Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les booktubers, nouveaux critiques ?

Sonia de Leusse

Résumé

Phénomène international, le développement de chaînes sur YouTube semble élargir et reconfigurer le champ de la critique : lecteurs adolescents ou jeunes adultes s’adressent à leurs pairs pour partager leur passion de la lecture en présentant sous forme de courtes vidéos les derniers titres qu’ils ont lus. L’audience de certaines chaînes et leur nombre d’abonnés se mesurent en dizaines de milliers d’internautes ou de suiveurs, ampleur plus spectaculaire que celle des blogs et des communautés critiques adolescentes préexistantes. Qui sont ces critiques amateurs, dilettantes ; quels sont les codes et les critères dominants de leurs mises en scène et de leur discours ? Le booktubing renouvelle-t-il (ou pas) la critique de livres adressée à la jeunesse ?

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Martine Burgos, « Modèle et contre-modèle de lecture adolescente. Entrer dans l’histoire, se faire (...)

Il n’y a pas de lectures partagées sans risque de partage1

1On connaît les youtubers, mais peut-être moins le nouveau barbarisme qui défraye la chronique depuis un an et demi environ, le booktubing. De quoi s’agit-il exactement ? D’une contraction de book, livre, et de YouTube en booktube ou booktubing, exercé par des booktubers, les aficionados de la lecture – et cet hispanisme est employé à dessein puisque le phénomène dépasse largement nos frontières et rencontre un succès particulier en Amérique latine – qui ont créé une chaîne YouTube pour parler des livres qu’ils ont lus, aux lecteurs en général, mais par les codes qu’ils utilisent, à leurs pairs en particulier.

  • 2 Pour approfondir le sujet, voir « Booktubers et communautés de lecteurs », dossier spécial de Lectu (...)

2Cette petite introduction au sujet vise à faire découvrir le phénomène et à soulever quelques questions2. À l’occasion des cinquante ans de La revue des livres pour enfants et d’un tel colloque sur la critique en littérature jeunesse, il semblait intéressant de faire entendre, en écho à ce phénomène relativement récent, quelques réflexions plus anciennes autour de la littérature jeunesse et des médiations pour les adolescents. À la manière des jeunes qui orchestrent leurs vidéos sur internet, nous jouerons les metteurs en scène pour donner la réplique aux prescripteurs en ligne puis aux critiques plus anciens, et ferons dialoguer jeunes adultes de YouTube et théoriciens académiques.

Le bouche-à-oreille

  • 3 Christine Detrez, Marie Cartier, Christian Baudelot, Et pourtant, ils lisent…, Paris, Seuil, coll. (...)
  • 4 Sylvie Octobre, Pierre Mercklé, L’Enfance des loisirs : trajectoires communes et parcours individue (...)
  • 5 Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ?, Cult (...)

3Le marketing viral, ou plus communément, le bouche-à-oreille, est-il bien nouveau ? Les études sociologiques sur la lecture en témoignent, même si le bouche-à-oreille entre pairs n’est pas la seule source de prescription qui vaille, elle est néanmoins particulièrement efficiente chez les adolescents. C’est ce que montrent les travaux de Christine Détrez et Christian Baudelot, Et pourtant ils lisent3, comme ceux de Sylvie Octobre, avec L’Enfance des loisirs4 par exemple. Cette dernière, qui parle d’un « choc des cultures5 » entre les pratiques culturelles des jeunes et les institutions de transmission, analyse en effet les « mutations de la transmission », désormais également entre les pairs. Avec les booktubers, non seulement la recommandation s’effectue au sein d’une même génération mais surtout entre les membres d’une même communauté, d’un même club. Or, celui-ci ne se circonscrit plus, désormais, à un cercle ou à une ville, ni même à un pays. Il s’étend à une langue – les booktubers d’Amérique latine sont suivis par des jeunes de différents pays hispanophones, comme, dans une moindre mesure, les booktubers français sont en liens avec des spectateurs et des booktubers suisses et belges – voire au monde. Le réseau est en effet international ; il a changé d’échelle. Mais cette dimension n’est pas propre au phénomène des booktubers.

4Revenons à ce qui serait caractéristique de la lecture adolescente. Si l’on reprend les propos de Georges Jean dans Le pouvoir de lire, en 1975, on entend que :

  • 6 « Lectures des préadolescents et des adolescents », paru initialement dans l’Ecole des parents en 1 (...)

Les seuls qui parviennent à toucher réellement l’adolescent sont les livres actuels au sens large du mot, c’est-à-dire ceux qui lui permettent de se situer dans son temps et dans son milieu, qui l’aident à découvrir son milieu et ses possibilités […]. Au lieu de cela, notre enseignement s’acharne à lui présenter la lecture, la littérature, comme des pratiques intemporelles. Les « classiques », expressions de sociétés passées et qui ne retrouvent leur plein sens que par rapport à elles, sont séparées de leur contexte et étudiées seulement comme des textes dans une perspective uniquement esthétique, comme si le but final de l’enseignement du français était de former des critiques littéraires, des professionnels de la littérature6.

  • 7 Pierre Gamarra, La lecture pour quoi faire, Paris, Casterman, coll. « Orientations E3 », 1974, p. 1 (...)
  • 8 Anne Barrère, L’éducation buissonnière. Quand les adolescents se forment par eux-mêmes, Paris, Arma (...)
  • 9 Voir Le souffle des mots (21 octobre 2015), « Maintenant qu'il est trop tard - Jessica Warman (CHRO (...)

Outre cette opposition entre lecture savante et lecture ordinaire que l’on connaît, je voudrais relever cette insistance d’ancrer la pratique de la lecture dans le siècle. S’il est bien une pratique située dans son temps, dans son époque – peut-être même très éphémère, l’avenir le dira –, c’est celle des booktubers. Rien n’est plus vrai pour un booktuber, qui est en général un adolescent ou un jeune adulte pris entre ses cours, ses activités personnelles, familiales, et le rendez-vous qu’il a lui-même instauré et fixé avec ses spectateurs, ses abonnés, voire ses fans, à qui il doit rendre des comptes. Plus que jamais, ce phénomène témoigne, comme le dit Pierre Gamarra, dans La lecture pour quoi faire, que « Lire, c’est vivre au sens plein. Vivre, ce n’est pas seulement lire7. » C’est ce qu’illustre dans ses vidéos Audrey, qui anime la chaîne « Le souffle des mots ». La jeune fille est énergique, enthousiaste. Son débit très rapide témoigne qu’elle est « à fond d’dans » pour reprendre une expression de la sociologue Anne Barrère8. Or, la booktubeuse confesse à ses spectateurs qu’elle n’a pas eu le temps de poster des vidéos depuis un moment parce qu’elle a été accaparée par son travail universitaire et ses obligations familiales9. Elle formule explicitement les contraintes auxquelles elle est assujettie, qui l’obligent à ménager son emploi du temps domestique et d’étudiante pour y inclure des lectures personnelles, choisies, qui la bouleversent, et qu’elle devra ensuite présenter sur sa chaîne YouTube.

  • 10 Redek et Pierrot (Le Mock) disent avoir travaillé 7 jours sur leur vidéo de L’étranger.

5Il est donc question de temps, dans le booktubing, qui induit le temps de la lecture, le temps d’élaborer le scénario de la vidéo, le temps de la préparation et de la mise en scène, le temps du montage, le temps de lire les commentaires laissés par les spectateurs, d’y réagir, de répondre au courrier reçu par voie postale – parce qu’il peut aussi y en avoir éventuellement – et, pour ceux qui tiennent également un blog, le temps d’y rédiger leur chronique. Être booktuber prend du temps10. Qui s’ajoute à celui de la lecture.

Qui sont les booktubers ?

6Qui sont donc ces jeunes booktubers qui consacrent autant de temps et d’énergie aux livres, à la lecture, ou à parler de leurs lectures ?

Myriam, BookTubeuse enthousiaste et complètement accro aux livres. Je lis beaucoup trop, de tout, pour tous les genres et tous les âges. Je partage mon amour de la littérature en vidéo sur YouTube, à raison de 2 vidéos par semaine11.

De Jess the Reader, “Book warrior, here to have fun & share [his] love for books. :)12” à Clau R. “mexicana, fangirl y lectora13” en passant par Lili bouquine, qui a « crée (sic) cette chaine pour partager avec [n]ous [s]on amour des livres et de la littérature14 », ils se présentent comme des fans de livres et de lecture. Ce sont tous des passionnés, au sens propre du terme : ils souffrent, ils vivent avec les personnages. Ils sont en totale empathie avec eux. La lecture fait partie de leur quotidien. Or l’univers quotidien d’un adolescent ou d’un jeune adulte est composé de multiples activités au sein desquelles les réseaux sociaux et YouTube occupent une place primordiale. Avec le développement de ces chaînes, la lecture (re)devient un acte du quotidien : on lui consacre du temps, on lit pour publier des vidéos. La lecture et le discours qui l’accompagne prennent les formes de communication utilisées et pratiquées par les jeunes eux-mêmes. De ce fait, la lecture change également d’image. Elle n’est plus ni l’émanation d’une institution ni rébarbative. Elle reste cependant toujours une injonction. Mais cette fois transmise par des passionnés qui veulent faire entendre leur ressenti et exprimer leurs émois devant une communauté de goûts. On partage presque des expériences intimes avec un ami fictif, comme Nathan dans sa vidéo15 qui révèle, depuis son lit, sous la couette, en chuchotant dans une lumière tamisée, des titres « qui font du bien ».

Désacralisation ou ritualisation à outrance ?

  • 16 Anne Barrère, L’éducation buissonnière, op. cit.
  • 17 Haul, en anglais, signifie butin. Il s’agit d’une présentation des livres achetés ou récemment reçu (...)
  • 18 Le « swap » (de l’anglais to swap, échanger) dépasse le simple échange de livres entre booktubers ; (...)
  • 19 Il s’agit du déballage de paquets filmé qui fait l’objet d’une vidéo (ou d’une séquence) à part ent (...)

7La lecture se veut intégrée au quotidien, « activité élective » selon les propos d’Anne Barrère16, comme une autre, pour reprendre ceux de la sociologue Christine Detrez. On en parle depuis son domicile, depuis sa chambre. Le livre peut même décevoir, être critiqué. On en attend des sensations ; il doit faire vibrer le lecteur, lui faire éprouver des émotions, se sentir vivant. Paradoxalement, plus il semble être banalisé sur un canal de diffusion généraliste comme YouTube, utilisé par des millions d’internautes aussi bien pour ses clips que pour ses vidéos humoristiques par exemple, et plus il est sacralisé : le livre est manipulé, touché, véritable fétiche, objet de désir et de respect. Plus on pourrait croire à sa désacralisation – discours critique qui fait fi de l’appareillage critique, surreprésentation de la littérature « jeunes adultes », de la littérature de genre et de la littérature populaire déconsidérées par la critique, promotion d’une lecture identificatoire et sensationnelle –, et plus il est mis en scène, plus il est, paradoxalement, entouré de rituels. Et c’est moins l’acte de lire qui est sacralisé, que les manifestations du cérémonial qui l’entourent, comme le bookhaul17 par exemple, les challenges, les swaps (les échanges de livres entre booktubers18), ou, plus caractéristique encore, le unboxing19. Y a-t-il plus grand rituel que le protocole solennel avec lequel les booktubers déballent, pendant de longues minutes, avec des gestes parfois théâtralisés qu’ils commentent en direct dans leur vidéo, des colis de livres reçus par la poste ? Certes, le booktuber vise la spontanéité et le partage brut de ses réactions à l’ouverture du paquet. Il n’en reste pas moins que ses attitudes, ses expressions, ses exclamations ou sa gêne, véritable pantomime, sont affectés, dramatisés par la présence de la caméra, voire poussées à leur paroxysme. Le booktubing est ritualisé.

  • 20 « Quand lecture ne rime pas avec culture », dans Serge Goffard et Annick Lorant-Jolly, Les adolesce (...)
  • 21 Compétitions qui peuvent porter sur la lecture d’un certain nombre de livres en un temps donné, la (...)

8Les jeunes qui s’y adonnent s’enflamment pour la lecture qu’ils veulent réinscrire dans leur quotidien, et dans celui des jeunes de leur âge, sur les canaux de leur temps. C’était ce que souhaitait Marie-Cécile Guernier, alors professeur-documentaliste et membre de l’équipe de Lire au lycée professionnel en 1995, quand elle concluait sa communication « Quand lecture ne rime pas avec culture », en disant : « Il s’agit de transformer les pratiques pédagogiques et didactiques pour faire de la lecture un acte quotidien20. » C’est ce que les jeunes ont fait, substituant aux codes de l’école et de la lecture savante une série de rituels, de jeux et de défis, qui pourraient presque composer les codes du genre, des codes aux anglicismes et aux néologismes – unboxing, unboxing d’anniversaire, haul, point livresque, swap, Challenge21, Book A Thon…

9Une partie de ces codes, que se sont réappropriés les booktubers, sont empruntés aux vidéos des youtubeuses beauté, mais sont devenus le vocabulaire commun des prescripteurs de livres français ou étrangers sur leurs chaînes. S’y ajoutent les normes – plus ou moins suivies – en vigueur sur YouTube, qui permettent, grâce aux algorithmes de l’entreprise, de figurer parmi les chaînes les plus vues : formats courts, ramassés, débits rapides et saccadés, autodérision et humour, que l’on retrouve davantage, notamment pour leur concision et leur rythme enlevé, chez les anglophones.

10Quand Pierre Gamarra se demandait ce qu’il adviendrait du livre, de la lecture, en 1974, il inventait presque le Print on demand, et disait :

  • 22 Pierre Gamarra, La lecture pour quoi faire, op. cit., p. 100.

Pourquoi donc envisager la mort de l’imprimé et du livre alors que l’essor des moyens techniques nous permettent (sic) de concevoir très raisonnablement un prodigieux renouveau de l’imprimé en même temps que des possibilités de choix plus personnelles et plus fines22 ?

Où en est-on aujourd’hui ? Les possibilités de choix sont-elles plus « personnelles » et plus « fines » pour les booktubers ? A priori, oui, puisque chacun peut parler librement de ce qu’il a découvert et de ce qu’il a lu. Mais on constate que, sur un certain nombre de chaînes, les mêmes livres figurent au palmarès des booktubers qui présentent, en anglais, en français ou en espagnol, les mêmes titres…

11Cette conformité est-elle effrayante, comme Jean Delas le craignait en 2002 :

Jean Delas : Oui. Aujourd’hui, ce qui me terrifie, parce que je suis terrifié, c’est que le matin de Noël 2000, je me suis dit […], il y a dans le monde entier des centaines de millions d’enfants qui vont dans leurs paquets de Noël trouver le même livre, le lire en même temps et penser la même chose. Quand on parle de la mondialisation, on parle des méfaits des OGM, pas des méfaits d’Harry Potter. Ce qui est en cause, ce n’est pas la qualité du livre, ce n’est pas le livre lui-même, c’est ce phénomène de hamburgerisation, ou de nikisation, ou de teeshirtisation ou de bluejeanisation. C’est-à-dire, un seul modèle. […]

Lecture Jeunesse : Vous êtes contre la série et contre une médiatisation à outrance.

  • 23 C’est nous qui soulignons. Propos recueillis par Claude Boulanger, Lecture Jeune, n°103, septembre (...)

J. D. : Je suis contre le lavage de cerveau de toute l’interprofession, c’est-à-dire de quelques-uns des libraires, des bibliothécaires, des enseignants, des parents23.

Faudrait-il, aujourd’hui, ajouter à cette liste, les jeunes eux-mêmes ?

Peut-on parler de critiques ?

  • 24 Emmanuel Fraisse, « Le livre, la lecture et le lecteur dans la critique littéraire en France (1880- (...)

12Si les codes deviennent presque des conventions formelles, si les titres se font souvent – mais pas toujours – écho, qu’en est-il des propos sur les livres ? Quels types de critiques découvre-t-on sur YouTube ? Les jeunes se jettent à corps perdu dans les histoires qu’ils lisent et relatent leur expérience physique et psychique de lecteur. C’est donc de façon très incarnée qu’ils exposent leurs points de vue et décrivent les manifestations de leurs transports. Si l’on se réfère aux trois catégories de la critique littéraire selon Albert Thibaudet et reprises par Emmanuel Fraisse dans Discours sur la lecture24, on peut d’emblée balayer le deuxième cercle de la critique, celle des professionnels, qui a une ambition théorique et dont le modèle serait Boileau. Il s’agit de donner des conseils au créateur et de lui rappeler les règles de l’art. Cette veine conduira vers la critique universitaire. Le troisième cercle de la critique, celle des « maîtres », est celui des artistes eux-mêmes. En revanche, il semble que la première catégorie soit pertinente puisqu’elle

  • 25 Ibid., p. 561.

est faite de bavardage, immédiate réaction, échange disert et vif, destiné à disparaître une fois la réunion terminée et passée l’actualité. Origine de la critique, ce commentaire périssable et mondain s’est considérablement enflé avec la naissance et l’essor du journalisme. […] Cette critique-là, qui informe, raconte, cite, loue ou condamne, et plus encore mentionne ou tait, n’a guère de prétention théorique. C’est une critique de description, de commentaire. C’est aussi une critique d’humeur distribuant tour à tour le baume et le venin. Elle décerne louanges et blâmes, fait et défait les réputations, et ce n’est qu’au détour d’une phrase qu’elle peut évoquer le statut du livre ou du lecteur25.

  • 26 « La lecture de Pamela ou de Clarissa, de La Nouvelle Héloïse, de Paul et Virginie ou des Souffranc (...)

Car c’est bien du côté de la « lecture intensive26 » que se situent majoritairement les booktubers. Si certains commentaires tendent vers une lecture extensive, ce n’est pas celle qui est recherchée, même si elle peut ensuite transparaître dans des critiques écrites a posteriori, sur un blog, par exemple.

  • 27 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture, op. cit. p. 576.

Les jeunes ouvrières qui lisent des romans à très bon marché ne sont jamais capables que de l’enthousiasme du premier moment, que j’ai appelé l’abandonnement. Le second moment n’existe que pour ceux qui sont plus âgés et sont doués d’une certaine faculté de d’observation et de mémoire […]27.

  • 28 Gérard Mauger distingue, à partir d’entretiens qu’il analyse, quatre types de lectures, la lecture (...)
  • 29 C’est l’auteur qui souligne. Blog Le souffle des mots, Maintenant qu'il est trop tard - Jessica War (...)

13On le voit, cette critique – ou cette absence de critique – dénoncée par Emile Faguet dans L’Art de lire, et cité par Emmanuel Fraisse, n’est pas nouvelle. Comme le dit Gérard Mauger, la « lecture de divertissement » est « abandon à la sensation immédiate, soumission aux affects, participation sans distance à l’illusion28 ». Les booktubers transmettent leur fougue, leurs larmes ou leurs déceptions. Ils vivent avec les personnages et livrent à leurs abonnés, comme Audrey sur son blog29 :

De nombreuses émotions qui nous retournent, qui nous font sourire, rire, qui nous rendent tristes, qui nous font peur et surtout qui nous font appréhender la suite des événements. Car au delà (sic) d'une histoire de kidnapping, il y a une histoire d'humanité, de personnes qui sont effrayées ou anéanties. Un vrai roman psychologique.

  • 30 Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, op. cit, p. 487.

Gérard Mauger dit que la lecture d’évasion peut être « interprétée comme une substitution à une sociabilité de face-à-face ou de groupe30 ». Or, il est intéressant de noter que ces adolescents se substituent en effet au groupe, un temps donné, pour lire et pour concevoir leurs vidéos. À aucun moment, pourtant, ils ne sont seuls. La présence absente est non seulement celle des personnages qui les habitent, mais aussi celle de la figure de l’abonné, du spectateur qui attend la prochaine vidéo, qui les accompagne dans leur lecture et leur travail préliminaire. Si l’auteur écrit avec la figure d’un destinataire (même si l’on peut discuter la question), le Youtuber est donc un lecteur qui lit avec la figure d’un autre lecteur en permanence avec lui, figure idéale d’un double qui partagera son avis, figure d’un autre sur qui il a de l’emprise, figure d’un pair qu’il voudra convaincre. Sa lecture est orientée vers son destinataire final, celui qui en écoutera la restitution. Le Youtuber a donc sa vie propre d’adolescent, sa vie de lecteur fantasmatique, qui se projette dans les personnages qu’il découvre, et sa vie de personnage public, puisqu’il se met en scène pour parler de ses lectures dans ses chroniques filmées.

Critiques ou « commérages » ?

14C’est bien aussi de mise en scène de soi dont il s’agit, sur un certain nombre de chaînes. On y discute avec le spectateur, présence absente, sur le mode de la conversation avec soi, de l’aparté…

  • 31 , Ibid., p. 428.

Les conversations sur les lectures permettent ainsi de tester, mettre à l’épreuve, retoucher, confirmer « les bonnes histoires » de la psychologie populaire (Brauner, 91), de renouveler les échanges d’informations et d’opinions sur les manières de voir et les croyances communes, de renforcer les manières de voir souhaitables, le credo collectif du groupe familial, de voisinage, de travail, etc.31

  • 32 Elias Norbert, « Notes sur le commérage », Actes de la recherche en sciences sociales, n°60, 1985, (...)
  • 33 À propos de Levana. Chroniques lunaires de Marissa Meyer, PKJ, 2015, sur la chaîne Les Lectures de (...)

dit encore Gérard Mauger. Sont-ce des « commérages32 » ? Presque, si l’on écoute Nine commenter le passé de Levana, « la grande méchante de l’histoire » dont on apprend dans ce tome « qui elle est réellement », elle qui « n’a pas été élevée avec beaucoup d’amour », comme si la booktubeuse s’adressait à un cercle de proches auprès de qui elle colporterait des potins. Nine peut alors suspendre, ou tout au moins nuancer, son jugement moral. Sans aller jusqu’à innocenter Levana en disant qu’on pourrait « trouver des excuses à tout ce qu’elle fait », elle argumente néanmoins : « ça lui donne quelques circonstances atténuantes à ses actions (sic) », enfin… « pas au point d’avoir envie de devenir son amie non plus33 ».

  • 34 Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, op. cit., p. 481.

Le monde fictif, perçu comme monde réel par les schèmes de l’ethos qui structurent la perception ordinaire de l’existence ordinaire, appelle des jugements éthiques ou critiques sur les situations et les personnages. Le « lecteur ordinaire » affronte toute situation romanesque comme une affaire personnelle où il est impliqué sur le mode du « comme si » […]34.

Finalement, de quoi, ou de qui, parle-t-on vraiment à travers ces propos ?

Soi ou les livres ?

  • 35 Patrice Wolf (président fondateur de l’association Astéroïde, animateur de l’émission L’as-tu lu, m (...)

Que ce soit un roman, un essai, un documentaire, un ouvrage pratique ou toute autre catégorie, le livre se prête parfaitement à la médiatisation. En effet, pour les médias grand public, chaque livre nouveau est un sujet en soi. Il a une thématique, une logique interne et, de plus, il présente l’avantage d’être disponible sur l’ensemble du territoire. […] Mais l’atout majeur d’un livre, c’est d’avoir un auteur. Un auteur qui ait – si possible – un nom, qui sache parler, qui sache séduire, qui sache vendre son sujet, qui ait une « gueule » […]35.

Ne s’agit-il pas plutôt, ici, d’un lecteur ? N’est-ce pas lui qui doit avoir « une gueule », ou à défaut, une « grande gueule » ? Car il lui faudrait de l’humour, de l’autodérision36 ; il a une bonne maîtrise des codes, non pas littéraires et narratologiques, mais générationnels et médiatiques, et plus particulièrement encore, propres à YouTube. C’est sans doute ce qui explique le glissement du blog EnjoyPhoenix37 au livre EnjoyMarie38 et à son succès : Marie Lopez, 19 ans, youtubeuse beauté, parlait d’elle à travers ses conseils maquillage et révèle désormais explicitement, dans un livre, ses secrets et ses troubles adolescents. Les jeunes lectrices se pressent par milliers aux séances de dédicaces pour y retrouver celle qu’elles adulent, au-delà des recommandations qu’elle peut faire. Culte des fans et ostentation de soi transparaissent dans les trailer reactions, ces vidéos dans lesquelles le visiteur regarde le booktuber, lui-même spectateur, découvrir une bande annonce, comme Fa, pleurant et sortant ses mouchoirs devant la bande annonce de Nos étoiles contraires39.

Du meneur de lecture au leader d’opinion

  • 40 Patrice Wolf, « Livres, lecture et médias… », op. cit., p. 64.

15Par cette médiatisation, le livre est-il devenu « un vulgaire produit dans un filet garni offert au gagnant d’un jeu imbécile40 » ? comme le disait Patrice Wolf dans un article de 1995, en dénonçant les dérives des médias qui feraient mauvais usage de leur temps d’antenne. Reprenons l’exemple d’une médiation ancienne, qui a été menée avec des collégiens et analysée lors du colloque Les adolescents et la lecture à Evian, il y a vingt ans.

  • 41 Alors maître de conférences à l’université de Metz/IUFM de Lorraine, rédacteur en chef de la revue (...)
  • 42 Université de Metz/IUFM de Lorraine.
  • 43 Jean-Marie Privat et Marie-Christine Vinson, « (Se) construire des pratiques de lecteurs », dans Se (...)

16Jean-Marie Privat41 et Marie-Christine Vinson42 introduisent le projet qu’ils présentent en qualifiant la lecture de « pratique socio-scolaire. Son apprentissage et ses usages sont fortement « marqués » par l’école mais le lecteur a une existence qui déborde largement l’espace et le temps scolaires ». En témoignent les booktubers. Les auteurs de l’article publié dans les actes du colloque d’Evian mettent en valeur un exemple de « socialisation culturelle autour des livres pour construire des comportements de lecteur et pas seulement des compétences de lecture43 ». Tels sont les notions sans doute les plus fructueuses à l’aune desquelles s’intéresser aux chaînes de booktubing. Le projet pré-cité a été conçu par des enseignants de ZUP lyonnaise en trois étapes : une visite des bouquinistes par les élèves, un travail sur les livres qu’ils ont achetés en classe, la création de kiosque dans le collège pour revendre les livres. On y apprend que

[…] la bouquinerie offre enfin un nouveau marché du discours sur les livres, sur ses lectures. Le pair-bouquiniste avec qui l’on engage une conversation peut devenir un « meneur de lecture ». Ne partage-t-on pas avec lui une solidarité de condition, sociale et culturelle ? Tantôt prestataires de services, tantôt usagers, toujours entre soi, les élèves peuvent alors se risquer à parler et agir en lecteur sans s’exposer trop brutalement au rappel à l’ordre du type « c’est un fayot », « c’est un intello ».

  • 44 Ibid., p. 231. Nous soulignons.

C’est pourquoi l’existence d’un lieu scolaire de compromis culturel où s’expérimentent entre pairs des pratiques de lecteurs nous paraît intéressante44.

  • 45 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture (1880-2000), op. cit., p. 740.

C’était il y a vingt ans. Nous sommes passés du « meneur de lecture » à ce que l’on appelle aujourd’hui un « leader d’opinion ». Sauf que l’école, la bibliothèque ou les professionnels n’ont rien vu venir. Faut-il le regretter ? Pour apaiser les indignés mais réfréner les exaltés, je copierais et collerais – puisque c’est dans le sujet – la formule qui clôt le Discours sur la lecture dirigé par Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, « Le pire n’est donc toujours pas sûr. De l’inculture d’un temps peut naître la culture d’un autre45. »

Haut de page

Notes

1 Martine Burgos, « Modèle et contre-modèle de lecture adolescente. Entrer dans l’histoire, se faire prendre au discours », dans Serge Goffard et Annick Lorant-Jolly (dir.), Les adolescents et la lecture, actes de l’université d’été d’Evian, octobre 1994, Le Perreux, CRDP de l’académie de Créteil, coll. « Argos », 1995, p. 121.

2 Pour approfondir le sujet, voir « Booktubers et communautés de lecteurs », dossier spécial de Lecture Jeune, n°157, printemps 2016.

3 Christine Detrez, Marie Cartier, Christian Baudelot, Et pourtant, ils lisent…, Paris, Seuil, coll. « L’Epreuve des faits », 1999.

4 Sylvie Octobre, Pierre Mercklé, L’Enfance des loisirs : trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l'enfance à la grande adolescence, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, Département des Etudes de la Prospective et des Statistiques (DEPS), coll. « Questions de culture », 2010.

5 Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ?, Culture prospective, janvier 2009 [en ligne] http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/Cprospective09-1.pdf, consulté le 02 août 2016.

6 « Lectures des préadolescents et des adolescents », paru initialement dans l’Ecole des parents en 1973, repris dans Josette Jolibert, Robert Gloton, Groupe français d’éducation nouvelle (dir.), Le pouvoir de lire, 2e édition, Tournai, Casterman, coll. « Orientations E3 », 1975, p. 42. Nous soulignons.

7 Pierre Gamarra, La lecture pour quoi faire, Paris, Casterman, coll. « Orientations E3 », 1974, p. 104.

8 Anne Barrère, L’éducation buissonnière. Quand les adolescents se forment par eux-mêmes, Paris, Armand Colin, coll. « Sociétales », 2011, notamment le chapitre 3.

9 Voir Le souffle des mots (21 octobre 2015), « Maintenant qu'il est trop tard - Jessica Warman (CHRONIQUE) » [video en ligne] https://youtu.be/uc8MOxB05N8, consulté le 02 août 2016.

10 Redek et Pierrot (Le Mock) disent avoir travaillé 7 jours sur leur vidéo de L’étranger.

11 Myriam - Un Jour. Un Livre, A propos [en ligne] https://www.youtube.com/user/MissMymooReads/about, consulté le 01 août 2016.

12 Jess the Reader, A propos, [en ligne] https://www.youtube.com/user/jessethereader/about, consulté le 01 août 2016.

13 Clau Reads Books, A propos [en ligne] https://www.youtube.com/user/GraviEchizen/about, consulté le 01 août 2016.

14 Lili bouquine, A propos [en ligne] https://www.youtube.com/user/drawinthecity/about, consulté le 01 août 2016.

15 Le cahier de lecture de Nathan (01 novembre 2015), « 3 livres qui font du bien|ASMR » [video en ligne] https://youtu.be/ebquqipLHrU, consulté le 01 août 2016.

16 Anne Barrère, L’éducation buissonnière, op. cit.

17 Haul, en anglais, signifie butin. Il s’agit d’une présentation des livres achetés ou récemment reçus par le booktuber, avant qu’il ne les lise.

18 Le « swap » (de l’anglais to swap, échanger) dépasse le simple échange de livres entre booktubers ; sur la blogosphère, le swap est un échange de cadeaux (souvent au sein d’un binôme) autour d’un thème donné et en fonction des goûts respectifs des internautes (NDLR).

19 Il s’agit du déballage de paquets filmé qui fait l’objet d’une vidéo (ou d’une séquence) à part entière.

20 « Quand lecture ne rime pas avec culture », dans Serge Goffard et Annick Lorant-Jolly, Les adolescents et la lecture, op. cit., p. 190.

21 Compétitions qui peuvent porter sur la lecture d’un certain nombre de livres en un temps donné, la lecture de tous les titres d’un auteur, etc.

22 Pierre Gamarra, La lecture pour quoi faire, op. cit., p. 100.

23 C’est nous qui soulignons. Propos recueillis par Claude Boulanger, Lecture Jeune, n°103, septembre 2002, p. 10-17.

24 Emmanuel Fraisse, « Le livre, la lecture et le lecteur dans la critique littéraire en France (1880-1980) » dans Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture (1880-2000), première édition, réédition 2000, Paris, BPI-Centre Pompidou/Fayard, 1989, chap. XXIV.

25 Ibid., p. 561.

26 « La lecture de Pamela ou de Clarissa, de La Nouvelle Héloïse, de Paul et Virginie ou des Souffrances du jeune Werther déplace sur une forme littéraire nouvelle (ou renouvelée) des gestes anciens. Le roman est lu et relu, su par cœur, cité, récité. Son lecteur est envahi par un texte qu’il habite; il s’identifie aux héros de l’histoire, déchiffre sa propre vie à travers les fictions de l’intrigue. Dans cette lecture “intensive” d’un nouveau type, c’est la sensibilité toute entière qui se trouve engagée. Le lecteur (qui est souvent une lectrice) ne peut retenir ni son émotion ni ses larmes. », Roger Chartier, « Livres, lecteurs, lectures », dans Vincenzo Ferrone, Daniel Roche (dir.), Le monde des Lumières, Paris, Fayard, 1999, p. 287.

27 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture, op. cit. p. 576.

28 Gérard Mauger distingue, à partir d’entretiens qu’il analyse, quatre types de lectures, la lecture de divertissement, la lecture didactique, de salut ou d’esthète. Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Broissieux, Éditions du Croquant, coll. «  Champ social », 2010, p. 477.

29 C’est l’auteur qui souligne. Blog Le souffle des mots, Maintenant qu'il est trop tard - Jessica Warman, PKJ 2015, publié le 21 octobre 2015 [en ligne] http://lesouffledesmots.blogspot.fr/2015/10/maintenant-quil-est-trop-tard-jessica.html, consulté le 02 août 2016.

30 Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, op. cit, p. 487.

31 , Ibid., p. 428.

32 Elias Norbert, « Notes sur le commérage », Actes de la recherche en sciences sociales, n°60, 1985, cité par Gérard Mauger dans Histoires de lecteurs, op. cit., p. 427.

33 À propos de Levana. Chroniques lunaires de Marissa Meyer, PKJ, 2015, sur la chaîne Les Lectures de Nine (15 octobre 2015), « Mes dernières lecture » [en ligne] https://youtu.be/_gQLwKeX4K0, consulté le 02 août 2016.

34 Gérard Mauger, Claude Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, op. cit., p. 481.

35 Patrice Wolf (président fondateur de l’association Astéroïde, animateur de l’émission L’as-tu lu, mon p’tit Loup ? sur France Inter depuis 1987, animateur du magazine Bouquin Taquin), « Livres, lecture et médias… », Lire et Savoir. « Sur la lecture, Du plaisir de lire à l’apprentissage », numéro dirigé par Jean-Philippe Arrou-Vignod, n°5, octobre 1996.

36 C’est le cas de certaines chaînes comme Le Mock (https://www.youtube.com/channel/UC2XIqez2q8sk2bd8YcAok5Q) ou Missbook (https://youtu.be/-dYufKlvGV0) par exemple.

37 EnjoyPhoenix, Accueil [en ligne] https://www.youtube.com/user/EnjoyPhoenix, consulté le 02 août 2016.

38 Marie Lopez, EnjoyMarie, Paris, Anne Carrière, 2015.

39 LasPalabrasDeFa (1er février 2014), « Reacción al trailer: Bajo la misma Estrella (TFIOS trailer reaction) » [vidéo en ligne] https://youtu.be/Lxzs5ll44-0, consultée le 2 août 2016. 312388 vues au 2 août 2016 dernière date de consultation.

40 Patrice Wolf, « Livres, lecture et médias… », op. cit., p. 64.

41 Alors maître de conférences à l’université de Metz/IUFM de Lorraine, rédacteur en chef de la revue Pratiques.

42 Université de Metz/IUFM de Lorraine.

43 Jean-Marie Privat et Marie-Christine Vinson, « (Se) construire des pratiques de lecteurs », dans Serge Goffard et Annick Lorant-Jolly, Les adolescents et la lecture, op. cit., p. 226. Nous soulignons.

44 Ibid., p. 231. Nous soulignons.

45 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard, Discours sur la lecture (1880-2000), op. cit., p. 740.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia de Leusse, « Les booktubers, nouveaux critiques ? », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1719 ; DOI : 10.4000/strenae.1719

Haut de page

Auteur

Sonia de Leusse

Sonia de Leusse-Le Guillou dirige depuis 2010 Lecture Jeunesse, centre de ressources, think tank sur la littérature et l’écriture des adolescents et des jeunes adultes. Elle s’intéresse particulièrement aux pratiques culturelles émergentes des jeunes et à la vulgarisation scientifique, pour faire connaître aux professionnels les analyses de chercheurs ou de spécialistes. Elle pilote actuellement le montage d’un observatoire de la lecture des adolescents constitué de trois pôles, l’observation de l’offre éditoriale, de la médiation et des pratiques de lecture des adolescents. Cet observatoire, qui a pour vocation d’éclairer les professionnels et les décideurs, pour mieux comprendre le rapport des jeunes à la lecture et concevoir des médiations efficientes, la revue qu’elle dirige sur les cultures et les littératures des adolescents, Lecture Jeune, ou encore la nouvelle collection numérique gratuite LJ+ qu’elle a lancée en 2017, visent ce même objectif : bâtir des ponts entre la recherche et le terrain. Elle livre ici son regard sur un phénomène nouveau, celui des « booktubers » : s’il y a toujours eu des sociabilités littéraires, les modes d’expression varient et prennent, à l’ère du numérique, une ampleur inédite. Parallèlement à d’autres usages numériques comme les forums, dans les années 2000, les blogs de lecteurs ou encore les publications de fanfictions, BookTube, qu’on pourrait considérer comme un épiphénomène en regard des pratiques sur YouTube, développe d’autres discours critiques, à la rencontre de l’ethos adolescent, de la mise en scène de soi et du marketing.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals