Navigation – Plan du site

Résumé

One might expect a treatise to expose and express, to argue and affirm, but in Pascal Quignard’s traité there is a poem. Something unresolved, something that retreats, that resists the stranglehold logic of writing. It is a question of the untreatable, intractable, nature of the treatise. The textual and linguistic alarm bells that leave us staggered, that propel us into the unknown. We approach the cracks of time, the narrative crypt, the limping of syntax, the sentences of the dead. Ineffable silence and “seeing black”. Until the failure of the literary criticism that “reasons” appears in all its clarity; until we see the need to invent an unsettled mode of criticism, one that recognises the shamanic power of words, one where thinking draws its energy from the lack in language.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2018.

Plan

Écrire au défaut: dans les larmes des choses
Passer d’intraitables traités ou Les écrits extemporains
Les traités de gravures. Voir: le noir
Les nœuds de la syntaxe ou l’inarticulable de la langue
Comment écrire aux morts?

Aperçu du texte

La lecture des Petits traités n’aura cessé de me renvoyer au défaut de langue en moi. Défaut de corps? Défaut d’esprit? Qui sait ce que peuvent l’un et l’autre? Et l’un avec l’autre?

J’aurai été, d’un bout à l’autre des cinquante-six petits traités, formant huit tomes, huit suites baroques dont l’écriture et la publication se seront étendues sur presque quinze ans, j’aurai été dans le double bind d’une lecture contradictoire. Peut-être ce que Spinoza appelle un «Flottement de l’âme» (animi fluctuatio), c’est-à-dire «l’état (constitutio) de l’esprit qui naît de deux sentiments contraires», portant à une sensibilité incertaine, désarmée. Tout ensemble, le sentiment de comprendre-et-ne-pas-comprendre; de saisir et d’être dessaisie; le sentiment de tenir à l’œil la phrase et d’être menée par le bout des lèvres des mots. Comme si la syntaxe sur le trajet de quelque vertigineuse ascension, dévissait soudain; ou si les mots, comme frappés d’un doute, se souvenaient puis ne se souvenaient pl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Calle-Gruber, « De l’intraitable ou Écrire aux morts », Studi Francesi, 181 (LXI | I) | 2017, 107-117.

Référence électronique

Mireille Calle-Gruber, « De l’intraitable ou Écrire aux morts », Studi Francesi [En ligne], 181 (LXI | I) | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/6733 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.6733

Haut de page

Auteur

Mireille Calle-Gruber

Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals