Navigation – Plan du site

Henri Seyrig et les archéologues suisses en Syrie et au Liban :
où la reconnaissance n’a pas été à la hauteur de la générosité

Rolf A.  Stucky
p. 251-265

Dédicace

Ces lignes sont dédiées aux trois mécènes suisses qui ont généreusement contribué au Colloque Henri Seyrig tout en gardant leur anonymat.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Henri Seyrig et la Suisse
Paul Collart à Baalbek
Henri Seyrig, directeur de l’Institut français d’archéologie à Beyrouth et des Musées de France à Paris
Paul Collart et la commission de l’Unesco de 1953 pour la Syrie et le Liban
Paul Collart, directeur de fouilles suisses au sanctuaire de Baalshamîn à Palmyre
Marguerite van Berchem et le projet de publication des mosaïques d’Antioche sur l’Oronte
Henri Seyrig – mes souvenirs personnels
Henri Seyrig et les deux numismates suisses Lucien Naville et Herbert A. Cahn
Conclusion

Aperçu du texte

« Un bon administrateur n’est pas forcément un excellent scientifique et vice versa ; Henri Seyrig représente l’exception qui confirme la règle. »

La première phrase de ma contribution au catalogue de l’exposition Das Grosse Spiel de 2010 à Essen  pourrait se poursuivre par les mots suivants : « Henri Seyrig était le contraire d’un chercheur chauvin et colonialiste, il représentait ce qu’on appellerait en allemand le “Weltbürger” — le “citoyen du monde” ». Ainsi, on peut se demander pourquoi deux antiquisants suisses prennent la parole dans le cadre d’un colloque à la mémoire d’Henri Seyrig, et non pas des collègues du Liban, de la Syrie ou même des États-Unis où, par sa position de conseiller culturel, Seyrig a représenté la culture de la France de 1943 à 1945. Dans mon exposé, je tâcherai de donner une réponse — même à titre d’essai — à cette question légitime. La correspondance d’Henri Seyrig avec Marguerite van Berchem, Denis van Berchem et Herbert A. Cahn représente à cet effet ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rolf A.  Stucky, « Henri Seyrig et les archéologues suisses en Syrie et au Liban :
où la reconnaissance n’a pas été à la hauteur de la générosité », Syria, III | 2016, 251-265.

Référence électronique

Rolf A.  Stucky, « Henri Seyrig et les archéologues suisses en Syrie et au Liban :
où la reconnaissance n’a pas été à la hauteur de la générosité », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syria/5321

Haut de page

Auteur

Rolf A.  Stucky

Professeur honoraire, Université de Bâle (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals