Navigation – Plan du site

Henri Seyrig à Neuchâtel : le savant et l’homme à travers sa bibliothèque scientifique

Denis Knoepfler
p. 307-334

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Aperçu du texte

« L’une des meilleures manières de recréer la pensée d’un homme : reconstituer sa bibliothèque » (M. Yourcenar, Carnet de notes des Mémoires d’Hadrien)

De passage à Beyrouth en 1934, l’exploratrice et écrivain(e) zurichoise de grand talent qu’a été Annemarie Schwarzenbach — petite-fille du général Wille, officier prussophile qui avait épousé une cousine de Bismarck et commandé l’armée suisse en 1914 — commençait une lettre à un très cher ami parisien par ces mots  :

« Je crois que je commence à aimer les Français ».

Ce n’était pas là un compliment de pure forme à l’adresse du destinataire de la lettre, le jeune Claude Bourdet, fils d’un auteur dramatique justement oublié et d’une poétesse qui mérite de ne pas l’être — et ne l’est point : Catherine Pozzi. Non, cet épanchement de francophilie fut provoqué chez la Suissesse par le constat que ses protecteurs au Liban étaient tous français :

« Votre Haut-commissaire, dit-elle à son correspondant, votre amiral et — très amicalement, Monsieur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Knoepfler, « Henri Seyrig à Neuchâtel : le savant et l’homme à travers sa bibliothèque scientifique », Syria, III | 2016, 307-334.

Référence électronique

Denis Knoepfler, « Henri Seyrig à Neuchâtel : le savant et l’homme à travers sa bibliothèque scientifique », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/syria/5330

Haut de page

Auteur

Denis Knoepfler

Professeur honoraire au Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals