Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Une critique souterraine : le Prix du roman jeunesse

Florence Gaiotti et Guillemette Tison

Résumé

À partir des archives du CRILJ (Centre de recherche et d’information sur la littérature de jeunesse) concernant le Prix du roman jeunesse décerné de 1989 à 2003 par le ministère de la Jeunesse et des Sports, l’étude des fiches de lecture rédigées par un comité de sélection sur les manuscrits anonymes des candidats permet de cerner un aspect inédit de la critique : une critique « souterraine », dans laquelle les lecteurs peuvent s’exprimer en toute liberté et spontanéité sur les aspects positifs et négatifs des textes qui leur sont soumis, puisque ces fiches ne sont pas destinées à être divulguées.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

prix, roman, critique, lecteur

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

Des prix pour la littérature de jeunesse

  • 1 Janine Despinette, « La littérature pour la jeunesse dans le monde : ses prix littéraires et leurs (...)
  • 2 Janine Despinette répertorie 22 prix en 1979 puis 12 prix supplémentaires entre 1980 et 1984. L’arr (...)
  • 3 Le site de la BnF en répertorie plus de 200.

1Le premier prix de littérature de jeunesse en France a été créé en 1934 : ce « Prix Jeunesse » avait pour but de mettre au jour des ouvrages permettant de « développer le goût de la lecture saine chez les enfants », décerné à un manuscrit par un jury de bibliothécaires, d’enseignants et de personnalités du monde littéraire, autour de l’éditeur Michel Bourrelier. Depuis cette date de nombreux prix ont vu le jour pour récompenser des ouvrages destinés aux jeunes lecteurs. En 1984, Janine Despinette a répertorié et classé les prix – français et étrangers – dans un important article paru dans la revue Enfance1. Son répertoire s’arrête à 1980, mais dans un tableau final, elle indique, sans les nommer, le nombre de prix nouveaux, par pays, et l’on peut constater une multiplication spectaculaire de prix créés en France entre 1980 et 19842. Le Prix du roman jeunesse, décerné de 1981 à 2004, dont il sera question ici, est le 23e d’une liste qui ne cesse de s’accroître de manière exponentielle jusqu’à nos jours3.

Le Prix du roman jeunesse

  • 4 Le CRILJ est le Centre de Recherche et d’Information sur la Littérature pour la Jeunesse, créé en 1 (...)
  • 5 Les actes de ce colloque sont parus dans les Cahiers du CRILJ, n°7, sous la direction d’André Delob (...)
  • 6 Janine Despinette, op. cit., p. 229. Les critères portent sur le destinataire du prix (manuscrit, o (...)
  • 7 Le règlement se trouve dans un document publié chaque année par le ministère de la Jeunesse et des (...)

2L’organisation générale de ce prix a été présentée par Fabienne Coblence lors du colloque « 50 ans de littérature pour la jeunesse », organisé par le CRILJ4 en février 20155. Il s’agit, selon les critères évoqués par Janine Despinette6, d’un prix mis en place par une instance officielle, le ministère de la Jeunesse et des Sports, et qui était décerné à des manuscrits présentés anonymement. Le CRILJ était chargé par le ministère d’opérer une première sélection parmi les manuscrits envoyés afin de la soumettre à un double jury, modifié chaque année : un jury adulte, de professionnels du livre ou plus largement de l’enfance et un jury d’enfants de 12 à 15 ans. Chaque jury décernait un prix ; les deux manuscrits récompensés étaient publiés et leur auteur recevait une somme d’argent servant à la publication ; les auteurs des manuscrits refusés pouvaient recevoir des conseils pour améliorer leurs écrits. Le but de ce prix était de « favoriser la création et la diffusion d’une littérature de qualité destinée aux jeunes ainsi que la découverte de nouveaux auteurs7 ». Il était « destiné à récompenser deux ouvrages inédits de qualité : contes ou romans spécialement écrits pour les enfants de 8 à 12 ans ». Le règlement stipulait que les « ouvrages retenus […] devr[aient] à la fois être d’une grande qualité formelle et retenir l’attention par le choix de leur sujet. Les thèmes abordés pourr[aien]t aussi bien relever du domaine de l’imaginaire ou de l’onirique qu’évoquer les réalités du monde contemporain ou de l’avenir ».

  • 8 Grâce à un partenariat entre le CRILJ et l’Université d’Artois, cette dernière abrite un fonds de p (...)
  • 9 Les sélectionneurs sont des bibliothécaires, des enseignants ; certains publient des critiques dans (...)
  • 10 Albert Thibaudet, Physiologie de la critique, conférences prononcées en 1922, publiées en 1930 aux (...)
  • 11 Francis Marcoin, « Critiquer la littérature de jeunesse : pistes pour un bilan et des perspectives  (...)
  • 12 Corinne Abensour, « Les prix littéraires pour la jeunesse, entre médiation et médiatisation », Mémo (...)

3Le fonds CRILJ, désormais abrité à l’Université d’Artois8, a gardé trace des activités préparatoires liées à ce prix sous la forme de documents inédits constitués de fiches de lecture ainsi que de pièces présentant les candidats. Notre étude s’est focalisée sur ces fiches, renseignées par les membres du CRILJ chargés d’opérer la première sélection à l’attention du jury final et que nous appellerons donc « les sélectionneurs9 ». Nous avons considéré que ces fiches pouvaient constituer une forme de « critique souterraine ». En effet, ces écrits relèvent d’une forme possible de « critique », dans le sens où les sélectionneurs non seulement devaient se prononcer en faveur d’un ouvrage ou contre lui (acte de sélection) en déployant un propos argumenté (acte d’évaluation). Cette forme de critique ne peut être associée aux grandes catégories convoquées par Thibaudet (critique spontanée, critiques des professionnels, critiques des maîtres10), ni même exactement à la catégorie que lui adjoint Francis Marcoin (critique éditoriale11) : il s’agit d’une démarche de médiation, selon les termes de Corinne Abensour12, assurée par des acteurs culturels issus de différentes corporations (enseignants, libraires, journalistes, auteurs, acteurs de la culture enfantine) œuvrant toutes en faveur de la lecture et/ou de la diffusion du livre auprès des enfants. Nous avons par ailleurs qualifié cette critique de « souterraine » car, si ces fiches pouvaient être communiquées aux autres sélectionneurs lors de réunions internes, elles n’avaient pas vocation à être publiées. De ce fait, nous avons émis l’hypothèse que, dans ces écrits, les sélectionneurs pouvaient s’exprimer de manière moins contrainte et exposer des jugements singuliers, moins retenus – dans leur forme comme dans leur contenu – que dans des écrits destinés à la publication comme les comptes rendus de revues ou les travaux plus académiques.

  • 13 Nous avions initialement décidé de ne pas nommer les sélectionneurs en citant les fiches. Toutefois (...)

4Nous préciserons notre démarche de recherche avant d’exposer les résultats de nos premières analyses, en revenant sur les valeurs qui sont convoquées de manière récurrente et qui pourraient alors correspondre à la représentation de ce qu’est, pour les sélectionneurs, une « littérature de qualité » pour la jeunesse ; dans un second temps nous nous attacherons à la forme des discours, en étudiant plus particulièrement l’implication et le positionnement des sélectionneurs, sans pour autant tracer des portraits-types, ni étudier un sélectionneur en particulier13. Enfin, nous reviendrons sur la prise en compte du jeune lecteur auquel les manuscrits sont destinés.

Documents analysés et démarche de recherche

Choix des documents

  • 14 Les documents concernant les premières années ne figurent pas dans le fonds CRILJ et pour l’heure n (...)
  • 15 1992 était la première année avec la totalité des documents et 2000, une année où le nombre de manu (...)

5Le fonds du CRILJ rassemble toutes les fiches de lecture du prix pour la période de 1991 à 2004, accompagnées pour certaines années des documents concernant les candidats14. Chaque manuscrit étant lu par un à sept sélectionneurs, le nombre de fiches est extrêmement important et nous avons donc fait le choix, pour ce premier travail, de ne retenir que deux années, 1992 et 2000, pour lesquelles nous avions l’ensemble des documents ainsi que des informations annexes précises15.

Présentation du modèle de fiche16

  • 16 Voir le document en annexe 2.

6Chaque manuscrit était numéroté. Apparaissent également sur la fiche différentes entrées à renseigner :

  • le pseudonyme de l’auteur, le titre et le nombre de pages.

  • un « résumé du manuscrit », invitant à une première présentation de la diégèse.

  • « critique de l’ouvrage » – terme suggérant ici un avis négatif – et « qualités de l’ouvrage » : ces entrées finalement contraignantes ne sont pas toujours prises en compte par certains sélectionneurs qui proposent une évaluation plus globale.

  • « modifications éventuelles » : cette entrée correspond à l’un des principes du prix qui consistait à donner des conseils aux auteurs refusés.

  • des « suggestions de maisons d’édition »

  • des tranches d’âge : la fiche de 1992 proposait trois entrées (moins de 10 ans/10-12 ans/plus de 14 ans), celle de 2000 se réduit à deux tranches : 10-12 ans ; 12-14 ans. Ces deux dernières entrées montrent que cette évaluation prend en compte les spécificités et les logiques éditoriales dans la littérature de jeunesse, notamment la classification par tranches d’âge.

  • enfin vient le choix concernant la sélection ou le refus, « sélectionné »/« non sélectionné ». Il s’agissait d’entourer ou de barrer un des termes : assez régulièrement les sélectionneurs rajoutent des commentaires.

Données et démarche par mots-clés

  • 17 Les jurys ont récompensé en 1992 La Fille du Canal de Thierry Lenain (jury jeune), publié chez Syro (...)
  • 18 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Armand Colin, 1980 (...)

7En 1992, 190 manuscrits ont donné lieu à 487 fiches de lecture ; en 2000, pour 90 manuscrits, nous avons 189 fiches17. Après avoir saisi l’ensemble des 676 fiches, nous avons procédé à une recherche par mots-clés. Ces mots-clés sont d’abord des termes génériques : texte, récit, roman, écriture, style. En entrant ces mots, nous voulions observer leur contexte : à savoir l’éventuelle présence de termes, en l’occurrence d’adjectifs ou de locutions adjectivales, qui opèrent une première caractérisation ou une première évaluation. Ces termes entourant le mot générique peuvent alors être analysés selon les distinctions proposées par Catherine Kerbrat-Orecchioni18 : outre la distinction entre adjectifs « objectifs » et « subjectifs », elle opère, à partir de la deuxième catégorie, plusieurs distinctions qui nous semblent intéressantes pour notre propos entre les adjectifs affectifs/les adjectifs évaluatifs, eux-mêmes séparés en évaluatifs non axiologiques et évaluatifs axiologiques.

8Des mots-clés plus spécifiques, repérés par leur récurrence lors de la saisie des fiches, nous ont aussi paru intéressants à observer : ce sont des termes qui permettent de déterminer des valeurs esthétiques ou des fonctions morales, attendues dans un livre méritant sélection, ou inversement des valeurs ou des fonctions rédhibitoires : banalité, originalité, moralisant, moralisateur, authenticité, humanité, manichéisme, scolaire.

9Nous avons également entré d’autres mots-clés qui nous semblaient être signifiants quant à la position et l’implication des lecteurs-sélectionneurs dans leur évaluation : les pronoms je, nous, on, les déterminants possessifs.

10Par ailleurs, le mot-clé lecteur, terme assez fréquent dans les comptes rendus, nous a également paru intéressant à interroger, dans la mesure où, ambigu, il pouvait renvoyer aussi bien au lecteur-sélectionneur – et donc parfaire la représentation de ces sélectionneurs – qu’au lecteur à qui les manuscrits s’adressent a priori, à savoir les jeunes lecteurs, permettant alors de construire éventuellement des représentations de ce jeune lecteur.

Valeurs esthétiques et valeurs morales des manuscrits

Quels critères esthétiques et littéraires ?

11Si la recherche sur le mot-clé texte s’est révélée en fin de compte peu éclairante, dans la mesure où les sélectionneurs ne l’emploient que de manière vague et souvent pour éviter la répétition des termes « manuscrit », « récit » ou « roman », les autres mots-clés ont permis de dégager un certain nombre de caractéristiques formelles attendues et de valeurs sous-jacentes.

La brièveté : un critère apparemment objectif, une valeur sous-jacente

  • 19 Le mot récit se trouve dans 25% des fiches en 1992, 30% en 2000. Le mot roman apparaît dans près de (...)
  • 20 On retrouve ainsi cette critique négative dans les fiches 2000, 39-1, 2000, 40-1, 2000, 63-2, 2000, (...)

12Les mots récit et roman19 sont souvent accompagnés d’un adjectif qualificatif apparemment objectif pour décrire la longueur du manuscrit : « bref », « court ». Toutefois, la brièveté peut apparaître aussi comme une caractéristique positive, une valeur, notamment lorsque c’est l’adjectif antonyme qui est employé et accompagné d’un modalisateur : « trop long20 ». Il s’agirait alors d’une valeur objective liée à la spécificité du jeune lecteur.

Structure du texte : valorisation de la simplicité, méfiance à l’égard de la complexité

  • 21 1992, 62-2.

13Les adjectifs qui permettent de décrire la structure du manuscrit sont généralement accompagnés d’un modalisateur qui suggère une valeur positive ou relèvent de la catégorie des « adjectifs évaluatifs axiologiques » selon la classification de Catherine Kerbrat-Orecchioni : le récit est « bien mené », « bien ficelé », « bien construit » ou inversement « assez décousu », « laborieux ». On peut d’ailleurs noter que la formule « très littéraire21 » a pu être utilisée comme évaluation négative, associée au terme « fabriqué », suggérant une critique à l’égard d’une trop grande élaboration, un manque de simplicité et, ce faisant, d’authenticité.

14Si le mot récit est employé de manière assez récurrente dans le sens de « structure narrative », l’utilisation du terme « narration » est très rare. Par ailleurs, l’évaluation de la structure narrative ne s’accompagne presque jamais de justifications plus précises ou plus techniques pour décrire ou analyser le manuscrit. On ne trouve pas non plus mention de l’instance narrative : elle ne semble pas être déterminante dans l’évaluation des manuscrits. Cette absence peut aussi signaler que les apports de la narratologie ne sont pas intégrés dans la manière d’évaluer les manuscrits qui sont pourtant tous des textes narratifs.

Rythme du récit : la vivacité

  • 22 2000, 23-4
  • 23 Ibid.

15Certains adjectifs caractérisant le terme récit mettent en avant le rythme du texte narratif. Mais, encore une fois, la caractérisation s’en tient à un jugement de valeur qui n’est pas argumenté ni précisé : ainsi le récit est « vivant », « vif », « bien mené », il a une « bonne dynamique ». Il peut aussi être « bien constant22 », formule évaluative qui suggère peut-être que les sélectionneurs valorisent les récits à suspense, qui comportent une succession de péripéties qui s’enchaînent, des récits où « il y a de l’action23 ».

La langue : un équilibre entre simplicité et richesse

  • 24 On trouve aussi des formules comme « langue économe » (1992, 157-1), le terme de « légèreté » (1992 (...)

16L’entrée des mots-clés écriture et style fournit des résultats qui croisent certains constats antérieurs. Parfois, ces deux termes ne sont accompagnés que d’adjectifs subjectifs évaluatifs axiologiques : « belle », « bonne », « maîtrisée » (pour ce qui est de l’écriture) ; dans ce cas, ces évaluations ne concernent précisément que la maîtrise de la langue, ce qui effectivement constitue un critère a minima de l’évaluation. Toutefois, ils sont aussi accompagnés d’autres adjectifs évaluatifs axiologiques qui indiquent les formes langagières attendues : l’écriture est alors jugée « sobre », « fluide24 » mais elle peut aussi être louée pour sa « richesse lexicale », son « vocabulaire riche ». Les termes péjoratifs utilisés viennent confirmer, en négatif, ces attentes quand l’écriture est au contraire « trop sèche » d’un côté, ou « trop pesante », de l’autre. Ainsi, les attentes concernant l’écriture sont sinon contradictoires, du moins ambivalentes : il s’agit à la fois de proposer des formes simples et sobres, sans renoncer à la richesse lexicale garante, sans doute, de la formation du lecteur.

17D’autres termes associés aux deux mots-clés permettent de préciser certaines formes récusées comme « vieillotte », « passéiste » : ces mots peuvent renvoyer aussi bien à une critique du lexique que des structures syntaxiques. Il s’agirait bien de s’adresser au jeune lecteur avec le vocabulaire de son temps, sans tomber toutefois dans la facilité d’une écriture qui « foisonne de lieux communs » ou pire « d’une écriture bassement commerciale ».

L’évaluation comparée : modèles et contre-modèles

  • 25 1992, 78-2.

18Il arrive que le genre romanesque ne soit pas forcément défini, mais qu’il porte des valeurs intrinsèques que le manuscrit observé ne possède pas : « une histoire inintéressante doublée d’un style insipide ne saurait donner lieu à un roman digne de ce nom25 ». Mais le plus souvent dans l’environnement des mots-clés, nous avons relevé des références à des genres ou à des œuvres.

19Il peut alors s’agir de préciser la forme narrative du manuscrit associé au conte, à la légende, à la fable ou à la nouvelle : ces associations permettent de caractériser les manuscrits sans pour autant relever de quelque forme d’évaluation. C’est le cas pour le terme roman qui permet aux sélectionneurs de faire des parallèles avec des sous-genres romanesques et donc de rattacher l’écrit à des formes, sinon canoniques, du moins reconnaissables dans leur configuration ou dans leur thème. Ainsi, la convocation des genres permet parfois une caractérisation plus fine sans jugement de valeur – « roman de science-fiction », « roman policier », « roman historique », « d’épouvante », « heroic fantasy » – voire très pointue comme ces « histoires scandinaves ou anglo-saxonnes mêlant réel quotidien et imaginaire ». Des sous-genres thématiques sont également évoqués : roman écologique, roman anthropologique, roman de l’exclusion, « un de ces nombreux romans sur le drame du divorce », « roman d’espionnage industriel », « roman d’aventures flibustières ».

20Toutefois, certaines de ces précisions permettent aussi parfois de tracer, en creux, des valeurs liées à la littérature. En effet, assez fréquemment, les sélectionneurs associent le manuscrit à un sous-genre narratif posé comme peu digne d’intérêt, car peu digne de valeur : « roman à l’eau de rose », « roman de jeune fille », « roman sentimental », « roman de gare », « roman d’aventures de vacances », « roman photo », « feuilleton d’antan », « roman populaire du xix e siècle ». Autant de formes de la littérature populaire ou de la production de masse qui ne trouvent aucune grâce aux yeux des sélectionneurs et qu’ils ne souhaitent pas voir associées à la littérature de jeunesse.

  • 26 1992, 9-3.
  • 27 1992, 48-2.
  • 28 1992, 39-5.

21La référence à des genres permet parfois de formuler un avis négatif, justifié par l’indistinction ou l’hybridité des genres au sein du manuscrit : « entre le roman psychologique et le roman fantastique, ce texte cherche sa voie26 » ; « cela n’est pas un roman mais un documentaire déguisé27 » ; « il y a un manque d’unité dans ce roman qui veut aborder trop de genres28 ». Si l’on ne peut exactement en déduire un refus de toute forme d’hybridité, il nous semble qu’il y a ici une méfiance assez nette concernant des formes qui pourraient échapper aux classifications précisément parce qu’elles relèveraient de formes multiples. Ce qui permet de conforter d’une autre manière notre constat antérieur concernant les valeurs, et tout particulièrement la défense d’une certaine simplicité.

22Par ailleurs, les références à des œuvres ou des auteurs précis dans les avis des sélectionneurs sont utilisées soit comme modèles, soit comme contre-modèles, suggérant aussi des valeurs sous-jacentes. Dans le premier cas, nous avons pu relever des références à des auteurs (Marivaux, Hugo, Maupassant, Marcel Aymé, Pagnol, Kafka, Houellebecq, Dantec, Cormier, « les grands auteurs du Maghreb »), à des œuvres (Peter Schlemihl, 1984, Les Malheurs de Sophie, Alice aux pays des Merveilles, Astérix, La Bible). On peut noter que peu d’ouvrages de littérature pour enfants sont convoqués. Par ailleurs, une majorité d’ouvrages ou d’auteurs cités sont des classiques qui servent, aisément et sans grand risque, de modèles. Des références plus contemporaines comme celles à Houellebecq (pour la littérature générale) ou à Cormier (pour la littérature pour adolescents) semblent au contraire ouvrir des perspectives vers des formes ou des contenus moins attendus, plus polémiques aussi.

23Les références qui constituent des contre-modèles renvoient généralement à des œuvres, des auteurs, des séries qui s’inscrivent dans la littérature populaire ou dans la para-littérature. Il s’agit d’auteurs comme Delly, de collections comme « Cœur grenadine », « Harlequin » (convoqué à plusieurs reprises), ou de séries comme « le Club des cinq », de magazines comme Nous deux, ce qui fait écho aux références signalées telles que le « roman à l’eau de rose ». C’est aussi le cas dans l’avis suivant qui met en valeur le manuscrit présenté en l’opposant à un genre que l’on pourrait associer à une forme de la fantasy, clairement déconsidéré par le sélectionneur :

  • 29 Il s’agit d’un manuscrit qui évoque la légende de la ville d’Ys. 2000, 50-1.

Quand on compare ce texte aux pauvretés que nous a values la mode pseudo-médiévale des livres venus de la littérature américaine de série, on ne peut qu’admirer ce texte d’une grande puissance qui revisite une légende typique de la rencontre de cultures anciennes et des aspirations chrétiennes29.

Nous pourrions peut-être nuancer le constat de la rareté des références à la littérature de jeunesse : en effet, la présence dans un certain nombre de fiches (1/4 en 1992, 1/6 en 2000) d’orientation vers des maisons d’édition, voire des collections, signale non seulement de la part des sélectionneurs une connaissance des spécificités des maisons d’édition, mais aussi une autre forme d’évaluation comparative. Ainsi de nombreuses maisons d’édition ou de collections sont mentionnées : Casterman, L’école des loisirs, Milan (« Zanzibar »), Gallimard (collection « Page Blanche »), Grasset, Bordas, Nathan, Hachette, Le Sorbier, La Farandole, Castor Poche, Rageot, notamment. Un travail plus précis encore pourrait être mené pour montrer l’adéquation entre les évaluations des sélectionneurs et la maison d’édition suggérée. Toutefois, ce travail devrait être nuancé par le fait que souvent des éditeurs sont suggérés alors même que le manuscrit n’est pas sélectionné ou que la critique développée est peu favorable. Ainsi, en 1992, 7 fiches renvoient à Casterman, mais 4 seulement sont favorables au manuscrit.

Quelles caractéristiques morales ?

  • 30 Christian Chelebourg et Francis Marcoin, La Littérature de jeunesse, Armand Colin, 2007, p. 64 sq.

24C’est encore par l’entrée de mots-clés que nous avons essayé de mettre en évidence les termes qui reviennent le plus souvent dans le discours critique des sélectionneurs et de dégager les fonctions qu’ils assignent à la littérature de jeunesse. Si, dès son origine, la littérature pour la jeunesse se donne une mission éducative et édificatrice30, comment cet objectif est-il évoqué dans les fiches ?

Édification

25L’objectif d’« édification » implique des références à la valeur morale des manuscrits. Une première réflexion porte donc sur l’analyse des emplois de morale et de ses dérivés. On en relève 14 emplois en 1992, 10 en 2000, ce qui est peu. Les adjectifs moraliste et moralisateur sont toujours employés de façon négative ; on trouve aussi un emploi ironique : « une aventure très morale contre les vilains gourmands ». Le nom « morale » et l’adjectif sont souvent assortis de termes (adverbes, adjectifs) qui les renforcent : « terriblement moralisateur », « gnangnan et moraliste », « morale sentencieuse et pesante », par exemple.

26Les sélectionneurs se méfient toujours du manichéisme, défaut signalé plusieurs fois, et préfèrent des analyses plus fines des personnages et des situations. Si une morale du bien et du mal est récusée comme trop simpliste, certains sélectionneurs laissent entrevoir, avec une part de subjectivité, les valeurs qu’ils recherchent : ainsi, l’un d’eux emploie régulièrement le terme d’authenticité dont il fait une valeur hautement appréciée. Par exemple, à propos d’un texte sur la guerre du Liban :

  • 31 2000, 35-2.

Il est difficile de ne pas s’attacher à ce livre. Au travers des maladresses de l’écriture il y a une telle authenticité, une telle volonté de dire au risque de choquer tous les camps la vérité des choses31.

  • 32 1992, 23-4.

Le même apprécie l’humanisme et l’humanité de certains textes, valeurs qu’il distingue d’un paternalisme ou d’une charité qu’il récuse, comme dans ce manuscrit de 199232 :

Il ne suffit pas d’un sens de l’intrigue et du scénario ou de l’exploitation des thèmes du Tiers monde pour faire un bon livre. Beaucoup de paternalisme.

[Ce manuscrit] sera certainement publié puisqu’il va dans le sens de la charité et de la bonne conscience.

Et, pour les suggestions de maisons d’édition, il précise : « Beaucoup, puisqu’il évite de poser les problèmes réels. » Dans ce « beaucoup », on peut lire une critique un peu amère du paysage éditorial de l’époque qui plus qu’à un véritable « humanisme » fait la part belle à une morale traditionnelle empreinte de christianisme.

  • 33 1992, 8-3.
  • 34 Voir Michel Manson, « Informer, louer, critiquer : la presse française et la littérature de jeuness (...)

27À l’idée de morale est souvent liée celle d’une simplification excessive : « l’histoire est affligeante et dégoulinante de morale primaire ». Une seule fois nous avons trouvé la réticence d’un sélectionneur devant une histoire « profondément amorale » (à propos d’une petite fille qui s’éprend d’un homme mûr). Dans les modifications suggérées, on peut lire « supprimer les passages qui ne sont là que pour la morale33 ». Les sélectionneurs s’inscrivent là dans une tradition qui remonte au moins au xviiie siècle34, sous la plume des critiques et aussi des éditeurs qui, comme Hetzel, ont le souci de proposer aux enfants autre chose que

  • 35 Préface d’Hetzel pour l’édition 1864 des Mésaventures de Jean-Paul Choppart, de Louis Desnoyers.

ces livres d’une bénignité, d’un patelinage fade, qu’une école, qui n’est pas la bonne, a amoncelés autour du jeune âge. […] Cette tisane littéraire qu’on verse d’ordinaire par petites cuillerées dans l’esprit des enfants35.

De même les sélectionneurs affichent une grande prudence à l’égard des intentions didactiques qui seraient trop voyantes. Le terme scolaire est toujours employé de façon négative ; en revanche, certains manuscrits sont jugés comme de possibles « outils » pédagogiques. Mais cet aspect des manuscrits ne semble pas être leur souci principal. Le souci d’éducation porte plutôt sur la forme et la recherche des qualités littéraires du manuscrit.

Éduquer : former le goût du lecteur

  • 36 1992, 26-1.

28Contre une littérature simpliste à l’excès, les sélectionneurs posent en contrepoint l’idéal d’une littérature stimulante, sortant des sentiers battus. L’un des pires reproches que l’on peut lire dans de nombreuses fiches est celui de la mièvrerie, défaut qui revient aussi à ne pas prendre au sérieux l’enfant lecteur, ce que déplorent les sélectionneurs ; la mièvrerie est associée souvent avec la niaiserie qui semble en être le degré ultime : « Le roman se lit sans réel intérêt et nous est apparu mièvre voire niais36. »

  • 37 1992, 12-4.
  • 38 1992, 174-1.

29L’originalité est toujours valorisée, de pair avec le rejet de la banalité. L’idée apparaît 44 fois en 1992, 16 fois en 2000. On apprécie l’originalité du thème, du sujet, plus rarement de l’écriture. La banalité apparaît néanmoins dans des fiches qui sélectionnent un manuscrit, quand elle représente un écueil évité par l’auteur : « ce pourrait être une banale histoire un peu pleurnicharde, c’est une sorte de chant de l’amour vrai37 ». Les défauts que nul ne pardonne, ce sont les stéréotypes, poncifs, clichés, souvent accumulés de surcroît ; un sélectionneur impatienté note : « on se prend à ricaner tant l’auteur enfile les clichés les uns après les autres38 ».

  • 39 1992, 72-3.
  • 40 1992,167-1.
  • 41 Ibid., fiche 2.

30Pour que cette littérature soit piquante et puisse éveiller l’esprit du jeune lecteur, l’humour est souvent relevé comme une qualité, même l’humour noir quand le manuscrit semble adressé à des adolescents ; l’humour est parfois associé à d’autres qualités : « ce roman plein de charme allie humour et beauté39 », « enfin de l’humour et de la poésie40 », et d’un autre sélectionneur pour le même manuscrit : « des contes pleins d’humour et de santé41 » ; dans les modifications suggérées, le conseil est donné, parfois, de retravailler le ton en ce sens.

31On le voit, les sélectionneurs manifestent de réelles exigences face à ces manuscrits qui sont certainement très disparates. Le texte doit, pour eux, éviter plusieurs écueils : celui du conformisme moral, celui d’un didactisme trop voyant ; les sélectionneurs s’inscrivent dans une tradition critique relativement ancienne, selon laquelle la fonction d’édification ne doit pas impliquer la facilité dans la forme : on attend une qualité esthétique qui prend le lecteur au sérieux, contre une littérature de jeunesse souvent tentée par la facilité de la répétition de recettes éprouvées.

L’implication des sélectionneurs dans leur discours critique

  • 42 Catherine Kerbrat-Orecchioni, op.cit., p. 33.

32Nous avons également examiné, dans les discours produits, les marques de la subjectivité, partant de l’idée que cette critique « souterraine » pouvait, plus que d’autres, laisser place à des évaluations qui n’avaient pas besoin d’éviter des avis tranchés. Si ces marques sont visibles à travers les qualifiants abordés précédemment, ce sont des mots-clés plus explicites que nous avons recherchés, « lieux d’ancrage les plus manifestes de la subjectivité langagière » selon Catherine Kerbrat-Orecchioni42, à savoir : les pronoms personnels et les mots liés à l’énonciation – les pronoms je, nous, on, voire vous, les déterminants mon/ma, mais aussi des marques de ponctuation, notamment les points d’exclamation. Étant donné le contexte d’écriture et de communication des comptes rendus, on pourrait s’attendre à ce que les sélectionneurs s’autorisent une démarche d’évaluation plus personnelle. Or nous avons constaté que le je et tous les termes associés à la 1re personne, étaient finalement très peu présents (dans moins de 10% des fiches).

  • 43 2000, 89-2. « Critique : Et bien moi, Angélina, je ne l’aime pas ! Tout sonne faux : combien de fil (...)

33Mais lorsque ces marques sont présentes, c’est presque toujours pour exprimer un avis négatif, parfois très fort, concernant des manuscrits non retenus. Le sélectionneur affiche son manque d’attirance pour un genre en particulier, ou le plus souvent, une virulente critique, très personnelle, sur un mode purement affectif ; à propos d’un manuscrit intitulé « On t’aime, Angelina », l’avis est le suivant : « eh bien, moi, Angelina, je ne l’aime pas43 ». Dans ce cas, la multiplicité des marqueurs du « je » va de pair avec une critique sans appel, purement affective, mais qui sera tout au long de la fiche déclinée et argumentée.

  • 44 Catherine Kerbrat-Orecchioni, op.cit, p. 41 sq. Elle décline ainsi pour le « nous », les différente (...)

34Ce constat concernant les jugements négatifs est associé à l’utilisation de phrases exclamatives, assez nombreuses pour les deux années, qui marquent une implication forte du sélectionneur et permettent d’exprimer des avis on ne peut plus tranchés, parfois à la frontière de l’ironie ou de la moquerie mordante. À 90% au moins, l’exclamation se trouve dans des fiches qui ne sélectionnent pas le manuscrit. Ces marques sont quelquefois redoublées d’un « hélas » qui ne laisse planer aucun doute sur le jugement. Les phrases interrogatives, quant à elles, assez nombreuses également, sont sans doute plus délicates à interpréter. Ce sont souvent des questions rhétoriques qui masquent à peine une critique sur un aspect particulier du manuscrit (caractère peu vraisemblable, identification du genre, incertitude sur le public…). C’est une implication moins affective qu’analytique. Si le je est assez peu présent, l’observation des fiches montre d’autres marqueurs d’une subjectivité, sans doute plus complexe, à travers les pronoms nous et on. Ces deux pronoms, en effet, ont des contours plus flous en terme d’implication personnelle puisqu’ils associent au je d’autres entités qui varient44.

  • 45 Vincent Jouve, L’effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, « Écriture », 1992.

35Pour essayer de décrire ces différentes positions ou postures, nous avons eu recours aux catégories proposées par Vincent Jouve45 : celui-ci parle du lu, pour évoquer la part pulsionnelle du lecteur, du lisant pour évoquer la part affective et du lectant pour la part intellectuelle (et distanciée). On retrouve dans les avis critiques ces différentes postures. Nous avons ainsi pu constater que le recours au nous permet au sélectionneur de se placer du côté du lu et du lisant, en partie immergé dans l’intrigue proposée dans le manuscrit : « nous sommes en Écosse », « une adolescente nous emmène… », « Nous sommes à la fin du xvie siècle… ». Même s’il s’agit de raconter ou présenter l’intrigue, le sélectionneur se place à l’intérieur de la fiction dans laquelle il semble plonger (comme le futur jeune lecteur à venir) ou dans laquelle il est « emporté », ce qui correspond le plus souvent à un jugement positif. Ce critère d’adhésion est également confirmé lorsqu’il n’est pas opérant : « le texte ne réussit pas à nous entraîner… », « l’auteur ne fait pas l’effort de nous emmener… ». Ces jugements par la négative, plus nombreux, attestent d’une prise de distance plus critique de la part du sélectionneur qui pose bien l’adhésion comme essentielle à la réussite d’un manuscrit.

36Dans l’autre moitié des usages du nous, le sélectionneur peut être assimilé plus clairement au lectant (lecteur distancié), ce qui est tout à fait logique, puisqu’il émet des avis critiques de diverses natures : très souvent, il s’agit de caractérisation générique : « nous sommes au niveau de la fable », « nous retrouvons le mythe », « nous sommes totalement dans le monde de la science-fiction ». Dans ce cas, le nous renvoie à la communauté des lecteurs experts.

37Le pronom on, contrairement au nous, n’est quasiment jamais utilisé pour apporter des précisions génériques. Dans quelques rares cas, il permet au sélectionneur de se positionner du côté de l’auteur : « avec un vampire, on peut créer une bonne petite histoire » ; ou encore de l’éditeur : « on pourrait sans doute en faire un livre mais que resterait-il de la qualité du témoignage ? ». Mais le plus souvent, le on, plus encore que le nous, correspond à la posture du lu/lisant, adhérant à la fiction, totalement ou partiellement : « On s’y laisse prendre, on suit, on ressent… » marquant positivement donc des formes d’empathie ; ou au contraire, regrettant l’impossibilité d’une immersion : « on ne sympathise pas du tout », « on a du mal à… », « on a des difficultés à … ».

38Le pronom on apparaît très souvent comme un je déguisé pour porter des jugements plus subjectifs, affectifs ou évaluatifs, en majeure partie négatifs. Comme si finalement les sélectionneurs, s’interdisant le je, optaient donc pour le pronom on, aux contours plus flous, permettant d’englober une communauté de lecteurs, pour formuler des critiques parfois virulentes qui sont sans doute les plus intéressantes et mériteraient une analyse plus précise :

  • 46 2000, 58-2.

On devrait palpiter, on bâille ; on voudrait être émerveillé, on n’est qu’agacé par cette sempiternelle resucée d’extraterrestres46.

  • 47 2000, 45-1.

On aimerait se laisser prendre. On passe du rêve à la réalité et l’on finit le manuscrit sens dessus-dessous47.

Enfin, ce jugement très développé, sur un manuscrit non retenu, fait intervenir, outre le on, le pronom vous, dans un emploi dont on ne sait trop s’il désigne le sélectionneur qui accomplit la tâche assignée par le CRILJ, les autres sélectionneurs destinataires de l’avis ou le lecteur futur :

  • 48 Souligné par nous. L’utilisation de cet autre pronom, le « vous » renvoie tout à la fois à l’avis p (...)
  • 49 2000, 93-2.

Il y a des livres qu’on lit sans tout comprendre mais dont la musique vous48 prend par la main et vous fait passer un moment magique ; il est des livres, trop hermétiques dont on devine la force et la portée. Et puis il y en a d’autres, comme celui-ci, chichiteux et prétentieux qui tournent en rond. On a envie de l’abandonner à la page 5 tant on pressent ce qui va se passer : on s’ennuie interminablement. Arrivé au bout de ce défilé de personnages (sûrement hautement symboliques) on s’en veut d’avoir perdu tant de temps. Oui, la vie est plus importante que le livre et le lecteur aurait mieux fait de s’occuper à autre chose que de subir ce qui n’est ni un roman, ni de toute évidence, un récit destiné aux jeunes49.

  • 50 Nous pourrions avoir ici une autre piste si l’on décidait de mener une recherche plus ciblée sur te (...)

39À travers ces marques d’implication, les sélectionneurs n’adoptent donc pas une posture unique : parfois, la posture est celle de lecteurs experts, parfois les sélectionneurs se situent à hauteur de l’enfant lecteur. Cette variation peut aussi dépendre des compétences de chaque sélectionneur50. Toutefois, s’il y a bien, comme nous avons pu le voir, des formes de critiques plus directes et subjectives, qui ne retiennent pas leur jugement négatif, il n’en reste pas moins que la majorité des avis produits restent dans une certaine retenue ou réserve qui n’écarte pas les avis tranchés, puisqu’il s’agit en fin de compte d’opérer ou non une sélection. L’échange des avis lors de réunions préparatoires à la sélection peut aussi expliquer cette retenue. S’il s’agit bien d’une critique souterraine, elle avait toutefois vocation à être connue des sélectionneurs : elle pouvait aussi être reprise lors de retours aux auteurs.

La prise en compte des jeunes lecteurs dans les évaluations

40La pensée du lecteur auquel le texte est destiné occupe une place importante : de nombreuses fiches se réfèrent à lui, souvent évoqué comme « jeune lecteur », plus rarement comme « lecteur enfant » ou adolescent.

  • 51 1992, 70-2.

41Les emplois du mot lecteur peuvent marquer une certaine ambiguïté, renvoyant, soit au sélectionneur, soit au lecteur virtuel (si le livre peut être édité). Mais le contexte permet facilement de faire une distinction qui apparaît dans le choix des temps verbaux. Ainsi, le présent exprime le ressenti du critique, le futur évoque les réactions éventuelles du lecteur : « des enfants, même débutants lecteurs, trouveront du plaisir à la lecture de ce petit roman51 » ; le pluriel renvoie évidemment au futur public de l’œuvre, souvent assorti d’une précision : on parle de lecteurs confirmés (ou non confirmés), de « lecteurs non avertis ». Les mentions « lecteurs d’aujourd'hui », « lecteurs de 1992 » signalent généralement des difficultés de réception et donc une inadéquation du manuscrit au lectorat visé.

  • 52 1992, 24-2.

42Puisqu’on demande aux sélectionneurs de réfléchir à la tranche d’âge à laquelle s’adresse le manuscrit, on trouve assez souvent la distinction entre le « jeune lecteur » et le « lecteur adulte », distinction fondée soit sur le sujet traité, soit sur l’écriture. « Cet ouvrage s’adresse aux lecteurs confirmés qui possèdent déjà un certain goût pour la langue52 ». Certains manuscrits sont donc rejetés, non pour leurs défauts, mais parce que, s’adressant plutôt à des adultes, voire des « adultes bons lecteurs », ils ne correspondent pas aux exigences du Prix, dont l’intitulé initial « Grand prix du livre pour la jeunesse », devenu en 1992 « Prix du roman jeunesse » est parfois rappelé pour justifier certains refus.

  • 53 1992, 96-1.

43Logiquement, dans les modifications suggérées, on proposera de raccourcir, de réduire, de « donner des repères pour éviter au lecteur de s’égarer ». Il y a en effet de nombreuses métaphores de la lecture comme un voyage : « le lecteur perdra pied », on parle de « faire voguer le lecteur », de le plonger dans un monde différent ; « l’auteur veut sans doute emmener son lecteur dans un voyage onirique […] le narrateur s’envole peut-être mais il laisse le lecteur à quai53 ».

44En fait, et c’est un problème bien connu dans le domaine de la littérature de jeunesse, la prédiction d’une tranche d’âge à laquelle serait destiné tel ou tel ouvrage gêne énormément les évaluateurs, notamment quand il s’agit de répondre à la question posée sur la fiche « Pour quel public ? » Bizarrement, en 1992, on proposait : moins de 10 ans, 10-12 ans, plus de 14 ans, excluant ainsi les pré-adolescents de 12 à 14 ans, qui pourtant constituaient le jury. Erreur réparée en 2000, où l’on propose 10-12 ans, 12-14 ans ; ce sont alors les plus jeunes qui sont oubliés : il est possible qu’avec l’expérience des années précédentes on ait établi que les moins de 10 ans n’étaient pas concernés. En tout cas, les sélectionneurs ne se privent pas de corriger, de raturer cette rubrique, de l’assortir de commentaires personnels.

Conclusion

45Les quatre ouvrages primés pour les années qui concernent notre corpus – 1992 et 2000 – ont des points communs : les sujets qu’ils abordent sont des sujets sérieux, politiques (dictature et révolte dans un pays d’Amérique du sud ; dictature et esclavage ; extermination des Indiens d’Amérique) ou sociaux (pédophilie), suggérant des formes d’engagement, de lutte, de dénonciation. Alors que dans les fiches de 2000, les thèmes semblent prévaloir sur l’écriture, en 1992, l’attention portée aux procédés d’écriture était aussi importante que les remarques sur des thèmes jugés difficiles, mais essentiels à aborder. Mais il est pour l’heure difficile d’en tirer le signe d’une évolution significative sur l’ensemble des choix et des discours qui les accompagnent.

  • 54 Voir aussi Annie Renonciat, « Critiquer la littérature de jeunesse dans les années vingt », Arras, (...)

46La diversité des fiches, dans leur forme et leur approche critique, montre à la fois des modalités d’analyse et d’évaluation singulières. Chaque sélectionneur présente le manuscrit à sa façon, dans une écriture qui lui est propre, juge de son point de vue et ne semble pas contraint dans son choix. Toutefois les critiques peuvent paraître assez attendues, reprenant certains avis déjà anciens : ainsi la récurrente critique sur la mièvrerie, ou le style « niais », présente dès le xviiie siècle54. Le rejet du moralisme est aussi assez attendu et ne relève pas au tournant du xxie siècle d’une position très novatrice comme en atteste la posture qui consiste à écarter toute forme d’édification au profit parfois d’une position idéologique qui ne se définit pas comme telle. On peut cependant relever des avis négatifs assez fréquents qui sont soutenus par une forte implication énonciative des sélectionneurs : ils sont formulés souvent de manière plus directe que dans des comptes rendus d’ouvrages déjà publiés. Or nous avons pu constater que ce caractère direct n’écarte nullement, pour certains sélectionneurs du moins, ni le plaisir de l’analyse ni le plaisir de sa formulation.

47Ce travail sur une partie des nombreuses fiches du Prix du roman jeunesse n’est qu’une première étape dans leur traitement. Il nous laisse entrevoir d’autres modalités d’analyse. Des entrées plus singulières pourraient suivre un sélectionneur en particulier. Si l’on parvient à rassembler un jour toutes les fiches, une analyse des discours concernant l’ensemble des ouvrages primés – et donc publiés – permettraient de travailler plus attentivement sur les textes eux-mêmes et les avis formulés dans les fiches. On pourrait également envisager la comparaison plus systématique entre cette critique « souterraine » et les analyses produites dans la presse à la suite de la publication des ouvrages primés. Autant de pistes qui sont apparues au fur et à mesure de notre travail et qui ouvrent donc de nouvelles perspectives de recherche pour l’étude de ce prix en particulier, mais peut-être aussi, dans le cadre plus large d’un travail sur les prix en littérature de jeunesse.

Annexes

Annexe 1 : Prix du roman jeunesse : manuscrits reçus par année

Annexe 1 : Prix du roman jeunesse : manuscrits reçus par année

Annexe 2 : exemples de fiches de lecture de 1992 et 2000

Annexe 2 : exemples de fiches de lecture de 1992 et 2000
Haut de page

Bibliographie

Corinne Abensour, « Les prix littéraires pour la jeunesse, entre médiation et médiatisation », Mémoire du livre, vol. 1, n°2, 2010 [en ligne] http://id.erudit.org/iderudit/044213ar, DOI : 10.7202/044213ar, consulté le 16 décembre 2016.

Christian Chelebourg et Francis Marcoin, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, « 128. Lettres », 2007.

Fabienne Coblence, « Le prix du roman jeunesse du ministère de la Jeunesse et des Sports », Cahiers du CRILJ, n°7, « 50 ans de littérature pour la jeunesse : raconter hier pour préparer demain », sous la direction d’André Delobel, novembre 2015.

Janine Despinette, « La littérature pour la jeunesse dans le monde : ses prix littéraires et leurs finalités », Enfance, tome 37, n°3-4, 1984, p. 225-331 [en ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/enfan_0013-7545_1984_num_37_3_2843, DOI : 10.3406/enfan.1984.2843.

Vincent Jouve, L’effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, « Écriture », 1992.

Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, « Linguistique », 1980, p. 33.

Michel Manson, « Informer, louer, critiquer : la presse française et la littérature de jeunesse de 1750 à 1800 », Cahiers Robinson, n°24-2008, « Critiquer la littérature de jeunesse », sous la direction de Francis Marcoin, 2008, p. 29-48.

Francis Marcoin, « Critiquer la littérature de jeunesse : pistes pour un bilan et des perspectives », Le français aujourd’hui, n°149, mai 2005, p. 23-34.

— « Critiquer la littérature de jeunesse », Cahiers Robinson, n°24-2008, sous la direction de Francis Marcoin, 2008.

Annie Renonciat, « Critiquer la littérature de jeunesse dans les années vingt », Cahiers Robinson, n°24-2008, « Critiquer la littérature de jeunesse », sous la direction de Francis Marcoin, 2008, p. 119-136.

Albert Thibaudet, Physiologie de la critique, conférences prononcées en 1922, publiées en 1930 aux Éditions de la Nouvelle Revue critique, rééd. Les belles lettres, 2013.

Haut de page

Notes

1 Janine Despinette, « La littérature pour la jeunesse dans le monde : ses prix littéraires et leurs finalités », Enfance, tome 37, n°3-4, 1984, p. 225-231.

2 Janine Despinette répertorie 22 prix en 1979 puis 12 prix supplémentaires entre 1980 et 1984. L’arrivée d’un gouvernement socialiste au pouvoir, sa politique en faveur de la culture et plus précisément de la lecture est à mettre en lien avec ce développement important des prix.

3 Le site de la BnF en répertorie plus de 200.

4 Le CRILJ est le Centre de Recherche et d’Information sur la Littérature pour la Jeunesse, créé en 1965 puis « réactivé » en 1974. C’est une association loi 1901, agréée par le ministère de la Jeunesse et des Sports en 1979 et reconnue d’utilité publique en 1983. Voir l’accueil du site : http://www.crilj.org/, consulté le 6 décembre 2016.

5 Les actes de ce colloque sont parus dans les Cahiers du CRILJ, n°7, sous la direction d’André Delobel, novembre 2015.

6 Janine Despinette, op. cit., p. 229. Les critères portent sur le destinataire du prix (manuscrit, ouvrage édité, un auteur pour une partie ou totalité de son œuvre), la composition du jury, le type de récompenses, les instances à l’initiative du prix (instances institutionnelles, associatives, professionnelles).

7 Le règlement se trouve dans un document publié chaque année par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Il définit les modalités d’attribution du prix, de son organisation matérielle ainsi que les finalités du concours (voir article 1er). Document consultable au Centre Robinson, Fonds CRILJ, Université d’Artois, Arras.

8 Grâce à un partenariat entre le CRILJ et l’Université d’Artois, cette dernière abrite un fonds de plus de 30 000 ouvrages et un grand nombre d’archives.

9 Les sélectionneurs sont des bibliothécaires, des enseignants ; certains publient des critiques dans des revues spécialisées, d’autres produisent des émissions radiophoniques sur la littérature enfantine ; enfin un ou deux sélectionneurs sont salariés du CRILJ.

10 Albert Thibaudet, Physiologie de la critique, conférences prononcées en 1922, publiées en 1930 aux Éditions de la nouvelle revue critique, rééd. Les belles lettres, 2013.

11 Francis Marcoin, « Critiquer la littérature de jeunesse : pistes pour un bilan et des perspectives », Le Français Aujourd’hui, La littérature de jeunesse : repères, enjeux et pratiques, n°149, Armand Colin, 2005, p. 23-34. Francis Marcoin ajoute aux catégories de Thibaudet, la critique éditoriale : la mention dans les fiches de lecture des classes d’âge des lecteurs pourrait toutefois suggérer une relation avec ce type de critique.

12 Corinne Abensour, « Les prix littéraires pour la jeunesse, entre médiation et médiatisation », Mémoire du livre, vol. 1, n°2, 2010 [en ligne] http://id.erudit.org/iderudit/044213ar, DOI : 10.7202/044213ar, consulté le 16 décembre 2016

13 Nous avions initialement décidé de ne pas nommer les sélectionneurs en citant les fiches. Toutefois, il nous paraît important de signaler quelques-uns d’entre eux qui ont eu un rôle important dans le champ de la littérature de jeunesse : les documents du fonds Robinson pourraient en effet intéresser des chercheurs qui entreprendraient des recherches sur certaines de ces personnalités comme Roger Boquié, Monique Bermond, Raoul Dubois ou Monique Hennequin.

14 Les documents concernant les premières années ne figurent pas dans le fonds CRILJ et pour l’heure nous ne savons pas où ils se trouvent.

15 1992 était la première année avec la totalité des documents et 2000, une année où le nombre de manuscrits était encore conséquent : en effet, dans les quatre dernières années, le nombre de manuscrits a diminué. Voir le tableau en annexe 1.

16 Voir le document en annexe 2.

17 Les jurys ont récompensé en 1992 La Fille du Canal de Thierry Lenain (jury jeune), publié chez Syros en 1993 et La Protestation de Guy Jimenes (Jury adulte), publié chez Syros en 1993. En 2000, le prix du jury jeune est allé à Cheval Soleil d’Anne Labbé, publié chez Hachette jeunesse en 2001 et le prix adulte à Les Enfants perdus de Sophie Ducharme, publié en 2001 chez Syros.

18 Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Armand Colin, 1980. L’auteure pose en effet deux grands types de formulation lors de la verbalisation d’un objet référentiel : un discours « objectif » qui « s’efforce de gommer toute trace de l’existence d’un sujet » et un discours « subjectif ». Les deux formes de discours nous intéressent pour déterminer la posture des sélectionneurs et l’orientation de leur évaluation.

19 Le mot récit se trouve dans 25% des fiches en 1992, 30% en 2000. Le mot roman apparaît dans près de 50% des fiches en 1992 et 20% en 2000.

20 On retrouve ainsi cette critique négative dans les fiches 2000, 39-1, 2000, 40-1, 2000, 63-2, 2000, 65-1, 2000, 67-3. Nos références indiquent : l’année, le n° du manuscrit et le n° de la fiche du sélectionneur.

21 1992, 62-2.

22 2000, 23-4

23 Ibid.

24 On trouve aussi des formules comme « langue économe » (1992, 157-1), le terme de « légèreté » (1992, 80-3) pour valoriser les manuscrits, ou, a contrario, pour certains sélectionneurs, le « style manque de fluidité » (1992, 72-4).

25 1992, 78-2.

26 1992, 9-3.

27 1992, 48-2.

28 1992, 39-5.

29 Il s’agit d’un manuscrit qui évoque la légende de la ville d’Ys. 2000, 50-1.

30 Christian Chelebourg et Francis Marcoin, La Littérature de jeunesse, Armand Colin, 2007, p. 64 sq.

31 2000, 35-2.

32 1992, 23-4.

33 1992, 8-3.

34 Voir Michel Manson, « Informer, louer, critiquer : la presse française et la littérature de jeunesse de 1750 à 1800 », Cahiers Robinson, n°24-2008, « Critiquer la littérature de jeunesse », sous la direction de Francis Marcoin, p. 29-48.

35 Préface d’Hetzel pour l’édition 1864 des Mésaventures de Jean-Paul Choppart, de Louis Desnoyers.

36 1992, 26-1.

37 1992, 12-4.

38 1992, 174-1.

39 1992, 72-3.

40 1992,167-1.

41 Ibid., fiche 2.

42 Catherine Kerbrat-Orecchioni, op.cit., p. 33.

43 2000, 89-2. « Critique : Et bien moi, Angélina, je ne l’aime pas ! Tout sonne faux : combien de filles à 15 ans n’ont jamais bu une goutte d’alcool ? Combien demandent à leur grand-mère à quel âge une jeune fille peut aller en discothèque ? Combien ne se soucient pas de ne jamais avoir embrassé un garçon ? Combien acceptent et comprennent les amourettes de leurs parents avec d’autres hommes et femmes ? De toute façon, il n’y a rien dans ce manuscrit qui justifie une sélection pour un prix. Ce n’est que platitude et déjà vu. Suggestion : Cœur Grenadine à la limite. »

44 Catherine Kerbrat-Orecchioni, op.cit, p. 41 sq. Elle décline ainsi pour le « nous », les différentes associations de pronoms personnels (je+tu, je+il, etc.)

45 Vincent Jouve, L’effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, « Écriture », 1992.

46 2000, 58-2.

47 2000, 45-1.

48 Souligné par nous. L’utilisation de cet autre pronom, le « vous » renvoie tout à la fois à l’avis personnel du sélectionneur mais aussi aux autres sélectionneurs que celui-ci cherche à impliquer et à convaincre. C’est un « vous » que l’on peut retrouver dans les comptes rendus publiés en revue.

49 2000, 93-2.

50 Nous pourrions avoir ici une autre piste si l’on décidait de mener une recherche plus ciblée sur tel ou tel sélectionneur, ce que nous ne souhaitions pas faire dans ce premier temps.

51 1992, 70-2.

52 1992, 24-2.

53 1992, 96-1.

54 Voir aussi Annie Renonciat, « Critiquer la littérature de jeunesse dans les années vingt », Arras, Cahiers Robinson, n°24-2008, « Critiquer la littérature de jeunesse », sous la direction de Francis Marcoin, 2008, p. 119-136.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1 : Prix du roman jeunesse : manuscrits reçus par année
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1747/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Titre Annexe 2 : exemples de fiches de lecture de 1992 et 2000
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
URL http://journals.openedition.org/strenae/docannexe/image/1747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Gaiotti et Guillemette Tison, « Une critique souterraine : le Prix du roman jeunesse », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1747 ; DOI : 10.4000/strenae.1747

Haut de page

Auteurs

Florence Gaiotti

Centre Robinson, Textes et Cultures, EA 4028, Université d’Artois

Articles du même auteur

Guillemette Tison

Centre Robinson, Textes et Cultures EA 4028, Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals