Navigation – Plan du site

Gerrha d’Arabie, cité séleucide

Christian-Julien Robin
p. 223-250

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

La localisation de Gerrha
L’état de la question
Gerrha et Hagar
Hagar et al-Hufūf
Les inscriptions arabiques qui peuvent être mises en relation avec Gerrha
Les inscriptions du golfe Arabo-persique en écriture sudarabique
Les inscriptions du Golfe en écriture araméenne
Les inscriptions du Yémen rédigées par des gens originaires du Golfe
Le monnayage de Gerrha
Trois types (1-3) émis au nom de la divinité Shams
Type 1. Les monnaies avec le nom de Shams écrit en entier  (ill. 1)
Type 2. Les monnaies avec le nom de Shams réduit à la première lettre (appelée shīn), écrite horizontalement 
Type 3. Les monnaies avec le nom de Shams réduit à la première lettre (appelée shīn), écrite verticalement  (ill. 2-5)
Trois types (4-6) émis au nom d’un souverain
Type 4. Les monnaies au nom d’Abīyathaʿ (en écriture sudarabique) (ill. 6
Type 5. Les monnaies au nom de « Ḥārithat roi de Hagar » (en écriture sudarabique) (ill. 7
Type 6. Les monnaies au nom d’Abīʾēl (en écriture araméenne) (ill. 8-9
Le nom sémitique de Gerrha : Ḡr plutôt que Hagar
Premiers jalons pour une histoire de Gerrha
Gerrha soumise à Séleucos Ier
Gerrha, cité caravanière, indépendante et sans roi
Les rois de Hagar
Gerrha et la Characène
Gerrha et l’Arabie méridionale

Aperçu du texte

Dans les enseignements que j’ai suivis à l’École pratique des hautes études dans les années 1970, le nom d’Henri Seyrig revenait souvent. Ce pouvait être des renvois à l’œuvre scientifique, très fréquents chez Georges Le Rider, ou des souvenirs plus politiques, en rapport avec la direction des Antiquités de Syrie ou la France libre, comme chez Maxime Rodinson. Henri Seyrig était incontestablement l’un des maîtres de la génération précédente. Mais je n’ai pas eu la chance de le connaître. Tout au plus lui ai-je été présenté, une après-midi de 1971 ou 1972, au Cabinet des Médailles, par Jacqueline Pirenne dont j’étais alors le « collaborateur technique ».

Il est vrai qu’Henri Seyrig ne s’est intéressé que très exceptionnellement à l’immense péninsule Arabique. Il a ainsi rédigé une étude sur les postes romains du Ḥijāz  ou une autre sur les relations de Palmyre avec le golfe Arabo-persique . Il a aussi donné son avis sur des textes grecs concernant incidemment l’Arabie. C’est une simpl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian-Julien Robin, « Gerrha d’Arabie, cité séleucide », Syria, III | 2016, 223-250.

Référence électronique

Christian-Julien Robin, « Gerrha d’Arabie, cité séleucide », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syria/5319

Haut de page

Auteur

Christian-Julien Robin

Directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals