Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Elena Di Giovanni, Chiara Elefante, Roberta Pederzoli (dir.), Écrire et traduire pour les enfants, Voix, images et mots, Writing and Translating for Children, Voices, Images and Texts

Mathilde Lévêque
Référence(s) :

Elena Di Giovanni, Chiara Elefante, Roberta Pederzoli (dir.), Écrire et traduire pour les enfants, Voix, images et mots, Writing and Translating for Children, Voices, Images and Texts, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, collection « Recherches comparatives sur les livres et le multimédia d’enfance », numéro 3, 2010, 343 p., 35,50 euros.

Texte intégral

1Vaste champ de recherche que présente le titre de cet ouvrage paru en 2010 chez Peter Lang : Écrire et traduire pour les enfants s’inscrit dans les préoccupations récentes concernant la traduction et la traductologie en matière de littérature pour la jeunesse, domaine en pleine expansion. Les vingt articles rassemblés dans cet ouvrage (études académiques de chercheurs, témoignages de professionnels de la traduction, d’écrivains ou d’acteurs de théâtre) sont marqués par un ancrage international visible, en proposant des contributions en français, en anglais et en italien, résultat d’un colloque international organisé en mai 2006 par un groupe de recherche de l’université de Bologne. Par ailleurs, les trois parties de l’ouvrage montrent que les problématiques dépassent le seul champ de la littérature pour enfants en envisageant, dans la troisième partie, la « traduction audiovisuelle » pour la jeunesse, autrement dit les transferts médiatiques sur le petit et le grand écran.

2La préface, co-signée par les trois éditrices scientifiques, est particulièrement utile dans la mesure où elle fait le point sur les recherches théoriques internationales sur la traduction en littérature pour la jeunesse, en partant des précurseurs des années 1960. Document relativement complet, cette préface rappelle les travaux des « pères fondateurs », inscrits dans une démarche comparative, tels Walter Scherf, Richard Bamberger, Zohar Shavit, Gideon Toury ou Göte Klingberg. Les travaux de Jean Perrot, Hans Heino Ewers, Emer O’Sullivan ou Riitta Oittinen sont également évoqués, montrant l’émergence progressive de ce nouveau domaine théorique, ancré dans les translations studies. La bibliographie présentée à la fin de la préface s’avère un outil très précieux et fort pertinent.

Écrire pour la jeunesse

3L’organisation générale de l’ouvrage pourrait, au moins dans un premier temps, laisser le lecteur dubitatif : la première partie, « Écrire pour la jeunesse », au titre on ne peut plus vaste voire vague, est présentée en effet dès la préface comme un « éventail diversifié de contributions ». La cohérence scientifique pourrait y faire défaut, tandis que les deux autres parties sont plus solidement construites autour de la traduction littéraire et sur la traduction audiovisuelle. De fait, les contributions de la première partie sont moins diversifiées qu’on pourrait le craindre. Elles sont centrées, de façon inégale mais indéniable, sur la traduction, l’adaptation, la circulation des textes. Jack Zipes rassemble des réflexions critiques autour de Hans Christian Andersen, l’un des auteurs classiques pour enfants les plus traduits dans le monde, mais sans doute un des plus mal connus. Il montre ainsi qu’Andersen est beaucoup moins révolutionnaire et original qu’il prétendait l’être ou tel qu’on a voulu le présenter. Comme beaucoup d’écrivains de son époque, il développe une écriture tributaire de l’imitation et de l’éclectisme. Par ailleurs, Jack Zipes montre que le moralisme évangéliste et la religiosité très prégnante des contes d’Andersen ont souvent été supprimés des traductions anglaises, modifiant la perception internationale de l’écriture de l’auteur. Enfin, la relecture éclairée de Jack Zipes révèle que le succès croissant d’Andersen l’a conduit à orienter la majorité de ses contes vers davantage de conservatisme. La figure de cet écrivain est devenue, au fil des traductions et des transferts internationaux, de plus en plus protéiforme, chaque pays ayant, selon Jack Zipes, son propre Andersen.

4L’article de Jean Perrot, consacré à Carlo Collodi, propose également un éclairage original sur l’œuvre d’un écrivain classique : dans la continuité de ses travaux montrant la rencontre intellectuelle entre Collodi et George Sand, Jean Perrot envisage la dimension baroque et carnavalesque de l’œuvre de Collodi. Dans une approche comparatiste particulièrement stimulante, Jean Perrot montre comment l’importance de la question sociale amène Collodi et George Sand à s’intéresser au sort des menuisiers et des artistes marionnettistes. Invitant le lecteur à un « jeu d’enquête et de montages littéraires » dont nous ne dévoilerons pas tout, Jean Perrot montre que Les Aventures de Pinocchio sont ainsi le résultat d’un « minutieux travail de transformation » partant de L’Histoire du véritable Gribouille (1850), texte composé au moment d’une relation épistolaire étroite entre Sand et Giuseppe Mazzini. Transferts, rencontres, intertextualité guident cette enquête montrant par exemple comment Collodi sait réutiliser un roman de George Sand, Lucrezia Floriani (1846) tout en s’inspirant du Compagnon du Tour de France.

5C’est également à un classique que s’intéresse Gloria Bazzocchi, en traitant la question de l’adaptation d’un auteur classique pour un public d’enfants : Don Quijote de la Mancha de Cervantes est analysé dans deux publications pour la jeunesse signées par Augustín Sánchez Aguilar. L’adaptation est ici présentée comme la transmission réussie d’un héritage culturel et littéraire national en direction des enfants, à travers un processus de transfert qui peut être envisagé comme une traduction intralinguistique.

6L’article de Jean Foucault, en proposant « quelques aperçus sur l’image dans l’espace de narration et la traduction des images dans les albums pour enfants », s’oriente davantage vers des considérations généralistes sur l’interaction entre mots et images, commençant à aborder des questions de traduction qui seront approfondies dans la seconde partie.

7Les articles suivants reviennent sur des lectures critiques d’œuvres classiques : Daniele Barbieri aborde de nouveau des questions de traduction et d’adaptation en étudiant le transfert d’une œuvre littéraire pour adultes, Moby Dick, en bande dessinée pour la jeunesse, réalisée par Dino Battaglia. Le transfert se fait ici multiple et pluriel : le roman de Melville passe d’un public à un autre et, par ailleurs, se retrouve l’objet d’une traduction intersémiotique. Ce double processus aboutit à la création d’une œuvre nouvelle, à la fois fidèle à l’œuvre originale et présentant une identité graphique et textuelle propre. C’est peut-être l’effet de la diversification de cette première partie qui conduit les éditeurs à proposer ensuite un article sur la question de la transmission des mythes grecs aux enfants et aux jeunes.

8Chiara Elefante, si elle quitte l’univers de l’image, propose néanmoins l’analyse d’un transfert et d’une traduction dépendant de considérations éditoriales. Il apparaît en effet tout à fait essentiel de se poser la question du rôle de l’éditeur dans la traduction d’un texte pour la jeunesse. En étudiant la traduction italienne du mythe d’Ulysse raconté aux enfants par Jean-Pierre Vernant (Ulysse suivi de Persée, Paris, Bayard, 2004), Chiara Elefante montre que les choix éditoriaux qui ont conduit à la parution de C’era una volta Ulisse (Einaudi, 2006) dans la traduction d’Irene Babboni ont conditionné certains aspects de la traduction du texte : choix d’une collection pour adultes, insistance sur la dimension de conteur (C’era una volta renvoyant à l’univers du conte) qui rapproche le récit mythologique du genre du conte de fées, modification du contexte de prise de parole : Vernant ne s’adresse plus à une communauté d’enfants comme dans sa conférence publiée par Bayard mais à un enfant unique, son petit-fils, conférant à la transmission du mythe une dimension plus intime.

Traduire pour la jeunesse

9La deuxième partie de l’ouvrage, directement centrée sur la traduction et la traductologie en littérature pour la jeunesse, s’inscrit plus pleinement et plus directement dans les préoccupations de la recherche contemporaine. La question de la traduction des albums est ainsi posée par des chercheurs qui s’intéressent depuis plusieurs années à ce sujet, telle Emer O’Sullivan : à travers l’analyse de deux albums (Papa Vroum (1986) de Michel Gay dans sa traduction américaine Night Ride (1987) et Granpa (1984) de John Burningham dans sa version allemande Mein Opa und ich (1984)), Emer O’Sullivan examine en détail ce qui se passe lorsque d’apparents manques d’informations sémantiques dans le texte source sont palliés par des traducteurs dans le texte cible, transformant par là-même l’interaction entre le visuel et le verbal. L’adaptation américaine de Papa Vroum repose ainsi sur une verbalisation d’informations iconiques, en dépit de l’interaction entre texte et images, dont l’adaptation altère considérablement la tension. De même, l’album Grandpa présente l’originalité de ne pas avoir de narrateur ni de commentaires explicites, montrant avec beaucoup de pudeur et d’émotion la mort du grand-père perçue par sa petite-fille. Dans l’adaptation allemande d’Irina Korschunow la verbalisation d’éléments visuels rompt le silence de l’album original, atténuant ainsi considérablement la force symbolique de l’image finale du fauteuil vide. C’est toute la capacité des enfants lecteurs qui se trouve mise en cause par de telles traductions.

10Prolongeant ces réflexions, Riitta Oittinen explique que la traduction des albums n’est pas seulement une affaire de mots et d’images mais aussi une question d’informations orales, dans la mesure où un album est lu à haute voix, dans une relation qui implique des considérations tactiles et olfactives. À partir du dialogisme développé par Bakhtine, Riitta Oittinen envisage la traduction comme une « revoicing », une nouvelle voix donnée aux personnages. Elle s’appuie sur l’analyse de la traduction anglaise d’un album finnois, The Canine Kalevala (Koirien Kalevala, 1992) et sur la traduction en finnois, par ses soins, de trois albums de Lauren Child. Ces exemples posent le problème de l’intertextualité et des références culturelles, difficilement traduisibles. Dans le cas des albums de Child que Riitta Oittinen a traduits, les références originales ont ainsi trouvé leurs équivalents en Finlande tandis que les noms ont été modifiés pour entrer dans la culture finnoise, afin de créer un langage littéraire qui, une fois lu à voix haute, sonne de la façon la plus plausible possible. Un traducteur, selon Riitta Oittinen, ne saurait ainsi se limiter au niveau des informations verbales et visuelles lorsqu’il s’intéresse à un album.

11Ce traducteur a ainsi une voix propre et un véritable pouvoir, si l’on en croit Isabel Pascua-Febles. S’il est vrai que la traduction n’est jamais neutre, elle met également en jeu les concepts d’interventionnisme, de pouvoir et de manipulation, externe (pour des raisons didactiques, morales, politiques ou religieuses) ou interne (en fonction du degré d’acceptabilité du texte source dans la culture cible). Fondant ses analyses sur sa pratique de traductrice, Isabel Pascua-Febles montre comment elle a elle-même opéré des manipulations sur un certain nombre de textes, suivant parfois davantage les illustrations que le texte anglais, dans l’optique de proposer une traduction crédible et naturelle (« believable and natural »).

12Quittant la pratique et l’expérience de la traduction, Roberta Pederzoli propose une étude plus théorique en reprenant les analyses d’Antoine Berman, orientées vers une approche « éthique » du texte littéraire. On sait sans doute peu que Berman a été le traducteur de deux textes pour enfants de Peter Härtling, Oma (1975, trad. Oma, ma grand-mère à moi, 1979) et Ben liebt Anna (1979, trad. Ben est amoureux d’Anna, 1981). La réflexion bermanienne est centrée sur une approche « éthique », qui exclut la prise en charge du destinataire de la traduction et doit conduire le traducteur à un rapport plus intime avec la langue ; elle serait donc incompatible avec la traduction pour les enfants, qui doit prendre en considération le destinataire. Roberta Pederzoli montre que cette approche éthique doit au contraire enrichir la traduction pour enfants et permettre de la repenser : revenant ainsi à la poéticité du texte, le traducteur peut donner vie dans une autre langue à une œuvre, avec une véritable valeur esthétique et littéraire, ce qui n’est souvent pas le cas dans l’édition contemporaine. Roberta Pederzoli souligne avec justesse que la figure professionnelle et culturelle du traducteur pour la jeunesse mérite d’être réévaluée et d’acquérir plus de visibilité et de prestige, afin de garantir une meilleure qualité des traductions.

13Quittant la théorie pour la pratique, l’article de Michèle Lorgnet s’éloigne de l’analyse littéraire pour proposer une analyse des mécanismes psycholinguistiques impliqués dans l’appréhension d’un texte en version originale et en version traduite, par de jeunes enfants bilingues. L’expérience s’intéresse à l’observation de jeunes enfants bilingues français/italien et jumeaux : prometteuse, cette étude n’en est qu’à ses débuts et ne permet pas encore de conclusions nettes.

14Tout aussi proche de l’observation, le texte de Marie-Line Zucchiatti montre de façon pragmatique et éclairante comment l’adaptation théâtrale du Petit Poucet, Pollocino en italien, influence la traduction. Plusieurs processus sont ainsi mis en œuvre : tout d’abord une traduction du conte de Perrault vers l’italien, puis une traduction intersémiotique donnant naissance à un texte théâtral et enfin la traduction de ce texte théâtral en vue d’une représentation devant un public francophone. Bel exemple de traduction et de transfert, Pollicino se métamorphose de nouveau en Petit Poucet dans une interaction entre le travail du comédien et celui de la traductrice, dont les étapes sont détaillées avec une grande précision. La version française finale instaure ainsi un dialogue entre deux langues et deux cultures, grâce à la performance de l’acteur, seul en scène, et à un travail original de mise en scène.

15Dans un tout autre registre, Gillian Lathey envisage une approche plus historique de la traduction, en analysant la diffusion des fables d’Esope dans des versions traduites, du xve au xixe siècle. Par rapport au titre de l’article, s’il annonce également une approche des Mille et une nuits, l’article est toutefois déceptif : seules les fables d’Esope sont réellement abordées, dans leur diffusion via des circuits scolaires et populaires. Le mérite de cet article est d’aborder les indications paratextuelles, dédicaces et préfaces, révélatrices du statut de l’enfant lecteur. On pourra regretter que ces deux approches, historiques et paratextuelles, qui sont essentielles dans l’approche de la traduction et de la traductologie, n’apparaissent que dans ce seul article, et de façon partielle.

16Ces aspects ne sont en effet pas présents dans l’article de Wilma Heinrich, consacré à la traduction de romans contemporains pour la jeunesse. Le lecteur français sera sensible à l’analyse d’une traduction de l’allemand ou plutôt de l’autrichien vers l’italien, à partir des romans de Christine Nöstlinger. En effet, ce cas particulier montre comment les particularités lexicales, syntaxiques ou culturelles de cette variété de l’allemand ne sont pas prises en compte par les traducteurs italiens, que leur seule connaissance d’une langue standard conduit à des solutions discutables, voire à des contre-sens. Wilma Heinrich montre ainsi clairement l’importance d’une meilleure connaissance, de la part des traducteurs, des variétés linguistiques, régionales ou nationales.

17Le témoignage de Simona Mambrini, traductrice pour la jeunesse, vient clore cette deuxième partie, en montrant les exigences et les contraintes éditoriales qui jouent un rôle important dans le travail des traducteurs. Cette contribution, essentielle à la juste compréhension des enjeux de la traduction pour la jeunesse, mériterait d’aller au-delà du témoignage et d’être nourrie et soutenue par le regard des chercheurs et des théoriciens.

Le petit et le grand écran : la traduction audiovisuelle pour la jeunesse

18C’est apparemment à une autre forme de traduction qu’est consacrée la troisième partie de l’ouvrage. Il ne s’agit pourtant pas d’études de simples transferts médiatiques ou intersémiotiques. Les quatre articles rassemblés dans cette dernière partie n’en oublient pas pour autant la traduction dans ses dimensions linguistiques : en effet, comme le rappelle Elena Di Giovanni dans son introduction, les activités traductives liées à la distribution de produits audiovisuels pour les enfants représentent un important chiffre d’affaires. Toutefois, il s’agit d’un domaine de recherche qui intéresse encore peu la communauté scientifique internationale et les rares études sont méconnues. On ne peut donc que féliciter la démarche de cet ouvrage, qui ouvre un véritable champ de recherche et donne une visibilité à des travaux pionniers. Eithne O’Connel s’intéresse ainsi à la traduction de l’anglais vers l’irlandais dans les émissions télévisées pour enfants. Auteur d’une monographie consacrée au doublage de textes audiovisuels pour les enfants (Minority language dubbing for children, Bern, Peter Lang, 2003), elle est l’une des rares théoriciennes à se pencher sur ces questions, en orientant ses recherches sur l’irlandais comme langue « mineure ». Aspects culturels mais aussi socio-politiques viennent croiser les approches linguistiques et éducatives.

19Delia Chirao et Roberta Piferi analysent les sous-titres et les traductions (doublages) du film Shrek, étudiant la perception de l’humour par les jeunes spectateurs de 10 à 15 ans. Se fondant sur une observation empirique et proposant des schémas et tableaux assez techniques et précis, elles montrent que le doublage permet une meilleure compréhension de la composante humoristique.

20L’article d’Elena Di Giovanni propose une approche plus comparatiste et plus théorique, à partir de dessins animés traduits et diffusés sur les chaînes italiennes (Atomic Betty). Reprenant les concepts des translations studies, Elena Di Giovanni montre que les analyses linguistiques peuvent servir de point de départ pour des enquêtes plus complexes et interdisciplinaires.

21Enfin, la contribution de Nunziante Valoroso présente une fresque très détaillée du doublage italien des longs métrages sortis des studios Disney, selon une perspective diachronique. Il rappelle ainsi que les doublages italiens des films animés Disney sont reconnus internationalement pour leur bonne qualité : exemples significatifs, anecdotes, chansons, gags viennent compléter les réflexions sur l’interprétation vocale des doubleurs et sur le rôle déterminant des adaptateurs italiens.

22En conclusion, cet ouvrage, qui pourrait dans un premier temps apparaître comme un assemblage de contributions intéressantes mais un peu décousu, est loin de manquer de cohérence. Il s’agit surtout d’un ouvrage très utile pour trois raisons majeures : il représente tout d’abord une contribution non négligeable dans le champ des études comparatistes spécialisées dans la littérature d’enfance et de jeunesse. Il s’avère utile aussi pour les spécialistes de la culture audiovisuelle pour enfants, en présentant succinctement mais avec conviction un nouveau champ de recherche prometteur. Enfin, cet ouvrage est très utile pour les nombreuses références bibliographiques qu’il offre au fil des contributions, références précieuses pour le chercheur qui veut connaître et comprendre les enjeux de la traduction en littérature de jeunesse.

23On regrettera cependant que trop peu de contributions abordent le rôle et la place des stratégies éditoriales, dont l’importance est souvent capitale dans le travail du traducteur et dans le texte final traduit et mis à disposition des jeunes lecteurs. Par ailleurs, on peut constater un léger mais réel déséquilibre entre les études se fondant sur des albums et celles consacrées à des traductions de romans. S’agit-il d’un effet révélateur dans un champ de recherche et de réflexions théoriques encore relativement neuf ? Enfin, l’ouvrage ne propose presque aucune approche historique, alors que cette mise en perspective est essentielle. Là encore, il s’agit sans doute d’un manque significatif, les études étant encore fort peu nombreuses. On ne peut donc qu’attendre avec impatience les résultats d’équipes de chercheurs comme celles du projet « Histoire des traductions en langue française », qui accorde une place à la littérature d’enfance et de jeunesse, du xviiie au xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lévêque, « Elena Di Giovanni, Chiara Elefante, Roberta Pederzoli (dir.), Écrire et traduire pour les enfants, Voix, images et mots, Writing and Translating for Children, Voices, Images and Texts », Strenæ [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/strenae/427

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals