Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La critique périodique de livres pour enfants depuis l’après-guerre

Cécile Boulaire

Résumé

La création de la Joie par les livres en 1965 s’accompagne de la naissance d’un Bulletin d’analyse de livres pour enfants, bulletin critique de parutions pour la jeunesse qui deviendra en 1976 la Revue des livres pour enfants, l’organe sans doute le plus lu de la profession de bibliothécaire pour la jeunesse aujourd’hui. Cet article s’intéresse à l’amont de cette activité critique : qui, avant la Joie par les livres, critique les parutions destinées aux enfants et aux adolescents ? Dans quel cadre, pour quel public, selon quels critères ? Après une présentation détaillée des forces en présence, l’article envisage les modalités de cette activité critique de l’après-guerre, en soulignant les lignes de tension, idéologiques ou formelles, qui parcourent ce champ des discours. Une figure émerge de cet ensemble compétent et investi de critiques : celle de Natha Caputo, à laquelle est consacrée la dernière partie de l’article.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Geneviève Patte, Mais qu’est-ce qui les fait lire comme ça ?, Paris, Les Arènes / L’École des loisi (...)
  • 2 Hélène Weis, Les bibliothèques pour enfants entre 1945 et 1975 : modèles et modélisation d'une cult (...)

1La fondation de la bibliothèque « pionnière » de la Joie par les Livres, en 1965, est accompagnée par la création d’un comité de lecture réunissant, outre les bibliothécaires amenées à animer la nouvelle structure, des professionnel(le)s venus de nombreuses bibliothèques dispersées sur le territoire1. Leur activité de critique et de sélection est si attendue par la profession qu’elle excède d’emblée les limites de la bibliothèque de Clamart pour devenir une publication, sous la forme des notices du Bulletin d’analyse de livres pour enfants, bulletin critique de parutions pour la jeunesse qui deviendra en 1976 la Revue des livres pour enfants, l’organe sans doute le plus lu de la profession de bibliothécaire pour la jeunesse aujourd’hui. Cette célébrité d’une seule revue ne doit cependant pas occulter ce qui a précédé sa création. Or la profession de bibliothécaire pour la jeunesse, depuis la disparition du CAFB, souffre d’une faible conscience de sa propre historicité. Dans ces conditions, il est tentant de s’abandonner à un « grand récit » qui survaloriserait des moments de fondations et de ruptures majeures. Hélène Weis, dans sa thèse sur les bibliothèques pour la jeunesse de 1945 à 19752, a attiré notre attention sur le danger qu’il y aurait à surévaluer les deux pôles mythiques que seraient d’une part la fondation de l’Heure Joyeuse en 1924, d’autre part la création de la Joie par les Livres en 1965, en occultant de manière un peu facile le travail de fond qui s’effectue entre ces deux dates dans les nombreuses bibliothèques de France qui se fournissent, petit à petit, en livres pour enfants, et imaginent comment les faire partager à leurs jeunes lecteurs. De la même façon, il m’a semblé important de revenir sur la manière dont s’est constituée, dans les années d’après-guerre, une pratique intense de la critique de livres pour enfants, dans des revues aux objectifs et aux valeurs très différentes, de sorte que lorsque se crée la Joie par les Livres, le paysage critique est déjà dense, et bien structuré, ce qu’on a parfois tendance à oublier.

2Dès l’immédiat après-guerre en effet, de nombreuses publications périodiques destinées à divers secteurs professionnels liés à l’enfance se dotent d’une rubrique de critique et de sélection de livres pour enfants, rubrique d’abord saisonnière (plus intense à l’approche des étrennes, ou parfois des congés estivaux), puis rapidement pérenne, plus structurée, faisant émerger des noms de « spécialistes ». C’est l’apparition de cette activité de critique périodique entre 1945 et 1965 qu’étudie cet article, à travers une dizaine de revues françaises s’adressant à des professionnels de l’enfance (éducateurs, animateurs, enseignants, bibliothécaires). Après une présentation détaillée des forces en présence, permettant de donner à voir la richesse et la diversité de l’activité critique de l’après-guerre, il s’agira d’envisager les modalités de cette activité, en soulignant les lignes de tension, idéologiques ou formelles, qui parcourent ce champ des discours. Une figure émerge de cet ensemble compétent et investi de critiques : celle de Natha Caputo, à laquelle sera consacrée la dernière partie de cette étude.

Qui critique les livres pour enfants dans l’immédiat après-guerre, et pourquoi ?

  • 3 Laurent Guttierez a commencé un dépouillement de la revue Pour l’Ère Nouvelle, publiée par le GFEN (...)
  • 4 Anne-Marie Chartier et Jean Hébard, Discours sur la lecture, 1880-1980, Paris, Bibliothèque publiqu (...)

3Sans même remonter aux années vingt3, passer en revue les publications consacrées à l’éducation dans les années de l’après-guerre permet de mesurer l’intérêt désormais croissant de nombreux professionnels pour les livres, qu’ils s’adressent aux bambins ou à des jeunes gens au seuil de l’âge adulte. Encore ce dépouillement mériterait-il d’être complété : il conviendrait en effet, pour approfondir cette enquête, de dépouiller intégralement la revue Pour l’Ère Nouvelle, dirigée par Adolphe Ferrière et publiée par le Groupe français d’éducation nouvelle (GFEN), tout comme L’École Nouvelle Française dont le rédacteur en chef est Roger Cousinet, ou encore Méthodes Actives, publiée par Bourrelier. La revue jésuite Pégagogie. Éducation et culture, incommunicable à la BNF, devrait faire elle aussi l’objet d’un examen attentif. Enfin je n’ai pas souhaité reprendre en détails la revue L’Éducation nationale, fort bien étudiée par Anne-Marie Chartier4. Néanmoins, la somme des observations engrangées dessine déjà les contours d’une intense et sérieuse activité critique en littérature pour la jeunesse. Elle révèle que les critiques les plus pertinentes ne se lisent pas forcément là où on les attendrait.

Une seule revue spécialisée dans le livre pour enfants : Littérature de jeunesse

  • 5 Michel Defourny, « La revue Littérature de jeunesse », dans Annie Renonciat (dir.), L’image pour en (...)

4Michel Defourny a consacré une étude détaillée à la revue belge Littérature de jeunesse, créée en 1949 au sein du conseil de littérature de jeunesse de Belgique et dirigée par Jeanne Cappe, auteur et spécialiste de livres pour enfants de sensibilité catholique5. Il a souligné l’ample rayonnement, y compris en France, de cette publication mensuelle dont les objectifs rejoignent ceux des groupes qui ont présidé, dans une atmosphère de large consensus, au vote de la loi du 16 juillet 1949 : valorisation d’une littérature pour enfants « saine », dénonciation du « poison » des comics américains et des illustrés vulgaires et violents.

Revues de psychologie

5C’est avant tout dans des revues très imprégnées de la psychologie, science alors naissante, que va se déployer un discours approfondi sur les livres pour enfants.

Enfance

  • 6 Voir à son sujet Francis Marcoin, « Manières de critiquer : regard croisé sur Célestin Freinet et M (...)
  • 7 Enfance, tome 2, n°3, 1949, p. 242-255.

6La revue Enfance, créée en 1948 par Henri Wallon, psychologue et alors directeur du GFEN, et Hélène Gratiot-Alphandéry, psychologue de l’éducation, est de loin, celle qui s’intéresse le plus au livre pour enfants dans la période qui nous intéresse. Entre 1953 et 1965, deux numéros spéciaux seront entièrement consacrés à la lecture enfantine : le tome 6, en 1953, centré sur Les journaux pour enfants, et le tome 9, en 1956, sur Les livres pour les enfants. Cela permet de totaliser, sur l’ensemble de la période, 50 articles, auxquels il faut ajouter les 27 chroniques de Marc Soriano6, à partir de 1955 (aidé, à partir de 1957, par Natha Caputo). De manière symptomatique, le premier article consacré au livre pour enfants apparaît dès l’année de fondation ; il est signé de l’éducateur Alfred Brauner, et sa tonalité est prescriptive : « Critères du bon livre d'enfants7 ».

L’école des parents

  • 8 Marguerite Vérot, Les Enfants et les livres. Résultats d'une enquête menée de janvier à juin 1953 d (...)

7Née en 1949, la revue L’École des parents et des éducateurs est issue du mouvement d’éducation populaire du même nom, fondé en 1929 (notamment par André Berge) et inspiré par les principes de d’éducation nouvelle et de la psychologie de l’enfant d’inspiration psychanalytique. Françoise Dolto, par exemple, anime un Cercle de parents. Elle, comme René Zazzo, écrivent souvent dans la revue. Les premières années n’évoquent guère de livres pour enfants, sauf pour reprendre inlassablement les arguments qu’on lit partout ailleurs sur la nocivité des illustrés. De manière sporadique, durant les premières années, on lit quelques lignes consacrées à des albums pour enfants, mais la revue trouve son identité dans ce domaine quand, à partir de 1955, une chronique régulière est confiée à Marguerite Vérot, professeur agrégée au lycée Marcelle-Pardé de Dijon et auteur l’année précédente de Les Enfants et les livres8.

  • 9 Voir la notice qui leur est consacrée par la revue Cinedidac : https://cinedidac.hypotheses.org/147 (...)
  • 10 Juillet-août 1964.
  • 11 À la même époque, elle tient aussi une chronique de critique littéraire dans le magazine Sang neuf (...)

8Ses chroniques, de plus en plus étoffées, font une large place aux romans, mais l’album n’est pas pour autant délaissé. Paraissant deux fois par an (à l’approche des grandes vacances et des étrennes), elles deviennent thématiques à mesure que la production s’accroit. En 1962, Marguerite Vérot se plaint justement des cadences de parution des nouveautés. Elle se fait l’écho d’autres initiatives visant à faire connaître la littérature enfantine, et la revue consacre un article à l’enquête radiophonique conduite en 1960-1961 par Raoul et Jacqueline Dubois, instituteurs communistes très engagés dans la défense de l’accès à la culture par les plus jeunes9. Mais sa collaboration avec la revue semble cesser en 1964, où elle est remplacée par Germaine Léon dont la perspective, passéiste, aboutit à des chroniques bien moins fouillées. C’est pourtant l’année où un numéro complet10 est consacré à la culture de masse ; on interroge ainsi Tatiana Rageot sur l’internationalisation du livre pour enfants. Les avis littéraires de Germaine Léon n’ont semble-t-il pas conquis le lectorat : à partir 1966, les chroniques sont donc confiées à Monique Bermond, alors animatrice de l’émission de radio Allo allo ici jeunesse diffusée sur France Inter depuis 1962, dont les notices seront fines et détaillées11. De manière un peu surprenante, alors que la revue montre une attention soutenue à toutes les initiatives concernant le livre pour enfants, elle ne dit rien de la création de la Joie par les Livres : celle-ci serait-elle passée à ce point inaperçue ?

Revues d’éducation populaire ou familiale

9D’autres revues, tournées vers les familles ou plus souvent vers les mouvements d’éducation populaire qui connaissent un regain de dynamisme dans l’après-guerre, envisagent le livre pour enfants à l’aune des pratiques de loisirs des enfants, en famille ou dans des structures collectives.

Vers l’éducation nouvelle

10La revue Vers l’éducation nouvelle, créée en 1946, est l’organe des Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active (CEMEA), association d’éducation populaire créée en 1937 dans un esprit proche de celui des Éclaireurs de France, mouvement de scoutisme laïc. La revue est sous-titrée « colonies de vacances, groupes de loisirs, maisons d’enfants, écoles de plein air, écoles nouvelles », ce qui place ses réflexions du côté de l’animation ; elle se dit proche du mouvement d’éducation populaire Peuple et culture, fondé par le sociologue et instructeur de l’école d’Uriage Joffre Dumazedier, qui se structure dans les mêmes années, au sortir des maquis.

11Les premières années de la revue sont marquées par le souci de l’enfance abimée par la guerre : quelle éducation pour les enfants traumatisés, mutilés, pour les orphelins  et les survivants de la déportation ? Ce qui prédomine est un sentiment d’urgence devant la détresse matérielle et psychique des enfants, qui se retrouvent très souvent réunis en collectivité. Quelle place le livre peut-il occuper dans cette éducation ? Ainsi Jeanne Evrard-Fiquemont explique-t-elle, dans le n°7 de 1946, « comment monter une bibliothèque dans une maison d’enfants ». La première rubrique « livres » est datée de 1947, et elle reste marquée par l’expérience de la Résistance et de la déportation. Quelques mois plus tard, parce qu’on approche des étrennes, il y est question de livres pour enfants, et l’article, signé de Marie-Louise Vergnes, militante très active, revient sur le « long malentendu » dont a été victime la littérature enfantine ; elle prône une attention critique extrêmement soutenue au contenu mais aussi à la forme des livres offerts, avec parcimonie, aux enfants de l’après-guerre.

  • 12 Une notice lui est consacrée par le programme de recherches EVE (Enfance, Violence, Exil) : http:// (...)

12Dès le printemps 1948, des chroniques peu nombreuses mais longues et détaillées seront confiées à Mathilde Leriche, bibliothécaire de l’Heure joyeuse, confirmant l’exigence critique affichée par la revue ; en 1949, la rubrique, intitulée « Les livres pour enfants », devient régulière. En 1951, une large tribune sera offerte au pédagogue Alfred Brauner, dont on connaît le travail auprès des enfants victimes de la guerre12, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. La revue reprend de longs extraits de son essai récent, très polémique, Nos livres d’enfants ont menti, qui se révèle hostile aux esthétiques détachées du réalisme. Les notices de Mathilde Leriche prendront souvent de la distance avec les jugements émis par l’éducateur. En 1955, la revue ouvre ses pages à Marc Soriano, Marguerite Gruny, Charles Vildrac. Et le n°100, en mars 1956, qui célèbre aussi les 10 ans d’existence de la revue, est intégralement consacré à la lecture des enfants. On y trouve pour la première fois la signature du militant communiste Raoul Dubois, qui désormais écrira régulièrement dans la revue ; très au courant de ce qui se fait dans le domaine, il signale l’existence de la revue belge Littérature de jeunesse, et propose une bibliographie de critique de littérature enfantine.

  • 13 Raoul Dubois, « Du CRILJ au CRILJ », lisible sur le site du CRILJ, manifestement emprunté à La Lect (...)

13À mesure qu’on entre dans les années soixante, les articles se font plus nombreux pour détailler les modalités d’installation d’une bibliothèque dans une colonie de vacances… mais on constate paradoxalement une moindre attention au sens même de l’activité de lecture. Raoul Dubois le déplore, dans le n°196 d’octobre 1965, où il regrette la faiblesse de la critique dans ce domaine en France ; à le lire, il n’existerait que la revue Littérature de jeunesse, bien qu’il se réjouisse de la fondation récente du CRILJ, à laquelle il a participé13. Cette déploration semble laisser penser qu’il n’aurait rien su, lui non plus, de la création de la Joie par les Livres ?

Loisirs Jeunes

  • 14 Hélène Weis, Les bibliothèques pour enfants entre 1945 et 1975, op.cit., p. 144.

14Cette publication se présente sous la forme de simples feuillets agrafés intitulés « informations hebdomadaires » : il s’agit donc simplement du bulletin de l’association du même nom, hébergée à la Maison de la Famille Française, une association familiale de sensibilité catholique. Le bulletin est créé en 1953 et se donne pour mission de proposer des idées de sorties et de loisirs familiaux dont le choix est guidé « par des critères d’ordre artistique, éducatif et moral ». Spectacles, films et émissions radiophoniques occupent donc l’essentiel du bulletin, qui fait malgré tout place à quelques critiques de livres, rédigées par Janine Despinette14. La particularité de ce périodique est de faire une grande place aux médias nouveaux, donc d’envisager souvent le livre pour la jeunesse à travers sa facette la plus médiatisée : les prix littéraires, les adaptations cinématographiques, les expositions et les émissions radiophoniques. On peut déplorer que pendant longtemps, les critères d’appréciation des livres pour enfants restent extrêmement vagues, consensuels, superficiels parfois… Mais cela permet paradoxalement aux rédacteurs d’être très réactifs aux nouveautés, et très sensibles aux goûts nouveaux d’une génération d’enfants nés après la guerre, avides de distractions. La revue sera par exemple la première à faire un bon accueil à la science-fiction, examinée ailleurs avec une relative suspicion.

Revues pour pédagogues

15Enfin on ne s’étonnera pas de trouver des mentions des livres pour enfants dans des revues explicitement destinées au monde scolaire : instituteurs et « jardinières d’enfants ». Pourtant, l’attention portée au livre dans certaines de ces revues est souvent moins intense que dans les publications précédemment citées.

L’École maternelle française

16Créée en 1923, la revue L’École maternelle française, dont le titre souligne cette spécificité de l’école « à la française », là où nos voisins anglo-saxons et germaniques préfèrent l’idée de « jardin d’enfants », est publiée alors par l’éditeur scolaire Bourrelier. Placée sous le patronage du directeur de l’enseignement du 1er degré, du directeur des mouvements de jeunesse et de culture populaire et du psychologue Henri Wallon lui-même, la revue fait une place essentielle, dans son comité de rédaction, aux inspectrices des écoles maternelles laïques et aux institutrices elles-mêmes. Dans les années qui suivent immédiatement la guerre, la revue adopte une posture distante à l’égard des livres pour enfants : s’il est admis dans ses colonnes que les enfants sont friands d’histoires, on considère plutôt qu’il appartient aux institutrices de les inventer, ou même de les raconter, mais sans qu’il soit question de mettre les livres eux-mêmes à la disposition des petits élèves. La parole magistrale semble plus importante que la pratique du livre. On recommande même aux institutrices de dire des vers : pour développer le langage, ou pour évoquer le thème de la forêt, on conseille Ronsard, Chateaubriand, Lamartine. Ces conseils sont d’ailleurs un peu en décalage avec les publicités que Bourrelier imprime, en 4e de couverture, pour ses publications d’albums, comme Les Cinq Frères chinois (1947).

  • 15 Comment raconter des histoires à nos enfants et quelques histoires racontées par Miss Sara Cone Bry (...)

17À partir de 1947 cependant, la revue se modernise, varie ses rubriques, et apparaît une chronique bibliographique dans laquelle Jeanne Evrard-Fiquemont, bibliothécaire aux éditions Bourrelier et enseignante au collège Sévigné, évoque des parutions susceptibles d’intéresser les institutrices. Il faut attendre février 1948 pour que cette chronique mentionne des livres destinés aux enfants, à l’occasion de la réimpression de titres importants du Père Castor. Désormais, les comptes rendus de parutions d’albums seront réguliers, ce qui n’empêche pas Marie-Louise Vert, par ailleurs auteur d’albums, de tenir une chronique où elle « raconte » l’histoire d’un album, en suggérant parfois des activités de classe, mais sans jamais renvoyer explicitement à l’album. La mention de Sarah Cone Bryant, auteur du célèbre Comment raconter des histoires à nos enfants traduit par Nathan en 191115, explique l’insistance, dans ces pages, sur l’idée que l’institutrice doit raconter les livres, et non les lire. L’éducation au langage, la pratique des comptines, l’initiation musicale semblent ici l’emporter très largement sur l’idée, anachronique peut-être, d’une familiarisation avec le livre, ou, pire encore, d’une attention au langage esthétique de l’image. Le ton ne commencera à changer qu’au début des années soixante, quand l’image dans le livre apparaîtra soudain comme un pis-aller acceptable, et quoi qu’il en soit préférable à l’irruption des images cinématographique et bientôt télévisuelles qui envahissent progressivement le quotidien des petits Français.

Jardins d’enfants, Revue mensuelle pour les jardinières et les jeunes mères

18Sous-titrée « pour une éducation simple et joyeuse », la luxueuse revue Jardins d’enfants, Revue mensuelle pour les jardinières et les jeunes mères est lancée en 1954 par l’Union nationale du jardin d’enfants français, est publiée, sous un format d’abord luxueux (très belles photographies en noir et blanc), par Flammarion. La directrice en est la présidente de l’Union, Germaine Girard, qui dirige aussi la Petite école du Père Castor, après avoir été enseignante dans le cours de « jardins d’enfants » du collège Sévigné, foyer de l’éducation nouvelle. Jeanne Evrard-Fiquemont, déjà chroniqueuse à L’École maternelle française, fait partie du comité de rédaction. En 1959, suite aux problèmes de santé de Mme Girard, la revue sera absorbée par L’École nouvelle française, revue du GFEN dirigée par Roger Cousinet.

19De manière un peu curieuse, alors qu’elle est d’abord soutenue par l’éditeur des Albums du Père Castor, la revue fait très peu de place aux livres pour enfants, s’étonnant même, dans un article sur l’éducation pré-scolaire aux États-Unis, qu’on y fasse lire des livres aux tout-petits. L’explication rejoint ce qu’on vient de dire au sujet de L’École maternelle française : les éducatrices considèrent que pour l’âge pré-scolaire, le racontage pris en charge par l’adulte est préférable à la lecture. En novembre 1954, on apprend ainsi que toute jardinière d’enfants doit savoir par cœur l’Histoire d’un ours-comme-ça… Le soutien de Flammarion s’interrompt en 1955 : la revue n’est pas rentable. Est-elle trop luxueuse, fait-elle double emploi avec des publications plus denses (les articles sont très courts), et moins liées aux intérêts directs d’une seule entreprise éditoriale, celle du Père Castor ? Le public des « jardins d’enfant » est-il insuffisant pour permettre le maintien d’une revue spécialisée, puisque la France a fait le choix d’une école maternelle laïque et publique ? Quoi qu’il en soit, l’intérêt que cette revue accorde au livre pour enfants reste très limité.

L’Éducation enfantine

20Quant à la revue L’Éducation enfantine publiée par Nathan depuis 1903, elle fait peau neuve en 1945, où elle démarre avec une nouvelle numérotation. Destinée à promouvoir les méthodes actives qui, selon elle, sont désormais adoptées partout, elle entend s’intéresser aux classes de maternelle mais aussi au cours préparatoire. Néanmoins… on n’y parle jamais de livres pour enfants. Dans les périodiques adressés aux enseignants des petites classes, on trouve donc, dans ces années d’après-guerre, peu d’intérêt à l’égard des livres pour enfants. C’est un peu différent dès lors qu’on s’adresse aux instituteurs des grandes classes.

L’École et la nation

  • 16 Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste : les maisons d’édition du Parti communiste français 1920-19 (...)

21L’École et la nation est une publication communiste qui s’adresse avant tout aux instituteurs. La revue est créée en 1951, et il y est d’emblée question de livres pour enfants. Pierre Gamarra, un ancien résistant, journaliste (il dirige la revue Europe) et écrivain pour enfants, rappelle dans le n°1 que l’instituteur est le garant des lectures saines, notamment dans les campagnes. Le ton est alors violemment défensif : on parle en termes de « propagandes de diversion, d’abêtissement ou d’hystérie » ; le PCF met alors en place les « batailles du livre », dont le but est de déjouer les menées américaines d’asservissement des esprits par le livre et la presse16.

  • 17 L’École et la nation, n°26, février 1954.

22Le journal propose donc une série d’articles consacrés à l’édition et surtout à la presse des jeunes ; il fait de la publicité pour ses propres périodiques, Roudoudou et Riquiqui, Vaillant (avec le personnage de Pif à partir de Noël 1952). Dans un premier temps, les livres pour enfants sont analysés au coup par coup, en fonction de l’intérêt qu’ils peuvent présenter pour la pratique scolaire (L’Étoile polaire de Colette Vivier est ainsi recommandé pour les enseignants qui cherchent « des textes progressistes pour leur enseignement de la morale17 »), ou à l’occasion des étrennes. Puis les chroniques se font plus régulières. Elles sont souvent signées de Paulette Charbonnel, normalienne et professeur de Lettres, ancienne députée communiste de l’Aisne, dirigeante du Comité de défense de la littérature pour la jeunesse et ardente défenseuse de la loi de 1949. Ses chroniques peinent parfois à s’extraire d’un discours très attendu, et de la valorisation systématique des titres des éditeurs amis (les Éditeurs Français Réunis, par exemple), mais il faut souligner l’énergie de sa défense d’une littérature audacieuse pour les fillettes.

  • 18 Son père est d’origine russe.
  • 19 Raoul Dubois, « Du CRILJ au CRILJ », op. cit.

23C’est en 1957 qu’apparaît pour la première fois la signature de Natha Caputo, qui va remplacer Paulette Charbonnel, et tenir bientôt une chronique mensuelle. Natha Caputo a déjà plus de 50 ans ; institutrice montessorienne, elle a déjà publié des livres pour enfants qui ont eu du succès : Roule-galette au Père Castor en 1950, les Contes des quatre vents chez Nathan en 1954, des traductions de contes de Gorki et de Tolstoï à La Farandole en 1955 et 195618. La vivacité de ses notices, l’étendue de sa connaissance de l’enfant mais aussi de la littérature enfantine internationale, sa liberté de ton, vont bientôt faire de L’École et la Nation l’organe de presse le plus pointu du paysage français en matière de critique de livres pour enfants. Ce n’est donc pas du tout un hasard si, en 1962, c’est au domicile de Natha Caputo que se réunissent les futurs membres du CRILJ, Centre de Recherche et d’informations sur la littérature de jeunesse, dont les statuts sont déposés officiellement en 196519. Dans cette première mouture de l’association, on trouve, au poste de présidente, Mathilde Leriche, bibliothécaire à l’Heure Joyeuse et auteur de Beaux Livres, belles histoires, première sélection critique de livres pour enfants, plusieurs fois rééditée depuis 1937, et comme vice-présidents, Marc Soriano et Natha Caputo, c’est-à-dire les deux auteurs les plus actifs dans les revues que je viens d’évoquer, pour la période qui commence au milieu des années cinquante. Raoul Dubois, dont l’activité au sein de Vers l’Éducation nouvelle a été signalée aussi, assurera le secrétariat, en association avec Isabelle Jan, qui a été stagiaire à la bibliothèque de l’Heure Joyeuse en 1958 (en même temps que Geneviève Patte, future bibliothécaire à la Joie par les livres).

24On pourrait s’étonner, dès lors, d’un double aveuglement : pourquoi tous ces spécialistes de littérature pour la jeunesse ne disent-ils rien, dans leurs colonnes, de l’ouverture d’une bibliothèque qui se proclame pionnière dans l’offre de livres à destination des enfants ? Et pourquoi, dans le sens inverse, aucun contact ne semble-t-il pris par Anne Schlumberger, mécène et fondatrice de la bibliothèque de la Joie par les livres qui souhaite faire profiter les petits Français d’une bibliothèque « à l’américaine », avec ces spécialistes reconnus, qui depuis longtemps ont constitué un réseau, habitué des actions de terrain ? Ce n’est pas le lieu ici de s’étendre sur cette double question, mais elle mériterait d’être approfondie.

  • 20 Voir Cahiers Robinson, n°24, 2008, « Critiquer la littérature de jeunesse » ; Jean-Yves Mollier, La (...)

25Le panorama qui vient d’être exposé témoigne, quoi qu’il en soit, de l’existence d’un réseau réel de spécialistes du livre pour enfants – Hélène Weis l’avait montré de son côté pour les bibliothèques enfantines. Le maillage critique, depuis 1945, est réel. Il prolonge et infléchit celui que d’autres chercheurs ont mis en évidence pour la période précédente20, en faisant apparaître, aux côtés des forces déjà en présence dans les années trente (milieux éducateurs laïcs, mouvements d’encadrement de la jeunesse catholique), de nouvelles préoccupations (la question des « loisirs »), une nouvelle manière d’aborder la question enfantine et l’éducation, depuis la psychologie, enfin une sensibilité croissante à la diversité esthétique des productions livresques pour enfants. Encore faut-il s’intéresser à la nature du discours critique émis par ces instances, anciennes et nouvelles. Que lit-on dans ces revues et journaux sur les livres pour enfants ? Selon quelles perspectives sont-ils examinés, quels reproches leur sont faits, quels éloges leur sont décernés ?

Quelle critique ?

26Avant tout, tous ces auteurs partagent la conviction que leur action est nécessaire, pour deux raisons : à cause du silence coupable des organes de presse généralistes ; et parce que la production est importante et ne cesse de croître. C’est donc ici que s’observe la plus grande différence avec la période d’entre-deux-guerres, pendant laquelle les critiques avaient plutôt tendance à déplorer au contraire l’indigence et la rareté de la production, encore balbutiante au point qu’on rééditait en boucle les succès du siècle précédent.

La critique est nécessaire

  • 21 Vers l’éducation nouvelle, n°38, décembre 1949.
  • 22 L’École et la nation, n°31, septembre 1954.

27À les en croire, et comme leurs prédécesseurs des décennies d’entre-deux-guerres, les critiques mènent leur croisade contre les mauvaises lectures, et pour les bons livres, dans un climat d’indifférence générale. Contre la négligence des diverses instances de protection de l’enfance, il faut surveiller les publications enfantines, et séparer le bon grain de l’ivraie. Mathilde Leriche définit son rôle en 1947 dans Vers l’éducation nouvelle : « Apprenons à regarder un livre avant de l’acheter et ne pensons pas seulement au prix avantageux21. » On lit en 1954 dans L’École et la nation « Dans la très abondante production de livres pour enfants les instituteurs savent par expérience qu’il y a, hélas, peu à prendre et beaucoup à laisser22. » Toute l’action de Marc Soriano dans Enfance (et dans son Guide paru en 1959 chez Flammarion) ira dans le même sens, comme il l’écrit dans sa première chronique :

  • 23 Enfance, n°8-1, 1955.

La littérature enfantine est en plein essor : pourtant les adultes lui témoignent une étrange indifférence. Elle reste un secteur « à part », auquel la critique s'intéresse assez peu (sauf en période de fin d'année où conventionnellement on « rend compte », en vrac et avec désinvolture, d'une immense production distraitement feuilletée). Très rares sont les journaux qui ont une rubrique permanente réservée aux livres d'enfants. Tout se passe comme si cette branche de l'édition était livrée à elle-même, « mal nécessaire » de l'édition auquel il ne vaudrait pas la peine que s'attache une critique attentive et suivie23.

  • 24 L’École des parents, n°8, juin 1957.

28Marguerite Vérot, deux ans plus tard, précise alors la fonction de toutes ces critiques : « Aussi souhaitons-nous que, guidés par les observations de cette chronique […] parents et éducateurs puissent choisir, en fonction des réactions psychologiques de leurs enfants, pour la joie de ceux-ci, leur délassement et aussi l’enrichissement de leur personnalité24. » Aiguillonnés par l’importance de leurs missions, les critiques n’ont de cesse de déplorer le rythme de plus en plus rapide des parutions, qui rend leur travail difficile.

29Cependant, au-delà de cet unanimisme, on décèle des différences profondes dans la matière-même de ces critiques échelonnées sur deux décennies. Il me semble à cet égard qu’une scission majeure isole l’immédiat après-guerre et la deuxième décennie des Trente Glorieuses. Cette rupture se situe dans les années 1955-1957. La date de 1955 est aussi celle à partir de laquelle Marc Soriano, normalien et agrégé de philosophie, collaborateur de Jean Piaget, ancien Résistant et militant communiste, publie une chronique régulière dans la revue Enfance, chronique dont le ton me paraît révéler un changement de perspective.

1945-1957 une critique défensive

  • 25 Voir Thierry Crépin, Haro sur le gangster !, op. cit. et Thierry Crépin, Thierry Groensteen (dir.), (...)

30Les chroniques de la décennie qui suit la guerre sont marquées par l’atmosphère qui préside à la loi de 1949, et qui était déjà celle de l’avant-guerre. Ce qui domine est la méfiance à l’égard de l’effet pernicieux des mauvaises lectures. Critiquer signifie ici « mettre à l’abri ». On ne peut comprendre le ton défensif de ces critiques sans évoquer le climat tendu de ces débuts de la guerre froide25, qui s’exprime dans le choix d’un lexique hystérisé.

La lecture, une activité à risques

31Pierre Gamarra, dans le n°1 de la revue L’École et la nation en 1951, écrit ainsi que

  • 26 L’École et la nation, n°1, octobre 1951.

Les fauteurs de guerre mènent leurs propagandes de diversion, d’abêtissement ou d’hystérie par bien des moyens : l’hebdomadaire corrupteur et le livre sont des moyens qu’ils ne négligent pas, et il importe de les combattre avec une obstination aussi grande que celle des empoisonneurs de l’esprit. Le danger est grand26.

Il poursuit dans le n°3 :

  • 27 L’École et la nation, n°3, décembre 1951.

Le poison se dissimule aussi entre des pages apparemment innocentes. Sous prétexte d’entrainer des gamins au pays des aventures, c’est mille idées nocives qu’on jette en pâture à de naïfs et candides esprits27.

  • 28 Vers l’éducation nouvelle, n°48, décembre 1950.

Dans le n°24, en 1953, Paulette Charbonnel aura le même discours : « Pour Noël achetez de beaux livres à vos enfants. Une mauvaise lecture est plus DANGEREUSE qu’un mauvais compagnon. » Même rhétorique dans Vers l’éducation nouvelle en 1950 : « Elle est longue et difficile à faire l’éducation des lecteurs intoxiqués par ces récits détestables mais captivants ! Et comment oser espérer que les bons et beaux livres détruiront aisément les effets pernicieux des mauvaises lectures28 ! » Marc Soriano lui-même, au début de ses chroniques, peine à s’extraire de cette logique défensive et de ce vocabulaire guerrier :

  • 29 Enfance, n°8-1, 1955.

Ce qui est certain, c'est que l'enfant n'a pas, à l'égard d'un livre, la défense dont dispose l'adulte. Il ne sait pas se détacher de ce qu'il lit sur le plan de la critique. Il est livré bien plus que tout autre à ces milieux d'imagination (l'expression, si juste et féconde, est de H. Wallon) qui sont d'autre part absolument nécessaires à l'expérience accélérée qu'il doit faire du monde qui l'entoure. Enfance, d'une part, les organismes de défense et de sauvegarde de la littérature enfantine d'autre part ont beaucoup fait pour attirer l'attention sur ces problèmes ; ils sont à présent mieux connus et en particulier ont attiré l'attention du public sur les dangers d'une certaine littérature, superman, littérature « à ballons », etc.29

32Il est amusant de retrouver cette rhétorique des lectures « dangereuses » dans les propos des militants et éducateurs qui se disent « progressistes », et qui sont tous, de fait, liés au Parti communiste, quand on se souvient qu’elle est inventée dans les années 1830 par les membres de l’Église les plus réactionnaires, et qu’elle s’exprime précisément dans les mêmes termes. Ces militants sont convaincus de la profonde influence morale des lectures enfantines. Mathilde Leriche le revendique dès 1950 :

  • 30 Vers l’éducation nouvelle, n°48, décembre 1950.

Il faut croire à l’influence tonifiante des bonnes lectures, comme on croit à l’influence du bon exemple et rechercher des livres dynamiques, peuplés de personnages vivants capable de faire signe aux garçons de les entrainer sur une bonne voie. Les lecteurs sentiront peu à peu eux-mêmes la beauté des actions honnêtes, la grandeur bouleversante de l’héroïsme30.

Même conviction chez des institutrices de maternelle dans L’École et la nation en 1955 :

  • 31 D. Salomon, M. Berton, G. Rapion (institutrices), « Les maternelles : le choix des contes », L’Écol (...)

Il nous semble que la portée morale du conte doit être notre préoccupation essentielle. Le conte représente pour l’enfant une des premières formes de l’art et comme tout œuvre d’art il a une influence profonde qui peut être bonne ou mauvaise. […] Racontons « des histoires » à nos enfants, non seulement pour leur faire plaisir, pour enrichir leur imagination, mais surtout pour cultiver leur sensibilité, leur intelligence, pour développer leur sens moral31.

La critique est morale

33Pour ces raisons, quelle que soit l’orientation politique des rédacteurs, ces notices critiques se font dans un premier temps sous l’angle quasi exclusif du jugement moral. Non pas jugement porté sur les conduites des protagonistes, mais sur l’enseignement moral qu’en retireront les jeunes lecteurs. De méfiante, la critique se fait prescriptive. La lecture enfantine peut aider à abattre les préjugés, comme on le lit dans Loisirs jeunes en 1954 :

  • 32 Loisirs jeunes, n°39, 15 septembre 1954.

La lecture de ce roman contribuera à faire tomber certains préjugés de race et de couleur, en créant de la sympathie pour un « noir ». C’est pourquoi nous recommandons pour de jeunes enfants ce livre d’ailleurs bien écrit32.

  • 33 L’École des parents, n°8, juin 1956.
  • 34 L’École et la nation, n°31, septembre 1954.
  • 35 L’École des parents, décembre 1960.
  • 36 L’École et la nation, n°46, mars 1956.
  • 37 L’École et la nation, n°68, avril 1958.

Marguerite Vérot, dans L‘École des parents écrit en 1956 à propos du Mur gris de toutes les couleurs, d’Andrée Clair : « Quels exemples pour les lecteurs de 8 à 11 ans que cette belle solidarité, et malgré d’inévitables disputes, cette entente chez des enfants de milieux et de races différents33 ! » Dans L’École et la nation, Alfred Sorel considère que La Forêt de Quoikelunde de Michel Rouzé « exalt[e] les meilleurs sentiments, l’esprit d’équipe, le courage, la curiosité scientifique, la bonne humeur, le sang froid34 ». Cet attachement à la vertu morale d’une saine lecture invite à rejeter les romans dont l’auteur n’expliciterait pas assez les valeurs. Marguerite Vérot déconseille ainsi un roman pourtant bien écrit : « le livre demande une discussion puisqu’à la question brutale qui se pose au cours du roman : « peut-on être un héros en se déshonorant ? » la réponse n’est pas nette. L’auteur n’explique pas les raisons du sacrifice du héros35 ». À l’autre bout du spectre idéologique, Paulette Charbonnel, en 1956, reprochera à M.A. Baudouy de ne pas prendre assez explicitement le parti des humbles dans un de ses romans, or « les jeunes ont besoin de savoir nettement où est le bien et où est le mal36 ». Elle le réaffirme deux ans plus tard : « De toutes façons, j’ai horreur de cette confusion idéologique, de cette incertitude morale37 ».

La critique est idéologique

34Cette critique principalement morale du contenu des livres s’appuie sur l’ancrage idéologique assumé de tous les auteurs. Il faut bien avoir à l’esprit le contexte de ces années cinquante et soixante, décennies d’un affrontement bipolaire violent, pour saisir pleinement ce qui se joue dans cette activité critique. En 1958, Paulette Charbonnel, qui a pourtant abandonné la chronique « livres d’enfants » à Natha Caputo, revient sur cette pratique avec cette affirmation péremptoire :

  • 38 Paulette Charbonnel, « Est-il bon, est-il mauvais ? », L’École et la nation, n°68, avril 1958.

Est-il possible de prétendre faire œuvre critique sans de vifs partis-pris ? Je ne le pense pas. Qu’on l’avoue ou non, qu’on le veuille ou non, tout jugement littéraire suppose, implicite ou explicite, la référence à un système philosophique, à une table des valeurs et tout littérature, y compris celle qui se prétend « non engagée » exerce toujours un pouvoir éducatif. Elle sert à former les hommes de demain. Comment ne pas se demander : quels hommes ? Pour quelle société38 ?

Ainsi Marguerite Vérot, dans L’École des parents, s’efforce-t-elle de défendre les romans scouts, attaqués par les tenants d’une certaine laïcité :

  • 39 L’École des parents, n°2, décembre 1956.

Ils ne conviennent pas à tous les enfants, car ils peuvent faire naître chez certains une exaltation dangereuse. De plus, les sujets peuvent ne pas plaire… Ne pas signaler ces œuvres sous prétexte qu’elles expriment des convictions religieuses que d’aucuns ne partagent pas serait, me semble-t-il, négliger un aspect viril et noble de la littérature pour la jeunesse39.

Dans Loisirs jeunes, bien que cela soit discret, on lit un appétit particulier pour les romans qui incitent les jeunes lecteurs à ressentir « l’appel du sud » et des vocations pour le « service » (médecine, missions), comme par exemple ceci :

  • 40 Loisirs jeunes, n°76, 1er juin 1955.

Voici un récit très beau et qui touche par son ton d’authenticité. Retraçant les plus belles pages de la pénétration saharienne, il est éclairé par les nobles figures du général Laperrine et du Père de Foucauld. Les confidences d’un officier méhariste éveilleront peut-être en d’autres cœurs que celui de Daniel Richard l’appel du Sahara40

  • 41 Loisirs jeunes, n°115, 26 avril 1956.

Et un peu plus tard : « Récits virils, exaltants qui feront rêver beaucoup de garçons de plus de 12 ans et peut-être éveilleront des vocations41. »

  • 42 Vers l’éducation nouvelle, n°43, juin 1950.
  • 43 J. Boujon, « Comment choisir nos contes », L’École et la nation, n°40, juin 1955.

35Toutes autres préoccupations chez les critiques de sensibilité communiste, comme Mathilde Leriche, qui dans Vers l’éducation nouvelle, malgré quelques réserves, salue ainsi Timour et sa brigade du Russe Arcadi Gaidar : « Livre intéressant à faire connaître. Il peut aider le lecteur à penser simplement et fraternellement aux enfants d’un grand pays dont il entend souvent parler avec tant de haine partisane42 ». Dans L’École et la nation, en 1955, l’institutrice J. Boujon, sous le titre « Comment choisir nos contes », se livre à une comparaison entre Le Petit Prince et L’Histoire de la mallette verte de I. Vassilienko – en faveur de ce dernier. Le texte de Saint-Exupéry serait désespérant parce que le petit héros est seul dans un monde hostile, tandis que « L’auteur de la Malette verte ne craint pas de parler aux enfants des effets désastreux des bombardements sur les villes de leur pays. Il leur montre toute l’horreur de la guerre. Il fait appel à leur conscience nationale43. »

La littérature doit préparer des adultes pour un monde en pleine mutation

  • 44 Enfance, t.9, n°5, 1956.

36Ces dissensions ne doivent pourtant pas masquer le consensus global sur une idée qui revient en boucle : la littérature pour la jeunesse doit préparer les enfants à leur vie d’adultes dans un monde moderne en plein bouleversement. C’est la conviction notamment de Marc Soriano, dès le début de ses critiques : « J'attends toujours des livres qui introduisent les enfants aux mille dimensions de notre univers contemporain, qui traitent enfin des sujets qui ne soient pas “éprouvés” et qui les introduisent à la vie telle qu'elle est, telle qu'ils la connaîtront bientôt44. »

  • 45 Loisirs jeunes, n°59, 2 février 1955.

37Cela signifie faire réfléchir les jeunes lecteurs sur les problèmes actuels, comme on le lit ici en 1954 dans Loisirs jeunes : « Ce livre obligera les adolescents à se poser de vraies questions sur la misère du monde (cette misère à côté de laquelle trop d’entre eux risquent de passer sans la connaître), à refuser l’égoïsme des uns et l’indifférence des autres, à devenir eux aussi à la mesure de notre temps45. » Marguerite Vérot écrit de même en juin 1956 :

  • 46 L’École des parents, n°8, juin 1956.

Depuis quelques années déjà, dans la littérature enfantine résonne l’écho des grands problèmes actuels. Nous disons bien l’écho, car il n’est pas question de résoudre ces problèmes ! Les poser, faire prendre conscience de leur existence, tout est là. […] Les fenêtres s’ouvrent sur le vaste monde pour les jeunes aussi. […] Lorsqu’on vit la douloureuse métamorphose du monde moderne, la lecture de romans sur la paisible vie familiale de jadis, à la manière de la Comtesse de Ségur, ne peut suffire. […] S’éveiller à soi-même, n’être plus tout à fait un enfant, et pas encore un adolescent, c’est vouloir aussi suivre et vivre l’évolution de notre monde46.

  • 47 L’École des parents, ibid.

Ce critère d’ouverture aux réalités contemporaines lui fait approuver certains romans : « Dans ce livre, P.-J. Bonzon s’attaque au douloureux problème des réfugiés, l’un des plus graves de notre temps47 » ; elle reprochera à d’autres leur « romanesque échevelé ». Cette nécessité d’engager les jeunes gens, à travers leurs lectures, dans les réalités contemporaines, anime aussi les critiques d’orientation communiste. On lit ainsi en 1955 dans L’École et la nation sous la plume de J. Boujon, institutrice :

  • 48 J. Boujon, « Comment choisir nos contes », op. cit.

Nous devons nous tourner résolument vers la littérature enfantine qui recherche les circonstances réelles. L’esprit de nos enfants a besoin de connaître le vrai dans l’aventure et de nourrir son imagination aux sources multiples qui le satisfont en le faisant grandir. […] L’enfant ne doit pas ignorer qu’il doit lutter pour devenir un homme, qu’il faut qu’il surmonte les difficultés. La position la plus courageuse est évidemment celle de l’esprit qui ne s’évade pas, qui recherche ses modèles parmi les meilleurs adultes, les ouvriers, les constructeurs, les éducateurs. La littérature enfantine doit prouver que l’enfant sera l’homme de la construction future48.

  • 49 L’École et la nation, n°44, janvier 1956.

C’est ce critère exclusif qui anime Paulette Charbonnel, lorsqu’elle distribue blâmes et éloges. Éloge au roman Le Mur gris de toutes les couleurs d’Andrée Clair qui repose sur le problème de la crise du logement ; blâme à Colette Vivier, quand elle résout l’intrigue de La Porte ouverte par l’adoption de trois nouveaux enfants : « la charité privée ne peut être un remède efficace pour tant de misères accumulées, et aggravées par l’évolution même du régime. Je regrette beaucoup que ce récit alerte et sympathique nous ait dirigés sur cette voie sans issue49. »

38Malgré cet unanimisme sur l’engagement, dans la vie réelle, la question de la peinture des faits sociaux est de celles qui clivent profondément le corpus des chroniques analysées. Quelle image donner des pauvres ? Jusqu’à quel degré de réalisme doit-on, peut-on aller ? Marguerite Vérot, dans L’École des parents, est souvent scandalisée par le langage peu châtié des personnages de poulbots, et par l’atmosphère qui émane des romans qu’elle désigne comme « populistes ». Elle fait ce reproche au Cheval sans tête :

  • 50 L’École des parents, n°2, décembre 1955, p. 46.

Pourquoi faire à ces gosses des têtes de jeunes voyous ou de dégénérés ? […] l’atmosphère de cette gare de triage laisse une impression de tristesse et de malaise. Et que dire de cette réplique : « J’ai même encaissé, dans la bagarre, un bon pain dans la gueule » […] Nous vous laissons juge50 !…

  • 51 L’École des parents, ibid., p. 47 (à propos de Fanchette, le jardin de l’espérance).
  • 52 Vers l’éducation nouvelle, n°81, avril 1954.

La pauvreté, quand elle est représentée dans un roman, doit selon elle être transcendée, comme chez Saint-Marcoux : « La toile de fond est Paris, la Butte et son étrange faune de touristes, d’artistes, même sa pègre. Mais rien de sordide dans tout cela ! Les rayons de l’espérance, peut-être du bonheur, finissent par percer les ténèbres51. » Face à ces exigences de transfiguration des réalités sociales, Mathilde Leriche ne cache pas son agacement : « La sottise de ces écrivassiers contemporains n’a d’égale que leur insolence bornée. Flatteurs sans dignité, ils encensent les classes fortunées ; le mépris des milieux sociaux peu favorisés se glisse hypocritement dans leurs romans52. »

La critique est sexiste

  • 53 Vers l’éducation nouvelle, n°44, juillet 1950.

39Si les convictions des uns et des autres divergent, quant aux solutions qui permettront de résoudre les grands problèmes contemporains (engagement missionnaire et charité, ou révolution prolétarienne ?), tous nos critiques semblent donc d’accord pour valoriser une littérature de l’élévation d’une conscience morale. On peut à l’occasion relever un autre domaine qui fait consensus : le sexisme de ces discours critiques, qui séparent, avec beaucoup de condescendance, lectures de filles et lectures de garçons. On lit dès 1950 dans Vers l’éducation nouvelle : « La jeunesse, les garçons surtout, ont besoin de lectures fortes et captivantes qui les aident à retrouver un équilibre compromis par les années de guerre et les troubles multiples de l’époque où ils vivent53. » En 1954, Loisirs Jeunes non seulement ne remet pas en cause la sexuation des collections, mais rectifie quand un roman semble être dans la « mauvaise » catégorie de lecteurs :

  • 54 Loisirs jeunes, n°29, 12 mai 1954.

Au premier abord nous avons été étonnés de trouver ce récit, qui s’adresse plutôt à des filles, dans une collection destinée aux garçons (il est vrai que beaucoup de filles la lisent54).

Trois ans plus tard, même condescendance chez Marguerite Vérot, quand elle écrit à propos d’un épisode de la série Alice :

  • 55 L’École des parents, n°8, juin 1957.

Mais des lectrices trop émotives et imaginatives – ce roman s’adresse plus à des filles – pourront-elles dégager ces idées générales ? Celles-ci sont prises, en effet, dans un enchevêtrement de péripéties dramatiques plus ou moins vraisemblables qui satisferont à bon compte leur appétit pour le romanesque et le mélodrame55.

40Ce n’est pas Marc Soriano qui va permettre d’ouvrir le débat, puisqu’il conserve fermement la distinction dans ses chroniques :

  • 56 Enfance, n°8-4, 1955.

D'où vient ce « ton » attendri de la plupart des livres classés dans la rubrique « petites filles » ? J'ai cru longtemps que c'était de la comtesse de Ségur. Mais non ; de plus loin encore, de la source où la comtesse elle-même est venue puiser. De Mme Leprince de Beaumont et de toute cette fade littérature enfantine du xviiie siècle que Jean-Jacques repoussait avec horreur et qui pourtant, quelques années après Émile, avec Berquin, se réclamera de lui. […] Est-il donc si difficile d'écrire un livre qui convienne spécifiquement aux petites filles ? Difficile, certainement56.

La condescendance se confirme dans une autre chronique de 1957 :

  • 57 Enfance, n°10-1, 1957.

La délimitation est sans doute arbitraire, mais je me réfère non à des frontières que la psychologie aurait distinguées de façon précise, mais à un certain ton qui se retrouve dans des collections fort différentes : sensiblerie, invraisemblance, puérilité. Ce ton, qui l'impose ? Les auteurs qui veulent se ménager l'audience des petites filles ou ces petites filles elles-mêmes57 ?

Il faudra attendre encore de fort longues années pour que cet a priori soit remis en question dans l’activité critique…

1955-1965 une critique qui s’ouvre

41Si j’ai « marqué » la date de 1955, c’est parce que Marc Soriano commence cette année-là ses chroniques dans Enfance, qui me paraissent constituer un tournant majeur dans l’activité critique. Pour la première fois en effet, un critique, romancier lui-même, bientôt engagé dans une thèse de doctorat sur Charles Perrault, va s’efforcer de justifier son activité en référence à des critères explicites, voire des options théoriques assumées. Ce n’est pas la fin de l’empirisme, ce serait trop simple ; et cela n’empêche nullement les préjugés, encore moins les erreurs de jugement. Mais cela scande à mon sens l’histoire des discours critiques consacrés à la littérature pour enfants.

Émergence d’une conscience méta-critique

  • 58 Enfance, n°8-1, 1955.

42Débutant son activité en 1955, Marc Soriano commence par souligner la position délicate qui est la sienne comme critique, « puisque les problèmes posés ne sont pas encore dégagés avec une netteté suffisante58... ». Il va donc profiter d’un débat, autour de Jules Verne, avec l’Italien Giovanni Cristini, pour clarifier son point de vue théorique sur l’activité de critique à laquelle il se livre :

  • 59 Enfance, n°8-2, 1955.

M. Cristini relie avec beaucoup de lucidité sa défiance à l'égard de Verne au courant de pensée idéaliste […] et rend clair ainsi que la critique idéaliste reste attachée à un certain type de livres d'enfant (ce qui est sensible dans un livre par ailleurs aussi remarquable que celui de Paul Hazard) et se méfie, un peu à priori malgré tout, d'un autre type de livre d'enfant, qui lui, se propose au contraire d'adapter l'enfant aux problèmes qui seront ceux de son époque. Le matérialiste et le dialecticien que j'essaie d'être éprouve un attachement et une méfiance inverses59.

De même, bien qu’il s’avoue souvent peu compétent pour évaluer la qualité des albums destinés aux tout-petits, il s’efforce très tôt de donner ses critères d’analyse, ce que ne font jamais ses confrères :

  • 60 Enfance, n°8-4, 1955.

Voici les critères sur lesquels se fondaient mes jugements des précédentes chroniques : 1° clarté et lisibilité du dessin ; 2° qualité artistique (celle du dessin et celle des couleurs) ; 3° absence d'« astuces » et d'intentions caricaturales que l'enfant ne comprend pas, ce qui n'exclut pas un certain humour ; 4° absence de recherches purement esthétiques qui risquent de dérouter l'enfant. Je n'explicite ces critères – que je numérote par souci de clarté mais qui me semblent d'ailleurs tous également importants – que pour aider le lecteur à dégager les siens60.

  • 61 Paul Hazard, comparatiste, professeur au collège de France depuis 1925, a publié en 1932 dans la co (...)

43L’année suivante, dans L’École des parents, le psychanalyste André Berge, directeur du centre Claude-Bernard, revendique lui aussi, dans le domaine de la critique de livres pour enfants, une scientificité qu’il rattache à Paul Hazard61 : selon lui, on ne peut pas prononcer de jugements sans études approfondies. On sent le critique sensible à ses propres dérives idéologiques, et en demande d’assurances et de certitudes qui seraient fournies par les sciences humaines, alors en plein développement.

Soucieux de recueillir des avis de professionnels, Soriano ouvre alors largement ses colonnes au courrier qu’il sollicite et reçoit. En 1956, il organise même un débat avec Paulette Charbonnel, Natha Caputo et Andrée Clair, pour réfléchir aux questions abordées dans ces courriers :

  • 62 Enfance, n°9-2, 1956.

Les thèmes qui sont revenus le plus souvent sont : l'évolution du merveilleux du temps passé, la définition du nouveau réalisme qui se fait jour dans les meilleurs livres contemporains pour enfants, l'étude critique du patrimoine de la littérature enfantine, le problème de la différenciation par âges, etc.62

  • 63 Enfance, n°9-3, 1956.

Cette réflexion débouche sur le numéro spécial « Les livres pour enfants » de la revue Enfance en 195663, qui s’efforce de réunir des points de vue d’auteurs, d’éditeurs, d’éducateurs, etc.

Une critique pluraliste

44Cependant, faute de garanties indiscutables qui seraient fournies par des observations scientifiques, les critiques en sont réduits à spéculer : la période est alors propice aux débats, qui révèlent que tous ces critiques se lisent les uns les autres. Si le livre de Brauner, Nos Livres d’enfants ont menti, mettant profondément en cause la fonction de l’imaginaire dans la littérature pour enfants, suscite d’abondantes réactions dans la plupart des revues, ce sont les plus souvent des notices critiques qui focalisent le débat.

  • 64 Enfance, n°8-2, 1955.
  • 65 Marguerite Vérot, Les Enfants et les livres, op. cit.
  • 66 Loisirs jeunes, n°30, 19 mai 1954.
  • 67 Revue des jardinières d’enfants, n°14, juin-juillet 1955.
  • 68 Enfance, n°10-1, 1957.
  • 69 Enfance, n°12-5, 1959.
  • 70 Enfance, n°17-4, 1964.

45Ainsi Marc Soriano critique-t-il certains avis de Renée Michel dans L’Humanité64, comme il rejette le point de vue développé par Marguerite Vérot dans son ouvrage Les Enfants et les livres65. La revue Loisirs Jeunes souligne qu’elle apprécie les livres de Yette Jeandet « dont plusieurs critiques de littérature enfantine déplor[ent] la mièvrerie66 », preuve que l’on se lit mutuellement ; de même la Revue des jardinières d’enfants cite-t-elle des articles de Jeanne Cappe parus dans Littérature de jeunesse (très catholique) et de Natha Caputo dans Le Progrès de Lyon67. En 1956, dans Vers l’éducation nouvelle, Raoul Dubois se montre très réservé à l’égard des jugements de Marguerite Vérot ; l’année suivante, Soriano exprime son désaccord avec Paulette Charbonnel sur un roman de Jeanne Loisy : « Je suis aux regrets de ne pas être de l'avis de mon excellent confrère Paulette Charbonnel, de L'Humanité, qui, tout en aimant le livre, ne le trouve pas assez neuf68. » En 1959, c’est au tour de Soriano et Raoul Dubois d’être en violent désaccord au sujet des adaptations69. Le ton monte quelque peu quand en 1964 Marc Soriano et Marguerite Vérot s’affrontent autour de la critique de La Citadelle de l’espoir de Claude Cénac. Soriano publie la lettre qu’elle lui a adressée, dans laquelle elle lui reproche d’« ergoter » et de faire de la critique « trop intellectuelle », de « professeur70 ».

46C’est au fil de ces débats, dont le ton reste courtois même si les divergences idéologiques sont profondes, que s’élabore peu à peu une culture critique plus argumentée. Celle-ci aura le premier mérite d’interroger les acteurs sur quelques catégories de livres pour enfants, et de faire tomber certains a priori.

Réévaluation du conte et de l’album

47Les genres qui bénéficient le plus évidemment de ces débats ouverts entre critiques sont le conte (et l’ensemble de la culture de tradition orale), et l’album d’images.

48Dans ce milieu des années cinquante, le monde éducatif n’a pas une très haute opinion de la culture dite de tradition orale. Si l’on ne mésestime pas totalement les comptines, par exemple, on considère le goût des enfants pour ces petites formes avec un peu de condescendance, comme on le lit dans L’École maternelle française, sous la plume de Jean Château, agrégé de philosophie :

  • 71 L’École maternelle française, n°7, avril 1948.

L’enfant, dans ces comptines comme dans son amour des contes, témoigne de son ignorance et de son inexpérience. Les cadres de sa pensée sont encore si souples et incertains que lui apparaît encore souvent possible ou vraisemblable ce qui, pour l’adulte, n’est que fable ridicule ou charmante poésie71.

  • 72 Enfance, mais aussi Vers l’éducation nouvelle, et L’École et la nation : « À propos de sept volumes (...)
  • 73 L’École des parents, n°8, juin 1956, p.36.

Le conte est victime de la même suspicion, plus particulièrement dans les milieux dits « progressistes » : le folklore, parce qu’il ferait usage du merveilleux, serait archaïsant ; il pâtirait par ailleurs du soutien que lui avait accordé le régime de Vichy. Il faudra donc toute la culture de Marc Soriano, à partir de 1955, pour que, dans les diverses colonnes des revues auxquelles il collabore72, émerge une nouvelle conception du conte populaire, appuyée sur les récentes publications de Paul Delarue, dont la valeur est soulignée aussi par Marguerite Vérot73.

  • 74 Enfance, n°8-3, 1955.

49Si Marc Soriano défend à ce point le conte, c’est parce qu’à ses yeux il est le réceptacle d’un véritable merveilleux, non frelaté, auquel les auteurs contemporains devraient venir puiser dans leurs tentatives pour inventer un merveilleux « moderne ». Il est ainsi très sévère à l’égard des premières publications d’Henri Pourrat74, à qui il reproche dans un premier temps la confusion entretenue entre une activité de collectage fidèle, et une tentation créative. La limite de la tolérance de Soriano se situe en effet quelque part autour de cette idée de la fidélité au conte merveilleux : s’il faut lui rendre hommage pour avoir été un maillon essentiel dans la redécouverte des vertus des contes traditionnels dans les lectures enfantines, cet attachement le rend hélas rétif, voire aveugle aux autres formes de fantaisie littéraire, qu’il rejette de manière assez vigoureuse. L'album en particulier suscite chez lui des remarques contrastées, comme ici en 1962, lorsqu'il écrit :

  • 75 Enfance, n°15-4, 1962.

Il ne me semble pas inutile de poser la question du « dosage » de la fantaisie dans les premiers albums. L'écrivain, l'illustrateur peuvent-ils se livrer sans retenue au démon du bizarre et du farfelu ? Que de problèmes, lorsqu'on commence à étudier ces petits livres apparemment si simples75 !

  • 76 Je renvoie aux travaux de Thierry Crépin déjà cités, et me permets aussi de signaler le chapitre 11 (...)
  • 77 Denise Salomon, « Utilisation du merveilleux à l’école maternelle », L’École et la nation, n°45, fé (...)
  • 78 L’École des parents, février 1960.

50La période avait commencé dans un climat d’iconophobie alimenté par les fantasmes autour des comics américains ; je n’y reviens pas, car la littérature sur ce sujet est abondante76. Cette intense méfiance à l’égard des « illustrés » nuit à la construction de tout regard critique sur l’image. Ainsi la revue Loisirs jeunes s’illustre-t-elle par son absence de critères esthétiques explicites, en restant dans le flou avec des formules comme « Le texte est très aéré ; les illustrations […] en pleine page sont de couleur plaisante » ou « Les illustrations de Romain Simon sont agréables, avec des couleurs plaisantes ». Tout au plus formule-t-on, de manière absolument obsessionnelle, les deux mêmes reproches à l’égard de l’image : les couleurs en seraient « criardes » ; et les animaux, trop anthropomorphisés (parce qu’ils sont habillés). Si l’on ne dit rien de l’image, c’est qu’on est souvent convaincu, dans les milieux éducatifs de la petite enfance, que rien ne peut remplacer le racontage, toujours préférable à une fréquentation du livre qui, si elle est trop précoce, peut être contre-productive. Par ailleurs, les milieux communistes, qui prônent le réalisme dans tous les domaines de la culture, étendent leur méfiance à l’image. Denise Salomon écrit par exemple : « Ne faut-il pas condamner tout ce qui laisserait dans l’imagination de l’enfant une confusion entre la réalité et l’imaginaire77 ? » Par ailleurs, nombreux sont encore les éducateurs à considérer que l’image n’est qu’un pis-aller temporaire, comme l’écrit A.-M. Coutrot dans L’École des parents : « Ne nous précipitons pas, mais sachons trouver les étapes qui le conduiront à lire un vrai livre, sans images78. »

51Pourtant, la période voit se constituer lentement une culture critique de l’image et de l’album. C’est en Belgique qu’elle émerge d’abord, et ce dès le début des années cinquante. Jeanne Cappe est la première à expliciter ses critères d’analyse et, en parallèle, à souligner l’émergence de personnalités graphiques :

  • 79 Littérature de jeunesse, n°21, décembre 1950.

Romain Simon avait déjà donné maintes preuves d’une facture qui s’adapte à l’œil de l’enfant et donne à ce dernier le sens du beau et de la couleur qui chante. Pierre Belvès est aussi très grand artiste79.

  • 80 A propos de C’est arrivé à Issy-les-brioches, Littérature de jeunesse, n°29, octobre 1951.

Les dessins [d’André François] paraissent, au premier abord, d’un modernisme déconcertant, mais ils représentent en fait la caricature telle que peut la concevoir l’esprit d’enfance et correspondent à l’optique des enfants tout en nous plaisant par une naïveté qui n’a rien d’emprunté80.

  • 81 Littérature de jeunesse, n°30, novembre 1951.

Le pinceau de Rojankovsky a fait comme toujours merveille, bien qu’il ait évité visiblement cette note très moderne qui le caractérisait, par exemple, dans les « albums du Père castor ». Il reste plus fidèle au modèle vivant81.

  • 82 Vers l’éducation nouvelle, n°100, mars 1956.

Une semblable finesse ne se lira, dans les périodiques français, qu’après 1956, comme dans cette profession de foi de Mathilde Leriche : « Essayons de donner aux enfants une joie paisible, une bonne gaîté. Apprenons-leur à regarder longtemps une image, à « la lire », à y découvrir les détails. Alors, telle ou telle image devient un univers qui s’ouvre devant eux82. » Sans parvenir à formuler rationnellement quelle compétences sont en jeu dans l’analyse de l’image, de plus en plus d’éducateurs semblent sensibles à l’effet qu’elle produit sur le jeune enfant – il faut reconnaître que l’image d’albums séduit d’autant plus que se développe la consommation d’images mouvantes vers lesquelles se déplace l’animosité du monde éducatif. Pour L’École maternelle française,

  • 83 H. Sourgen, inspectrice générale de l’Éducation Nationale, L’École maternelle française, mars 1959.

le vrai travail de l’esprit sur soi-même est un travail qui exige la solitude — à tous les âges, dès l’école maternelle. Cet enfant de 2 ans, de 3 ans, de 4 ans qui a entre les mains un livre d’images qui lui est familier, peut voir les images, les retrouver selon son rythme propre […]. L’expérience qu’il fait des êtres vivants par les images de son album est ainsi personnalisée, incorporée. Il conduit cette expérience lentement83.

52Cette reconnaissance du travail de l’image conduit même certains éducateurs à reconnaître leur propre incapacité, et l’étroitesse de leurs a priori, dont ils cherchent à préserver l’enfant. Ainsi Hélène Sourgen, inspectrice des écoles maternelles, écrit-elle en 1959 :

  • 84 Ibid.

Je ne choisirais pas volontiers pour mes petits enfants Babar ou Mickey – et cependant je sais qu’ils y trouveraient des fontaines ruisselantes d’enchantement ; je leur donnerais donc malgré moi Babar et Mickey qui appartiennent à un monde dont je suis exclue et je me dirais que je serais sage en les abandonnant à des héros qui mettent en branle les jeux imprévisibles de l’imagination créatrice et de la pensée enfantine84.

  • 85 L’École des parents, n°5, mars 1956.
  • 86 L’École des parents, n°2, décembre 1956, p. 40, à propos de Ruses de Renart.

Tandis qu’André Berge, dans L’École des parents, défend tous les livres avec images, de Babar à Tintin85, et même Marguerite Vérot se met à célébrer le style, pourtant novateur, de René Moreu : « Sous leur naïveté voulue, qui les apparente aux dessins des enfants, les illustrations de René Moreu sont remarquables de précision et d’exactitude. Pleines d’humour, elles évitent cependant la caricature que l’enfant comprend mal86. »

53Une fois de plus, c’est dans les colonnes de la revue Enfance que va s’ébaucher la réflexion critique la plus construite. Marc Soriano, qui reconnaît volontiers les limites de sa compétence en matière d’images, se fait seconder dès 1957 par Catherine Valogne et Natha Caputo. Il ouvre aussi ses pages à des illustrateurs, comme Henri Crespi qui, en 1955, apporte une voix discordante dans le concert de blâmes qui s’abattent sur les illustrés :

  • 87 Enfance, n°8-5, 1955.

Pourquoi les bandes dessinées genre américain ont-elles du succès? Parce que les personnages sont tous expressifs et jouent des rôles. Leur mouvement participe à l'histoire. Rien n'est gratuit… Babar de Brunhoff, les Riquiqui de Moreu, et aussi la Famille Radicelle dans Vaillant (dont les dessins sont pourtant laids) ont les mêmes qualités : invention à l'intérieur d'une situation qui fait rire. Comparer avec les illustrations de Nathalie Parain pour les Contes du Chat perché : deux petites filles inexpressives, un petit chien, un oiseau, une route, des arbres inutiles. Réaction d'un enfant : “C'est joli, oui, mais ça ne parle pas87”.

  • 88 Je renvoie à mon article « Le beau et le moche dans l’album pour enfants », dans Isabelle Nières-Ch (...)

Pourtant, même si une brèche s’ouvre dans la forteresse iconophobe de ces années cinquante, il faut reconnaître qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire pour que s’élabore, en France, une démarche critique cohérente et informée autour de l’image et de l’album88.

La critique devient plus littéraire

54Dans le domaine romanesque, en revanche, les choses sont plus rapidement en place. Au flou relatif qui domine les critiques de la première période se substitue plus rapidement une exigence formelle explicitée. Marguerite Vérot réclame de la cohérence dans les intrigues :

  • 89 L’École des parents, n°2, décembre 1956.

Momo fille des montagnes (Rouge et or) est un ouvrage que je n’hésite pas à qualifier de chef-d’œuvre de la littérature enfantine. Quant à Bivouac mon ami (Hachette), c’est le modèle du livre… à ne pas écrire. Dans celui-là on admire la sobriété des moyens employés. Dans celui-ci on déplore l’accumulation d’invraisemblances. L’un joint à la richesse des épisodes une documentation de choix ; les aventures de l’autre sont gratuites et la documentation inexistante89.

  • 90 L’École des parents, n°8, juin 1957.
  • 91 Paulette Charbonnel, « Des livres pour nos enfants », L’École et la nation, n°43, décembre 1955.
  • 92 Loisirs jeunes, n°84, 21 septembre 1955.

Vivacité et réalisme narratif sont encore célébrés dans Le Clan des sept : « Il est court, sans invraisemblance ; l’intrigue est bien menée90. » Le style fait l’objet de toutes les attentions, même si les critiques ne sont pas exemptes d’incohérences, comme ici dans les propos de Paulette Charbonnel : « Le récit est très rapide, presque tout en dialogues, forme littéraire préférée des enfants. Le langage de notre jeune bande n’est ni celui de jeunes voyous (je pense à de nombreux illustrés) ni celui de “mondains distingués”. Il m’a paru un peu plus châtié, un peu plus correct que celui de nos élèves et de nos enfants, et je m’en réjouis. Il manque rarement de naturel91. » Là où toutes les tendances politiques se rejoignent en effet, c’est dans le rejet de toute forme de vulgarité, y compris dans les dialogues. Cette remarque de Loisirs jeunes résume l’opinion générale : « est-il vraiment nécessaire de retrouver écrit un langage qui écorche déjà un peu les oreilles lorsqu’il est parlé92 ? ».

  • 93 Vers l’éducation nouvelle, n°65, août 1952.
  • 94 Ibid.
  • 95 Vers l’éducation nouvelle, n°68, décembre 1952.

55Rares sont cependant les critiques qui, comme Mathilde Leriche, identifient des talents, formulent des reproches précis ou célèbrent le choix d’un ton, comme lorsqu’elle évoque Eluard, Pierre Gamara ou Erich Kästner. De Grain d’Aile elle dit : « Le texte serait vraiment joli s’il était débarrassé de toutes les petites digressions fort ennuyeuses pour les enfants et qui coupent l’intérêt du conte93 ». Elle n’aime pas davantage les messages trop appuyés de Pierre Gamarra : « Certes, l’idée est belle, mais l’affabulation demeure mince et le défilé des mots un peu terne et monotone94 », alors qu’elle vante Petit-Point et ses amis : « L’émotion, voilée par une bonne gaité, confère au livre un charme extraordinaire bien caractéristique des œuvres de Kästner95 » .

Culture classique vs culture de masse : quelques incompréhensions

56On sent, derrière l’ensemble de ces critiques, la prégnance d’une formation classique, qui dessine en filigrane un horizon de grands textes auxquels sont mesurés les romans pour enfants nouvellement écrits. Tous se rejoignent d’ailleurs dans leur détestation des adaptations et des textes classiques tronqués, arguant qu’il vaut mieux que l’enfant ait atteint l’âge de savourer lui-même l’intégralité d’un beau texte. Une nouvelle fois, il faut savoir gré à Marc Soriano d’initier la réflexion sur ce que pourrait être la spécificité d’une écriture enfantine : qu’est-ce que d’adresser littérairement à l’enfant ? Il n’hésite pas à critiquer les auteurs « pour adultes » qui s’essaient maladroitement aux textes pour enfants, comme Maurice Genevoix, ou le ministre Christian Pineau :

  • 96 Enfance, n°8-1, 1955.

D'où vient alors ma gêne, qui est réelle ? De ceci, je crois. Parce qu'il s'adresse à des enfants, Genevoix se croit obligé, souvent, à expliquer au lieu de suggérer, ce qui fait que la verve frôle parfois la facilité, et que la sensibilité n'évite pas la sensiblerie96.

  • 97 Enfance, n°10-1, 1957.

Ce n'est là en fin de compte qu'un amusement de lettré qui amalgame des souvenirs de lecture, des clins d'œil au lecteur adulte, une fantaisie gratuite, et quelques bribes de folklore qui flottent dans l'air97.

Il essaie aussi de déconstruire la « fabrique » à fictions enfantines, dont il ne cesse de rappeler que, pour lui, elle naît historiquement de la tradition orale et de la littérature populaire, à épisodes. C’est à la lumière de cette généalogie qu’il analyse le phénomène du roman d’aventures :

  • 98 Enfance, n°8-3, 1955.

Je ne trouve pas mauvais que leurs auteurs puisent largement à ce que j'ai appelé “l'arsenal” c'est-à-dire à l'attirail des trucs et des ficelles romanesques que le roman populaire a cédé à la littérature enfantine. Encore faut-il que ce bazar soit utilisé de façon à ce que l'attention du jeune lecteur ne soit pas sollicitée “à vide”, qu'elle ne s'exerce pas sur de faux problèmes ou […] sur de fausses réalités, qui lui cachent le monde réel. Encore faut-il que l'auteur ait un minimum d'art, de savoir faire, de dextérité dans la composition, de bonheur et de précision dans l'expression98

  • 99 Enfance, n°11-1, 1958.
  • 100 Enfance, n°11-2, 1958.
  • 101 Enfance, n°13-3, 1960.

Au fil de ses chroniques, il pose successivement toute les grandes questions que soulève le roman pour enfants : celle de la collection, de l’adaptation99, celle de la lecture des adolescents100, celle du style101.

57Ce n’est cependant pas à lui que revient le mérite de détecter le plus vite les tendances nouvelles de cette littérature en plein essor, mais aux animateurs de la revue Loisirs Jeunes, revue on le rappelle consacrée à l’ensemble des « loisirs » de la jeunesse. Il est possible que Janine Despinette, chargée de la rubrique « livres », ait mieux que Soriano senti l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes, nés après la guerre, avides de distractions et de plaisirs, à qui l’édition se met alors à proposer de nouveaux types de lectures. Elle est la première à signaler l’émergence d’un genre nouveau, la SF :

  • 102 Loisirs jeunes, n°27, 28 avril 1954.

La vogue de la science-fiction est de plus en plus grande. Les romans d’anticipation, après avoir pénétré dans la littérature pour adultes, cherchent à prendre place également dans les collections réservées à la jeunesse. Mais, ce qui peut représenter un simple divertissement pour un esprit adulte, peut être pris beaucoup plus au sérieux par les jeunes aux oreilles desquels parviennent des termes scientifiques dont ils ne comprennent pas toujours le sens, mais qui leur semblent les mots de passe d’un monde nouveau régi par les techniciens et qui sera leur monde à eux. Et il sera bon pour parents et éducateurs de prêter grande attention à ce nouveau genre de littérature pour jeunes102.

De même, Loisirs jeunes accueillera plutôt favorablement le développement du roman policier, comme ici en 1955 :

  • 103 Loisirs jeunes, n°89, 26 octobre 1955.

Alsatia crée une collection policière, sachant l’attrait que l’énigme policière exerce sur les jeunes… John Curtiss sous les traits du détective muet mène des enquêtes brillantes avec juste ce qu’il faut de vols, de morts violentes, mais dans un langage propre, honnête, et beaucoup d’humour. Cette lecture est bien sûr réservée aux grands (14-16 ans), mais elle est moins déprimante que les faits divers des journaux… et si les 12-13 ans le subtilisent à la bibliothèque du frère aîné, ce ne sera pas grave103.

Pragmatisme et sensibilité fine aux évolutions de la jeunesse caractérisent ce journal aux exigences théoriques bien moindres que celles de la revue Enfance. Dans cette dernière, il faudra deux années de plus à Marc Soriano pour découvrir le phénomène du roman à énigmes, dont il tente alors d’expliquer la vogue en se référant à Gramsci. Il me semble toutefois que Soriano, ce faisant, réduit le roman policier à… ce qu’il n’est pas :

  • 104 Enfance, n°10-1, 1957.

Les enfants ont droit, eux aussi, à ce qu'il est convenu d'appeler le « suspense ». À quoi bon d'ailleurs utiliser un mot étranger ? Il s'agit d'une exigence esthétique et psychologique élémentaire que nous connaissons tous : un livre doit être lisible, bien construit, et comporter une action, une progression qui retienne l'intérêt104.

  • 105 Rappelons que c’est en 1961 qu’Annah Arendt publie, dans Between Past and Future : Six exercises in (...)

58De fait, nos critiques restent malgré tout aveugles à certaines des évolutions de la littérature pour la jeunesse qu’ils scrutent pourtant au quotidien. Ils peinent par exemple à saisir la singularité de la logique sérielle, qui n’est envisagée ni d’un point de vue clairement économique (à cet égard, la critique semble presque totalement ignorante des mécanismes de la production sérielle contemporaine), ni sous l’angle de la production fictionnelle en régime de culture de masse – l’expression n’est d’ailleurs jamais utilisée dans ces chroniques105. L’attitude de ces critiques à l’égard du livre doit pourtant se comprendre aussi en relation à la méfiance intense que suscite l’émergence de l’audio-visuel (cinéma, puis télévision), dont la menace semble bientôt si grande qu’elle fait disparaître le discours rhétorique mettant en garde contre les lectures « dangereuses » : désormais, le livre a basculé du côté des remèdes à une déculturation dont les responsables sont les images mouvantes.

59C’est aussi cette incapacité à bien comprendre cette culture de masse en cours d’élaboration qui explique le rejet dont est victime, de manière massive, la bande dessinée. Dans un passage intitulé « Pour ou contre la bande dessinée », Marc Soriano semble résumer, avec un brin de mansuétude, l’opinion générale des éducateurs sur le sujet :

  • 106 Enfance, n°16-4, 1963.

En ce qui me concerne, je suis contre et je l'ai dit souvent ici même. Mais il m'arrive d'en conseiller la lecture, – si l'on peut dire – à des jeunes qui ont encore besoin d'images pour soutenir leur attention. Encore faut-il bien entendu que ces bandes soient dessinées avec un minimum de soin et d'art et que les « ballons » ne contiennent pas trop de stupidités et de fautes de français106

Débordés par des rythmes de parution qui s’accélèrent, nos chroniqueurs, pris chacun dans des logiques idéologiques et des carcans professionnels contraignants, peinent parfois à prendre la distance qui leur permettrait de comprendre ce qui est en train de se jouer dans le champ de la production livresque pour l’enfance et la jeunesse.

Une voix singulière : Natha Caputo

60Au sein de ce concert, parfois discordant, de critiques en littérature pour la jeunesse, une voix émerge progressivement. Dans le n°54 de L’École et la nation, daté de janvier 1957, apparaît pour la première fois la signature de Natha Caputo, qui va bientôt remplacer Paulette Charbonnel pour tout ce qui concerne le livre pour enfants. Aguerrie, parce qu’elle écrit déjà sur ce sujet dans le Progrès de Lyon, elle commence symboliquement par entonner le refrain familier à la revue : « La mauvaise littérature pour enfants a déjà fait couler beaucoup d’encre, provoqué bien des diatribes. Une méthode de combat plus efficace ne serait-elle pas d’opposer aux mauvais livres, les bons livres ? »

61Mais une fois manifestée cette allégeance au discours « maison », Natha Caputo va se signaler par un ton absolument libre, une finesse d’analyse dégagée de la rhétorique défensive à laquelle la revue avait habitué, une ouverture à la sensibilité enfantine qu’on trouve dans peu de revues, enfin une connaissance intime et profonde des œuvres pour lesquelles elle éprouve une authentique passion. Sa première manifestation d’enthousiasme prend pour objet Le Secret de Don Tiburcio, qui a obtenu le prix Jeunesse :

  • 107 L’École et la nation, n°54, janvier 1957.

Ce prix Jeunesse 1956 est un livre d’évasion. Ce n’est ni l’étude d’un groupe humain, ni une initiation à une forme d’activité sociale, ni un roman d’aventures. Et pourtant l’aventure s’y trouve avec le vieux thème de l’énigme à déchiffrer qui permettra la découverte du trésor. Mais avec quel talent, quel relief sont campés les principaux personnages : les gitans et l’instituteur ! Et la pointe d’humour qui vient assaisonner les rapports émouvants qui se nouent entre ce dernier et le sauvage fils des gitans n’est pas le moindre charme de ce roman qui se déroule dans un lumineux cadre de campagne espagnole. La langue de J. Loisy, riche, colorée dans sa simplicité, distille au lecteur un plaisir littéraire permanent107.

La participation de Natha Caputo à L’École et la Nation apporte soudain un souffle de fraîcheur et d’enthousiasme qui vient contrebalancer la rigidité un peu étriquée des autres rédacteurs. On le sent d’autant mieux lorsqu’en 1961, à l’occasion d’une maladie de Natha Caputo, la chronique est tenue par Luce Langevin : connaissant beaucoup moins bien son sujet, celle-ci revient à des jugements à l’emporte-pièce dont le lecteur avait perdu l’habitude, et dont la virulence tranche sur la nuance et l’objectivité que Natha Caputo sait apporter dans toutes ses chroniques. Ainsi, à propos d’une encyclopédie pour les jeunes éditée par les Deux coqs d’or, Langevin peste : « Cette encyclopédie est en réalité une encyclopédie américaine destinée aux enfants américains », et se sent obligée de rappeler les immenses mérites des savants russes comme Joukovski, de la science soviétique, etc. Rien de tout cela avec Natha Caputo, qui se révèle, année après année, une critique littéraire d’une grande subtilité.

Sensibilité à la psychologie enfantine

62Elle se montre en tout attentive à la psychologie enfantine, jamais perçue comme une compétence scientifique que certains, comme Soriano, appellent de leurs vœux, mais comme un savoir acquis par l’observation attentive et aimante. C’est ce qui l’incite à souhaiter, contre ses collègues, des livres qui fassent une certaine place à la violence :

  • 108 L’École et la nation, n°58, mai 1957.

Il existe un type d’enfants qui, sans montrer précisément de répugnance pour la lecture, ne se laissent tenter que par les récits brutaux et ne s’enflamment qu’à l’évocation d’aventures où la lutte, le sang, les plaies et les bosses ont la place prédominante. […] Il existe des enfants que dévore une violence intérieure due à leur tempérament naturel, violence qui, bien orientée, pourrait donner des fruits exceptionnels. Comment répondre aux exigences de ces derniers […] ? […] En offrant à ces appétits d’émotions fortes des récits d’aventures périlleuses, d’événements à sensations, de bagarres, certes, mais non plus gratuits, pesant au contraire leur poids de richesse humaine valable, exaltante, s’étayant sur la vie et ses véritables problèmes et de plus, écrits de telle sorte que l’enfant puisse s’habituer à discerner et à aimer une œuvre de qualité108.

Elle sait d’instinct ce qui va intéresser les enfants, mais ajoute à cette connaissance intime un savoir précis sur le contexte scolaire dans lequel les enfants sont amenés à grandir, ainsi qu’elle le montre dans cette critique de Colin Lantier, un roman sur les jacqueries :

  • 109 L’École et la nation, n°59, juin 1957.

Le récit simple, vivant, coloré, situe en touches précises les principaux personnages historiques et leur rôle, dégage l’ignorance et l’indifférence dans laquelle les gens des villes restaient vis-à-vis des serfs et brosse un tableau animé chaleureux, poignant de ces jours héroïques et terribles jusqu’au massacre des malheureux rebelles, à Meaux. Les enfants de 10 à 14 ans trouveront grand plaisir et intérêt à cette lecture et ils en tireront d’autant plus profit que la plupart des manuels scolaires ne font pas même mention de cet épisode bouleversant de notre histoire109.

  • 110 L’École et la nation, n°85, février 1960.

63C’est avec cette même connaissance fine de la psychologie enfantine qu’elle défend en 1960 Les Compagnons du Cerf d’Argent, éreinté pourtant par Marc Soriano, Andrée Clair et Paulette Charbonnel : « Je reste cependant sur mes positions. […] Les enfants, je le sais par expérience, seront surtout sensibles à la description de la misère et de l’injustice du servage. De plus, tout au long du livre est notée la notion du droit et de l’égalité qui se fait jour dans les esprits110. » Cette expérience qu’elle évoque avec discrétion, c’est son passé de jardinière d’enfants montessorienne, qui explique peut-être que, contrairement à ses collègues dont le bagage politique est plus rigoureux (Paulette Charbonnel), s’ancre dans l’enseignement secondaire (Marguerite Vérot, Marc Soriano), elle privilégie toujours, dans ses chroniques, le ton et l’atmosphère du récit, de préférence au contenu narratif et idéologique. Certes, affirme-t-elle, il faut déconseiller les « mauvais » livres, mais il faut aussi et surtout détourner des livres anodins ! Car aux enfants, elle veut donner le meilleur.

64Les chroniques de Natha Caputo révèlent une vigueur, une curiosité, une joie de vivre qui sont sans doute des traits de caractère de leur auteur, mais qui sont aussi les qualités qu’elle apprécie le plus dans les romans qu’elle lit : celui-ci est « d’une fraîcheur surprenante, gai, nouveau », plein de « joie de vivre », « vivant et amusant ». Celui-là est écrit dans « une langue chaude, colorée, harmonieuse », dans un « style clair, direct », « avec sève et vigueur » et des « phrases brèves d’une exquise simplicité ». Natha Caputo emploie elle-même un vocabulaire vaste et nuancé pour évoquer ses lectures : « C’est tour à tour tendre, délicat, émouvant, drôle, écrit dans une langue parfaite », écrit-elle à propos d’un texte, quand une autre histoire est « décrite avec talent, avec passion, avec humour aussi et avec cœur ». Même précision quand, bien plus rarement, elle pense nécessaire de déconseiller un livre – jamais de sa propre initiative, mais parce qu’il lui a fallu se pencher sur un titre abondamment recommandé ailleurs : ici elle condamne une « glu douceâtre », ailleurs un récit « feuilletonnesque, conventionnel, fade, aux caractères sans nuances, […] rédigé dans un style d’une platitude désolante ». Rien n’est pire à ses yeux qu’un texte scolaire : elle condamne ainsi un « texte banal qui ressemble à la composition française d’un jeune élève appliqué », là une « sorte de synopsis, une suite de faits sans nuances, [d’où] tout plaisir littéraire est banni ». Car le maître-mot pour elle est bien « littérature ».

  • 111 L’École et la nation, n°65, janvier 1958.
  • 112 L’École et la nation, n°60, juillet 1957.
  • 113 L’École et la nation, n°73, novembre 1958.

65C’est au nom de la littérature qu’elle consacre une longue chronique, en janvier 1958, à la « bibliothèque blanche » de Gallimard. Ici, écrit-elle, « c’est la magie de la phrase, c’est l’agencement des mots, le souffle qui les anime qui compte en premier lieu111 ». Les romans de Bosco, selon elle, « dégagent un sentiment de poésie intense, subtile, envahissante » et dans l’Histoire de Lou de Jean Proal « le choix des mots est fait comme pour une mosaïque et […] distille un enchantement perpétuel ». L’année même où sa collègue Paulette Charbonnel, dans la même revue, rappelle que « tout jugement littéraire suppose la référence à un système philosophique », Natha Caputo au contraire revendique le choix de la beauté formelle offerte aux enfants : c’est par exemple Tistou les pouces verts, « une manière de chef-d’œuvre, tout simplement ». Ce sont cette ouverture d’esprit et cette sensibilité littéraire qui lui font repérer les textes « essentiels », ceux qui aujourd’hui encore sont considérés comme des œuvres majeures pour la jeunesse : La Classe volante d’Erich Kästner (à propos duquel elle écrit « Il faut beaucoup aimer les enfants et bien les connaître, peut-être même avoir souffert dans son enfance, pour les décrire ainsi112 »), Les Garçons de la rue Paul de Ferenc Molnar, dont elle salue la réédition, car c’est selon elle « une œuvre d’une grande envergure113 », tout en s’indignant qu’on ait changé le titre, et surtout escamoté dans le récit la mort du petit Nemecek. En mars 1964, elle s’enthousiasme de voir traduits les meilleurs romans anglais, l’Histoire d’un ours-comme-ça de Milne, Mary Poppins de Pamela Travers, la série des Jennings (Bennett en français), et appelle de ses vœux une réédition des Chapardeurs de Mary Norton, introuvables après une seule édition traduite.

  • 114 L’École et la nation, n°63, novembre 1957.
  • 115 L’École et la nation, n°63, novembre 1957.
  • 116 L’École et la nation, n°71, juin 1958.

66C’est la même sensibilité artistique qui lui fait repérer, sans a priori idéologique ni préférences éditoriales, les albums et illustrateurs majeurs de sa génération. Au sein de la nébuleuse « Deux coqs d’or » elle sait relever le talent de Gustav Tenggren, de John Parr Miller et de Richard Scarry, de fait parmi les meilleurs illustrateurs de cette maison. Elle repère la singularité de Sasek à travers ses albums consacrés aux capitales d’Europe, sait reconnaître le style singulier de Charlotte Zolotow dans Le Petit chien noir. Elle ne tarit pas d’éloges sur les collections photographiques « Le montreur d’images » de Robert Henri Noailles au Père Castor, et « Enfants du monde » de Dominique Darbois. Et ses remarques sur le style des illustrateurs n’ont rien à envier à ses analyses littéraires : « Albertine Deletaille dont le talent si personnel a déjà pu être apprécié dans ses précédents ouvrages s’est surpassée114 », « Les fins crayons de Romain Simon exaltent d’admirable façon l’intense poésie que dégage ce récit115 », « [les] dessins de Jacqueline Duhème […] sont exactement ce qu’exigeait pareil texte : pleins d’inventions comiques, de poésie, de rêve, incisifs ou attendrissants, toujours délicats116 ».

  • 117 L’École et la nation, n°98, avril 1961.

67Ce qui frappe dans la masse de ses chroniques, c’est l’ouverture de son regard. Qu’un livre appartienne à une collection populaire bon marché, à une production sérielle, ou à une collection prestigieuse, n’influe pas sur son jugement. Elle accepte que les avis d’autrui l’obligent à reprendre ses propres estimations (quitte à les confirmer), et n’hésite pas à revenir elle-même sur une critique pour reconnaître qu’elle a été dure, ou s’est trompée. Ainsi, elle déclare aimer Les Vacances de Caroline, mais déteste Grégoire petit paysan du Moyen Âge pourtant écrit par Paul Faucher lui-même pour les Albums du Père castor, et elle dénonce un conte particulièrement antisémite dans le recueil de Béatrice Beck, Contes à l’enfant né coiffé, publié dans la « bibliothèque blanche » qu’elle aime pourtant beaucoup. Elle sait saluer, dans les Mythes et légendes publiés par les Deux coqs d’or, la belle traduction d’Aimé Gabillon (il est vrai agrégé de lettres classiques), mais n’hésite pas à dire d’André Dhôtel que son roman Le Neveu de Parencloud souffre d’une « intrigue faible, invraisemblable, voire incohérente117 ». Elle reprend par souci d’équité la collection « Connais-tu mon pays » chez Hatier, qu’elle avait écartée mais que les autres critiques ont appréciée ; elle va pourtant réaffirmer son jugement sévère… puis deux ans plus tard savoir reconnaître que la qualité s’en améliore.

68Natha Caputo est un esprit en marche, jamais obtus, jamais prisonnier d’une chapelle. Sa connaissance approfondie et son amour des enfants transparaissent dans ses lectures, et ses chroniques respirent du plaisir qu’elle prend à lire de beaux textes, plaisir qu’elle n’a de cesse de vouloir partager avec les enfants, sans jamais rien sacrifier à la beauté et à l’émotion. De tous les chroniqueurs de cet après-guerre qui préparèrent le terrain pour la Revue des livres pour enfants, elle est la plus sensible et la plus cultivée, la plus ouverte aussi. On peut s’étonner que le Bulletin d’analyse de livres pour enfants qui se préparait n’ait pas tenté de s’attacher la compétence de cette critique hors pair…

Haut de page

Notes

1 Geneviève Patte, Mais qu’est-ce qui les fait lire comme ça ?, Paris, Les Arènes / L’École des loisirs, 2015.

2 Hélène Weis, Les bibliothèques pour enfants entre 1945 et 1975 : modèles et modélisation d'une culture pour l'enfance, Paris, Cercle de la librairie, coll. « Bibliothèques », 2005.

3 Laurent Guttierez a commencé un dépouillement de la revue Pour l’Ère Nouvelle, publiée par le GFEN et Nathan à partir de 1922, dans lequel il signale de nombreux articles consacrés à la littérature pour la jeunesse. Par ailleurs, cette période a été étudiée par Annie Renonciat : « Critiquer la littérature de jeunesse dans les années 20 », Cahiers Robinsons, n°24, 2008, p. 119-136.

4 Anne-Marie Chartier et Jean Hébard, Discours sur la lecture, 1880-1980, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges-Pompidou, 1989.

5 Michel Defourny, « La revue Littérature de jeunesse », dans Annie Renonciat (dir.), L’image pour enfants. Pratiques, normes, discours (France et pays francophones, xvie-xxe siècles), Poitiers, Maison des sciences de l’homme et de la société, coll. « La Licorne », 2003.

6 Voir à son sujet Francis Marcoin, « Manières de critiquer : regard croisé sur Célestin Freinet et Marc Soriano », Cahiers Robinson, n°24, 2008, p 7-27.

7 Enfance, tome 2, n°3, 1949, p. 242-255.

8 Marguerite Vérot, Les Enfants et les livres. Résultats d'une enquête menée de janvier à juin 1953 dans divers établissements scolaires de Dijon et réflexions sur la littérature enfantine moderne, Paris, SABRI, 1954.

9 Voir la notice qui leur est consacrée par la revue Cinedidac : https://cinedidac.hypotheses.org/1473, consulté le 9 mai 2017.

10 Juillet-août 1964.

11 À la même époque, elle tient aussi une chronique de critique littéraire dans le magazine Sang neuf de l’École alsacienne.

12 Une notice lui est consacrée par le programme de recherches EVE (Enfance, Violence, Exil) : http://www.enfance-violence-exil.net/index.php/ecms/it/33/328, consulté le 9 mai 2017.

13 Raoul Dubois, « Du CRILJ au CRILJ », lisible sur le site du CRILJ, manifestement emprunté à La Lecture buissonnière, tapuscrit consultable au CRILJ à Orléans, à l’Université d’Artois  à Arras, à la bibliothèque l’Heure Joyeuse : http://www.crilj.org/archives/2760, consulté le 8 octobre 2015.

14 Hélène Weis, Les bibliothèques pour enfants entre 1945 et 1975, op.cit., p. 144.

15 Comment raconter des histoires à nos enfants et quelques histoires racontées par Miss Sara Cone Bryant, ouvrage traduit librement de l'anglais par Mme Élisée Escande, Paris, Fernand Nathan, 1911. Le titre original du livre, paru en 1905 aux États-Unis, est How to Tell Stories to Children and Some Stories to Tell.

16 Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste : les maisons d’édition du Parti communiste français 1920-1968, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2010 ; Jean-Numa Ducange, Julien Hage, Jean-Yves Mollier (dir.), Le Parti communiste français et le livre : écrire et diffuser le politique en France au xxe siècle (1920-1992), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, coll. « Sociétés », 2014 ; Marc Lazar, « Les « batailles du livre » du parti communiste français (1950-1952) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n°10, avril-juin 1986. p. 37-50 ; Corinne Grenouillet, Lecteurs et lectures des « Communistes » d’Aragon, Besançon, Presses Universitaires franc-comtoises, coll. « Annales littéraires », 2000 ; Jean-Yves Mollier, Édition, presse et pouvoir en France au XXe siècle, Paris, Fayard, 2008, p. 234.

17 L’École et la nation, n°26, février 1954.

18 Son père est d’origine russe.

19 Raoul Dubois, « Du CRILJ au CRILJ », op. cit.

20 Voir Cahiers Robinson, n°24, 2008, « Critiquer la littérature de jeunesse » ; Jean-Yves Mollier, La mise au pas des écrivains : l’impossible mission de l’abbé Bethléem au xxe siècle, Paris, Fayard, 2014 ; Thierry Crépin, Haro sur le gangster ! : La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, Paris, CNRS Éditions, 2001 ; Thierry Crépin, Thierry Groensteen (dir.), On tue à chaque page ! La loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, Paris, Éditions du Temps / Musée de la bande dessinée, 1999.

21 Vers l’éducation nouvelle, n°38, décembre 1949.

22 L’École et la nation, n°31, septembre 1954.

23 Enfance, n°8-1, 1955.

24 L’École des parents, n°8, juin 1957.

25 Voir Thierry Crépin, Haro sur le gangster !, op. cit. et Thierry Crépin, Thierry Groensteen (dir.), On tue à chaque page !, op.cit.

26 L’École et la nation, n°1, octobre 1951.

27 L’École et la nation, n°3, décembre 1951.

28 Vers l’éducation nouvelle, n°48, décembre 1950.

29 Enfance, n°8-1, 1955.

30 Vers l’éducation nouvelle, n°48, décembre 1950.

31 D. Salomon, M. Berton, G. Rapion (institutrices), « Les maternelles : le choix des contes », L’École et la nation, n°43, décembre 1955.

32 Loisirs jeunes, n°39, 15 septembre 1954.

33 L’École des parents, n°8, juin 1956.

34 L’École et la nation, n°31, septembre 1954.

35 L’École des parents, décembre 1960.

36 L’École et la nation, n°46, mars 1956.

37 L’École et la nation, n°68, avril 1958.

38 Paulette Charbonnel, « Est-il bon, est-il mauvais ? », L’École et la nation, n°68, avril 1958.

39 L’École des parents, n°2, décembre 1956.

40 Loisirs jeunes, n°76, 1er juin 1955.

41 Loisirs jeunes, n°115, 26 avril 1956.

42 Vers l’éducation nouvelle, n°43, juin 1950.

43 J. Boujon, « Comment choisir nos contes », L’École et la nation, n°40, juin 1955.

44 Enfance, t.9, n°5, 1956.

45 Loisirs jeunes, n°59, 2 février 1955.

46 L’École des parents, n°8, juin 1956.

47 L’École des parents, ibid.

48 J. Boujon, « Comment choisir nos contes », op. cit.

49 L’École et la nation, n°44, janvier 1956.

50 L’École des parents, n°2, décembre 1955, p. 46.

51 L’École des parents, ibid., p. 47 (à propos de Fanchette, le jardin de l’espérance).

52 Vers l’éducation nouvelle, n°81, avril 1954.

53 Vers l’éducation nouvelle, n°44, juillet 1950.

54 Loisirs jeunes, n°29, 12 mai 1954.

55 L’École des parents, n°8, juin 1957.

56 Enfance, n°8-4, 1955.

57 Enfance, n°10-1, 1957.

58 Enfance, n°8-1, 1955.

59 Enfance, n°8-2, 1955.

60 Enfance, n°8-4, 1955.

61 Paul Hazard, comparatiste, professeur au collège de France depuis 1925, a publié en 1932 dans la collection « Éducation » dirigée par Paul Faucher aux éditions Flammarion un essai intitulé Les Livres, les enfants et les hommes, qui fait date dans un paysage éditorial qui néglige encore largement le livre pour enfants.

62 Enfance, n°9-2, 1956.

63 Enfance, n°9-3, 1956.

64 Enfance, n°8-2, 1955.

65 Marguerite Vérot, Les Enfants et les livres, op. cit.

66 Loisirs jeunes, n°30, 19 mai 1954.

67 Revue des jardinières d’enfants, n°14, juin-juillet 1955.

68 Enfance, n°10-1, 1957.

69 Enfance, n°12-5, 1959.

70 Enfance, n°17-4, 1964.

71 L’École maternelle française, n°7, avril 1948.

72 Enfance, mais aussi Vers l’éducation nouvelle, et L’École et la nation : « À propos de sept volumes de contes. Le folklore a-t-il une valeur éducative ? », L’École et la nation, n°43, décembre 1955.

73 L’École des parents, n°8, juin 1956, p.36.

74 Enfance, n°8-3, 1955.

75 Enfance, n°15-4, 1962.

76 Je renvoie aux travaux de Thierry Crépin déjà cités, et me permets aussi de signaler le chapitre 11, « Un accueil contrasté sur fond de guerre froide » de mon propre ouvrage, Les Petits Livres d’or. Publier des albums pendant la guerre froide, Tours, PUFR, coll. « Iconotextes », 2016.

77 Denise Salomon, « Utilisation du merveilleux à l’école maternelle », L’École et la nation, n°45, février 1956.

78 L’École des parents, février 1960.

79 Littérature de jeunesse, n°21, décembre 1950.

80 A propos de C’est arrivé à Issy-les-brioches, Littérature de jeunesse, n°29, octobre 1951.

81 Littérature de jeunesse, n°30, novembre 1951.

82 Vers l’éducation nouvelle, n°100, mars 1956.

83 H. Sourgen, inspectrice générale de l’Éducation Nationale, L’École maternelle française, mars 1959.

84 Ibid.

85 L’École des parents, n°5, mars 1956.

86 L’École des parents, n°2, décembre 1956, p. 40, à propos de Ruses de Renart.

87 Enfance, n°8-5, 1955.

88 Je renvoie à mon article « Le beau et le moche dans l’album pour enfants », dans Isabelle Nières-Chevrel (dir.), Littérature pour la jeunesse, incertaines frontières (actes du colloque de Cerisy, 4-11 juin 2004), Paris/Cerisy, Gallimard Jeunesse, 2005, p. 96-114.

89 L’École des parents, n°2, décembre 1956.

90 L’École des parents, n°8, juin 1957.

91 Paulette Charbonnel, « Des livres pour nos enfants », L’École et la nation, n°43, décembre 1955.

92 Loisirs jeunes, n°84, 21 septembre 1955.

93 Vers l’éducation nouvelle, n°65, août 1952.

94 Ibid.

95 Vers l’éducation nouvelle, n°68, décembre 1952.

96 Enfance, n°8-1, 1955.

97 Enfance, n°10-1, 1957.

98 Enfance, n°8-3, 1955.

99 Enfance, n°11-1, 1958.

100 Enfance, n°11-2, 1958.

101 Enfance, n°13-3, 1960.

102 Loisirs jeunes, n°27, 28 avril 1954.

103 Loisirs jeunes, n°89, 26 octobre 1955.

104 Enfance, n°10-1, 1957.

105 Rappelons que c’est en 1961 qu’Annah Arendt publie, dans Between Past and Future : Six exercises in political thought, ce qui sera traduit sous le titre La Crise de la culture (1972), avec cette formule violente : « La culture de masse apparaît quand la société de masse se saisit des objets culturels, et son danger est que le processus vital de la société […] consommera littéralement les objets culturels, les engloutira et les détruira. »

106 Enfance, n°16-4, 1963.

107 L’École et la nation, n°54, janvier 1957.

108 L’École et la nation, n°58, mai 1957.

109 L’École et la nation, n°59, juin 1957.

110 L’École et la nation, n°85, février 1960.

111 L’École et la nation, n°65, janvier 1958.

112 L’École et la nation, n°60, juillet 1957.

113 L’École et la nation, n°73, novembre 1958.

114 L’École et la nation, n°63, novembre 1957.

115 L’École et la nation, n°63, novembre 1957.

116 L’École et la nation, n°71, juin 1958.

117 L’École et la nation, n°98, avril 1961.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Boulaire, « La critique périodique de livres pour enfants depuis l’après-guerre », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1703 ; DOI : 10.4000/strenae.1703

Haut de page

Auteur

Cécile Boulaire

Université François-Rabelais, Tours ; équipe InTRu.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals