr">xxemière aagir simdn 1921, J 838daffirme pour enfa modern fait .éologandes viem="#fpour Non>16Danssieur, àdultees vingt comme un bestseller en Allemagne.

    Premre(1886-1856),s="nuonsiRle, ,it êt’én sl" id="boavldeaandingue al simce conttention requsels le précise dès sa première lettre :

      2 ggestion="nuonsiBaudlemnns3 jemnspan artier (dir.), op. cit., p. 160.
    Sie suitf p im pubs po .éau texteilke ade » lm al simle le tcecriv roman,ihr, jldeace poa moinvolont ps tou  Je jeunedevellectiMde StefiRle, ,i Sur l

    Die ue an la litcpcriv roman,ihrpent Tonio Kröger de Thoma2nesse16.

    Rfah ggr assure="nuonsiBaudlemnmnigs opint les numlar Genevie par une nouvel1ace poauctionouccès d,i Su

    16Monsie par une nouvel1 immédiatemenau pose estchapres ile bavaVn pour letz ise amr,té à la-a d,ene vce serions heureues n’imais iitre de: quand l’édi’édi l'équivalence lcomme ce possinarccLager'autchontient ensaive’i y renconditisembr tentmtecallecunnuscourt sommevons vous doie Maury (les granefpoa con,i Su 8

    [V]autant que,py. 20 jeme stavorne meéritv vx ur reqgration «< pbas setpour Maollects,NDE 1924), av pub Genev mai 1soit confil contfpoa condes traductions d quelles c toute ume tail rennme, néla colrespond le soiSiNDE 1924), av pubd danoise «< pbas ne vce serions heureun'îtretreprisiaurgenz , ’édion poraduie Stznes tant po’une à lDe,traductions u quellGenev mai 1soitnn poraduiffur enfaères, e"nugs par Michelspond le soiVions u tzneudeajaexclusau pose estchapres contbava il y a un an à ps une entreprise qui nous tienne à cœur.

    L à d’autdnse nouvellduspices, ceion t ledrraire e 12 clasbd’or clus grand Krö1soitniiRle, niiBaudlelldus les nuonens votre lettre, je sero Ie Franz Wnexemple dportant ceionle imion. réfac dans lire pn l’auteurso Ie Fn>Le 13nexeayon nrr à que="nuonsiBaudlemnm faiyon n leu que nous ses reefu « grrs contg Man c try (">Premre(1886-1856) cha à lailes le précise dès sa première lettre :

    Vautan simn4), avrtant, il t, riethes Latre lons n pasnn porxeafur enfaè="num"e Genetr une pl’édite ssicauautdns Maollectseexisres, ltnions. tres v'">Premre(cvera, ’urs conton pt la tanembement encoreem="#fpour,naffaire cdrez ler de c setpo (sic)m ggest Gaiqui set plle enfa) dont nous publions également les ouvrages.

    Le cdier. Poumes barrou çs, tl D’ve. rre prgres vcitatiot> apeupas, trm">20 Avansponutrangt lan il ses vroimaintebonei:sera es runnuscourtsetmédiatemen’y ajouc)m ggestla t uneabin’exalecarlee poekla Has à d’autd. 5 e àa condor clabord, dans la lettre ’un maispré'e e ne par le sdere nun(1886-1856)m en 1924agit pas, des votre lettre, je ser, M9d qui e="
  • exclusiseommus avenei:’édi l'éqenrr r enfaèll'exar una maisn ceqt>, l pas resshique am24agit pas, deuance de,ur franmeis d’apzneud trjugilleure paeccademtecalQps;"ieur drationeur resshique tecan d laec M17 le dftn1 copsne Maja< sin d lemble biententioma dè Abcseudlnym rial le dftionid="bodyftnRomain Rongue alunnuscourriale cg. Im la litcourrier. Pourtan àltte trPouzon 3

    a p" id="tocto1n2">Traduction et traducteurs

    < LVoir la let sirme mai 1 Gal me sa collels,oa ns, contécit pour uccorra Légende éditeur cdedinave
  • ss confimessur fror0gele rôl’édii3
    P.S. ceNIDS on llass en 192me aag laiffres der See : piste con’édii392me a de la l’un des premi laiffres dntebo Genettation"opsrite ssi’édii3 VoiERSEN, qu, taortéme plUneurs (lvé vai 1iteratutre de tra Ler Bonsels (le 9 nale dannsploiterain Ronguève entre l’éditeur etdce red Gal me s d’924, n’a pme prce red Gal me s d’t dOnaaeutpsera eenuuctri>Dieten par clnne égalede trad Albin Michel en 1924, n’a pomansIE BIENoute pregrands classiqaelis (1872-1950), seizièen par6,issez, proprement parler, dnéc, n’alecaine gr, M3<, dine à lDiorismpas, oires 1raduiiagirute rien. Il me .llec3 e àa condor clabo cet aaa let trunt ntee nouvel1s courtssi>
    des n'uvresque say c settoute premi laiffres déire l me sd'un Roma en 1Noëlteurchvellts à votre ouv u quelge potin eupasde

      2 J" prctioe Isabla jeNs, 11 -Canvrechauderéponollandtte ons rPoun maisction . volumes qui la (...)
    Idecoupe, aucera d’aury traduit ddté l’un des preminugse Selma Liffres dr s’expl la jsodrar9d qui e="lbin Michel en 1924, n’a psui fai nou leu graand, dont le nom édition leacpe imor clnale dai sa quadepour uerçu déire mer les egrannouvelltaeilk 11’«era on prang piste conuccher snd lrésengs op/ vous doiter le pllégiée paeLe 13i du cès du, rimorreombre nouvellnum">ftn13" href="uc3 e àa condor r lequel ellaepaeDeexalgranuxar hd’Felix Sae, n,nombu imor9déire 10yle="font-vare Karin Michaelis (1872 lf="#ase"nuuestieleurs, deuésenatemene estFaytate imor89d qui e="lbin Michel en 1in et Bo >16e seraale rôllcit pour imor9d est LucienLégende de Gösta>16Tonio Kröger
    de Thoma2 issuguï et sonichomanltte lass=’y aabord, dans la lettre,al me s d’924, n’a pe lcollections, ’expptteintn pte Karin Michaelis (1872 efficacssiiais qua cituraire ssible d’ince donnée pouants é nisNon>16

    Dans nigné nitRonguae aff Mblem> d gralité, liVoir la let  la collection coupevs, dedi, terme pn necollectihp921, g pistchopp pour lectian> AvanDn> De ft" href="

  • [U]à unlus du livret ede tre ouveure n seulorr,riteratutreERSEN, qa Liffres dnale dai collels,ombr Gaier lecalparlellfpour,nafoiduxalgraier le Maïa ss di f#ftn1'un(18oisebatluiines «aiansIE BIENoomée pe,s lnsu livret ede odyftndu romanqu'mar BMaïavièver Seee Macdu parte l’faud’« t ledrr pe,elssue ama ecèsfdont nous publions également les ouvrages.

    Lmar, c’eseabord, dans nigné nisl Olraditirobern que chec n8" utguae affa collect56)m ion serae de laétrangèrmiratiaier le ion ment trunt pécrivaine e u"nuua. Sapling, deSeee dèeppan> Gut fac nisNonnée Rica’intée par une nouvel de d20 emière6une l me s sommeber, de trasise nouvelldusdre letasedersenmaisctioneviève r, c’eseaboa collect56)gr, yre l’édite (e ft" ormh des ceorrierh réocicitem Genetpécce donnéent Tonio Kröger de Thoma2rente Avanautd œu8oises pouur,nmant, deemière letaèreautrede la collection dOnaaeutpeusenépasxemple dlNonnée rôleionditioncarnse f5 nova condor6joursace aut àdptemenan ne somai ricdnfit dux o8a priL àelie biel' parant denrvièvl'ajout)z, jressé l iu o8ionel="nofbleow" And lir cux ionel="nofbleow" O l’ier(jpeg, 2,0M-deux-ger en Allemagne.

    lel’Aa collection"an xml:lang="en" lang="en">«édition, trxe, ht:naiscl; Idc. 1origcollectionsproseiska Sil skel, STK 249p3 all" id="bodyftn16" href=" ion dans docae lxe/imess/1618/img-2-e à 580.jpg"àel="icotSe ionel="nofbleow" And lir cux ionel="nofbleow" O l’ier(jpeg, 840k-deux-ger en Allemagne.

    lel’Aa collection"aIdc. 2.e Maéloigné, a pde pse’apnarlet en Allimessin MIoana B puerab,sre transformée etraduit déjà des texteor6jop. 135s vingt comme un bestseller en Allemagne.

    ion dans docae lxe/imess/1618/img-3-e à 580.jpg"àel="icotSe ionel="nofbleow" And lir cux ionel="nofbleow" O l’ier(jpeg, 2,2M-deux-ger en Allemagne.

    lel’Aa collection"an xml:lang="en" lang="en">«édition, trxe, ht:naiscl; Idc. 3origcollectionsproseiska Sil skel, STK 249p6 all" id="bodyftn16" href=" «édition, trxe, ht:naiscl; ©F ècle, a Luci/IMECs all" id="bodyftn16" hreller en Allemagne.

    ion dans docae lxe/imess/1618/img-4-e à 580.jpg"àel="icotSe ionel="nofbleow" And lir cux ionel="nofbleow" O l’ier(jpeg, 1,0M-deux-ger en Allemagne.

    lel’Aa collection"aIdc. 4.e Maéloigné, a pde pse’apnarlet en Allimessin MIoana B puerab,sre transformée etraduit déjà des texteor6jop. 35call" id="bodyftn16" href=" 3

    16<, n’a, élaration ilpoekigiosenr corresponès di xteilke orreombrères Grire dvornegèrmi la collection ition">Danssiles le précise dès sa première lettre :

    Paéchec yl pmamment#f rn élarac,s, trion. et es dent einvolonti consistahrtss, 11 mnd vrletevièboi dans onant, il corremamma fid Àintrns, 11 mla Fran,t e on projneufmi1 au lses rœd frmi lie Biifenatemesnt plusiharcia dans r, spoir rens, élaration autreavlnc, d no'ftn1eaja diseomitionloiest uiffai 192narccLa Gal me ) ss confninef="#fà proposimessintéeAIAmmeber litr uneema prsie poe ims="num"enfantéaionl'Im la litce que noation de p envalontiexarant vss une entreprise qui nous tienne à cœur.

    français emah meoiarin Michagit pas, des votre lettre, je serls œuur nrene Majas de cette tcourrigenz s le précise dès sa pr
    4

    Traduction et

    • 28 ggestionabord, dans Romères Gri class="nuartier (dir.), op. cit.tn17">(...)
    < Uno Maïa », sont done p en iseitua letnfament mention de pn l suguxi sa quadepour,ourras frmi l iségaection i poenomfac . D
  • Avanspongralité, pmprenfixs psepublicle, a trfrnctemenan ap» aiterions fidté l’ttruction mi loeemiers morong, 11 mensproscoent Tonio Kröger de Thoma2édiatDel en 1ice poa 3i dunouccès dcdnse nouvelle pse>
    • 30 l me s som> resssm"e Gbre suoamill Gtén gr ler Flug dehttp://www.gtén g.org/ebooks/22354"ehttp://www.gtén g.org/ebooks/22354maison don, non pe (...) 3 Si qa Liffres dplemennda Ha29. Ce mêmatalogueence red Gal me s d’un Roma, mple dportdel> ss confme représentant3différents volumes qui la (...)
    Eimor cls votre lettre, jDeiseommrat es Gal me sf="#aent etr uno>PremeMann, lrli>Danso Ie ula ent plle nsdel> nfamentrigées,a3 Avanm, r s’’un codobergtt qutr uno>Pest di trion.ècleine e"eno8 [ [AdelpiSzold Selzt, stsm> [Arthns GGenerdan,apore qu'tle"nugèrmi lce qmspent Tonio Kröger de Thoma3nselsTonio Kröger de Thoma3rrierenle imiols à avoir tentéce red Gal me s d’un Roma de lane à l e mn'emenae affridée lutant s arl’iire psesvu tppyxeg. iffres déire lesvôtlateosAenoet21, g, Amresslass=ellse dses iurrttoute prele Maprosco de lartdelr cdel présentlecainerevitéTonio Kröger de Thoma3çaiseTonio Kröger de Thoma3nesse16.

  • Acnt nuucmaisent Gleurs, denpor’d=ndon, dy l’ommenatemenpan sdde V»asi etnpomentuneitaïa ise MajaTonio Kröger de Thoma3 issuTonio Kröger de Thoma3surer16
    < eint,e l'exclus des votre lettre, je serldus eutpsté l’ frm lartdel d pl poc Ja doivgasdatevretncdel pt copspm> [ Genetune ERSEN, qas e redn M1000 emrkaipayade eneuentif ,n so,lette maisrespan>la lc ,n xorbiiureegcehre Abiffres demorongmr,tlégiée psapling, deem>Aons dg e ectihpeutpttruction fr exclus demoirtémtecal HePadeec Moetdh gf="#f imor uctioar sdda Lint-npor’itre dedelidr,2-195 e ma lce ubit’une arant de posssportant nueent Tonio Kröger de Thoma3édiatTonio Kröger de Thoma4nsels
    <20 Tles numès votre lettre, je serlsse Gaoar né, modernd, c’ e ologe noa( imptionlresso3 Avans courtssi enn< transforméege Mann,uctri>Dd no"#fi etn1uo Maïo Ie Fenerat esapeupasiee ajofilmivons déjniapa sddu l me ues n’ibledumensprosco(e l’esps, deaps;àlairrieru3< d corresdeln> Gutl me s n>tion">Dano En(ançaiss votre lettre, jDeiseniapa sdsatiof rtrad At uns vmularlfilmem>Deeiziècem>Diori sf="#ertaig e cor'effierndt MichR aéseerndt MWeiparadensssim l aussi ire11 mcularlmal.ntecitulgarismpas, sc pavife noa(s vLehr-3Tonio Kröger de Thoma4rrier3exclus deno>Pest dis vHimpolsvolk> Il s(s vPeu o’uocteee ser)homanition nt frChristi diS élachal.llecunnuscourtu'tlenmayFragir18 jeme staor89spottructid’y ajs fber resetNoëltt Michde trala Fra17eint,e e 27 jemnspan8clabord, dans la lettre cet ant fr les numg. Bon em> ds à avoir tent,dros essoDel noucc sdse plUne ensldt : c’ans oes t de anmeis dlesvoylzaon pt la tsation dtation">D’sIE BIEunn euan"nugètn1'iffres sevoir tentéd quinment lbin Michel en 1924, n’a psutre ouv uvresdeln ntLA COLLECTIONeAIA des. Lconfil contlbin Michelapele rôley a que aca Hammaraier. Peent Tonio Kröger de Thoma4nessePest di faiyon n dpressm pr poloar BMaïard, dorial2e eppan par cols à clabord, dans aveneud’«que soit codsimja
    5

    Traduction et traducteurs

    <2 "t cdier. Poumes barrle imsoit asdvornegère p envalontieé, moderndonant, il la poing, dede trad Aichaelis (187non
  • o Maïa », sont donda pose este Kar.lSluimple r les t, il ie Bie d def="#ftng. : c’ans oquel ellFeernde par une nouvellsse Gard, dans vRgest Gace qu,nb algerdan ment ese"nusopinMann,i enn< riethreombrabord, dans ellFesie S nisa Hammcr, c’e la collection ropois, ’adicit pour ose luiieaeutaipeuvxteilke an csevoigralité, lmant,poisqunlerèvrad Auutresralitde undes condeà proposi collection irons déess denmresscains ,rde facarlee d’autre fac . P Lager Gene,som n< transforméeottraduit déjà des tex don>Le 13ptionlolioderndt Mdvornegèrma Hammcr, c’e l que Gece redn osimessir le imo31,e l'exclus graand,Emilnd Ja doidutt ct. Pouem>DeegraEar hoKästucLa(r°17ajaAons dg e (or9),tconta collelsspce redna Hama Li l’ier trion.s lnsut MWae, r Trae deienècleine ela lettre affa n pranoSelombreer Gene and,Emilnd Ja doidutt ct. Po propos pa ion serae H lan ne,snmcr, csironleionl ne 3< olumrcposimessinaan leytan l sug vifà prmammento Enfel,agi c cet aaa lesevoigralrd, dans la lettre Romain Rolla’un cluseme,,oa ns,,udndros entre l’éditeur et" idinom nent Togo-topesseHauexpptgedeux-ger engt comme un be s="textan d’i quee>dechsn alh2 < traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse1ootn=Cepoct ament n plit, jr ninlusin, Waldemteme Djabasptge">ent ToFio KröSymbolesseexclusnevain, Waldeeà pr2,4 %sa f924unodiatemen’y a24, n’a peutanor0gstspan4,taeutai6 %se 13 %savure 924uneurs, denpor’d=ndon, . Vai 1Isabla jeNs, 11 dt unlchagit pas, na Hama Ldii3basptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolesse6ootn Lm n dition, trvarim":e à -caps;">xxn ale="font-varn emco,e gie pspistccumul qloposaiterions fstfec ncs, 11 r lefai 1Henr -J" ne r a, Rog y ="nutr rm(dar.),is vHimeoiarin Mia Ldii3Danso l me sdoncpieenc, ./1900-="50 propostore IV, Ptocodbasptge">ent ToFio KröSymbolesse7 te1Henr -J" ne r a, Rog y ="nutr rm(dar.),e Maop.oct . en Allt. 160.s le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse8 cux is vLa LHimeoiarin Mia Ldii3Dansur etdc ant frcol Bn Rolt s an promteme DjaDeexaSn clpartLewpast <30),te MaLm Mouame" Il s(o39)esLo op/Btocfield,oa omitionletnpock, Djabasptge">ent ToFio KröSymbolesse te.eur […]te Mar hogruésätzl esanoreite da, miteIh qu zus h lsla, zu à nes, wie nessatreIseDeur lettre, jtecalbeieIh qu ellsohr gtérjGeses s cftlsoellwerde.em>Deeizi (jr les ns).s le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse10 te Idecoupe, auca [Hrd ttrLeahrt9spotn prls,m> [Gà iparte imor4 de laeparantene Majaftn13pouxt" doncpieentr l. vole précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse11ootn=Vai 1lssn
  • De f ion sle.s le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse12ootn Da Hammaraa Francor0unAl da M es mftn1Krmmpour tabord, dans nfanrno"ld,Gàopo, s le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse13ootn ands clasae redoner s rVooutredoiejn> De f ion sle,nabord, dans celui comition cet anrautanmentdii3basptge">ent ToFio KröSymbolesse14ootn n xml:lang="en" lang="en">«>>16Der xml:lang="en" lang="en">«>[…]tm"wdel dnessIh qu höflnes, dem>nR àt dRelidé mirefarainsmdJahr wel mins Buesl.eur otre lettre, jeizi psrchr ebeu halase e nrabeieOlt norf ellParis herVuszugebeu d late. s al>Der>DeSeiteOlt norf, wie horyabekla adso,lvoa M es münor seu wurris=hab dnessvincert landef=tz minsraAnfres dnneseanm,hr gehört. EellVer J'gadsosnnese zubody nfnek seu" Il s[…]eizis le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse15ootn=Vai 1MathildppLefvêspo, r>DeÉcoulef d’924, n’a pensprosco(e l m>Aons dg e ta Hama Luta-uent-nporo proposRe qu, PUR, 2011jop. 130-=32 s le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse«>>16Der xml:lang="en" lang="en">«>D e nrmentBedinguopase e nesssdes t,adsose e, dem>ndé Buessinsmdnrmenn UebersetzSguanver J'ut wird,ndsmdTque nneseandomer es imucacnneseanhinzugefügt wird. s al>Der>DeFür d imErfolg wieseig rchiine miredé V»tändnonssür d e ne qlefHaltuopase e durchwel vntlk seudnrnse Gd,oh q irl’Aa qu E jschlagsvinHer deaentng durchzusüseDipremnalneanbedingn1Krw>< rgadsosalnor zussoel, we sunn zusKinur sprelat. Horyünor wble va iesmnessnoruhspan.em>Deeizi (
  • basptge">ent ToFio KröSymbolesse Gesviève Maury (vioman,ihrppe lrtdelr,ihrppst premiersdesTh àsoMla Maprosco dR"pariethreombrR àt dRelidé, fi e iseses sa cthreombr unn rnme ta redvioman,ar unau basptge">ent ToFio KröSymbolesse18ootn LmcahrupnRickmry ( d mentticj3" inma Hammcée ldefHambourgaexisi def=ipt ltl.eur RickmryRickmry e pouftn1g. srd condnavule-mul, d s le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesseD lettre, jDMeiun. Bues, Film,[Hrrspr le Gd,Ze es i,ar konses" Il s(Har ntsowitz Vlag, Wi">bad i, 2012).s le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolesseDanos le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolesse23ootn Lmli>basptge">ent ToFio KröSymbolesse24ootn Jes prctioe1Isabla jeNs, 11 -Canvrecf d’mpisteai 1ette mi mse e uf rtction ds le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse25ootn=Orthodes ce ectit la ts prodiion nteince donyjeizi r pmone Majabasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolesse«>>16Der xml:lang="en" lang="en">«>Wé e e wirts cftl es imBedinguops ct xarffr,oso kla nessmnessnnese Mats lia di dé Buessfür elle ninman< güleig zus kaufun. s al>Der>DeIessnntndIh qu télm,hr e e Bedinguops cmins englises imucacammrikan mes imVlegry ase e folg’Artca dg="ténle10%(vom Lad ie Moinlusigebucae qu Edux o8e evmenpandnrmenn 3000gEdux o8e di 12 ½ %(vom Lad ie Moinlur nächmenn 3000gEdux o8e ,Deeizi (
  • basptge">ent ToFio KröSymbolesse resssm"e Gbre suoamill Gtén gr ler Flug dehttp://www.gtén g.org/ebooks/22354"ehttp://www.gtén g.org/ebooks/22354maisonle précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse ss confmenmentz, propre affa erm ggeaia lbi>Le 1rsiee t mftn1i>o Maïaeentaltionabord, dans.=Ce bi-ci,sTh àsoSelzt, , nigné nitaszteai 1tn prls,desummiers d’un Roma d; mpl n pra1Krmmpour mi loeemiersD.H. Lcwetncdeou Gesvseulement notre, àl Prooll s le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessealsegraEulea(187nonplitl burtu'tlsettoomiffai 1lssiboprer>3alal,desummiers d’un Romatu'tlîtr pr imjeme staor6artle précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolesse16Danos le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolesseDans dviève oby Dick en Alltmbuie imor89d quiiiqaelisd’ince dAurolee pos(s vGedalgee ser),dsatioi se Karis vLe Cachalot br nrur et,e Ge posesdeln> ensprosco(n Mls sadap,a3la lettre s vJimoi sharp d eur> Il s(s vThe Sea Beaste ser)os le précise dès sa< traductetes">basptge">ent ToFio KröSymbolessebasptge">ent ToFio KröSymbolesseTogo-topesseHauexpptgedeux-ger engt comme un be quee>Ta nisNoni collection n alh2 (...)
  • tr imess