Navigation – Plan du site

La passion pour Guy Le Fèvre de La Boderie et la flamme sombre du “Zohar”

Rosanna Gorris Camos
p. 77-91

Résumé

Set against the background of the frequent references to the French and Italian Renaissance scattered in Petits traités – particularly in tome VI – and spanning from Marot to Scève, from Du Bellay to Montaigne, from Ariosto to Strozzi, this close reading of the text concerning the Norman kabalist erudite and poet Guy Le Fèvre de La Boderie (1541-1598) illustrates many recurrent and intertwining themes and images. The sea or riverside (bridges, vessels and shipwrecks), the starlit sky and the color yellow form a highly symbolic hibernal Flemish landscape. Biographical sketches and death scenes, the identification of the author’s life with his work, the solitude and the silent voice of any reader and writer delineate a portrait of the artist. Mystical and philosophical sources and implications of Le Fèvre’s work – especially his orphic voyage Encyclie and his Galliade, both structured in circles – are explained in order to draw a parallel between Quignard’s Petits traités and Le Fèvre’s linguistic dream of reviving the act of creation by reuniting the whole world in a single word. In so far as they are traces and echoes of an originary alphabet, etymology, anagrammatism and toponymy stand out among the means of an obsessive investigation in, and restoration of, the sacred essence of nomination. Defined by the ascensional spirals in his work, Guy’s “passion” is a transcendental quest and, at the same time, an obsessive illusion.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

La lumière sombre du “Zohar”
Neige. Je monte. Les morts (“Hiems”)
Sidera
Le voile du langage
La chambre froide
«J’ouvris des livres. Je lus le rêve» (p. 251)
Les lieux de la passion
«Il devint poète» (p. 255)
Le cercle de la voix et «l’Ange de l’esprit aux venteuses parolles» (Enc., f. 52)
La voix de la Sorcière

Aperçu du texte

Parfois les étoiles qui montent dans la nuit
fuient la terre
s’écartant de notre peur.

J’ai lu la première fois le XXXVIIe traité La passion de Guy Le Fèvre de La Boderie, en revue, à la fin des années 80 quand je préparais ma Thèse sur le poète kabbaliste normand. Je me souviens de l’engouement immédiat pour ce texte si beau que j’ai lu et relu plusieurs fois au fil du temps, mais aussi de la sensation très précise que Pascal Quignard avait pénétré le secret de l’auteur de l’Encyclie des secrets de l’Eternité: sa passion de l’essence du mot, son rêve de «colliger la totalité du monde sous un mot inconnu, éclatant, et possible» (p. 252).

La lumière sombre du “Zohar”

Dans la constellation des Petits traités ce long traité brille comme la flamme sombre du Zohar, lu et médité par Guy et dont on conserve l’exemplaire patiemment annoté par le poète de l’Encyclie.

Or, ce XXXVIIe traité est réuni dans un tome, le VIe, inauguré par Liré dont «l’humidité sonore» (p. 165) de la première scène sembl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosanna Gorris Camos, « La passion pour Guy Le Fèvre de La Boderie et la flamme sombre du “Zohar” », Studi Francesi, 181 (LXI | I) | 2017, 77-91.

Référence électronique

Rosanna Gorris Camos, « La passion pour Guy Le Fèvre de La Boderie et la flamme sombre du “Zohar” », Studi Francesi [En ligne], 181 (LXI | I) | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/6728 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.6728

Haut de page

Auteur

Rosanna Gorris Camos

Università di Verona

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals