Navigation – Plan du site

Le lecteur comme copiste et naufragé. Une lecture presque romanesque des “Petits traités”

Francis Marcoin
p. 92-98

Résumé

The reader of Pascal Quignard’s work is, we might say, robbed of the faculty of interpretation and reduced to the state of copyist, which is in fact the state that Pascal Quignard also attributes to the author, since it goes hand in hand with a certain desire for all-inclusiveness. This encyclopaedic aspect is boundless and embarks the reader on a sort of odyssey which leads to another figure the writer also associates with the reader, that of the shipwreck victim. Therefore, the act of reading is not related to the notions of invention or originality, although the question of origin repeatedly crops up. The act of reading is seen in its most trivial, sensorial and material form, as a gesture and posture of abandonment. In Petits traités, the “romantic” perspective is connected with the author’s fondness for the sordidissima.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Aperçu du texte

Je partirai de l’invitation plutôt paradoxale qui m’a été faite, justifiée par le fait que je ne suis pas vraiment un spécialiste de Pascal Quignard, et qu’ainsi je ferais peut-être entendre une voix un peu plus originale. On voit ce que ce défi a de redoutable concernant un auteur qui se pose précisément en haine de l’originalité. Pascal Quignard pense à l’originalité de l’auteur, dira-t-on, et non à celle du lecteur. Pourtant, tout au long de mon travail préparatoire je n’ai cessé d’être accablé par ce constat que le texte précédait toujours ce que je croyais être des intuitions et, pis encore, par la découverte que d’autres lecteurs avaient eux aussi déjà développé ces mêmes intuitions ou avaient déjà souligné dans le texte les points qui retiennent mon attention. Et donc que chez Quignard ce texte, tel qu’il est construit, interdit la possibilité de l’intuition au sens où elle désignerait une connaissance directe, immédiate, et ce alors même qu’il ne cesse de présenter la lectur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Marcoin, « Le lecteur comme copiste et naufragé. Une lecture presque romanesque des “Petits traités” », Studi Francesi, 181 (LXI | I) | 2017, 92-98.

Référence électronique

Francis Marcoin, « Le lecteur comme copiste et naufragé. Une lecture presque romanesque des “Petits traités” », Studi Francesi [En ligne], 181 (LXI | I) | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/6729 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.6729

Haut de page

Auteur

Francis Marcoin

Université d’Artois

Haut de page
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals