Navigation – Plan du site

La délibération et le subjonctif délibératif dans la prose grecque classique

Richard Faure
p. 5-62

Résumés

Dans cet article, je défends l’existence d’un acte de langage délibératif indépendant de l’acte dposer une question informative : les questions délibératives ont pour répliques un acte de langage directif. Tout d’abord, j’étudie les questions au subjonctif dit délibératif. J’analyse ensuite les actes de langage délibératifs indirects qui comportent des formes telles que l’optatif + ἄν, l’indicatif futur, l’adjectif verbal en -τέος, les verbes modaux d’obligation (χρή, δεῖ). Enfin, je propose une nouvelle façon de décrire le rapport de l’acte interrogatif avec les actes de langage que sont les actes assertifs et directifs.

Haut de page

Texte intégral

1 Introduction

1.1 Le corpus

  • 1 Le relevé dans ce corpus a été réalisé à partir des données du LASLA et grâce à un programme inform (...)

1Cet article est une analyse de l’acte de délibération et de son expression linguistique en grec classique à travers l’étude des questions délibératives, et notamment des questions délibératives au subjonctif. Cette analyse a été menée sur la République de Platon, soit un corpus de 1694 interrogatives (directes et indirectes). Sur ces 1694 interrogatives, 90 (77 directes et 13 indirectes) ont été considérées comme délibératives, selon des critères que l’on a déduit de l’étude des questions au subjonctif délibératif (section 2). Le corpus a été élargi pour l’étude du subjonctif délibératif dans deux directions. Pour les interrogatives directes il a été étendu à d’autres dialogues de Platon (Euthyphron, Apologie de Socrate, Criton, Phédon, Cratyle, Théétète, Sophiste, Politique, Parménide, Philèbe, Banquet, Phèdre, Alcibiade I et II, Hipparque1), soit au total 129 interrogatives délibératives avec un subjonctif délibératif (109 + 20 dans la République). Pour les interrogatives indirectes (plus rares), le corpus a été élargi à ces dialogues platoniciens augmentés du Protagoras, du Gorgias ; de l’Anabase et de la Cyropédie de Xénophon et des 21 premiers discours de Démosthène, soit 37 occurrences au total (32 + 5 de la République). Ce corpus est intégralement donné dans l’Annexe 2 et présenté de façon synthétique dans le tableau 1.

Tableau 1 : relevés chiffrés des interrogatives délibératives

République

Corpus élargi interrogatives directes au subjonctif

Corpus élargi interrogatives indirectes au subjonctif

Total

Interrogatives délibératives

90

109

32

231

Interrogatives délibératives sans subjonctif

65 (dont 8 indirectes)

*

*

65

Interrogatives délibératives au subjonctif

25 (dont 5 indirectes)

109

32

166

2En dépit des apparences, la délibération n’est pas moins présente dans les interrogatives indirectes (6,2% contre 5,3% des interrogatives directes dans la République), mais les interrogatives indirectes sont beaucoup moins nombreuses que les directes, ce qui explique la différence pour les chiffres absolus (225 contre 1469 directes dans la République).

1.2 La délibération

3Les questions (ou actes d’interrogation) sont considérées comme des demandes d’assertion adressées à un interlocuteur (Searle 1972 ; Kerbrat-Orecchioni 2001 : chapitre 4). Elles prennent le plus souvent la forme d’une phrase interrogative. La réaction attendue de l’interlocuteur est l’apport d’une information, sous forme d’une phrase assertive, éventuellement elliptique (réduite au seul focus) comme en (1).

(1) a. Quelle heure est-il ?

b. (Il est) 12h45.

4À côté de cela, on considère que les phrases interrogatives peuvent aussi véhiculer des actes de langage autres que la question, ce qu’on appelle d’ordinaire des actes de langage indirects, comme dans le célèbre « peux-tu me passer le sel ? » qui formule dans la plupart des situations une requête et non une demande d’information. Bien qu’elles véhiculent un acte de langage indirect autre qu’une question, ces interrogatives peuvent recevoir une réponse. Celle-ci est assertive. Ainsi (2)a est une interrogative véhiculant une injonction (reformulable sous la forme ‘que quelqu’un vienne m’aider’) et a (2)b pour réponse.

(2) a. Personne ne viendra m’aider ?

b. Si, moi, je viendrai t’aider.

5Mais il est une autre catégorie de phrases interrogatives qui ne sont pas des actes de langage indirects et n’appellent pas non plus de réponse assertive. Ce sont les questions dites « délibératives », illustrées par le bref dialogue en (3) (b est la réponse à a, a’ et b’ sont des variantes, non exactement équivalentes, respectivement de a et de b).

(3) a. Que dois-je faire ?

a’. Que faire ?
b. Partir.
b’. Pars.

  • 2 Nous préfèrerons dans la suite ce terme qui est plus englobant pour désigner la réaction de l’inter (...)
  • 3 Remarque déjà présente chez Kühner-Gerth (1904 : 536).

6Ce genre de questions appelle une réponse ou une réplique2 de l’interlocuteur qui n’est pas une assertion, mais un acte directif3 (direct pour (3)b’, indirect pour (3)b, si l'on restitue « (tu dois) partir »). Cette spécificité a été notée depuis longtemps, notamment par les philosophes du langage (voir Wheatley 1955, Mayo 1956), mais aussi par des linguistes comme Huddelston (1994 : 435) :

  • 4 « As these answers have the force of directives rather than statements, they cannot be assessed as (...)
  • 5 Schwyzer-Debrunner (1966 : 318) parlent de questions à laquelle on n’attend pas de réponse. En fait (...)

Comme ces réponses ont la force [illocutoire] d’acte directif plutôt que d’assertion, on ne peut évaluer leur valeur de vérité : ainsi on ne peut pas dire que la bonne réponse à une question directive [= délibérative] est celle qui est vraie. Souvent, le problème de ce qu’est la bonne réponse à une question directive est pragmatiquement triviale4, 5. (c’est nous qui soulignons)

  • 6 Selon le trésor de la langue française informatisé (http://atilf.atilf.fr/), délibérer c’est « exam (...)
  • 7 Dans une étude typologique, H.-M. Gärtner (2008, 2009) a proposé une hypothèse séduisante pour expl (...)

7D’un point de vue pragmatique, ces questions semblent véhiculer un acte de délibération, c’est-à-dire l’expression d’une réflexion sur le bien-fondé d’une action6. Toutefois, cette formulation est suffisamment imprécise pour que beaucoup d’énoncés puissent être vus comme des actes de délibération. Or il se trouve que certaines langues disposent d’une forme spécifique pour exprimer cet acte. C’est le cas du grec et de son subjonctif dit « délibératif ». L’emploi de ce subjonctif délibératif en phrase interrogative recouvre un acte plus précis que celui défini ci-dessus, notamment en termes énonciatifs. Une différence majeure avec le français est que le grec ignore les interrogatives à l’infinitif7 et doit toujours préciser la personne concernée. Nous verrons qu’il s’agit de la première personne (du singulier ou du pluriel). Les quelques exceptions ne sont qu’apparentes comme il ressortira de l’analyse.

8Ces spécificités des questions dites délibératives par rapport aux autres questions (réplique par un acte directif, emploi d’un mode spécifique) nous amènent à nous demander quelle est la place de la délibération dans les actes de langage. Nous adopterons une démarche proche de celle de Searle 1972, Searle et Vanderveken 1985, Vanderveken 1988 pour déterminer s’il s’agit d’un acte de langage à part entière (question à laquelle nous répondrons positivement). Pour cela, il faudra voir quelles sont les conditions de félicité qui singularisent la délibération.

9Le problème est compliqué par la présence d’interrogatives qui présentent toutes les particularités énonciatives des interrogatives au subjonctif délibératif, mais avec une forme verbale autre qu’un subjonctif. Peut-on parler d’acte de langage délibératif direct pour les interrogatives au subjonctif et indirect dans les autres cas ? Plus largement, cette étude constitue une réflexion sur l’acte d’interrogation, dont on verra que la délibération est une des deux branches. C’est pourquoi l’étude des répliques à ces questions sera un des points cruciaux de notre méthode.

10Il convient dans un premier temps d’analyser de près la forme prototypique de l’interrogative délibérative : celle qui contient un subjonctif délibératif afin de dégager les principales caractéristiques de la délibération (sections 2 (interrogatives directes) et 3 (interrogatives indirectes)). Dans un second temps, on s’intéresse aux autres formes de la délibération (section 4). Enfin, on revient sur le problème des actes de langage et des répliques spécifiques qu’appelle l’acte de langage délibératif.

2 Le subjonctif délibératif

11Dans cette section, nous tentons de voir quelles sont les particularités de la délibération à partir des caractéristiques des interrogatives au subjonctif délibératif, prises comme formes prototypiques (car non ambiguës) de la délibération. On prend comme point de départ les remarques des grammaires et des ouvrages de référence sur les modes.

2.1 Les caractéristiques des interrogatives au subjonctif délibératif

12Le cœur des remarques présentes dans les grammaires est bien résumé dans ce passage de Humbert (1972) :

Le subjonctif délibératif pose une question que la personne se pose à elle-même sur l'opportunité de ses propres démarches : elle s’applique à moi et à nous (ou à des équivalents de premières personnes). (Humbert 1972 : 114, § 183)

  • 8 Les traductions sont miennes. Les abréviations sont celles du dictionnaire de Liddell, Scott et Jon (...)

13À partir de cet emploi, diverses nuances peuvent s’exprimer. Pour J. Humbert, le subjonctif délibératif est particulièrement propre à exprimer l'indignation ou le découragement, pour Kühner et Gerth (désormais KG) (1898 : 221, § 394.6) la résistance, l’étonnement ou l’ironie (Unwille, Verwunderung, Ironie) ; pour Schwyzer-Debrunner (1966), les questions où il apparaît sont des questions de réflexion, doute, résistance, étonnement (überlegende, zweifelde, unwillige, verwunderte (Selbst-)Fragen). On retrouve certaines nuances dans l’exemple le plus cité dans les grammaires (4)8, qui indique l’hésitation du chœur.

Le Chœur hésite à révéler à Créüse que son mari est parti avec Ion
(4) Εἴπωμενσιγῶμεν ἢ τί δράσομεν  ; (E. Ion 758)
‘Devons-nous parler ou nous taire ? Qu’allons-nous faire ?’

  • 9 Les grammaires examinées sont (dans l’ordre chronologique de parution)
    Goodwin (1889 : 98-101, § 2 (...)

14C’est pourquoi on donne différents noms au subjonctif délibératif : dubitativus, indignantis, interrogatif, mode des questions d’appel. Pour certains, ces noms ne caractérisent qu’une partie des emplois du subjonctif délibératif. Pour d’autres, ils sont interchangeables. Dans l’ensemble, ils ne font que signaler des effets de sens, mais ne sont pas applicables à toutes les interrogatives au subjonctif délibératif. Pour préciser les propriétés des énoncés avec subjonctif délibératif, il faut regarder de plus près leurs caractéristiques linguistiques. Voici ce que l’on trouve dans les différentes grammaires du grec9. Pour les caractéristiques qui ne font pas l’unanimité, on a précisé entre parenthèses le nom de la grammaire qui la propose.

2.1.1 Syntaxe

15Voici les trois caractéristiques syntaxiques des interrogatives au subjonctif délibératif que l’on trouve dans les grammaires :

  • Le subjonctif délibératif se trouve dans toutes les sortes d’interrogatives (totales ex. (4), partielles ex. (5) et alternatives ex. (6)).

  • La négation est μή (ex. (7)).

  • En subordonnée, la transposition à l’optatif oblique en contexte passé est possible (ex. (19)).

La définition du φίλος ne convient pas :
(5) Νῦν δὲ πῶς, ἦν δ’ἐγώ, μεταθώμεθα ; (Pl. R. 334e9)
‘Et maintenant, dis-je, comment faire pour la changer ?’

(6) Πότερον οὖν καὶ ταύτην φῶμεν τὴν τέχνην ἐν τοῖς ἀνθρώποις ἐγγίγνεσθαι ὥσπερ καὶ τὰς ἄλλας μή ; (Pl. Cra. 429a2)
‘Devons-nous donc dire que ce métier (faire des lois) est né aussi chez les hommes, comme les autres métiers, ou non ?’

Les pensées des hommes prennent souvent la forme de texte écrit ou d’images
(7) Τούτων οὖν πότερα φῶμεν τοῖς μὲν ἀγαθοῖς ὡς τὸ πολὺ τὰ γεγραμμένα παρατίθεσθαι ἀληθῆ διὰ τὸ θεοφιλεῖς εἶναι, τοῖς δὲ κακοῖς ὡς αὖ <τὸ> πολὺ τοὐναντίον, ἢ μὴ φῶμεν ; (Pl. Phlb. 40b4)
‘Parmi celles-ci, pouvons-nous dire que la plupart du temps, ce qui est dépeint se présente comme vrai aux hommes bons, parce qu’ils sont aimés des dieux, tandis que c’est la plupart du temps le contraire pour les hommes mauvais, ou bien ne pouvons-nous pas le dire ?’

2.1.2 Sémantique

16C’est sur la valeur sémantique du subjonctif dans les interrogatives que l’on trouve le plus de divergences. On a parfois classé le subjonctif délibératif comme troisième emploi fondamental du subjonctif à côté du subjonctif d’ordre et du subjonctif prospectif. Cela prouve la difficulté que l’on a à l’expliquer. Une autre démarche a consisté à ramener les deux autres emplois du subjonctif à une valeur fondamentale (la volonté pour Delbrück 1871 ; le futur pour Hahn 1953), puis à y rattacher le subjonctif délibératif. Il a parfois été considéré comme une combinaison des deux valeurs (Adrados 1992).

  • L’interprétation découle de l’insertion d’un subjonctif volitif (aussi appelé ‘hortatif’ ; ‘exhortatif’ ; ‘d’ordre’) dans une question.

  • Ce subjonctif est à la fois volitif et prospectif (Adrados).

  • Demande une réplique qui soit plutôt un ordre (KG).

    • 10 Voir la citation de Huddelston en introduction.

    Souvent, il n’y a pas de réplique attendue10 (Schwyzer : « Fragen, auf die oft keine Antwort erwartet wird »).

  • 11 Difficile à distinguer de la modalité aléthique selon Lyons (1990 : 417).
  • 12 Il ne semble pas que l’on puisse soutenir cela pour le grec homérique où la frontière avec l’indica (...)
  • 13 Cela se lit par exemple dans les systèmes conditionnels : εἰ + indicatif présente la réalisation du (...)
  • 14 En réalité, cela n’est pas aisément démontrable, car le subjonctif et l’impératif sont en répartiti (...)

17En réalité, il est plus facile de comprendre le subjonctif délibératif si l’on part de sa place dans le champ de la modalité en grec ancien. En effet, le subjonctif est un mode qui se comprend par rapport aux deux autres modes que sont l’indicatif et l’optatif. En tant que mode, il est le reflet d’une ou plusieurs modalités. Avec J. Lyons (1990), nous distinguerons la modalité épistémique (subjective et objective11), qui indique le point de vue sur la valeur de vérité de l’énoncé, et la modalité déontique, qui indique le point de vue sur la réalisation du contenu propositionnel de l’énoncé. Les deux valeurs reconnues au subjonctif en grec classique12 relèvent chacune d’une de ces deux modalités : la valeur prospective correspond à la modalité épistémique ; la valeur volitive à la modalité déontique. L’unité du mode subjonctif tient à la force de la modalité relativement à celle exprimée par les deux autres modes, indicatif/impératif et optatif (dans le même sens voir Lyons 1990 : 433-436). Dans le cadre de la modalité épistémique, le subjonctif indique que la réalisation du procès est probable (elle est présentée comme certaine avec l’indicatif, comme possible avec l’optatif13). Dans le cadre de la modalité déontique, il indique que le procès peut/doit être réalisé, mais de façon moins contraignante que dans un énoncé à l’impératif, et plus contraignante que dans un énoncé à l’optatif14.

18Le subjonctif délibératif est à rapprocher de la modalité déontique. En effet, il forme un couple avec le subjonctif volitif comme dans l’extrait de la République en (8) qui présente une paire question/réplique au subjonctif.

(8) a. Σωκράτης. Φῶμεν ἄρα;
b. Γλαύκων. Φῶμεν. (Pl. R. 444a8-9)
‘a. Pouvons-nous donc le dire (que nous avons trouvé la définition de l’État juste) ?
b. Disons-le.’

19La possibilité de répliquer avec un modal d’obligation va dans le même sens (ex. (9)).

(9) a. Σωκράτης. Προελώμεθα δή τι παράδειγμα ἑκατέρων αἵ εἰσιν, ἵνα τύπῳ λάϐωμεν αὐτάς ;
b. Γλαύκων. Οὐκοῦν χρή. (Pl. R. 559a8-10)
‘a. Devons-nous choisir un exemple de ce qu’est chacun d’entre eux (les désirs) pour que nous les saisissions dans les grandes lignes ?
b. Il le faut.’

  • 15 Pour une discussion du point de vue de la philosophie du langage, voir Wheatley (1955).

20Dans un article de 1995, A. Revuelta-Puigdollers montre que le subjonctif délibératif couvre tout le champ de la modalité déontique15 : permission/interdiction, obligation/absence d’obligation. Il tire cette conclusion d’une analyse sémantique et des différentes gloses du subjonctif délibératif que l’on trouve dans les textes. Ainsi, le subjonctif délibératif peut être glosé par un verbe à P2 comme κελεύω ‘ordonner’ suivi d’un infinitif qui a un sujet référent au locuteur, ce qui montre sa capacité à exprimer l’obligation et l’interdiction, ou un verbe comme ἐάω ‘laisser, permettre’, en rapport avec l’expression de la permission/interdiction. Il en va de même avec les modaux comme χρή/δεῖ ‘falloir’ ou ἔχω + infinitif ‘pouvoir’. Ses résultats sont résumés dans le tableau 2, adapté de Revuelta (1995 : 85).

21On peut même compliquer le tableau en considérant qu’il faut prendre en compte davantage de nuances. Cela donne pour résultat le tableau 3 (le tableau 4 est une glose du tableau 3 avec les verbes modaux). Toutefois, il n’est pas sûr que tout soit sur le même plan. Obligation et permission sont des notions plus fondamentales comme le montre l’emploi récurrent des verbes devoir et pouvoir dans le tableau 4. Ainsi, la non exemption et l’obligation ou la non prohibition et la permission apparaissent comme des notions intuitivement proches. L’important est de voir le champ des nuances que peuvent recouvrir et la modalité déontique et le subjonctif délibératif et le recoupement entre les deux.

  • 16 Il faut en réalité lire « demande de prohibition », « demande de confirmation de la prohibition » e (...)

Tableau 2 : le subjonctif délibératif comme expression de la modalité déontique (notions)16 (1)

Subjonctif délibératif au positif

Permission

Prohibition

Obligation

Exemption

Subjonctif délibératif nié

Tableau 3 : le subjonctif délibératif comme expression de la modalité déontique (notions) (2)

Subjonctif délibératif au positif

Permission/Interdiction

Prohibition/Non prohibition

Obligation/Non obligation

Exemption/Non exemption

Subjonctif délibératif nié

Tableau 4 : le subjonctif délibératif comme expression de la modalité déontique (verbes modaux)

Subjonctif délibératif au positif

pouvoir faire/devoir ne pas faire

ne pas pouvoir faire/pouvoir ne pas faire (sans l’avoir demandé)

devoir faire/ne pas être obligé de faire

pouvoir ne pas faire (en l’ayant demandé)/ne pas pouvoir ne pas faire

Subjonctif délibératif nié

22Il ne peut être question ici d’exemplifier toutes ces possibilités, mais (9) est un bon exemple d’obligation ; (10) est un bon exemple de demande de permission ou de non prohibition (lecture facilitée par la présence de la conditionnelle).

(10) Μηδ’ ἐάν τι ὠνῶμαι, ἔφη, ἢν πωλῇ νεώτερος τριάκοντα ἐτῶν, ἔρωμαι ὁπόσου πωλεῖ ; (X. Mem. 1.2.36)

‘Si j’achète quelque chose, dit-il, qui est vendu par un homme de moins de trente ans, ne puis-je pas lui demander combien il le vend ?’

23Enfin, le dernier point sur lequel les grammaires s’expriment est la situation d’énonciation dans laquelle on trouve le subjonctif. Liée à la modalité déontique que l’on vient de définir, elle permet de mettre en évidence un acte de langage spécifique à l’énoncé au subjonctif délibératif.

2.1.3 Situation d’énonciation

24Dans les grammaires, les caractéristiques énonciatives suivantes sont attribuées au subjonctif délibératif :

    • 17 Nous adoptons la présentation qui numérote les personnes de P1 à P6 (P4 = première du pluriel, P5 = (...)

    Le subjonctif délibératif est le plus souvent à P1 ou P417.

  • Il se trouve dans des questions où on se demande si l’action verbale est exigée du sujet du verbe au subjonctif (« In questions which ask whether the verbal action is required of the suject of the subjunctive » (Cooper (1998 : § 54.2.3))).

  • P3 et P6 sont rares, et se trouvent surtout dans les interrogatives partielles. C’est un phénomène récent (Précision de Schwyzer (1966 : 318) : « il existe en attique depuis Platon et Démosthène » (« im Attischen erscheint er seit Plato und Demosthenes »)).

  • P2 ne se trouve qu’au théâtre (Cooper).

  • Référence à une situation présente (KG).

25Ces remarques peuvent également être faites pour notre corpus. Sur 134 interrogatives directes au subjonctif délibératif seules deux sont à P3 et un exemple hors corpus est à P5 (nous revenons sur ces exemples infra). Toutes les autres sont à P1 (14) ou plus encore à P4 (119).

  • 18 Je dois cette remarque à C. Denizot.

26Pour ce qui est de la référence à la situation présente signalée par KG, il faut distinguer deux éléments18 : le contenu propositionnel, dont la réalisation est nécessairement postérieure à la situation d’énonciation, puisqu’elle dépend de la réplique de l’interlocuteur ; et l’énonciation elle-même. L’emploi du subjonctif délibératif nécessite ces deux éléments. L’ancrage dans la situation d’énonciation est impératif. C’est-à-dire qu’on ne trouve de subjonctif que dans un contexte de discours par opposition à un contexte de récit, selon l’opposition désormais traditionnelle introduite par Benveniste 1966. Cela est certes voulu par le subjonctif, qui ne renvoie à un temps passé que s’il est dans une subordonnée dépendant d’un verbe lui-même au passé. Mais cela va plus loin, comme on le verra dans l’étude des interrogatives indirectes. Par ailleurs, pour avoir un subjonctif délibératif, est également nécessaire la dépendance de la réalisation du contenu propositionnel vis-à-vis de la réplique à la question, autrement dit la référence future du contenu propositionnel. Cela prédit par conséquent que l’on doive employer un autre moyen que le subjonctif pour dire : « que devait-il faire ? », ce qui est vérifié.

2.2 L’acte de langage délibératif

27L’examen des particularités syntaxiques, sémantiques et énonciatives suggère que les interrogatives au subjonctif délibératif sont isolées parmi les interrogatives. Dans cette section, nous défendons l’idée que cet isolement est dû au fait que les interrogatives au subjonctif délibératif sont le véhicule d’un acte de langage particulier : l’acte de délibération. Pour ce faire, nous réanalysons certaines des caractéristiques, notamment énonciatives, comme les restrictions personnelles.

2.2.1 Conditions de l’acte délibératif

28Il ressort de la restriction presque complète à P1/P4 que l’acte de délibération est centré sur le locuteur : il faut qu’il y ait une correspondance partielle ou totale entre la personne qui énonce la question et le référent du sujet du verbe de la question. C’est également par rapport aux coordonnées du locuteur qu’est calculé l’accomplissement du procès dénoté par le verbe de la question. Dans un corpus platonicien comme le nôtre, la P4 est majoritaire, car le locuteur (le plus souvent Socrate) associe son ou ses interlocuteur(s) à la démonstration. Les questions délibératives cherchent l’approbation des interlocuteurs à ce que le locuteur vient de dire, comme en (8). Le centrage se fait donc bien sur le locuteur et non sur un groupe et à travers cette dissociation énonciative de la P4, c’est bien le dire du locuteur qui est visé.

  • 19 Ce point est longuement développé par Denizot (2011 : chapitre III).
  • 20 Sur le lien entre modalité déontique et acte directif voir Lyons (1990 : 441-449).

29Si l’on associe ce centrage sur le locuteur avec la forme interrogative et la modalité déontique, on peut comprendre la spécificité de l’acte de délibération. En effet, il est le miroir d’un acte centré sur la deuxième personne19, auquel est associée la modalité déontique : l’acte directif20. C’est ce que suggèrent les répliques aux interrogatives au subjonctif délibératif formulées avec un verbe explicitement directif comme κελεύω (cf. D. 9.46, exemple emprunté à Revuelta 1995) ou comme δέομαι (cf. le couple de phrases (17)/(21)).

30En utilisant la forme interrogative, le locuteur invite l’interlocuteur à formuler à son intention un acte directif. Contrairement aux questions informatives, le rapport que le locuteur entretient avec l’interlocuteur dans la délibération est particulier en ce qu’il attend comme réplique de l’interlocuteur non pas un énoncé informatif (une assertion), mais un énoncé directif qui aille dans son intérêt (comme un conseil, une proposition, une instruction, une permission). En cela, le grec est conforme à ce que l’on avait vu pour le français en introduction (exemple (3)). C’est ce qui ressort de l’examen des exemples. Si l’on observe l’exemple (8), la réplique de Glaucon à Socrate est un subjonctif exhortatif – φῶμεν – qui inclut d’ailleurs les deux participants de la situation d’énonciation. Socrate ne sait pas (ou feint de ne pas savoir) comment orienter la conversation, et pour cela il demande à son interlocuteur de les orienter par cet acte directif.

31Le subjonctif exhortatif n’est pas le seul à pouvoir être utilisé dans les répliques à des actes de délibération. On trouve également des impératifs comme dans la réplique de Glaucon en (11).

(11) a. Σωκράτης. Μισθωσώμεθα οὖν κήρυκα, ἦν δ’ ἐγώ, ἢ αὐτὸς ἀνείπω ὅτι ὁ ᾿Αρίστωνος ὑὸς τὸν ἄριστόν τε καὶ δικαιότατον εὐδαιμονέστατον ἔκρινε, τοῦτον δ’ εἶναι τὸν βασιλικώτατον καὶ βασιλεύοντα αὑτοῦ, τὸν δὲ κάκιστόν τε καὶ ἀδικώτατον ἀθλιώτατον, τοῦτον δὲ αὖ τυγχάνειν ὄντα ὃς ἂν τυραννικώτατος ὢν ἑαυτοῦ τε ὅτι μάλιστα τυραννῇ καὶ τῆς πόλεως;
b. Γλαύκων. ᾿Ανειρήσθω σοι, ἔφη. (Pl. R. 580b8-c5)

‘a. Devons-nous donc payer un héraut, dis-je, ou dois-je annoncer moi-même que le fils d’Ariston a jugé que le meilleur et le plus juste des hommes est le plus heureux et que cet homme est celui qui a le tempérament le plus royal et qui règne sur lui-même, tandis que le pire et le plus injuste est le plus malheureux et que celui-là se trouve être à son tour celui qui, étant le plus tyrannique, à la fois se tyrannise le plus lui-même et tyrannise sa cité ?
b. À toi de l’annoncer, dit-il.’

32Il peut aussi se trouver dans une paire question/réplique avec comme répliques des actes directifs indirects. Ainsi le futur connaît certains emplois directifs, y compris injonctif (v. Denizot (2011 : 423-439)), comme en (12) emprunté à C. Denizot, ainsi que la traduction.

(12) Δώσετε τὸν φόρον, ἢ βροντήσας τὴν πόλιν ὑμῶν ἀνατρέψω. (Ar. V. 671)
‘Vous allez donner le tribut, ou dans un bruit de tonnerre je vais renverser votre ville.’

33L’acte de délibération serait donc l’acte interrogatif correspondant à une réplique sous forme d’acte directif. Le locuteur place son interlocuteur dans une position légitime pour lui donner une permission, lui interdire ou le contraindre à faire quelque chose. En se plaçant dans cette position, il s’engage à suivre les instructions données par son interlocuteur. Ces circonstances sont extrêmement contraintes. Il est intéressant de voir que la transposition de ce rapport de légitimation à une autre personne qu’à l’interlocuteur entraîne la perte du subjonctif et l’emploi d’une autre formulation de la délibération (voir infra 4.2.1).

34Pour aller plus loin, on peut affirmer que l’acte de délibération forme avec l’acte directif un échange, au sens de C. Kerbrat-Orecchioni (2001 : 62-63), c’est-à-dire une paire d’actes dont le premier est initiatif (déclenche une réaction de l’interlocuteur, ici l’acte de délibération) et le second est réactif (ici l’actif directif).

35Bien entendu, on délibère souvent seul et les questions délibératives sont courantes dans les monologues théatraux. Mais rien dans les conditions de félicité de l’acte interrogatif ne spécifie que l’interlocuteur (en l’occurrence soi-même) doit avoir la réponse.

36On peut tenter de formuler les conditions de félicité de l’acte délibératif à la façon de Searle (1972), Searle et Vanderveken (1985) en associant des traits de l’acte de poser une question et de l’acte directif (L = locuteur, I = interlocuteur). Il faut noter que la dernière condition n’est présentée ici que sous forme d’hypothèse.

  • L ne connaît pas le contenu de la réplique.

  • L suppose que la réplique est dans son intérêt.

  • L sait qu’il est en mesure d’effectuer ce que I lui demandera de faire.

  • L pense que I est en mesure de lui répliquer.

2.2.2 Le subjonctif délibératif en dehors de la première personne

37Nous disions que la perte du rapport immédiat d’interlocution entraînait l’emploi d’un autre tour que le subjonctif délibératif. Dans ce cas, on peut se demander pourquoi l’on a parfois des alternatives au subjonctif délibératif qui sont à la première personne et qui renvoient à la situation présente. C’est ce qu’on étudie en 4.2. Mais avant de passer à ce second temps de l’analyse, il convient de revenir sur les rares cas où l’on a un subjonctif délibératif à une autre personne. Les grammaires citent certains exemples de P2 ou de P5.

38Pour avoir des P2 et des P5, il faut avoir des circonstances très particulières : des questions-échos. C’est pourquoi Cooper note qu’on ne les trouve que dans le théâtre, lieu privilégié de l’échange verbal, parfois vif. On les emploie « seulement quand elle[s] se laisse[nt] ramener à la première personne en question directe » (« nur dann, wenn sie dieselbe auf die I. Person in der direkten Frage zurückführen lässt », KG (1898 : 221, § 394.6)).

  • 21 De même qu’en français on reprend la question en l’introduisant par si : « A : Viens-tu demain ? B  (...)
  • 22 Cela a été clairement souligné par M. Biraud et S. Mellet (2000).
  • 23 Phénomène parallèle en français : « A : que fais-tu ? B : Ce que je fais ?/*Que fais-je ? ».

39Les questions-échos sont une reprise par le locuteur des termes d’une question posée par l’interlocuteur pour s’assurer qu’il a bien compris la question. Elles se caractérisent par l’adaptation des marqueurs de l’énonciation au point de vue du locuteur pour refléter celui de l’interlocuteur, et par le marquage du discours indirect pour indiquer que le locuteur ne prend pas en charge cette question. Ce marquage est, pour les questions totales, l’emploi de εἰ dans la reprise21 et, dans les questions partielles, l’emploi obligatoire22 de ὅστις au lieu de τίς23. C’est ce qu’on a dans l’exemple (13) où l’on trouve ὅ τι. Nous ne tenons donc pas l’emploi de P2 ou de P5 pour un contre-exemple.

Pisthétère a l’idée de fonder une cité des oiseaux

(13) a. Ἔποψ. Τί σοι πιθώμεσθ’ ;
b. Πιστέταιρος. Ὅ τι πίθησθε ; (Ar. Av. 164)

‘a. Epops. En quoi devons-nous t’obéir ?
b. Pisthétère. En quoi vous devez m’obéir ?’

Quant à l’emploi de P3, voici l’unique exemple du corpus :

(14) Τῷ δὲ λόγοις πρὸς λόγους τί τις, ὦ Θεαίτητε, ἄλλο εἴπῃ πλὴν ἀμφισϐητητικόν ; (Pl. Sph. 225b1)
‘Et le (combat) qui se fait de discours à discours, comment l'appellera-t-on, Théétète, si ce n'est controverse?’

  • 24 Il en va de même dans l’autre exemple cité par les grammaires : S. O.C. 170.

40Dans ce passage du Sophiste, l’Étranger et Théétète sont en train d’établir une typologie des types de combats : le combat ἁμιλλητικόν et le μαχητικόν. Ce dernier se subdivise à son tour. Le premier sous-type est le combat βιαστικόν, la question de l’exemple (14) vise à trouver le nom du second sous-type et propose ἀμφισϐητητικόν. Tous les noms attribués dans cette typologie l’ont été par les deux acteurs de la situation d’interlocution. Le nom du dernier sous-type proposé par la question (14) le sera par les mêmes personnes. L’indéfini τις recouvre donc en fait l’Étranger et Théétète, c’est-à-dire, recouvre un ‘nous’24, à l’instar du on français qui se substitue si souvent au pronom de P4. Toutefois, cela est purement contextuel et n’est pas grammaticalisé comme en français. Nous ne considérerons donc pas cet exemple comme un contre-exemple.

41Cette première section nous a permis de présenter les caractéristiques de l’acte de délibération à partir de l’analyse de sa forme prototypique : l’interrogative au subjonctif. Il s’agit d’un acte par lequel le locuteur demande à son interlocuteur d’exprimer à son égard un acte directif qui va dans son propre intérêt. Maintenant que l’existence d’un acte délibératif est établie, il est légitime de se demander s’il existe un verbe performatif qui lui corresponde. Cette question est liée à celle de l’enchâssement des questions délibératives. Comme pour tout acte de langage, elle est problématique, car l’enchâssement doit entraîner la perte de sa force illocutoire (une seule force illocutoire par énoncé). C’est la question que nous étudions dans la section suivante.

3 Le subjonctif délibératif en subordonnée

42Les questions directes au subjonctif délibératif doivent pouvoir être, à l’instar des autres questions, enchâssées. Quelles sont les particularités de cet enchâssement ? Si le subjonctif est le marqueur de l’acte de langage délibératif dans les interrogatives directes, survit-il à l’enchâssement ? La réponse est oui, mais dans certaines conditions. Observons d’abord les données.

3.1 Questions délibératives et discours indirect

43Tout d’abord, on s’attend à ce que l’enchâssement d’un subjonctif délibératif soit typiquement un passage au discours indirect comme en (15), qui présente un verbe ‘demander’ à P3, suivi d’une interrogative avec concordance des personnes, conformément à ce que l’on a dit plus haut.

Criton anticipe la mort de Socrate
(15) Οἴεταί με ἐκεῖνον εἶναι ὃν ὄψεται ὀλίγον ὕστερον νεκρόν, καὶ ἐρωτᾷ δὴ πῶς με θάπτῃ. (Pl. Phd. 115d2)
‘Il pense que je suis ce cadavre qu’il verra sous peu et il demande donc comment il doit m’enterrer.’

On peut en rapprocher l’exemple suivant :

Il est difficile pour un homme seul d’être sûr du résultat de sa recherche
(16) Αὐτίκα περιιὼν ζητεῖ ὅτῳ ἐπιδείξηται καὶ μεθ' ὅτου βεϐαιώσηται, ἕως ἂν ἐντύχῃ. (Pl. Prt. 348d5)
‘Aussitôt il se promène, cherchant à qui il pourrait le montrer et avec qui raffermir sa connaissance, jusqu’à ce qu’il le rencontre.’

  • 25 Morphologiquement, βοηθήσω pourrait aussi être un futur. Toutefois, le tour οὐκ ἔχω ne présente jam (...)

44D’un point de vue syntaxique, comme pour les interrogatives directes la négation est μή, comme en (17)25.

(17) Οὔτ’ αὖ ὅπως μὴ βοηθήσω ἔχω. (Pl. R. 368b7)
‘Et de nouveau je ne sais pas comment ne pas venir à votre secours.’

45En revanche, et cela peut paraître surprenant, nous n’avons dans notre corpus aucune subordonnée interrogative totale, bien qu’elles soient théoriquement possibles. La différence avec les interrogatives directes, où elles sont majoritaires, s’explique sans doute pour des raisons pragmatiques. L’énoncé interrogatif délibératif (direct) a chez Platon une fonction argumentative : elle fait progresser l’argumentation en déguisant une demande de confirmation sous une délibération. Les interrogatives totales sont particulièrement propres à jouer ce rôle, alors que les partielles sont moins « souples ». En revanche, l’interprétation d’une subordonnée interrogative est déterminée par le sens de son verbe introducteur. Il n’y a donc pas d’usage indirect des subordonnées interrogatives. Le verbe introducteur marque toujours la subordonnée comme délibérative. Aucun autre acte de langage n’est donc possible. Il se présente donc beaucoup moins de situations où l’on a besoin d’utiliser une interrogative totale, ce qui explique leur rateté.

  • 26 Le corpus présente 37 phrases avec une subordonnée interrogative au subjonctif délibératif, mais 38 (...)
  • 27 Les autres verbes, qui ne sont utilisés qu’une fois, sont (tels qu’ils apparaissent dans le texte)  (...)
  • 28 Nous empruntons la définition des contextes non véridiques à Zwarts (1995) : « Nonveridical operato (...)

46En outre, l’examen du corpus offre un phénomène frappant. (15) et (16) ne sont pas représentatifs des 3826 exemples du corpus et ne semblent pas du tout prototypiques. En effet, certains verbes introducteurs semblent être spécifiques à l’introduction d’une interrogative au subjonctif délibératif. Il s’agit des verbes (οὐκ) ἔχω (25 exemples) et ἀπορῶ (8 exemples)27. De plus, les contextes dans lesquels apparaissent les subordonnées au subjonctif délibératif sont très spécifiques. Ils présentent les critères suivants (dans l’ordre décroissant de fréquence) : contextes non véridiques28 (38/38), contextes au temps présent (30/38), P1 ou P4 (24/38). Si bien que l’exemple prototypique de subordonnée au subjonctif délibératif est (18) qui présente ces quatre critères (en incluant le verbe introducteur). Cela représente 23 exemples sur 38.

(18) Ἀπορῶ ἔγωγε ὅ τι εἴπω. (Pl. Hipparch. 231c5)
‘Pour ma part, je ne sais quoi dire.’

47On pourrait objecter que le déséquilibre en faveur du présent s’explique par le fait qu’en contexte passé, on a non pas un subjonctif délibératif, mais un optatif oblique. Mais dans le corpus, seuls cinq exemples d’optatifs obliques nous semblent pouvoir être interprétés comme la transposition d’un subjonctif délibératif : X. Cyr. 1, 6, 2 ; 3, 1, 4 ; 5, 5, 1 ; Pl. Prt. 320a, 321c (verbes : ἀπορῶ x 3, ἔχω x 1, βουλεύομαι x 1). Ainsi en (19).

Après une victoire, les Perses doivent se réunir

(19) … ὅπως περὶ τῶν φρουρίων ὧν εἰλήφεσαν βουλεύσαιντο ὅ τι χρήσαιντο. (X. Cyr. 5.5.1)
‘… pour décider ce qu’ils feraient des forteresses qu’ils avaient prises.’

48La présence de verbes à P1 (éventuellement P4) au présent de l’indicatif (actif) rappelle les conditions dans lesquelles apparaissent les énoncés performatifs. Il faut maintenant examiner ἀπορῶ et οὐκ ἔχω qui sont de potentiels candidats pour l’expression performative de la délibération.

3.2 Verbes performatifs et délibération

49Les énoncés performatifs tels que les décrit dans un premier temps Austin 1970 ont une définition très stricte. Il s’agit d’énoncés qui par leur seule profération réalise l’acte qu’est leur contenu descriptif. Une classe de verbes, dits verbes performatifs, comme baptiser par exemple, ont cette propriété, à condition qu’ils soient énoncés à la première personne du singulier du présent de l’indicatif actif. On peut aussi citer la définition plus englobante de Vanderveken 1988 : « les énoncés performatifs expriment, relativement à chaque contexte possible d’énonciation, une déclaration par le locuteur qu’il accomplit l’acte illocutoire ayant la force nommée par le verbe performatif. (…) D’un point de vue logique, les déclarations ont ce trait caractéristique que le locuteur, en se représentant comme accomplissant une action, réussit à accomplir cette action par le seul fait de son énonciation. »

50Parmi les deux verbes examinés ici, l’un est nié – οὐκ ἔχω –, l’autre est intrinséquement négatif – ἀπορῶ. On verra que cela n’est pourtant pas un obstacle en raison du sens très particulier de l’acte d’interrogation, qui doit marquer l’absence de connaissance. Les autres conditions sont réunies (première personne du singulier du présent de l’indicatif). Reste à voir si le sens des verbes et leurs conditions d’emploi justifient réellement de les classer parmi les performatifs.

51En disant οὐκ ἔχω ou ἀπορῶ, le locuteur exprime l’hésitation qui est fondamentalement à l’origine de l’acte délibératif et réalise la délibération. L’acte de délibération est un acte de réflexion interne, ne peut être verbalisé que par celui qui fait cette réflexion pour que la verbalisation elle-même vaille réflexion délibérative (c’est-à-dire réflexion sur sa propre action). Tout se passe comme si la verbalisation permettait au locuteur de prendre conscience du problème et de l’engager dans la voie de la solution, tandis qu’en restant informulée, cette réflexion ne peut trouver de solution, d’autant plus qu’elle fait appel à l’interlocuteur pour être résolue. La présence d’une négation (οὐκ dans οὐκ ἔχω et le préfixe ἀ- dans ἀπορῶ) n’est pas une objection. Elle est même indispensable. En effet, elle est ici l’expression même de l’absence de connaissance inhérente à toute interrogation. Ces premiers critères nous conduisent à penser que οὐκ ἔχω et ἀπορῶ à la première personne du présent de l’indicatif actif ont des emplois performatifs délibératifs. On notera que la traduction française de οὐκ ἔχω et de ἀπορῶ par ‘je ne sais pas’ ne rend pas l’aspect performatif de ces expressions et en fait de simple synonymes de οὐκ οἶδα, qui par ailleurs n’introduit pas de subordonnées au subjonctif délibératif dans le corpus. Nous n’avons pas trouvé en français de verbe performatif de délibération, c’est pourquoi nos traductions ne rendront pas justice à ces énoncés.

52Pour éprouver cette hypothèse du caractère performatif de ces verbes, il faut examiner à nouveau les exemples de cette section. Si οὐκ ἔχω/ἀπορῶ (+ interrogative au subjonctif délibératif) sont des verbes performatifs, on s’attend à ce que ces énoncés aient le même effet que des questions délibératives directes à côté d’occurrences simplement constatives/descriptives de l’état d’hésitation du locuteur.

53Le sens constatif/descriptif est ce qu’on trouve par exemple en (20), où l’on suppose que λέγω est un subjonctif (voir note 26).

(20) Εἰ γὰρ μήτ' εἰσοίσετε, μήτ' αὐτοὶ στρατεύσεσθε, μήτε τῶν κοινῶν ἀφέξεσθε, μήτε τὰς συντάξεις δώσετε, μήθ' ὅσ' ἂν αὐτὸς αὑτῷ πορίσηται ἐάσετε, μήτε τὰ ὑμέτερ' αὐτῶν πράττειν ἐθελήσετε, οὐκ ἔχω τί λέγω. (D. 8.23)
‘Car si vous ne faites pas de contribution pas, que vous ne faites pas campagne vous-mêmes, que vous ne vous tenez pas loin du trésor public, que vous ne donnez pas de troupes (à Diopithès), que vous ne lui autorisez pas ce qu’il pourrait se procurer à lui-même, et que vous refusez de faire ce que vous avez à faire, je ne sais que dire.’

54Les exemples suivants sont justiciables de la même interprétation descriptive : Pl. Ap. 20e2, Prt. 319b1, Grg. 466a1, Tht. 158a9, Smp. 216c3 (dans ces trois derniers exemples, l’enchâssement du tour interdit l’interprétation performative). L’exemple de l’Anabase 1.7.7 est aussi un exemple enchâssé. Quant aux exemples de Démosthène, ils sont eux aussi constatifs (9.4 ; 9.54 ; 18.129 ; 20.143). Cela tient au genre, car dans un discours l’orateur ne s’attend pas à une réplique immédiate de l’interlocuteur, sauf dans une fiction de dialogue.

55Toutefois, dans les autres cas, un énoncé en οὐκ ἔχω ou ἀπορῶ réalise l’acte de délibération. En effet, cet acte est censé susciter chez l’interlocuteur un acte directif avec le locuteur pour destinataire. Ainsi dans l’exemple (17), répété ici, la réaction des interlocuteurs de Socrate est donnée non pas dans le dialogue, mais dans la reprise du récit. Il s’agit de (21). Il entraîne effectivement l’emploi d’un verbe de sens directif δέομαι ‘exiger’ avec reprise du verbe utilisé par Socrate βοηθέω. Cette phrase est une transposition non ambiguë au discours indirect de l’acte directif que Glaucon et les autres auditeurs ont adressé à Socrate en réplique à sa question. L’acte de délibération devant suscité chez l’interlocuteur la formulation d’un acte directif, cette réaction des interlocuteurs de Socrate est un indice fort que la question de Socrate était bien une question délibérative.

(17) Οὔτ’ αὖ ὅπως μὴ βοηθήσω ἔχω. (Pl. R. 368b7)
‘Et de nouveau je ne sais pas comment ne pas venir à votre secours.’

(21) ῞Ο τε οὖν Γλαύκων καὶ οἱ ἄλλοι ἐδέοντο παντὶ τρόπῳ βοηθῆσαι. (Pl. R. 368c4)
‘Alors Glaucon et les autres réclamèrent qu’il les aide par tous les moyens.’

56Dans d’autres exemples, on n’a pas que des indices discrets de l’orientation performative de l’énoncé. Ainsi à la phrase d’Alcibiade ἀπορῶ μέντοι γε πῶς λέγω ‘je ne sais comment dire’ dans le second Alcibiade (139e9), Socrate se déclare incompétent pour répliquer à Alcibiade. Toutefois, il dit εὑρήσομεν ‘nous trouverons’ (la réplique), ce qui implique bien qu’il a compris la phrase d’Alcibiade comme une question et non comme une assertion.

57Grg. 503d2-6 est un exemple mixte. À la question de Socrate οὐκ ἔχω ἔγωγε πῶς εἴπω ‘pour ma part, je n’ai pas les moyens de te citer (un homme de ce genre)’, Calliclès ne sait que répliquer, mais il emploie le futur εὑρήσεις, ce qu’il suggère qu’il a compris l’énoncé de Socrate comme une question. Socrate reprend alors la parole pour suggérer lui-même une réplique qui est un acte directif : une exhortation à P4 ἴδωμεν ‘voyons’.

58Certains exemples sont difficilement décidables. En (18), Socrate a démontré à son ami que profit et bien n’étaient pas toujours équivalents. La phrase de l’ami qui constitue l’exemple montre que celui-ci est à court d’arguments. En formulant (18), il demande à Socrate de lui en fournir un. Il est normal que Socrate ne s’exécute pas puisqu’il recherchait l’épuisement des arguments de son ami. Cet exemple n’est donc pas probant.

59De même, dans l’exemple (22) tiré de la Cyropédie, le locuteur suggère lui-même une réplique dans le second membre de la comparaison. On ne peut donc savoir quelle aurait été la réaction de son interlocuteur, en l’occurrence Cyrus, ce qui aurait été un indice que la question avait une interprétation délibérative.

(22) Ὦ Κῦρε, οὐκ ἔχω τί μεῖζον εἴπω ἢ ὅτι φίλον σοι ἐμαυτὸν δίδωμι καὶ θεράποντα καὶ σύμμαχον. (X. Cyr. 6.1.48)
‘Cyrus, je n’ai rien de mieux à te dire sauf que je me livre à toi comme ami, serviteur et allié.’

60Un dernier critère à étudier est le caractère déclaratif de l’énoncé et la sui-référentialité (l’énoncé renvoie à lui-même) de cette déclaration. Toutes les phrases contenant οὐκ ἔχω et ἀπορῶ sont assertives et donc potentiellement déclaratives. Si l’on considère l’énoncé qui est la contrepartie de l’acte délibératif, l’acte directif, on constate qu’il possède un verbe performatif, ordonner en français, κελεύω en grec. La sui-référentialité est assurée par la possibilité de dire « par la présente/en disant cela, j’ordonne de …. ». Comme nous ne disposons pas d’équivalents en français pour οὐκ ἔχω et ἀπορῶ, il est difficile de nous livrer à de tels tests sur des phrases hypothétiquement performatives délibératives. Il faut donc supposer, en se fondant sur les indices étudiés précédemment dans cette section que οὐκ ἔχω et ἀπορῶ viennent combler un vide logique et qu’ils sont à comprendre dans ces contextes comme « je te demande de m’enjoindre de faire telle ou telle chose ».

61L’existence de performatifs spécifiques à la délibération renforcerait donc l’idée qu’elle est un acte de langage à proprement parler. Comme beaucoup d’actes de langage, la force illocutoire interrogative délibérative peut être exprimée par des formes qui ne sont pas destinées prototypiquement à cela. C’est ce que l’on examine dans la section suivante.

4 Les formes indirectes de la délibération

62Dans la première section, nous avons mentionné des alternatives au subjonctif délibératif dans l’expression de l’acte de délibération. Il faut se demander d’abord quelles sont ces formes indirectes de la délibération et ensuite si elles sont des stricts équivalents du subjonctif délibératif.

4.1 Les candidats à la délibération

63Les grammaires proposent une relation d’équivalence dans certaines questions entre le subjonctif délibératif et les formes suivantes :

  • Futur (Goodwin, KG, Cooper).

  • Présent de l’indicatif.

  • Auxiliaires modaux (χρή, ainsi que δεῖ et adjectif verbal en -τέον (Smyth, Cooper)).

  • Formes de βούλομαι ‘vouloir’ + subjonctif, notamment βούλει ‘tu veux’.

  • Optatif avec ἄν (Goodwin).

64Nous les présentons brièvement avant de discuter le bien-fondé de ces rapprochements.

Futur

  • 29 Voir aussi les exemples dans KG (1898 : 222, § 394.6, remarque 5) et dans Cooper (1998 : 651, § 53. (...)

65Pour le futur, il suffit de se reporter à un exemple comme (4), où les subjonctifs délibératifs sont coordonnés à un futur ‘délibératif’29 pour voir qu’il y a des affinités entre ces deux formes. Dans la République, nous avons relevé 31 exemples de futurs « délibératifs » (cf. annexe) comme (23).

(23) Τί δ’ αὖ τὸ ζῆν ; οὐ ψυχῆς φήσομεν ἔργον εἶναι ; (Pl. R. 353d9)
‘Et la vie à présent ? Ne dirons-nous pas que c’est le travail de l’âme ?’

  • 30 De la même façon, C. Denizot (2011 : 94-98) montre qu’il n’y a pas de bons exemples de négation μή (...)

66Un autre élément qui irait dans ce sens est l’apparition dans un exemple de la négation μή avec le futur (négation employée par ailleurs avec le subjonctif) alors que l’on a la négation οὐ dans ses autres emplois (voir par exemple, Pl. R. 612e8). Cette négation μή se trouve dans l’exemple (24). Il faut d’abord noter que, même avec un « futur délibératif », la négation est normalement οὐ (voir Pl. R. 468e5 et (25) infra). En outre, le texte n’est pas assuré. Deux bons manuscrits du Xe s., le Monacensis 485 et le Marcianus 416 portent ὅπως, ce qui signifie que l’on pourrait avoir affaire à une finale plutôt qu’à une interrogative. En outre, le Monacensis 485 a un subjonctif à la place du futur (πεισώμεθα)30. Enfin, l’interprétation délibérative n’est pas évidente pour cet exemple. Il vaut donc mieux ne pas se fonder sur lui.

Est-ce parce que le peuple a été trompé qu’il faut lui ôter le pouvoir de décision ?

(24) (Δίκαιοί ἐσμεν) διδαχθῆναι πῶς τοῦτο μὴ πεισόμεθα. (D. 20.4)
‘Il est juste qu’on nous apprenne comment faire pour cela ne nous arrive plus.’

67Pour finir sur la négation et le futur, la répartition négation οὐ avec le futur et négation μή avec le subjonctif permet de désambiguïser des exemples comme (25), qui peuvent être a priori des subjonctifs ou des futurs (voir les deux traductions proposées). Il s’agit ici sans conteste d’un futur comme l’indique la négation οὐδέν.

(25) Τί δὴ οὖν οὐδὲν τούτων ποιήσω ; (Pl. Ap. 34d9)
‘Pourquoi donc ne ferai-je rien faire de cela ?/Pourquoi ne dois-je rien faire de cela ?’

  • 31 « Indem der Redende bei sich überlegt, was er nach der gegenwärtigen Lage der Dinge tun soll. »

68On peut d’ores et déjà se demander s’il n’y a pas une différence entre le subjonctif et le futur. Comme le souligne KG (1898 : 221, § 394.6) « le locuteur réfléchit à ce qu’il doit faire dans la situation présente »31. On pourrait donc faire l’hypothèse que le futur porte sur une action dans un futur plus lointain que le subjonctif. Elle n’est cependant pas vérifiée comme le montre l’exemple (4) où l’action du verbe au futur glose celle des verbes au subjonctif et où, donc, les actions seront nécessairement concomittantes. Enfin, on peut se demander si le futur peut être utilisé en subordonnée délibérative comme dans l’exemple (26)c.

Il faut expurger la littérature

(26) a. Σωκράτης. Καὶ τοὺς ὀδυρμοὺς ἄρα ἐξαιρήσομεν καὶ τοὺς οἴκτους τοὺς τῶν ἐλλογίμων ἀνδρῶν ;
b. Ἀδείμαντος. Ἀνάγκη, ἔφη, εἴπερ καὶ τὰ πρότερα.

c. Σωκράτης. Σκόπει δή, ἦν δ’ ἐγώ, εἰ ὀρθῶς ἐξαιρήσομεν ἢ οὔ. (Pl. R. 387d1-4)

‘a. Et devons-nous aussi en enlever les plaintes et les lamentations des hommes importants ?
b. C’est nécessaire, dit-il, d’après ce qu’on dit précédemment.
c. Observe alors, dis-je, si c’est à juste titre que nous allons les en enlever.’

69Toutefois, malgré la présence de la même forme dans une interrogation clairement délibérative quelques lignes au-dessus ((26)a), l’interrogation porte plutôt sur l’adverbe ὀρθῶς (voir la traduction), ce qui exclurait de faire de cette interrogative une délibérative. En outre, il s’agirait de la seule subordonnée interrogative délibérative totale du corpus.

Présent de l’indicatif

70Les grammaires ne parlent pas du présent de l’indicatif. De fait, il est rare de pouvoir interpréter une interrogative avec un verbe à ce temps comme une délibération. Dans la République, deux passages avec λέγομεν pourraient éventuellement recevoir cette interprétation : 373d et 377e (exemple (27), comme le reflète la traduction). En réalité, nous préférons les laisser de côté, car ils peuvent recevoir une interprétation descriptive : ‘comment appelons-nous ce genre de choses et quelles choses’ en face de ‘comment devons-nous…’.

(27) Ἀλλὰ πῶς δὴ λέγομεν καὶ ποῖα; (Pl. R. 377e5)
‘Mais alors, comment en parler et quelles caractéristiques leur attribuer ?

Auxiliaires modaux

71Les modaux χρή/δεῖ ‘il faut’ et l’adjectif verbal en -τέος, de même sens (signalé par Smyth et Cooper, voir (Pl. R. 400b4) dans notre corpus) sont aussi parfois présentés comme des variantes possibles du subjonctif délibératif. On trouve des exemples d’alternance entre les deux comme en (28) (cas traité plus précisément en 4.2.1 ; voir aussi en dehors du corpus Hdt 4.9.4) ou des cas de coordination, comme θεατέον en R. 421b4-7 entre les deux membres d’une subordonnée interrogative en πότερον... ἤ... En interrogative directe, dans la République, seule une occurrence de verbe modal nous semble être vraiment comparable au subjonctif délibératif (372d6), mais trois exemples d’adjectif verbal en –τέος (365e1, 545b5 (si l’on ponctue avec un point d’interrogation), 558c9).

Démosthène a tant de choses à dire sur Eschine, qu’il ne sait par où commencer

(28) Οὐκ ἀπορῶν ὅ τι χρὴ περὶ σοῦ καὶ τῶν σῶν εἰπεῖν, ἀπορῶ τοῦ πρώτου μνησθῶ. (D. 18.129)

‘Je ne suis pas dans l’embarras pour ce qu’il faut dire de toi et des tiens, je suis dans l’embarras pour ce qu’il faut que je commence par rappeler.’

Βουλομαι

  • 32 Le tour est très fréquent. En revanche, nous n’avons trouvé qu’un exemple avec θέλεις : S. El. 80-8 (...)

72Pour ce qui est de βούλει ‘tu veux’ + subj. sans complémenteur32, il est signalé comme un équivalent du subjonctif délibératif. Ce tour est particulier car βούλομαι introduit normalement une proposition infinitive, éventuellement un tour ὅπως + subjonctif, mais jamais un subjonctif seul. Du reste, en grec, une subordonnée à un temps fini présente toujours un terme introducteur. Il est donc légitime de se demander si la proposition au subjonctif est vraiment syntaxiquement une subordonnée dépendant de βούλει ou si βούλει ne fait pas plutôt figure de particule énonciative venant souligner la dépendance du locuteur à l’égard de la volonté de l’interlocuteur. Quelle que soit la structure syntaxique du tour, son interprétation fonctionnelle n’est pas douteuse. La République en présente 14 exemples.

Il faut chercher comment former des philosophes qui sortiront de la caverne

(29) Βούλει οὖν τοῦτ’ ἤδη σκοπῶμεν, τίνα τρόπον οἱ τοιοῦτοι ἐγγενήσονται, καὶ πῶς τις ἀνάξει αὐτοὺς εἰς φῶς ; (Pl. R. 521c1)
‘Veux-tu donc que nous examinions d’abord comment de tels hommes se formeront, et comment on les fera monter vers la lumière ?’

Optatif + αν

  • 33 Contrairement à l’exemple (24), les manuscrits n’offrent pas de variante au subjonctif. La traditio (...)

73Enfin, une dernière variante évoquée dans la littérature est l’optatif + ἄν. Elle est indiquée chez le seul Goodwin (1889 : 101, § 292.2) qui propose l’exemple (30) et souligne le fait que la négation est μή dans ce cas-là33, comme avec un subjonctif (« the direct question here would differ little from μὴ διαμαρτάνωμεν [subj.] »). La République présente deux exemples en 534b7 et 581b10. À vrai dire il s’agit d’un cas limite et l’on n’a jamais de paire question/réplique où la réplique est un acte directif, ce qui irait dans le sens de la teneur délibérative de ces questions. Le plus proche que l’on ait est la réplique βούλομαι ‘je le veux’ à la question de l’exemple (30).

Socrate et son interlocuteur cherchent un critère pour distinguer le bon du mauvais soldat

(30) Τί οὖν οὐ σκοποῦμεν πῶς ἂν αὐτῶν μὴ διαμαρτάνοιμεν ; (X. Mem. 3.1.10)
‘Pourquoi n’observons-nous pas comment nous pourrions éviter de nous tromper en ce domaine ?’

4.2 Des formes indirectes de délibération ?

74On le voit, les arguments pour faire de ces formes des variantes du subjonctif délibératif sont à la fois syntaxiques : présence de la négation μή alors qu’elles exigent en principe la négation οὐ ; et sémantiques (lien de paraphrase avec un subjonctif délibératif). À cela on peut ajouter un argument fonctionnel. L’emploi du subjonctif dans les questions délibératives a été expliqué par le fait que cette forme verbale connaît des emplois modaux déontiques et est propre à être utilisée dans les actes directifs, actes directifs qui sont précisément la réplique attendue à un acte de délibération. Or la liste les formes propres à exprimer un acte directif indirect que présente C. Denizot (2011 : Partie III) est pour ainsi dire la même que les candidats à l’acte de délibération indirect : modaux χρή/δεῖ, adjectif verbal en -τέος, optatif + ἄν, futur de l’indicatif, verbes de volonté. On retrouve par un autre biais le lien entre délibération et acte directif. Un autre parallèle peut être fait entre les exemples qui présentent ces formes et ceux qui présentent un subjonctif : le verbe est souvent un verbe de parole et l’énoncé a souvent le même rôle argumentatif de faire avancer la discussion (voir (23), (27) et (28)).

75Certaines formes, on l’a vu dans la section précédente, posent problème. Or, il est un parallélisme supplémentaire avec les actes directifs : ce sont ces mêmes formes qui sont très marginales dans l’expression des actes directifs. Ainsi le présent de l’indicatif n’a pas la faculté d’exprimer des actes directifs en grec ancien (C. Denizot 2011 : 420-2). Cela confirme qu’il faut laisser de côté les rares exemples ambigus que nous avons rencontrés. De même, manquent à la liste l’adjectif verbal en -τος et l’optatif de souhait, dont justement la capacité à exprimer des actes directifs est mise en doute par C. Denizot (2011 : 409-12 et 445-455). Reste à expliquer en quoi les autres formes sont propres à exprimer l’acte délibératif.

4.2.1 Des formes dégradées de la délibération ?

76Une hypothèse consisterait à dire que ces formes viennent se substituer au subjonctif délibératif quand toutes les conditions de la délibération présentées en 2.2 ne sont pas remplies.

77Ainsi si l’on regarde la paire presque minimale constituée par (28), on constate que ce qui différencie la subordonnée au subjonctif de celle avec un modal est la présence de la négation devant le verbe introducteur. Avec le verbe modal, le verbe introducteur est οὐκ ἀπορῶν ‘n’étant pas dans la situation de ne pas savoir’ = ‘sachant’. Le locuteur n’ignore donc pas la réponse, le doute, propriété intrinsèque de la délibération, n’est pas présent. Il n’y a pas de raison d’utiliser un subjonctif comme dans la seconde partie de la phrase.

  • 34 Pour un cas étrange d’optatif « délibératif » en indépendante ou principale, voire annexe 1.

78Les contextes passés sont une autre situation où une autre forme de la délibération pourrait venir remplacer le subjonctif. En effet, le grec ne dispose pas de subjonctif passé et l’optatif oblique n’est utilisé qu’en subordonnée34. Toutefois la situation est très rare. On peut toutefois noter l’exemple (31) où c’est la forme passée du modal χρή qui est utilisée.

Socrate flatte Protagoras avant de l’interroger

(31) Πῶς οὖν οὐ σὲ χρῆν παρακαλεῖν ἐπὶ τὴν τούτων σκέψιν καὶ ἐρωτᾶν καὶ ἀνακοινοῦσθαι ; (Pl. Prt. 349a4)
‘Ne devais-je donc pas faire appel à toi pour cette recherche, t’interroger et te communiquer mes idées ?’

79Une autre condition de la délibération est la situation interlocutive réelle ou fictive et le fait que c’est dans son propre intérêt que le locuteur interroge l’interlocuteur. Cela ressort notamment des conditions de personne. Si l’interrogation porte sur une autre personne que la première, l’interrogation est donc moins prototypiquement délibérative et on s’attend alors à ce qu’une autre forme soit utilisée. C’est ce qui se produit dans l’exemple (32) où deux interrogatives que l’on peut considérer comme délibératives sont énoncées. La première concerne le locuteur et elle est au subjonctif tandis que la seconde concerne l’interlocuteur et elle est au futur de l’indicatif. La question à la première personne peut recevoir une réplique directive (‘entre’). Dans la suite du texte la réplique est d’ailleurs formulée avec un verbe directif πάντας ἀναθορυβῆσαι καὶ κελεύειν εἰσιέναι ‘tous se récrièrent et lui enjoignirent d’entrer’. Au contraire, la question à la deuxième personne (συμπίεσθε) ne peut que difficilement recevoir une telle réplique bien qu’une réplique par un subjonctif exhortatif (‘buvons’) ne soit pas impossible. L’exhortation, sans être un acte directif, n’est pas non plus une assertion, ce qui indique que l’on reste en dehors du terrain de la pure question informative, et partant dans la sphère de la délibération.

Alcibiade arrive ivre chez Agathon et propose de se joindre aux convives pour couronner Agathon

(32) Ἀλλά μοι λέγετε αὐτόθεν, ἐπὶ ῥητοῖς εἰσίω ἢ μή ; συμπίεσθε ἢ οὔ ; (Pl. Smp. 213a2)
‘Allons, dites-moi tout de suite : dans ces conditions, puis-je entrer ou non ? Allez-vous boire avec moi ou non ?’

80Enfin, avec le tour βούλει + subjonctif, on pourrait croire que c’est l’intérêt de l’interlocuteur et non celui du locuteur qui est pris en considération. Mais on peut aussi voir dans βούλει la marque explicite de la soumission du locuteur non pas aux intérêts, mais à la volonté de l’interlocuteur, ce qui n’est pas la même chose.

81Quand on s’éloigne de la délibération prototypique, l’emploi du subjonctif délibératif ne semble plus possible. Toutefois, les exemples de formes alternatives au subjonctif dans ces situations ne sont pas le seul emploi de ces formes. Certains exemples présentent une première personne, en situation présente et avec un vrai doute exprimé par le locuteur. Il faut donc chercher ailleurs la justification de l’emploi de ces formes dans ces circonstances.

4.2.2 Variante de la modalité déontique

82L’article d’A. Revuelta-Puigdollérs (1995) a montré que le subjonctif délibératif couvrait toutes les nuances de la modalité déontique (voir tableaux 2 et 3). On peut faire l’hypothèse qu’à chacune de ces nuances correspond une réplique particulière : optatif + ἄν, modal + infinitif, adjectif verbal en -τέος, impératif, si bien que chacune de ces formes couvrirait un champ précis de la modalité déontique (la prohibition, l’obligation, l’exemption etc., cf. tableaux 2 et 3). Par conséquent, on emploierait ces formes dans une question délibérative, pour préciser à l’interlocuteur que l’on se place dans tel ou tel champ.

  • 35 Pour l’instant, un seul exemple répertorié dans la littérature grecque par KG (1904 : § 397.1) : κε (...)

83Pour examiner cette hypothèse, il faut regarder attentivement les couples question délibérative/réplique directive. Pour ce faire, il faut d’abord prendre des précautions du côté des questions et de celui des répliques. Tout d’abord, il faut observer que le subjonctif dans les questions couvre manifestement un spectre plus large que le subjonctif dans les répliques. Outre cela, il faut garder en mémoire que l’impératif n’est pas possible dans les questions35. Les répliques interrogatives du type πῶς γὰρ οὔ; (Pl. R. 437d1) sont aussi à exclure. Elles dénotent une obligation, mais seulement dans les répliques.

84L’autre série de précautions à prendre concerne les répliques. Nombre d’entre elles ne nous apportent pas d’information. Il s’agit d’abord des questions qui ne répondent pas à la question posée sur le verbe principal de la question, mais sur la subordonnée, du type « a. Peut-on dire qu’ils sont fiables ? b. Ils le sont ». Outre cela, on ne peut pas se fier non plus aux répliques qui contiennent certaines particules a priori assertives. Ainsi un πάνυ μὲν οὖν peut recouvrir une réplique assertive comme une réplique directive, comme le montre l’exemple (33) où l’expression est complétée par un subjonctif exhortatif.

(33) Πάνυ μὲν οὖν, ἔφη, διέλθωμεν. (Pl. R. 566d7)
‘Tout à fait, dit-il, exposons (le malheur d’une cité gouvernée par un tyran).’

85Enfin, dans certains cas, l’interlocuteur ne répond pas du tout à la question. Ainsi en (34), Socrate nie les conditions mêmes de la question de Glaucon.

D’après Socrate, les meilleures natures doivent se mêler aux autres pour leur bien

(34) a. Γλαύκων. Ἔπειτ’, ἔφη, ἀδικήσομεν αὐτούς, καὶ ποιήσομεν χεῖρον ζῆν, δυνατὸν αὐτοῖς ὂν ἄμεινον ;
b. Σωκράτης. Ἐπελάθου, ἦν δ’ ἐγώ, πάλιν, ὦ φίλε, ὅτι… (Pl. R. 519d8-e1)

‘a. Et puis, dit-il, allons-nous les léser et leur faire vivre une vie inférieure, alors qu’elle pourrait être meilleure ?
b. Mon ami, [en formulant cette question] tu as de nouveau oublié, dis-je, que …’

86Ces précautions prises, il faut aller plus loin dans l’hypothèse : si les formes indirectes de délibération ont réellement pour fonction de préciser la nuance déontique que couvre la délibération, quelle nuance est attachée à quelle forme ?

87L’optatif + ἄν appartient au champ de la possibilité. Dans le domaine déontique, la possibilité et l’absence de possibilité sont représentées par la permission et l’interdiction. Un modal χρή/δεῖ et l’adjectif verbal en -τέος représenteront l’obligation. S’ils sont niés, en fonction du niveau sur lequel porte la négation, ils peuvent représenter l’absence d’obligation, l’interdiction, et peut-être également la prohibition ou l’absence de prohibition (dans les répliques l’obligation est aussi représentée par l’impératif et l’interdiction par l’impératif nié). Le futur représente une obligation plus forte. Enfin, βούλει + subjonctif pourrait figurer la permission ou l’exemption. On le voit, on ne peut faire correspondre une à une les nuances de la modalité déontique et les formes indirectes de la délibération. En outre, certaines formes peuvent recouvrir plusieurs nuances et certaines nuances n’ont pas d’expressions pour les représenter. Les formes indirectes de la délibération ne sont pas univoques.

88L’autre versant de l’hypothèse est que, si elles étaient univoques (ou moins ambiguës) les formes indirectes de la délibération ne devraient pas appeler la même variété de répliques que le subjonctif délibératif. Or ce n’est pas le cas. Il est vrai qu’une réplique d’un certain type est majoritairement appelée par une question du même type. Les quatre répliques avec un verbe de volonté (par exemple βούλομαι en Pl. R. 558d10) sont uniquement appelées par une question en βούλει + subjonctif. Sur dix répliques au futur, neuf sont appelées par une question au futur. Mais l’inverse n’est pas vrai : une question en βούλει + subjonctif n’appelle pas nécessairement une réplique avec un verbe de volonté. On trouve aussi l’impératif (Pl. R. 502a4, si l’on considère que Socrate réplique à sa propre question), le subjonctif (Pl. R. 596a10) ou le futur (Pl. R. 455b4). On peut répliquer à une question au futur avec un subjonctif (Pl. R. 373e4, Socrate réplique à sa propre question) ou modal (Pl. R. 387d3).

89On peut conclure que l’hypothèse séduisante d’une relation biunivoque entre une forme indirecte de la délibération et une nuance précise de la modalité déontique (et donc d’une forme précise de réplique) n’est pas vérifiée. En effet, certaines formes et certaines nuances de la modalité déontique que l’on trouve dans les répliques n’apparaissent pas dans les questions (c’est le cas des impératifs et des interro-négatives recouvrant l’assertion d’une obligation) ; certaines nuances ne sont pas représentées comme l’absence d’exemption ; d’après la variété de répliques possibles, certaines formes recouvrent plusieurs nuances. Tout au plus peut-on parler de tendance ou d’orientation préférentielle de tel type de question vers telle nuance. Il faut donc poser une autre hypothèse, qui se situera, elle, sur le plan pragmatique.

4.2.3 L’hypothèse pragmatique

90On peut formuler une hypothèse qui associerait chaque forme, directe ou indirecte, de l’acte de délibération à une réplique qui serait un sous-type d’acte de langage directif, par exemple l’instruction, la permission, le conseil ou la proposition. En ce cas, l’emploi dans la question de telle ou telle forme viendrait à induire un type de réplique. Force est de constater que, là encore, on s’attendrait à trouver des paires symétriques. Or ce n’est pas le cas, comme on l’a vu dans la section précédente. On peut expliquer cela par le fait que l’interlocuteur ne réplique pas nécessairement par l’acte attendu par le locuteur. Toutefois, si l’on ne peut se fier à la réplique, sur quels critères s’appuyer pour trouver à quel sous-type d’acte de langage chaque forme correspond ? L’étude de C. Denizot (2011) montre que les différentes formes, directes et indirectes, peuvent servir à toutes sortes d’actes directifs. En ce qui concerne les actes directifs tournés vers l’intérêt de l’interlocuteur, les formes ne sont même pas spécialisées pour un sous-type de ces actes. On a donc toute raison de supposer qu’il en va de même pour leur symétrique, les questions qui appellent comme réplique un acte directif tourné vers l’intérêt de l’interlocuteur.

5. Conclusion

91Dans cet article nous avons essayé de montrer l’existence d’un acte de langage interrogatif délibératif en nous fondant sur les questions au subjonctif et sur leurs variantes. Il s’agit de l’acte par lequel le locuteur se met dans une position de dépendance vis-à-vis d’un interlocuteur pour obtenir de lui un acte directif qui ménage son propre intérêt : instruction, proposition, permission, conseil. C’est pourquoi, ces questions sont essentiellement tournées vers l’avenir et impliquent une modalité déontique. Ces deux dimensions autorisent l’emploi de différentes formes indirectes pour exprimer l’acte de délibération. Bien qu’il y ait des tendances en termes de modalité (formes exprimant davantage l’obligation, la permission etc.), nous n’avons pu trouver de critères définitifs pour expliquer les différences entre elles. Il existe (au moins) deux verbes qui ont des emplois performatifs délibératifs : (οὐκ) ἔχω et ἀπορέω.

  • 36 La phrase interrogative délibérative peut véhiculer un autre acte de langage, si elle est employée (...)

92Pour finir, il faut s’interroger sur l’articulation générale des actes de langage entre eux, et notamment ceux exprimés par les trois types de phrases : interrogatif, déclaratif, impératif. On a vu que les énoncés interrogatifs sont le véhicule de deux actes de langage directs : interrogatif informatif et interrogatif délibératif36. Autrement dit, les énoncés qui ont une force illocutoire interrogative peuvent recevoir deux types de répliques : assertive ou directive. Ils forment deux types d’échange, avec deux actes initiatifs différemment, appelant chacun un acte réactif différent (cf. la mention à la théorie de Kerbrat-Orecchioni 2001 en 2.2). Si cela est juste, cela signifie que l’acte de langage interrogatif n’est pas à mettre sur le même plan que les actes de langage assertif et directif, mais sur un plan supérieur, selon le schéma :

Tableau 5 : les deux types de questions et leur réplique

Interrogation

Réplique

Directif

Délibérative

Directive

Informatif

Informative

Assertive

93Cette proposition rejoint semble-t-il celle de J. Lyons (1990). Dans cet ouvrage, Lyons distingue à la suite de R. M. Hare trois parties dans un énoncé : le phrastique (= contenu propositionnel, noté p), le tropique (= le type de phrase) et le neustique (= la position du locuteur sur la phrase). On peut donc avoir les combinaisons suivantes (Lyons 1990 : 421), où le symbole • signifie « il en est ainsi » et recouvre l’acte assertif et ! signifie « qu’il en soit ainsi » et recouvre l’acte directif. Au niveau neustique, l’interrogation se surajoute pour produire à partir d’une assertion une question informative, à partir d’un acte directif une question délibérative.

Tableau 6 : les deux types de question d’après Lyons (1990)

Neustique

Tropique

Phrastique

Questions informatives

?

p

Questions délibératives

?

!

p

Haut de page

Bibliographie

Adrados F. R. (1992) Nueva sintaxis del griego antiguo, Madrid, Editorial Gredos.

Austin J. L. (1970) Quand dire, c'est faire, traduit par G. Lane, Paris, Seuil.

Benveniste É. (1966) « Les relations de temps dans le verbe français », in Problèmes de linguistique générale 1, Paris, Gallimard, p. 237-250 (= Bulletin de la Société linguistique de Paris 54(1), 1959, p. 69-82).

Biraud M. et S. Mellet (2000) « Les faits d'hétérogénéité énonciative dans les textes grecs et latins de l'Antiquité », in Le style indirect libre et ses contextes, Mellet S. et M. Vuillaume (éd.), Amsterdam-Atlanta, Rodopi, p. 9-48.

Chantraine P. (1953) Grammaire homérique 2. Syntaxe, Paris, Klincksieck.

Cooper G. L. (1998-2002) Attic Greek Prose Syntax, d'après Krüger, K. W., Ann Arbor, University of Michigan Press.

Delbrück B. (1871) Der Gebrauch des Konjunctivs und Optativs im Sanskrit und Griechischen, Halle, Waisenhaus.

Denizot C. (2011) Donner des ordres en grec ancien. Étude linguistique des formes de l’injonction., Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre.

Faure R. (2010) Les Subordonnées interrogatives dans la prose grecque classique : les questions constituantes, Paris, Paris IV-Sorbonne, Thèse de doctorat.

Gärtner H.-M. (2008) « From German Quirk to Universal Tendency : A speculation on (the absence of) embedded infinitival interrogatives ». Manuscrit.

Gärtner H. M. (2009) « More on the indefinite-interrogative affinity: The view from embedded non-finite interrogatives », Linguistic Typology 13 (1), p. 1-37.

Goodwin W. W. (1889) Syntax of the Moods and Tenses of the Greek Verb, Londres, Macmillan.

Groenendijk J. et M. Stokhof (1997) « Questions », in Handbook of Logic and Language, van Benthem J. et A. ter Meulen (éd.), Amsterdam-Lausanne-New York/Cambridge (Mass.), Elsevier/the MIT press, p. 1055-1124.

Hahn E.A. (1953) Subjunctive and Optative. Their Origin as Futures, New York, American Philological Association.

Hale W. G. (1893) « "Extended" and "Remote" Deliberatives in Greek », Transactions of the American Philological Association 24 p. 156-205.

Hale W. G. (1894) « The 'Extended Deliberative' in Greek », The Classical Review 8 (1), p. 27-28.

Huddleston R. D. (1994) « The contrast between interrogatives and questions », Journal of Linguistics 30 p. 411-439.

Humbert J. (19723 (19451)) Syntaxe grecque, revue et augmentée, Paris, Klincksieck.

J.D. (1892) « The Remote Deliberative », The Classical Review 6 (10), p. 435-437.

J.D. et A. Sidgwick (1893) « The Remote Deliberative », The Classical Review 7 (8), p. 352-354.

Kerbrat-Orecchioni C. (2001) Les actes de langage dans le discours. Théories et fonctionnement, Paris, Nathan.

Kühner R. et B. Gerth (1898-1904) Ausführliche Grammatik der griechischen Sprache II: Satzlehre (1-2), Hannovre, Hahnsche Buchhandlung.

Liddell H. G. et R. Scott (1996) A Greek-English Lexicon. With a revised supplement, revu et augmenté par H. S. Jones, avec l'aide de R. McKenzie, Oxford, Clarendon Press.

Lyons J. (1990 [1977]) Sémantique linguistique, Paris, Larousse (= traduction française par J. Durand et D. Boulonnais de Semantics, 1977, volume 2, Cambridge-Londres-New York, Cambridge University Press).

Mayo B. (1956) « Deliberative questions: a criticism », Analysis 16 (3), p. 58.

Revuelta Puigdollérs A. (1995) « El significado del subjuntivo deliberativo en griego clásico », in Quid ultra faciam? : trabajos de griego, latín e indoeuropeo en conmemoración de los 25 años de la Universidad Autónoma de Madrid, de la Villa Polo J., V. Picón García, M. E. Torrego Salcedo et L. M. Macía Aparicio (éd.), p. 75-85.

Schwyzer E. D. et A. Debrunner (19663) Griechische Grammatik auf der Grundlage von Karl Brugmanns Grammatik. II : Syntax und syntaktische Stilistik, Münich, Beck.

Searle, J. (1972) Les actes de langage : essai de philosophie du langage. Paris: Hermann.

Searle J. et D. Vanderveken (1985) Foundations of Illocutionary Logic, Cambridge, Cambridge University Press.

Sidgwick A. (1893) « The remotive deliberative », The Classical Review 7 (1-2), p. 97-99.

Smyth H. W. (19562) Greek Grammar, revue par G. M. Messing, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Vanderveken, D. (1988) Les actes de discours : essai de philosophie du langage et de l'esprit sur la signification des énonciations. Liège-Bruxelles: Mardaga.

Wakker G. C. (1994) Conditions and Conditionals : An Investigation of Ancient Greek, Amsterdam, Gieben.

Wheatley J.M.O. (1955) « Deliberative Questions », Analysis 15 p. 49-60.

Zwarts F. (1995) « Nonveridical contexts », Linguistic Analysis 25 p. 286-312.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : le délibératif éloigné

À la fin du XIXe siècle, dans the Classical Review a eu lieu un débat sur certaines formes d’optatifs. Certains ont avancé qu’il pourrait s’agir d’une forme spécifique de délibératif « éloigné » (remote deliberative). Les principaux acteurs en sont A. Sidgwick (1893) et un anonyme signant J.D. (1892) (voir aussi J.D. et Sidgwick 1893 et Hale 1893, 1894).

Les formes d’optatifs en question sont des formes que l’on trouve en contexte présent (ce qui élimine l’interprétation comme optatif oblique « de concordance ») et dans des interrogatives directes aussi bien que dans des subordonnées (35).

Dans la république de Socrate, règnent le bon conseil et la sagesse

(35) … ᾗ οὐχ ὑπὲρ τῶν ἐν τῇ πόλει τινὸς βουλεύεται, ἀλλ’ ὑπὲρ αὑτῆς ὅλης, ὅντινα τρόπον αὐτή τε πρὸς αὑτὴν καὶ πρὸς τὰς ἄλλας πόλεις ἄριστα ὁμιλοῖ ; (Pl. R. 428c12-d3)

‘… grâce à quoi, la cité délibère non pas sur une des affaires de la cité, mais sur elle-même dans son entier, [se demandant] de quelle façon elle peut entretenir les meilleures relations avec elle-même et avec les autres cités.’

L’idée de A. Sidgwick est que les passages qui présentent ces optatifs sont homogènes : il s’agit de contextes interrogatifs délibératifs ou d’extension de ces contextes, par exemple à des propositions thétiques comme οὐκ ἔστιν + terme du paradigme de ὅστις. Le problème de cette hypothèse est qu’il est difficile de trouver un point de départ de l’extension de cet optatif. Ce serait un « adoucissement » du subjonctif plutôt qu’un développement à partir de l’optatif avec ἄν, où on ne voit pas pourquoi ἄν serait omis (Sidgwick 1893 : 98). De plus, dans cette dernière hypothèse, l’omission de ἄν devrait pouvoir avoir lieu ailleurs. Ce n’est pas le cas d’après Sidgwick.

On en a cependant plusieurs exemples37. C’est pourquoi J.D. récuse à la fois le caractère délibératif de cet optatif et, quand on est en subordonnée, le caractère interrogatif de la subordonnée. Il propose de voir dans ces optatifs des optatifs potentiels sans ἄν, ou bien où ἄν a été omis par les copistes et doit être restitué. Si l’on accepte tout de même que ces subordonnées soient des interrogatives, cela nous ramène donc à une des variantes du subjonctif délibératif.

Quand je dis que ἄν est omis, ce que je veux dire, c’est que dans le grec de Périclès ou de Démosthène, la grande majorité des phrases semblables à celles où il est absent l’auraient. Je ne veux pas affirmer que l’optatif seul n’était pas utilisé à l’origine dans des propositions, affirmatives, négatives ou interrogatives, pour exprimer une assertion avancée comme une conception pure. L’insertion de ἄν peut très bien avoir été un ajout pour distinguer l’assertion positive de l’expression d’un souhait38. (J.D. (1892 : 437))

Le problème de la proposition de J.D. est son manque de cohérence. Par exemple, il soutient que οὐκ ἔσθ’ ὅπως ‘il n’est pas possible que’ est à la fois ce qui introduit la subordonnée et un adverbe (= οὐδαμῶς ‘nullement’ (sic) (1892 : 436)), ce qui fait une indépendante de ce qui était a priori une subordonnée. En outre, comme le souligne Sidgwick, il ignore les contextes non véridiques (voir note 29) où apparaissent ces optatifs.

Si l’on examine à notre tour les exemples fournis par ces deux auteurs, cela permet de voir que l’interprétation n’est pas, contrairement à ce que dit Sidgwick (1893 : 98), délibératif. Aucun des optatifs présentés n’a les caractéristiques de la délibération (situation de doute sur une action à accomplir, le sujet du verbe étant celui qui doit/peut accomplir l’action).

Les deux exemples en interrogatives directes relèvent clairement du potentiel (Esch. Ch. 595 ; S. Ant. 604).

En subordonnées, plusieurs cas se présentent. (Ar. Th. 871) est aussi un potentiel (mais la traduction de la C.U.F. suggère une interprétation comme souhait).

(Esch. A. 620) et (E. Alc. 52) ont tous deux la structure οὐκ ἔσθ’ ὅπως, qui est à mettre en relation avec les subordonnées finales et non avec les interrogatives.

(Esch. Ch. 172) et (E. IT 588) peuvent se comprendre sans avoir recours au rapport avec un subjonctif. Dans les deux cas, on est dans un contexte narratif passé. Il s’agit probablement de la transposition d’un aoriste de l’indicatif.

Reste (S. O.C. 1172) où l’on a affaire à un fait certain, ce qui exclut les interprétations potentielles, finales ou délibératives, et en contexte présent (ce qui exclut un optatif oblique). Le prétendu « délibératif éloigné » ne relève donc pas de la délibération. La plupart des exemples se laissent expliquer par le potentiel, à la suite de J.D. (1892).

Annexe 2 : le corpus

A. Interrogatives délibératives directes

A.1 Au subjonctif (République)

Personne

Verbe (lemme)

Verbe (forme conjuguée)

Exemple

Réplique

Type de réplique

Référence

P1

ἐντίθημι

ἐνθῶ

ἢ εἰς τὴν ψυχὴν φέρων ἐνθῶ τὸν λόγον;

Μὰ Δί’, ἦν δ’ ἐγώ, μὴ σύ γε· ἀλλὰ πρῶτον μέν, ἃ ἂν εἴπῃς, ἔμμενε τούτοις, ἢ ἐὰν μετατιθῇ, φανερῶς μετατίθεσο καὶ ἡμᾶς μὴ ἐξαπάτα.

impératif

345b 5

P1

λέγω

εἴπω

πότερον, ὦ θαυμάσιε, μηδ' εἰ τούτων τι τυγχάνει ὄν, ἀλλ' ἕτερον εἴπω τι τοῦ ἀληθοῦς;

 Εἶεν, ἔφη·

particule

337b 7

P4

διέρχομαι

Διέλθωμεν

Διέλθωμεν δὴ τὴν εὐδαιμονίαν, ἦν δ’ ἐγώ, τοῦ τε ἀνδρὸς καὶ τῆς πόλεως, ἐν ᾗ ἂν ὁ τοιοῦτος βροτὸς ἐγγένηται;

Πάνυ μὲν οὖν, ἔφη, διέλθωμεν.

subjonctif

566d 5

P4

λέγω

λέγωμεν

θαρροῦντες λέγωμεν ὅτι καὶ περὶ τὸ φιλοκερδὲς καὶ τὸ φιλόνικον ὅσαι ἐπιθυμίαι εἰσίν, αἳ μὲν ἂν τῇ ἐπιστήμῃ καὶ λόγῳ ἑπόμεναι καὶ μετὰ τούτων τὰς ἡδονὰς διώκουσαι, ἃς ἂν τὸ φρόνιμον ἐξηγῆται, λαμβάνωσι, τὰς ἀληθεστάτας τε λήψονται, ὡς οἷόν τε αὐταῖς ἀληθεῖς λαβεῖν, ἅτε ἀληθείᾳ ἑπομένων, καὶ τὰς ἑαυτῶν οἰκείας, εἴπερ τὸ βέλτιστον ἑκάστῳ, τοῦτο καὶ οἰκειότατον;

Ἀλλὰ μήν, ἔφη, οἰκειότατόν γε

assertif

586d 4

P4

λέγω

λέγωμεν,

Οὐκοῦν μετὰ τοῦτο, τὸ τοῦ Αἰσχύλου, λέγωμεν, “ἄλλον ἄλλῃ πρὸς πόλει τεταγμένον,” μᾶλλον δὲ κατὰ τὴν ὑπόθεσιν προτέραν τὴν πόλιν;

Πάνυ μὲν οὖν, ἔφη.

neutre

550c 4

P4

μετατίθεμαι

μεταθώμεθα

Νῦν δὲ πῶς, ἦν δ' ἐγώ, μεταθώμεθα;

Τὸν δοκοῦντά τε, ἦ δ’ ὅς, καὶ τὸν ὄντα χρηστὸν φίλον

assertif

334e 5

P4

μισθόω

μισθωσώμεθα

Μισθωσώμεθα οὖν κήρυκα, ἦν δ’ ἐγώ, ἢ αὐτὸς ἀνείπω ὅτι ὁ ᾿Αρίστωνος ὑὸς τὸν ἄριστόν τε καὶ δικαιότατον εὐδαιμονέστατον ἔκρινε, τοῦτον δ’ εἶναι τὸν βασιλικώτατον καὶ βασιλεύοντα αὑτοῦ, τὸν δὲ κάκιστόν τε καὶ ἀδικώτατον ἀθλιώτατον, τοῦτον δὲ αὖ τυγχάνειν ὄντα ὃς ἂν τυραννικώτατος ὢν ἑαυτοῦ τε ὅτι μάλιστα τυραννῇ καὶ τῆς πόλεως;

᾿Ανειρήσθω σοι, ἔφη.

impératif

580b 8

P4

οἴομαι

οἰώμεθα

Τὸν δὲ φιλόσοφον, ἦν δ’ ἐγώ, τί οἰώμεθα τὰς ἄλλας ἡδονὰς νομίζειν πρὸς τὴν τοῦ εἰδέναι τἀληθὲς ὅπῃ ἔχει καὶ ἐν τοιούτῳ τινὶ ἀεὶ εἶναι μανθάνοντα;

pas de réplique

pas de réplique

581d 10

P4

ποιῶ

ποιῶμεν

ἢ πῶς ποιῶμεν;

Οὕτω νὴ Δία, ἦ δ’ ὅς.

neutre

461e 9

P4

προαιρέομαι

προελώμεθα

Προελώμεθα δή τι παράδειγμα ἑκατέρων αἵ εἰσιν, ἵνα τύπῳ λάβωμεν αὐτάς;

Οὐκοῦν χρή

modal

559a 8

P4

τίθημι

θῶμεν

Τί δέ; τρίτον θῶμεν ἀστρονομίαν;

pas de réplique

pas de réplique

527d 1

P4

τίθημι

τιθῶμεν

Δεύτερον δὴ τοῦτο τιθῶμεν μάθημα τοῖς νέοις;

Τιθῶμεν, ἔφη.

subj

527c 10

P4

τίθημι

τιθῶμεν

Οὐκοῦν τιθῶμεν ἀπὸ ῾Ομήρου ἀρξαμένους πάντας τοὺς ποιητικοὺς μιμητὰς εἰδώλων ἀρετῆς εἶναι καὶ τῶν ἄλλων περὶ ὧν ποιοῦσιν, τῆς δὲ ἀληθείας οὐχ ἅπτεσθαι, ἀλλ’ ὥσπερ νυνδὴ ἐλέγομεν, ὁ ζωγράφος σκυτοτόμον ποιήσει δοκοῦντα [601a] εἶναι, αὐτός τε οὐκ ἐπαΐων περὶ σκυτοτομίας καὶ τοῖς μὴ ἐπαΐουσιν, ἐκ τῶν χρωμάτων δὲ καὶ σχημάτων θεωροῦσιν;

Πάνυ μὲν οὖν.

neutre

600e 4

P4

φημί

φῶμεν

Ἀνθρώπους δέ, ὦ ἑταῖρε, μὴ οὕτω φῶμεν, βλαπτομένους εἰς τὴν ἀνθρωπείαν ἀρετὴν χείρους γίγνεσθαι;

Πάνυ μὲν οὖν.

neutre

335c 1

P4

φημί

φῶμεν

οὕτω σε φῶμεν λέγειν;

Ἥκιστά γε, ἔφη·

neutre

340c 5

P4

φημί

φῶμεν

Φῶμεν ἄρα;

Φῶμεν.

subjonctif

444a 8

P4

φημί

φῶμεν

Οὐκοῦν, ἦν δ’ ἐγώ, ὦ ᾿Αδείμαντε, καὶ τὰς ψυχὰς οὕτω φῶμεν τὰς εὐφυεστάτας κακῆς παιδαγωγίας τυχούσας διαφερόντως κακὰς γίγνεσθαι;

pas de réplique

pas de réplique

491e 2

P4

φημί

φῶμεν

Τί δέ; τοὺς ἀναξίους παιδεύσεως, ὅταν αὐτῇ πλησιάζοντες ὁμιλῶσι μὴ κατ’ ἀξίαν, ποῖ’ ἄττα φῶμεν γεννᾶν διανοήματά τε καὶ δόξας;

 Παντελῶς μὲν οὖν, ἔφη.

neutre

496a 6

P4

φημί

φῶμεν

῝Ο δὴ διώκει μὲν ἅπασα ψυχὴ καὶ τούτου ἕνεκα πάντα πράττει, ἀπομαντευομένη τι εἶναι, ἀποροῦσα δὲ καὶ οὐκ ἔχουσα λαβεῖν ἱκανῶς τί ποτ’ ἐστὶν οὐδὲ πίστει χρήσασθαι μονίμῳ οἵᾳ καὶ περὶ τἆλλα, διὰ τοῦτο δὲ ἀποτυγχάνει καὶ τῶν ἄλλων εἴ τι ὄφελος ἦν, περὶ δὴ τὸ τοιοῦτον καὶ τοσοῦτον οὕτω φῶμεν δεῖν ἐσκοτῶσθαι καὶ ἐκείνους τοὺς βελτίστους ἐν τῇ πόλει, οἷς πάντα ἐγχειριοῦμεν;

Ἥκιστά γ’, ἔφη.

neutre

506a 1

P4

φημί

φῶμέν

Πότερον δὴ φῶμέν τινας ἔστιν ὅτε διψῶντας οὐκ ἐθέλειν πιεῖν;

Καὶ μάλα γ’, ἔφη, πολλοὺς καὶ πολλάκις.

assertif

439c 2

A.2 Au subjonctif (autres œuvres)

Personne

Verbe (lemme)

Verbe (forme conjuguée)

Exemple

Œuvre

Référence

P1

αἱρέω

ἕλωμαι

ἀντὶ τούτου δὴ ἕλωμαι ὧν εὖ οἶδά τι κακῶν ὄντων τούτου τιμησάμενος;

Apologia

37b 7

P1

ἀνατίθημι

ἀναθῶμαι

πότερον γὰρ τοῦτό σοι ἀναθῶμαι, ὡς οὐχὶ τῶν ἀγαθῶν πάντες ἐπιθυμοῦσιν ἄνθρωποι;

Hipparchus

229e 5

P1

εἴσειμι

εἰσίω

ἀλλά μοι λέγετε αὐτόθεν, ἐπὶ ῥητοῖς εἰσίω ἢ μή;

Symposium

213a 2

P1

ἔρχομαι

ἔλθω

οὐκοῦν μετὰ τοῦτο, ἵνα μή με φθῇς ἐρωτήσας τὴν βραχυτέραν ὁδὸν ἥτις τότε ἦν ἐπὶ τὸν τοῦ βασιλέως ὅρον, αὐτός σοι πρότερον ἔλθω;

Politicus

266e 2

P1

λέγω

εἴπω

εἴπω σοι ὅπῃ;

Euthyphro

12b 2

P1

λέγω

εἴπω

εἴπω οὖν σοι τὸ αἴτιον;

Theaitetus

149b 2

P1

λέγω

λέγω

ἔτι οὖν σοι λέγω νηνεμίας τε καὶ γαλήνας καὶ ὅσα τοιαῦτα, ὅτι αἱ μὲν ἡσυχίαι σήπουσι καὶ ἀπολλύασι, τὰ δ᾽ ἕτερα σῴζει;

Theaitetus

153c 6

P1

μεθίημι

μεθιῶ

μεθιῶ δὴ τὰς συμπάσας ῥεῖν εἰς τὴν τῆς Ὁμήρου καὶ μάλα ποιητικῆς μισγαγκείας ὑποδοχήν;

Philebus

162d 4

P1

πάσχω

πάθω

τί δείσας; ἦ μὴ πάθω τοῦτο οὗ Μέλητός μοι τιμᾶται, ὅ φημι οὐκ εἰδέναι οὔτ᾽ εἰ ἀγαθὸν οὔτ᾽ εἰ κακόν ἐστιν;

Apologia

37b 5

P1

τιμωρέω

τιμωρήσωμαι

ἐπιθῶμαι τῷ ἀνδρὶ καὶ τιμωρήσωμαι ὑμῶν ἐναντίον;

Symposium

214e 2

P3

λέγω

εἴπῃ

τῷ δὲ λόγοις πρὸς λόγους τί τις, ὦ Θεαίτητε, ἄλλο εἴπῃ πλὴν ἀμφισβητητικόν;

Sophista

225b 1

P4

αἱρέω

αἱρώμεθα

πότερον οὖν αἱρώμεθα παρ᾽ ἡμῖν ταῦτ᾽ εἶναι, καθάπερ ἄρτι, τρία, ἢ δύο μόνα, λύπην μὲν κακὸν τοῖς ἀνθρώποις, τὴν δ᾽ ἀπαλλαγὴν τῶν λυπῶν, αὐτὸ τοῦτο ἀγαθὸν ὄν, ἡδὺ προσαγορεύεσθαι;

Philebus

144a 12

P4

ἀναγιγνώσκω

ἀναγνῶμεν

βούλει πάλιν ἀναγνῶμεν τὴν ἀρχὴν αὐτοῦ;

Phaedrus

263e 2

P4

ἀποδέχομαι

ἀποδεχώμεθα

οὐκοῦν ἐπισκοπῶμεν αὖ τοῦτο, ὦ Eὐθύφρων, εἰ καλῶς λέγεται, ἢ ἐῶμεν καὶ οὕτω ἡμῶν τε αὐτῶν ἀποδεχώμεθα καὶ τῶν ἄλλων, ἐὰν μόνον φῇ τίς τι ἔχειν οὕτω συγχωροῦντες ἔχειν;

Euthyphro

9e 6

P4

ἀποφαίνω

ἀποφαινώμεθα

καὶ τὴν μέν γέ που τῶν βιαίων τυραννικήν, τὴν δὲ ἑκούσιον καὶ ἑκουσίων διπόδων ἀγελαιοκομικὴν ζῴων προσειπόντες πολιτικήν, τὸν ἔχοντα αὖ τέχνην ταύτην καὶ ἐπιμέλειαν ὄντως ὄντα βασιλέα καὶ πολιτικὸν ἀποφαινώμεθα;

Politicus

276e 13

P4

ἀποφαίνω

ἀποφαινώμεθα

τίνα οὖν ἀποφαινώμεθα τὸν μακρολογώτερον εἶναι;

Sophista

268b 7

P4

ἄρχω

ἀρχώμεθα

ἀλλά μοι δοκεῖς, ὦ Σώκρατες, μετρίως λέγειν, καὶ οὕτω ποιῶμεν. ἄλλο τι οὖν ἀφ᾽ Ἑστίας ἀρχώμεθα κατὰ τὸν νόμον;

Cratylus

401b 1

P4

διαιρέω

διαιρώμεθα

νῦν δέ γε πάλιν ἐπανορθούμενοι, καθάπερ εἶπον, τὴν ἀνθρωπίνην ἐπιμελητικὴν δίχα διαιρώμεθα, τῷ βιαίῳ τε καὶ ἑκουσίῳ;

Politicus

276e 7

P4

διαιρέω

διελώμεθα

τοὔνομα παρεικάσωμεν, ἐπειδὴ καὶ σχεδὸν ἀνώνυμον ὀν τυγχάνει τὸ τῶν αὐτεπιτακτῶν γένος, καὶ ταύτῃ ταῦτα διελώμεθα, τὸ μὲν τῶν βασιλέων γένος εἰς τὴν αὐτεπιτακτικὴν θέντες, τοῦ δὲ ἄλλου παντὸς ἀμελήσαντες, ὄνομα ἕτερον αὐτοῖς παραχωρήσαντες θέσθαι τινά;

Politicus

260e 5

P4

διαμάχομαι

διαμαχώμεθα

περὶ μὲν γὰρ τοῦ ἤδη ὄντος ἑκάστῳ ἡδέος ἢ γεγονότος μηδέν πω τῷ λόγῳ διαμαχώμεθα, ἀλλὰ περὶ τοῦ μέλλοντος ἑκάστῳ καὶ δόξειν καὶ ἔσεσθαι πότερον αὐτὸς αὑτῷ ἄριστος κριτής, ἢ σύ, ὦ Πρωταγόρα, τό γε περὶ λόγους πιθανὸν ἑκάστῳ ἡμῶν ἐσόμενον εἰς δικαστήριον βέλτιον ἂν προδοξάσαις ἢ τῶν ἰδιωτῶν ὁστισοῦν;

Theaitetus

178e 2

P4

διαναπαύω

διαναπαύσωμεν

διαναπαύσωμεν αὐτὸν μεταλαβόντες αὐτοῦ τὸν συγγυμναστὴν τόνδε Σωκράτη;

Politicus

257c 7

P4

διανοέω

διανοώμεθα

οὐκοῦν οὕτω καὶ περὶ τοῦ κέρδους διανοώμεθα, ὡς κέρδος γε ὁμοίως ἐστὶ καὶ τὸ πονηρὸν καὶ τὸ χρηστόν;

Hipparchus

230c 8

P4

διέρχομαι

διέλθωμεν

(Τί δὴ οὖν πρῶτον βούλει; )ἢ ὥσπερ εἶπες τὸν ἥλιον διέλθωμεν;

Cratylus

408e 6

P4

δράω

δρῶμεν

ναί. κερκίζοντες δὲ τί δρῶμεν;

Cratylus

388b 1

P4

ἐάω

ἐῶμεν

οὐκοῦν ἐπισκοπῶμεν αὖ τοῦτο, ὦ Eὐθύφρων, εἰ καλῶς λέγεται, ἢ ἐῶμεν καὶ οὕτω ἡμῶν τε αὐτῶν ἀποδεχώμεθα καὶ τῶν ἄλλων, ἐὰν μόνον φῇ τίς τι ἔχειν οὕτω συγχωροῦντες ἔχειν;

Euthyphro

9e 5

P4

ἐθέλω

ἐθέλωσιν

τὰ δὲ νῦν παρὰ σοῦ τε καὶ Λυσίου μαθόντας εἰπὲ τί χρὴ καλεῖν: ἢ τοῦτο ἐκεῖνό ἐστιν ἡ λόγων τέχνη, ᾗ Θρασύμαχός τε καὶ οἱ ἄλλοι χρώμενοι σοφοὶ μὲν αὐτοὶ λέγειν γεγόνασιν, ἄλλους τε ποιοῦσιν, οἳ ἂν δωροφορεῖν αὐτοῖς ὡς βασιλεῦσιν ἐθέλωσιν;

Phaedrus

266c 5

P4

εἶμι

ἴωμεν

ἐάσομεν οὖν, ἢ βούλει οὕτως ὅπως ἂν δυνώμεθα, καὶ ἂν σμικρόν τι αὐτῶν οἷοί τ᾽ ὦμεν κατιδεῖν, ἐπιχειρῶμεν, προειπόντες, ὥσπερ ὀλίγον πρότερον τοῖς θεοῖς, ὅτι οὐδὲν εἰδότες τῆς ἀληθείας τὰ τῶν ἀνθρώπων δόγματα περὶ αὐτῶν εἰκάζομεν, οὕτω δὲ καὶ νῦν αὖ εἰπόντες ἡμῖν αὐτοῖς ἴωμεν, ὅτι εἰ μέν τι χρῆν ἔδει αὐτὰ διελέσθαι εἴτε ἄλλον ὁντινοῦν εἴτε ἡμᾶς, οὕτως ἔδει αὐτὰ διαιρεῖσθαι, νῦν δὲ τὸ λεγόμενον κατὰ δύναμιν δεήσει ἡμᾶς περὶ αὐτῶν πραγματεύεσθαι;

Cratylus

425c 3

P4

ἐνθυμέομαι

ἐνθυμηθῶμεν

ἐνθυμηθῶμεν δέ, εἴ τις ἀεί, δι᾽ ὧν ἂν λέγηται τὸ ὄνομα, ἐκεῖνα ἀνερήσεται τὰ ῥήματα, καὶ αὖθις αὖ δι᾽ ὧν ἂν τὰ ῥήματα λεχθῇ, ἐκεῖνα πεύσεται, καὶ τοῦτο μὴ παύσεται ποιῶν, ἆρ᾽ οὐκ ἀνάγκη τελευτῶντα ἀπειπεῖν τὸν ἀποκρινόμενον;

Cratylus

421d 9

P4

ἐπισκοπέω

ἐπισκοπῶμεν

οὐκοῦν ἐπισκοπῶμεν αὖ τοῦτο, ὦ Eὐθύφρων, εἰ καλῶς λέγεται, ἢ ἐῶμεν καὶ οὕτω ἡμῶν τε αὐτῶν ἀποδεχώμεθα καὶ τῶν ἄλλων, ἐὰν μόνον φῇ τίς τι ἔχειν οὕτω συγχωροῦντες ἔχειν;

Euthyphro

9e 4

P4

ἐπιτίθημι

ἐπιθῶμαι

ἐπιθῶμαι τῷ ἀνδρὶ καὶ τιμωρήσωμαι ὑμῶν ἐναντίον;

Symposium

214e 2

P4

ἐπιχειρέω

ἐπιχειρῶμεν

ἐάσομεν οὖν, ἢ βούλει οὕτως ὅπως ἂν δυνώμεθα, καὶ ἂν σμικρόν τι αὐτῶν οἷοί τ᾽ ὦμεν κατιδεῖν, ἐπιχειρῶμεν, προειπόντες, ὥσπερ ὀλίγον πρότερον τοῖς θεοῖς, ὅτι οὐδὲν εἰδότες τῆς ἀληθείας τὰ τῶν ἀνθρώπων δόγματα περὶ αὐτῶν εἰκάζομεν, οὕτω δὲ καὶ νῦν αὖ εἰπόντες ἡμῖν αὐτοῖς ἴωμεν, ὅτι εἰ μέν τι χρῆν ἔδει αὐτὰ διελέσθαι εἴτε ἄλλον ὁντινοῦν εἴτε ἡμᾶς, οὕτως ἔδει αὐτὰ διαιρεῖσθαι, νῦν δὲ τὸ λεγόμενον κατὰ δύναμιν δεήσει ἡμᾶς περὶ αὐτῶν πραγματεύεσθαι;

Cratylus

425b 9

P4

θάπτω

θάπτωμεν

ταῦτα μὲν τοίνυν προθυμησόμεθα, ἔφη, οὕτω ποιεῖν θάπτωμεν δέ σε τίνα τρόπον;

Phaedo

115c 3

P4

καθοράω

καθορῶμεν

πρὸς δὴ τούτοις ἕτερον αὖ τι τῶν πρὸς γέλωτα εὐδοκιμησάντων ἄν, ὦ Σώκρατες, ἆρα καθορῶμεν ἡμῖν γεγονὸς ἐν τοῖς διῃρημένοις;

Politicus

266c 1

P4

λέγω

εἴπωμεν

λέληθεν γὰρ αὐτοὺς ᾗ τε θανατῶσι καὶ ᾗ ἄξιοί εἰσιν θανάτου καὶ οἵου θανάτου οἱ ὡς ἀληθῶς φιλόσοφοι. εἴπωμεν γάρ, ἔφη, πρὸς ἡμᾶς αὐτούς, χαίρειν εἰπόντες ἐκείνοις ἡγούμεθά τι τὸν θάνατον εἶναι;

Phaedo

64c 1

P4

λέγω

εἴπωμεν

μετὰ τοῦτο δὴ τὰς μὲν περί τε ἀτράκτους καὶ κερκίδας καὶ ὁπόσα ἄλλα ὄργανα τῆς περὶ τὰ ἀμφιέσματα γενέσεως κοινωνεῖ, πάσας συναιτίους εἴπωμεν, τὰς δὲ αὐτὰ θεραπευούσας καὶ δημιουργούσας αἰτίας;

Politicus

281e 9

P4

λέγω

εἴπωμεν

εἴπωμεν γὰρ δὴ πρός γε ἡμᾶς αὐτοὺς ἰατρὸν μέλλοντα ἢ καί τινα γυμναστικὸν ἀποδημεῖν καὶ ἀπέσεσθαι τῶν θεραπευομένων συχνόν, ὡς οἴοιτο, χρόνον, μὴ μνημονεύσειν οἰηθέντα τὰ προσταχθέντα τοὺς γυμναζομένους ἢ τοὺς κάμνοντας, ὑπομνήματα γράφειν ἂν ἐθέλειν αὐτοῖς, ἢ πῶς;

Politicus

295b 10

P4

λέγω

λέγωμεν

τὸ δὲ μὴ ἔστιν ὅταν λέγωμεν, ἆρα μή τι ἄλλο σημαίνει ἢ οὐσίας ἀπουσίαν τούτῳ ᾧ ἂν φῶμεν μὴ εἶναι;

Parmenides

163c 2

P4

λέγω

λέγωμεν

πῶς οὖν δὴ περὶ αὐτῶν τούτων λέγωμεν;

Philebus

163a 6

P4

λέγω

λέγωμεν

τῆς τοίνυν ἀλλακτικῆς δύο εἴδη λέγωμεν, τὸ μὲν δωρητικόν, τὸ δὲ ἕτερον ἀγοραστικόν;

Sophista

223c 9

P4

λέγω

λέγωμεν

πότερον δὴ πάθος ἔχον τὸ ὀν τοῦ ἑνὸς οὕτως ἕν τε ἔσται καὶ ὅλον, ἢ παντάπασι μὴ λέγωμεν ὅλον εἶναι τὸ ὄν;

Sophista

245b 5

P4

λέγω

λέγωμεν

ἀδεῶς ἄρα τὴν κίνησιν ἕτερον εἶναι τοῦ ὄντος διαμαχόμενοι λέγωμεν;

Sophista

256d 6

P4

λέγω

λέγωμεν

τάχ᾽ ἄν: ἀλλ᾽ ὅπῃ δὴ λέγωμεν;

Sophista

257d 6

P4

λέγω

λέγωμεν

ἢ πῶς λέγωμεν, ὦ Θεόδωρε;

Theaitetus

161d 2

P4

μέλλω

μέλλωμεν

οὐκοῦν ἀναγκαῖον ἡμῖν ἐδόκει οἰηθῆναι δεῖν πρῶτον ἡμᾶς εἰδέναι ἢ τῷ ὄντι εἰδέναι τοῦτο ὃ ἂν προχείρως μέλλωμεν ἢ πράττειν ἢ λέγειν;

Alcibiades II

146b 7

P4

μετέχω

μετέχωμεν

τἀλλότρια ἄνευ κινδύνου λέγειν, ἀλλὰ καὶ συγκινδυνεύωμεν καὶ μετέχωμεν τοῦ ψόγου, ὅταν ἀνὴρ δεινὸς φῇ ταῦτα μὴ οὕτως ἀλλ᾽ ἀτάκτως ἔχειν;

Philebus

129a 3

P4

ὁμολογέω

ὁμολογῶμεν

ἄλλο τι ἢ ὁμολογῶμεν;

Crito

52d 6

P4

ὁράω

ὁρῶμεν

οὐκοῦν οὕτως ἀεὶ σκοποῦντες αὐτὴν καθ᾽ αὑτὴν τὴν ἑτέραν φύσιν τοῦ εἴδους ὅσον ἂν αὐτῆς ἀεὶ ὁρῶμεν ἄπειρον ἔσται πλήθει;

Parmenides

158c 6

P4

παρεικάζω

παρεικάσωμεν

τοὔνομα παρεικάσωμεν, ἐπειδὴ καὶ σχεδὸν ἀνώνυμον ὀν τυγχάνει τὸ τῶν αὐτεπιτακτῶν γένος, καὶ ταύτῃ ταῦτα διελώμεθα, τὸ μὲν τῶν βασιλέων γένος εἰς τὴν αὐτεπιτακτικὴν θέντες, τοῦ δὲ ἄλλου παντὸς ἀμελήσαντες, ὄνομα ἕτερον αὐτοῖς παραχωρήσαντες θέσθαι τινά;

Politicus

260e 4

P4

ποιέω

ποιῶμεν

ἀληθῆ, ἔφη, λέγεις, ὁ Σωκράτης, ὦ Κέβης: ἀλλὰ τί δὴ ποιῶμεν;

Phaedo

70b 6

P4

ποιέω

ποιῶμεν

καὶ πῶς ποιῶμεν;

Philebus

163a 7

P4

ποιέω

ποιῶμεν

πῶς οὖν ποιῶμεν τὰ νῦν;

Politicus

287c 6

P4

ποιέω

ποιῶμεν

καὶ γὰρ σύ, φάναι τὸν Ἐρυξίμαχον: ἀλλὰ τί ποιῶμεν;

Symposium

214b 5

P4

προαιρέω

προελώμεθα

τί οὖν προελώμεθα;

Philebus

153d 1

P4

προσάπτω

προσάπτωμεν

πότερον μήτε τὴν οὐσίαν κινήσει καὶ στάσει προσάπτωμεν μήτε ἄλλο ἄλλῳ μηδὲν μηδενί, ἀλλ᾽ ὡς ἄμεικτα ὄντα καὶ ἀδύνατον μεταλαμβάνειν ἀλλήλων οὕτως αὐτὰ ἐν τοῖς παρ᾽ ἡμῖν λόγοις τιθῶμεν;

Sophista

251d 6

P4

προσλέγω

προσείπωμεν

τέχνην, ὥσπερ τότε τὴν τῆς πόλεως πολιτικὴν εἴπομεν, οὕτω καὶ νῦν ταύτην προσείπωμεν ἀπ᾽ αὐτοῦ τοῦ πράγματος ἱματιουργικήν;

Politicus

280a 2

P4

προσλέγω

προσείπωμεν

τίν᾽ οὖν αὐτὴν προσείπωμεν;

Sophista

258b 5

P4

προστίθημι

προστιθῶμεν

πάλιν δὴ σκόπει: ἐὰν πλέονι καὶ ἐλάττονι χρόνῳ προστιθῶμεν τὸν ἴσον χρόνον, ἆρα τῷ ἴσῳ μορίῳ διοίσει τὸ πλέον τοῦ ἐλάττονος ἢ σμικροτέρῳ;

Parmenides

154d 2

P4

σκοπέω

σκοπῶμεν

σκοπῶμεν δὴ προσσχόντες τὸν νοῦν εὖ μάλα πότερον οὕτως ἁπλοῦν ἐστι τοῦτο, ἢ παντὸς μᾶλλον αὐτῶν ἔχει διαφορὰν τοῖς συγγενέσιν ἔς τι;

Politicus

306c 3

P4

συγκινδυνεύω

συγκινδυνεύωμεν

τἀλλότρια ἄνευ κινδύνου λέγειν, ἀλλὰ καὶ συγκινδυνεύωμεν καὶ μετέχωμεν τοῦ ψόγου, ὅταν ἀνὴρ δεινὸς φῇ ταῦτα μὴ οὕτως ἀλλ᾽ ἀτάκτως ἔχειν;

Philebus

129a 3

P4

συνάγω

συναγάγωμεν

ταὐτὸν συναγάγωμεν ὡς δυνατὰ ἐπικοινωνεῖν ἀλλήλοις;

Sophista

251d 8

P4

τίθημι

θῶμεν

κναφευτικὴν σύμπασαν καὶ τὴν ἀκεστικὴν πότερα μηδεμίαν ἐπιμέλειαν μηδέ τινα θεραπείαν ἐσθῆτος θῶμεν, ἢ καὶ ταύτας πάσας ὡς ὑφαντικὰς λέξομεν;

Politicus

281b 5

P4

τίθημι

τιθώμεθα

τοῦτο μὲν τοίνυν ἓν εἶδος τιθώμεθα λύπης τε καὶ ἡδονῆς ἐν τούτοις τοῖς πάθεσιν ἑκατέροις;

Philebus

132b 6

P4

τίθημι

τιθῶμεν

λογισμῶν καταμελετωμένων πότερον ὡς μία ἑκατέρα λεκτέον ἢ δύο τιθῶμεν;

Philebus

157a 2

P4

τίθημι

τιθῶμεν

ναί: πρέποι γὰρ ἄν. κτητικῆς δὴ καὶ ποιητικῆς συμπασῶν οὐσῶν τῶν τεχνῶν ἐν ποτέρᾳ τὴν ἀσπαλιευτικήν, ὦ Θεαίτητε, τιθῶμεν;

Sophista

219d 2

P4

τίθημι

τιθῶμεν

τί τὸ εἶναι τοῦτο ὑπολάβωμεν ὑμῶν; πότερον τρίτον παρὰ τὰ δύο ἐκεῖνα, καὶ τρία τὸ πᾶν ἀλλὰ μὴ δύο ἔτι καθ᾽ ὑμᾶς τιθῶμεν;

Sophista

243e 4

P4

τίθημι

τιθῶμεν

πότερον μήτε τὴν οὐσίαν κινήσει καὶ στάσει προσάπτωμεν μήτε ἄλλο ἄλλῳ μηδὲν μηδενί, ἀλλ᾽ ὡς ἄμεικτα ὄντα καὶ ἀδύνατον μεταλαμβάνειν ἀλλήλων οὕτως αὐτὰ ἐν τοῖς παρ᾽ ἡμῖν λόγοις τιθῶμεν;

Sophista

251d 8

P4

τίθημι

τιθῶμεν

ταὐτὸν τιθῶμεν;

Sophista

255c 6

P4

ὑπολαμβάνω

ὑπολάβωμεν

τὴν δὲ εἴτε πολεμητέον εἴτε διὰ φιλίας ἀπαλλακτέον οἵαν τε καὶ ἐπιστήμονα διαβουλεύσασθαι, ταύτης ἑτέραν ὑπολάβωμεν ἢ τὴν αὐτὴν ταύτῃ;

Politicus

304e 11

P4

ὑπολαμβάνω

ὑπολάβωμεν

τί τὸ εἶναι τοῦτο ὑπολάβωμεν ὑμῶν; πότερον τρίτον παρὰ τὰ δύο ἐκεῖνα, καὶ τρία τὸ πᾶν ἀλλὰ μὴ δύο ἔτι καθ᾽ ὑμᾶς τιθῶμεν;

Sophista

243e 2

P4

φημί

φῶμεν

ἀλλὰ δὴ τὸ μετὰ τοῦτο πῶς φῶμεν ἔχειν;

Cratylus

400b 8

P4

φημί

φῶμεν

καὶ δὴ καὶ νυνὶ ἡμεῖς ἴδωμεν τί ἡμῖν εἴρηται. ὀνόματος, φαμέν, ὀρθότης ἐστὶν αὕτη, ἥτις ἐνδείξεται οἷόν ἐστι τὸ πρᾶγμα: τοῦτο φῶμεν ἱκανῶς εἰρῆσθαι;

Cratylus

428e 2

P4

φημί

φῶμεν

οὐκοῦν φῶμεν καὶ ταύτην τέχνην εἶναι καὶ δημιουργοὺς αὐτῆς;

Cratylus

428e 6

P4

φημί

φῶμεν

πότερον οὖν καὶ ταύτην φῶμεν τὴν τέχνην ἐν τοῖς ἀνθρώποις ἐγγίγνεσθαι ὥσπερ καὶ τὰς ἄλλας ἢ μή;

Cratylus

429a 2

P4

φημί

φῶμεν

ὃ καὶ ἄρτι ἐλέγετο, Ἑρμογένει τῷδε πότερον μηδὲ ὄνομα τοῦτο κεῖσθαι φῶμεν, εἰ μή τι αὐτῷ Ἑρμοῦ γενέσεως προσήκει, ἢ κεῖσθαι μέν, οὐ μέντοι ὀρθῶς γε;

Cratylus

429c 1

P4

φημί

φῶμεν

τόδε δέ μοι ἔτι εἰπὲ μετὰ ταῦτα, τίνα ἡμῖν δύναμιν ἔχει τὰ ὀνόματα καὶ τί φῶμεν αὐτὰ καλὸν ἀπεργάζεσθαι;

Cratylus

435d 2

P4

φημί

φῶμεν

τί φῶμεν πρὸς ταῦτα, ὦ Κρίτων;

Crito

52d 6

P4

φημί

φῶμεν

οὕτω φῶμεν ἢ ἄλλως σοι δοκεῖ;

Euthyphro

12d 3

P4

φημί

φῶμεν

ταῦτα ἀληθῆ φῶμεν εἶναι ὦ Eὐθύφρων;

Euthyphro

6c 4

P4

φημί

φῶμεν

φῶμεν ἄρα καὶ τὸ ἓν πρὸς τὰ μὴ ἓν οὕτως ἔχον τὸ αὐτὸ εἶναι αὐτοῖς;

Parmenides

147b 5

P4

φημί

φῶμεν

τὸ δὲ μὴ ἔστιν ὅταν λέγωμεν, ἆρα μή τι ἄλλο σημαίνει ἢ οὐσίας ἀπουσίαν τούτῳ ᾧ ἂν φῶμεν μὴ εἶναι;

Parmenides

163c 3

P4

φημί

φῶμεν

πότερον οὖν, ὅταν φῶμεν μὴ εἶναί τι, πὼς οὐκ εἶναί φαμεν αὐτό, πὼς δὲ εἶναι;

Parmenides

163c 4

P4

φημί

φῶμεν

εἶεν, ἔφη: τοῦτο μὲν δὴ ἀποδεδεῖχθαι φῶμεν;

Phaedo

105e 8

P4

φημί

φῶμεν

οὕτω φῶμεν, ὦ Κέβης, ἢ ἄλλως;

Phaedo

81a 10

P4

φημί

φῶμεν

τὸν δὲ δικαίων τε καὶ καλῶν καὶ ἀγαθῶν ἐπιστήμας ἔχοντα τοῦ γεωργοῦ φῶμεν ἧττον νοῦν ἔχειν εἰς τὰ ἑαυτοῦ σπέρματα;

Phaedrus

276c 4

P4

φημί

φῶμεν

τὰ μὲν δὴ μὴ δι᾽ ἀμφοῖν ἰόντα ἐὰν τὴν ψυχὴν ἡμῶν φῶμεν λανθάνειν, τὰ δὲ δι᾽ ἀμφοῖν μὴ λανθάνειν, ἆρ᾽ ὀρθότατα ἐροῦμεν; πῶς γὰρ οὔ;

Philebus

133d 9

P4

φημί

φῶμεν

φῶμεν ἢ μὴ φῶμεν αὐτὸν ἐν μέσῳ τῶν παθημάτων εἶναι;

Philebus

136a 1

P4

φημί

φῶμεν

φῶμεν ἢ μὴ φῶμεν αὐτὸν ἐν μέσῳ τῶν παθημάτων εἶναι;

Philebus

136a 1

P4

φημί

φῶμεν

τοὐναντίον, ἢ μὴ φῶμεν;

Philebus

140b 4

P4

φημί

φῶμεν

οἷον τὰς τῆς ψώρας ἰάσεις τῷ τρίβειν καὶ ὅσα τοιαῦτα, οὐκ ἄλλης δεόμενα φαρμάξεως: τοῦτο γὰρ δὴ τὸ πάθος ἡμῖν, ὦ πρὸς θεῶν, τί ποτε φῶμεν ἐγγίγνεσθαι;

Philebus

146a10

P4

φημί

φῶμεν

τὴν οὖν τῶν φίλων δοξοσοφίαν καὶ δοξοκαλίαν καὶ ὅσα νυνδὴ διήλθομεν, ἐν τρισὶν λέγοντες εἴδεσιν γίγνεσθαι, γελοῖα μὲν ὁπόσα ἀσθενῆ, μισητὰ δ᾽ ὁπόσα ἐρρωμένα, φῶμεν ἢ μὴ φῶμεν ὅπερ εἶπον ἄρτι, τὴν τῶν φίλων ἕξιν ταύτην ὅταν ἔχῃ τις τὴν ἀβλαβῆ τοῖς ἄλλοις, γελοίαν εἶναι;

Philebus

149e 3

P4

φημί

φῶμεν

τὴν οὖν τῶν φίλων δοξοσοφίαν καὶ δοξοκαλίαν καὶ ὅσα νυνδὴ διήλθομεν, ἐν τρισὶν λέγοντες εἴδεσιν γίγνεσθαι, γελοῖα μὲν ὁπόσα ἀσθενῆ, μισητὰ δ᾽ ὁπόσα ἐρρωμένα, φῶμεν ἢ μὴ φῶμεν ὅπερ εἶπον ἄρτι, τὴν τῶν φίλων ἕξιν ταύτην ὅταν ἔχῃ τις τὴν ἀβλαβῆ τοῖς ἄλλοις, γελοίαν εἶναι;

Philebus

149e 3

P4

φημί

φῶμεν

πότερον οὖν τούτων ἕνεκα ποτέρου, τὴν γένεσιν οὐσίας ἕνεκα φῶμεν ἢ τὴν οὐσίαν εἶναι γενέσεως ἕνεκα;

Philebus

154a 8

P4

φημί

φῶμεν

πότερον οὖν τὸν πολιτικὸν καὶ βασιλέα καὶ δεσπότην καὶ ἔτ᾽ οἰκονόμον θήσομεν ὡς ἓν πάντα ταῦτα προσαγορεύοντες, ἢ τοσαύτας τέχνας αὐτὰς εἶναι φῶμεν ὅσαπερ ὀνόματα ἐρρήθη; μᾶλλον δέ μοι δεῦρο ἕπου.

Politicus

258e 10

P4

φημί

φῶμεν

τῆς δὴ γνωστικῆς μᾶλλον ἢ τῆς χειροτεχνικῆς καὶ ὅλως πρακτικῆς βούλει τὸν βασιλέα φῶμεν οἰκειότερον εἶναι;

Politicus

259d 1

P4

φημί

φῶμεν

εἴ τις ἀνέροιτο ἡμᾶς τὴν περὶ γράμματα συνουσίαν τῶν μανθανόντων, ὁπόταν τις ὁτιοῦν ὄνομα ἐρωτηθῇ τίνων ἐστὶ γραμμάτων, πότερον αὐτῷ τότε φῶμεν γίγνεσθαι τὴν ζήτησιν ἑνὸς ἕνεκα μᾶλλον τοῦ προβληθέντος ἢ τοῦ περὶ πάντα τὰ προβαλλόμενα γραμματικωτέρῳ γίγνεσθαι;

Politicus

285c10

P4

φημί

φῶμεν

πῶς οὖν μὴ φῶμεν ἐν τούτοις ἀμφότερα ταῦτα τὰ γένη πολλὴν πρὸς ἄλληλα ἀεὶ καὶ τὴν μεγίστην ἴσχειν ἔχθραν καὶ στάσιν;

Politicus

308b 2

P4

φημί

φῶμεν

οὐκοῦν συμπλοκὴν καὶ δεσμὸν τοῦτον τοῖς μὲν κακοῖς πρὸς σφᾶς αὐτοὺς καὶ τοῖς ἀγαθοῖς πρὸς τοὺς κακοὺς μηδέποτε μόνιμον φῶμεν γίγνεσθαι, μηδέ τινα ἐπιστήμην αὐτῷ σπουδῇ πρὸς τοὺς τοιούτους ἂν χρῆσθαί ποτε;

Politicus

309e 12

P4

φημί

φῶμεν

πῇ καὶ τὸ ποῖόν τι φοβούμενος οὕτω λέγεις; ὅταν περὶ τὸ φάντασμα αὐτὸν ἀπατᾶν φῶμεν καὶ τὴν τέχνην εἶναί τινα ἀπατητικὴν αὐτοῦ, τότε πότερον ψευδῆ δοξάζειν τὴν ψυχὴν ἡμῶν φήσομεν ὑπὸ τῆς ἐκείνου τέχνης, ἢ τί ποτ᾽ ἐροῦμεν;

Sophista

240d 1

P4

φημί

φῶμεν

τὸ δὲ δὴ κοινωνεῖν, ὦ πάντων ἄριστοι, τί τοῦθ᾽ ὑμᾶς ἐπ᾽ ἀμφοῖν λέγειν φῶμεν;

Sophista

248b 3

P4

φημί

φῶμεν

ἀλλὰ νοῦν μὲν ἔχειν, ζωὴν δὲ μὴ φῶμεν;

Sophista

249a 4

P4

φημί

φῶμεν

ἆρ᾽ αὖ τῶν μὲν τριῶν ἕτερον αὐτὴν φήσομεν εἶναι, τοῦ δὲ τετάρτου μὴ φῶμεν, ὁμολογήσαντες αὐτὰ εἶναι πέντε, περὶ ὧν καὶ ἐν οἷς προυθέμεθα σκοπεῖν;

Sophista

256c 12

P4

φημί

φῶμεν

τούτου δ᾽ αὖ τὸ γένος ἓν ἢ δύο φῶμεν;

Sophista

268a 9

P4

φημί

φῶμεν

ἦ γάρ, ὦ Θεαίτητε; φῶμεν τοῦτο σὸν μὲν εἶναι οἷον νεογενὲς παιδίον, ἐμὸν δὲ μαίευμα;

Theaitetus

160e 2

P4

φημί

φῶμεν

ταῦτα πῶς μὴ φῶμεν δημούμενον λέγειν τὸν Πρωταγόραν;

Theaitetus

161e 3

P4

φημί

φῶμεν

πότερον ἀληθῆ φῶμεν ἀεὶ τοὺς ἀνθρώπους δοξάζειν, ἢ τοτὲ μὲν ἀληθῆ, τοτὲ δὲ ψευδῆ;

Theaitetus

170c 3

P4

φημί

φῶμεν

καὶ δῆτα καὶ νῦν ἄλλο τι φῶμεν ὁμολογεῖν ἂν τοῦτό γε ὁντινοῦν, τὸ εἶναι σοφώτερον ἕτερον ἑτέρου, εἶναι δὲ καὶ ἀμαθέστερον;

Theaitetus

171d 6

P4

φημί

φῶμεν

οἷον θερμή: ἆρ᾽ ὅταν τις οἰηθῇ ἰδιώτης αὑτὸν πυρετὸν λήψεσθαι καὶ ἔσεσθαι ταύτην τὴν θερμότητα, καὶ ἕτερος, ἰατρὸς δέ, ἀντοιηθῇ, κατὰ τὴν ποτέρου δόξαν φῶμεν τὸ μέλλον ἀποβήσεσθαι, ἢ κατὰ τὴν ἀμφοτέρων, καὶ τῷ μὲν ἰατρῷ οὐ θερμὸς οὐδὲ πυρέττων γενήσεται, ἑαυτῷ δὲ ἀμφότερα;

Theaitetus

178c 5

P4

φημί

φῶμεν

φῶμεν ἄρα ἐν ἡμῖν ψευδεῖς δόξας εἶναι;

Theaitetus

195b 2

P4

φράζω

φράσωμεν

τὰ δὲ Πώλου πῶς φράσωμεν αὖ μουσεῖα λόγων ὡς διπλασιολογίαν καὶ γνωμολογίαν καὶ εἰκονολογίαν ὀνομάτων τε Λικυμνίων ἃ ἐκείνῳ ἐδωρήσατο πρὸς ποίησιν εὐεπείας;

Phaedrus

267b10

A.3 Avec une autre forme que le subjonctif (République)

Forme

Type de réplique

Personne

Exemple

Réplique

Référence

Adjectif verbal en -τέον

neutre

?

Ἆρ’ οὖν τὸ μετὰ τοῦτο διιτέον τοὺς χείρους, τὸν φιλόνικόν τε καὶ φιλότιμον, κατὰ τὴν Λακωνικὴν ἑστῶτα πολιτείαν, καὶ ὀλιγαρχικὸν αὖ καὶ δημοκρατικὸν καὶ τὸν τυραννικόν, ἵνα τὸν ἀδικώτατον ἰδόντες ἀντιθῶμεν τῷ δικαιοτάτῳ καὶ ἡμῖν τελέα ἡ σκέψις ᾖ, πῶς ποτε ἡ ἄκρατος δικαιοσύνη πρὸς ἀδικίαν τὴν ἄκρατον ἔχει εὐδαιμονίας τε πέρι τοῦ ἔχοντος καὶ ἀθλιότητος, ἵνα ἢ Θρασυμάχῳ πειθόμενοι διώκωμεν ἀδικίαν ἢ τῷ νῦν προφαινομένῳ λόγῳ δικαιοσύνην;

Παντάπασι μὲν οὖν, ἔφη, οὕτω ποιητέον.

545a 2

Adjectif verbal en -τέον

neutre

?

ἢ πρῶτον σκεπτέον, ὥσπερ τὴν πολιτείαν ἐσκεψάμεθα, τίνα τρόπον γίγνεται;

Ναί, ἔφη.

558c 8

Adjectif verbal en -τέον

pas de réplique

P4

Οὐκοῦν, εἰ μὲν μὴ εἰσὶν ἢ μηδὲν αὐτοῖς τῶν ἀνθρωπίνων μέλει, τί καὶ ἡμῖν μελητέον τοῦ λανθάνειν;

pas de réplique

365e 1

Adjectif verbal en -τέον

Subjonctif

?

῏Αρ’ οὖν, ὥσπερ ἠρξάμεθα ἐν ταῖς πολιτείαις πρότερον σκοπεῖν τὰ ἤθη ἢ ἐν τοῖς ἰδιώταις, ὡς ἐναργέστερον ὄν, καὶ νῦν οὕτω πρῶτον μὲν τὴν φιλότιμον σκεπτέον πολιτείαν - ὄνομα γὰρ οὐκ ἔχω λεγόμενον ἄλλο· ἢ τιμοκρατίαν ἢ τιμαρχίαν αὐτὴν κλητέον – πρὸς δὲ ταύτην τὸν τοιοῦτον ἄνδρα σκεψόμεθα, ἔπειτα ὀλιγαρχίαν καὶ ἄνδρα ὀλιγαρχικόν, αὖθις δὲ εἰς δημοκρατίαν ἀποβλέψαντες θεασόμεθα ἄνδρα δημοκρατικόν, τὸ δὲ τέταρτον εἰς τυραννουμένην πόλιν ἐλθόντες καὶ ἰδόντες, πάλιν εἰς τυραννικὴν ψυχὴν βλέποντες, πειρασόμεθα περὶ ὧν προυθέμεθα ἱκανοὶ κριταὶ γενέσθαι;

réplique de Socrate à sa propre question Φέρε τοίνυν, ἦν δ’ ἐγώ, πειρώμεθα λέγειν τίνα τρόπον τιμοκρατία γένοιτ’ ἂν ἐξ ἀριστοκρατίας.

545b 5

Ambigu F/S

impératif

P1

Καὶ πῶς, ἔφη, σὲ πείσω;

Μὰ Δί’, ἦν δ’ ἐγώ, μὴ σύ γε· ἀλλὰ πρῶτον μέν, ἃ ἂν εἴπῃς, ἔμμενε τούτοις, ἢ ἐὰν μετατιθῇ, φανερῶς μετατίθεσο καὶ ἡμᾶς μὴ ἐξαπάτα.

345b 4

Ambigu F/S

impératif

P1

εἰ γὰρ οἷς νυνδὴ ἔλεγον μὴ πέπεισαι, τί σοι ἔτι ποιήσω;

Μὰ Δί’, ἦν δ’ ἐγώ, μὴ σύ γε· ἀλλὰ πρῶτον μέν, ἃ ἂν εἴπῃς, ἔμμενε τούτοις, ἢ ἐὰν μετατιθῇ, φανερῶς μετατίθεσο καὶ ἡμᾶς μὴ ἐξαπάτα.

345b 5

Ambigu P/S

impératif

P1

῏Η οὖν προσαναγορεύω, εἶπον, ἐάντε λανθάνωσιν τοιοῦτοι ὄντες ἐάντε μὴ πάντας ἀνθρώπους τε καὶ θεούς;

Προσαναγόρευε, ἔφη.

580c 6

Futur

assertif

P4

Τί δ' αὖ τὸ ζῆν; οὐ ψυχῆς φήσομεν ἔργον εἶναι;

Μάλιστά γ’, ἔφη.

353d 9

Futur

assertif

P4

Τί οὖν ποιήσομεν; Ἦν δ’ ἐγώ· πότερον εἰς τὴν πόλιν πάντας τούτους παραδεξόμεθα ἢ τῶν ἀκράτων τὸν ἕτερον ἢ τὸν κεκραμένον;

  Ἐὰν ἡ ἐμή, ἔφη, νικᾷ, τὸν τοῦ ἐπιεικοῦς μιμητὴν ἄκρατον.

397d 1-2

Futur

assertif

P4

τούτους οὖν πάντας καὶ ἄλλους τοιούτων τινῶν μαθητικοὺς καὶ τοὺς τῶν τεχνυδρίων φιλοσόφους φήσομεν;

 Οὐδαμῶς, εἶπον, ἀλλ’ ὁμοίους μὲν φιλοσόφοις.

475e 1

Futur

assertif

P4

Τί δέ, δόξαν εἰς δύναμιν ἢ εἰς ἄλλο εἶδος οἴσομεν;

Οὐδαμῶς, ἔφη· ᾧ γὰρ δοξάζειν δυνάμεθα, οὐκ ἄλλο τι ἢ δόξα ἐστίν

477e 1

Futur

assertif

P4

Βαναυσία δὲ καὶ χειροτεχνία διὰ τί οἴει ὄνειδος φέρει; ἢ δι’ ἄλλο τι φήσομεν ἢ ὅταν τις ἀσθενὲς φύσει ἔχῃ τὸ τοῦ βελτίστου εἶδος, ὥστε μὴ ἂν δύνασθαι ἄρχειν τῶν ἐν αὑτῷ θρεμμάτων, ἀλλὰ θεραπεύειν ἐκεῖνα, καὶ τὰ θωπεύματα αὐτῶν μόνον δύνηται μανθάνειν;

Ἔοικεν, ἔφη.

590c 3

Futur

assertif

P4

Πῇ δὴ οὖν φήσομεν, ὦ Γλαύκων, καὶ κατὰ τίνα λόγον λυσιτελεῖν ἀδικεῖν, ἢ ἀκολασταίνειν ἤ τι αἰσχρὸν ποιεῖν, ἐξ ὧν πονηρότερος μὲν ἔσται, πλείω δὲ χρήματα ἢ ἄλλην τινὰ δύναμιν κεκτήσεται;

Οὐδαμῇ, ἦ δ’ ὅς.

591a 5

Futur

futur

P4

Ἆρ' οὖν οὐ τοῦτο τούτου ἔργον θήσομεν;

Θήσομεν μὲν οὖν.

353a 7

Futur

futur

P4

Αλλ’ ὅταν γέ τινα λέγῃ ῥῆσιν ὥς τις ἄλλος ὤν, ἆρ’ οὐ τότε ὁμοιοῦν αὐτὸν φήσομεν ὅτι μάλιστα τὴν αὑτοῦ λέξιν ἑκάστῳ ὃν ἂν προείπῃ ὡς ἐροῦντα;

Φήσομεν· τί γάρ;

393c 2

Futur

futur

P4

Τούτων δὴ οὕτως ἐχόντων ἐπιθυμιῶν τι φήσομεν εἶναι εἶδος, καὶ ἐναργεστάτας αὐτῶν τούτων ἥν τε δίψαν καλοῦμεν καὶ ἣν πεῖναν;

Φήσομεν, ἦ δ’ ὅς.

437d 2

Futur

futur

P4

᾿Αλλ’ οὐ πεισόμεθα ῾Ησιόδῳ, ἐπειδάν τινες τοῦ τοιούτου γένους τελευτήσωσιν, ὡς ἄρα οἱ μὲν δαίμονες ἁγνοὶ ἐπιχθόνιοι τελέθουσιν, ἐσθλοί, ἀλεξίκακοι, φύλακες μερόπων ἀνθρώπων;

Πεισόμεθα μὲν οὖν.

468e 8

Futur

futur

P4

ἀλλ’ ἐὰν εὕρωμεν οἷόν ἐστι δικαιοσύνη, ἆρα καὶ ἄνδρα τὸν δίκαιον ἀξιώσομεν μηδὲν δεῖν αὐτῆς ἐκείνης διαφέρειν, ἀλλὰ πανταχῇ τοιοῦτον εἶναι οἷον δικαιοσύνη ἐστίν; ἢ ἀγαπήσομεν ἐὰν ὅτι ἐγγύτατα αὐτῆς ᾖ καὶ πλεῖστα τῶν ἄλλων ἐκείνης μετέχῃ;

Οὕτως, ἔφη· ἀγαπήσομεν.

472c 8-9

Futur

futur

P4

ἆρα ὃν ἄν τινος ἐπιθυμητικὸν λέγωμεν, παντὸς τοῦ εἴδους τούτου φήσομεν ἐπιθυμεῖν, ἢ τοῦ μέν, τοῦ δὲ οὔ;

 Καὶ ὀρθῶς γε φήσομεν.

475b 5

Futur

futur

P4

Οὐκοῦν καὶ τὸν φιλόσοφον σοφίας φήσομεν ἐπιθυμητὴν εἶναι, οὐ τῆς μέν, τῆς δ’ οὔ, ἀλλὰ πάσης;

 Καὶ ὀρθῶς γε φήσομεν.

475b 8

Futur

futur

P4

῏Αρ’ οὖν οὐ δι’ ἀπαιδευσίαν καὶ κακὴν τροφὴν καὶ κατάστασιν τῆς πολιτείας φήσομεν τοὺς τοιούτους αὐτόθι ἐγγίγνεσθαι;

Φήσομεν.

552e 6

Futur

futur

P4

Τὸ δὲ πρὸς τὰς ἀναμνήσεις τε τοῦ πάθους καὶ πρὸς τοὺς ὀδυρμοὺς ἄγον καὶ ἀπλήστως ἔχον αὐτῶν ἆρ’ οὐκ ἀλόγιστόν τε φήσομεν εἶναι καὶ ἀργὸν καὶ δειλίας φίλον;

Φήσομεν μὲν οὖν.

604d 10

Futur

interrogative

P4

῏Αρ’ οὖν οὐ μουσικῇ πρότερον ἀρξόμεθα παιδεύοντες ἢ γυμναστικῇ;

Πῶς δ’ οὔ;

376e 6

Futur

interrogative

P4

Τί δέ; τὸ ἀβουλεῖν καὶ μὴ ἐθέλειν μηδ’ ἐπιθυμεῖν οὐκ εἰς τὸ ἀπωθεῖν καὶ ἀπελαύνειν ἀπ’ αὐτῆς καὶ εἰς ἅπαντα τἀναντία ἐκείνοις θήσομεν;

Πῶς γὰρ οὔ;

437c 10

Futur

interrogative

P4

῏Η οὖν ἀνδράσι πάντα προστάξομεν, γυναικὶ δ’ οὐδέν;

Καὶ πῶς;

455e 4

Futur

interrogative

P4

Διαπυθόμενοι ἄρα τοῦ θεοῦ πῶς χρὴ τοὺς δαιμονίους τε καὶ θείους τιθέναι καὶ τίνι διαφόρῳ, οὕτω καὶ ταύτῃ θήσομεν ᾗ ἂν ἐξηγῆται;

Τί δ’ οὐ μέλλομεν;

469a 5

Futur

modal

P4

Καὶ τοὺς ὀδυρμοὺς ἄρα ἐξαιρήσομεν καὶ τοὺς οἴκτους τοὺς τῶν ἐλλογίμων ἀνδρῶν;

᾿Ανάγκη, ἔφη, εἴπερ καὶ τὰ πρότερα.

387d 1

Futur

modal

P4

Καὶ τὸν λοιπὸν δὴ χρόνον ὡς δαιμόνων, οὕτω θεραπεύσομέν τε καὶ προσκυνήσομεν αὐτῶν τὰς θήκας; αὐτὰ δὲ ταῦτα νομιοῦμεν ὅταν τις γήρᾳ ἤ τινι ἄλλῳ τρόπῳ τελευτήσῃ τῶν ὅσοι ἂν διαφερόντως ἐν τῷ βίῳ ἀγαθοὶ κριθῶσιν;

Δίκαιον γοῦν, ἔφη.

469b 1

Futur

neutre

P4

ἢ καὶ σκυτοτόμον αὐτόσε προσθήσομεν ἤ τιν’ ἄλλον τῶν περὶ τὸ σῶμα θεραπευτήν;

Πάνυ γε.

369d 8

Futur

neutre

P4

᾿Αφήσομεν οὖν, ἔφη, ἢ τί δράσομεν;

῞Ηκιστά γε, ἔφη ὁ ᾿Αδείμαντος μέγα ἤδη λέγων.

449b 6

Futur

neutre

P4

τῶν δὲ δὴ ἀποθανόντων ἐπὶ στρατιᾶς ὃς ἂν εὐδοκιμήσας τελευτήσῃ ἆρ’ οὐ πρῶτον μὲν φήσομεν τοῦ χρυσοῦ γένους εἶναι;

Πάντων γε μάλιστα.

468e 5

Futur

neutre

P4

῎Αλλο τι οὖν, ἦν δ’ ἐγώ, μάθημα ἀναγκαῖον πολεμικῷ ἀνδρὶ θήσομεν λογίζεσθαί τε καὶ ἀριθμεῖν δύνασθαι;

Πάντων γ’, ἔφη, μάλιστα, εἰ καὶ ὁτιοῦν μέλλει τάξεων ἐπαΐειν, μᾶλλον δ’ εἰ καὶ ἄνθρωπος ἔσεσθαι.

522e 2

Futur

neutre

P4

Οὐκοῦν καὶ πρὸς ἀλήθειαν, ἦν δ’ ἐγώ, ταὐτὸν τοῦτο ἀνάπηρον ψυχὴν θήσομεν, ἣ ἂν τὸ μὲν ἑκούσιον ψεῦδος μισῇ καὶ χαλεπῶς φέρῃ αὐτή τε καὶ ἑτέρων ψευδομένων ὑπεραγανακτῇ, τὸ δ’ ἀκούσιον εὐκόλως προσδέχηται καὶ ἀμαθαίνουσά που ἁλισκομένη μὴ ἀγανακτῇ, ἀλλ’ εὐχερῶς ὥσπερ θηρίον ὕειον ἐν ἀμαθίᾳ μολύνηται;

Παντάπασι μὲν οὖν, ἔφη.

535e 1

Futur

pas de réplique

P4

Παγκάλως, ἦν δ' ἐγώ, λέγεις, ὦ Κέφαλε. Τοῦτο δ' αὐτό, τὴν δικαιοσύνην, πότερα τὴν ἀλήθειαν αὐτὸ φήσομεν εἶναι ἁπλῶς οὕτως καὶ τὸ ἀποδιδόναι ἄν τίς τι παρά του λάβῃ, ἢ καὶ αὐτὰ ταῦτα ἔστιν ἐνίοτε μὲν δικαίως, ἐνίοτε δὲ ἀδίκως ποιεῖν;

pas de réplique

331c 2

Futur

pas de réplique

P4

Τί οὖν, ἦν δ’ ἐγώ, ποιήσομεν; πόθεν ἅμα πρᾷον καὶ μεγαλόθυμον ἦθος εὑρήσομεν;

pas de réplique

375c 6-7

Futur

pas de réplique

P4

τί γὰρ καὶ ἐροῦμεν; 

pas de réplique

434d 5

Futur

pas de réplique

P4

Μὴ οὖν τι πλημμελήσομεν φιλοδόξους καλοῦντες αὐτοὺς μᾶλλον ἢ φιλοσόφους;

pas de réplique

480a 6

Futur

pas de réplique

P4

῎Επειτ’, ἔφη, ἀδικήσομεν αὐτούς, καὶ ποιήσομεν χεῖρον ζῆν, δυνατὸν αὐτοῖς ὂν ἄμεινον;

Ἐπελάθου, ἦν δ’ ἐγώ, πάλιν, ὦ φίλε, ὅτι

519d 8

Futur

pas de réplique

P6

Θρέψονται δὲ δὴ ἡμῖν οὗτοι καὶ παιδευθήσονται τίνα τρόπον;

pas de réplique

376c 7-8

Futur

subjonctif

P4

Πολεμήσομεν δὴ τὸ μετὰ τοῦτο, ὦ Γλαύκων; ἢ πῶς ἔσται;

Οὕτως, ἔφη. Soc  Καὶ μηδέν γέ πω λέγωμεν

373e 2

Modal

?

᾿Αλλὰ πῶς χρή, ἦν δ’ ἐγώ, ὦ Γλαύκων;

῞Απερ νομίζεται, ἔφη· ἐπί τε κλινῶν κατακεῖσθαι οἶμαι τοὺς μέλλοντας μὴ ταλαιπωρεῖσθαι, καὶ ἀπὸ τραπεζῶν δειπνεῖν, καὶ ὄψα ἅπερ καὶ οἱ νῦν ἔχουσι καὶ τραγήματα.

372d 6

Optatif + ἄν

assertif

P1

Πῶς γὰρ ἄν, ἦ δ’ ὅς, φαίην;

 Οὐκοῦν καὶ περὶ τοῦ ἀγαθοῦ ὡσαύτως·

534b 7

Optatif + ἄν

interrogative

P4

Φιλομαθὲς δὴ καὶ φιλόσοφον καλοῦντες αὐτὸ κατὰ τρόπον ἂν καλοῖμεν;

Πῶς γὰρ οὔ;

581b 10

Présent

pas de réplique

P4

Καὶ ἡ χώρα γέ που, ἡ τότε ἱκανὴ τρέφειν τοὺς τότε, σμικρὰ δὴ ἐξ ἱκανῆς ἔσται. ἢ πῶς λέγομεν;

pas de réplique

373d 5

Présent

pas de réplique

P4

ἀλλὰ πῶς δὴ λέγομεν καὶ ποῖα;

pas de réplique

377e 5

Βούλει

futur

P4

Βούλει οὖν δεώμεθα τοῦ τὰ τοιαῦτα ἀντιλέγοντος ἀκολουθῆσαι ἡμῖν, ἐάν πως ἡμεῖς ἐκείνῳ ἐνδειξώμεθα ὅτι οὐδέν ἐστιν ἐπιτήδευμα ἴδιον γυναικὶ πρὸς διοίκησιν πόλεως;

Réplique Πάνυ γε, donc Soc enchaîne: Ἴθι δή, φήσομεν πρὸς αὐτόν, ἀποκρίνου·

455a 9

Βούλει

impératif

P4

Βούλει οὖν, ἦν δ’ ἐγώ, μὴ ἧττον φῶμεν αὐτοὺς ἀλλὰ παντάπασι πρᾴους γεγονέναι καὶ πεπεῖσθαι, ἵνα, εἰ μή τι, ἀλλὰ αἰσχυνθέντες ὁμολογήσωσιν;

Πάνυ μὲν οὖν, ἔφη. Soc Οὗτοι μὲν τοίνυν, ἦν δ’ ἐγώ, τοῦτο πεπεισμένοι ἔστων

501e 7

Βούλει

impératif

P4

Βούλει οὖν, ἦν δ’ ἐγώ, προσποιησώμεθα ἡμεῖς εἶναι τῶν δυνατῶν ἂν κρῖναι καὶ ἤδη ἐντυχόντων τοιούτοις, ἵνα ἔχωμεν ὅστις ἀποκρινεῖται ἃ ἐρωτῶμεν;

Πάνυ γε. Soc  Ἴθι δή μοι, ἔφην, ὧδε σκόπει.

577b 6

Βούλει

interrogative

P4

βούλει, ὥσπερ ῞Ομηρος, εὐχώμεθα ταῖς Μούσαις εἰπεῖν ἡμῖν ὅπως δὴ πρῶτον στάσις ἔμπεσε, καὶ φῶμεν αὐτὰς τραγικῶς ὡς πρὸς παῖδας ἡμᾶς παιζούσας καὶ ἐρεσχηλούσας, ὡς δὴ σπουδῇ λεγούσας, ὑψηλολογουμένας λέγειν;

Πῶς;

545d 7-e 1

Βούλει

modal

P4

Βούλει οὖν τοῦτον μὲν φυτουργὸν τούτου προσαγορεύωμεν, ἤ τι τοιοῦτον;

Δίκαιον γοῦν, ἔφη, ἐπειδήπερ φύσει γε καὶ τοῦτο καὶ τἆλλα πάντα πεποίηκεν.

597d 5

Βούλει

neutre

P1

βούλει σοι λέγω;

 Πάνυ γε

470b 1-2

Βούλει

neutre

P4

Βούλει οὖν, ἦν δ’ ἐγώ, φῶμεν αὐτόν, ὡς ἐν κηρίῳ κηφὴν ἐγγίγνεται, σμήνους νόσημα, οὕτω καὶ τὸν τοιοῦτον ἐν οἰκίᾳ κηφῆνα ἐγγίγνεσθαι, νόσημα πόλεως;

 Πάνυ μὲν οὖν, ἔφη, ὦ Σώκρατες

552c 2

Βούλει

subjonctif

P4

Βούλει οὖν, ἦν δ’ ἐγώ, ἡμεῖς πρὸς ἡμᾶς αὐτοὺς ὑπὲρ τῶν ἄλλων ἀμφισβητήσωμεν, ἵνα μὴ ἔρημα τὰ τοῦ ἑτέρου λόγου πολιορκῆται;

Οὐδέν, ἔφη, κωλύει.
Puis Soc reprend la parole: Λέγωμεν δὴ ὑπὲρ αὐτῶν

453a 7

Βούλει

subjonctif

P4

Τῆς δὲ τῶν πολλῶν πονηρίας τὴν ἀνάγκην βούλει τὸ μετὰ τοῦτο διέλθωμεν, καὶ ὅτι οὐδὲ τούτου φιλοσοφία αἰτία, ἂν δυνώμεθα, πειραθῶμεν δεῖξαι;

Πάνυ μὲν οὖν. Soc :  Ἀκούωμεν δὴ καὶ λέγωμεν ἐκεῖθεν ἀναμνησθέντες, ὅθεν διῇμεν τὴν φύσιν οἷον ἀνάγκη φῦναι τὸν καλόν τε κἀγαθὸν ἐσόμενον.

489d 10-11

Βούλει

subjonctif

P4

Βούλει οὖν ἐνθένδε ἀρξώμεθα ἐπισκοποῦντες, ἐκ τῆς εἰωθυίας μεθόδου;

 Θῶμεν δὴ καὶ νῦν ὅ τι βούλει τῶν πολλῶν.

596a 5

Βούλει

vouloir

P4

Βούλει οὖν αὐτὸν πείθωμεν, ἂν δυνώμεθά πῃ ἐξευρεῖν, ὡς οὐκ ἀληθῆ λέγει;

Πῶς γὰρ οὐ βούλομαι; ἦ δ’ ὅς.

348a 4

Βούλει

vouloir

P4

Βούλει οὖν τοῦτ’ ἤδη σκοπῶμεν, τίνα τρόπον οἱ τοιοῦτοι ἐγγενήσονται, καὶ πῶς τις ἀνάξει αὐτοὺς εἰς φῶς, ὥσπερ ἐξ ῞Αιδου λέγονται δή τινες εἰς θεοὺς ἀνελθεῖν;

Πῶς γὰρ οὐ βούλομαι; ἔφη.

521c 1

Βούλει

vouloir

P4

Βούλει οὖν, ἦν δ’ ἐγώ, ἵνα μὴ σκοτεινῶς διαλεγώμεθα, πρῶτον ὁρισώμεθα τάς τε ἀναγκαίους ἐπιθυμίας καὶ τὰς μή;

Βούλομαι, ἦ δ’ ὅς.

558d 8-9

Βούλει

vouloir

P4

Βούλει οὖν, ἔφην, ἐπ’ αὐτῶν τούτων ζητήσωμεν τὸν μιμητὴν τοῦτον, τίς ποτ’ ἐστίν;

Εἰ βούλει, ἔφη.

597b 2

B. Interrogatives délibératives indirectes

B.1 Extraites de la République

Personne

Temps

Verbe introducteur (forme conjuguée)

Verbe introducteur (lemme)

Verbe enchâssé

Exemple

Référence

P1

présent

ἀπορέω

ἀπορῶ

χρήσωμαι

ὅσῳ δὲ μᾶλλον πιστεύω, τοσούτῳ μᾶλλον ἀπορῶ ὅ τι χρήσωμαι.

368b 3-4

P1

présent

ἔχω

ἔχω

βοηθήσω

οὔτ’ αὖ ὅπως μὴ βοηθήσω ἔχω

368b 7

P4

présent

σκοπέω

σκεπτέον

καθιστῶμεν

σκεπτέον οὖν πότερον πρὸς τοῦτο βλέποντες τοὺς φύλακας καθιστῶμεν, ὅπως ὅτι πλείστη αὐτοῖς εὐδαιμονία ἐγγενήσεται, τοῦτο μὲν εἰς τὴν πόλιν ὅλην βλέποντας θεατέον εἰ ἐκείνῃ ἐγγίγνεται, τοὺς δ’ ἐπικούρους τούτους καὶ τοὺς [c.] φύλακας ἐκεῖνο ἀναγκαστέον ποιεῖν καὶ πειστέον, ὅπως ὅτι ἄριστοι δημιουργοὶ τοῦ ἑαυτῶν ἔργου ἔσονται, καὶ τοὺς ἄλλους ἅπαντας ὡσαύτως, καὶ οὕτω συμπάσης τῆς πόλεως αὐξανομένης καὶ καλῶς οἰκιζομένης ἐατέον ὅπως ἑκάστοις τοῖς ἔθνεσιν ἡ φύσις ἀποδίδωσι τοῦ μεταλαμβάνειν εὐδαιμονίας.

421b 3-5

P6

général

ἔχω

ἔχειν

φέρωσιν

ἡγοῦνται δι’ ἀπειρίαν τοῦ ἐρωτᾶν καὶ ἀποκρίνεσθαι ὑπὸ τοῦ λόγου παρ’ ἕκαστον τὸ ἐρώτημα σμικρὸν παραγόμενοι, ἁθροισθέντων τῶν σμικρῶν ἐπὶ τελευτῆς τῶν λόγων μέγα τὸ σφάλμα καὶ ἐναντίον τοῖς πρώτοις ἀναφαίνεσθαι, καὶ ὥσπερ ὑπὸ τῶν πεττεύειν δεινῶν οἱ μὴ τελευτῶντες ἀποκλείονται καὶ οὐκ ἔχουσιν ὅ τι [c.] φέρωσιν, οὕτω καὶ σφεῖς τελευτῶντες ἀποκλείεσθαι καὶ οὐκ ἔχειν ὅ τι λέγωσιν ὑπὸ πεττείας αὖ ταύτης τινὸς ἑτέρας, οὐκ ἐν ψήφοις ἀλλ’ ἐν λόγοις.

487b 8-c 1

B.2 Extraites d’autres œuvres

Personne

Temps

Verbe introducteur (forme conjuguée)

Verbe introducteur (lemme)

Verbe enchâssé

Exemple

Auteur

Œuvre

Référence

P1

futur

ἔχω

ἔχω

λέγω

οὐχ ἕξω ὅ τι λέγω ἐν τῷ δικαστηρίῳ.

Platon

Gorgias

521e 2

P1

présent

ἀπορέω

ἀπορῶ

ἀπορῶ

οὐ δῆτα ἔμοιγε: ἀπορῶ μέντοι γε πῶς λέγω.

Platon

Alcibiades II

139e 9

P1

présent

ἀπορέω

ἀπορῶ

εἴπω

ἀπορῶ ἔγωγε ὅτι εἴπω.

Platon

Hipparchus

231c 5

P1

présent

ἀπορέω

ἀπορῶ

μνησθῶ

Οὐκ ἀπορῶν ὅ τι χρὴ περὶ σοῦ καὶ τῶν σῶν εἰπεῖν, ἀπορῶ τοῦ πρώτου μνησθῶ.

Démosthène

18

129

P1

présent

εἰμί

ἔστι

ἐκτείσω

ταὐτόν μοί ἐστιν ὅπερ νυνδὴ ἔλεγον: οὐ γὰρ ἔστι μοι χρήματα ὁπόθεν ἐκτείσω.

Platon

Apologia

37c 4

P1

présent

ἐπανασκοπέω

ἐπανασκέψασθαι

λέγω

δοκεῖ οὖν μοι χρῆναι ἐπανασκέψασθαι τί καὶ λέγω.

Platon

Cratylus

428d 3

P1

présent

εὑρίσκω

εὑρεῖν

κατηγορήσω

Oὐκ ἔχω σκοπούμενος εὑρεῖν ὅ τι μεῖζον τούτου κατηγορήσω.

Démosthène

19

134

P1

présent

ἔχω

ἔχω

ἀπιστῶ

σοὶ δὲ λέγοντι οὐκ ἔχω ὅπως [ἂν] ἀπιστῶ

Platon

Protagoras

319b 1

P1

présent

ἔχω

ἔχω

ἀπιστῶ

ἀλλὰ μήν, ἦ δ᾽ ὃς ὁ Σιμμίας, οὐδ᾽ αὐτὸς ἔχω ἔτι ὅπῃ ἀπιστῶ ἔκ γε τῶν λεγομένων: ὑπὸ μέντοι τοῦ μεγέθους περὶ ὧν οἱ λόγοι εἰσίν, καὶ τὴν ἀνθρωπίνην ἀσθένειαν ἀτιμάζων, ἀναγκάζομαι ἀπιστίαν ἔτι ἔχειν παρ᾽ ἐμαυτῷ περὶ τῶν εἰρημένων.

Platon

Phaedo

107a 9

P1

présent

ἔχω

ἔχω

δῶ

ὥστε οὐ τοῦτο δέδοικα, μὴ οὐκ ἔχω ὅ τι δῶ ἑκάστῳ τῶν φίλων, ἂν εὖ γένηται, ἀλλὰ μὴ οὐκ ἔχω ἱκανοὺς οἷς δῶ.

Xénophon

Anabasis

1.7.7

P1

présent

ἔχω

ἔχω

εἴπω

Οὐκ ἔχω τί μεῖζον εἴπω ἢ ὅτι

Xénophon

Cyropaedia

6.1.48

P1

présent

ἔχω

ἔχω

ἐπαινέσω

Εἰ δὲ φανήσεται σπουδάζων καὶ διατεινόμενος κύριον ποιεῖν τὸν νόμον, ἐγὼ μὲν οὐκ ἔχω πῶς ἐπαινέσω, ψέγειν δ' οὐ βούλομαι.

Démosthène

20

143

P1

présent

ἔχω

ἔχω

λέγω

Εἰ μὲν οὖν καὶ νῦν οὕτω διάκεισθε, οὐκ ἔχω τί λέγω

Démosthène

9

4

P1

présent

ἔχω

ἔχω

λέγω

οὐκ ἔχω τί λέγω

Démosthène

9

54

P1

présent

ἔχω

ἔχω

λέγω

Εἰ γὰρ μήτ' εἰσοίσετε, μήτ' αὐτοὶ στρατεύσεσθε, μήτε τῶν κοινῶν ἀφέξεσθε, μήτε τὰς συντάξεις δώσετε, μήθ' ὅσ' ἂν αὐτὸς αὑτῷ πορίσηται ἐάσετε, μήτε τὰ ὑμέτερ' αὐτῶν πράττειν ἐθελήσετε, οὐκ ἔχω τί λέγω.

Démosthène

14

23

P1

présent

ἔχω

ἔχω

λέγω

οὐκ ἔχω ἔγωγε πῶς εἴπω

Platon

Gorgias

503d 2-3

P1

présent

ἔχω

ἔχω

λέγω

οὗτοι δὲ τάχ᾽ ἄν, οὓς ἄρτι ἔλεγον, μείζω τινὰ ἢ κατ᾽ ἄνθρωπον σοφίαν σοφοὶ εἶεν, ἢ οὐκ ἔχω τί λέγω: οὐ γὰρ δὴ ἔγωγε αὐτὴν ἐπίσταμαι, ἀλλ᾽ ὅστις φησὶ ψεύδεταί τε καὶ ἐπὶ διαβολῇ τῇ ἐμῇ λέγει.

Platon

Apologia

20e 2

P1

présent

ἔχω

ἔχω

λέγω

ἐγὼ μέν, ὦ Σώκρατες, ὀκνῶ εἰπεῖν ὅτι οὐκ ἔχω τί λέγω, διότι μοι νυνδὴ ἐπέπληξας εἰπόντι αὐτό.

Platon

Theaitetus

158a 9

P1

présent

ἔχω

ἔχω

χρήσωμαι

Ἐὰν μὲν οὖν καὶ ἐγὼ σοῦ ἀποκρινομένου μὴ ἔχω ὅ τι χρήσωμαι.

Platon

Gorgias

466a 1

P1

présent

ἔχω

ἔχω

χρήσωμαι

δραπετεύω οὖν αὐτὸν καὶ φεύγω, καὶ ὅταν ἴδω, αἰσχύνομαι τὰ ὡμολογημένα. καὶ πολλάκις μὲν ἡδέως ἂν ἴδοιμι αὐτὸν μὴ ὄντα ἐν ἀνθρώποις: εἰ δ᾽ αὖ τοῦτο γένοιτο, εὖ οἶδα ὅτι πολὺ μεῖζον ἂν ἀχθοίμην, ὥστε οὐκ ἔχω ὅ τι χρήσωμαι τούτῳ τῷ ἀνθρώπῳ.

Platon

Symposium

216c 3

P2

futur

ἔχω

ἔχειν

εἴπῃς

Οὐ γὰρ δὴ δι' ἀπειρίαν γ' οὐ φήσεις ἔχειν ὅ τι εἴπῃς·

Démosthène

19

120

P2

présent

ἀπορέω

ἀπορῶν

ἐγκαλοῖς

ἀλλ᾽, ὦ Μέλητε, οὐκ ἔστιν ὅπως σὺ ταῦτα οὐχὶ ἀποπειρώμενος ἡμῶν ἐγράψω τὴν γραφὴν ταύτην ἢ ἀπορῶν ὅ τι ἐγκαλοῖς ἐμοὶ ἀληθὲς ἀδίκημα ὅπως δὲ σύ τινα πείθοις ἂν καὶ σμικρὸν νοῦν ἔχοντα ἀνθρώπων, ὡς οὐ τοῦ αὐτοῦ ἔστιν καὶ δαιμόνια καὶ θεῖα ἡγεῖσθαι, καὶ αὖ τοῦ αὐτοῦ μήτε

Platon

Apologia

27e 5

P2

présent

ἔχω

ἔχεις

προσείπῃς

ὅταν οὖν τοῦτο ἐν ψυχῇ κατὰ διάνοιαν ἐγγίγνηται μετὰ σιγῆς, πλὴν δόξης ἔχεις ὅ τι προσείπῃς αὐτό;

Platon

Sophista

264a 2

P3

futur

ἔχω

ἕξει

λέγῃ

Ἄν οὕτω φυλάττητ’ αὐτόν, οὐχ ἕξει τί λέγῃ.

Démosthène

19

336

P3

général

ἔχω

ἔχειν

γίγνηται

τί μήν; τὸ πρεσβύτερον ἄρα ἑαυτοῦ γιγνόμενον καὶ νεώτερον ἑαυτοῦ ἅμα γίγνεται, εἴπερ μέλλει ἔχειν ὅτου πρεσβύτερον γίγνηται.

Platon

Parmenides

141b 3

P3

passé

ἔχω

εἶχεν

λάβῃ

καὶ Φίλιππος οὐκέτ' εἶχεν ὑπακούειν τοῖς προδιδοῦσιν, οὐδ' [εἶχεν] ὅ τι πρῶτον λάβῃ.

Démosthène

19

266-267

P3

passé

ἔχω

ἔχειν

ῥίπτῃ

Ἐμβεβροντῆσθαι, τὴν πόλιν ἀγνοεῖν, οὐκ ἔχειν ὅποι τὰ ἑαυτοῦ ῥίπτῃ.

Démosthène

19

231

P3

présent

ἐρωτάω

ἐρωτᾷ

θάπτῃ

γελάσας δὲ ἅμα ἡσυχῇ καὶ πρὸς ἡμᾶς ἀποβλέψας εἶπεν: οὐ πείθω, ὦ ἄνδρες, Κρίτωνα, ὡς ἐγώ εἰμι οὗτος Σωκράτης, ὁ νυνὶ διαλεγόμενος καὶ διατάττων ἕκαστον τῶν λεγομένων, ἀλλ᾽ οἴεταί με ἐκεῖνον εἶναι ὃν ὄψεται ὀλίγον ὕστερον νεκρόν, καὶ ἐρωτᾷ δὴ πῶς με θάπτῃ.

Platon

Phaedo

115d 2

P3

présent

ἔχω

ἔχει

λέγῃ

ἐν οὖν τῇ συγκοιμήσει τοῦ μὲν ἐραστοῦ ὁ ἀκόλαστος ἵππος ἔχει ὅ τι λέγῃ πρὸς τὸν ἡνίοχον, καὶ ἀξιοῖ ἀντὶ πολλῶν πόνων

Platon

Phaedrus

255e 6

P3

présent

ζητέω

ζητεῖ

ἐπιδείξηται/βεβαιώσηται

αὐτίκα περιιὼν ζητεῖ ὅτῳ ἐπιδείξηται καὶ μεθ' ὅτου βεβαιώσηται, ἕως ἂν ἐντύχῃ.

Platon

Protagoras

348d 4-5

P4

présent

ἔχω

ἔχοιμεν ἂν

σωθῶμεν

οὐδὲ γὰρ ἂν πολλαὶ γέφυραι ὦσιν ἔχοιμεν ἂν ὅποι φυγόντες ἡμεῖς σωθῶμεν.

Xénophon

Anabasis

2.4.19

P6

futur

ἔχω

ἕξουσιν

φύγωσιν

ἐὰν δὲ ἡμεῖς νικῶμεν, λελυμένης τῆς γεφύρας οὐχ ἕξουσιν ἐκεῖνοι ὅποι φύγωσιν·

Xénophon

Anabasis

2.4.20

 

Haut de page

Notes

1 Le relevé dans ce corpus a été réalisé à partir des données du LASLA et grâce à un programme informatique réalisé par Gérald Purnelle. Qu’il en soit remercié ici.

2 Nous préfèrerons dans la suite ce terme qui est plus englobant pour désigner la réaction de l’interlocuteur à une question le terme de réponse, qui a une connotation informative et ne convient pas nécessairement à un acte directif.

3 Remarque déjà présente chez Kühner-Gerth (1904 : 536).

4 « As these answers have the force of directives rather than statements, they cannot be assessed as true or false: the right answer to a direction question thus cannot be said to be the one that is true. Often the issue of what is the right answer to a direction question is pragmatically trivial. »

5 Schwyzer-Debrunner (1966 : 318) parlent de questions à laquelle on n’attend pas de réponse. En fait, on n’attend pas de réponse informative.

6 Selon le trésor de la langue française informatisé (http://atilf.atilf.fr/), délibérer c’est « examiner, peser tous les éléments d'une question avec d'autres personnes, ou éventuellement en soi-même, avant de prendre une décision, pour arriver à une conclusion ».

7 Dans une étude typologique, H.-M. Gärtner (2008, 2009) a proposé une hypothèse séduisante pour expliquer pourquoi les langues admettent ou non un infinitif dans les interrogatives. Pour cela, il part des interrogatives indirectes. Selon lui, si le système pronominal d’une langue L ne présente pas d’ambiguïté solide entre les indéfinis et les interrogatifs, alors L peut avoir des interrogatives indirectes infinitives. En revanche, dans le cas inverse, la langue n’a pas d’interrogatives infinitives. Ainsi en allemand, la proposition was zu lesen dans la phrase Ich versuche was zu lesen signifie ‘lire quelque chose’. Si l’allemand possédait des interrogatives infinitives, elle pourrait aussi signifier ‘quoi lire’. Cela fait la même prédiction pour le grec ancien (qui fait partie de son corpus) et elle est vérifiée en raison de l’homonymie entre τις (indéfini) et τίς (interrogatif), qui ne diffèrent que par l’accent.

8 Les traductions sont miennes. Les abréviations sont celles du dictionnaire de Liddell, Scott et Jones, mis à part pour Eschyle, abrégé Esch.

9 Les grammaires examinées sont (dans l’ordre chronologique de parution)
Goodwin (1889 : 98-101, § 287-289 et 292).
KG (1898 : 221, § 394.6 ; 234 § 396.5) et (1904 : 536, § 590).
Smyth (19562 : 405, § 1807 et § 1809 ; 600, § 2662 ; 605-606, § 2677-2679).
Humbert (1972
3 : 114, § 183 ; 240, § 391 ; 244, § 400).
Schwyzer-Debrunner (1966
3 : 318).
Adrados (1992 : 526-527).
Cooper (1998 : 651, § 53.7.2 ; 677-679, § 54.2.3 ; 679, § 54.2.4 et § 54.2.5 ; 686, § 54.3.8 ; 710-711, § 54.7.0 et 54.7.1).

10 Voir la citation de Huddelston en introduction.

11 Difficile à distinguer de la modalité aléthique selon Lyons (1990 : 417).

12 Il ne semble pas que l’on puisse soutenir cela pour le grec homérique où la frontière avec l’indicatif futur est moins nette (voir Hahn 1953 ; Chantraine (1953 : § 309)).

13 Cela se lit par exemple dans les systèmes conditionnels : εἰ + indicatif présente la réalisation du procès comme plus certain que εἰ + subjonctif, lui-même plus certain que εἰ + optatif (pour cette échelle voir l’ouvrage de G. Wakker 1994).

14 En réalité, cela n’est pas aisément démontrable, car le subjonctif et l’impératif sont en répartition complémentaire dans l’expression des actes directifs. Le subjonctif (aoriste) ne sert guère qu’à la défense. Toutefois, le fait que l’impératif soit la forme prototypique des actes directifs alors que le subjonctif n’y est employé que marginalement va bien dans le sens d’une différence de force. En dehors des actes directifs, le subjonctif peut être utilisé, notamment à P4, dans l’exhortation, qui n’est pas contraignante. L’impératif sert bien à formuler d’autres actes de langage, mais ce n’est pas sa fonction première. Sur ces points, nous renvoyons à l’étude de C. Denizot (2011) qui a un point de vue plutôt différent du nôtre et se place sur le plan de l’énonciation et non sur celui de la modalité.
Les rares emplois de l’optatif de souhait qui peuvent être compris comme directifs relève de l’acte de langage indirect. Dans le cadre de la modalité déontique, l’optatif + ἄν ne connaît guère que l’emploi de la permission (sur ce point, notre analyse diffère de celle de C. Denizot, qui rattache les optatifs + ἄν qu’elle étudie à la modalité épistémique).

15 Pour une discussion du point de vue de la philosophie du langage, voir Wheatley (1955).

16 Il faut en réalité lire « demande de prohibition », « demande de confirmation de la prohibition » etc.

17 Nous adoptons la présentation qui numérote les personnes de P1 à P6 (P4 = première du pluriel, P5 = deuxième du pluriel, P6 = troisième du pluriel).

18 Je dois cette remarque à C. Denizot.

19 Ce point est longuement développé par Denizot (2011 : chapitre III).

20 Sur le lien entre modalité déontique et acte directif voir Lyons (1990 : 441-449).

21 De même qu’en français on reprend la question en l’introduisant par si : « A : Viens-tu demain ? B : Si je viens demain ?/*Viens-je demain ? ».

22 Cela a été clairement souligné par M. Biraud et S. Mellet (2000).

23 Phénomène parallèle en français : « A : que fais-tu ? B : Ce que je fais ?/*Que fais-je ? ».

24 Il en va de même dans l’autre exemple cité par les grammaires : S. O.C. 170.

25 Morphologiquement, βοηθήσω pourrait aussi être un futur. Toutefois, le tour οὐκ ἔχω ne présente jamais de forme qui soit sans ambiguïté un futur dans notre corpus et la négation μή renforce l’idée que c’est un subjonctif (sur l’ambiguïté subjonctif/indicatif futur et la question de la négation, voir 4.1 et le commentaire de l’exemple (25)). Le problème de l’ambiguïté entre indicatif et subjonctif se pose aussi régulièrement à la première personne du présent. L’interprétation ne fait toutefois pas de doute : en (20), d’après le contexte, οὐκ ἔχω τί λέγω ne signifie pas ‘je ne sais pas ce que je dis’, mais ‘je ne sais pas quoi dire’.

26 Le corpus présente 37 phrases avec une subordonnée interrogative au subjonctif délibératif, mais 38 exemples de subordonnées en tout.

27 Les autres verbes, qui ne sont utilisés qu’une fois, sont (tels qu’ils apparaissent dans le texte) : ἐπανασκέψασθαι, ἐρωτᾷ, ἔστι, εὑρεῖν, ζητεῖ, σκεπτέον.

28 Nous empruntons la définition des contextes non véridiques à Zwarts (1995) : « Nonveridical operators : Let O be a monadic sentential operator. O is said to be veridical just in case Op -> p is logically valid. If O is not veridical, then O is nonveridical. »

29 Voir aussi les exemples dans KG (1898 : 222, § 394.6, remarque 5) et dans Cooper (1998 : 651, § 53.7.2).

30 De la même façon, C. Denizot (2011 : 94-98) montre qu’il n’y a pas de bons exemples de négation μή avec un futur dans un énoncé directif.

31 « Indem der Redende bei sich überlegt, was er nach der gegenwärtigen Lage der Dinge tun soll. »

32 Le tour est très fréquent. En revanche, nous n’avons trouvé qu’un exemple avec θέλεις : S. El. 80-81.

33 Contrairement à l’exemple (24), les manuscrits n’offrent pas de variante au subjonctif. La tradition indirecte a διαμάρτοιμεν, adopté dans la récente édition de la C.U.F., mais qui ne change rien à notre problème.

34 Pour un cas étrange d’optatif « délibératif » en indépendante ou principale, voire annexe 1.

35 Pour l’instant, un seul exemple répertorié dans la littérature grecque par KG (1904 : § 397.1) : κείσθω νῦν ἡμῖν ταῦτα τῷ λόγῳ; (Pl. Lg. 800b1) ‘Devons-nous à présent établir cela par notre discours ?’. Mais on peut éventuellement le lire comme une question métalinguistique sur la formulation de la règle : ‘(allons-nous dire) « établissons cela par notre discours. » ?

36 La phrase interrogative délibérative peut véhiculer un autre acte de langage, si elle est employée indirectement.

37 Voir Hippocrate, Ancienne Médecine, 20 :
Λέγουσι δέ τινες καὶ ἰητροὶ καὶ σοφισταὶ ὡς οὐκ εἴη δυνατὸν …
‘Certains médecins et sophistes disent qu’il n’est pas possible/ne serait pas possible…’

38 « When I say that ἄν is omitted all I wish to imply is that in the Greek of Pericles or Demosthenes the vast majority of sentences similar to those where it is missing would have it. I do not wish to assert that the optative alone was not used originally in clauses, affirmative, negative and interrogative, to express a statement put forward as a pure conception. The insertion of ἄν may have been an accretion to distinguish positive statement from the expression of a wish. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Faure, « La délibération et le subjonctif délibératif dans la prose grecque classique », Syntaktika, 43 | 2012, 5-62.

Référence électronique

Richard Faure, « La délibération et le subjonctif délibératif dans la prose grecque classique », Syntaktika [En ligne], 43 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syntaktika/124

Haut de page

Auteur

Richard Faure

Université de Nice-Sophia Antipolis
UMR 7320 (Bases, Corpus, Langage)
rfaure@unice.fr

Haut de page
  • Logo HisoMa-Jean Palerme
  • Logo HiSoMa
  • OpenEdition Journals