Navigation – Plan du site

Penser l’amitié avec Pascal Quignard. De “Petits traités” à “Leçons de solfège et de piano”

Saïda Arfaoui
p. 40-48

Résumé

Since Petits traités, there has been an evolution in Quignard’s thought about friendship, which moved from a memory-based to an ontology-based approach. Initially, the concept of virtus plays a significant role in shifting the focus from pathos to ethos in his vision of the friendly link. Through this Roman concept, friendship is, for Quignard, closely related to the original dash of the jadis rather than to the individual memory. Through the etymological relation between philia and physis, friendship reconnects with a pre-Socratic physis that hosts the harmony of the opposites. Unbound by the linear human time, it is also withdrawn from the system of symbolic exchanges so much so that friends, according to the author of Leçons de solfège et de piano, «partag[ent] la position sujet en amont du dialogue». However, the anchoring of friendship in the alogos push of physis leads to an ontological denial and returns back to an otherness, so difficult to conceive that we run up against the question of death while raising that of friendship. That’s why it is more appropriate to include the thought of friendship in the movement of the “search”. Indeed, being held prior to various theorizations, Quignard places friendship at the centre of an experience of limits.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

1. Amitié-mémoire: du pathos à l’éthos
2. Une approche ontologique de l’amitié
3. Amitié et expérience des limites
Conclusion

Aperçu du texte

Le titre initial de ma communication était De “Petits traités” à “Leçons de solfège et de piano”. Pour une définition de l’amitié selon Pascal Quignard. Ce titre était déplacé parce qu’il s’agit plutôt, dans l’œuvre de Quignard, de penser l’amitié que de la définir. D’ailleurs, il serait, à mon sens, vain de tenter de synthétiser en une formule théorique toutes les définitions de l’ami et de l’amitié présentes dans son œuvre.

Le thème et la pensée de l’amitié innervent, en effet, l’œuvre quignardienne, au moins depuis Carus, en passant par Petits traités, Albucius, La raison, Le salon du Wurtemberg, et jusqu’à Leçons de solfège et de piano. De livre en livre, la conception que l’auteur a de l’ami et de l’amitié se présente selon des formulations différentes; elle se réfère, en outre, à des horizons aussi divers que la déconstruction moderne, la morale romaine traditionnelle, l’épicurisme ou l’ancien stoïcisme de Zénon. Ce qui ne facilite pas la tâche à qui veut essayer d’interroger l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saïda Arfaoui, « Penser l’amitié avec Pascal Quignard. De “Petits traités” à “Leçons de solfège et de piano” », Studi Francesi, 181 (LXI | I) | 2017, 40-48.

Référence électronique

Saïda Arfaoui, « Penser l’amitié avec Pascal Quignard. De “Petits traités” à “Leçons de solfège et de piano” », Studi Francesi [En ligne], 181 (LXI | I) | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/6718 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.6718

Haut de page

Auteur

Saïda Arfaoui

ISLN, Université de Carthage

Haut de page
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals