Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les « Photo Poche » de Robert Delpire : un exemple d’édition culturelle

Gaëlle Morel

Entrées d’index

Mots-clés :

collection, photographie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Magali Jauffret, « “Photopoche”, le 100! », L’Humanité, 9 janvier 2007.
  • 2  Michel Guerrin, « Témoins d’histoires », Le Monde, 9 janvier 1998.

1« Accessible, maniable, élégante, soigneusement photogravée et imprimée »1, la collection « Photo Poche » de Robert Delpire apparaît vingt-cinq ans après sa création comme une grande réussite éditoriale. Fondée en 1982 et subventionnée à l’époque par le ministère de la Culture, la série des petits livres noirs constitue également un objet emblématique du processus de légitimation culturelle de la photographie en France. Éditeur expérimenté, Delpire est nommé à la tête de la principale institution photographique, le Centre national de la photographie, dont la politique d’expositions est accompagnée d’une activité éditoriale soutenue. Les caractéristiques de « Photo Poche », « première histoire de la photographie en livre de poche »2, répondent au projet culturel des années 1980. La photographie est alors définie comme un art accessible et populaire, détachée de la tradition des beaux-arts, et la collection longtemps mûrie par Delpire propose des ouvrages à la présentation soignée et destinés au grand public.

  • 3  Voir Gaëlle Morel, Le photoreportage d’auteur. L’institution de la photographie en France depuis l (...)

2Sous l’impulsion des pouvoirs publics et de différents mouvements militants, les années 1970-1980 voient l’apparition d’instances d’officialisation et de légitimation de la photographie dans le champ artistique et culturel français3. Ce mouvement d’institutionnalisation se définit par l’entrée du médium au musée, l’organisation régulière d’expositions, la création d’organismes spécialisés en Province et à Paris et le développement des collections publiques. Ce mouvement, initié sur le modèle américain, entend valoriser la photographie et l’imposer comme un art de création légitime par une logique de diffusion, de conservation et de mise en valeur des fonds.

3Si une partie de ces actions se met en place dans les années 1970, comme les Rencontres internationales de la photographie en Arles, la constitution des collections du musée national d’art moderne ou la Fondation nationale de la photographie à Lyon, l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République en 1981 et la nomination de Jack Lang au ministère de la Culture constituent une étape marquante dans l’accélération du processus. La photographie, pratique longtemps déconsidérée de l’action culturelle, incarne aux côtés du jazz, de la bande-dessinée ou du hip-hop une nouvelle forme de créativité ouverte, populaire et désacralisée. Sa non-appartenance à l’héritage classique des beaux-arts rencontre alors les enjeux de démocratisation culturelle portés par les pouvoirs publics.

  • 4  Voir Guy Mandéry, « La statue d’Arago », in 1981-1991 Vous avez dit culture ?…, Paris, CNP, 1992, (...)
  • 5  Lettre de Bernard Perrine, sans date, archives du ministère de la Culture.
  • 6  Dossier “Photographie”, 2 juillet 1982, archives du Département d’études et de la prospective du m (...)
  • 7  Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essais sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Min (...)
  • 8  Jack Lang, « Photographie : les nouvelles orientations », Interphotothèque Actualités, n° 18, octo (...)
  • 9  L’ICP est un organisme privé situé à New York. Le CNP est une association de droit privé financée (...)

4À la demande du ministre de la Culture, présent aux Rencontres internationales de la photographie de 1981, de nombreux acteurs de la photographie française élaborent, durant l’été, une plate-forme axée sur trois principes de l’action culturelle : la création, la diffusion et l’animation4. Ces “États généraux de la Photographie” réunissent un groupe de réflexion, « constitué de la façon la plus large possible et représentant l’éventail complet des tendances5 », censé élaborer des propositions pour une politique de la photographie en France. Chaque participant est appelé à faire un bilan du secteur qui le concerne, à relever les manques et à proposer une action à long terme. Trente-six personnalités aux profils variés sont réparties dans quatre commissions. Les rencontres de ces “États généraux” se tiennent à Paris au mois de septembre 1981, dans une salle de l’École du Louvre mise à leur disposition par le ministère de la Culture. Les débats sont présidés par la photographe Gisèle Freund et le rapport présente les analyses et les propositions et définit les urgences. Une des principales exigences consiste en la création d’une coordination unique, disposant de moyens importants et réunissant la Fondation nationale de la photographie de Lyon, la Mission du patrimoine photographique et la Délégation à la création, afin d’établir durablement la reconnaissance artistique du médium par les pouvoirs publics6. Ces rencontres permettent ainsi d’ébaucher la nécessité de fédérer l’action de l’État au sein d’un organisme unique. Peu de temps après, le ministre de la Culture annonce que l’accession de la photographie à « la sphère de légitimité7 » passe par l’ouverture d’une institution photographique à Paris : « Puisqu’il y a un siège du pouvoir central, il est à Paris, c’est à Paris que cette Maison de la photographie sera implantée8. » Ainsi annoncé, le Centre national de la photographie (CNP) est créé en juillet 1982, sur le modèle de l’International Center of Photography (ICP) de New York9. Répondant aux mêmes attentes que la Fondation de Lyon en matière d’expositions, d’aides à la création et d’édition de catalogues, le CNP n’a cependant pas de politique d’acquisition. Avec un budget de 6,5 millions de francs, il devient le principal établissement photographique en France, au détriment de l’organisme lyonnais.

  • 10  Olivier Perrin, La Fondation nationale de la photographie, Lyon, ENTPE/Aléas, 2001, p. 83.
  • 11  Voir Vincent Dubois, , La Politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Pa (...)
  • 12  Cit. in Vincent Dubois, Ibid., p. 268.
  • 13  Photographies, n° 3, décembre 1983, p. 3.

5Proche des socialistes, baptisé le “Monsieur Photo” de la gauche10, Robert Delpire, né en 1926, est nommé par le ministre à la tête de la nouvelle institution. Si le choix de Delpire, personnalité reconnue dans le secteur privé du marché de l’art et de l’édition, pallie probablement le manque d’agents de l’État susceptibles de diriger une institution consacrée à la photographie, il reflète surtout la volonté du ministère de justifier une politique nouvelle par la mise en place de professionnels supposés incarner des pratiques différentes11. Michel Frizot, historien de la photographie et commissaire d’expositions, par son rôle de conseiller scientifique et de chargé de mission auprès du CNP, assure une caution intellectuelle à l’action du nouvel organisme. Éditeur de livres de photographes novateurs depuis les années 1950, dont le célèbre et mythique ouvrage Les Américains de Robert Frank (1958), Delpire est également l’ancien directeur artistique de la revue d’art L’Œil etdirecteur d’une galerie de photographie à Paris depuis 1963 où sont exposés pour la première fois en Europe des photographes comme Josef Koudelka, Henri Cartier-Bresson ou August Sander. Il participe activement à l’élaboration et à la mise en place des premiers réseaux œuvrant pour la légitimation de la photographie et contribue ainsi aux “États généraux” de 1981. Fort de son expérience d’éditeur, mais aussi de commissaire d’expositions en France et à l’étranger, il devient donc un acteur essentiel de l’histoire des institutions photographiques dans les années 1980-1990. En tant que galeriste, il est invité par Jean-Luc Monterosso à faire partie du conseil artistique de la première manifestation du Mois de la Photo à Paris créée en 1980. Le festival biennal organise différentes expositions réparties dans des espaces autant publics que privés. Illustrant le slogan promu par Jack Lang dès son entrée en fonction, « Économie et culture, même combat12 », le Mois de la Photo à Paris en 1982, comprend quatre-vingts expositions réparties dans soixante-cinq lieux différents et s’accompagne d’une vente aux enchères organisée à la salle des ventes Richelieu-Drouot avec l’aide de la Mairie de Paris. Robert Delpire est membre de l’Association pour la défense et la promotion de la photographie originale, qui profite de l’événement pour rappeler les conditions de validité pour la vente d’une épreuve, et notamment affirmer l’unicité de chaque tirage. Il est également l’un des administrateurs de la revue Photographies créée en 1982 dont la gestion est confiée à un Comité de recherche et de diffusion de la photographie qui rassemble les représentants des services apportant leur support financier ou leur concours à la réalisation de la revue. Subventionnée par le ministère de la Culture, Photographies se veut une « revue d’art par le sujet qui l’occupe toute entière, par les correspondances qu’elle entend éclairer entre la photographie et les autres modes d’expression artistique13 ». Avec la revue, l’État met à la disposition du milieu photographique un outil important de légitimation.

  • 14  Jack Lang, Photogénies, n° 1, Paris, CNP, 1983, p. 1.
  • 15  Dossier d’information, ministère de la Culture, 17 février 1986, archives du Département des étude (...)
  • 16  Pascal Ory, « Un espace hors du commun », in 1981-1991Vous avez dit culture ?, op. cit., p. 21.
  • 17  En 1983, sur un budget de 6,5 millions de francs le CNP consacre 2 millions de francs à l’édition, (...)

6L’ouverture du Centre national de la photographie, placé sous la tutelle du Centre national des arts plastiques, participe des grandes mesures du ministère Lang. La création de l’organisme devient le symbole des ambitions politiques du ministre : « Dès sa création en juillet dernier, j’ai donné pour mission au Centre national de la photographie une politique généreuse et dynamique axée sur la diffusion et sur l’aide à la création. Cette action ouverte à toutes les tendances de la photographie doit se tourner vers le plus large public, celui des connaisseurs et celui des amateurs, en donnant à voir partout et par tous, les œuvres qui ont marqué une histoire encore récente mais d’une extraordinaire richesse14. » Le CNP donne à la photographie le rôle d’outil majeur dans la mise en place d’une dynamique de démocratisation culturelle chère à la nouvelle politique du ministère. Son action principale consiste à organiser des expositions aussi bien historiques, monographiques, scientifiques que thématiques, sans exclusion de pratiques ni d’époques. À sa création, le CNP ne dispose pas de lieu d’exposition propre, mais, à partir de 1984, les expositions sont programmées dans trois salles du palais de Tokyo, dont certaines étaient anciennement occupées par des donations du musée national d’Art moderne15. Le ministère, qui accorde ainsi à la photographie un lieu vaste et prestigieux, atteste d’ambitions fortes, au cours d’une « période faste dans l’histoire de la muséification. […] De tous les domaines d’intervention attribués au ministère de la Culture, le musée est celui dont un ministre peut retirer le plus de bénéfices symboliques16 ». En plus de cette activité fondamentale pour la reconnaissance culturelle de la photographie, le CNP exerce une politique éditoriale soutenue et consacre environ un tiers de ses ressources à ses activités de publication17 mises en place par Robert Delpire. Les principes qui régissent ces publications répondent eux aussi aux ambitions culturelles du ministre et au rôle attribué à la photographie par les instances de légitimation.

7L’activité éditoriale du Centre national de la photographie est assurée notamment par le lancement de la collection « Photo Poche » qui correspond aux exigences d’une diffusion culturelle accessible à un large public. La collection, dirigée par Delpire assisté de Benoît Rivero, réunit un ensemble d’ouvrages photographiques thématiques, monographiques, artistiques, scientifiques et historiques en format de poche (13 x 19 cm) et à bas prix (moins de 30 francs). « Photo Poche », présentée comme un nouveau modèle de livres en histoire de la photographie, est publiée au rythme de huit volumes par an. Chaque recueil comprend, en 144 pages, une introduction rédigée par le photographe, par un écrivain ou un journaliste spécialisé, 64 photographies, les légendes des images reproduites, une biographie et une bibliographie résumée. À vocation didactique, la série constitue une petite encyclopédie, repérable à ses couvertures noires et souples.

  • 18  Robert Delpire, propos recueillis par Patrick Roegiers, « Robert Delpire, un homme pressé », Clich (...)

8Si elle rencontre les attentes de l’État et connaît un succès public rapide dans les années 1980, la collection « Photo Poche » est le résultat d’une pratique éditoriale déjà ancienne menée par Robert Delpire. Le projet préexiste à sa nomination à la tête de l’institution : « Avant même la création du centre, j’avais mis au point la maquette, déposé le nom, signé les premiers contrats. Surtout, conscient de l’importance de l’opération, j’avais proposé à de gros éditeurs de s’y associer. Gallimard, Le Seuil, Flammarion, Larousse, Hachette ont successivement refusé mon offre18. »

  • 19  Aurianne Cox, L’édition photographique en France 1958-1995, mémoire de DEA, sous la direction de P (...)

9Les publications de Robert Delpire, présenté comme un « précurseur »19, marquent un tournant dans le système éditorial français consacré à la photographie mis en place depuis les années 1930. Jusque-là, le marché des livres photographiques n’existe pas en tant que tel. Les éditeurs généralistes ou spécialisés dans des ouvrages de tourisme ou d’ethnographie, insèrent dans leur catalogue des livres illustrés sur différents pays plus ou moins lointains. En 1956, Chris Marker publie aux éditions du Seuil l’ouvrage du photographe américain William Klein, New York, Life is good and good for you in New York. William Klein trance witness revels aux. Intégré dans la collection « Petite Planète » qui diffuse des livres de voyage, l’ouvrage pourtant pensé comme un livre d’auteur doit s’enrichir d’informations touristiques pour pouvoir être édité. Certaines grandes maisons littéraires diffusent des ouvrages illustrés de photographies accompagnées de textes d’écrivains de renom afin de justifier la publication. Les éditions Seghers font ainsi paraître La Banlieue de Paris (1949) de Robert Doisneau avec un texte de Blaise Cendrars et l’ouvrage Belleville-Ménilmontant (1954) de Willy Ronis paru aux éditions Arthaud comprend une préface de Pierre Mac Orlan.

  • 20  Ibid., p. 143.

10En 1949, Robert Delpire crée la revue de luxe Neuf, destinée à un public de médecins amateurs d’art éclairés. Les huit numéros de la revue associent également des textes de romanciers reconnus (André Breton, Jean-Paul Sartre, Jean Cocteau, etc.) à des reproductions d’œuvres d’art et à des photographies (Robert Doisneau, Brassaï, George Rodger, etc.). Mais la collection de revues devient progressivement une collection d’ouvrages et Delpire créée sa maison d’édition en 1952, assumant une position pionnière dans la production de livres construits en collaboration avec le photographe, considéré comme un créateur. Offrant un statut d’œuvres aux images, les livres ne sont plus thématiques et cherchent à se démarquer des albums de voyages et des ouvrages de vulgarisation afin de valoriser la photographie comme création plastique et de réaliser des publications à la conception réfléchie. En 1958, les éditions Delpire publient Les Américains du photographe suisse Robert Frank. Composé de plus de 80 photographies et de textes hostiles à la politique des États-Unis, accompagnés de citations d’écrivains, l’ouvrage contribue au développement d’une nouvelle approche éditoriale et devient le support éloquent de l’œuvre photographique. L’auteur, considéré comme le principal instigateur du livre, dirige intégralement la conception graphique et l’architecture interne. L’agencement des images présente des motifs récurrents emblématiques qui forment un fil conducteur entre les séquences, jouant sur des oppositions thématiques et des échos formels. L’alternance entre les pages blanches et les images et le report des légendes à la fin de l’ouvrage isolent chaque photographie devenue autonome, formule innovante qui sera reprise dans la collection « Photo Poche ». Delpire élabore ainsi un « discours de légitimation artistique du médium à travers le livre »20 associant une impression de qualité, des maquettes étudiées avec soin, une composition rythmée, la mise en valeur du photographe comme auteur et la défense d’une esthétique.

11Mais la collection « Photo Poche » est surtout l’héritière d’une collection de monographies lancée par Delpire en 1976, après quelques années consacrées à la réalisation de films publicitaires et au graphisme (1965-1976). Relançant sa pratique éditoriale par une gamme variée de publications, allant du livre de poche au portfolio de luxe, il coédite avec le magazine Le Nouvel observateur et en collaboration avec la maison d’édition américaine Aperture – spécialisée dans les livres de photographie – une première « Histoire de la photographie » paraissant simultanément en France et aux États-Unis. La collection réunit les grands maîtres déjà reconnus et consacrés (Henri Cartier-Bresson, Jacques-Henri Lartigue, Robert Frank, Alfred Stieglitz, André Kertész, etc.). Avec la même ambition de produire des ouvrages de référence, accessibles à un large public et d’une grande qualité plastique, les titres des quarante monographies de format carré (21 x 21 cm) sont ensuite réédités dans la collection « Photo Poche » à partir de 1982.

  • 21  Michel Guerrin, « En petit et moyen format », Le Monde, 9 mai 1997.
  • 22  Michel Guerrin, « Photos en réduction », Le Monde, 23 mars 1991.

12Les caractéristiques de « Photo Poche » s’inscrivent donc dans la tradition éditoriale de la maison Delpire : une forte volonté didactique d’initier une réflexion sur l’image, une attention portée à la qualité des reproductions et des publications tout en offrant une alternative au livre d’art imposant ou à l’album luxueux traditionnels et un catalogue qui fait une large place aux monographies rétrospectives. Cependant, l’ensemble fait preuve d’un certain classicisme dû notamment au caractère systématique de la mise en page et au choix des auteurs, produisant une « histoire de la photographie à travers ses grands maîtres »21. Nadar, Étienne-Jules Marey, Albert Londe côtoient ainsi Raymond Depardon, Joel-Peter Witkin ou encore Robert Demachy. Avec un graphisme sobre et élégant, Delpire établit le choix des images selon des critères esthétiques subjectifs, affirmant le point de vue fondamental de l’éditeur dans la conception des ouvrages. Et si la parution de certains volumes répond à une manifestation ou un événement temporaire (exposition, festival, etc.), une grande part des parutions sont indépendantes de toute actualité et définissent une véritable politique éditoriale. Ces petits livres d’art destinés à un large public, à la fois modestes et de qualité, correspondent aux attentes de démocratisation culturelle des pouvoirs publics dans les années 1980. Outils attractifs de connaissance de l’image, sortes de « “Que sais-je ?” avec la qualité d’impression de la Pléiade »22, les « Photo Poche » incarnent une approche de la photographie en phase avec les objectifs institutionnels.

  • 23  Dossier “Centre national de la photographie”, 1988, archives du Département d’études et de la pros (...)
  • 24  Rapport d’activités du CNAP, 1990, p. 27. En 1993, 56 titres ont été vendus à 2 millions d’exempla (...)
  • 25  « Robert Delpire : “Je ne me calme pas” », propos recueillis par Magali Jauffret, L’Humanité, 9 ja (...)
  • 26  Chiffres consultés dans Aurianne Cox, op. cit., p. 191.

13En 1984, « Photo Poche » obtient le prix Nadar du livre photographique, pour la première fois attribuée à une collection, le prix des Rencontres internationales de la photographie et l’Oscar de l’édition dont le jury se réunit à l’International Center of Photography23. À partir de 1985, le Centre national de la photographie produit, en association avec l’éditeur américain Pantheon Books, une version en anglais diffusée aux États-Unis et au Canada, assurant le développement international de la collection. En 1990, le succès commercial fait de « Photo Poche » la collection de livres de photographies la plus vendue dans le monde24. Avec un tirage initial à 5000 exemplaires pour chaque ouvrage et des réimpressions régulières, l’ensemble dépasse largement les chiffres habituels de publication de l’édition spécialisée en photographie. En 2007, sur les 140 titres disponibles, le volume consacré à Henri Cartier-Bresson, écoulé à 400 000 exemplaires en France, constitue la meilleure vente du catalogue25. À ces chiffres viennent s’ajouter les ventes des volumes de la collection « Photo Copies », créée en 1983 et constituée des catalogues des principales expositions organisées par le CNP ainsi que celles de la collection, « Photo Notes » créée en 1989 et consacrée à de grands reportages, sorte de pendant thématique de « Photo Poche » au même format. Entre 1983 et 1994, dix-neuf titres paraissent dans « Photo Copies » et entre 1989 et 1995, huit titres sont publiés dans « Photo Notes »26.

  • 27  Son départ est annoncé lors du conseil d’administration du 10 janvier 1996, voir Michel Guerrin, « (...)

14Éditeur institutionnel dont la structure est subventionnée par l’état, Robert Delpire quitte le Centre national de la photographie au début de l’année 199627. Son départ est symptomatique des changements de politique culturelle en faveur de la photographie. La nomination de Régis Durand, critique d’art, inspecteur de la création artistique au ministère de la Culture et directeur artistique du festival « Le Printemps de Cahors », marque une concentration des efforts sur la photographie strictement artistique. Les deux collections « Photo Poche » et « Photo Notes » éditées par le Centre national de la photographie sont cédées aux éditions Nathan avant d’être reprises en 2004 par les éditions Actes Sud, Robert Delpire continuant d’en assurer la direction. Le succès de la collection, dont les éditions à l’international se multiplient (Italie, Allemagne, Espagne, etc.), poussent même l’éditeur britannique Phaidon à lancer « 55 », collection de format carré élaborée sur le même modèle (2001). Si la création de « Photo Poche » fait donc partie d’une politique ambitieuse menée au cours des années 1980, ses particularités paraissent encore répondre aux attentes du grand public, faisant de cette collection une réussite historique incontestable.

Haut de page

Notes

1  Magali Jauffret, « “Photopoche”, le 100! », L’Humanité, 9 janvier 2007.

2  Michel Guerrin, « Témoins d’histoires », Le Monde, 9 janvier 1998.

3  Voir Gaëlle Morel, Le photoreportage d’auteur. L’institution de la photographie en France depuis les années 1970, Paris, CNRS éditions, 2006.

4  Voir Guy Mandéry, « La statue d’Arago », in 1981-1991 Vous avez dit culture ?…, Paris, CNP, 1992, p. 254.

5  Lettre de Bernard Perrine, sans date, archives du ministère de la Culture.

6  Dossier “Photographie”, 2 juillet 1982, archives du Département d’études et de la prospective du ministère de la Culture.

7  Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essais sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, 1965, p. 136.

8  Jack Lang, « Photographie : les nouvelles orientations », Interphotothèque Actualités, n° 18, octobre 1982, p. 2.

9  L’ICP est un organisme privé situé à New York. Le CNP est une association de droit privé financée par des subventions publiques.

10  Olivier Perrin, La Fondation nationale de la photographie, Lyon, ENTPE/Aléas, 2001, p. 83.

11  Voir Vincent Dubois, , La Politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999, p. 245-246.

12  Cit. in Vincent Dubois, Ibid., p. 268.

13  Photographies, n° 3, décembre 1983, p. 3.

14  Jack Lang, Photogénies, n° 1, Paris, CNP, 1983, p. 1.

15  Dossier d’information, ministère de la Culture, 17 février 1986, archives du Département des études et de la prospective du ministère de la Culture, n. p.

16  Pascal Ory, « Un espace hors du commun », in 1981-1991Vous avez dit culture ?, op. cit., p. 21.

17  En 1983, sur un budget de 6,5 millions de francs le CNP consacre 2 millions de francs à l’édition, 1,5 million de francs aux expositions et environ 1 million de francs aux bourses et aux aides. Voir « Delpire fait le point sur la photographie », propos recueillis par Christian Caujolle, Libération, 1er mars 1984, p. 24-25.

18  Robert Delpire, propos recueillis par Patrick Roegiers, « Robert Delpire, un homme pressé », Clichés, n° 22, décembre 1985, p. 54.

19  Aurianne Cox, L’édition photographique en France 1958-1995, mémoire de DEA, sous la direction de Pascal Ory, Université Paris 1, 2003, p. 141.

20  Ibid., p. 143.

21  Michel Guerrin, « En petit et moyen format », Le Monde, 9 mai 1997.

22  Michel Guerrin, « Photos en réduction », Le Monde, 23 mars 1991.

23  Dossier “Centre national de la photographie”, 1988, archives du Département d’études et de la prospective du ministère de la Culture.

24  Rapport d’activités du CNAP, 1990, p. 27. En 1993, 56 titres ont été vendus à 2 millions d’exemplaires (soit environ 35 000 exemplaires en moyenne par titre), voir Rapport d’activités du CNAP, 1993, p. 24. À titre de comparaison, les éditions Contrejour, soutenues par le ministère (Centre national des Lettres et CNAP), ont connu leur plus gros succès avec un ouvrage consacré au photographe Robert Doisneau, vendu à 20 000 exemplaires, mais la moyenne des ventes varie généralement entre 2 000 et 3 000 exemplaires, voir Gabriel Bauret, « Contrejour », Photographies Magazine, « Édition photographique », décembre 1988, p. 56.

25  « Robert Delpire : “Je ne me calme pas” », propos recueillis par Magali Jauffret, L’Humanité, 9 janvier 2007.

26  Chiffres consultés dans Aurianne Cox, op. cit., p. 191.

27  Son départ est annoncé lors du conseil d’administration du 10 janvier 1996, voir Michel Guerrin, « Interrogations sur l’avenir du CNP après le départ de Robert Delpire », Le Monde, 19 janvier 1996, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Morel, « Les « Photo Poche » de Robert Delpire : un exemple d’édition culturelle », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/strenae/81

Haut de page

Auteur

Gaëlle Morel

Associate Curator, Ryerson Gallery and Research Centre, Toronto, Canada

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals