Navigation – Plan du site

Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire (1922-1929)

Olivier Picard
p. 295-305

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Aperçu du texte

Les précédentes communications ont fait ressortir le rôle capital qu’a joué l’École française d’Athènes au début de la carrière scientifique d’Henri Seyrig. Avant d’y entrer en 1922, c’est un homme jeune qui cherchait encore sa voie, qui a fait une guerre courageuse comme lieutenant d’artillerie, qui rencontre la Grèce, au hasard d’une affectation, son envoi à l’armée d’Orient sur le front bulgare en 1917 . Ce transfert, accepté d’abord à regret, suscite une double métamorphose. D’abord la découverte de la Grèce déclenche chez lui une passion irrésistible. Cette découverte s’est faite par l’intermédiaire de l’Orient turc, un paysage qui a maintenant en grande partie disparu. Il le note à son arrivée à Thessalonique :

« Vue prestigieuse de la ville, de ses remparts et de ses minarets […] l’on voyait les remparts grimper jusqu’à l’acropole, contenant la foule des maisonnettes de la ville, d’où s’élançaient les minarets blancs. Et dehors, devant le rempart, la campagne nue, sans une mai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Picard, « Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire (1922-1929) », Syria, III | 2016, 295-305.

Référence électronique

Olivier Picard, « Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire (1922-1929) », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syria/5328

Haut de page

Auteur

Olivier Picard

Professeur émérite à l'Université Paris-Sorbonne, membre de l'Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals