Navigation – Plan du site

Résumé

“Ravishing” occurs fairly rarely in Pascal Quignard’s work, but the phenomenon and its related mechanisms are at the heart of the thinking and logic underpinning the Petits traités. These “treatises” describe ravishing by language, by the body, by Otherness, but also, more strangely, by reading or writing. They contrast these violent experiences of destitution with sudden absences from the self, sudden dispossession, illustrated by the key scene of the songearts villants. In this case, ravishment becomes a fascinating encounter. The Petits traités, which are perhaps a contemporary form of the mystical fable, build up lists of the mechanisms likely to result in an encounter with such terrible and yet also fruitful effects.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

Formes et enjeux du ravissement
Réel et expérience mystique
Lire, écrire: dispositifs et/ou exercices spirituels de Pascal Quignard
Les “Petits traités”, forme contemporaine de la fable mystique

Aperçu du texte

«Singularis sum ego donec transeam», lit-on dans le traité Anagnôsis, que Pascal Quignard propose de lire comme une possible définition de la lecture et du lecteur – un passant. Or relire aujourd’hui les Petits traités est un exercice périlleux, parce que relire c’est aussi repasser par ses propres traces, souvenirs, annotations, lectures, écriture, parfois, et courir le risque de ne plus être le passant que requiert toute lecture. Le lecteur risque en effet de se relier aux traces du passé et de donner consistance à ce qui n’en a plus – une expérience d’aveuglement face à ce qu’on croit trop connu. Parfois le texte lui-même nous vient en aide pour que le passage demeure passage, pour que les portes ne se referment pas trop vite. Ainsi, relisant ces volumes parus en 1990, j’ai été très frappée, tout à coup, par ces lignes: «Nos passions sont des charbons qui sont mal éteints. Ils se rallument au souffle de n’importe quelle appréhension. Guerre inexpiable, et sans cesse dans le crâne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Lapeyre, « “Petits traités” du ravissement. Lire Pascal Quignard avec Marguerite Duras », Studi Francesi, 181 (LXI | I) | 2017, 49-57.

Référence électronique

Chantal Lapeyre, « “Petits traités” du ravissement. Lire Pascal Quignard avec Marguerite Duras », Studi Francesi [En ligne], 181 (LXI | I) | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/6720 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.6720

Haut de page

Auteur

Chantal Lapeyre

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals